samedi 4 février - par pirate

Donald Tweet, la revanche des mimiles

“Not like the brazen giant of Greek fame,
With conquering limbs astride from land to land ;
Here at our sea-washed, sunset gates shall stand
A mighty woman with a torch, whose flame
Is the imprisoned lightning, and her name
Mother of Exiles. From her beacon-hand
Glows world-wide welcome ; her mild eyes command
The air-bridged harbor that twin cities frame.
“Keep, ancient lands, your storied pomp !” cries she
With silent lips. “Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tossed to me,
I lift my lamp beside the golden door !”

Poème de la Statue de la liberté

 

« Grab them by the pussy »

Donald Trump

 

 

La bêtise et la crédulité sont décidément un trait commun de toutes les foules. À peine deux semaines qu’un enfant de l’establishement est au pouvoir et la foule des sans-grades revanchards de se taper sur le ventre, leur champion fait ce qu’il dit. Soit c’est vrai, c’est inhabituel qu’un homme politique confronté à la réalité se prenne les pieds dans le tapis pour essayer de la faire plier à ses promesses de campagne. Le président mexicain en a fait les frais, ou plutôt le nouvel occupant de la Maison Blanche. Après l’avoir prié de rester chez lui et refusé de lui parler, les conseillers du milliardaire orange de lui expliquer que ça ne serait pas forcément judicieux, du coup au lendemain de l’annulation du voyage, les deux présidents ont une longue conversation histoire de se rabibocher. Dans la foulée, toujours attaché à montrer à ses téléspectateurs qu’il en avait dans le pantalon, le tweeteur le plus célèbre et compulsif de la planète d’expliquer qu’ils allaient taxer les produits mexicains à 20 % pour le fameux mur qu’il a promis à son public de fan (3200 kilomètres de long, 16 mètres de haut, 3 mètres de profondeur, ça c’est du zizi !) Réponse des économistes, pas une bonne idée, les deux économies étant, en effet, intimement liées. Non seulement cela aura un poids sur l’économie mexicaine avec des conséquences pour son voisin, mais en réalité ceux qui paieront ce fameux mur, ce sera surtout les Américains eux même. D’ailleurs qu’en est-il de cette vaste blague ?

 Le mur du tweet

En réalité, n’en déplaise aux gentils du fameux camp des gentils, ce mur existe déjà. À l’initiative de Clinton il a été commencé en 1994 et se manifeste sous forme de portions physiques ajoutés à des zones ouvertes, mais sous la surveillance de caméras et de capteurs de mouvement. Sans compter non seulement les patrouilles officielles, mais également les groupes armés en Arizona et au Texas qui font la chasse aux illégaux et aux mules (voir à ce sujet le documentaire Cartel Land). Mur qui a été renforcé sous l’administration Obama. Ce dernier n’étant pas un vieux monsieur à l’âge mental d’un ado de quinze ans, son administration avait même mis à disposition du Mexique les services de renseignements américains, notamment pour lutter contre les cartels. L’ennui, comme le savent les Américains autant que les Mexicains, c’est qu’en réalité ce mur ne sert pas à grand-chose, mieux, fait la fortune des mêmes cartels. On ne compte plus le nombre de tunnels creusés, découverts ou non, qui trouent la frontière comme un gruyère. Au moins une échelle c’est moins compliquée.

Le deuxième souci, c’est que ce coup de zizi sur un décret n’a pas été budgétisé ni étudié formellement. Dans l’imagination de son prescripteur, il coûtera six, euh… Huit… Euh non dix milliards (son estimation est changeante, comme son humeur) mais comme les ingénieurs n‘ont aucune imagination, ils l’estiment eux grosso modo à 26 milliards de dollars et l’économie américaine n’a pas plus besoin de ça que de se mettre à dos l’économie mexicaine. Ajouter que sur de multiple zone de passage, il faudra également tenir compte des terrains privés, ce qui voudra dire de multiples procédures juridiques d’expulsion. Enfin, last but not least, la loi interdisant la construction d’un mur le long du Rio Grande, il faudra tenir celui-ci loin de la berge. Avec un petit problème toutefois, un détail dirons-nous, certaines villes américaines comme Santa Fe ou El Paso se retrouveraient dès lors du côté mexicain… Et ceci en sachant qu’une étude a démontré que la moitié des illégaux étaient passés par des zones d’arrivée classique comme… Les aéroports. Mais on s’en fiche hein, puisque lui, il fait ce qu’il dit. Enfin, disons plutôt que pour le moment, il signe ce qu’il dit vu que tout reste à faire.

