mercredi 4 mai 2011 - par Taïké Eilée

Alexandre Adler : « Daniel Pearl en savait trop »

Ben Laden est-il mort ? Oui, très certainement, mais depuis quand ? Sont-ce, comme l'affirme Barack Obama, les Navy Seals qui l'ont abattu d'une balle dans la tête à Abbottabad le 1er mai 2011 ? Ou est-ce le syndrome de Marfan qui l'aurait tué dès la fin 2001, comme le prétend aujourd'hui Steve R. Pieczenik ? L'homme, qui travailla jadis au Département d'Etat avec Henry Kissinger, Cyrus Vance, George Shultz et James Baker, collabore toujours pour le ministère de la Défense. Il se dit prêt à témoigner sous serment devant un jury d'accusation fédéral, et à révéler le nom du général qui lui aurait confié que le 11-Septembre était une opération sous faux drapeau. Révélation majeure ou simple élucubration ?

Aujourd'hui, une fille de Ben Laden âgée de 12 ans affirme (selon un agent des services de sécurité pakistanais) que son père a été pris vivant par les soldats américains, avant d'être exécuté devant elle. Elle accrédite ainsi la "version officielle". Ce qui n'empêche pas Thierry Meyssan d'affirmer qu'"Oussama Ben Laden est bel et bien mort en décembre 2001" et que "ce dont on nous parle aujourd’hui relève du mythe." On voit donc se reformer les deux camps qui s'étaient déjà créés suite au crash sur le Pentagone, entre ceux qui se fient aux seuls témoignages (parfois divergents) et ceux qui veulent à tout prix voir des images. La confusion risque bien de durer longtemps, dans la mesure où Barack Obama a décidé ce soir qu'aucune photo du cadavre de Ben Laden ne serait diffusée.

Mais avant ces dernières péripéties du jour, nous avons pu assister, hier soir sur France 5, à une sortie assez notable de l'historien et journaliste Alexandre Adler...

Dans C dans l'air du mardi 3 mai 2011, portant sur l'annonce - controversée - de la mort d'Oussama Ben Laden, l'historien Alexandre Adler a commencé par nous dire que l'histoire officielle racontée par les Américains, sur la façon dont ils avaient retrouvé la trace de Ben Laden, était une "légende" et relevait de la propagande ; en effet, on nous a raconté que c'est en suivant, à partir de 2007, la trace d'un "messager" et homme de confiance du chef d’Al-Qaïda qu'on était remonté à lui en août dernier. Adler - appuyé par les autres invités : Gérard Chaliand et Frédéric Pons - récuse cette version, affirmant que ce sont les Pakistanais qui ont accepté de livrer Ben Laden aux Américains, en échange de garanties concernant l'avenir de l'Afghanistan.

Mais surtout, Adler fit sensation, quand, à la 30e minute de l'émission, il a subitement parlé de Daniel Pearl, ce journaliste du Wall Street Journal exécuté en janvier 2002 par Omar Saeed Sheikh (officiellement du moins), un homme généralement présenté comme un simple militant islamiste. Adler, lui, va droit au but et affirme qu'il s'agit d'un agent de l'ISI, les services de renseignement militaires pakistanais (ce que nous savions déjà, certes, mais qui a rarement été dit à la télévision).

Et surtout il donne la raison de ce meurtre, rapide et brutal, qui s'écarte de celle qui a souvent été avancée, selon laquelle c'est sa judéité, sa nationalité américaine et son métier de journaliste (ou encore le fait qu'on l'aurait soupçonné d'être un espion) qui auraient précipité sa perte, au contact de radicaux proches d'Al Qaïda. Selon Adler, qui rejoint ma propre intuition exprimée en septembre 2007, ce qui a perdu Daniel Pearl, c'est son enquête même, et ce qu'il était sur le point de découvrir :

"Le but pour Pearl, c'était de le liquider le plus vite possible, parce qu'il en savait trop. Et qu'est-ce qu'il savait ? Evidemment, il savait les liens entre les services secrets pakistanais et Oussama Ben Laden, et je pense, pour ma part, que pour qu'il ait été exécuté avec une telle violence et une telle rapidité, il devait savoir quelque chose de tout à fait essentiel. Et le tout à fait essentiel, c'est pas très compliqué" (sous-entendu : pas compliqué à deviner).

Adler s'arrête net, étonnamment, au moment où il va dire l'essentiel... Frustrant. On peut cependant imaginer que le "tout à fait essentiel", dans son esprit, c'est que l'association entre Ben Laden et l'ISI a produit le 11-Septembre (thème que nous avons déjà largement développé, sur la base des sources médiatiques disponibles). Ce quasi scoop, pourtant largement documenté depuis des années, mais que les médias ont jusqu'ici négligé, le plus souvent par ignorance, et pour ceux qui savent, par une discrétion peu compréhensible, est rendu possible par les événements de ces derniers jours, l'assassinat (annoncé) de Ben Laden dans une résidence et un quartier sous contrôle de l'ISI. Le lien entre les deux saute désormais aux yeux, même des plus aveugles. Pour rappel, en septembre 2007, voici ce que je suggérais dans deux commentaires postés sur AgoraVox (ici et ) :

"Daniel Pearl enquêtait sur Richard Reid, un terroriste manipulé (selon Roland Jacquard) par un membre de l’ISI ! C’est une information pour le moins explosive qu’était sur le point de découvrir Pearl. L’ISI pakistanaise commanditant une opération terroriste suicide dans un avion au lendemain du 11-Septembre ! Sans doute ne faut-il pas aller chercher plus loin la raison de son assassinat. On a souvent dit qu’il avait été tué parce qu’il était juif. Cela n’a évidemment pas arrangé sa situation. Mais l’essentiel n’est certainement pas là. L’essentiel, c’est qu’il enquêtait sur Richard Reid, un pion et un kamikaze de l’ISI..."
"Pour résumer : Daniel Pearl enquête sur Richard Reid, qui a tenté de commettre un attentat suicide dans un avion entre Paris et Miami après le 11-Septembre. Reid est manipulé par un membre de l’ISI, qui était instructeur pour les explosifs dans les camps d’Al-Qaïda (selon Roland Jacquard dans Le Figaro). Pearl est victime d’un kidnapping orchestré par Omar Saeed Sheikh, qui a versé 100 000 dollars à Mohammed Atta avant le 11-Septembre sur les ordres du chef de l’ISI, Mahmoud Ahmad. Et Pearl est enfin exécuté et décapité par Khalid Shaikh Mohammed en personne, le "cerveau" du 11-Septembre.

Découvrir que l’ISI était derrière Richard Reid, c’était bientôt découvrir que l’ISI était aussi derrière Mohammed Atta."

Ce que Adler ne se demande pas (au moins à voix haute et devant le grand public), c'est pourquoi il a fallu attendre presque dix ans pour que des informations parues la première fois en octobre 2001 en Inde et au Pakistan (puis quelque peu en Occident) commencent à se diffuser, certes encore très timidement, et par un simple sous-entendu de sa part. Et aussi pourquoi les Etats-Unis ont décidé de cacher cette connexion entre Ben Laden et l'ISI après le 11-Septembre. C'est peut-être bien pour ne pas avoir à répondre à ces questions embarrassantes qu'Adler n'a fait que suggérer le savoir "tout à fait essentiel" de Daniel Pearl, sans le dire explicitement (ce qui n'aura sans doute pas fait tilter la plupart des téléspectateurs). Dans une hypothèse "non conspirationniste", on devrait au minimum se dire que l'administration Bush a caché une part de la vérité et l'identité de certains responsables, afin de pouvoir instrumentaliser le 11-Septembre dans le sens de son agenda guerrier fixé avant les attentats - selon le plan établi par le PNAC.

Mais il est remarquable de noter que c'est une des plus emblématiques figures de l'ISI qui a été l'une des toutes premières personnalités, si ce n'est la première, à accuser le Mossad et ses associés américains d'avoir perpétré les attentats du 11-Septembre. Le 26 septembre 2001, Hamid Gul, directeur de l'ISI à la fin des années 1980 (et alors proche de la CIA), accorde un entretien à Arnaud de Borchgrave pour United Press International. Il affirme que Ben Laden, qu'il connaît bien, n'avait pas les moyens de mener une telle opération (reprenant, notons-le, l'analyse à chaud, le 12 septembre 2001, de Donald Rumsfeld et Paul Wolfowitz, selon laquelle un Etat - l'Irak - avait nécessairement appuyé l'opération). Le 7 octobre 2001 commencent à sortir dans la presse des articles sur le financement du 11-Septembre par le directeur de l'ISI Mahmoud Ahmad. Curieuse coïncidence. Gul a-t-il voulu faire diversion ? De toutes façons, l'information ne sera jamais utilisée - par les Américains notamment - pour nuire au Pakistan, elle sera, au contraire, superbement ignorée et contournée.

