lundi 27 mars - par Laurent Herblay

Euro : l’œuvre de salut public de Jacques Sapir

Il y a deux semaines, je m’interrogeais sur les raisons qui font que nous perdons la deuxième bataille de l’euro. Un nouveau sondage confirme que nous ne serions que 28% à vouloir quitter le radeau de la méduse monétaire européen. Heureusement, bravant l’hostilité de tous les grands média, Jacques Sapir fait œuvre de salut public en rappelant sur son blog tous les arguments pour une sortie.

 

Sortir est raisonnable, rester déraisonnable
 
C’est l’immense paradoxe du débat sur la monnaie unique. Plus le temps passe, plus les économistes, de droite comme de gauche se prononcent contre cette folie monétaire (on pointe au moins 10 « prix Nobel d’économie » critiques), mais le débat reste paralysé, pour bien des raisons. En premier lieu, l’incarnation de cette position par une Marine Le Pen volage et pas sérieuse, qui multiplie les scénarios alambiqués et peu crédibles, tout en étant incapable de répondre aux objections, accréditant les idées des euro-béats et bétas. Car quand le FN ne sait pas répondre à ceux qui évoquent une baisse du pouvoir d’achat ou une envolée de la dette, comment espérer que nos idées progressent ?
 
J’essaie depuis des années de combattre les arguments fallacieux des euro-ayatollahs (vous trouverez ici un papier de synthèse de 2013 qui comprend aussi une longue vidéo) mais Jacques Sapir est sans doute l’intellectuel français qui a le plus travaillé sur la question. Il vient de proposer sur son blog un papier de synthèse comprenant des liens vers des papiers thématiques qui permettent de démonter un à un tous les arguments à courte vue des adorateurs du veau d’or européen. Ce papier est absolument remarquable et représente le meilleur effort de synthèse complet, pédagogique, et facilement compréhensible, y compris par des profanes. Toutes les objections y sont traitées ici.
 
Le premier argument de ceux qui cherchent à faire peur, c’est qu’une sortie de la monnaie unique provoquerait une envolée de la dette. Cela est complètement faux. 97% de notre dette étant émise en droit français, le droit international, à travers la Lex Monetae, stipule que pour cette dette, le changement de monnaie officielle provoque une conversion automatique, contrairement aux allégations mensongères de l’institut Montaigne. Un règlement européen de 1997 l’avait bien mentionné à la veille du passage à la monnaie unique. Comme l’écrit Jacques Sapir, « si le gouvernement français décide de repasser au franc avec un taux de conversion de 1 euro pour 1 franc, il en a le droit pour l’ensemble des instruments juridiques et des contrats émis dans l’ordre juridique français ».
 
Et à ceux qui pronostiquent une envolée des taux d’intérêts, Sapir rappelle que la présence dans l’euro ne l’empêche déjà pas, et que la position de la France nous protège, d’autant plus qu’il serait toujours possible de jouer sur les règles prudentielles. On peut aussi ajouter que la Banque de France pourrait alors racheter de la dette, comme le fait la Banque du Japon. Enfin, les euro-ayatollahs évoquent une baisse du pouvoir d’achat. D’abord, on peut leur opposer que la baisse de 20% de l’euro n’a pas provoqué cela. Ensuite, il faut noter que les importations ne pèsent que 25% du PIB, et mieux encore que si le franc se déprécierait face au mark, il s’apprécierait face aux monnaies du Sud de l’Europe et qu’au global, cela s’équilibrerait, ce qui est confirmé par toutes les études, comme celle du CEPII.
 

 

Je vous invite donc à lire et partager ce papier remarquable de pédagogie de Jacques Sapir. Certes, nous avons perdu la seconde bataille de l’opinion sur l’euro, et il semble difficile de redresser la situation d’ici les élections présidentielles. Mais sur le fond, nous avons raison. Le château de carte monétaire européen finira par s’effondrer. A nous de poursuivre le combat pour le quitter avant.
 


100 réactions


  • leypanou 27 mars 10:18

    D’après Joao Ferreira, membre du Comité Central du Parti Communiste Portugais, dont on peut lire les détails ici, l’euro, qui est un projet politique d’intégration capitaliste a déjà réalisé une partie de ses objectifs, à savoir une baisse du coût de la main d’œuvre et une attaque sur les services publics et la privatisation des secteurs économiques stratégiques.

    Alors que les objectifs avoués de l’euro étaient la baisse du chômage, une croissance élevée autour de 3% par an ainsi que des salaires élevés.

    On en est donc très loin entre les proclamations et les résultats réels obtenus.


    • Parrhesia Parrhesia 27 mars 11:12

      @leypanou
      Très juste !!!


    • Croa Croa 27 mars 19:23

      À leypanou,
      .
      C’est un peu ça en effet. Il y avait les VRAIS objectifs de l’euro, et ceux-ci ont été atteints en effet ou presque puisque le but final est la destruction des nations.
      Quand aux « objectifs avouées » ce n’était que DES PROMESSES et depuis le début certains spécialistes disaient déjà qu’il s’agissait d’une arnaque. On aurait mieux fait de les écouter !  smiley 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 22:28

      @Croa
      La plupart des opposants à la Loi travail n’ont toujours pas compris que cette loi était la conséquence de notre appartenance à l’ UE & à l’ euro. Quand on ne peut pas dévaluer la monnaie pour l’ajuster à la compétitivité de l’économie, il ne reste qu’une « dévaluation interne » : détruire les acquis sociaux pour faire baisser le prix du travail...


    • Alice Alice 28 mars 11:46

      @leypanou
       

      "les objectifs avoués de l’euro étaient la baisse du chômage, une croissance élevée autour de 3% par an ainsi que des salaires élevés."

       

      Comment une monnaie aurait-elle de pouvoir de faire cela ?

       

      Inversement, en quoi le fait de remplacer l’euro par une autre monnaie, franc, roupie, florin, ce que vous voulez, aurait le pouvoir de faire cela ?


    • Alice Alice 28 mars 11:51

      @Croa
       

      « le but final est la destruction des nations. »

       

      En quoi le choix d’une monnaie aurait-il de pouvoir de faire cela  ?

       

      Ne croyez-vous pas que chômage, croissance, salaires élevés, « nation » dépendent d’autres facteurs ?


    • Yaurrick Yaurrick 29 mars 12:44

      @Fifi Brind_acier
      Les acquis sociaux comme vous le dites, ce sont pas des acquis, juste de la dette.


    • Jean Pierre 2 avril 21:39

      @Yaurrick

      La fraude fiscale représente 60 à 80 milliards d’ € par an en France. C’est sensiblement le montant du déficit public annuel. Plus de fraude, plus de dette !

      Pour un néolibéral dans votre genre, l’avantage de la dette c’est qu’elle justifie tout et n’importe quoi : la fin des services publics, la fin de la protection sociale, etc.
      On comprend donc très bien pourquoi la finance organise à la fois la fraude et la dette. D’une part, cela permet immédiatement d’augmenter les profits (les banques et les entreprises s’organisent pour que leurs bénéfices soit délocalisés dans les paradis fiscaux). D’autre part, à plus long terme, ceux la même qui créent la dette par la fraude en récupèrent les innombrables bénéfices : la dette est un placement financier (obligations d’Etat), elle justifie le démantèlement des services publics, et comme vous le dites vous même elle prétend justifier la fin de la protection sociale. Tout bénéf pour le capital au détriment du travail. 

      Pressé de questions sur son choix de confier la création monétaire aux banques privées (ce qui était précédemment une fonction régalienne) Giscard a lâché le fond de l’affaire : « le but est de créer un vaste marché des obligations ». Dès le départ Giscard savait que cette décision avait pour but de créer de la dette d’Etat.

      Dutreil qui fut ministre de Chirac a aussi résumé tout cela dans une conférence qui n’’aurait pas du fuiter : « le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d’une crise majeure  ». 



  • kalachnikov lermontov 27 mars 10:59

    Il n’y a aucun moyen de sortir de l’euro et venant de la dictature ue, spécialisée dans les tours de vice, les captations de souveraineté et le tina, cela devrait faire réfléchir.
    La seule façon de sortir de l’euro, c’est de sortir de l’Ue via l’article 50.

    Je cite : ’Les traités européens ne prévoyant pas de sortie de la zone euro sans sortie de l’Union européenne, l’article 50 apparaît également comme un moyen de sortie de la zone euro’.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Retrait_de_l’Union_europ%C3%A9enne


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 07:52

      @lermontov
      Normalement, depuis 1969, tous les Traités internationaux doivent comporter une clause de sortie. Pour le Traité de Maastricht qui a introduit l’euro, il n’y a pas de clause de sortie.

      Il faut donc utiliser l’article 50 du Traité de Lisbonne pour sortir de l’ UE, afin de sortir de l’euro...

      Nous devons cette anomalie juridique à Attali, qui « a oublié volontairement » de mettre une clause de sortie à l’euro. Attali est le papa spirituel de baby Macron, le Rouleau de printemps, pour ceux qui l’auraient oublié...


    • kalachnikov lermontov 28 mars 08:03

      @ Fifi Brind_acier

      Je sais parfaitement, Fifi. Mais figure-toi que les adeptes des sectes siamoises FI et Fn comptent discuter avec ce genre de chiens déloyaux et malveillants, qui ne respectent pas les règles et veulent juste niquer. Ils s’assoient à la table de tricheurs et s’étonnent de finir plumés. Et avec ça à se croire futés en s’en persuadant mutuellement alors qu’ils sont en slip et ne cessent de chouiner.