 

La xénophobie à géométrie variable.

Le mimile étant toujours plus philosémites que le roi David quand ça arrange son esprit étriqué, il bombe le torse en faisant remarquer que les israéliens sont interdits dans six pays arabes. Pas une mesure fort surprenante, au temps de l’URSS mon visa était amovible au seul fait qu’il m’aurait interdit l’accès à un certain nombre de pays. Cet argument fait mesure d’ultime défense quand on s’offense de l’interdiction de territoire de sept pays arabes. Et si on leur fait remarquer que le décret anti-immigration intéresse exclusivement les pays où leur champion n’a pas d’intérêt, c'est-à-dire ne concernant pas les deux seuls pays à avoir fourni les terroristes du 11 septembre, de se réfugier derrière les sondages. C’est curieux les sondages, quand ils annoncent que Macron est le favoris des dis sondages, c’est de la fabrication issue des « élites » mais quand il s’agit de justifier la xénophobie, ils ont valeur de mesure étalon. Bref, on leur fait dire ce que l’on veut. Mais surtout qu’en est-il de ce fameux décret dans le monde réel ? Les mimiles ayant goût à nous rappeler qu’ils le connaissent mieux que leurs opposants du camps des gentils, il n’est pas interdit de tester ces connaissances.



Si sept pays sont concernés pour une période de 90 jours, le tweeter qui regarde (beaucoup trop selon ses conseillers) la télé a remarqué que Daech se trouvait notamment en Syrie. Exit donc les réfugiés syriens. Une mesure absolument urgente puisque seulement 18 000 réfugiés ont été autorisés aux Etats-Unis depuis 2011. Mais passons, si dans l’imaginaire d’un mimile 30 000 réfugiés dans un pays de 60 millions d’habitants, c’est une « invasion » que dire dans un pays de 350 millions… D’ailleurs exit les réfugiés en générale, interdit de territoire pendant une période de 120 jours. Hélas, ce décret pose déjà de gros problèmes juridiques. Une loi de 1965 interdit en effet de faire de la discrimination à l’égard des candidats à l’immigration quel que soit leur origine, leurs couleurs de peau, ou leur sexe. Une loi qui répond notamment aux mesures discriminatoires déjà empruntées par les Etats-Unis dans les années 20 et 30 à l’égard d’un certain nombre de pays d’Asie. En réponse, le téléspectateur le plus connu de la planète s’appuie sur une loi antérieure qui autorise au président de suspendre l’entrée de certains étrangers. Il oublie cependant que depuis le Congrès a notablement réduit le champ d’application de cette loi de 1952. Et c’est donc sur cette base que plusieurs états examinent déjà les moyens de contester ce décret déjà considéré comme anticonstitutionnel, à commencé par l’état de Washington. Un décret d’ailleurs retoqué par quatre juges fédéraux qui ont imposé un sursis d’urgence devant la montagne de recours déposés par plusieurs associations, avec pour effet d’annuler purement et simplement la mesure discriminatoire pour un certains nombres d’étrangers des pays concernés, Syrie y compris. Ne sont également pas concerné les binationaux de nationalité américaine, mais également anglaise ou canadienne, ces deux pays ayant obtenu une dérogation. Quant aux détenteurs de la carte verte, après un cafouillage fabuleux durant le weekend, la Maison Blanche a déclaré que… euh…. Finalement, ils pourront rester ou retourner aux Etats-Unis. Ne sont donc concerné que ceux qui n’ont pas encore la nationalité, ne l’ont pas, ou ont la double nationalité d’un des pays concernés. Pour la Silicon Valley qui emploie beaucoup de cerveau de l’étranger, c’est un problème qui pourrait à terme fâcher le président avec son jouet préféré à l’oiseau bleu. Mais vu le cloaque juridique qui est en train de s’entasser devant les murs du Capitole, ça pourrait également le fâcher avec une autre réalité : celle de la Constitution américaine.

