vendredi 14 juillet - par C’est Nabum

Faites National

Les lampions, le drapeau et le bal

Moi qui suis profondément attaché à mon pays et à sa langue, de manière viscérale, j’avoue en contre-partie n’éprouver ni esprit patriotique ni désir de me lever à l’écoute de la Marseillaise. Je perçois ainsi une véritable dichotomie entre l’idée et l’enveloppe, entre les apparences et la réalité. J’ai bien essayé d’aller ouïr quelques discours officiels un jour de fête nationale, et à chaque fois j’en suis revenu atterré et dépité. Comme si ce sentiment amoureux pour un pays, une culture, une histoire avait besoin de ces évocations guerrières, mesquines, cocardières.

Mais pourquoi ont-ils besoin de se retrouver au garde-à-vous, l’âme belliqueuse, la componction citoyenne et l’exaltation de circonstance quand le 14 juillet revient s’afficher au calendrier. Il y a si loin entre ces grimaces mesquines et la réalité d’une Révolution qui au final mériterait d’être reprise au point de départ tant les privilèges, les inégalités, les injustices demeurent flagrantes dans cette nation.

Pourquoi diable s’entourer d’anciens combattants, de décorés de tous poils, de représentants d’une société civile qui oublient désormais de représenter le peuple véritable pour célébrer l’exact contraire de l’esprit de la Bastille. Il devrait y avoir de la joie, de la jeunesse, toutes les strates de la société, des envolées lyriques, de belles phrases et du bonheur dans les cœurs. Au lieu de quoi, les sinistres de service font la gueule, une minute de silence, un coup de clairon et déposent une gerbe avant toutes celles qui seront déversées ensuite lors du bal des pompiers.

Les lampions ne sauvent pas la mise. Le feu d’artifice place justement le public au simple rang de spectateurs hébétés par les lumières et le bruit alors qu’ils devraient être acteurs d’une liesse collective qui s’exprimerait notamment par la mise au ban des ci-devants qui trônent dans les tribunes officielles. Nous ne faisons pas National, nous sommes un peuple de moutons qui se rangent docilement derrière ceux qui les ont toujours envoyés à l’abattoir et désormais les ponctionnent de taxes et d’impôts que nous serons bientôt les seuls à payer.

L’esprit de la Révolution n’est pas et ne sera jamais dans ce défilé militaire sur les Champs Élysées sous la présidence d’un guignol exotique, qu’on renouvelle chaque année au gré des besoins, des flatteries ou des commémorations. Le peuple derrière les barrières, bien rangé, bien gardé, c’est l’exact contraire de cette fête que nos nouveaux monarques ont détournée sans vergogne. La garden-party, thème ignoble et anglophone était alors le paroxysme de l’usurpation et de la forfaiture de ceux qui se commettaient là.

En prime, la liste des récipiendaires, nouveaux bénéficiaires de la rosette, était à elle seule un outrage à la République, aux héros véritables et au peuple de France. Les copains, les coquins, les artistes, les bienfaiteurs, les amis étrangers se pressent à la queue-leu-leu pour ce charmant colifichet de l’orgueil, de la vanité et de la prétention de classe. Robespierre et Danton s’arracheraient les cheveux dressés sur la tête qu’ils n’ont plus !

Oui si pour faire National il faut adhérer à cette mascarade, à toutes ces simagrées déplacées, vous ne me verrez pas dans vos célébrations oiseuses et sans sincérité aucune. L’esprit ne souffle plus, la devise de la République n’a jamais été autant galvaudée que depuis quelques temps. Des hommes en armes, portant tenue de guerre sont censés encadrer la fête, lui donnant ce je ne sais quoi de morbide et de pitoyable qui brise le rêve et la signification de la date.

Le Président avance sur les pavés, lui seul se souvient alors de la réalité de la première commémoration en 1790, il se prend pour l’Être Suprême, le nouveau monarque et le représentant de la grandeur nationale incarnée dans son immodeste personne. C’est à pleurer de stupidité, de cérémonial honteux, de décorum déplacé. Je préfère comme l’ami Georges, rester dans mon lit douillet : la musique qui marche au pas, ça ne me regarde pas et le clairon sonne si faux les jours de liesse fictive.

Révolutionnairement vôtre.



29 réactions


  • onésime leufeross 14 juillet 14:14

    Pour quelqu’un qui se prétend

    • __ « attaché à mon pays et à sa langue, de manière viscérale... »

    Vous êtes plutôt connu pour vos nombreux coups de canif au contrat


  • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 14:48

    j’espère que notre ministre de l’écologie Hulot nous donnera les chiffres du bilan carbone et de la quantité de particules fines lâchées dans l’air Parisien pour ce défilé du 14 Juillet , même les Ricains ont traversés l’Atlantique par solidarité pour aider nos militaires a filer le cancer aux spectateurs ... Le nid de cigognes que Trump a sur son bocal du virer au gris ....


  • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 14:52

    Pourquoi diable s’entourer d’anciens combattants, de décorés de tous poils....


    C’est pour leur faire croire qu’ils ont servis a quelque chose , on les a arrachés de leurs usines ou ils étaient esclaves pour les faire se battre contre des ouvriers comme eux et leurs médailles ne sont que des hochets agités par des gosses.....

  • bob14 bob14 15 juillet 07:28
    Le 14 juillet en France coûte des sommes astronomiques..Pour paris plus de 400 millions plus le reste de la France ?..c’est le peuple qui finance...
    On vous prends pour des cons !

  • devphil devphil 15 juillet 07:54

    Rassembler le bon peuple autour de symbole permet d’assurer sa cohésion.

