mardi 6 décembre 2016 - par Alexis Toulet

L’alliance de tous les Etats contre leur ennemi commun - Une vision pour la politique mondiale

Comment et pourquoi rassembler toutes les grandes puissances, assurer la paix entre les Etats et les protéger contre l'anarchie guerrière.

La vision d'un stratège américain non conformiste pour la sécurité de son pays et la paix du Monde.

William S. Lind, théoricien américain de la guerre de quatrième génération (G4G) (1)

Publication originelle en anglais – William Lind pour Traditional Right, 4 décembre 2016

Traduction en français et notes – Alexis Toulet pour le Nœud Gordien, 5 décembre 2016

L’élection de Donald Trump ouvre la porte au changement et à la réforme dans de multiples domaines. Le plus important par dessus tout pour l’avenir de notre pays c'est sa grande stratégie (2) et sa politique étrangère – cette dernière, si on la comprend correctement, étant une partie de la première. Les Etats-Unis ont besoin d’une grande stratégie qui se donne pour objectif de préserver le système des Etats.

Notre actuelle grande stratégie a été conçue pour un monde d’Etats en conflit les uns avec les autres. Son objectif est d’assurer la domination de l’Amérique sur les autres Etats (3). Les Etats-Unis ne sont pas les premiers à se donner un tel objectif. Comme ses prédécesseurs, l’Amérique est en train d’échouer. Aucun Etat n’a jamais été assez puissant pour établir ce qu’on appelait autrefois la « monarchie universelle ». Les tentatives de l’atteindre se sont toujours terminées par des aventures exagérées, puis la chute. Rappelez-vous, le Portugal dominait autrefois la moitié du monde.

Mais le plus important n’est pas que nous réduisions nos objectifs afin de les faire correspondre avec nos moyens dans le cadre des conflits entre Etats. Le plus important est de réaliser que la guerre de quatrième génération (4) pose une menace tellement grave au système des Etats tout entier que les conflits entre Etats sont maintenant devenus obsolètes. Nous avons besoin d’une alliance de tous les Etats contre les entités de type quatrième génération. Si nous et les autres grandes puissances, tout particulièrement la Russie et la Chine, continuons de nous chamailler entre nous, le 21ème siècle connaîtra probablement la fin du système des Etats tout entier. L’anarchie pure et simple sera lâchée sur le monde (5).

L'anarchie armée semble bien progresser... (en rouge : formellement déconseillé)

Source  : Ministère des Affaires Etrangères

Le président-élu Donald Trump s’est déjà entretenu avec les dirigeants de la Russie et de la Chine, et leur a dit qu’il souhaitait de meilleures relations avec chacun d’eux. C’est un début prometteur. Une alliance de tous les Etats devrait commencer par une Triple Alliance des trois puissances les plus grandes. La Grande-Bretagne et la France s’y joindraient sans doute. Ces cinq-là – qui commodément sont aussi les membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies – devraient être les décideurs (6). Si on en rajoute encore, il ne sera plus possible de prendre des décisions.

Je ne sais pas si le président-élu Trump ou ses conseillers comprennent le contexte dans lequel nous avons besoin d’une nouvelle Triple Alliance, ou d’une Quintuple Alliance, et comme si souvent quand on parle de grande stratégie, ici le contexte est important. Il s’agit encore une fois de la nécessité que tous les Etats travaillent ensemble contre les entités non-étatiques guerrières, les entités de quatrième génération. L’alliance est un moyen et non une fin.

L’objectif, c’est qu’à chaque fois et où que ce soit que la guerre de quatrième génération menace, tous les Etats travaillent ensemble afin de la vaincre. La puissance des entités de quatrième génération au niveau moral de la guerre, ou du moins de certaines d’entre elles, est telle que même avec tous les Etats du monde contre elles, il ne sera pas facile de les battre (7). Je le répète : l’enjeu au 21ème siècle, c’est le système des Etats lui-même. Si les événements suivent leur cours actuel, d’ici la fin du siècle l’Etat dans une grande partie du monde ne sera probablement plus qu’un souvenir – un souvenir chéri, comme il l'est en Syrie, en Libye ou en Irak. L’enjeu pour les Etats n’a jamais été plus élevé.

L'un des corollaires d’une grande stratégie rassemblant tous les Etats contre les entités non-étatiques violentes est que la guerre entre Etats doit disparaître. Trop souvent, l’Etat vaincu par un autre se désintégrera, créant un nouveau bouillon de culture pour des entités de quatrième génération qui seront une menace bien pire que l’Etat disparu n’aurait jamais pu l'être (8).