 

Après le péril rouge, le péril vert, voici le péril jaune.

Le mimile a besoin de péril. De péril bien identifié, jaune, c’est bien. Dans cette acceptation, leurs champions, de Marine Lepen à Steve Bannon, le papa tutélaire du tweeter, ont désigné la Chine comme l’ennemi du futur proche. Bannon le déclarait en mars 2016 : « Nous serons en guerre en Mer de Chine méridionale d’ici cinq à dix ans, cela ne fait aucun doute. » J’imagine que les Taïwanais ont hâte… Et dans cette acceptation, après l’avoir assassiné durant toute sa campagne l’agent orange d’annuler le Traité Transpacifique, une alliance qui devait concentrer 40 % du PIB mondial et monopoliser un tiers des échanges commerciaux de la planète. Le mimile est heureux, la Chine également. Elaboré pendant près de sept ans par l’administration Obama, cet accord avait été en réalité pensé pour diminuer l’influence de la Chine dans la zone. Pékin ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisqu'il s’est déjà engagé sur la création d’un Partenariat Économique Intégral Régional avec dix pays de l’Asean.

Cela dit, on notera au passage que contrairement au fantasme qui court dans la tête du mimile, son héros ne fait pas toujours ce qu’il dit. Il a bien tweeté en 2016 que trop, c’est trop et qu’il allait couper le budget militaire, en 2017 en revanche, il se propose par décret de « reconstruire » la plus grande armée du monde. Sachant que le budget militaire américain avoisine déjà les 600 milliards de dollars (582,7 exactement), soit trois fois celui de la Chine et huit fois celui de la Russie. Gageons que pour tous les mimiles qui grognent contre l’impérialisme et l’oligarchie, au pays du complexe militaro-industriel, ils auront de quoi causer dans les cinq ou dix ans à venir…

Moi, je note au passage non sans amusement que si Obama avait proposé qu’on porte la flotte à 310 navires, l’agent immobilier en proposa 350. Je ne sais pas pour vous, mais ça me fait encore penser à un petit garçon qui mesurait son zizi à celui des autres. Est-ce parce qu’Obama est métis ? Il y a des mythes qui ont décidément la vie dure… Ou bien est-ce parce que notre héros à un problème en général avec son très snob prédécesseur ? À croire son premier acte, on pourrait aisément le penser.

 
Obamacare who care ?

Le président qui tient ses promesses ? Toujours pas. En 2016, le tweeter fou déclarait qu’il conserverait une partie de l’Affordable Care Act dit Obamacare. Pendant sa campagne, il changea d’avis et cette fois s’y teint. Ca coûte trop cher. L’armement contre la santé en somme. Exit les 20 millions d’américains concernés et pour le moment rien pour compenser ou remplacer. Comme la loi ne peut pas être rayée d’un coup de tweet, le Congrès devra se réunir pour décider de son abrogation complète et de son remplacement, mais aucun agenda en vue. En attendant les états sont priés de tout faire pour contourner la loi par des moyens légaux et les encourage à un marché libre inter-état, assurément un beau cadeau aux laboratoires et cliniques privés. Et une réduction sur la couverture maladie en matière de maladie mentale et de maternité est également attendue. Considérant que le tweeteur de la mort s’était positionné comme le défenseur des pauvres et de la famille et que l’Obamacare concerne ceux-là même espérons que les mimiles qui parmi eux ont voté pour lui, sauront apprécier le geste à sa juste mesure. Assurément, un homme selon le cœur de Martin Shkreli.

Ajoutons qu’en plus de ça, notre héros ayant un rapport aux femmes un peu particulier, il a également fait couper les fonds auprès des ONG visant à aider les femmes à travers le monde à se faire avorter, mais également aux Américaines d’utiliser les fonds du gouvernement ou des compagnies d’assurances pour le même acte médical. Ami violeur ayez donc la décence de mettre un préservatif. Et pour sans doute être en harmonie avec son nouvel amoureux des steppes, qui a récemment fait décriminaliser la violence faites aux femmes, il a également fait couper les fonds destinés à la lutte contre la violence faite aux femmes…. It’s man world n’est-ce pas… Cela risque également d’être celui des idiots racistes puisque les fonds ont été également coupés aux arts nationaux et aux programmes de développement des business des minorités.

