samedi 7 janvier - par Le Panda

MALADIES ORPHELINES

L'ETAT SE PENCHE

La première des choses et des faits irréfutables, ne font que les conséquences de la pollution de l’air fait que nous n’arrivons pratiquement plus à respirer normalement. Non seulement à Paris, Lyon, Grenoble, sans développer les autres nations. Où circuler à pieds sans port de masque entraine des conséquences de mortalités plus qu’importantes. Les constats s’imposent, nous le subissons au quotidien ; les états y compris la France ne font pas ce que la santé, notre survie impose.

Plus de 7 millions de morts par an, les virus ne connaissent point de frontière, toutes les couches des populations sont concernées c’est immuable. La pollution intérieure est 7 fois plus dangereuse et réfuter les réalités qui touchent les femmes, donc par voix de conséquences les enfants à venir. En cela les maladies orphelines se développent à vitesse grand V ou est-ce trop tard ?

Les appels au raisonnement une réalité aussi conséquente que les retombées du nucléaire, ou les conséquences atomiques, sur notre planète qui peut prétendre l’ignorer ?

Ne pas voir ces réalités, c’est tenter de se dédouaner : des risques et conséquences

Les maladies orphelines ne peuvent se traiter en un seul article, c’est impossible quiconque prétendant le contraire ne sait plus ou moins de quoi il en retourne ou, où nous en sommes.

Prendre la position de ne pas traiter ces sujets ayant vécu de par formation et vécu les deux côtés de la barrière. Serait un scandale associé à de l’inconscience.

Lorsqu’une personne développe un sujet à plusieurs thèmes, il se doit de l’avoir vécu dans sa chair, son sang, ses proches, etc. Justement pour éviter des erreurs. Sources : Ces citations parmi bien d’autre sont de Rimbaud.

La fibromyalgie, ses dérivatifs, ses causes, ses conséquences, les moyens qui peuvent êtres mis en œuvre pour cesser de passer par des solutions ou de suppositions erronées dont la majorité des gens font parfois fonctionner l’automédication.

Les sujets et la Chartre des Patients Experts , ne pouvant que donner réponses aux éléments dont les éléments sont approuvés reconnus par la Santé Publique, ainsi via l’OMS le Conseil de l’Ordre en y intégrant cela va de soit les positions d’autres patients connaissant, ou vivants les affres de telles situations.

Atteint à la naissance de la poliomyélite les séquelles ne s’effacent jamais, cela le Docteur Pierre Stagnara qui fut le premier à opérer des personnes dès 1955, de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon pour créer son propre service et finir aux Centre des Massues à Lyon.

Cet homme hors du commun paya de sa vie, par une maladie orpheline la fin de sa vie en 1995.

Nous sommes à un virage plus qu’important de la sécurité sociale de la volonté de la France de l’ensemble du corps médical pour lutter, il ne faut surtout pas y voir un leurre, sans la biologie la médecine et ses progrès n’existeraient pas.

Nous savons quasiment avec certitude que l’humain a atteint en l’instant le summum de sa durée de vie, à savoir sur les connaissances que nous avons actuellement le maximum est de 115 années de vie.

Nous attaquons sans voire en la circonstance une régression du grandissement de l’ossature humaine qui a atteint sa zone maximale puis aborde actuellement une phase descendante, mais normale, ne voyez en la circonstance rien de grave, il en va autant pour la femme que pour l’homme.

La durée de vie de la femme représente une moyenne légèrement supérieure à 84 ans et celle de l’homme à 79.

Le modernisme de la société de consommations dans laquelle nous sommes tombés provoque ce recul, qui ne peut nous dire avec précisions ce que seront les décennies à venir et dans quels sens.

La santé, tout comme l’éducation, les valeurs de la famille, la disparité des acquis dans le cadre du droit au savoir, remplissent toutes plus ou moins toutes les mêmes causes de cette finalité.

La période se prête à soulever ce types de questions à ceux, celles qui vont diriger pendant un certain temps notre devenir, essayons de soulever les bonnes ou pires questions pour ne pas dire « nous n’avons pas agi ».

À la demande du Député de l’Oise, Patrick Carvalho, une commission d’enquête de 30 membres sur la fibromyalgie, les conditions de sa reconnaissance et de sa prise en charge, vient d’être lancée.

On estime que la maladie, caractérisée notamment par des douleurs musculaires chroniques handicapantes, touche 14 millions d’Européens et entre 1,5 et 2 millions de Français.

Reconnue comme « maladie » par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), depuis 1992 et considérée comme maladie « handicapante » en Belgique, la fibromyalgie n’est pourtant toujours pas répertoriée dans le catalogue officiel des maladies de l’Union européenne.

Aujourd’hui, en France, les patients atteints subissent une seconde peine, l’absence de prise en charge.

C’est toute la raison de la démarche entreprise : mieux répondre avec notre système de santé, à la souffrance et à la détresse des centaines de milliers de Français fibromyalgiques.