    Des symboles de victoires , d’affranchissement ou tous autres commémorations permettent au chef d’incarner l’histoire et au peuple de reconnaitre son chef

    C’est vieux comme le monde pour un dirigeant et si ça ne vas pas une bonne guerre pour relancer la cohésion ,le patriotisme et son pouvoir absolu

     


  • Djam Djam 15 juillet 11:55

    @ nabum
    Votre déception m’étonne...
    Vous semblez regretter l’absence d’une dimension dans cette commémoration. Dimension qui devrait, selon vous, avoir celle d’un peuple qui aurait été l’acteur grandiose d’une Révolution majeure pour son destin... et pourtant...

    L’histoire de cette révolution de 1789 n’a pas grand chose à avoir avec la réalité de ce moment « décisif ». Car décisif il le fut en effet, mais pas pour le peuple qui fut, comme à l’accoutumé, totalement manipulé par le groupe d’illuminés qui l’organisa. Une catégorie précise de bourgeois, comme toujours envieurs envers l’aristocratie, s’est servi du peuple pour s’accaparer privilèges et biens. Ces gens sévissent toujours à notre époque. Ils sont les « bobos », les parvenus du système. On les reconnait à leur état d’esprit : peu ou pas de culture, une prétention revendiquée par le paraître, le fric et le contentement de soi.

    Il est logique que le 14 juillet républicain soit cette mascarade pathétique. C’est exactement ce qu’elle fut. La vérité historique confirme que le peuple n’avait personne à libérer dans cette prison où n’étaient emprisonnés que 4 ou 6 personnes. Mais la république a absolument besoin d’écrire son histoire, elle l’invente. Faire croire à la masse qu’elle fut la gagnante est l’une des plus perverses manipulations que lui infligea.

    Toutes ces opérations spectaculaires ont pour fonction de renforcer un certain récit autour duquel la république ne cesse de colmater les fissures de plus en plus voyantes de sa petitesse. Convaincre les masses acculturée d’aujourd’hui que les rois étaient des tyrans, que le peuple était totalement asservi, que la misère était partout permet de faire croire que la république est le meilleur régime.

    Tant que les peuples écouteront les récits officiels comme des pages bibliques ils seront aliénés et serviront ceux-là mêmes qui les oppriment toujours.


  • Jonas 15 juillet 13:36

    Entre le 5 mai 1789 et le 9 novembre 1799, environ 500 000 personnes sont emprisonnées par les révolutionnaires et approximativement 100 000 sont exécutées ou victimes de massacres ; dont environ 17 000 guillotinés, 20 000 à 30 000 fusillés, et des dizaines de milliers de prisonniers et de civils vendéens, hommes, femmes, et enfants, victimes notamment des massacres du Mans, de Savenay, des colonnes infernales, et des noyades de Nantes.


    « la Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe »
    Pierre Chaunu, historien français

    • babelouest babelouest 15 juillet 15:33

      @Jonas
      ce Pierre Chaunu me paraît bien prosélyte. La réalité fut bien plus complexe, les torts bien plus partagés, comme d’habitude d’ailleurs.

      D’ailleurs la vraie Révolution française n’a existé que du 10 août 1792 au 26 juillet 1794, le reste ne fut qu’exactions de bourgeois (télécommandant des miséreux comme il se doit), comme de nos jours. Encore fut-elle dépassée par des fous-furieux comme Carrier, Fouquier-Tinville ou Hébert qui furent créateurs de massacres sans aucune raison. Même ce multi-assassin de Harry Truman avait des raisons pour lancer les bombes sur le Japon, même si elles étaient particulièrement mauvaises.


    • toussapoursa toussapoursa 15 juillet 17:33

      @Jonas
      Lors de la répression de la grande jacquerie de 1358 le seul Roi de Navarre et sa troupe firent près de 20 000 victimes en une seule opération
      Pendant deux ans les nobles pratiquèrent la chasse aux Jacques .
      Faut-il qu’ils aient eu peur !
      Pierre Chaunu aux compétences avérées est un épouvantable partisan de la réaction ce qui le conduit à dire des énormités....Bien plus sérieux à l’écrit qu’à l’oral Ses colères étaient connues de tous mais ses falsifications aussi.
      .
      Il n’empêche que vos chiffres de 17 000 guillotinés et de 20 à 30 000 fusillés sur la période s’inscrivent dans une fourchette acceptable.


    • Jonas 15 juillet 18:00

      @toussapoursa

      « Lors de la répression de la grande jacquerie de 1358 le seul Roi de Navarre et sa troupe firent près de 20 000 victimes en une seule opération »

      C’est une guerre, pas un procès de l’Inquisition.


    • babelouest babelouest 15 juillet 18:36

      @Jonas
      n’a pas encore compris, il me semble. Il n’y a pas de différence, à mon avis.


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 juillet 19:34

      @Jonas

      Sans doute

      est-ce pour cela qu’il faille dépenser tant d’argent en défilés militaires  ?


    • toussapoursa toussapoursa 15 juillet 20:50

      @Jonas
      Je vous remercie pour cette nouveauté.
      La répression de la Grande Jacquerie était donc une guerre
      ...
      et ...
      selon vous ....
      Les curés bénisseurs de massacres étaient absent de l’évènement..........
      ....
      Vous devriez déposer une thèse.


    • Jonas 16 juillet 11:00

      @toussapoursa

      « La répression de la Grande Jacquerie était donc une guerre  »

      Oui, c’est une guerre.
      Vous n’arrivez même pas à faire une différence entre une guerre entre paysans et nobles, procès de l’Inquisition, procès de la révolution française.


Réagir