C’est pourquoi la nouvelle alliance de tous les Etats travaillera assidûment pour éviter et empêcher toute guerre entre Etats. Tout Etat qui fera mine de préparer une guerre contre un autre trouvera le monde entier sur son chemin pour lui crier « Stop ! ». Cette Realpolitik pourrait ironiquement faire beaucoup plus pour empêcher les guerres entre Etats que n’ont jamais fait tous les « mouvements pour la paix » des idéalistes (9).

Certains demanderont peut-être, mais l’Iran, mais la Corée du Nord, mais les autres Etats « voyous » ? Les voulons-nous dans l’alliance ? Oui. « Tous les Etats », cela veut dire exactement ça. L’Iran fait face à des menaces de type G4G de la part des non-Persans à l'intérieur de ses frontières. La Corée du Nord n’a pas de menace G4G, mais elle pourrait être un allié utile, et nous ne voulons pas qu’elle fournisse armes et expertise à des entités non-étatiques à cause d’un manque désespéré d’argent. Un traité de paix avec la Corée du Nord suivi du retrait des troupes américaines de Corée du Sud est exactement le genre de deal, d’accord que le président Trump devrait arriver à conclure efficacement.

Tous les Etats, dites-vous ?

Oui. Vraiment tous. Quoi que l'on puisse penser de leur gouvernement

J’espère que la Maison Blanche Trump envisagera sérieusement de réaménager la grande stratégie américaine afin de l’adapter à un siècle où la menace la plus dangereuse sera la guerre de quatrième génération. Il y a au moins une chance qu’ils le fassent. Sous Hillary Clinton, ou tout autre président aligné sur l’Establishment d’un parti ou de l’autre, il n’y en aurait aucune.

 

(1) - La guerre de 4ème génération (G4G) est avant tout une guerre pour la légitimité, qui se gagne ou se perd bien davantage en s’assurant le soutien au moins résigné et de préférence engagé des populations concernées que par les seuls moyens physiques. Le djihadisme islamiste est un exemple évident, mais aussi les mouvements ethniques insurrectionnels, ou les mafias lorsqu’elles établissent leur contrôle sur des régions entières, et encore toute idéologie éventuellement autre que l’islamisme qui chercherait à faire s’effondrer de l’intérieur les Etats existants

(2) - La grande stratégie a pu être définie comme la "« partie sublime » de la stratégie qui intègre en un ensemble cohérent la totalité des vecteurs de puissance à disposition de l’État au service d’objectifs politiques bien compris"

On peut encore remarquer que le niveau le plus élevé et le plus général de la stratégie d'un pays, c'est-à-dire la grande stratégie, ne peut manquer d'avoir une forte influence sur la manière dont ce pays se comprend et se conçoit lui-même.

(3) - Rappelons les objectifs du Project for the New American Century (PNAC) c'est-à-dire la perpétuation indéfinie d'une position mondiale américaine dominante, ou la revendication d’une primacy c’est-à-dire d’une primauté des Etats-Unis sur les relations internationales au niveau planétaire portée par des présidents comme Bill Clinton, George W Bush, à un moindre degré Barack Obama, et de manière particulièrement affirmée par la candidate démocrate Hillary Clinton, défaite par Donald Trump

(4) - La guerre de quatrième génération est gagnée ou perdue avant tout au niveau moral de la guerre, lequel n’a rien à voir avec la morale au sens ordinaire du terme, mais avec le moral. C’est le niveau, supérieur aux niveaux physique et mental, où il s’agit de faire accepter à l’adversaire sa défaite, ce qui est toujours en définitive l’objectif. Il s'agit du plus puissant sur le long terme, et c’est en l’emportant à ce niveau qu'en leur temps des mouvements comme le Viêtcong, le FLN, les Moudjahidines afghans, les Talibans ou le Hezbollah ont pu vaincre des Etats pourtant matériellement incomparablement plus puissants.

William Lind explique dans cette citation de “John Boyd's Art of War” : “Aux niveaux de la guerre que l’on distingue traditionnellement – le tactique, puis l’opérationnel, puis le stratégique – Boyd en ajoute trois autres – le physique, le mental et le moral. On peut utilement les placer sur une grille à neuf cases, les trois premiers sur un axe, les trois autres sur l’autre axe. (Les forces armées américaines) se concentrent sur une seule case au croisement des niveaux physique et tactique, où notre supériorité est écrasante. Mais les acteurs non-étatiques se concentrent sur le stratégique et le moral, où ils sont souvent plus forts, en partie parce qu’ils sont dans la position de David contre Goliath. A la guerre, le niveau plus élevé l’emporte sur le plus bas, c’est pourquoi nos victoires successives aux niveaux tactique et physique sont annulées par les succès de nos ennemis aux niveaux stratégique et moral, c'est pourquoi nous perdons.