Caractérisée notamment par des douleurs diffuses, la fibromyalgie est une maladie chronique, systémique et multimodale qui semble toucher à la fois le système nerveux central et les » petites fibres nerveuses .

Un syndrome musculo-squelettique chronique qui n’affecte pas moins de 2% à 5% de la population, selon les dernières estimations.

Ce syndrome douloureux est associé à une fatigue devenue chronique, des troubles du sommeil, des colopathies, des céphalées, etc.

Ce qui en fait une pathologie complexe et souvent invalidante.

La maladie touche majoritairement les femmes, avec un sexe-ratio de 9:1.

De précédentes études ont déjà suggéré, en plus de la sensibilité à la douleur, une tolérance réduite aux stimuli sensoriels et une hypersensibilité aux événements non-douloureux.

Les affections de longue durée exonérantes sont définies par le Code de la Sécurité Sociale comme des affections dont la gravité et/ou le caractère chronique nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse, et pour lesquelles le ticket modérateur est supprimé.

La France, pour sa part, continue de considérer la fibromyalgie comme un syndrome.

De nombreux parlementaires ont interrogé le gouvernement, au fil des années, sur le sujet et ont toujours obtenu la même réponse, celle d’un statu quo.

Il est considéré que ce syndrome n’a pas de cause connue. Son diagnostic est formulé par défaut d’identification d’autres maladies. Il n’existe pas de traitement spécifique, notamment médicamenteux, ni de prise en charge bien établie.

Cette situation a des conséquences pour les malades. Ils sont d’abord livrés à une errance médicale.

 Ils ne savent pas vers quel médecin se tourner : rhumatologue, psychologue, neurologue.

Le temps, qui s’écoule entre la manifestation des premiers symptômes et le diagnostic final, est, en moyenne de six ans. Six longues années sans savoir de quoi le patient est atteint et sans perspective.

Dès lors, la solitude s’installe et les maux du corps envahissent l’esprit, ajoutant aux douleurs physiques des symptômes dépressifs.

En ce qui concerne les traitements, les prescriptions tendent à essayer d’endiguer les symptômes avec le recours à des antidouleurs, des antidépresseurs, des antiépileptiques accompagnés souvent d’effets secondaires complétant les douleurs initiales sans régler ces dernières.

D’autres thérapies, non médicamenteuses, sont pratiquées (kinésithérapie, balnéothérapie, psychothérapie, relaxation, acuponcture). Le corps médical est, par ailleurs, peu formé à ce type de maladie chronique.

Certains praticiens sont encore septiques sur la nature de la fibromyalgie, la considérant comme une maladie psychologique, ce qui a des conséquences sur la qualité et l’efficacité des traitements prescrits.

À cela s’ajoutent encore les rapports conflictuels avec les administrations (CPAM, maisons départementales des personnes handicapées, médecine du travail), dès lors que les diagnostics s’établissent par défaut de reconnaissance d’autres pathologies et que la sécurité sociale ne reconnaît pas la fibromyalgie comme maladie.

La fibromyalgie via le code CIM 10 M 79.7, n’est d’ailleurs pas présent dans le référentiel de la CPAM.

Il en découle la non reconnaissance d’une invalidité induite par cette maladie, la non prise en charge en « affection de longue durée » (ALD), ni en ALD 31 pour une fibromyalgie non accompagnée d’autres maladies, la rupture du versement d’indemnités journalières pour un arrêt maladie prolongé pour cause de fibromyalgie.

Cerner le contexte de la souffrance humaine personnelle et environnementale sur le plan personnel et familial.

Le Panda

Patrick Juan



31 réactions


  • Le Panda Le Panda 7 janvier 13:57
    Bonjour,

    Je ne peux que remercier l’ensemble de celles et ceux qui ont permit la publication de cet article.
    Je vais essayer en fonction de mes moyens, de répondre lorsque je le sais aux questions que tout un chacun peut se poser.
    Il s’agit avant tout en ce qui me concerne arrivé à l’hiver de ma « vie » d’apporter les acquits et partager en permettant de mieux comprendre et que l’on cesse par des visions de malheurs de faire appels aux diverses générosités de la population.
    Ce type d’article comme je l’indique au départ ne peut se traiter en une seule étape.
    Donc merci aussi à l’ensemble de l’équipe d’AGV d’avoir choisi sa publication.
    J’apporte en complément que pour éviter toute confusion ou amalgame, je ne le publierai pas sur mon site avant 8 jours.
    Il sera traité pour ceux qui le souhaitent le contexte et les problématiques « des vaccins » pour ou contre et diverses étapes que vivent en premiers lieux les patients mais tous leurs proches.
    Cette décision n’a pas été facile à prendre il a fallu un certain « courage » mais de grace ne pas tomber surtout dans une conception de plaintes qui nous éloignerait des réalités.
    Je vous réitère mes remerciements pour vos commentaires éventuels, je répondrais sans langue de bois ou en fuyant les réalités des maux dus à une société qui marque la fin de certaines étapes pleines de réalismes.
    Merci de votre concours.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

  • foufouille foufouille 7 janvier 14:53

    ayant une maladie orpheline mais héréditaire depuis longtemps dans la famille, je peut te dire que c’est la même histoire pour toutes les maladies rares.
    et même pour les séquelles d’un accident mortel sauf coup de bol.
    le médecin a appris bêtement le plus souvent et n’a pas retenu grand chose, donc face a des symptômes qui sortent de l’ordinaire et même avec la confirmation par des examens, il niera la réalité.