    • Odin Odin 28 mars 12:09

      @lermontov

      « les adeptes des sectes siamoises FI et Fn » 

      Arrêtez de raconter des sottises, les lecteurs ne sont pas des imbéciles. Par votre amalgame, FI / FN, vous contribuez à faire passer l’UPR pour une secte de décérébrés. Programme de MLP :

      RENDRE À LA FRANCE SA SOUVERAINETÉ NATIONALE. VERS UNE EUROPE DES NATIONS INDÉPENDANTES, AU SERVICE DES PEUPLES

      1 : Retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique). Pour cela, une négociation sera engagée avec nos partenaires européens suivie d’un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne. L’objectif est de parvenir à un projet européen respectueux de l’indépendance de la France, des souverainetés nationales et qui serve les intérêts des peuples.

      https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2017/02/projet-presidentiel-marine-le-pen.pdf

       


    • kalachnikov lermontov 28 mars 12:43

      @ Odin

      Embrouille, il n’y a rien à négocier car la seule façon de sortir de l’euro, c’est de sortir de l’Ue via l’article 50.
      Donc, manoeuvre dilatoire de l’employée lepen visant à empêcher que les Français reprennent la maîtrise de leur destin afin que l’Ue libérale mortifère continue d’asphyxier ce pays et le démantèle tout à fait.


    • baldis30 28 mars 12:45

      @lermontov
      bonjour,

      si on veut sortir, sans dégâts et avec les excuses de la partie adverse ( oui, oui) on peut le faire et je peux dire que quelques pays seront bien emm..... dont deux principaux ....


    • kalachnikov lermontov 28 mars 13:22

      @ baldis30

      Salut.

      Il y a un point qui est occulté, c’est que le projet Ue est malveillant dès la genèse.


    • glenco01 28 mars 18:52

      @Fifi Brind_acier voici le lien qui fonctionne.


  • Parrhesia Parrhesia 27 mars 11:01

    >>> « si le gouvernement français décide de repasser au franc avec un taux de conversion de 1 euro pour 1 franc, il en a le droit pour l’ensemble des instruments juridiques et des contrats émis dans l’ordre juridique français ».<<<

     

    Fascinant de logique et de réalisme !

     

    Et après………..

     

    Quelqu’un peut-il me dire quelle sera la gueule de notre merveilleux franc français une semaine après sa création au taux de 1€ = 1F.F. et lorsque son taux de convertibilité réel aura été revu et corrigé par tous nos « alliés » (dont nos alliés européens, bien sûr) et après les pressions du F.M.I. et autres imprimeurs de dollars ???

    Nous risquons tout simplement, dans l’état actuel des choses, et avec des « experts économiques français » de la trempe de mm. Macron, Sapin, et autres consorts qualité Christine Lagarde d’être obligés de baser à nouveaux nos échanges internationaux sur le troc comme l’URSS des temps staliniens !!!

    À moins, bien sûr, de devoir payer nos importations en dollars ou en toute autre monnaie décidée par le vendeur et que nous devrons acheter à un taux finalement fixé par des intérêts étrangers et ennemis économiques !!!

    Et ne me dites pas que nous pourrons tout « consommer français » : nos moyens de productions ont été délocalisés et les plus importants de nos pouvoirs de décision industrielle ont été bradés à nos concurrents par des traîtres !!!

     

    Mais bon Dieu !!! Est-ce que l’on va recommencer à réfléchir un peu dans ce pays en léthargie ???


    • Et hop ! Et hop ! 27 mars 11:54

      @Parrhesia : « Et après ? »


      Et après, l’Euro va disparaître, 
      le Franc va dévaluer par rapport au Mark, les VW vont augmenter de 25 % par rapport aux voitures françaises, 
      notre balance commerciale va se rééquilibrer, 
      d’abord en agriculture, 
      puis dans des industries qui vont se relocaliser en France jusqu’à un retour au plein emploi.

      Avec 2 ou 3 millions d’emplois salariés de plus, plus de déficit des assurances sociales, plus de déficit de l’État.

    • Parrhesia Parrhesia 27 mars 12:15
      @Et hop,

      Et Hop !!!
      C’est effectivement comme ça que cela pourrait se passer !

      N’est-ce pas merveilleux ???

    • Croa Croa 27 mars 19:33

      À Parrhesia « création au taux de 1€ = 1F.F. »
      *
      « F.F. » pour Franc Français ? Ce sera probablement plutôt le NFF (nouveau franc français) pendant quelques temps avant de devenir Franc (F) tout simplement au bout d’une dizaine d’années lorsque nous aurons oublié l’ancien Franc et même l’eurosmiley 


    • lordrax 27 mars 20:12

      @Parrhesia

      Le Franc se dépréciera certes un peu mais pas de quoi fouetter un chat, en tout cas votre vision apocalyptique fait de moins en moins peur . C’est rester dans l’Euro qui est la mauvaise décision à Moyen/ Long terme, des dizaines si ce ne sont des centaines d’universitaires et intellectuels à travers le monde, dont plusieurs prix Nobel d’économie, disent que l’Euro court à la catastrophe et que les pays qui en sortiront les premiers sont ceux qui s’en sortiront le mieux. Je pense que ces gens ont réfléchi à la question et savent de quoi ils parlent en matière d’économie et/ou de finance . Est-ce votre cas ? Ou alors êtes vous atteint par cet Européisme béat qu’on nous rabâche à longueur de journée ? C’est cette Europe irréformable qui a rendu la France léthargique. Heureusement cela est en train de changer car les belles promesses de lendemains qui chantent sont définitivement inaudibles et les français sont en train de se réveiller. On nous a vendu l’Europe en promettant plein emploi, augmentation du niveau de vie,... et c’est tout le contraire qui s’est passé sauf pour une infime minorité qui s’est gavée et qui se gave encore. Ces mêmes personnes (qui travaillent pour les oies précitées) nous disent que si on sort de l’Euro donc de l’UE (l’un n’allant pas sans l’autre) ce sera catastrophique et nous devrions les croire !?!.


    • Coriosolite 27 mars 21:22

      @Et hop !
      puis dans des industries qui vont se relocaliser en France jusqu’à un retour au plein emploi.

      Avec 2 ou 3 millions d’emplois salariés de plus, plus de déficit des assurances sociales, plus de déficit de l’État.

      Un vrai conte de fées !!!

      Sauf que ... à moins de préparer clandestinement la sortie de l’euro, tout ceux qui ont des capitaux les transfèreront illico n’importe où en zone euro dès l’annonce, même pas de la sortie de la France de la zone euro, mais de l’annonce de l’ouverture des négociations.

       Quel épargnant ou investisseur accepterait, avec la perte de valeur du « nouveau franc » par rapport à l’euro (c’est bien le but de la sortie : pouvoir dévaluer sa monnaie ? n’est-ce pas ?) de perdre 20 ou 25% de ses capitaux avec le sourire ?

      Conséquence de la fuite des capitaux ? Diminution des octrois de crédits aux particuliers et aux entreprises comme en 2008. Et explosion des faillites et du chômage.

      Alors peut-être qu’à long terme, la sortie de la zone euro sera bénéfique (personne n’en sait rien en fait), mais raconter qu’il n’y aura pas de casse et que miraculeusement tous nos problèmes vont disparaître d’un coup, c’est du grand n’importe quoi.


    • Dom66 Dom66 27 mars 22:00

      @Et hop !
      ça c’est en rêve. Les VW plus chères, mais le carburant hors de prix...chouette 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 22:31

      @Parrhesia
      Rassurez-vous, seule l’UPR propose la sortie de l’ UE et de l’euro par l’article 50 ! Pas les autres candidats. En quelque minutes l’économiste Murer vous explique les avantages de la sortie de l’ UE & de l’euro.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 27 mars 22:39

      Bonjour Coriosolite,
      .
      "Quel épargnant ou investisseur accepterait, avec la perte de valeur du « nouveau franc » par rapport à l’euro (c’est bien le but de la sortie : pouvoir dévaluer sa monnaie ? n’est-ce pas ?) de perdre 20 ou 25% de ses capitaux avec le sourire ?« 
      .
      Si l’UPR arrive au pouvoir François Asselineau convoquera dans les jours après son élection une réunion avec les chefs d’états des autres pays de l’UE pour annoncer la sortie de la France de l’UE et de l’Euro, programme pour le quel il à été élu !
      .
      Au moment du retour vers un nouveau Francs la conversion au départ sera de 1€ = 1Francs ... puis dans les semaines suivantes le Francs subira certainement une dévaluation aux alentours de 10% !
      .
      Nous allons ensuite réattribuer à la Banque de France son rôle normal de financement de l’État et des collectivités locales et nous serons ainsi de nouveau les maitres de la souveraineté monétaire !
      .
      Due à la dévaluation de Francs nous allons pouvoir plus facilement exporter nos marchandises ce que relancera la production en France ainsi la création des emplois.
      .
      Nous payons actuellement environ 24 milliards d’euros à l’UE / ans et en retour nous recevons environ 14 milliards ! Le fait de sortir de l’UE et de l’Euro fait que nous allons avoir 10 milliards de plus par ans pour soutenir notre économie, pour augmenter le nombre des constructions des logements sociaux, etc... Les agriculteurs continueront à recevoir leurs subventions car si vous m’avait suivie vous avez compris que nous sommes contributeur net à l’UE !
      .
      François Asselineau et Jacques Sapir débattent sur l’euro et le retour au franc
      http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/francois-asselineau-et-jacques-72100
      .
       »L’apocalypse, c’est maintenant« disait FA dans une interview récente ». Contempteur de l’Union européenne et de l’Otan, dont il souhaite également sortir, le candidat de l’UPR nous alerte sur une crise économique sans précédent dans la zone euro. « Il risque d’y avoir une sortie de l’Italie et cela risque de créer des centaines de milliards de déficits pour la Banque centrale européenne que nous devrons éponger » !
      .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 22:40

      @Dom66
      Le prix des carburants est essentiellement constitué de taxes, que provisoirement il est possible de baisser. La sortie de l’euro s’accompagnera d’une dévaluation à 10%, les exportations repartiront, avec des emplois à la clef, des cotisations sociales et des rentrées d’impôts, qui compenseront.


