samedi 18 février - par Christelle Néant

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts - Blocus, autonomie et développement de l’économie locale du Donbass

Depuis plusieurs semaines, des néo-nazis et autres radicaux ukrainiens bloquent les rails qui amènent le charbon du Donbass en Ukraine. Un charbon nécessaire aux centrales thermiques ukrainiennes qui fournissent environ 40 % de l'électricité du pays. Le Donbass fournit en effet à lui seul 37,5 % du charbon qu'utilisent ces centrales.

Le blocus étant total depuis cinq jours, les stocks des centrales ukrainiennes ne couvrent plus désormais que de 14 à 45 jours de consommation, obligeant les autorités ukrainiennes à déclarer l'état d'urgence énergétique, et à envisager des coupures d'électricité tournantes pour faire face à la pénurie.

La situation est tellement catastrophique, que l'UE vient de se réveiller brutalement, et a demandé de faire cesser le blocus commercial du Donbass. Faut-il rire ou pleurer devant le réveil bien tardif des « élites européennes » devant une situation qui perdure en réalité depuis bientôt trois ans, et dont la radicalisation vient juste d'en révéler tout le danger, et pas que pour l'Ukraine ?

Car il ne faut pas s'y tromper. Si l'UE réagit ce n'est pas pour les beaux yeux des Ukrainiens, dont ils se fichent comme d'une guigne. Non, si l'UE réagit c'est que le risque d'effondrement du réseau électrique ukrainien aurait des conséquences terribles pour les pays voisins, qui eux, font partie de l'UE, et se retrouveraient à payer les pots cassés d'une politique russophobe qui confine au débilisme le plus profond.

Face à cette situation, la réponse du chef de la RPD, Alexandre Zakharchenko, ne manque pas de piquant :

Il a tenu à rappeler que le charbon produit dans les deux républiques populaires a toujours un débouché sûr : le marché local. Puisque les deux républiques sont dotées de centrales thermiques à charbon qui leur fournissent l'électricité. Des centrales qui consomment le charbon produit localement.

Devant l'inquiétude des journalistes sur les conséquences de ce blocus, le chef de l'état a tenu à rappeler que la RPD vit déjà en état de blocus depuis deux ans et demi, qu'elle y survit, et que cela ne changera donc rien à la situation actuelle. C'est pour l'Ukraine que les conséquences de cette nouvelle idiotie russophobe seront terribles, et surtout pour le peuple ukrainien, qui va goûter aux joies de maisons encore plus mal chauffées et éclairées que maintenant.

Comme la Russie face aux sanctions qui la frappent depuis la réintégration de la Crimée en son sein, les deux républiques populaires ont utilisé le blocus imposé par Kiev depuis plus de deux ans comme un outil pour développer leur autonomie. Les trois pays ont en commun d'avoir su transformer ce qui aurait pu être un obstacle insurmontable en opportunité de développement économique interne.

C'est grâce à cette stratégie de développement, que l'économie des deux républiques (pourtant en guerre) se redresse (+52 % pour la RPD en 2016 par rapport à 2015), dépassant même dans certains domaines comme l'agriculture, les quantités produites avant guerre. De nouvelles usines ouvrent (24 ont ouvert en 2016) continuellement, entre autre pour couvrir les besoins des deux républiques qui ne le sont pas encore (entre autre en termes de matériaux de construction, de haute technologie, de chimie, etc).

Ainsi, en 2016, les 20 usines chimiques de la RPD fabriquant des produits ménagers ont mis sur le marché 40 nouveaux produits pour le marché local, dont des produits d'hygiène de base comme la lessive, le gel douche, le dentifrice, l'adoucissant etc.

Et cette dynamique se poursuit, avec une coopération toujours plus grande entre le ministère du Développement économique et les entrepreneurs afin de couvrir les besoins locaux qui ne le sont pas encore avec des produits de haute qualité. Le but de cette coopération étroite entre les administrations et les industriels, est de lister tous les besoins encore à couvrir et les opportunités de développement de nouveaux produits, et de nouvelles usines, afin non seulement de remplir, les rayons des magasins locaux, mais aussi, à terme, d'exporter une partie de la production.