  • Le Panda Le Panda 7 janvier 15:05

    foufouille,

    Merci de ton intervention, mais le fait de témoigner d’un façon aussi ouverte démontre bien du courage.

    Le fait d’être dans le même cas, me permet de te dire que toutes maladies héréditaires sont en majorité des « virus » qui ne se détectent pas forcément durant une grossesse. 

    Non le phénomène n’est le même pour toutes les maladies orphelines, le corps médical surtout sur le plan de la recherche dispose d’éléments porteurs de bien d’espoirs dans lesquels je crois pour les avoir étudiés avec des personnes bien plus compétentes à un moment de ma vie avec eux et je continue.

    La majorité des « médecins » comme j’en parle dans l’article, merci de l’avoir lu, ne sont pas formés au problème des maladies orphelines.

    L’information vient de tomber il y a 48 heures « la Fibromyalgie » va être portée en ALD, ce qui représente un soulagement énorme pour ceux qui en souffrent et leurs proches.

    Amicalement,

    Le Panda

    Patrick Juan


    • foufouille foufouille 7 janvier 19:39

      @Le Panda
      ce que je sais est j’ai un gène défaillant ou faible, vu que mon accident a réveillé la maladie.
      sinon elle se manifeste vers 50 ou 60 ans. voire plus.


    • Le Panda Le Panda 7 janvier 20:12

      @foufouille
      oui effectivement, cela est possible, il est surtout transmissible au niveau du fœtus, chacun possède ses charmes.

      Un gène peut se réveiller ou se manifester bien avant 50 ou 60 ans.

      Tout dépend ce que ton accident a pu laisser comme traces et réveiller comme séquelles au moment de ton accident mais indiscutablement une maladie dite « sourde » peut surgir au moment ou les défenses naturelles s’affaiblissent.

      Il est aussi certain que tout reste fonction : peut-être de ce que les spécialistes qui cherchant tes causes n’ont pas su analyser en plus profond les causes réelles de ton problème.

      Il ne faut jamais lâcher prise et garder surtout un environnement qui puisse comprendre, donc peut-être t’aider.

      Cordialement

      Le Panda

      Patrick Juan 


    • foufouille foufouille 8 janvier 11:03

      @Le Panda
      en gros, mes nerfs sont hypersensibles à la pression et à la douleur le long terme.
      donc comme c’est aux articulations uniquement touchées par des nécroses ou arthroses que la maladie se manifeste en provoquant une pseudo paralysie, c’est bien juste des suites de cet accident.
      sinon le côté droit aurait le même problème.
      mes TENS me permettent de rééduquer les nerfs mais juste temporairement.
       


    • Le Panda Le Panda 8 janvier 12:03
      @foufouille
      Bonjour
      en gros et en détail, j’ai juste une question à te poser si tu souhaites m’y répondre ?
      A quand remontre ton dernier EMG (électro myogramme). ?
      Il ne s’agirait peut-être pas passer à côté d’une dénervation potentielle !
      L’arthrose est réellement un second plan, car un nouveau en a.
      Il faut déterminer si tu ne te trouve pas face à une Mollisse, puis faire mesurer les tensions de puissance qui vont jusqu’à une échelle de 5.
      Connais tu tes puissances reflexes ou pas ?
      Les nerfs ne se rééduquent pas, il peuvent simplement se soulager, mais dans tout le cas que tu décris il faut catégoriquement refuser une biopsie musculaire car dans ce type de phénomènes les muscles perdent et ne repoussent pas.
      Amicalement
      Le Panda 

    • Le Panda Le Panda 8 janvier 12:15

      @foufouille
      La neurostimulation électrique transcutanée est une technique non médicamenteuse et non effractive destinée à soulager la douleur à l’aide d’un courant électrique de faible tension transmis par des électrodes placées sur la peau. L’acronyme TENS, par lequel on désigne souvent cette thérapeutique, vient de son appellation anglaise Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation. L’appareil qui génère le courant voulu et auquel sont reliées les électrodes est appelé « neurostimulateur ». On en trouve dans à peu près toutes les cliniques de physiothérapie et de physiatrie. De nos jours, on en fabrique aussi de tout petits qui fonctionnent à piles et qu’on peut porter sur soi comme un baladeur.