Le 8 décembre 2008, au micro d'Alex Jones, Hamid Gul défend son "ami" Mahmoud Ahmad, prétendant qu'il n'a rien à voir avec cette histoire... et la veille, le 7 décembre, il accuse encore explicitement, sur CNN, les "néocons" et les "sionistes".



Entre temps, des informations sortiront, l'accusant d'être le véritable cerveau de Ben Laden et du 11-Septembre ; dans le Washington Times du 1er août 2004, on lit que d'anciens officiers du renseignement pakistanais ont conseillé Ben Laden sur la manière d'attaquer les Etats-Unis avec des avions détournés, et que Hamid Gul était le principal d'entre eux. Et grâce à Randy Glass, on pouvait apprendre qu'un agent de l'ISI, Rajaa Gulum Abbas, avait le projet, dès 1999, de faire s'effondrer les tours jumelles du World Trade Center (voir le reportage ci-dessous en anglais et le début de la 2e vidéo sous-titrée en français).



Tout semblerait se tenir, si Ben Laden logeait réellement - ce qui reste à vérifier - depuis cinq ou six ans à Abbottabad, dans cette ville remplie de militaires et d'agents de l'ISI. On se rappelle que, le 10 septembre 2001, Ben Laden se faisait soigner dans un hôpital militaire à Rawalpindi pour une dialyse des reins, escorté par l'armée pakistanaise. Le 2 juillet 2001, un quotidien indien affirmait que "Ben Laden, qui souffre de déficience rénale, a régulièrement été placé sous dialyse dans un hôpital militaire de Peshawar alors que l'Inter-Services-Intelligence (ISI) en avait connaissance et l'approuvait, voire avec l'accord [du président pakistanais] Musharraf lui-même". La lettre d'information Jane's Intelligence Digest du 20 septembre 2001 allait dans le même sens : "Les autorités pakistanaises ont apporté des soins médicaux au souffrant Ben Laden, notamment des dialyses rénales, dans un hôpital militaire de Peshawar."

Bref, la connexion Ben Laden - ISI est très probable. Mais tout reste trouble, pourtant. Car si un Etat a eu besoin de superviser l'opération du 11-Septembre - comme beaucoup d'observateurs ont pu le suggérer -, quel était-il ? Le Pakistan (ou une branche de l'ISI) ? Les Etats-Unis (et Israël), dans l'hypothèse de Gul ? Une complicité entre Pakistanais et Américains apparaît peu probable, vu l'animosité apparente entre les deux, et les accusations de Gul. Si l'ISI est impliquée, on comprend l'intérêt de Gul d'alimenter la "théorie du complot" américano-sioniste pour faire diversion ; et si les Américains ont "laissé-faire" ou agi en coulisses, d'une manière ou d'une autre, pour produire ces attentats, ils n'avaient pas intérêt à mettre à jour publiquement cette implication pakistanaise, afin de mettre en branle leur plan "impérial", dans lequel l'attaque du Pakistan n'avait pas sa place. Rien ne permet, pour l'heure, de calmer les spéculations.

Alexandre Adler, revenons à lui, était l'invité de Thierry Ardisson le 16 juin 2004, et avait alors émis des doutes sur la version officielle du 11-Septembre concernant les pirates de l'air. D'après six experts en aviation qu'il avait interrogés, il était très difficile pour des pilotes peu chevronnés de viser juste les tours et d'atteindre leurs cibles. Etrangement, Adler ne croit pas que les kamikazes se soient entraînés sur des bases américaines, alors même que cela semble bien documenté. Il y verrait plutôt une "légende" (en terme de renseignement). Seule possibilité selon lui : les pilotes étaient bien entraînés et le seul pays qui avait pu les accueillir pour cela était... le Pakistan (6e min de la vidéo). Une affirmation totalement gratuite, même si l'on sait que de tels entraînements avaient lieu, notamment pour le terroriste repenti Niaz Kahn, qui, en 2000, confessa au FBI s'être entraîné dans la ville pakistanaise de Lahore. Mais nulle information de ce genre pour les futurs pirates de l'air.... 

Ainsi, Adler accrédite les doutes sur le déroulement des détournements d'avions, car seuls des pilotes très entraînés auraient pu réussir les frappes contre les Tours et, à plus forte raison, le Pentagone. Il faudrait donc supposer que, lors de leurs entraînements dans des écoles d'aviation américaines, les futurs pirates de l'air faisaient semblant de ne pas être bons, alors qu'ils se seraient en réalité longuement préparés au Pakistan (comportement peu compréhensible) ; soit admettre leur faible niveau, et se demander comment les avions ont pu être guidés jusqu'à leurs cibles - ce qui pourra relancer l'hypothèse des avions téléguidés, et donc du false flag. Dans une telle opération, l'ISI aurait très bien pu financer des terroristes d'Al Qaïda, qui se seraient ensuite retrouvés manipulés dans un scénario beaucoup plus complexe...

Adler est parfois approximatif, comme on l'entrevoit ici et comme un article du Monde diplomatique l'avait bien montré... et ses penchants idéologiques marqués (très pro-israéliens notamment), comme ses amitiés avec Henry Kissinger, Richard Perle ou Paul Wolfowitz, biaisent certainement son jugement. Cela dit, le silence éloquent qu'il nous offrit chez Yves Calvi sur le "savoir tout à fait essentiel" de Daniel Pearl, et qui le perdit, n'est probablement pas à négliger. Car malgré l'hémiplégie de son jugement, qui le rend quasi aveugle aux méfaits commis par ses "amis", il peut aussi porter de plus fines analyses sur ses "ennemis". Nul ne doit être cru pour les théories globales qu'il propose, mais tout un chacun, aussi marqué idéologiquement soit-il, peut offrir des analyses pertinentes ciblées, dont on aurait tort de se priver.

Au passage, en tant qu'ancien participant à la réunion du groupe Bilderberg, on espère qu'Adler aura mis au parfum, lors de son passage à C dans l'air, Calvi et Chaliand, qui croyaient il y a quelques années encore que ça n'existait pas...



72 réactions


  • Antoine Diederick 4 mai 2011 21:32

    A l’auteur,

    Ok, mais quels buts poursuivent ou poursuivaient les pakistanais via les attentats du 11 septembre....en soutenant peut-être Ben Laden ?

    Quels enjeux pour eux....c’est là que je suis un peu largué....


    • Antoine Diederick 4 mai 2011 21:37

      Pearl, agent de services secrets ?


    • Antoine Diederick 4 mai 2011 22:35

      les services israeliens ont aussi suivi longtemps Bin Laden pour le tenir à l’oeil....sachant ce que nous savons aujourd’hui, il auraient pu intervenir....pour le neutraliser...déjà avant le 11 septembre...

      j’ai comme l’impression que Bin Laden à servi d’icône à une affaire de plus grande ampleur....

      maintenant, il faut remarquer que ce qui nous semble extraordinaire est parfois d’une banalité ...


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 5 mai 2011 00:37

      Comme on s’en aperçoit avec les versions successives de l’assaut contre Ben Laden, on nous mène toujours un peu en bateau... et on ne peut jamais être sûr de grand chose. Adler parle des « légendes » qui entourent tous les événements, et que les services de renseignement fabriquent. L’histoire du messager était, selon lui, une « légende ». Peut-être que le soulèvement héroïque des passagers du vol 93 le 11 septembre 2001 est une légende du même type...

      L’ISI a-t-elle participé au 11/9 ? La seule chose qu’on peut dire, c’est que l’info a été publiée, jamais vraiment démentie, mais elle est néanmoins restée toujours assez confidentielle. Les officiels américains interrogés là-dessus ont systématiquement esquivé la question, faisant mine de ne pas connaître l’information. On ne peut que supputer. Etait-ce une intoxication, une rumeur, à laquelle personne n’a donné suite pour ne pas l’amplifier ? Ou était-ce, comme le disait Pepe Escobar dans l’Asia Times, le « smoking gun » du 11/9 ? cad une clé pour commencer à comprendre ce qu’il s’est réellement passé.

      Ce qui paraît établi, ce sont les liens très étroits entre Ben Laden et l’ISI, Omar Saeed Sheikh qui appartenait aux deux, KSM même (dit-on).... Si « Al Qaïda » (dont l’importance a évidemment été très gonflée par les Américains) a vraiment commis les attentats, il est difficile d’imaginer que des membres de l’ISI n’ont pas aidé. Et si « Al Qaïda » n’avait rien fait, il faudrait expliquer pourquoi Al Zawahiri revendique, comme KSM et bin al-Shaibah avant leur arrestation en 2002...