 

Vers un nouveau chaos mondial ?

Steve Bannon, encore lui, l’affirmait il y a quelques jours dans le Washington Post : « Nous assistons à la naissance d’un nouvel ordre politique et plus les élites médiatiques s’affolent plus ce nouvel ordre politique devient puissant ». J’ai peur hélas que l’ancien patron de l’utra droitier Breitbart News prenne sa vessie pour une veilleuse. Est-ce pour cette raison que Kellyanne Conway, conseillère du président, parle de fait alternatif au lieu de mensonge éhonté et invente de toute pièce des carnages qui n’ont jamais eu lieu, comme celui de Bowling Green ? C’est possible. Il est apparent, vu les mesures anti-écologique que vient également de prendre le tweeteur (et toujours dans l’acceptation d’effacer les efforts à minima d’Obama dans ce sens) que tout ce petit monde vit dans une réalité aussi alternative que les faits qu’ils relatent. Une faille de 113 kilomètres a été observée à l’intérieur de l’Antarctique au niveau de l’île du Pin. D’ailleurs si la fonte ne représentait « que » 104 milliards de tonnes de glace par an entre 2002 et 2006, on est passé à 247 milliards de tonnes entre 2006 et 2009 pour un débit de 7,8 millions de litres par seconde. Cette faille pourrait donc accélérer la montée des eaux avec des conséquences dramatique pour les villes côtière. La Trump Tower, les pieds dans l’eau ça serait ballot. Sûrement, un complot chinois… Au reste l'horloge de la fin du monde vient notamment d'être avancée, nous sommes désormais à deux minutes et demi de l'échéance, fait qui ne s'est à ce jour jamais produit depuis soixante dix ans qu'elle existe, et ce grâce uniquement au compulsif.

Sans compter qu’une autre réalité alternative semble déjà se profiler après seulement deux semaines de mandat : la destitution pure et simple. Le mimile va grincer et comme on dit chez eux, wait and see. Mais une pétition allant dans ce sens a pourtant déjà recueilli un demi-million de voix et les républicains ne sont pas en reste à ce jeu. L’organisation bipartisane CREW est déjà en train de constituer un dossier juridique, le sénateur républicain Lindsay Graham de qualifier dans un tweet (Décidément…) la guerre commerciale avec le Mexique de « mucho sad ». Le compulsif voulait légaliser la torture, les républicains, à commencer par son propre ministre de la Défense s’y sont opposé. Bref, un début de mandat qui sent fort le pâté et qui pourrait bientôt ne laisser qu’un choix au héros des mimiles, ne pas faire ce qu’il a promis ou de se retrouver au mieux face à une procédure de destitution (et les sujets que je n’ai pas tous abordés ne manquent pas) pire à une sécession… Un fantasme ? À vrai dire pas réellement puisque la Californie en parle déjà…

Je sais qu’à la lecture de cet article les mimiles vont s’empresser de me traiter d’idiot utile des « élites » dirigeantes, mais au regard de ce que je viens de relater, je me demande qui est le plus idiot, et surtout qui a été le plus utile et à qui… Considérant notamment que leur héros s’apprête à annuler toutes les mesures de régulations prise suite à la crise de 2008, les élites financières les remercient par avance.

 



15 réactions


    • pirate pirate 4 février 14:36

      @Passante
      oui j’avais vu ça.... comment dire, un type à la tête de la 1er puissance mondiale qui commente par pur narcissisme un show télé.... moron ? Meat head ? Dick head ? En anglais o a un plein de qualificatif créatif pour ce genre de personnage. En France on dit troll c’est plus lapidaire.

      https://www.facebook.com/rachel.westerfield.9/videos/10101254790282344/


    • Enabomber Enabomber 4 février 14:45

      @pirate
      Est-ce qu’on peut voir la vidéo ailleurs ? Sur Nazibook il faut avoir un compte.


    • pirate pirate 4 février 14:51

      @Enabomber
      je ne sais pas, en gros un journaliste se faire vider de la salle de conférence parce que l’autre crétin ne veut pas répondre à ses questions et un porte parole prie ce journaliste (américain, mais il a un accent) de rentrer dans son pays.... smiley


    • Passante Passante 4 février 15:26

      @Enabomber

      non, on peut passer le filtre en cliquant sur « plus tard »...