      La suite vient

      Le Panda


    • Le Panda Le Panda 8 janvier 12:17

      @foufouille
      Historique

      On a trouvé des tablettes de pierre datant de l’Antiquité égyptienne (2 500 ans avant notre ère) sur lesquelles était gravée la description d’une technique consistant à utiliser un poisson électrique pour soulager la douleur.

      À l’époque de Socrate, on traitait de la sorte les douleurs arthritiques et le mal de tête. Ce n’est cependant qu’en 1965 que Ronald Melzack (psychologue) et Patrick Wall (physiologiste) systématisaient la technique et lui donnaient le nom de « neurostimulation électrique transcutanée ». Aujourd’hui, cette technique est communément utilisée dans les hôpitaux et les cliniques pour soulager différents types de douleur, généralement en association avec d’autres approches, médicamenteuses ou physiques.

      La technique

      Dans la neurostimulation transcutanée classique, on emploie typiquement un courant électrique de faible voltage dont l’intensité varie de 10 mA (milliampères) à 30 mA.

      La fréquence des pulsations se situe entre 40 Hz et 150 Hz (Hertz pulsation par seconde).


    • Le Panda Le Panda 8 janvier 12:21

      @foufouille
      TENS et PENS

      La neurostimulation percutanée (PENS – Percutaneous Electrical Nerve Stimulation) est une technique plus effractive qui consiste à stimuler directement un ou plusieurs nerfs à l’aide d’électrodes insérées sous l’épiderme, ce qui peut nécessiter une intervention chirurgicale mineure. Il est également possible, pour un praticien compétent, de pratiquer cette technique à l’aide d’électrodes qui sont en fait des aiguilles du type de celles qu’utilisent les acupuncteurs. Il ne s’agit cependant pas ici d’acupuncture, puisque le praticien ne cherche pas à stimuler les méridiens d’acupuncture, mais plutôt des nerfs spécifiques situés sous l’épiderme.

       

      Les mécanismes d’action

      On n’a pas encore complètement élucidé les mécanismes par lesquels le courant électrique peut soulager la douleur. Il existe présentement deux hypothèses principales pour expliquer cette action analgésique : la théorie du portillon et la stimulation de la production endogène d’analgésiques naturels.

      La théorie du portillon, ou théorie du passage contrôlé de la douleur, fut d’abord formulée par les créateurs de la neurostimulation transcutanée, Ronald Melzack et Patrick Wall. Selon cette hypothèse, le courant électrique envoyé aux nerfs contribuerait à bloquer le passage de l’information douloureuse vers le cerveau. Le portillon serait ainsi fermé entre les nerfs et la moelle épinière, voie normale de transmission des impulsions nerveuses vers le thalamus et le cortex cérébral.

      Les analgésiques endogènes sont des substances antidouleur que l’organisme produit naturellement en fonction de ses besoins. Il s’agit des endorphines, des enképhalines et des dynorphines, substances apparentées à la morphine. Leur production serait stimulée par le passage du courant électrique dans les nerfs.

      Il est aussi possible que les effets analgésiques de la neurostimulation transcutanée soient le résultat de ces deux mécanismes.
       
      Sources « Passeports Santé » de mes trois interventions précédentes.

      Tu as besoin d’autres informations de ce style à ton écoute et celle des autres aussi.

      Le Panda


    • foufouille foufouille 8 janvier 20:50

      .
      @Le Panda
      un EMG est souvent impossible car le spécialiste nie la maladie sauf la pitié salpètrière
      il s’agit d’un problème de myèline donc pas musculaire.
      oui les nerfs se « réeduquent »


    • Le Panda Le Panda 8 janvier 22:16

      @foufouille
      Je te remercie d’avoir participé d’une façon aussi claire.

      Personne ne peux te refuser un EMG, il suffit de prendre rendez-vous avec un courrier de ton médecin dans la mesure ou ce dernier te le refuse tu peux appeler le « 115 » ou l’AMUAC qui sont aussi des médecins de garde. Il y en a dans toutes les villes où à proximité, c’est une certitude, courage.

      dans la mesure où tu ais besoin d’une aide fais le moi savoir, la ville où tu habites et nous pourrons échanger par privé.

      Je me porte garant de pourvoir te faire délivrer une « ordonnance » en dehors de la « Salpetrière » le plus proche de chez toi !

      Dans la mesure ou tu ais un problème pour trouver mon adresse e-mail, la voici :

      patrick.juan@panda-france.net

      Tu sais que tu peux compter sur mon aide.

      Tu es un des rares à avoir compris le fond du problème des maladies orphelines.

      En dehors de deux autres personnes que je remercie aussi par le présent.

      Dans la mesure ou l’article, celui-ci : aura servi à ce besoin, tu m’en verra ravi de pouvoir t’avoir été utile, au moins à une personne ayant un contexte qui demande à être appondit.

      De toute manière, garde espoir ; tu le verras par toi-même et la teneur de nos propos.