      Provisoirement il sera nécessaire de continuer à importer les produits dont les entreprises ont été délocalisées, mais des taxes aux importations peuvent les amener à rapatrier leurs fabrications ...

      Il faut arrêter de faire peur avec la sortie de l’euro ! De nombreux pays ont changé de monnaie, il n’y a eu aucune catastrophe !
      « La tragédie de l’ euro » donne de nombreux exemples de pays qui ont changé de monnaie .

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 22:44

      @Coriosolite
      L’épargne en euro sera transformée en Francs.
      1000 euros vaudront 1000 francs, où est le problème ?


      Vous confondez avec la dévaluation de la monnaie par rapport au dollar. Elle est indispensable, la valeur de l’euro est trop élevée et nuit aux exportations des produits français.
      Regardez « La tragédie de l’ euro », vous comprendrez tout !

    • Parrhesia Parrhesia 27 mars 23:15
      @Fifi Brind_acier

      Mais Fifi, vous savez parfaitement que vous prêcher un converti !!! Alors ?

      Ce qui me préoccupe ce n’est pas la nécessité de sortir de cette contre-europe !
      Ce qui me pose problème, c’est notre capacité à le faire intelligemment et en force suffisante pour faire face à des puissances qui, elles, ont tout compris depuis quatre-vingt ans et plus !!!

      Et là, je suis même très, très inquiet !!!
      (Pour info, ceci n’est pas une mise en cause des capacités de m. Murer que je ne connais même pas !!!)


    • Parrhesia Parrhesia 27 mars 23:32
      @lordrax
      Qu’il faille sortir de la contre-europe actuelle, et sans doute de l’euro par voie de conséquence est un fait pratiquement acquis !
      Il ne reste donc plus qu’à réunir en France les hommes de confiance compétents et les conditions socio-économiques indispensables pour faire face à la nouvelle situation ainsi créée dans notre monde de paix ...



    • pemile pemile 27 mars 23:36

      @Fifi Brind_acier « une dévaluation à 10%, les exportations repartiront »

      Quels seront ces produits que nous exporteront tellement mieux avec cette baisse de prix de 10% ?


    • Croa Croa 27 mars 23:51

      À pemile,
      Pas les produits de luxe, une spécialité bien française pour laquelle plus c’est cher mieux ça se vend... Nous pourrons donc faire encore plus de bénefs sur le luxe smiley
      *
      Plus sérieusement -10% ça fait venir le touriste !  smiley


    • pemile pemile 27 mars 23:55

      @Croa « Plus sérieusement -10% ça fait venir le touriste ! »

      Malgré la guerre civile et la france islamique annoncées par certains ? smiley


    • extrapole 28 mars 00:01

      @Dom66

      à cet instant, le prix d’un litre de pétrole brut (donc non taxé) est de 0.276 euro. Si une sortie de l’euro provoque une dévaluation du franc de 20%, l’augmentation à l’importation est de 6 centimes d’ euro par litre.

    • extrapole 28 mars 00:25

      @extrapole

       un baril de brut (159 litres) permet de produire 74 litres d’essence.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 06:45

      @Parrhesia
      Pour le faire intelligemment, je fais davantage confiance à Asselineau qu’à n’importe qui d’autre !
       C’est le seul qui soit capable d’expliquer les questions monétaires. Les autres se mélangent les pinceaux entre « monnaie unique » et « monnaie commune » ...
      De plus, l’ UPR dispose de Vincent Brousseau, ancien économiste à la BCE.


      Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une monnaie = une économie = un peuple. Chaque fois que des Empires ont voulu imposer une monnaie commune à plusieurs pays, ça a foiré.

      Mais le but de l’ euro n’était pas économique, mais politique ! Il fallait neutraliser les Gouvernements, les empêcher de dévaluer, pour les obliger à sacrifier les acquis sociaux. C’est d’autant plus machiavélique que l’ UE et l’euro ont été vendus pour faire « une Europe de la prospérité »...

      Ils ont juste oublié de dire qu’il s’agissait de la prospérité du patronat..., un oubli sans doute ! L’euro remplit pleinement son objectif politique : « envoyer les Etats Providence aux égouts »
      « Les ravages sociaux de l’euro, une stratégie délibérée ! »

      Si on veut faire un parallèle entre la Grèce et l’ Islande.
      En Grèce, Syriza a refusé de sortir de l’ UE & de l’euro : les Grecs sont ruinés.
      En Islande, pays souverain, ils ont fait tout ce qui est interdit dans les Traités européens. Ils ont dévalué la couronne islandaise, laissé les banques faire faillite, protégé les comptes bancaires des Islandais, et remis en place le contrôle des mouvements de capitaux.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 07:01

      @pemile
      Tous les produits français. L’agroalimentaire, les produits de luxe et les produits industriels comme les voitures, les avions, les hélicoptères etc . Le tourisme aussi bénéficiera d’une baisse de la valeur du Franc/ $. Le tourisme, c’est le premier secteur pourvoyeur de devises étrangères, et nous sommes leader mondial du tourisme !


      Avec un euro trop fort part rapport au dollar, le commerce extérieur de la France actuellement, c’est la Bérézina !

      Il faut comparer les données macroéconomiques actuelles avec celles d’y a 40 ans, pour comprendre les dégâts causés par l’ UE et l’euro, après Maastricht.

      L’inflation a baissé, mais ce n’est pas un signe de bonne santé économique !
      C’est le signe d’un fort chômage, qui ne convient qu’aux financiers.
      Cf « L’indice NAIRU de la BCE, pourquoi le chômage ne baissera pas »

    • Trelawney Trelawney 28 mars 08:27

      @Fifi Brind_acier
      la valeur de l’euro est trop élevée et nuit aux exportations des produits français.

      Quels produits ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 09:01

      @Trelawney
      C’est écrit juste dans mon commentaire au dessus !


    • Trelawney Trelawney 28 mars 09:40

      @Fifi Brind_acier
      L’agroalimentaire, 11.6 milliards d’euro d’excédant. Si la parité est de 30% ca nous fait donc 15.1 milliards soit un gain de 3.5 milliards d’euro

      les produits de luxe 90% des produits de luxe français sont fabriqués hors de France (Roumanies, Asies, USA, etc) ce n’est pas dans un souci d’économie, mais pour se placer dans les zone de chalandises. Donc avec un CA de 222 milliards d’euro 22.2 milliards sont impactés et avec il n’y aura pas de transfert de production donc pas d’évolution de ce coté là.
      les produits industriels comme les voitures, sur les 6.4 millions de véhicules de marques françaises construites, 22% soit 1.4 millions le sont en France (c’était 62% en 97). Renault a son siège au pays bas et continuera à vendre ses voitures en euro. Si on quitte l’euro PSA transfert son siège certainement vers le Luxembourg. Ca ne changera rien pour eux sinon qu’avec le rachat d’Opel il y aura des transferts de fabrication vers l’Allemagne

      les avions, Airbus assemble à toulouse des avions construits en Europe un changement de partité francs autre monnaiene ferra qu’augmenter le prix de vente de l’A310.
      les hélicoptères etc itou Airbus

      Le tourisme. C’est uniquement sur ce point là qu’on a un avantage à tirer. Avec un CA actuel de 160 milliards d’euro on peut raisonnablement le passer à 20% au dela on n’a plus de capacité de recevoir donc 32 milliards d’euro d’augmentation.

      Soit un total de 3.5+32=35.5 milliards d’euro.
      Notre dette est de 2096 milliards et augmente de 100 milliards par an. Intérêt de la dette si 1% = 21 milliards. Avec le franc on démarre à 1 pour 1 pour finir (les prêts en euro sont sur 5 ans) à 1 pour 3 donc l’intérêt de la dette passe de 21 à 63 milliards soit plus de la totalité des bénéfices tirés plus haut.

      Comme le taux du crédit est haut personne n’investira en France préférant des pays comme la Pologne, la Létonie etc avec un euro et un taux de crédit bas voir négatif

      Ce n’est pas de la politique, c’est juste du businness

    • chantecler chantecler 28 mars 10:06

      @lordrax
      Bonjour,
      Merci à l’auteur pour cet excellent article ...
      J’ai apprécié aussi celui de J.Sapir qui voit loin :
      https://russeurope.hypotheses.org/5848
      Quant à la dévaluation , qu’est-ce que notre dette si ce n’est une dévaluation reportée ad vitam jusqu’à ce que les créanciers décident de siffler la fin de la partie en augmentant les taux (cf agence de notations) ?
      En attendant 200 Milliards sont affectés annuellement à la dette .
      Une paille !
      Quant on voit que les investissements sociaux se discutent aujourd’hui en millions d’euros et les besoins des banques faillies ,et sans doute des assurances , en cumulant leurs créances pourries , en « titrisant » , en milliards !


    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 10:30

      @Coriosolite

      Heureusement que vous êtes passé car je vous confesse que certains partisans de la sortie de cette « contre-europe-promondialiste » (dont je suis) commencent parfois à fatiguer !!!

       

      Tous ces experts et autres prix Nobel qui nous expliquent que l’indispensable retour en arrière va pouvoir se faire en claquant des doigts impressionnent !

      Mais ils impressionnent finalement moins que la multitude des experts de « radio-trottoir » qui gobe leurs dangereuses sornettes comme l’on déguste son petit crème après le déjeuner.

      De grâce, mm les internautes ! Arrêtez également de nous infliger du « prix Nobel d’économie » à tort et à travers et considérez plutôt que ces prix sont désormais attribués en fonction des mêmes critères politiques mondialistes que les prix Nobel de la Paix !!!

      En ce mois d’Avril 2007, pour nous Français, ou du moins pour ce qu’il en reste, l’heure n’est plus aux galéjades mais bien à la réflexion.

      Merci pour votre lucide commentaire, Coriosolite


    • franc 28 mars 10:31
      @pemile

       il faudra aussi sortir de la France islamique ,interdire le coran et interdire les mosquées ,bannir et expulser les islamistes , ça fera revenir les touristes .