      Quel aurait été leur but ? No sé... Faire revivre aux Américains ce que les Soviétiques avaient vécu en Afghanistan, et provoquer leur chute ? Renforcer le jihad déclaré quelques années plus tôt (Ben Laden est devenu un héros pour beaucoup de monde en défiant l’Amérique) ? Côté pakistanais, difficile de percevoir les intérêts (on sait que le fameux pipeline américano-saoudien - Unocal/Delta Oil - que les Américains voulaient faire passer par l’Afghanistan et que les Talibans bloquaient, devait aussi passer par le Pakistan... une piste ???).

      Concernant l’attitude américaine, sans partir dans trop de spéculations (notamment techniques), l’analyse de Michael Meacher me paraît pertinente (même si rien n’est sûr) - voici les liens vers les 2 vidéos de son interview :
      http://dai.ly/hl7soy
      http://dai.ly/hFu0MJ
      (comme j’ai déjà plusieurs fois cité ces vidéos, elles sont peut-être déjà bien connues, mais pour ceux qui ne les connaîtraient pas, elles sont parmi les plus essentielles à écouter je pense)

      Article intéressant (en anglais) du grand reporter Eric Margolis sur la mort de Ben Laden : http://www.ericmargolis.com/political_commentaries/bin-laden-----more-dangerous-dead-than-alive.aspx

      "The whole story of 9/11 and al-Qaida remains murky and confused. Fully a third of Americans don’t accept the official US government version of 9/11, believing the US government or Israel were somehow involved – without any conclusive evidence but a lot of angry questions. 

        Much of the rest of the world also disbelieves the official 9/11 version. In the Muslim world the percentage of disbelievers rises to over 80%. 

      Now, after bin Laden’s death, we may never really know. Dead men tell no tales. Bin Laden long claimed he had no role in 9/11. Yet he certainly gave his approval and support after the fact. Those al-Qaida suspects brutally tortured by CIA into confessions are unreliable sources of evidence that would never stand up in US courts.« 

      Margolis pense qu’après la mort de Ben Laden on ne saura jamais le fin mot de l’histoire sur le 11/9. Il réaffirme une position très sceptique sur les attentats, rappelant que Ben Laden avait nié toute participation, même s’il avait dû donner son approbation après les faits... S’il doute de la version officielle du 11/9, il réaffirme que Ben Laden, selon lui, n’a jamais été un agent de la CIA, même s’il y eut des intérêts communs :

       »One point I want to set to rest : based on my long experience in Afghanistan and Pakistan and with jihadi groups and bin Laden’s mentor and guide, Sheik Azzam, I can say with a high level of assurance that bin Laden never worked for or with CIA, as has been often claimed.  They were merely on the same side during the anti-Soviet struggle.« 

      Il rappelle encore qu’Al Qaïda compte, tout au plus, 50 membres en Afghanistan, et 100 au Pakistan :
       »What of al-Qaida ? This extremist group, as I have been writing since 1999, was tiny. Never more than 300 men in 2001. Today, the core al-Qaida in Pakistan consists of a handful of hunted men. CIA chief Leon Panetta asserted that there were something less than 50 al-Qaida members in Afghanistan. There may be a hundred in Pakistan – all on the run.« 

      Il rappelle enfin l’évidence, selon laquelle le mythe »Al Qaïda« a servi la stratégie énergétique américaine au Moyen-Orient et dans le bassin de la Caspienne, en tenant la Chine à l’écart :

       »The specter of al-Qaida provided a handy pretext to invade Afghanistan to secure strategic territory next to Central Asian oil, keep China out of that region, and double spending on arms. The invasion of oil-rich Iraq was also justified by patently false White House claims Saddam Hussein was in cahoots with Osama bin Laden over 9/11."

    • Philou017 Philou017 5 mai 2011 14:59

      L’ISI a-t-elle participé au 11/9 ?Quel aurait été leur but ?

      Bonjour T Eilée. Vous allez chercher des réponses compliquées. L’Isi était et reste l’agent agissant du complot de certaines forces Etats-uniennes. Bien des apprentis terroristes , à commencer par KSM viennent du Pakistan où ils ont bénéficié d’une immunité quasiment sans faille.

      La plaisanterie que les services Etats-Uniens viennent de nous servir sur le fantome de Ben Laden n’a pu avoir lieu sans le concours de cercles influents du pouvoir et de l’armée, et sans doute l’acceptation passive du pouvoir enplace. Penser autrement est totalement invraisemblable.


  • Yohan Yohan 4 mai 2011 21:56

    Je ne vois pas bien l’intérêt de rentrer dans ces basses intrigues de barbouzes pour infirmer ou corroborer une mort qui en est bien une. Vu les témoins, il n’y a guère de doute et je ne vois pas Obama et son staff se coller derrière un écran pour regarder un jeu video.
    Evidemment, il y aura toujours des nouilles pour douter de tout et de son contraire.
    Pour moi, ça ne fait aucun doute, BL est out et la seule question qui me taraude, c’est de savoir qui a protègé BL et qui finance Al Qaida et si le Pakistan n’ est pas au final le véritable Etat terroriste


  • citoyenrené citoyenrené 4 mai 2011 22:06

    merci pour cet article bien documenté, et assez intéressant. j’ai vu cette émission hier aussi, et remarquer que Calvi ne demande pas à A.Adler quel est le point essentiel, Calvi enchaine sur d’autres sujets..cela dit, au vue des récents éclairages forcés sur le Pakistan et l’ISI, les médias « meanstream » devront faire moult contorsion pour éviter les évidentes questions...bon, c’est ce qu’ils font depuis 10 ans...


    • Antoine Diederick 4 mai 2011 22:20

      nous avons des intrigues partout, des acteurs les plus méchants les uns que les autres....

      Et finalement nous ne savons toujours pas pourquoi les twin towers sont tombées....

      10 années schizos....

      j’ai lu un seul bouquin de Adler, je n’en lirai pas deux....

      nous sommes ds les supputations....

      il y a une partie qui a commencé, il y a 15 ans déjà, et personne n’a vu venir l’affaire et surtout pas l’Europe ....

      avec cette opération militaire us au Pakistan, la seule chose dont j’ai pris conscience , c’est qu’il y a un processus général qui est en marche et de ce processus, personne encore n’en mesure les conséquences , ne peut cerner, les origines. Nous sommes spectateurs d’une histoire qui n’a pas encore trouvée de nom....de plus, cette « histoire » est en train de faire des dégats, nous le sentons tous très bien....Il y un ensemble de certitudes acquises , remises en cause....


    • Antoine Diederick 4 mai 2011 22:21

      Adler fait chaque fois le coup, ou bien il n’en dit pas assez ou il en dit trop....il a déjà fait le coup sur l’affaire des frégates...


  • kemilein 4 mai 2011 22:18

    coluche disait :
    a la télé on ne peut rien dire d’important, trop de gens l’écoute (regarde)

    ça semble être l’évidence que quelque soit la révélation faite, celle ci n’a que très peu d’importance, que c’est a peine superficiel.


  • Gargantua 4 mai 2011 22:30

    Il y a un exercice très simple c’est de lire l’intégralité des ses chromiques pour voir comment il est puant et vendue Alexandre Adler.


  • Capone13000 Capone13000 4 mai 2011 22:39

    Je ne vois pas en quoi les attentats du 11 septembre ont profité au Pakistan, en revanche je vois l’interet des USA et ou d’Israel


  • tchoo 4 mai 2011 22:59

    Difficile de s’y retrouver dans cela
    mais si le Pakistan est si impliqué (et il l’est beaucoup) quel est l’intérêt de tout cela ?

    Les américains (enfin certains) au courant de tout cela (et beaucoup d’élément le laisse supposer) aurait eu intérêt à laisser faire voire accompagner (faire tomber les tours) ?

    Lequel ? Lesquels ?

    les spécialistes ne manqueront pas de trouver des réponses


  • non667 4 mai 2011 23:31

    la guerre d’irak avec le faux alibi maintenant avéré (pour le peuple )montre de quoi sont capable les américains et leurs protégés juifs avec la complicité d’européens (blair en tête )
    ma conviction est faite qu’ils sont derrière tous les coup tordus et que la politique n’est faite que de ça !
    à mon niveau je n’attends pas de preuves !.mon seul moyen d’action est mon bulletin de vote
    qui naturellement n’ira pas aux mondialo-capitaliste umpsmodem eelv . je reste vigilant sur la sincérité des autres !


    • Ray Volté 8 mai 2011 11:14

      La fourberie des américains n’est pas à démontrer. Depuis 1 siècle ils pourrissent la vie du monde. 

      Paraphrasant Corneille et les imprécation de Camille « Voir le dernier dirigeant américain crever, moi seul en être la cause et mourir de plaisir ».

      Il n’y a rien de bon à espérer de l’Amérique. Que des mensonges, de la violence, des guerres. Est-ce là de bons alliés. 