      Soit assuré de toute mon amitié.

      Nous pourrons discuter en dehors d’AGV de ce que tu souhaites au plus juste.

      Amicalement,

      Le Panda

      Patrick Juan 

       


    • foufouille foufouille 9 janvier 09:40

      @Le Panda
      franchement si tu surfes sur les forums des personnes, tu verras que je ne suis pas le seul a avoir eu ce genre de problème.
      ce neurologue bidon avait plus exactement dit que c’était dans ma tête car j’étais jeune.
      il l’a écrit a mon médecin traitant bidon de l’époque.
      il se trouve que ma mére a justement cette maladie et a du comme un de mes oncles se déplacer sur paris.
      de toute façon, ce neurologue a reconnu qu’il ne savait pas lire un EMG.
      c’est comme ça dans beaucoup de petites villes et villages de province.
      ce n’est pas non plus limité aux maladies rares. tu consultes le centre anti douleur car ton médecin traitant ne sait pas lire une radio ou nie les douleurs articulaires mais il est aussi nul et prétend que le seul médicament disponible est la kétamine.
      donc direction l’IFSI et la fac de médecine qui sont sur le net pour faire le boulot à leur place.


    • Le Panda Le Panda 9 janvier 10:12

      Voici le lien dont tu parles sur « la ketamine ».
       ce neurologue bidon avait plus exactement dit que c’était dans ma tête car j’étais jeune.
      Je suis désolé pour toi, ,mais la douleur n’a pas d’âge.
      il se trouve que ma mère a justement cette maladie et a du comme un de mes oncles se déplacer sur paris.
      Nous en avons déjà parlé j’ai t’ai indiqué que comme les maladies d’ordre génétiques ce sont les femmes qui les transmette, elles s’en passeraient bien mais la nature est faite ainsi.
      ce neurologue a reconnu qu’il ne savait pas lire un EMG.
      Dans la mesure ou cela soit réel, il faut saisir le Conseil de l’Ordre de ton département.
      Je ne peux que te dire à nouveau ce que j’ai déjà dis, JE TE PROPOSE MON AIDE BENEVOLE. Tu as mon adresse e-mail pour me contacter en privé, je peux entendre tes problèmes et je le comprends mais acceptes mon aide, si tu le veux.
      Tous les médecins et spécialistes ne sont pas identiques, chacun agît selon la prestation de son serment ce que j’ai fais pour mon Certificat d’agrégation de la faculté de médecine.
      Je ne peux en la circonstance que te proposer mon AIDE.
      A présent à toi de voir.
      Amicalement et avec mon soutien.
      Le Panda


    • foufouille foufouille 10 janvier 11:19

      @Le Panda
      la dernière fois, j’ai déménagé dans un autre département.
      ici, SOS médecins est débordé donc pas de visite à domicile donc je déménage car je ne vais consulter 15 médecins pour entendre le plus souvent des conneries. les urgences sont nul aussi vu que avec vingt de tension et la vue qui tourne, ce sera juste une visite si tu as de la chance. la fois suivante, je savais comment résoudre le problème sans médicaments vu que ce sont les pseudos tumeurs qui provoquent un début d’occlusion intestinale avec de gaz, il suffit d’appuyer et masser la partie du grêle qui se bouche.
      ton conseil de l’ordre ne fait rien dans ces départements. les rares bons médecins savent très bien que certains confrères sont nul.
      ce neurologue est dans un hôpital public et sévit depuis années.
      le médecin du fameux centre anti douleur est dans une autre ville et dans un autre département.
      entre médecins, aucun médecin ne dira qu’il est nul .
      anecdote : un voisin me dit que son médecin est bien, je consulte donc pour un vieux fil de suture qui ressort et s’infecte (avec pseudo tumeur puisque datant de vingt ans ). il me dit que j’habite trop loin de son cabinet après avoir refuser le dossier médical trop gros. j’obtiens tout de même une lettre pour consulter un chirurgien pour le fil qui sera nul aussi e tun rhumato qui sera étonné de la réaction de cet ami. ce rhumato me proposera juste une infiltration le maupral ou oméprazole n’existant pas pour lui. etc.
      j’ai consulté donc, au moins cinq généraliste dont un seul compétent mais vraiment débordé.
      la dernière était nulle avec aucune excuse car très jeune. sa réaction a été le dossier médical sert à rien sauf le dernier ECG.
      donc, maintenant je vérifie tout et apprend.
      je ne suis pas le seul dans ce cas mais moi j’apprends vite et c’est vrai que mon dossier est compliqué avec des maladies qui ne rentrent pas dans la case courante.
      par contre, beaucoup de gens se plaignent des médecins donc il faudra bien que certains se bougent.