    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 10:34
      @Trelawney
      Quel dommage que nous ne soyons pas d’accord sur tout comme sur cette analyse !!!
      Bonne journée à vous !!!

    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 10:48
      @Parrhesia
      Ce commentaire est également adressé à Trelawney...
      Bonne journée à tous deux.

    • Trelawney Trelawney 28 mars 10:49

      @Parrhesia
      Heureusement que l’on ne soit pas d’accord sur tout, Ca serait d’un triste


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 10:58

      @Trelawney
      Ne mélangez pas tout ! La dette, quand on est un pays souverain, on peut la stopper en remettant en route la Banque de France et ses prêts à taux 0% ! Ce que nous payons, ce sont les intérêts de la dette . Le capital, les banques savent qu’elles ne le récupèreront jamais, ce qui les intéresse, ce sont les intérêts !


    • Trelawney Trelawney 28 mars 11:33

      @Fifi Brind_acier
      Ne mélangez pas tout ! La dette, quand on est un pays souverain, on peut la stopper en remettant en route la Banque de France et ses prêts à taux 0% ! 


      Citez moi dans le monde un seul pays qui n’emprunte pas sur les marchés financiers et fait tourner sa planche à billets pour se financer. 
      Parce qu’au cas où vous ne le savais pas et non ce n’est pas une fausse information issue d’un « complot mondialiste », nous sommes bien en 2017

    • Coriosolite 28 mars 11:37

      @Parrhesia
      Bonjour,

      J’ai cessé de croire aux fadaises pro-UE et pro-Euro. Ce n’est pas pour gober la propagande naïve ou hypocrite des pro-frexit ou pro-sortie miraculeuse de la zone euro.

      Sortir de l’euro et/ou de l’UE, pourquoi pas. Mais croire que ça se passera en douceur et que ce sera tout bénéfice immédiatement, c’est vraiment croire aux contes de fées.

      Et ce ne seront pas les vendeurs de miracles, tous universitaires ou retraités bien dotés, qui paieront la casse. Même si j’admet que pour sortir de cette URSS libérale il faudra accepter des moments difficiles.

      Mais j’aimerai que les donneurs de leçon et les marchands de certitudes aient l’honnêteté d’annoncer la couleur.

      Je rêve, bien sur.


    • pemile pemile 28 mars 12:02

      @Fifi Brind_acier « Le tourisme, c’est le premier secteur pourvoyeur de devises étrangères, et nous sommes leader mondial du tourisme ! »

      Et nous le sommes toujours malgré l’euro, non ?

      En fait, le seul secteur économique qui profiterait serait donc le tourisme, secteur qui n’a pas souffert de l’euro ??? smiley


    • Coriosolite 28 mars 12:02

      @Fifi Brind_acier
      1000 euros vaudront 1000 francs, où est le problème ?

      Le problème c’est votre naïveté et votre entêtement à ne pas vouloir voir plus loin que ces slogans que vous colportez à longueur de temps.

      Ne prenez pas ce commentaire comme une agression. Je vous parle franchement, c’est tout.


    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 12:04
      @Coriosolite

      On ne saurait mieux dire !

      Bonne journée.

    • Alice Alice 28 mars 12:14

      @Parrhesia
       

      "Quelqu’un peut-il me dire quelle sera la gueule de notre merveilleux franc français une semaine après sa création au taux de 1€ = 1F.F. et lorsque son taux de convertibilité réel aura été revu et corrigé par tous nos « alliés » "

       

      Voilà ! Je ne ne suis pas spécialement partisane de garder l’euro ou de changer de monnaie a priori, MAIS, au-delà des beaux principes, il faut penser aux conséquences pratiques.

      Il y a celle qu’expose Parrhesia mais aussi, avec une monnaie purement française, la possibilité pour le gouvernement français de faire marcher la planche à billet ou de dévaluer pour rembourser la dette et maintenir le niveau de dépense de l’état.

       

      D’où inflation immédiate. En cas de dévaluation de 10%, avec le même salaire, du jour au lendemain, vous achèterez 10% en moins. Avez-vous songé à vos économies ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 16:09

      @Trelawney
      De 1801 au Traité de Maastricht, l’Etat français a emprunté à taux 0% à la Banque de France
      C’est l’article 104 de Maastricht, devenu article 123 du TFUE qui impose aux états européens d’emprunter au marché (aux banques ) avec intérêts.


      Evolution de la dette avec et sans Maastricht.
      Si nous n’étions pas dans l’ UE, la dette serait « un non sujet »

      La dette est une arnaque montée de toute pièce pour favoriser les financiers !


    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 18:33
      @Alice
      Bonjour Alice,
      Il est clair qu’une monnaie purement Française telle que le F.F. de de Gaulle, à ce point solide que la Chine elle-même avait envisagé quelques mois avant mai 68 de traiter son commerce extérieur en f.f., ne présente que des avantages pour tout le monde (les rongeurs exceptés, évidemment) !
      C’est d’ailleurs l’une des nombreuses raisons qui ont poussé (et qui pousse toujours) les mondialistes à s’investir autant dans la ruine de la cinquième république, de ses solutions et de son initiateur. 
      Il est également juste que pour en arriver à la situation socio-économique de la France de Mars 1968, de Gaulle lui-même avait dû recourir à la dévaluation et à une légère accélération des rotatives, d’où inflation contrôlée (création du Francs lourd) !
      Mais lui-même et ses ministres ont toujours su qu’il ne s’agissait-là que d’expédients, ou au mieux, de recettes, permettant la relance de la mécanique socio-économique après les brillantes prestations de ses prédécesseurs, toujours socialistes. Situation par ailleurs négligeable au regard de la situation que nous laissent aujourd’hui nos talentueux experts umps !!!
      Or, les mêmes instruments de dépannages laissés entre des mains telles que celles de Jack Lew et celles d’Obama aux Etats-Unis ont abouti à l’actuelle bombe à retardement financière états-unienne ; situation dont il vaudrait mieux également sortir !!!

      D’autre part et dans notre situation économique « et humaine » actuelle (! ?!), je ne crois pas un demi-quart de seconde à une dévaluation limitée à 10% si nous effectuons une sortie « à la hussarde » de l’ensemble mondialiste contre-européen en place. Ce système a été concocté, lui, par des pros et notre initiative sera évidemment contrée par les mêmes pros.

      Ceci étant, il va bien falloir, effectivement, trouver le moyen d’en sortir !!!

      Alors, bonne soirée à vous Alice.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 19:09

      @pemile
      Bien sûr qu’avec le Franc dévalué de 10%, le tourisme augmentera.
      C’est ce qui vient de se passer en GB qui a dévalué la livre de 10%.


    • Alren Alren 28 mars 19:24

      @Parrhesia

      Tous les experts économiques dont vous n’êtes pas du tout, tablent sur une dévaluation du franc de 20% maxi tout comme pour la livre anglaise en cas de frexit.

      Une attaque du franc par des spéculateurs comme Soros pour aller au-dessous de ces 20% serait combattue par ... les banques centrales étrangères car les exportations françaises deviendraient trop compétitives en terme de prix et auraient un effet de dumping qui nuirait aux productions locales !

      De plus, la France importerait beaucoup moins et les pays qui y exportent beaucoup, comme l’Allemagne avec ce snobisme imbécile sur les automobiles, perdraient beaucoup d’argent.

      La France exportant à bas coûts attirerait les capitaux étrangers d’investissement pour profiter de ce regain fort d’activité tout comme ils sont allés en Chine pour ce motif.

      Donc, il n’y a pas à craindre que la monnaie de la cinquième puissance mondiale soit artificiellement sous-évaluée. Soyez rassuré.


    • Parrhesia Parrhesia 28 mars 20:45

      @Alren

      J’avoue que la puissance de vos arguments désarçonne mon inexpérience…

       Bon ! C’est pas tout ça, mais il faut bien que je trouve quand-même quelque chose à vous répondre, n’est-ce pas ? Ne serait-ce que par courtoisie !

       Donc vous nous dites :

       

      >>> Une attaque du franc par des spéculateurs comme Soros pour aller au-dessous de ces 20% serait combattue par ... les banques centrales étrangères car les exportations françaises deviendraient trop compétitives en terme de prix et auraient un effet de dumping qui nuirait aux productions locales ! Une attaque du franc par des spéculateurs comme Soros pour aller au-dessous de ces 20% serait combattue par ... les banques centrales étrangères car les exportations françaises deviendraient trop compétitives en terme de prix et auraient un effet de dumping qui nuirait aux productions locales ! <<<

       

      Hé bien, là, franchement, chapeau ! Et merci de me rassurer !

      Je craignais en effet que notre super compétitivité exportatrice bien connue, dopée par l’aide (inespérée) des grandes banques de nos principaux pays concurrents, ne finisse par traumatiser d’autres puissances économiques, et notamment les Chinois et les Indiens !!!

      Grâce à vous, cher Alren, je sais maintenant qu’ils sont pour quelque temps encore à l’abri du nervouze brèke daoune, aucun danger représenté par notre puissance exportatrice française ne menaçant leurs productions locales à court terme !

       Mais à court terme seulement, bien sûr ! Parce qu’après, quant vous allez être au pouvoir ... Ils vont voir ce qu’ils vont voir, ces Chinois et ces Indiens !!!


    • Yaurrick Yaurrick 29 mars 12:48

      @Fifi Brind_acier
      Il me semblait qu’on avait retenu la leçon de la république de Weimar et du Zimbabwe... Une monnaie fiat ne vaut que par la confiance qu’on lui accorde, comment voulez avoir confiance en un état qui ne ferait qu’imprimer des billets, vu que des prêts à 0% c’est exactement cela.