Afin d'encourager les gens à consommer local, le ministère de l'Industrie et du commerce a lancé au début du mois de février un logo unique, facile à repérer dans les magasins pour indiquer clairement quels sont les produits qui sont fabriqués en RPD. La RPL avait déjà adopté un système similaire dès l'an passé. Plus les gens consommeront local, meilleur ce sera pour l'économie des deux républiques, mais aussi pour l'environnement.

Car actuellement, beaucoup de produits sont désormais importés depuis la Russie, et doivent parcourir des centaines voire des milliers de kilomètres pour arriver sur les rayons. Comme je l'avais indiqué dans mon article de juin 2016 sur l'intégration de la permaculture dans le projet de développement des républiques populaires du Donbass, en rejetant la RPD et la RPL hors du système, l'Ukraine les pousse à développer un système alternatif, dont elles pourraient bien devenir les pionnières.

La relocalisation et l'autonomie alimentaire, énergétique et industrielle n'est que le premier pas. Et j'espère que la RPD et la RPL, en partenariat avec la Russie, seront les premiers pays à tracer la voie de ce nouveau modèle sociétal.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi



19 réactions


  • Mychris Mychris 18 février 13:36

    Pas beaucoup de réactions au sujet, sans doute pas assez polémique pour suscité le cortège orgiaque et onanique de commentaires d’habitués de la page de Christelle.

    C’est un peu regrettable car l’article est intéressant.

    D’un point de vue ukrainien
    L’Ukraine a perdu entre la Crimée (tourisme) et la guerre dans Donbass (métallurgie et combustible fossile) entre 13 et 19% de son PIB selon les sources.
    La situation économique actuelle de l’Ukraine est la résultante de l’absence de réformes majeures dans les années 90 et 2000, d’une corruption ayant gangréné tous les échelons de la société et des politiques économiques incohérentes menées jusqu’à aujourd’hui.
    La perte de 70% de la valeur du hryvnia par rapport au dollar en 2014-2015 résulte non seulement du choc géopolitique subi par l’Ukraine, mais aussi d’une correction de la politique de change, insoutenable sur la durée, menée par les précédents gouvernements).
    Alors que l’Ukraine et la Pologne, pays aux populations de taille relativement comparables, disposaient en 1990 de niveaux de PIB et de PIB/habitant équivalents, l’Ukraine affiche 25 ans plus tard un PIB et un PIB/habitant respectivement 5 à 6 fois inférieur à ceux de la Pologne.

    Les exportations sont très spécialisées, dans l’agroalimentaire (38% des exportations de biens) et la métallurgie (28%). En 2015, l’UE a été destinataire de 41% des exportations de biens et la Russie de 12% (24% en 2013 ; moins de 10% sur les dix premiers mois 2016). L’avantage comparatif de la métallurgie et des engrais a été longtemps entretenu par le prix bas du gaz russe ; la hausse du prix depuis la fin des années 2000 a pesé sur la compétitivité.

    Le pays a connu une récession de -7% en 2014 puis -9,9% en 2015 à la suite de l’annexion de la Crimée, au conflit militaire dans le Donbass et la chute de la consommation, moteur traditionnel de croissance, qui s’en était suivi. Les indicateurs sont repassés en territoire positif en 2016 : la croissance du PIB est estimée à 1,8% tandis qu’une reprise un peu plus nette, sous l’effet de nouveaux crédits et d’investissements, pourrait intervenir en 2017-2018.


    • V_Parlier V_Parlier 18 février 18:15

      @Mychris
      Rappelons que le Donbass était régulièrement décrié comme région déficitaire (et pleine d’inutiles) par nos « combattants de la liberté » pro-UE... Donc au contraire l’Ouest de l’Ukraine aurait du bénéficier du fait d’être « soulagé de ce poids ».. la Crimée n’étant, quant à elle, pas une ressource en matières premières et en production industrielle.
      De plus, puisque depuis Maïdan l’Ukraine est « libérée » de la « Russie qui la pille » (*), le niveau de vie à l’Ouest devrait aujourd’hui dépasser celui du Luxembourg, non ? Ou bien alors...