    • Le Panda Le Panda 10 janvier 11:38
      @foufouille
      Bonjour,
      Je n’ai pas de potions magiques sourires, mais ton « K » semble plus complexe que tu ne l’expliques.
      Je ne peux résoudre sans que tu essaies de me contacter directement, il y a bien des faits que tu soulèves qui relève de diverses pathologies.
      C’est un service de médecine interne qui peut t’apporter les solutions éventuelles.
      En parlant en virtuel tu ne solutionneras aucun de tes problèmes et cela donne le sentiment de Don Quichotte personnage de légendes qui se battait contre les « moulins à vent » 
      Tu en ais au stade ou tu confonds génériques ou le produit de 1ere catégorie tel que lorsque tu parles du Mopral.
      C’est une couverture gastrique dosée à 20 mg point pour éviter certains inconvénients intestinaux point.
      Je te réitère mon AIDE mais merci de me contacter en privé AGV n’est pas fait pour traiter les problèmes de santé des gens.
      Donc saches que je reste à ta disposition, mais pas au-delà de mes capacités.
      A te lire plus positivement dans l’action.
      Bien à toi,
      Le Panda
      Patrick Juan 
       

    • foufouille foufouille 10 janvier 18:30

      @Le Panda
      pour le spécialiste en médecine interne, je sais mais il faut une lettre du généraliste pour cela.
      peu possible avec une glycémie postprandiale de 2G, etc qui sont tout à fait normal pour le généraliste.
      dans mon avant dernier département, j’avais consulté un très bon médecin généraliste pour un autre ECG vu que celui de le CPAM n’était pas accepté, il m’avait dit que très peu de médecins accepterait de lire mon dossier.
      donc je sais que que beaucoup sont nuls et répondent n’importe quoi.
      je verrais donc quand je serais sur toulouse.
      pour ton aide, c’est peu possible vu que je n’habites pas dans ton secteur.


    • Le Panda Le Panda 10 janvier 19:14
      @foufouille
      Non désolé pour voir un médecin de médecine interne, qui dans 99% des cas relèvent d’un centre hospitalier ; tu n’as pas du tout besoin d’un courrier, vu à priori la lourdeur de ton dossier dixit tes propos.
      Le département n’a rien à voir, avec mon secteur, je ne peux être plus clair, la décision c’est toi qui l’a prend, il n’y à aucun leurre en la circonstance.
      Donc tu fais comme tu le peux ou comme tu le souhaite.
      Bon courage.....
      Bien à toi
      Le Panda
      Patrick Juan

    • foufouille foufouille 16 janvier 13:52

      @Le Panda
      https://www.hopital-foch.com/medecine-interne/
      http://www.chi-poissy-st-germain.fr/fr/medecine-interne-explications-15-10-2010-611.html
      http://www.chru-strasbourg.fr/poles/Specialites-Medicales-Ophtalmologie/Medecine-interne-NHC
      c’est un spécialiste, donc oui tu as besoin d’un courrier sauf en passant par une urgence.
      c’est le parcours de santé de la CPAM.
      j’ai un résumé d’une médecin chef d’un centre de santé de la CPAM qui ne m’a servit à rien car les généralistes ne le lise pas. j’avais aussi une lettre de sa part dont le médecin n’a pas tenu compte du tout, poubelle malgré 5g de triglycérides.
      donc oui cela dépend du département.


  • moderatus moderatus 8 janvier 09:09

     

    Bonjour , merci pour toutes ces informations,

     La fibromyalgie dont vous parlez est inquiétante , elle décrit des symptômes ou une partie des symptômes que nous ressentons tous à partir d’un certain âge.

    Je me rassure en me répétant la phrase d’un ami,

    Si à partir d’un certain âge tu te réveilles le matin sans aucune douleur c’est que tu es mort.

    On se rassure comme on peut

    Bonne journée.


  • Le Panda Le Panda 8 janvier 09:30
    Bonjour moderatrus,

    La fibromyalgie dont vous parlez est inquiétante , elle décrit des symptômes ou une partie des symptômes que nous ressentons tous à partir d’un certain âge.

    Il est un fait essentiel et primordial, il en résulte que les plus grands spécialistes au monde ne savent pas dans quelle catégorie la classer.

    Mais elle présente sur le plan sécurité dans les mois à venir une sécurité pour les personnes atteintes de ces maux, car effectivement elle va figurer dans la catégorie des ALD (affections de longue durée).
    Je me dois toutefois d’admettre que j’ai surement traité « le sujet » d’une façon ou trop technique ou bien trop rapide.
    La phrase de votre ami est une réalité incontournable, mais je peux me permettre de rajouter un de vos proches vous manque et la terre est dépeuplée.
    Je constate que nous sommes deux matinaux et que la vaillance et à priori votre sensibilité vous savez la faire partager.
    La démonstration est faite vous méritez votre audience et la prochaine fois, je vais essayer de traiter le futur sujet d’une façon plus simple.
    Merci de votre commentaire, je vous souhaite aussi une très bonne journée et si possible un excellent dimanche.
    Cordialement
    Le Panda