    • rastapopulo rastapopulo 8 mai 2011 23:02

      Quand toutes les banques étaient privés, la première banque publique était celles des pionniers du Massachusetts... 

      Quand nous étions encore impérialistes, les USA battaient les impérialistes en chef britanniques avec de l’industrie et du protectionisme contre le sud esclavagistes...

      Quand l’Europe étaient sous la botte des autoritarismes, seul Roosevelt a a permis de changer la donne...

      3X rien !

      Penser qu’une histoire aussi réussi dans l’anti-impérialisme ne donnerait pas envie de détourner les USA de ses principes fondamentaux à ses opposants !


  • Dogen 4 mai 2011 23:53

    Tres bonne article, merci.

    Vous demontrez la difference qu’il y a entre doute legitime et paranoia clinique. Ca fait plaisir.
    Puisse certains etre inspire par votre sens critique et votre discernement.



  • aetius320 5 mai 2011 00:18

    C’est bien je vois que l’on avance, dans dix ans on y sera peut-être.

    Il ne faut surtout pas oublier les faits, marqueur d’une participation américaine au plus haut niveau de l’appareil d’état :

    - pourquoi les deux tours sont tombées comme si elles avaient subi une implosion ?
    - pourquoi le WTC7 est tombé comme s’il avait subi une implosion, alors qu’il ne fut touché par aucun avion ?
    - pourquoi dix ans plus tard nous n’avons toujours pas de vidéo de l’« avion » qui s’est écrasé sur le Pentagone alors que le bâtiment dispose de dizaines de caméras de surveillance, au moins ?
    - qu’est-il réellement advenu du 4ème avion ?

    • El Nasl El Nasl 5 mai 2011 02:05

      aetius320 :«  - pourquoi le WTC7 est tombé comme s’il avait subi une implosion, alors qu’il ne fut touché par aucun avion ? »

       bonne question . Pourquoi ?
       Il en pense quoi Mr Adler du WTC7  ?

       
       
       


  • Hieronymus Hieronymus 5 mai 2011 00:54

    franchement on s’y perd, ca devient un peu trop complique
    si le 11 septembre est un inside job (ce dont je suis persuade)
    en quoi avait on besoin de Ben Laden ou du Pakistan pour y proceder ?

    sur Alexandre Adler, le type tres cultive, est un apparatchik du systeme
    dont il convient de se mefier absolument, comprendre : s’il lache qq chose
    (qui peut etre exact) ce n’est pas pour nous eclairer mais tres certainement
    pour pouvoir nous manipuler encore davantage a l’appui de ces revelations

    Adler est un decadent, a preuve il tient une rubrique sur France Culture
    qui est (en plus raffine) un des rouages de la propagande du systeme
    il n’a pas craint (ce qui est un comble !) de reaffirmer recemment
    dans le Figaro en date des 4 et 5 septembre 2010, dans un article intitulé
    « Petits mensonges d’Etat entre amis à propos de l’Irak ». que (attention !) :
    « Il est insensé de prétendre que l’Irak n’a jamais disposé d’armes de destruction massive. » (sic)

    par ailleurs A.Adler est membre du club le Siecle, de la Trilaterale et surtout du Crif
    bref un type tres tres suspect, toute opinion emanant de lui provoque ma suspicion ...


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 5 mai 2011 02:00

      Je savais bien qu’en me servant d’une intervention d’Adler, certains allaient râler. Je ne suis pas fan de lui, je vous rassure... C’est son propos précis sur Daniel Pearl, ponctué par un silence frustrant, qui a retenu mon attention.

      Comment concevez-vous le déroulement du 11/9, si vous vous le représentez ? A quoi ressemblerait (de manière un peu détaillée) l’inside job ? Pensez-vous que Ben Laden n’ait joué aucun rôle ? idem pour les pirates de l’air (tracés, surveillés) ? que pensez-vous des avertissements reçus par une quinzaine de pays ? comment en rendez-vous compte ? Qui sont Al Zawahiri ou KSM dans votre scénario (ils ont revendiqué) ? Si je complique les choses, ce n’est pas pour le plaisir, c’est pour tenter d’intégrer tous les éléments... parce que beaucoup d’infos nous y ramènent. Comment faites-vous pour les évacuer de votre scénario, ou pour les y intégrer ?


    • Hieronymus Hieronymus 5 mai 2011 04:59

      merci de votre reponse
      bah oui A.Adler c’est le contraire d’une reference sur le plan moral
      il est un parfait representant de l’establishment et de la pensee unique
      meme si par coquetterie intellectuelle, ses propos sont souvent sybillins
      d’ailleurs comme vous l’avez ecrit, il stoppe brusquement qd il devient interessant

      inside job ? franchement la question venant de vous me surprend
      m’est ideee d’apres qq articles que j’ai vus de vous, que vous devez en savoir
      bcp plus sur la question et ce de facon bcp plus precise et fouillee
      alors le role de Ben Laden ? on le connait c’est l’epouvantail de service
      les services secrets pakistanais ? les messages d’alerte qu’il y aurait eu ?
      c’est sans doute interessant a scruter mais au fond cela joue relativement a la marge
      toutes ces allegations, supputations assorties ou non de dementis sont des accessoires
      faisant partie de la boite a outils de ces entreprises de grandes manoeuvres d’intox
      qu’on decide ensuite d’utiliser ds un sens ou ds l’autre au gre des circonstances
      le 9/11 c’est une grande machinerie comme les super productions hollywoodiennes
      qui necessite bcp d’organisation et de messages « subliminaux » en amont

      rappelez vous : un truc qu’on a oublie
      le jour du 9/11 un incendie s’etait declenche ds une aile de la Maison Blanche
      et puis on n’en a plus jamais entendu parler et personne n’a su pourquoi cet incendie
      sans doute que ce feu devait etre un element de cette formidable mise en scene
      peut etre etait il prevu un autre « avion » sur la Maison Blanche ?
      mais qq chose n’a pas du se derouler comme prevu
      d’ou exit operation sur la Maison Blanche et on oublie l’incendie !
      les avions sur les Twin towers ?
      manoeuvre parfaite, quasi impossible pour un pilote experimente
      le plus probablement ils devaient etre vides et pilotes du sol
      cordialement


    • gaijin gaijin 5 mai 2011 10:41

      hièronimus
      si on raisonne dans le champs des hypothèses on peut très bien imaginer un inside job organisé sur commande des états unis par certains membres des services pakistannais avec de vrais terroristes islamistes persuadés d’aller conquérir leurs 70 vierges .
      il y plusieurs points a noter qui me paraissent échapper a champ habituel de la reflexion sur ces sujets
      quand on dit les états unis le pakistan etc on a l’impression de parler d’une personne unique
      en réalité le plus souvent la main droite ignore ce que fait la main gauche les décisions ne sont pas prises dans le bureau ovale elles sont prises par les gens qui informent et conseillent le président ( quoi de plus facile que de manipuler des décisions quand on contr
      ôle l’information ?) idem ailleurs. il existe différents groupes qui parfois peuvent agir de manière indépendante.
      ensuite il ne faut pas s’imaginer que les décisions dans des affaires de ce style se prennent en comité de direction il y aurait trop de risque de fuites.
      enfin il peut y avoir des interférences causées par des intérêts ponctuels divergents

      le résultat est celui d’une partie de cartes a l’aveugle ou tout le monde triche
      naturellement on aboutit a des incohérences qui font que le public se dit : hou la la il y a quelqu’un qui triche ensuite on cherche qui triche et forcément on ne trouve pas !
      parce que le résultat est trop incohérent et qu’au final tout le monde a intérêt a étouffer l’affaire

      nos systèmes démocratiques reposent sur la confiance que nous avons en nos dirigeants
      c’est pourquoi même quand ils sont pris la main dans les sac il suffit de dire ce n’est pas vrai et de toute façon on ne vous donne pas le droit d’accéder aux éventuels documents ( voir a la rubrique Karachi gate ) et la majorité se résigne
      cocus mais contents parce que ne pas fermer les yeux est trop difficile
      avant d’éclairer la lumière éblouit
      ( voir a platon mythe de la caverne )


    • romainatio 5 mai 2011 12:58

      Le problème de la liste Tariq Ramadan citant les méchants juifs à conspuer, c’est qu’elle a fini par nous contaminer.
      au meme titre que Ramadan soit loin d’être objectif, je ne vois pas pourquoi, un homme comme Adler ne serait pas crédible.
      Adler est, bien plus neutre surl’incitation au communautarisme et moins directif que Ramadan concernant sa propre communauté. Rappelons qu’en 2006 Ramadan appelait officiellement à se rapprocher des mouvances d extremes gauches lors de conférence sur la Palestine.

