vendredi 7 juillet - par FreeDemocracy

Mim suppression de 791 emplois, l’Etat fossoyeur

manifestation des salariés de mim

MIM

 

Rachetée en 2014 par le chinois MAIN ASIA, l'enseigne MIM est finalement placée en redressement judiciaire au mois de novembre 2016 par le tribunal de commerce de Bobigny. Le 28 mars 2017, une offre de reprise partielle, par le suisse TALLY WEIJL et le français ETAM, permettait le sauvetage de 71 magasins et de 287 salariés (total = 233 magasins pour 1.078 salariés). ETAM ne s'engageant que pour la reprise de deux magasins. Malheureusement, le 26 avril 2017, le tribunal prononçait la liquidation judiciaire de MIM ordonnant la fermeture immédiate des 162 boutiques restantes de l’enseigne de mode à petits prix, entrainant la suppression de 791 emplois. L'Etat avait refusé de soutenir un projet SCOP de reprise proposé par les salariés et qui réclamaient la somme de 10 millions d'euros pour le concrétiser. Les médias ont décrit l'attitude de Bercy comme étant du sabotage participant à enterrer l'enseigne MIM. Cependant, ils n'avaient guère évoqué les déboires des ex salariés de MIM durant la campagne présidentielle 2017, il aura fallu attendre la liquidation judiciaire pour constater les dégâts. Nous avons pourtant eu vent des difficultés que rencontraient GM&S, WHIRLPOOL et aussi quelque peu TATI. Mais le cas MIM résonne encore d'un silence assourdissant à nos oreilles à la fois dans les médias mais aussi auprès du ministre de l'Economie Bruno LE MAIRE (ENA) qui a refusé de soutenir le projet SCOP de reprise.

 

Il semblerait que ce fait divers ne soit pas aussi sensationnaliste que celui de la FINANCIERE TURENNE LAFAYETTE (FTL), propriétaire des marques alimentaires William Saurin, Garbit, Madrange et Paul Prédault. En effet, la falsification des comptes de la FTL venait impacter un domaine déjà confronté à une concurrence féroce et déloyale, celui de l'agriculture. De nombreux éleveurs de porc de l’ouest de la France risquaient de se retrouver rapidement en difficultés, ainsi que l'ensemble des 3.200 salariés, car le groupe FTL aurait « caché » un endettement d'environ 300 millions d'euros sur une période de 10 ans. Ce détail a été découvert suite à un audit réalisé après le décès de la patronne et unique actionnaire, Monique PIFFAUT. Le ministère de l'Economie avait accepté de débloquer la somme de 70 millions d’euros en les déposant dans un fonds spécifique en janvier 2017. Pendant ce temps-là, les salariés de MIM se retrouvaient au chômage dans l'indifférence générale alors que l'Etat avait choisi de maintenir la FLT à flots. Sans parler des plans de licenciement auxquels le Gouvernement ne peut qu'assister comme celui annoncé par MICHELIN en juin 2017 et prévoyant la suppression de 1.500 postes en France. Il est ainsi étonnant d'entendre perpétuellement l'ossature dirigeante nous asséner que le chômage pourrait être maitrisé grâce à une modification du code du travail autorisant une flexibilité plus grande côté employeur qu'elle ne l'est actuellement.

 

Source :

 

Le Parisien : « William Saurin : 250 à 300 millions de fausses factures sur 10 ans », Lionel BONAVENTURE, 12 janvier 2017.

Le Monde : « La reprise partielle de Mim par Tally Weijl et Etam va aboutir à 791 suppressions d’emplois », Juliette GARNIER, 29 mars 2017.

L'Express : « Mim : le projet de Scop ne verra pas le jour faute de financements », 8 juin 2017.

Libération : « MIM : l'Etat coule le projet de coopérative », Franck BOUAZIZ, 9 juin 2017.

Le Figaro : « Mim : le projet de reprise des salariés définitivement enterré », Clémentine MALIGORNE, 9 juin 2017.

Libération : « William Saurin : qui a fricoté dans les comptes de la boîte ?, Franck BOUAZIZ, 12 janvier 2017.

L'Humanité : « Le gouvernement sabote le projet de reprise en Scop de Mim », Marion D'ALLARD, 12 juin 2017.



12 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 7 juillet 12:12

    Macron dira que ces licenciements feront baisser le chiffre du chômage ....