  • Le Panda Le Panda 8 janvier 12:11

    J’avais indiqué que je parlerais du contexte des vaccins en voici juste un extrait

    <iframe width="344" height="206" src="//embedftv-a.akamaihd.net/df0cd106a1cb9014b7a31c523ecd2a78" frameborder="0" scrolling="no" allowfullscreen></iframe><br /><a href="http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/grippe/sante-les-vaccins-sont-ils-vraiment-utiles_2000295.html » target=" les="les" vaccins="vaccins" sont-ils="sont-ils" vraiment="vraiment">a>

    Alors que les autorités sanitaires ont décidé de mener une vaste campagne de vaccination à Dijon (Côte-d’Or) pour prévenir la méningite, beaucoup d’étudiants ont fait part de leur réticence à se faire vacciner. Pourquoi ? « Ça vient très souvent d’un manque d’informations. On manque de sources d’informations sérieuses et objectives », explique Philippe Sansonetti, chercheur à l’Institut Pasteur en microbiologie.

    « Une assurance pour les autres »

    Le professeur explique ainsi qu’il est « indispensable de se faire vacciner (...), car on sait la résistance des antibiotiques et les effets secondaires qu’ils peuvent cacher ». Surtout, dans le cas de la grippe par exemple, se faire vacciner, « c’est une assurance pour les autres, pour les plus fragiles, les plus vulnérables, les personnes âgées, les personnes malades », conclut Philippe Sansonetti.

    Le Panda

    Sources France3


  • Le Panda Le Panda 9 janvier 10:56

    Treize personnes sont mortes de la grippe dans une même maison de retraite à Lyon, entre le 23 décembre et le 7 janvier, a annoncé samedi la ministre de la Santé Marisol Touraine qui a saisi l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).

    L’Igas devra faire la lumière sur cet « événement exceptionnel ». Sur 72 personnes ayant contracté la grippe à la date de samedi dans "l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Korian Berthelot à Lyon", 13 personnes, d’une moyenne d’âge de 91,5 ans, sont décédées et six sont encore hospitalisées, a précisé le ministère dans un communiqué.

    C’est l’arbre qui cache qui cache la forêt, la question que l’on peut se poser modestement c’est que certaines de ces personnes non vaccinées sont en vie.

    Les vaccins étaient   toujours d’actualités ? Les personnes qui les ont reçues aptes à les recevoir ? Mais aurons-nous le fin de mot de ces drames.

    Le Panda



  • Le Panda Le Panda 10 janvier 16:53

    Selon nos informations, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire concernant l’AVC (Accident vasculaire cérébral) qu’un volontaire aurait fait en novembre 2015 lors d’une phase de l’essai clinique mortel de Rennes.

    Elle s’ajoute à l’information judiciaire ouverte depuis juin 2016 pour homicide involontaire et blessures involontaires. Le 17 janvier dernier, un volontaire de 49 ans, Guillaume Molinet, est décédé lors d’un essai dit de phase 1. Celui-ci était mené à Rennes par l’entreprise bretonne Biotrial pour le compte du laboratoire portugais Bial.

    En novembre 2015, soit deux mois avant l’accident fatal, un autre cobaye, appelé « le gendarme » en référence à son ancienne profession avait fait un AVC. Un accident qualifié de « non récent » par le CHU de Rennes en janvier dernier. Puis, dix jours après une contre-expertise publiée par Le Figaro en mai, le gendarme recevait un nouveau compte-rendu qualifiant son AVC de « récent ». L’enquête préliminaire se penche donc sur ces incohérences.

    Le Panda Sources

    Le Figaro


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:15
    Cette année risquons de nous trouver face à une pandémie La grippe frappe plus de coutume cette année, avec 2 millions de cas, et les services hospitaliers sont très sollicités. 

    La grippe n’a pas encore atteint son pic mais remplit déjà bien les salles d’attente des hôpitaux. Deux millions de personnes ont déjà consulté leur médecin et parmi elles, les plus de 65 ans sont les plus touchées. Alors que cette année une surmortalité de plus de 1.500 personnes par rapport à 2014 est attendue, les services d’urgence sont débordés, notamment à l’hôpital Jean Verdier de Bondy, en Seine-Saint-Denis.

    Le Panda


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:16

    Une longue attente. Malgré une salle d’attente de petite taille, il y a foule au service d’urgence de Jean Verdier. Les soucis de santé habituels mais aussi la grippe font venir en nombre les patients. Eddy, un masque de protection sur la bouche, se retrouve aux urgences car son médecin ne travaille pas actuellement : « J’avais des vertiges, je commençais à tousser et à avoir mal à la tête, je suis venu aux urgences mais je suis reparti pour aller chercher les enfants », explique-t-il à Europe 1. « Je suis revenu aujourd’hui pour voir le médecin », ajoute-t-il. Il attend qu’on l’ausculte car il dit « ne pas avoir le choix ». 