      Un philosophe qui donne des directives stratégiques comme Ramadan est bien moins neutre qu’Adler qui raconte l’histoire sur Radio J. smiley


    • nexus 5 mai 2011 15:15

      +1 gaijin

      Je ne partage pas votre point de vue sur les terroristes pilotes. Trop risqué de louper leur cible... Il était important de RASER intégralement le complexe du WTC sans trop toucher les autres bâtiments.

      Cela dit je suis complètement 100% d’accord avec votre analyse sur la partie de carte en aveugle... Tout le monde triche et tout le monde se couvre. Pour que l’information soit encore autant cloisonnée aujourd’hui dans notre pays, c’est que ca PUE méchament.
      Le 11/9 c’est un énorme concours d’intérêts qui s’entremêlent comme un plat de spaghettis. Un (ou plusieurs) petit groupe ont fait leur cuisine. Des opportunités ont permis aux uns et aux autres d’en tirer profit. Mais les bénéficiaires c’est toujours les mêmes, l’industrie d’armement, les banques (Wall Street et toutes les affaires pourries entérées avec le WTC7), Israël (l’ennemi arabe étant servi sur un plateau, justifiant toutes les guerres qui ont suivi et suivront), ainsi que des tas d’industries parallèles à l’armement/pétrole/reconstruction/sécurité et mercenaires...

      Ben Laden, c’est l’épouvantail. Il faut toujours désigner un ennemi simple et identifiable associé à Al Qaeda. La tête à trancher quoi... Ben Laden est mort médiatiquement. Al Qaeda reste encore bien là, ca n’est pas fini... (Al Qaeda n’existe pas en tant que tel, pas comme c’est représenté par les journaux mainstream, c’est des groupes désorganisés et non interconnectés cf déclaration d’Alain Chouet). La guerre infinie au terrorisme n’est pas prête de s’arrêter. En ce moment on assiste à un redéploiement des cartes.

      Entièrement d’accord aussi avec Hieronymus sur le fait qu’Adler est la dernière personne que j’irai écouter pour avoir le moindre analyse géopolitique. C’est un agent du système en place. Il a encore écrit un bouquin sur les stratégies des services secrets... Pas étonnant, il aime raconter les histoires et faire l’Histoire... Une vrai propagandiste des temps moderne. Ses connexions en disent long, mais son discours aussi en dit long... Il fait aussi parti du Cercle de l’oratoire avec son journal ’le meilleur des mondes’ qui est considéré comme think tank néo conservateur français ayant entre autre pour but de contenir la version officielle du 9/11. Peut être qu’il lache quelques bribes et sous entendu pour éviter de s’enfoncer mais il ne doit pas faire ça par plaisir...


    • platon613 8 mai 2011 11:23

      Écoutez cette interview ! Une bombe !!

      Ben Laden : quand le doute devient officiel

      Voici une interview avec le Dr Steve Pieczenik qui a été, dans sa longue carrière au gouvernement américain, adjoint de Henry Kissinger, James Baker, George Schulz, et Cyrus Vance. Il a également créé le "Bureau de combat du terrorisme« . Dans la très populaire émission de radio américaine  »Alex Jones Show« il décrit la prise de Ben Laden comme »un théâtre américain de l’absurde". Écoutez vous-même...

      http://www.news-26.com/politique/48...


  • Png persona-nongrata 5 mai 2011 01:06

    Comment analyser le 11/09 sous l’angle d’Alexandre Adler un sioniste notoire menteur comme un arracheur de dents...

    C’est les services secrets Pakistanais qui ont fait le coup avec quelques cutters ok ...

    Et ce superbe article sionard nous dit en guise de conclusion ;

    "Adler est parfois approximatif, comme on l’entrevoit ici et comme un article du Monde diplomatique l’avait bien montré... et ses penchants idéologiques marqués (très pro-israéliens notamment), comme ses amitiés avec Henry Kissinger, Richard Perle ou Paul Wolfowitz, biaisent certainement son jugement. 

     Toute cette tartine pour ça ????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     Heu.... juste un conseil faut arréter de regarder Yves Calvi et d’écouter les analyses de ce complice de crimes contre l’humanité qu’est A.Adler.

    Stop désinformation !!!

     Clash Adler - Ramadan ;


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 5 mai 2011 01:44

      1° Je n’analyse pas le 11/9 sous l’angle de Adler. Je relève une parole subreptice qu’il a eue, et qui me renvoie à un sujet que j’avais déjà traité relativement en détail par le passé.

      2° Je ne dis pas que c’est « les services secrets Pakistanais qui ont fait le coup avec quelques cutters ». Peut-être parce que je n’ai pas votre talent de caricaturiste... Je note seulement que leur implication est suggérée par différentes sources, mais je dis aussi (dans d’autres articles) que d’autres acteurs semblent, d’une manière ou d’une autre, impliqués. Et je relève que c’est un ancien directeur de ces services qui fut le premier à accuser les Américains et les Israéliens. Je ne sais pas ce que ces accusations signifient : réelle conviction ou diversion ? Et je ne sais pas non plus ce que valent les articles qui affirment le financement de l’ISI dans les attentats : scoop ou intox ? Je rapporte et confronte des infos existantes. A chacun d’essayer ensuite de faire le tri, s’il le peut. Seuls les grands médias pourraient authentifier une bonne fois pour toutes ces informations. Mais ils ne le font pas...

      3° J’attends avec impatience votre premier article, qui nous révélera enfin la vérité sur le 11/9.

      PS : pour info, votre lien sur le clash Adler-Ramadan est déjà dans mon article...


    • Png persona-nongrata 5 mai 2011 11:23

      Merci pour votre réponse mais si vous me le permettez je vais garder mon ton ironique car vu l’ambiance du moment tout est permis ...

      En réponse à vos quatre points ;

      1/ Vous écrivez tout un article sur « une parole subreptice qu’il a eue »... ? Balaise quand même , et qui donc vous renvoi à vos articles précédents sur le 11/09 , mais bon sang vous voilà donc visionnaire il n’y a plus de doute , merci Adler de nous révéler ce fragment de vérité et encore merci à Yves Calvi de nous éclairer tous les soirs avec sa brochette d’experts autoproclamés .Attention vous faites un égotrip ...

      2/ En effet ce qui me dérange au plus haut point dans votre article c’est comment vous jettez le trouble sur l’implication plus qu’évidente des services secrets américains et israéliens sous prétexte que c’est un ancien directeur de l’ISI qui le dit donc forcément c’est les Paki qui sont derriére le coup....Non mais c’est vraiment nous prendre pour des truffes ...et vous avez encore la naiveté ou je dirai même la débilité de fonder vos théses sur les médias mainstream ...Vous dites ;

      « Seuls les grands médias pourraient authentifier une bonne fois pour toutes ces informations. Mais ils ne le font pas... »

      Lol , bah oui vous pouvez attendre longtemps et je vous le répéte arrétez de regarder « C dan l’air » et analyser les articles du réseau Voltaire vous y verrez beaucoup plus clair.

      3/ Je ne suis pas journaliste citoyen , juste un citoyen et j’use de mon droit d’expression .

      Bref je n’ai rien contre vous je ne vous connais pas , seulement dans cette article il n’y aucune plue value .


    • Assurancetourix Assurancetourix 5 mai 2011 11:52

      Je pense simplement que le titre de l’article est mal choisi, c’est bien dommage car il masque la richesse de celui-ci.


    • romainatio 5 mai 2011 13:00

      Le problème des palestinophiles c est algérien c est leur manque de nuances.
      Les palestiniens ne sont pas des enfants de coeur
      les Israeliens ne sont pas des génocidaires et inversement.


  • fonzibrain fonzibrain 5 mai 2011 08:54

    de toute façon, il faut vraiment être taré pour croire que ben laden a été tué avant hier, le simple fait que depuis des années il n’y a plus aucune vidéo du chef d ’al quaida (les dernires étaient tellement mal faites qu’ils ont préféré arrété d’en faire ) et qu’aunce photo de ben laden mort soir diffusé démontre par A+B que cela fait des années que ben est mort.


    il est mort en décembre 2001, tout simplement parceque le 17 septembre 2001, ben a nié etre rsponsable des attentats et que fin 2001 la fameuse cassete ou on le voit revendiquer devants ses amis etre responsable de l’attaque 

    et

    si bel laden était encore vivant a ce moment la, il aurait dit que cette cassette est fausse


    et oui, la logique, il n’ya rien de mieux....

  • Assurancetourix Assurancetourix 5 mai 2011 09:17

    Cet article de synthèse sur l’imbroglio et l’amalgame « Ben Laden/11-Septembre » (ses causes, ses effets et ses conséquences) est remarquable d’analyse et d’objectivité et en devient par là-même un outil de référence.



    Merci pour cet éclairage tendant à révéler la vérité en faisant le tour de la question tout en adoptant une position d’une relative neutralité (attitude fort rare en ces temps d’extrémismes).