      Ou bien alors, c’est que la guerre contre les opposants au putsch (légalisé par une post-élection pré-convenue) et la façon particulière qu’a le gouvernement de Kiev de gérer le budget du pays (comme sa poche smiley ) n’ont pas des effets très positifs... mais, oh non, je n’ose pas imaginer ça ! smiley

      (*) Si on parle de pillage par la Russie, on peut en parler en sommes... négatives peut-être...
      Des milliards négatifs étaient pris à l’Ukraine. C’est pour cela que la gentille UE n’a pas voulu prendre le relais !!!


    • Mychris Mychris 18 février 18:42

      @V_Parlier

      Bonjour Monsieur Parlier, et bien je ne dis pas le contraire, je n’apporte que des données économiques.

      Par contre le problème de corruption remonte bien avant Maïdan, depuis l’indépendance en fait.
      Je ne crois pas également que la Russie ait pillé l’Ukraine puisque les oligarchs Ukrainiens s’en sont chargés eux-même.
      Une élection pré-convenue ? Et bien je ne suis pas d’accord puisque il y avait un candidat du parti des régions de Ianukovytch.
      Et, puisque nous parlons d’élections « pré-convenu » nous devrions évoquer le référendum de Crimée (Demandez donc au Corses s’ils souhaitent l’indépendance lors d’un référendum)

      Tant que l’Ukraine ne se réformera pas de manière drastique elle régressera et sera secoué de révolutions de couleurs... Et sans atteindre le niveau d’un Luxembourg, elle atteindre le niveau du « miracle » polonais.


  • anna anna 18 février 15:31

    Le président russe V.Poutine a signé aujourd’hui le décret sur 

    « La reconnaissance dans toute la Fédération de Russie des documents et des plaques des véhicules, délivrés aux citoyens ukrainiens et les apatrides, résidents de façon permanente dans tous les territoires de la République Populaire de Donetsk et de la République Populaire de Lougansk. »
    Le site du président de la Russie :

    Je félicite tous les habitants des deux Républiques séparatistes avec le début du commencement de la reconnaissance...

  • Jacobin Jacobin 18 février 18:39

    Christelle,

    tu as vu la dernière de Lavrov. PTDR :)
    Après la réunion de Munich où tout le monde a convenu d’un cesser le feu pour lundi au Donbass, il a déclaré que la Russie conditionnait la fin de l"embargo Russe sur les denrées alimentaires(produites à 90% par l’UE) à... la mise en place définitive des accords de Minsk.
    Merckel et Hollande ont du rire jaune. MDR


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 février 18:58

      @Jacobin
      Ca confirme ce que j’ai dit lors de mon sitrep d’aujourd’hui : la Russie change résolument de ton et d’attitude. J’adore la déclaration de Lavrov. Clairement y en a qui ont du tirer une gueule .....


    • Jacobin Jacobin 18 février 19:03

      @Christelle Néant
      Oui, j’avoue que je n’avais encore jamais vu une « vanne » diplomatique et là, faut avouer qu’elle est excellente.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 février 19:34

      @Jacobin
      Pour çà que j’adore l’humour russe smiley


    • Jacobin Jacobin 18 février 20:13

      @Christelle Néant
      En attendant, ce nouveau « cesser le feu » montre assez que du coté ouest, on commence à en souper de l’anarchie et de la corruption des ukronazis.
      Vous oubliez une chose, c’est que si il commence à y avoir des manques d’énergie, qui c’est qui va casquer ????


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 février 23:08

      @Jacobin
      Ah ben comme je l’ai écrit dans mon article si l’UE réagit c’est pas pour rien, c’est qu’au final c’est les pays de l’UE qui vont morfler....


Réagir