      @pirate

      je ne la connaissais pas celle-là, elle a l’air d’être vraiment du « 31 janvier », en tout cas la guerre est déclarée avec la presse tout entière : hashtag « pressON »...


    • Enabomber Enabomber 4 février 15:40

      @Passante
      Merci de l’info. Je mentirai donc la prochaine fois en cliquant dessus. Péché véniel.


    • Jeekes Jeekes 4 février 16:53

      @pirate
       
      Ouais...
      Vacheteu important.

      En même temps, cristalliser sur le « mur de Trump » c’est pas comme si on avait (nous en France) bien d’autres soucis à se mettre sous la (sans)-dent... 

      Nan, sans dec, ici tout baigne !


    • pirate pirate 4 février 18:39

      @Jeekes
      eh gros s l’autre débile inclu la France dans les pays exclu ou sil engage une guerre avec la Chine tes ééééééénormes problèmes fraco fraçais vont te paraitre petite, tout petit.


  • zygzornifle zygzornifle 4 février 14:39

    c’est affligeant de voir un président tenir sa parole, nous en Europe on est tellement habitué a se faire arnaquer qu’on ne le supporte pas ça en deviendrait immoral , un politique tenir sa parole et en plus il tellement blindé de pognon qu’il ne se laissera jamais acheter , quand on voit les nôtres qui trempent dans tout ce qui peut leur rapporter de l’oseille et du pouvoir laissant les lobbys les corrompre pour pouvoir vendre leurs poisons a ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter bio ..... 


    • pirate pirate 4 février 14:43

      @zygzornifle
      ce qui est surtout affligeant c’est que vous n’avez retenu que ça.... quand à son pognon, rions un peu....


    • Enabomber Enabomber 4 février 15:00

      @pirate
      À propos de narcissisme, écrire en gras sur AV procède d’un acte volontaire. Je dis je dis rien...


    • Enabomber Enabomber 4 février 15:01

      @Enabomber
      Je dis ça je dis rien, bien sûr.


  • Enabomber Enabomber 4 février 15:35

    Chez le Shadok, le cerveau était divisé en 4 cases, ce qui limitait le pensée à 4 notions fondamentales : GA, BU, ZO et MEU. Si une notion nouvelle apparaissait, elle se faisait une place en dégageant une des 4 précédentes. Selon la théorie de l’évolution Shadok, le vivant tend vers plus de simplicité. Ainsi, le Shadok 2.0, autrement appelé trumpiste, n’a plus que 2 cases qui lui permettent de catégoriser ses semblables. Ainsi, on est soit anti-système (autre synonyme de trumpiste), soit pro-système et dévôt de Killary. On peut envisager que la longue marche de l’évolution ne s’arrête pas là, et qu’il reste à terme une seule case, la première. À moins que, mais là il faut une foi profonde pour l’espérer, on atteigne le nirvâna avec zéro case ?


  • Le421 Le421 4 février 20:34

    Bof.
    Après un cinglé qui promenait son zizi sous le nez des députés, un falourd qui voyait des MDW partout (armes de destruction massive), voilà un cinglé avec un renard crevé sur la tête.
    L’amérique nous étonnera toujours.
    Elle vote comme nous le faisons.
    Pas « pour » quelqu’un, mais « contre » un autre.
    Et le résultat ? OSEF.
    Tout ce qui affaiblit l’adversaire ne peut que nous aider*.
    Vive Trump !! Vas-y Donald, à fond la caisse mon pote.
    Ouvre la chasse à tout ce qui est un peu bronzé ou jaune !!
    Ca va donner des résultats rapidement, à mon avis.

    Au fait. Tes bidasses et tes missiles pourris, si tu pouvais éviter de nous les coller en Pologne, ce serait nickel. Et là, pour une fois, je suis sérieux !!

    *A condition que nous ayons le courage de mettre aux commandes un Président qui nous désolidarise de cette grande dictature américaine. Dictature économique s’entends...


    • pirate pirate 4 février 22:12

      @Le421
      A condition qu’on se libère nous même de toutes cette merde, pas de président, NO VOTE ANYMORE ! and fuck them all.


Réagir