    • biquet biquet 29 mars 15:43

      @eau-du-robinet
      La différence entre Asselineau et moi, c’est que Asselineau a encore moins de chance de devenir président de la République que moi (qui n’est candidat à rien, ce qui déjà pas mal !). La différence aussi, c’est que mon fric je le garde pour moi, que je dis beaucoup de conneries comme Asselineau mais que je ne cherche pas à en faire profiter toute la France.


    • Et hop ! Et hop ! 31 mars 17:26

      @Dom66 : Vous savez bien que le prix du carburant est composé à 90 % de taxes et de frais de transformation et de commercialisation, donc une variation de 20 % du brut change le prix à la pompe de 2%.


  • zygzornifle zygzornifle 27 mars 13:02

    il a bien raison rester c’est couler avec l’Europe qui deviendra une proie encore plus facile .....


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 27 mars 22:01

    Bonjour,
    .
    François Asselineau et Jacques Sapir débattent sur l’euro et le retour au franc
    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/francois-asselineau-et-jacques-72100
    .


  • Gavroche 27 mars 23:43
    1000 euros vaudront 1000 frs dévalués de 30% ce qui mettra le chinois à +60% si on ajoute les taxes frontières. 
     Qu’il faudra bien acheter car le made in France est rares et donc très chers. Il faudra donc continuer à acheter chinois , donc zero emplois supplémentaires.

    Mais nous pourrons vendre plus de produits français que nous fabriquons.
    mais oui on en fabrique ! 
    Le camembert, le roquefort, les couteaux, les fraises...non pas les fraises, l’Espagne nous bat. ..

    Pour le reste il faudra d’abord fabriquer avant de vendre et vendre moins cher, et donc pour cela comme dirait Fillon, réduire les salaires, les avantages sociaux, les remboursements sécu, travailler 48 h payés 5, augmenter la TVA, supprimer l’ISF, etc...si on veut être compétitifs.

    Bref on a bien compris : rester dans l’UE avantage les puissants et les riches.

    Sortir de l’UE brutalement sans reconstituer nos productions défuntes n’avantage pas les pauvres , les riches non plus mais les puissants et les riches ne seront pas gênés. ils auront toujours les moyens de se payer les produits taxés et plus chers.
     

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 07:20

      @Gavroche
      Sortir de l’UE brutalement sans reconstituer nos productions défuntes n’avantage pas les pauvres , les riches non plus mais les puissants et les riches ne seront pas gênés. ils auront toujours les moyens de se payer les produits taxés et plus chers.

      On n’est pas « un peu enceinte », on est enceinte, ou on ne l’est pas !
      L’UE & l’euro, c’est pareil, on est dedans ou on est dehors !


      On ne peut pas reconstituer le potentiel industriel en restant dans l’ UE, à cause de l’absence de contrôle des mouvements de capitaux, à l’origine des délocalisations, et du bradage des entreprises françaises. Et d’une monnaie trop forte/ $.

      Au lieu de vous en prendre à ceux qui veulent arrêter la dégringolade économique de la France, prenez-vous en aux Partis politiques qui nous ont mis dans cette situation !

      Vous savez, ceux qui ont signé tous les Traités européens, le PS en particulier ... !? Allez leur demander des comptes ! Et puis lisez donc les études de Jacques Sapir sur la sortie de l’euro. Il répond à toutes vos questions.


    • Et hop ! Et hop ! 31 mars 17:31

      @Gavroche : Non, il faut commencer par reconquérir le marché intérieur, refabriquer des chaussures, des montres, des jouets, des vélos, des armes, des tracteurs, des scooters, des tomates, des outils, des machines, etc..


      Le marché extérieur c’est accessoire, pas plus de 14 % jusqu’en 1990.

      8 millions de chômeurs qui ne cotisent pas, ne paient pas d’impôts, ne consomment presque rien, c’est une charge absolument énorme.

  • Gavroche 27 mars 23:46

    Et comme les politiciens pleins aux as et les « économistes » payés royalement se gardent bien d’expliquer au petit peuple les inconvénients du frexit, car il y en a mais motus, on a plein de cabris qui sautent sur leur chaise en criant « Frexit...Frexit. »..sans savoir vraiment ce que ça recouvre.




  • Alter 28 mars 08:10

    Incroyable.... on évoque une sortie de l’euro et des gens nous sortent le scénario burlesque des fuites des capitaux....
    Je rappelle que c’est déjà le cas et ensuite qu’à l’époque où nous avions le franc, il y a eu des dévaluation de la monnaie et que... les capitaux n’allaient pas à l’étranger. Et même si ce scénario ce produit, je me demande comment les banques françaises réagiront car ce seront elles qui seraient ruinées en premier.
    Je vois pas en quoi ce scénario, qui décidément ne fais peur qu’aux personnes qui ne réfléchissent pas n’est pas lui-même une histoire, un conte destiné à être raconté au coin d’un feu la nuit en pleine forêt. Que dire des chinois milliardaire ? La monnaie chinoise est-elle si forte que ça ? Ont-ils eu l’idée de se tirer aux Etats Unis ? Les indiens milliardaire ? La monnaie indienne est-elle si forte que ça ?

    Toujours le même discours de ceux qui profitent des avantages de l’euro (c’est-à-dire pas nous mais les grands financiers) mais qui au final sont les plus grands perdants et qui tiennent à leur monnaie de singe. (parce que l’euro ne vaut rien alors que si nous retournons au franc indexé à l’or, là ta monnaie à plus de valeur)
    Ensuite, l’Etat pour regagner sa souveraineté, doit reprendre le contrôle de sa monnaie. Bien entendu on parle de notre souveraineté (celle du peuple français), de notre pouvoir d’achat... pas des histoires racontés par des spéculateurs et faux monnayeurs qui détiennent notre souveraineté.


    • kalachnikov lermontov 28 mars 08:14

      @ Alter

      Que veux-tu, les soumis défendent la chienne Ue, cette huitième merveille du monde, mais ils n’ont jamais entendu parler de la liberté de circulation des capitaux, de la lessiveuse luxembourgeoise, ils ne savent pas que Juncker, c’est le chef du gang des voleurs nommé président du praesidium suprême et ils ne veulent pas voir que l’évasion fiscale en France comme au niveau européen est organisée par les décideurs. Contre le peuple.


    • covadonga*722 covadonga*722 28 mars 09:09

      @Fifi Brind_acier
      parce que toi le team qui commence a 6 h et finis a 23 h poste 100 message jour tu n’est pas payée ?

      Définitivement Asselineau se tire une balle dans le pieds avec des adeptes comme toi et doctorix 
      Son discours devient inaudible tellement vous faites preuves de suffisances limites injurieuses.



    • chantecler chantecler 28 mars 10:23

      @Alter
      Si, la fuite des capitaux , a toujours été sinon une réalité , une menace .
      Connue à diverses périodes , en 1981 par exemple , puisque la bourgeoisie a considéré l’élection de F.Mitterrand comme un coup d’état bolchevique !!!!
      Mais se faisant faute de volonté politique : contrôle des capitaux , interdit par les traités européens .(libre circulation, etc, etc ...)
      Pour le reste notre pays a réussi à se relever de la dernière guerre mondiale , malgré les destructions et la vampirisation de toutes les richesses (y compris la M.O) par l’occupant .
      Et mettre les bases d’un état social juste et a relativement efficace .
      Donc il ne s’agit que de volonté politique et de rapports de force .
      C’est plus simple de se soumettre au TINA que de dire « non, assez » !
      NB : les détracteurs de la sortie de l’euro nous disent : oui, mais avec la mondialisation vous avez accès à un tas d’objets sophistiqués : électronique , téléphonie , électroménager , automobile, ...etc
      pas chers...
      pas chers : à voir !
      Mais a t’on besoin d’acheter du neuf en permanence : le dernier smartphone , la bagnole qui se gare toute seule etc , quasi irréparable d’ailleurs et fragilisée à force d’électronique , le réfrigérateur, la plaque de cuissons machin ?
      Un créneau d’emplois pourrait se reconstituer sur la réparation , la maintenance alors que nous sommes saturés d’offres commerciales , avec les emplois concentrés , le marécage du tertiaire ( plates formes téléphoniques ) avec d’ailleurs aujourd’hui des dégraissages constants et de l’emploi précaire et agressif . ?


    • franc 28 mars 10:40
      @chantecler

       ne faut il pas aussi recréer une industrie de l’électronique française ,la sortie de l’euro nous obligera à le faire.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 11:01

      @covadonga*722
      Contrairement aux trolls de Bruxelles, je suis bénévole ! Je n’ai pas envie que nous finissions comme les Grecs, SDF dans un carton !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 11:02

      @chantecler
      Dès l’élection, il faut remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
      C’est l’article 63 du TFUE qui l’a supprimé.


    • Coriosolite 28 mars 14:17

      @Alter
      Je rappelle que c’est déjà le cas et ensuite qu’à l’époque où nous avions le franc, il y a eu des dévaluation de la monnaie et que... les capitaux n’allaient pas à l’étranger

      Et pourquoi les capitaux n’allaient pas à l’étranger ?

      Parce qu’il y avait le contrôle des changes, tout simplement.

      Et comme dans la zone euro ce contrôle des changes n’existe plus, personne ne pourra empêcher les capitaux de migrer en Allemagne ou en Belgique ou ailleurs en zone euro juste avant que la France ne sorte de l’euro.

      Conséquences pour les banques françaises ? Je vous laisse y réfléchir.

      Scénario burlesque selon vous ? Si ça vous fait rire, tout va bien !!!!

      Ou bien faites-vous partie de la caste des gens bien protégés par leur statut ou leur patrimoine, ceux qui ne paieront pas les pots cassés.

      Voyez-vous les gens comme moi, bêtes salariés faisant vivre une famille, ont déjà payé pour l’euro, l’UE. Alors repasser à la caisse (à la casse) pour en sortir, on hésite un peu, on se pose des questions.