    En février, on comptabilisait 5.400 passages aux urgences pour une grippe dont 483 cas graves et 42 décès. 

    Le Panda


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:20

    Les hospitalisations en augmentation.L’épidémie de grippe de 2015 est la plus forte depuis 15 ans, selon les spécialistes. Cette année, les personnes fragiles y ont en effet moins bien résisté que d’habitude. Romain Dufot, chef du service d’urgence explique à Europe 1 : « Le vaccin mis en place ne protège qu’à hauteur de 20% des souches parce que le virus a muté. Il y a donc un effet boule de neige qui a entraîné une épidémie », explique-t-il. Il rapporte « 43% d’augmentation des hospitalisations des sujets de plus de 65 ans ». 

    Les enfants aussi sont plus touchés par le virus. À Bondy, les urgences pédiatriques sont aussi bondées. 

    Sources les Hôpitaux de Paris

    Le Panda


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:21
    MUTATION DU VIRUS - Le virus de la grippe ne serait pas exactement le même que celui qui est inclus dans les souches du vaccin. Une surmortalité est à prévoir. 

    Le nombre de cas de grippe signalés par les médecins généralistes et les urgences est de plus en plus élevé selon le bilan des réseaux Sentinelles qui vient d’être publié par l’Institut de veille sanitaire. Le pic n’a pas encore été atteint et devrait l’être dans les jours qui viennent (voir la carte de l’épidémie plus bas). Reste un problème : le vaccin proposé cette année ne devrait pas être aussi efficace que prévu…


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:22

    Le virus a muté. Ces dernières semaines, le nombre de cas est en augmentation. « Grâce » à cette hausse, le visage du virus 2014-2015 se précise nettement. Et les nouvelles des experts ne sont pas vraiment bonnes. Avec les derniers cas et en analysant les virus de la grippe qui circule dans l’hémisphère sud, ils ont pu établir la composition du vaccin. Les vaccins antigrippaux contiennent les souches des virus B, A H1N1 et H3N2. Problème, le virus qui circule le plus actuellement en France (le H3N2) aurait muté. Il ne correspond donc pas à la souche qui a été mise dans le vaccin cette année.

    Une centaine d’hospitalisations. Depuis le début de l’épidémie, un peu plus de 1.300 personnes ont été aux urgences pour soigner une grippe. Près de 100 d’entre elles auraient nécessité une hospitalisation en réanimation.


  • Le Panda Le Panda 10 janvier 20:25

    15% de décès en plus. Ce raté pourrait avoir des conséquences importantes. Certains experts prédisent même une surmortalité de 15%. Des décès directement causés par la grippe chez les personnes les plus fragiles. D’autres pays connaissent le même problème. Aux Etats-Unis, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont annoncé en décembre dernier le même problème.

    Le vaccin reste une vraie protection. S’il sera moins efficace, le vaccin contre la grippe protège tout de même les personnes. « Dans le vaccin contre la grippe, il y a trois virus contre lesquels on cherche à être protégé. Aujourd’hui, pour ce qui concerne le virus de type B et le virus de type H1N1, le vaccin est exactement celui qu’il faut, il cible le bon virus », explique d’abord Bruno Lina, responsable du centre de référence sur la grippe à Lyon. « Même si vous tombez sur le H3N2 mutant, le vaccin ne sera pas totalement inefficace. La forme de la grippe sera moins violente que si vous n’êtes pas vacciné ». 

    Sources :
    Par Mélanie Gomez et Victor Dhollande-Monnier
    Le Panda

  • Le Panda Le Panda 11 janvier 13:09

    Une intense épidémie de grippe frappe le pays depuis décembre. Les malades affluent aux urgences, qui sont souvent saturées, tout particulièrement dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Ile-de-France. Faisant état d’une « situation préoccupante », la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé aux services d’urgence « de tout mettre en œuvre » pour « garantir la prise en charge de l’ensemble des patients qui nécessitent d’être hospitalisés ».

    « Déprogrammer des opérations ». Marisol Touraine a demandé « à tous les hôpitaux publics et privés de déprogrammer des opérations, des soins médicaux pour libérer des lits », mercredi 11 janvier lors d’un point presse. 142 hôpitaux sont « sous tension » sur 850, a également annoncé la ministre de la Santé. Marisol Touraine a donc appelé l’« ensemble des personnels de santé à s’engager » à recevoir les malades pour soulager les urgences.

    La moitié des patients de plus de 60 ans qui vont à l’hôpital en raison de l’épidémie de grippe restent aux urgences, a précisé la ministre de la Santé. Cette proportion atteint 75% pour les plus de 80 ans.

     Son pic doit être atteint la semaine prochaine, annonce le bulletin hebdomadaire de Santé publique France (document PDF). François Bourdillon, directeur général de l’agence, a ajouté qu’il était « probable » que certaines régions l’aient déjà atteint. 

    Sources France Info

    Le Panda


Réagir