  • Gonzague Gonzague 5 mai 2011 09:34

    « On voit donc se reformer les deux camps qui s’étaient déjà créés suite au crash sur le Pentagone »


    Et quel serait le deuxième ? Vous pensez vraiment que le camp des gogos séides de Meyssan, celui-là même qui, lorsqu’il avait écrit son livre sur « L’Effroyable Imposture. Aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone, c’était une Opel Kadett bleue ! », avait ôté tous les témoignages, sans mentionner les lampadaires, n’avait pas rappellé l’échelle du bâtiment, sous-entendait que les pompiers étaient complices puisqu’aucun n’avait fait part de quoique ce soit d’étrange, vous pensez vraiment que ce camp de gogos, disais-je donc, a quoi que ce soit à dire et qu’il représente une quelconque « contre-partie » ? laule, aimedéhère, pétédéhère. 

    Concernant le reste de l’article, il ne démontre qu’une chose, ce sont les realtions très troubles entre l’ISI et la CIA, entre l’ISI et Ben Laden, entre Ben Laden et le Pakistan, entre le Pakistan et l’Afghanistan. 
    Je peux vous dire que si « 911 was an inside job », les scénaristes qui, sur 30 ans (en fait ce sont 120 ans, mais rentrer dans le détail serait fastidieux), à établir de tels scénarios, ont réussi à mentir sur toutes ces connexions, à suffisamment manipuler les parties musulmanes et arabes, à faire en sorte que les islamistes ne s’apercoivent jamais qu’ils furent et sont encore manipulés et qu’il servent des intérêts qui leur échappent, ces scénaristes qui sont en outre parvenus à convaincre tous les agents de renseignements américains, britanniques, francais, isaréliens, allemands, russes (des dizaines de milliers) du bien fondé et de la moralité d’opérations « sous faux-drapeaux », contre leur propre population dans laquelle se trouvent peut-être des membres de leurs familles respectives, sans qu’aucun desdits agents n’ait jamais mauvaise conscience et ne vende la mèche, ces types, ces génies du mal, méritent toute notre considération, tout notre respect. 

    Ah et en aparté : « On se rappelle que, le 10 septembre 2001, Ben Laden se faisait soigner dans un hôpital militaire à Rawalpindi pour une dialyse des reins, escorté par l’armée pakistanaise. »
    Non, on ne se le rappelle pas. C’était un entrefilet dans le Figaro, une seule source était citée, il s’agissait d’un aide-soignant. Cette nouvelle fut reprise par d’autres journaux sous-couvert « d’investigations personnelles », mais elles ne se basent en fait sur rien. Aucune autre trace n’est disponible. C’est marrant que les conspirationnistes demandent sans cesse plus de preuves, et encore et toujours, preuves toujours réfutées sous prétexte qu’elles viennent « d’un journaliste soi-disant indépendant mais dont la tante a pris un café, mardi dernier, avec un ami qui est stagiaire à Fox News » ou encore que « Photoshop, ca existe, une photo n’est pas une preuve », mais qui avalent avec une facilité déconcertante la moindre information balancée à la va-vite par qui que ce soit, tant que celle-ci corrobore leurs fadaises.

    Fascinant. 

  • Cocasse Cocasse 5 mai 2011 09:40

    Cet article n’est pas convaincant, même s’il rapporte quelques points intéressants.
    Déjà il contient une erreur : l’ISI n’entretient pas de différent avec la CIA, bien au contraire, autant que je me souvienne des divers articles que j’avais lu traitant de la question du 11-9.


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 5 mai 2011 11:43

      ISI et CIA entretiennent des liens étroits, en effet, et c’est d’ailleurs en découvrant les informations sur l’implication (possible, probable...) de l’ISI et aussi des services saoudiens qu’on a pu imaginer que se reproduisait le schéma qui avait prévalu dans la guerre soviéto-afghane des années 80, avec la CIA appuyant (avec aussi de l’argent saoudien) les Moudjahidines par l’entremise de l’ISI. Mais les propos de Hamid Gul, qui est un ami de Mahmoud Ahmad (directeur de l’ISI supposément impliqué dans le financement du 11/9), accusant ouvertement le Mossad et les Néocons américains affaiblissent l’hypothèse d’une alliance ISI-CIA dans le 11/9 (car on ne balance pas sur ses complices...). Mais évidemment rien n’est sûr. L’une des grosses zones d’ombre dans cette affaire étant la visite de Mahmoud Ahmad à Washington entre le 4 et le 14 septembre 2001, sa rencontre avec des membres du Pentagone, de la CIA, etc., et son petit-déjeuner au Capitole le matin du 11/9 (sujet de la discussion du jour : le terrorisme en provenance d’Afghanistan et Ben Laden). L’interrogation est celle-ci : des membres de l’ISI ont-ils vraiment participé au 11/9 ? ont-ils pu être corrompus par des conspirateurs américains ? ou auraient-ils agi contre les Etats-Unis ? La presse rapporte qu’après le 11/9, Richard Armitage avait menacé Mahmoud Ahmad de bombarder le Pakistan et de le ramener « à l’âge de pierre », s’il ne coopérait pas dans la lutte contre le terrorisme... ce qui ne suggère pas une très bonne entente.

      Bref, rien n’est clair.
      On peut imaginer (dans l’hypothèse de l’inside job) que les Américains ont tout organisé, et fabriqué tous les indices qui pointaient vers Al Qaïda.
      On peut imaginer qu’Al Qaïda a fomenté les attentats sans l’aide de l’ISI (qui entretient néanmoins des relations avec ce groupe), et que les informations sorties au sujet de l’implication de l’ISI étaient de l’intoxication (indienne).
      On peut imaginer que des individus au sein de l’ISI ont apporté leur aide à Al Qaïda, sans impliquer toute l’organisation, ni l’Etat pakistanais... qui, lui, a le cul entre deux chaises, entre sa coopération avec les Américains et celle avec les fondamentalistes (sachant que la population est assez anti-américaine).
      ...


  • Gonzague Gonzague 5 mai 2011 10:19

    Et s’il vous-plaît, expliquez-moi, je suis bête, mais : en quoi ce putain de 11 septembre est-il « sophistiqué » ? En quoi ? Qu’est-ce qui vous permet de dire que « seul un état pouvait être derrière ces attaques » ?


    Que les Etats-Unis prétendent cela, c’est évident, c’est une réaction pétrie de bon sens, c’est logique, c’est humain. Ils refusent, eux, la superpuissance immortelle placée sous la protection de Dieu, d’avouer qu’ils viennent de subir d’immenses pertes humaines (3000 victimes), économiques (plusieurs centaines de milliards de $), qu’ils viennent de perdre en crédibilité ce qu’ils avaient au fil des ans gagné en morgue (quel jeu de mots, mes enfants, quelle finesse !) à la suite d’une opération d’une simplicité à pleurer. Elle fut certes quelque peu onéreuse, entre les logements, la nourriture, les formations dans les camps, les cours de pilotage, les billets d’avion en première classe, ce genre de choses. Il fallut également aux pirates de l’air et aux instigateurs être très prudent, mais la prudence ne coûte pas grand chose. Mais détourner des avions n’était pas bien dur avant le 11 septembre, surtout lorsque les pirates de l’air, dont on ne connaissait pas les intentions, annoncait qu’une bombe était à bord de l’appareil, ce qui appelle bien sûr à la retenue, aussi bien dans la machine qu’au sol. 

    Les USA ont bien sûr de suite prétendu qu’un état était derrière ces attentats, parce que : 

    1.) Ca rassure tout le monde, et eux en premier lieu. Une vingtaine de gars ne peuvent pas faire ca sans recevoir d’appui extérieur. (facile à dire ; au fait, c’est moi ou cette assertion n’a aucune base logique quant au déroulement des événements en ce charmant mardi matin riant ?)
    2.) L’état en question, on peut l’attaquer et s’approprier son pétrole. 

    Mais quand on y regarde de plus près, où foutredieu est la sophistication de l’opération ?

  • camus 5 mai 2011 10:52

    pour compléter cette analyse :


  • webrunner webrunner 5 mai 2011 12:09

    Adler, un homme intègre, au-dessus de tout soupçon la preuve en image


  • dup 5 mai 2011 12:43

    Adler, un homme intègre .. humour noir

    témoigner sous serment .... Cette phrase me laisse songeur . La seule vérité qui sort de cette affaire c’est que c’est tous de tordus et de menteurs .. Ca au moins c’est vrai !


  • joseW 5 mai 2011 12:54

    Attentions, l’auteur de l’article, à trop vouloir suivre les cailloux et les fausses pistes laissés par les commanditaires du 11 Septembre, finit par se perdre lui-même dans des hypothèses et des considérations de second rang.