      C’est vrai on est pas des prix nobel, ni des universitaires. On est vraiment trop terre à terre pour des esprits aussi brillants que vous.

      Excusez-nous, hein !!


  • Trelawney Trelawney 28 mars 08:19

    Pour des économistes dont des prix Nobels, l’euro est la cause de la crise sociale et économique en Europe. Donc sortir de l’euro serait une des solutions pour que le France se relance économiquement.

    Tout d’abord si la France sort de l’euro ça ne veut pas dire que l’euro va disparaître, car il existe des pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, l’Irlande, le Luxembourg, La Belgique, les Pays bas et j’en oublie qui restent attachés à leur monnaie. Donc si la France quitte l’euro, ce sera pour le franc français et ses pays frontaliers conserveront l’euro. C’est peut être un détail pour certain, mais ça veut simplement dire que la parité du franc devra se faire avec l’euro. Et comme Sapir se plait à dire que « dans le budget d’un ménage, la part des produits importés est inférieure à 40% (ça reste à prouver) » comment avec une parité euro dollar de 1.08 pour l’euro et qui va forcément passer à 0.95 si la France quitte l’euro, les prix des produits fabriqués en Allemagne augmenteraient de +20% à +30% et les produits issus de la Zone Dollar augmenteraient que de+3% à +5%. Et comment les produits importés d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Grèce baisseraient, alors qu’il n’est pas prouvé que ces derniers quittent la zone euro ?

    Maintenant parlons un peu d’industrie et de produits manufacturés. Car en économie capitaliste, ce n’est pas la monnaie qui fait la richesse d’un pays, mais uniquement sa capacité à produire de la richesse en les fabriquant (industrie) ou en les produisant (agriculture, matière première).

    Sapir parle du pétrole qui est « acheté en dollars, puis raffiné en France ». Ce qui est faux, car 20% du pétrole est raffiné en France et le reste nous arrive des zones d’exploitation déjà raffiné, par oléoduc. Si les taxes sont autour de 68% pour le gazole et si on prend un litre vendu 1.19 euro, ça nous fait 0.81 euro de taxe et 0.38 euro de diesel. Si on augmente ce dernier de 25% (parité) cela nous fait 0.48 euro et le diesel à 1.29 sans avoir bougé les taxes, ce qui est utopique puisque le dépréciation du franc nous obligera à une augmentation d’impôts donc un diesel au minium à 1.5 euro ou l’équivalent franc.

    Parlons industrie. Il ne vous a pas échappé qu’en France on fabrique de moins en moins de produit et on importe beaucoup. Comme le dit Sapir, la richesse française provient des services (assurances, banques, téléphones etc.) et que d’après lui les produits manufacturés (importé) ne représentent que 40% de nos achats. Avec une augmentation de 20 à 30% il représenteront au minimum 60% de nos dépenses sans même en avoir acheté plus. C’est autant de moins pour les services (car le portemonnaie du français n’est jamais extensible) et donc c’est autant de moins pour la richesse française etc. Certains vont me dire : « oui mais on achètera français moins cher et ça ferra des emplois » (surcroît d’activité qui se ferait sentir pendant au moins 3 ans, et qui entraînerait un retour à l’emploi de 1,5 millions à 2,5 millions de personnes, selon Sapir). Et comme on vie dans le pays des bisounours, ce retour à l’emploi permettrait de régler les déficits des comptes sociaux et de baisser les cotisations sociales, rendant du pouvoir d’achat aux salariés, toujours d’après Sapir. Il ne faut surtout pas oublier que notre tissu industriel très mal en point depuis des décennies a perdu 2 millions d’emplois directs depuis 15 ans, n’a plus de machines suffisamment modernes pour être compétitif et que pour le mettre au même niveau qu’il été à l’an 2000, il lui faut 15 ans et un investissement de 1 milliards d’euro par an pour acheter (en euro) des machines allemandes à +30%, car en France nous ne fabriquons plus de machines-outils depuis les années 90.

    Un politique peut dire que si la France va mal c’est la faute à l’euro. Après tout il est assez con pour le dire. Mais qu’un électeur puisse maquer de jugement croire qu’en changeant de monnaie on va se porter mieux, me laisse sans voix.

    Entre 2007 et 2017 (10 ans) on s’est endetté de 1000 milliards d’euro (96% du PIB). On peut donc dire que l’endettement de la France est chronique et ne va pas s’arrêter en 2018 J’aimerai bien connaître la position de Sapir sur le taux d’endettement de la France après la sortie de l’euro ou tout simplement si la France sera encore en capacité de contracter de l’emprunt pour ne serait-ce que payer les retraites.

    N’hésitez surtout pas à me moinser puisque je n’ai pas dit « Hare Krishna Sapir ! »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 09:18

      @Trelawney
      Et bien prenez le temps de vous informer sur l’euro.
      Ce n’est pas la seule cause de l’effondrement économique de la France.


      Il faut ajouter tous les autres articles des Traités européens, qui organisent l’évasion fiscale, les délocalisations, la concurrence déloyale des salaires, la mondialisation ouverte, alors que les autres pays du monde protègent leurs secteurs stratégiques etc.

      La Chine peut acheter des hectares de terre en France, essayez d’aller acheter le patrimoine chinois !

      Le Qatar achète le patrimoine immobilier français, essayez d’aller racheter le patrimoine du Qatar ! 

      Les USA d’Obama, pays souverain, ont augmenté la taxe sur l’acier chinois de 525 %, pour protéger leurs aciéries, étonnant non ? 

      Mais les pays européens n’ont pas le droit d’en faire autant.
      Les Traités européens ont organisé « une mondialisation faussée » qui nous ruine.


    • Trelawney Trelawney 28 mars 09:43

      @Fifi Brind_acier
      La Chine peut acheter des hectares de terre en France, essayez d’aller acheter le patrimoine chinois !

      Le Qatar achète le patrimoine immobilier français, essayez d’aller racheter le patrimoine du Qatar ! 


      Donnez moi le rapport entre ce que vous écrivez plus haut et l’UE voir l’euro. Nous pensez vous pas que si les chinois et les qatary achêtent des parts de la France, c’est parceque nos politiques français les autorisent à le faire et que l’UE n’y est strictemenbt pour rien


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 11:13

      @Trelawney
      Le lien ? Ce n’est pas l’euro, mais l’article 63 du TFUE qui a supprimé le contrôle des mouvements de capitaux !

      Dans l’ UE, depuis 1992, il est interdit d’empêcher aux capitaux de naviguer comme bon leur semble ! Cela fait partie des 4 libertés de circulation : libre circulation des capitaux, des hommes, des marchandises et des services ! Tout doit circuler librement dans l’ UE et hors de l’ UE !


      Conséquences de l’article 63 :
      -1- Les gouvernements ne peuvent plus interdire à une entreprise de fermer en France, et de sortir ses capitaux pour aller investir ailleurs.
      Avant Maastricht, c’était régulé, on ne parlait pas de délocalisations.

      -2- Les gouvernements ne peuvent pas empêcher non plus les capitaux de Mittal d’acheter Arcelor, les Américains d’acheter Alstom et Qatar ou la Chine des domaines viticoles ou des bâtiments classés !

      Voilà comment tout le patrimoine français est parti en barigoule, grâce à l’article 63 du TFUE !


    • Trelawney Trelawney 28 mars 11:43

      @Fifi Brind_acier
      Mais arrêtez avec votre article 63 et regardez en Belgique si le gouvernement belge accepte que les chinois achêtent leurs terres agricoles. 

      Si le Qatar investie en France, c’est parce que Sarkozy et uniquement Sarkozy (pas Bruxelles qui était contre) a exonéré d’impôts les investissements Qatars

      Avant 83, Alsthom a fermé ses usines dans le nord de la France pour les réouvrir au Mexique. idem pour Fives Cail. En 85 les chantiers navals européens ont tous fermé et ré ouvert en Corée. Voulez vous aussi que l’on parle du textile et de la sidérurgie que ce soit en France ou en Belgique.

      Maastricht c’est 1992 et ça faisait déjà bien longtemps que la mondialisation du fric était déjà en marche et si vous enlevez Maastricht vous n’empêcherez pas la mondialisation d’exister et au pire elle se fera sans vous

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 16:19

      @Trelawney
      Lisez le TFUE Traité de fonctionnement de l’ UE, vous y trouverez les 4 libertés de circulation. Le TFUE s’applique à tous les gouvernements européens sans exception.

      Je vous laisse à votre mondialisation heureuse.

      Les Français ont parfaitement compris qu’ils étaient mis en concurrence déloyale avec les autres salariés moins payés d’Europe et du monde. On a échangé leurs emplois contre l’achat de merdouilles à obsolescence programmée qui encombrent les décharges.


      Voilà où sont passés nos emplois industriels, sur les cargos porte conteneurs.

  • Eric F Eric F 28 mars 10:45

    Bonjour.

    Peut-on quitter l’euro sans quitter l’UE ? Certainement OUI, puisque lors de la crise grecque de 2015, il avait été fortement question que ce pays quitte l’euro, Merkel avait même fini par admettre cette hypothèse.
    http://www.europe1.fr/economie/zone-euro-quel-scenario-pour-une-sortie-de-la-grece-1365232

    Mais a-t-on encore intérêt à le faire ?

    Quels étaient, il y a encore quelques années, les handicaps pour notre économie liés à l’euro : la surévaluation et les taux d’intérêt pour nos emprunts
    OR, depuis deux ou trois ans, la BCE pratique une politique de création de monnaie, la parité a diminué de 25% face au dollar, et les taux sont extraordinairement bas, donc on peut refinancer la dette dans les meilleurs conditions.
    C’est du reste pourquoi NDA a revu sa position sur le sujet.
    Car, côté avantages, les échanges entre les entreprises à l’intérieur de la zone euro sont facilités, et les « grands contrats » à l’extérieur de la zone euro sont basé sur des garanties de parité.
    Et puis, si la Grèce n’a finalement pas quitté l’euro, c’est pour préserver une capacité d’emprunts à bon compte, elle a du reste obtenu de substantielles réduction de sa dette -c’est sur ce point qu’il faut faire porter la pression : rachat et destruction de dettes par la BCE.

