vendredi 28 mai 2010 - par patdu49

L’allocation de solidarité aux personnes âgées, c’est quoi très concrètement ?

Dans le langage courant on dit encore « le minimum vieillesse » lorsqu’on parle de l’ASPA, l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

Tentons de faire le point, car cette allocation, concerne et concernera toujours davantage de personnes, des millions de citoyens, du fait des parcours professionnels, qui sont toujours plus précaires, tardifs, entrecoupés de périodes de chômage, de RSA, et autre minimas sociaux, et voire de périodes où certains n’ont droit à absolument RIEN.

l’APSA, l’allocation de solidarité aux personnes âgées, donc qu’est-ce que c’est au juste ?
 
Première chose à savoir, cette allocation, ne peut pas être attribuée avant l’âge de 65 ANS (sauf si reconnaissance d’un handicap par rapport au travail)
 
les montants des PLAFONDS de revenus (allocation ASPA, donc, incluse)  :
 
PERSONNE SEULE : 708,95 € par mois
COUPLE : 1 157,46 € par mois si les 2 personnes en bénéficient.
 
COUPLE, si un seul bénéficiaire : le montant sera, de 708,95€ + revenus du conjoint, et du foyer, moins le plafond couple de 1157,46€ = total 1
708,95€ - total 1 = montant complément ASPA.
 
à savoir que l’ASPA est récupérable au décès de l’allocataire sur sa succession, si l’actif net de la succession dépasse 39 000 € 
 
Prenons, pour bien comprendre, un cas d’école, d’une personne, pour qui ça aura été IMPOSSIBLE, de prétendre à une retraite, avant 65 ans, du fait des parcours professionnels dont les moins nantis, chanceux, courageux, diplômés ou non, pâtissent.
 
Paul, divorcé, est entré sur le marché de l’emploi à 24 ans, avec un parcours chaotique, CDD, intérims, stages, etc, un seul CDI au smic, d’une durée de 12 ans signé lorsqu’il avait 28 ans .. mais à ses 40 ans, dégraissage, puis délocalisation, ensuite rebelote ..., contrats aidés, périodes de chômage, CDD, chômage .. jusqu’à atteindre l’âge critique, âge où, comme les chiffres, les statistiques, le démontrent, seule une minorité de personnes sont encore en activité professionnelle.
 
A 56 ans donc, Paul se retrouve au RSA 404,88€ de plafond de revenus, après avoir perdu son dernier CDD, et avoir épuisé rapidement ses droits assedic.
 
Paul atteint "enfin" 65 ans, on lui calcule ses droits pour la retraite, 440€ par mois tout compris, il est sous le plafond de l’APSA, il va donc percevoir du complément APSA à hauteur du plafond :
 
708,95€ - 440€ = 268,95€ (théorique)
 
Mais comme Paul, à de l’épargne, (il s’est privé toute la vie, pour éviter de demander de l’aide à ses proches, voire pour pouvoir les dépanner au besoin), tout comme un bénéficiaire du RSA qui en possèderait, on va lui calculer 3% par an de son épargne disponible, 3% qui vont venir en diminution de son allocation, soit 0,25% par mois.
 
épargne de PAUL 40 000€ X 0,25% = 100€
 
268,95€ - 100€ = droit ASPA réel mensuel : 168,95€
 
Il en va de même, pour toutes ressources régulières, si par exemple un enfant aisé, vous verse une petite pension mensuelle de 50€ pour vous aider à payer une partie du loyer, ces 50€ seront déduits automatiquement de votre droit ASPA théorique
 
Remarque 1 : Paul devra payer une complémentaire, (couteuse, l’âge avançant) car le plafond APSA de 708,95€ de revenus, dépasse le plafond d’attribution de la Couverture Maladie Universelle, qui lui est de 571,79€ pour une personne seule.
 
Remarque 2 : à espérer pour Paul qu’il ne soit pas locataire, car si il a 170€ d’APL pour un loyer de 400€, son reste à survivre sera déjà largement amputé, avant même d’avoir payé la moindre facture ..
 
Paul imaginons, va survivre, tant bien que mal, jusqu’à 90 ans. 
90 ans - 65 ans = 25 ans
Restons à € constant, pour bien comprendre juste le principe ..
 
25 ans X 168,95€ x 12 mois = 50 685€ ; Paul aura perçu ce montant au total, d’ASPA.
 
Cela dépasse les 39 000€ de patrimoines qui sont exonérés de remboursement :
50 685 - 39 000 = 11 685€ que l’état récupérera au décès de Paul, sur le reste de sa petite épargne, ou sur son petit patrimoine, si jamais il en dispose, sur la partie, donc, qui dépasserait les 39 000€.
 
Voilà ... j’ai essayé de résumer un peu ce qu’est le MINIMUM VIEILLESSE, (comme les anciens disent encore), qui s’appelle donc aujourd’hui l’ASPA (l’allocation de solidarité aux personnes âgées)
En espérant, modestement avoir pu informer ou éclairer quelques esprits.
 

48 Messages de forum

Version web