mercredi 8 mars - par Groupe BLE Lorraine

Déchets nucléaires : la cession du Bois Lejuc à l’ANDRA annulée par la justice !

Le Tribunal Administratif de Nancy a dernièrement annulé la délibération du conseil municipal de Mandres-en-Barrois, dans la Meuse, qui entérinait la cession du Bois Lejuc à l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs).

Cette décision constitue autant une nouvelle victoire pour les opposants au centre d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure, après la condamnation de l’ANDRA pour la construction illégale du mur de la honte autour du Bois Lejuc, qu’un nouveau revers cinglant pour l’Agence !

Fin janvier lors de l’audience, le rapporteur public avait fait état de différentes irrégularités dans le vote du conseil municipal de Mandres-en-Barrois organisé le 2 juillet 2015 à 6 heures du matin à bulletins secrets. A l’issue de celui-ci, les élus s’étaient prononcés par 7 voix contre 4 pour accorder à l’ANDRA les 220 hectares du Bois Lejuc appartenant à la commune en échange de 300 hectares du Bois de la Caisse situé sur ban du village voisin de Bonnet.

Suite au recours en excès de pouvoir déposé par les organisations antinucléaires et quatre habitants de Mandres-en-Barrois contre leurs élus, le Tribunal Administratif de Nancy a donc jugé caduque la délibération du conseil municipal pour vice de procédure. En effet, aucune indication préalable d’une demande de scrutin anonyme par un tiers des conseillers municipaux ne figure sur la délibération. Le vote effectué viole ainsi le Code général des collectivités territoriales. Le Tribunal a cependant octroyé un délai de quatre mois à la commue pour régulariser sa transaction avec l’ANDRA par une délibération en bonne et due forme. Si tel ne devait pas être le cas, le contrat signé avec l’ANDRA sera résilié et le Bois Lejuc n’appartiendra plus à l’Agence.

Rappelons que lors d’un référendum communal, cinquante habitants de Mandres-en-Barrois sur les 86 qui y avaient participés s’étaient exprimés contre la cession du Bois Lejuc à l’ANDRA. La propriété du massif forestier dépend désormais d’un nouveau vote du conseil municipal. Si l’ANDRA devait perdre la propriété, elle serait alors contrainte de s’engager dans une longue et périlleuse procédure d’expropriation. Le vent tourne. A présent, il n’est en effet plus du tout question d’expulser les militants du Bois Lejuc et de reprendre les travaux préparatoires du futur centre d’enfouissement des pires déchets nucléaires.



8 réactions


  • sweach 8 mars 09:50

    A c’est sur que personne ne veut un lieu de stockage de déchet nucléaire, il est même surprenant que cela ne soit pas fait directement sur les lieux de production.


    Cependant il y a un argument géopolitique avec ces déchets, car ils sont encore utilisable à 99.3 %, mais pour le moment cette technologie de 4em génération n’est pas employé.

    Dans un avenir plutôt lointain, ces déchets auront pourtant une importance capital même si on trouve cela horriblement dangereux et un gros casse tête aujourd’hui.

  • scorpion scorpion 8 mars 10:53

    Mais comment faudra t-il vous le dire, le nucléaire est une énergie propre et pas dangereuse. Jamais de problème avec les déchets qu’on enfouit n’importe où et qui se détruiront automatiquement dans des milliers d’années. Pas de danger non plus, Tchernobyl et Fukushima ce n’est rien, juste des petits pschitt sans aucune conséquence et en France, où nous avons le cul posé sur une cinquantaine de ces merdes, comme nous sommes les champions du monde, il ne peut rien arriver, dormez tranquille les veaux, tant que le pognon coule flot dans nos poches continuez à voter pour les partisans du nucléaire... Ca me fait penser au Titanic, les cons étaient persuadés qu’il était insubmersible…


    • sarcastelle 10 mars 00:05

      @scorpion

      .
      les déchets...........qui se détruiront automatiquement dans des milliers d’années
      .
      Le commentaire étant rédigé au mode ironique, je sens dans le bout que j’en cite et que je présume donc ironique, l’amorce d’une intéressante leçon de physique. Scorpion peut-il développer ? 

  • zygzornifle zygzornifle 8 mars 16:28

    on pourrai enfouir au parlement européen au moins il servirait a quelque chose .....


  • JMBerniolles 8 mars 20:49
    Très bien on maintiendra encore plus longtemps les déchets en surface...

    Personnellement, je suis plutôt pour des stockages subsurfaces.
    Il faut en effet pouvoir récupérer les déchets pour les brûler ou les transmuter.

    De toute manière on n’évite pas des transports et des stockages intermédiaires.

    Malgré tout c’est assez curieux des gens qui prétendent qu’il n’existe pas de moyens de régler le problème des déchets et qui combattent une solution tout à fait viable. Mais qui pour moi n’est pas optimum. 




  • fred fred 9 mars 08:02

    Pour les « Déchets nucléaires »..faut des fosses très profondes..Pour les déchets humains un simple cimetière suffira !


  • sarcastelle 9 mars 08:39

    Il est évident qu’il faut conserver les produits de fission en surface pour qu’ils demeurent visibles. Imaginez qu’on les enfouisse : au bout de quelque temps personne n’y pensera plus et l’écologie perdra un si bon motif à faire du tapage. 

    .
    Quant à savoir si de menus incidents juridiques vont décider de la politique énergétique d’un pays, on peut toujours rêver. 


Réagir