    On nous donne l’exemple de la Suisse : oui mais c’est un paradis bancaire depuis plus d’un siècle. La Norvège : oui, mais elle a des revenus pétroliers -qu’elle n’a pas voulu partager-. Le Royaume Uni : oui, mais il a la City et le soutien du monde financier anglo-saxon dont il est une tête de pont (ou le cheval de Troie) en Europe.
    Au pire des pires, si l’on veur quitter l’euro -voire l’UE-, comme l’a montré l’un des intervenants, il faudrait AUPARAVANT reconstruire le tissu industriel, car sinon on devra continuer à importer -au prix fort-, sans être en capacité d’exporter. Donc la réindustrialisation est un préalable, non une conséquence.


    • kalachnikov lermontov 28 mars 12:38

      @ Eric F

      Je cite l’article que tu mets en lien :

      "...la Grèce va-t-elle sortir de l’euro ?[...] L’hypothèse est d’autant plus délicate qu’elle n’est pas prévue par les traités européens. Les textes comportent une clause de retrait pour un Etat souhaitant quitter l’Union européenne, mais aucune disposition ne concerne un retrait de la seule zone euro.« 

       »Juridiquement, c’est impossible"

      Donc, c’est non. En revanche, l’action concertée de membres de la zone euro a la faculté de pousser un autre membre quasi au suicide. Raison de plus pour se tirer de l’Ue.


    • Eric F Eric F 28 mars 13:49

      @lermontov
      Sauf que Jacques Sapir lui-même rejette cet argument. Les traités sont faits pour être révisés en cas de crise « C’est si vrai »-écrit-il- "que durant la dernière crise grecque, certains n’ont pas hésité à menacer d’expulser la Grèce de la zone euro, procédure qui n’est pourtant pas prévue dans les traités«  (il va jusqu’à dire »on s’assoie dessus")
      ref : http://www.lenouveleconomiste.fr/jacques-sapir-ehess-une-sortie-de-leuro-est-necessaire-si-lon-veut-eviter-une-catastrophe-en-france-mais-aussi-en-europe-32285/

      Je considère personnellement que l’euro n’est plus aussi handicapant qu’il l’a été, et qu’une sortie n’est plus souhaitable, ceci étant, on ne peut pas exclure définitivement cette hypothèse.


    • kalachnikov lermontov 28 mars 14:27

      @ Eric F

      Pourquoi cela ne s’est pas fait ? Je recite l’article dont tu as mis le lien :

      "En France, des voix s’élèvent malgré tout pour que la Grèce quitte la monnaie unique de façon concertée. "Nous devons l’aider à organiser sa sortie, sans drame« , estime Alain Juppé. »Il faut mettre la Grèce en congé de l’euro« , renchérit Valéry Giscard d’Estaing sur le site de L’Express. Un avis partagé par l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, qui a préconisé un  »Grexit amical« , lundi sur Europe 1.

       »Athènes n’envisage absolument pas de quitter la monnaie unique."

      De surcroît, dans le cas de la Grèce, il ne s’agissait pas vraiment de sortie de l’euro ( = que la Grèce retrouve sa souveraineté monétaire) mais qu’elle coexiste avec la zone euro dans une sorte de sas (sans souveraineté, voir le mécanisme proposé par Chevènement ; une sorte de quarantaine mais toujours sous l’oeil et la volonté du docteur Bce).

      En fait, c’est hypothétiquement possible ainsi : de façon concertée, que toutes les parties en aient mutuellement le désir et l’interêt, et en cas de crise affectant le Marché dont on serait la cause (ie la sortie mettrait fin à la crise). Et c’est en ultime recours, après imposition de divers remèdes.
      Le cas du divorce n’a pas du tout été considéré sauf via l’article 50.


    • Eric F Eric F 29 mars 14:49

      @lermontov
      Une mise entre parenthèses était plus complexe encore qu’une sortie. Je pense que si cela ne s’est pas fait, c’est à cause du jeu de la barbichette : la Grèce dépend de la BCE pour boucler ses fins de mois, ses revenus propres étant insuffisants. Et le système financier savait que si la Grèce sort de l’euro, peu d’espoir de recouvrer les intérêts de la dette. Par ailleurs, la sortie de la Grèce aurait « donné le mauvais exemple ».
      Mais techniquement, il était possible de modifier le traité.


  • Jean Keim Jean Keim 28 mars 14:02

    Je n’ai pas lu tout l’article ni les commentaires afférents parce que je ne veux plus suivre une voie sans logique, se débarrasser d’une monnaie pour la remplacer par une autre qui obéira aux mêmes règles, avec au passage des gros malins qui vont en profiter pour s’en mettre plein les poches et l’instauration de mesures profitables à ceux qui ont déjà bien engrangé des profits, quel intérêt !

    Ce n’est pas de l’euro ni du dollar qu’il faut se débarrasser mais de toutes formes de monnaies permettant les perversions, les dérives et les formes d’exploitations actuelles.
    C’est indispensable et c’est faisable si on ne perd pas de vue que les règles qui régissent le fonctionnement des monnaies actuelles ont et été instaurées par des individus et d’autres règles peuvent les remplacer.
    De bonnes mesures seraient de rendre l’accumulation de l’argent sans attrait, une autre bonne mesure serait de partager le travail et ce qu’il produit suivant les besoins réels de chacun, et/ou de rétribuer égalitairement le temps de travail, pour un temps de service donné à la communauté c’est-à-dire pour un temps de vie, une stricte rétribution identique.

    • sweach 28 mars 16:14

      @Jean Keim
      Cela fait longtemps que notre civilisation recherche un moyen de faciliter les échanges entre les individus, la solution qui a été trouvé est d’utiliser la money, seulement elle comporte des défauts, elle est cumulable et limité en quantité.


      Donc si on en fabrique plus ça diminue la valeur de celle qui est déjà en circulation 
      Si on l’accumule, moins il y en a en circulation et plus sa valeur augmente.

      Deuxième problème, nos civilisations ont mit en place différente money, il faut donc des taux de change pour passer d’une money à l’autre.

      Donc certain joue avec les taux de change, l’accumulation ou la diminution des moneys pour leur profit. Il y a surtout une notion abstraite la « valeur » d’une money, qu’on pourrait qualifier de « confiance », certain on voulu fixer cette « valeur » à des choses tangibles comme l’étalon OR, afin que tout mouvement d’humeur influe moins les valeurs des moneys.

      Aujourd’hui nous avons une usine à gaz qui a oublié son but initial : favoriser les échanges entre les humains.

      *De bonnes mesures seraient de rendre l’accumulation de l’argent sans attrait, ...
      serait de partager le travail ...
      les besoins réels de chacun ...
      de rétribuer égalitairement le temps de travail ...
      une stricte rétribution identique...*
      Je comprend ce que vous voulez dire mais cela va rester dans le domaine de l’utopique pendant encore longtemps, tant qu’il existera des gens qui veulent avoir une condition nettement meilleur que leur voisin, tant que ceux qui possèdent quelques chose ne voudront pas le partager avec autrui, tant que nous donnerons plus d’importance à ceux qui possèdent de l’argent qu’à ceux qui en crée.

      Cela restera du domaine de l’utopique

    • Jean Keim Jean Keim 28 mars 17:57

      @sweach
      L’utopie est de croire que le monde actuel peut s’amender et continuer à fonctionner avec qq. modifications, le monde avance dans un train d’enfer et il va droit à sa perte, ce n’est pas une prophétie... juste une évidence. 



    • sweach 30 mars 16:17

      @Jean Keim
      *le monde ... va droit à sa perte, c’est ... juste une évidence*


      Ne soyons pas défaitiste, je ne souhaite pas vivre dans un monde d’alarmiste, surtout que beaucoup aiment jouer les annonciateurs de l’apocalypse.

      1) Le réchauffement
      D’abord il est important de faire la distinction entre réchauffement et pollution. 

      Le réchauffement est un mirage sans le moindre fondement scientifique, les faits qui sont mit en avant relèvent au mieux de l’incohérence au pire de la fabulation, comme le CO2 qui n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais un problème.

      Ce que certain qualifie de réchauffement c’est +0.8°C par rapport à une moyenne arbitraire prit sur des mesures dont les instruments ne peuvent garantir cette précision, de plus ce +0.8°C est logique au vu des écarts normal que connait notre globe depuis toujours.

      2) La démographie
      Son expansion est en chute libre et elle va devenir négative vers les années 2050, nous sommes déjà en Décroissance dans les pays développés.

      3) Les famines
      On ne le dit pas mais elle diminue continuellement, à telle point qu’il y a maintenant plus de personne en surpoids que de personne qui souffre de la faim dans le monde

      4) Les guerres
      Oui c’est horrible, mais il faut être réaliste, depuis l’invention de la bombe nucléaire les mortalités de masse due au guerre c’est fini.

      5) Les maladies
      L’hygiène, l’asepsie et les antibiotiques ont décuplé nos espérances de vie en bonne santé et nos nouveau problèmes dans ce domaine comme le cancer, les allergies sont combattu

      Donc non je n’ai pas votre évidence sur ce sujet, probablement due à mon age encore jeune et en l’espoir dans un avenir meilleur.

  • sweach 28 mars 14:03

    L’économie est un mystère pour beaucoup de monde.


    Mais ici il est question de « pouvoir », pendant longtemps la money était une valeur d’ajustement sur laquelle les états pouvaient compter, pour équilibrer sa balance commercial, mais depuis la mise en place de l’euro, ce pouvoir ne se joue plus au niveau national mais au niveau de la zone euro et les balances sont complètement déséquilibrés.

