jeudi 11 mai - par PRCF

Pas d’état de grâce pour Macron, la résistance c’est tout de suite

PNG - 228.4 ko

S’il est heureux que le peuple français ait très majoritairement rejeté la candidature xénophobe et fascisante de Le Pen (« la France en ordre » : l’ordre du CAPITAL !), la victoire de Macron n’est pas une bonne affaire pour les citoyens épris de justice sociale et d’indépendance nationale. En effet, Macron veut, non seulement transférer encore plus de souveraineté vers Berlin (« défense européenne ») et vers Bruxelles (« gouvernement de la zone euro »), mais accélérer l’ubérisation du monde du travail (casse des statuts, des conventions collectives nationales…), démolir les cotisations Sécu au profit de la CSG, fliquer au maximum les salariés privés d’emploi, démanteler les retraites par répartition issues de la Résistance pour instituer la funeste « retraite à points ».

La bonne nouvelle pour le camp du progrès, c’est d’abord les 7 millions de voix réunies au 1er tour par Mélenchon (JLM) sur un programme de gauche critique envers l’Union européenne (UE), franchement opposé à l’OTAN et en rupture avec le PS en faillite. Le PRCF a apporté à JLM un soutien critique mais dynamique tout en menant une campagne 100% communiste et anti-UE à l’entrée des usines. Au second tour, le PRCF a combattu le FN sans cautionner Macron, contrairement aux pseudo-communistes R. Hue et Pierre Laurent. Bien qu’officiellement soutenu par la droite LR, le PS, le MEDEF, la Bourse, Merkel, Bruxelles et Obama, Macron est très minoritaire : il représente moins de 43% des inscrits (vu l’abstention et les bulletins blancs et nuls) ; près de la moitié des personnes qui l’ont choisi par défaut, l’a fait contre Le Pen et sans adhérer au programme des marchés financiers dont Macron est la créature.

Aux législatives, le PRCF appelle donc à refuser tout soutien, non seulement au FN et aux LR – fanatiquement hostiles aux syndicats ouvriers -, mais aux candidats d’En Marche (arrière toute ?) et à ceux du PS inféodés à l’UE. Le PRCF appelle à s’unir les candidats qui se réclament de JLM et, là où malgré tout il y aura deux candidats se réclamant de JLM, à soutenir celui des deux qui ouvrira sans frilosité un vrai débat sur l’indispensable sortie progressiste de l’UE du capital, cette machine à broyer la France et les acquis sociaux.

Face aux « ordonnances » (un super 49-3 court-circuitant les nouveaux députés !) prévues par Macron pour liquider le code du travail dès cet été, face aux entreprises guerrières de Trump (Corée, Syrie, Ukraine…) que soutiennent les dirigeants de l’UE, l’heure est à la résistance civique et sociale.

L’avenir n’est ni à la xénophobie des Le Pen, dont la mission de classe est de bloquer l’alternative progressiste en France, ni à l’euro-dissolution de la France qui ferait table rase des acquis, de l’emploi productif, des services publics, voire de notre langue française de plus en plus sacrifiée au tout-anglais transatlantique…

L’avenir est au tous ensemble en même temps contre le MEDEF et le pouvoir à son service, contre l’UE et l’étouffante zone euromark, pour les salaires, la paix, les libertés, l’indépendance nationale, la coopération avec tous les pays du monde. L’avenir est au syndicalisme de classe qui nous a tant apporté (1936, 45, 68…) alors que le faux dialogue social type CFDT accompagne les régressions.

Construisons un large Front de Résistance Antifasciste, Patriotique, Populaire et Ecologique pour un Frexit progressiste (sortie par la gauche de l’UE/euro/OTAN), pour la nationalisation démocratique des secteurs-clés de l’économie et la relance planifiée du produire en France, sans crainte de rouvrir la perspective du pouvoir des travailleurs dans notre pays.

Pour cela il faut reconstruire un vrai parti communiste. Tant que le PCF méritait ce nom, les capitalistes reculaient tant ils craignaient la révolution ! Avec le PRCF, reconstruisons ce parti. C’est vital pour remettre la classe ouvrière au centre de la vie politique nationale !

http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/detat-de-grace-macron-resistance-cest-de-suite-prcf/



17 réactions


Réagir