    La réalité est souvent assez simple :

    L’hypothèse selon laquelle la CIA a orchestré tout cela avec la complicité de plusieurs autres services secrets infiltrés et agents doubles, dont notamment à l’ISI, au MI6 et au Mossad pour ce qu’on en sait à ce jour, est une hypothèse assez simple à comprendre et qui ne nécessite pas de se perdre en circonvolutions inutiles et assez vaines.

    Il est évident que les élites pro-NWO ayant désormais tué leur mythe Ben Laden, elles vont faire retomber la culpabilité sur le Pakistan pour finir de la déstabiliser, puis sur la Syrie et l’Iran et de tous les pays qu’elles souhaitent détruire puis contrôler.

    Tout cela est cousu de fil blanc, enfin plutôt de fil noir en l’occurrence...


  • platon613 5 mai 2011 13:38

    Qui a vu la photo du cadavre ?

    ...Des élus américains ont affirmé avoir vu le cliché, avant de revenir en arrière. Dans un communiqué ils expliquent maintenant que les photos étaient truquées...

    http://www.news-26.com/cosmopolite/...


  • La Botte secrète 5 mai 2011 14:38

    Adler travaille pour les américains. Rappelez vous que pas plus tard que l’année dernière il disait que des AMD avaient été trouvés en Irak.

    Ce type sert peut-être à faire avaler à l’opinion publique française le futur retournement stratégique US contre le Pakistan. Ce sont des conjectures mais l’attitude de Washington est tellement trouble ces temps-ci que celui qui pourra nous dire quel est le fin mot de l’histoire est bien malin.


  • morice morice 5 mai 2011 14:54

    Adler est parfois approximatif, comme on l’entrevoit ici et comme un article du Monde diplomatiquel’avait bien montré... et ses penchants idéologiques marqués (très pro-israéliens notamment), commeses amitiés avec Henry Kissinger, Richard Perle ou Paul Wolfowitz, biaisent certainement son jugement. Cela dit, le silence éloquent qu’il nous offrit chez Yves Calvi sur le « savoir tout à fait essentiel » de Daniel Pearl, et qui le perdit, n’est probablement pas à négliger. 


    exactement...

    • Antoine Diederick 5 mai 2011 16:57

      sur la dernière phrase de l’article du « Monde » : « Alexandre Adler ajoutait : « Au lecteur de juger sur pièces. »

      C’est tout fait, Adler est intelligent avec une grande culture, mais il semble être un intellectuel »alimentaire"  smiley


  • Philou017 Philou017 5 mai 2011 15:42

    Cher T Eilée, permettez moi de vous présenter un scénario de l’affaire, qui vous éclairera peut-être.

    Ben Laden est mort depuis longtemps. Les EU le gardaient en vie médiatique pour les besoins de leur guerre. Comment ont-ils décidé de le tuer définitivement ?

    Les fausses vidéos de plus en plus trafiquées et rares sont arrivées à leur limite. Le fait qu’on ait aucune info sur BL depuis 2002 rendait l’hypothèse de sa mort de plus en plus crédible. Il devenait de plus en plus inexploitable et l’émergence de résurgences auto-étiquetées Al-Qaida rendaient sa « survie » de moins en moins nécessaire. Décision a donc été prise d’en finir.

    Revenons sur les éléments de cette affaire digne du missile du pentagone.

    L’affaire de la villa est en effet une vaste blague. Cette maison a en effet été bâtie il y a six ans. Curieusement, on a monté les murs avant de la construire. Qui peut croire que BL a pu faire construire un tel bâtiment dans une ville ultra surveillée, à quelques pas d’une académie militaire ? Car cette villa était prévue pour y vivre clandestinement.

    Il y avait des gardes, qui ne se cachaient pas vraiment, puisqu’ils répondaient à des enfants qui avaient envoyé à plusieurs reprises une balle au-dessus du mur. Donc un bâtiment semi-officiel. Confirmé par des témoins qui décrivent des berlines aux vitres fumées qui venaient en visite.
    Qui y avait-il dans ce bâtiment ? difficile à dire, sans doute un centre d’opérations de la mafia de l’ISI ou de celle de la CIA ou des deux. Sans doute les gardiens habitaient là avec leur famille. En tous cas personne n’y a jamais vu l’ombre de BL...

    A vrai dire l’histoire rappelle salement l’histoire du boeing du Pentagone. On nous dit qu’il y avait BL, mais aucune trace de lui, Pas de vidéo, pas de photo, pas de débris (pardon, pas de cadavre), rien. Rien que les déclarations officielles.

     On dirait qu’on a utilisé les vieilles recettes. Comment fait-on pour monter une affaire pareille ? D’abord on organise une attaque voyante, avec beaucoup de bruit : on attaque un chef terroriste planqué tranquillement avec sa famille avec des hélicos remplis de forces spéciales. Quelle rigolade. Mais on fait ca en pleine nuit, pour que les témoins proches soient rares. La fusillade aurait duré quarante minutes.... Quelques civils contre des forces spéciales surarmées et ca dure quarante minutes , Sans compter que ca donne tout le temps aux « terroristes » de détruire leurs documents. Une vraie opération aurait été discrète, par surprise et foudroyante. Mais on voit que tout cela n’est qu’un montage à destination des médias bienveillants....

    Comment dissimuler une telle mascarade ? Les bonnes méthodes de désinformation habituelles :
    - On donne des tas d’infos contradictoires venant de diverses sources. Il y aurait eu 9 femmes et 23 enfants. Puis non, 3 et 18 gamins. Le fils aurait été tué. Et peut-être pas. Et pas celui-là. Et sa femme si. Et non seulement blessée. Elle aurait servi de bouclier. Et en fait non.
    En noyant les gens d’infos contradictoires, on dit tout et son contraire. On risque peu d’être démenti.

    - On donne un tas de témoins (les femmes et les enfants entre autres) mais auxquels on a surtout pas accès. Ces personnes vont être renvoyés dare-dare dans leur « pays d’origine », en Afghanistan notamment , où elles seront sous contrôle et hors d’atteinte des journalistes. Peut-être qu’on donnera plus tard en pâture à la presse une femme complice ou sous contrôle pour raconter de belles histoires....
    Une enfant de douze a déclaré son père mort ? oui, mais ce n’est que la déclaration d’un officiel Pakistanais. Bref du flou, du vent et aucun élément tangible.

    - On détruit définitivement toute possibilité d’accès au corps avant même de communiquer sur cette affaire. Comme ça pas de vérification possible. Pas de film, à l’heure ou n’importe quel agitation se retrouve sur Youtube par la grâce d’un téléphone portable. Même pas de photo, nous ne le supporterions pas.

    Bref du bidon made in CIA 100% garanti.

    La farce du 11 Septembre vient de connaitre un 5eme avion qui a dispararu après avoir percuté une balle hypothétique. Le boeing Laden a coulé sans laisser de traces....


    • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 5 mai 2011 19:35

      Je pense la même chose. A force de ne plus arriver à cacher le fait que BL est mort pour de vrai depuis longtemps, il a bien fallu le tuer pour de faux.


  • 1984 5 mai 2011 15:51

    Adler un historien et journaliste.... ????!!!!!!!!

    Mort de rire !

    La seule chose que connait cet âne du moyen orient sont les patisserie de Tel aviv.


  • Antoine Diederick 5 mai 2011 16:00

    ICI un lien France culture.....

    Y est évoqué la question de réseau social comme méthode de recherche et le fait que Bin Laden à échappé aux recherches grâce à son isolement (hypothèse). Cela donne l’impression que Bin Laden avait déjà son avenir derrière lui depuis longtemps....Alors, Bin Laden, un vrai chef de guerre de l’Islam extrémiste ? Ou un stratège de pacotille , juste un image fédérant le terrorisme ?

    L’ennemi public numéro 1, semble bien peu important suite à l’ensemble des développements qui ont suivi les attentats de NY.


  • franc 5 mai 2011 16:14

    Article remarquable encore une fois de Taiké Eilée sur le 11/9,objectif et impartial 

    Les indices données et les faits rapportés ,confirmés par les plus grands journalistes enquêteurs et et experts en terrorisme international primés par le grand prix , pourraient donc impliquer le Pakistan et l’Arabie Saoudite ,deux grands alliés et « amis » de l’Amérique comme commanditaires et financiers des attentats du 11/9 exécutés par Al quaeda

    D’où l’embarras de l’Administration américaine et buschienne à révéler totalement la vérité et l’ambiguité voire les mensonges de la version officielle ,--------------------------celle-ci ne devant pas pointer du doigt ces deux grands pays alliés et « amis »de l’Amérique ,vu que ce serait un bouleversement stratégique et tactique insupportable dans l’état actuel des choses que d’être obligé de déclarer la guerre à ces deux plus grands pays musulmans d’une importance capitale ,l’un peuplé de près de 200 millions d’habitants doté de l’arme nucléaire et l’autre étant le pays sacré où est né le prophète et l’islam avec pour capitale du monde islamique la Mecque (mais aussi premier producteur et exportateur de pétrole),et donc déclarer la guerre à ces deux pays c’est déclarer la guerre à l’islam et ses un milliard et 500 millions ,ce qui est d’une conséquence effroyable que les Etats-unis refusent pour le moment tactiquement et stratégiquement d’affronter ,bien que sur le plan idéologique un changement s’est opéré à la suite de l’effondrement de l’union soviétique et du monde communiste en général envers les pays du moyen-orient et musulmans qui ne seraient plus considérés comme des pays amis et alliés pour le futur .