    Pour ma part je suis très préoccupé par les taux d’intérêt très faible, ma banque me propose un prêt personnel à 1,15% TAEG fixe, hors mes placements boursier ont monté de 29% sur 1 an (j’ai eu de la chance)

    Donc clairement c’est comme si les banques me disaient « va y ! fait un prêt personnel et place le en bourse »

    Je trouve cela extrêmement dangereux est de mauvaise augure pour l’économie à court terme, la BCE joue a un jeu dangereux et elle sera certainement responsable du prochain crash boursier.

    • Trelawney Trelawney 29 mars 08:45

      @sweach
      Quelle se nomme dollar, yen, euro, scoubidou, carambar n’a pas beaucoup d’importance, car le volume de la monnaie représente l’activité du pays dans lequel elle a court.L’euro est une monnaie forte, car l’activité des pays de la zone euro est soutenue. Le fait quelle soit une monnaie forte permet à la BCE qui « organise » cette monnaie de maintenir des prêts à bas taux sans la faire dévaluer. Ce qui permet d’avoir des crédits à pas cher pour relancer et soutenir l’économie.L’activité des pays de la zone euro va stagner dans les prochaines décennies. Il nous faut donc maintenir une monnaie forte pour avoir un crédit pas cher qui maintiendra notre activité. Actuellement, la BCE rachète de la dette d’état en faisant tourner la planche à billet sans faire dévaluer l’euro et c’est plutôt bien. Certains pays (Allemagne, Autriche, Pays bas, Belgique) en profite pour faire baisser le montant de leur dette. Il joue sur les deux tableaux réductions des dépenses publiques et réduction des déficits. Il est certain que d’ici 5 ans, ces pays vont se trouver dans une situation économique stable ce qui augmentera leur attractivité.D’autres pays comme la France ou l’Italie en profite pour s’endetter un peu plus, afin de doper l’économie du pays pour faire (ou du moins essayer de faire) de la croissance. Il est évident que lorsque l’on se trouve avec un endettement à 100% du PIB, la pression fiscale n’est pas la même qu’à 60% du PIB (limite fixée pour tous les pays de la zone euro à l’horizon 2020). A titre de comparaison, l’Allemagne est à 71% de son PIB est rachète chaque année en plus de la BCE 30 millards de detteIl est facile pour un politique de reporter la faute sur l’euro et la BCE qui la gère et ainsi essayer de faire oublier ses carences économiques. le fait est que si on revient au franc dans un pays qui a un endettement proche de la banqueroute, son attractivité va se réduire d’autant (dévaluation, délocalisation). Comme ce pays ne vie que sur les vestiges de son passé industriel (comme le Royaume unie pour les colonies), je vous laisse imaginer ce que sera l’avenir de ses habitants. A la manière des migrants d’Afrique du Nord dans les années 60, ils devront se trouver des cieux plus clément pour vivre 


    • Eric F Eric F 29 mars 14:56

      @Trelawney
      « Ce qui permet d’avoir des crédits à pas cher pour relancer et soutenir l’économie ». C’est le but, mais comme l’a mentionné votre interlocuteur, en fait c’est surtout injecté dans le circuit boursier qui achète et vend des actions sans que cela soit de l’investissement productif. Ce sont surtout les très grosses fortunes qui en profitent, d’où la fameuse « courbe de l’éléphant » : baisse de pouvoir d’achat des classes intermédiaires, et explosion de richesse tout en haut de l’échelle.
      En fait, si on prend la zone euro globalement, cela a très peu profité à l’emploi.


    • sweach 29 mars 18:27

      @Trelawney
      Je n’ai absolument pas la même analyse que vous c’est certain.


      La dette qui représente un chiffre astronomique n’est qu’un leurre, une simple bulle qui mériterait qu’on l’éclate comme l’ont fait les islandais.

      Depuis sa création la dette c’est creusé toutes seule et n’a profité à personne car on réemprunte pour payer les intérêts qu’on doit, c’est juste une exponentiel mathématique des zéros et des un dans un ordinateur. On n’a rien acheté avec l’argent fourni par la BCE, on ne fait lui rendre ce qu’on lui doit.

      *des crédits à pas cher pour relancer et soutenir l’économie*
      Evidemment expliquer que des crédits bas c’est mauvais pour l’économie, je vais avoir du mal à l’expliquer. Pourtant c’est le cas, car ce n’est pas le crédit qui empêche les transactions mais belle et bien le prix et nous arrivons à un paradoxe car à force de maintenir des prix élevés les taux d’intérêt finissent par devenir négatif.

      Toutes ces injections de milliard de la BCE vont directement sur les marchés financier et partent en actions et en dividende, ça devient une bulle spéculative qui ne profite à personne et qui va faire de gros dégas si on continu à applaudir des deux mains.

      Le retour au Franc contrairement à ce que vous dite est une solution qui ne peut que être profitable à notre nation, les taux d’intérêt remonterait, l’inflation repartirait et la croissance dans son sillage, c’est les banques qui est perdrai, pas le peuple ni l’industrie.

  • BA 28 mars 14:53

    François Asselineau est candidat à l’élection présidentielle.

    Quelles sont les trois premières mesures à prendre ?

    Dans son programme, François Asselineau explique les trois premières mesures qu’il faudra prendre en urgence :

    « Fidèle à toute notre histoire, mon programme présidentiel de libération nationale consiste donc d’abord dans :

    • La sortie de la France de l’Union européenne par application de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE)

    • La sortie de la France de l’euro qui impose juridiquement la sortie de l’UE par le même article 50 du TUE

    • La sortie de la France de l’OTAN par application de l’article 13 du traité de l’Atlantique nord (OTAN) »

    C’est la page 8 :

    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-2017.pdf


  • ddacoudre ddacoudre 28 mars 17:39

    bonjour laurent.
    je suis un peu désappointé de voir que la question de l’UE ne se pose qu’en terme économique. certes c’est cette Europe économique qui a fait un marché ouvert à tous les entrepreneur capitaliste jusqu’à leur confier la création monétaire. il est donc naturel que nous rencontrions bien des problèmes. il en est de même pour la mondialisation. le problème n’est pas la circulation des biens, des monnaies, ni des gens, mais les raisons qui les conduisent à aller là où ils trouverons le prix de l’existence humaine moins chère pour produire et ramasser le plus de profit. or nous ne voulons pas réglementer ce type de relation par des conventions sociales internationales. tous les états sont en fait en « guerre » économique contre les autres états, quand ce n’est pas en guerre armée.l’UE à été dénaturé de son but celui d’assurer la prospérité de ses adhérents pour qu’ils ne soient pas à nouveau tentés de s’enfermer dans leurs territoires et se faire la guerre. avec les accords passé que voyons nous une compétition économique effréné entre les états, à qui va dévalorisé au mieux ses charges pour devenir plus compétitif que l’autre, qui va réduire les coûts des services de l’état qui sont moins cher que ceux d’une entreprise pour les redonner au particuliers fortunée pour qu’ils fassent du bénef. et l’Europe politique l’on s’en fou royalement, celle qui est l’union des population sur une organisation sociale commune suivant la diversité « géohistorique » des pays.l’on peut faire une autre UE, mais il faut entrer dans un conflit. et donc ne pas respecter les réglés qui ne conviennent pas et qui nous conduisent vers la « guerre ». dans le monde syndical l’on nous disait toujours c’est le fait du prince, c’est la loi et l’on est dans un état de droit, l’on disait la même chose pour l’IVG, pour la Libération de la femme pour les congés payé etc.
     ce n’est donc pas lUE ont l’aime ou ont la quitte, depuis quand il existerait en ce monde un traité irréformable qui serait d’essence inné et que l’on ne pourrait pas modifier. mais pour cela il faut se battre et porter des proposition de modification genre faire de la BCE une banque centrale d’état de l’UE, et pas un marché, commandé par les hommes politiques et non par un particulier. etc.
    cordialementddacoudre.over-blog.com.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 19:27

      @ddacoudre
      L’Europe n’a jamais été le rêve de paix et de prospérité que vous imaginez ! C’est de la propagande pure que vous avez avalé tout rond !

      « Aux origines du carcan européen » par Annie Lacroix Riz


      nous ne voulons pas réglementer ce type de relation par des conventions sociales internationales.

      Bien sûr que oui, il faut sortir de l’ UE et faire comme les pays des BRICS, signer des accords de coopération.

      PS : On ne peut pas modifier les Traités européens, car il faut l’accord unanime des 27 pays, et qu’ils sont divisés sur tout !


      Hamon vient de rendre visite à Merkel, vous pouvez toujours attendre que Merkel soit d’accord sur les euro bonds, ou qu’elle accepte de changer quoi que ce soit qui porte atteinte aux intérêts de l’ Allemagne ....

      Merkel 2012 : « Pas d’euro bonds tant que je vivrai ! »

      Merkel 2014 : Pas de réorientation de l’ UE !


    • Trelawney Trelawney 29 mars 08:54

      @ddacoudre
      Je suis un peu désappointé de voir que la question de l’UE ne se pose qu’en terme économique. 

      Pas seulement, mais on est tellement habitué au progrès sociétal que nous a donné l’UE que nous trouvons cela normal
      Lorsque l’on passe la frontière belge, allemande, italienne espagnole sans aucune tracasserie administrative au point que l’on ne s’est même pas rendu compte qu’on a changé de pays vous trouvez cela normal ?
      Lorsque l’on peut travailler dans un pays de l’UE autre que le sien sans faire plus de démarche administrative que de changer de travail dans son propre pays , vous trouvez cela normal ?
      Lorsque l’on est hospitalisé dans un pays de l’UE, on a les même indemnisations que dans notre pays vous trouvez cela normal ?
      Lorsque n’importe quel étudiant peut faire ses études dans toute l’Europe, vous trouvez cela normal ?
      et je peut encore vous en citer plein d’autre. L’UE n’est pas qu’économique

Réagir