  • zygzornifle zygzornifle 7 juillet 12:13

    1600 emplois sont sur la sellette cher Darty-Fnac .....


  • rocla+ rocla+ 7 juillet 12:49

    les entreprises  un coup ça va  un coup ça vient .....


    L’ état les patrons  les ci les ça 

    les entreprises ça va ça vient ....



  • Gavroche 7 juillet 13:09

    Les entreprises ça va.


    Moi entreprise Duroct, ça va : mes actionnaires et moi on se partage 200 millions de bénéfices nets en moyenne depuis 5 ans . 
     
    Merci à mes salariés , ce sont eux qui bossent et qui font rentrer les sous sous, pas moi sur mon yacht , ni mes actionnaires étrangers ;

    Cette année, d’un coup ça va moins . le revenu pour moi et mes actionnaires va tomber de 50 millions ! 

    comment faire pour maintenir le revenu de 200 millions nets pour moi et mes actionnaires ? 

    Facile : je vire autant de salariés pour faire en sorte que l’économie sur leur salaire fasse 50 millions. Résultat, l’entreprise, ça va moins, mais moi et mes actionnaires, ça va on a quand même nos 200 millions.

    Si les affaires reprennent, on réembauchera, mais pour tous ces nouveaux salariés ce sera le salaire minimum, car les anciens qu’on a viré, avec leur ancienneté et leurs grades, nous coûtaient plus cher.

  • rocla+ rocla+ 7 juillet 18:14

    Quand  on est toqué de la tête  faut pas venir le montrer  à tout le monde .


    Les entreprises ça va ça vient . 

    Kodak  était une des plus grandes entreprises du monde . 

    Des millions d’ entreprises naissent de par le monde , des millions d’ autres ferment . 

    Le discours des communistes  est un discours de niqué de la tête . 

    • FreeDemocracy 7 juillet 21:15
      @rocla+

      bonsoir ?

      apparemment vous cherchez à communiquer avec vos semblables, tout va bien aller, pas de soucis.

      ça va ça vient... c’est comme la vie on vit et on meurt... sans savoir pourquoi... sans jamais chercher à corriger ces constatations...

      c’est très développée comme manière de penser, qui est votre maître ?

      Kodak ah ? mais encore ? je rigole, c’est obligé en lisant ça de rire, Kodak oui mais ?
      serait-ce la seule entreprise que vous connaissiez car vous êtes photographe ! voilà j’ai gagné ?

      pourquoi citer Kodak ? quand on parle de la France déjà et du secteur textile, ma foi, vous avez tout faux là non ? 

      les charges on s’en fout, la concurrence on s’en fout etc c’est ça va ça vient

      agora distributions (tati, Fabio lucci etc)
      Mim
      VIVARTE 

      ça en un an et dans le textile, merci d’être passé à bientôt


  • flourens flourens 7 juillet 18:14

    puisqu’on vous dit que licencier c’est pour mieux embaucher, faut les croire


  • rocla+ rocla+ 7 juillet 18:15

    Et les cinq votes  pour le commentaire de Gavroche montre le délabrement d’ Agoravox 


  • rocla+ rocla+ 7 juillet 18:16

    Et l’ autre communiste qu’ en remet  une couche . 


    C ’est habité par les handicapés ici ? 

    • flourens flourens 8 juillet 17:39

      @rocla+
      Ha Rocla, Rocla, tout un poème, ce Rocla, il est resté bloqué au temps du Maccarthysme, il voit des communistes partout, le mildiou, les communistes, la misère, les communistes, je trouve que c’est beau d’être simplet à ce point, il n’y a rien d’autre à dire, si peut être lui lire l’évangile « heureux les simples d’esprit, le royaume des cieux leur sera ouvert », je crois même que sa place sera direct à droite (normal pour Rocla) de dieu
      amen


    • FreeDemocracy 8 juillet 21:08
      @Flourens

      Bonsoir,

      d’autant plus qu’il répond à mon article sans l’avoir lu... ou compris puisque j’oppose Mim abandonné à son triste sort et FTL sauvé par NOUS (argent public) donc deux résultats différents pour des situations similaires.

      bonne soirée flourens


  • zygzornifle zygzornifle 9 juillet 08:16

    Encore un coup du Mim Marsot ....


Réagir