    En effet l’Amérique buschienne et néoconservatrice ,mais pas seulement ,même lecamp démocrate adhère à cette nouvelle politique de mise à distance et d’éloignement envers les pays pétroliers du moyen-orient et musulmans ,aurait même concocté un plan de réorganisation complète de la région pour la maitrise totale énergétique en dévaveur de l’Arabie saoudite et des monarchies pétrolières ,un dessein pour un nouveau moyen-orient pour les prochaines décennies ----------------------------ce qui a mis en fureur l’Arabie saoudite et son allié sunnite doté de l’arme nucléaire le Pakistan ,et ce serait là le motif principal de l’organisation des attentats du 11/9 qui devait aboutir à l’élimination du camp buschien devenu ennemi par un coup d’Etat amenant le camp de l’administration américaine restant leurs amis au pouvoir ( la destruction des tours du WTC étant un acte de diversion ,un leurre ,la vraie attaque (par un missile et non par un boing)étant le Pentagone et la maison blanche


    • Antoine Diederick 5 mai 2011 16:21

      je vais faire ma « petite complotite » en crise de varicelle

      Et ce témoignage d’une aiguilleur du ciel qui a vu apparaître un drôle de truc sur son écran radar .

      « C’est quoi cela, un jet militaire ou un missile ? »


  • MAYA 5 mai 2011 17:53

    l’ISI a peut être manipulé ben laden dans le cadre du 911 ;
    dans quels buts ?
    intervention en afghanistan ?
    pourquoi ?
    déstabiliser karzaï ?
    Introniser les taliban à la tête de l’afghanistan ?

    les américains, Ben Laden et les talibans


  • Paul .ca Paul .ca 5 mai 2011 18:47

    Pour Adler, je vous conseille de chercher les informations de base sur lesquelles il base son raisonnement plutot que d’essayer de filtrer ses propos. Ca devrait être beaucoup moins délicat et avec moins de chance de se tromper.


  • Serpico Serpico 5 mai 2011 19:37

    Adler n’est qu’un fauteur de guerre ordinaire. Toutes ses « thèses » n’ont qu’un but : allumer le feu au profit d’Israel.

    Bon, c’est un crétin mais au service d’Israel.


  • MAYA 5 mai 2011 20:55

    Adler est probablement un des personnages publics les plus répugnants de notre pays.

    je trouve au contraire qu’adler apporte une analyse intéressante contrairement au prosélytisme d’un ramadan, par exemple !


  • Charmord 5 mai 2011 20:55

    Merci pour cet article intéressant ; Taiké Eilée.


    Si je ne m’abuse, vous vous osez plus que de coutume à dresser des scénarios ; pour mieux vous rendre compte au final que les éléments dont nous disposons sont insuffisants pour disposer d’une thèse alternative crédible et cohérente.

    Pour en revenir à l’actualité récente, les mystères de cette opération commando et le fait de soumettre à la population, en ce compris les vils « complotistes » que nous sommes (car ne vous y trompre, malgré toutes vos réserves qui ne sont nullement réthoriques, vous saurez vous aussi assimilé à ce clan), un magnifique story telling qui n’est pas prouvé davantage qu’il ne peut être réfuté au moyen de preuves solides pourraient tenir d’une jolie opération de diversion.

    On en viendrait presque à oublier que les preuves brandies par l’accusation à l’appui de la version gouvernementale des attentats demeurent quant à elles assurément aussi bancales et l’on dispose toujours, comme à la veille du 2 mai, d’un foisonnement d’éléments permettant de la mettre en échec… Et à questionner de la façon la plus légitime les preuves dont se prévalent les Etats-Unis pour mener un assassinat ciblé sur une personne en terre étrangère, alors que c’est là une condition minimale que l’on exige d’ordinaire pour en reconnaître la légalité...

    Je crains toutefois que, contrairement à ce qu’affirme d’aucun, cet événement storytellisé à l’extrême porte un sérieux coup au mouvement de remise en question de la version gouvernementale plutôt qu’il ne le renforce, à tout le moins aux USA.

    A cet égard, les incohérences, changements de version, … du récit des événements et de leur préparation (tiens tiens cela ne vous rappelle pas quelque chose…) constituent des incohérences réelles *** mais qui ne représentent rien ou presque à l’échelle du poids médiatique que porte en soi la nouvelle de la mort d’OBL, tant attendue par la majorité des citoyens américains et du monde en général.

    Les différents sondages réalisés à la suite de l’événement et les commentaires lisibles au dessous des articles tels que le New-York Times montrent que cette opération est assurément vue de façon majoritaire comme une réussite pour la majorité des américains et que les raisons avancées pour ne pas brandir des ’preuves photographiques« par l’administration Obama sont généralement parfaitement admises par la population.

    Il s’agirait sous cet angle d’un coup de maître de l’administration Obama puisqu’il aura pour effet de stigmatiser comme un premier jour de son éclosion le mouvement de remise en question de la version gouvernementale des attentats, qui commençait à prendre trop d’ampleur.

    Un accroissement du clivage entre les pro et anti-vo est inévitable et il n’est vraiment pas impensable que cela ait pu être un des effets recherchés, celui-ci fut-il collatéral par rapport à d’autres objectifs. C’est valable en tous les cas pour la population américaine dont la fibre patriotique a été brillamment réveillée à l’occasion de cet événement qui tombe tellement a propos dans une période de crise généralisée de confiance et peu avant le lancement officiel de la campagne électorale d’Obama mais aussi peu avant le « procès » des 5 accusés devant la commission militaire de Guantanamo. 

    Sur ce dernier point, on peut craindre que plus grand monde ne déplorera la justice d’exception qui sera appliquée à cette occasion après ce qui s’est passé, d’autant que des preuves nouvelles pourraient les accabler, non tant pour la préparation que pour l’exécution des attentats, en provenance direct des disques surs saisis, ayant pour effet de reléguer au second rang, le fait que des aveux aient pu avoir été obtenus par suite de méthodes assimilables à la torture (celles-ci ayant du reste permis la neutralisation de l’ennemi public incarné). 

    A la réflexion, il se pourrait bien que cette opération de communication soit brillante, quel que soient les imperfections manifestes du récit qu’elle nous conte, ce qui dans l’esprit de l’administration US autant que dans celle de la majorité de sa population n’aurait en définitive que peu d’importance en regard du de la »justice" consistant à assassiner l’ennemi numéro 1 des Etats-Unis !!!

    C’est pourquoi il est bon, comme vous le faites dans cet article, de bien cadrer l’événement de la mort d’Ossama Ben Laden dans un contexte plus global. 

    *** L’une de celles-ci non relevée sur ce fil et que j’ai lue dans un commentaire sur 911 blogger est la suivante : Comment est-il possible que les autorités qui doivent disposer des images du direct prises par les soldats lors de l’opération aient pu se contredire de multiples fois et apparaître aussi incertains sur le déroulement des événements (OBL armé, pas armé, coiup de feu pendant tout le déroulement ou au début, femme morte ou blessée, …) ? Ces hésitations seraient-elles destinées à occuper les conspirationnistes – d’ores et déjà qualifiés de « deathers » – après les « birthers » -, pour mieux les stigmatiser au regard de l’opinion majoritaire ayant vibré au son du noir et résolu « We got him » sortant de la bouche du non moins noir et résolu Président ? Simple hypothèse, parmi d’autres que je soumets à votre appréciation…


  • platon613 8 mai 2011 11:24

    Écoutez cette interview ! Une bombe !!

    Ben Laden : quand le doute devient officiel

    Voici une interview avec le Dr Steve Pieczenik qui a été, dans sa longue carrière au gouvernement américain, adjoint de Henry Kissinger, James Baker, George Schulz, et Cyrus Vance. Il a également créé le "Bureau de combat du terrorisme« . Dans la très populaire émission de radio américaine  »Alex Jones Show« il décrit la prise de Ben Laden comme »un théâtre américain de l’absurde". Écoutez vous-même...

    http://www.news-26.com/politique/48...


Réagir