Niveaux de guerre et forces principales de l'armée américaine et des entités de 4ème génération

(5) - Les entités de quatrième génération, c’est-à-dire l’anarchie armée à base idéologique, ethnique ou criminelle, pourraient-elles se répandre comme un cancer et l’emporter dans une grande partie du monde ? Force est en tout cas de constater que la tendance est au recul des Etats, en Syrie, en Irak, au Yémen, en Somalie et en Libye, tout comme dans le nord du Nigéria, au Congo ou au Soudan, dans de nombreuses régions du Mexique, de Colombie ou du Pérou, ou encore de Turquie, du Pakistan, de Birmanie, de Thaïlande et des Philippines. Les zones d’anarchie telles qu’on peut les visualiser sur le site des conseils aux voyageurs du Ministère des Affaires Etrangères ont une nette tendance à l’extension. Quant au facteur environnemental, la désertification et l’appauvrissement prévisibles de grandes régions du monde dans les décennies à venir risquent fort de multiplier les cas d’Etats faillis livrés à l'anarchie

(6) - Remarquons la parfaite compatibilité des orientations proposées par William Lind avec le « logiciel gaulliste » en politique étrangère, voir le rôle dévolu au Conseil de Sécurité de l'ONU, la coopération avec tous les Etats sans en mettre aucun au ban des nations, De Gaulle reconnaissant la Chine populaire dès 1964 au grand scandale des Etats-Unis qui ne le suivirent que bien plus tard. Incompatibilité frontale en revanche avec les théories sur un « devoir d’ingérence » et les tentatives de favoriser l’effondrement de régimes désignés comme ennemis, comme en Libye et en Syrie. Briser des régimes existants, ou soutenir des entités de quatrième génération dans le cadre d'une guerre civile est exactement ce qu’il faut faire si l’objectif est de remplacer un Etat par une anarchie violente. Tant en matière politique comme en toute chose, construire est incomparablement plus difficile que casser.

Bien sûr, l’invasion de l’Irak et la destruction de son Etat en 2003 est probablement le pire qui se soit vu en ce siècle en matière d’aide à l’anarchie et de coup de fouet donné à l’islamisme djihadiste.

(7) - La puissance des entités non-étatiques pratiquant la guerre de quatrième génération est assez remarquable, voir la disproportion entre les faibles moyens de l’Etat islamique relativement aux véritables Etats et la difficulté et le temps nécessaires à des puissances majeures comme Etats-Unis, Russie, France ou autres pour le vaincre.

(8) - La France est protégée des agressions étatiques majeures par sa dissuasion nucléaire, qui ne peut fonctionner que contre des adversaires qui ont des villes, des usines ou des centres de pouvoir à perdre. C’est contre les entités non-étatiques que la dissuasion nucléaire ne peut fonctionner. Protéger la France contre elles est donc logiquement la tâche principale restant à la Défense française, une fois assurée – et modernisée en continu – la force de dissuasion.

C'est d'ailleurs bien la mission qui leur est confiée de plus en plus clairement en réaction à la campagne de recrutement, de subversion et de terreur que l'Etat islamique (Daech) et les autres organisations islamistes djihadistes mènent contre notre pays.

(9) - La politique générale proposée par Lind est tout simplement une politique de paix envers tous les pays sans aucune exception, en même temps que de lutte décidée contre tout ce qui fait la guerre aux Etats, dont chacun exprime, gouverne et représente l’un de ces pays. Alliance assez remarquable de l’objectif idéaliste des Nations-Unies et de la logique réaliste la plus dure.

 



20 réactions


  • roman_garev 6 décembre 2016 09:08

    « Une alliance de tous les Etats devrait commencer par une Triple Alliance des trois puissances les plus grandes. La Grande-Bretagne et la France s’y joindraient sans doute. »


    Qu’est-ce qu’il fume là-bas, ce doux rêveur ?

    Certains demanderont peut-être, mais l’Iran, mais la Corée du Nord, mais les autres Etats « voyous » ?

    Hahaha. Les États voyous sont en fait pas ces deux-là, mais ceux qui massacrent pour de bon, à savoir les USA, la G-B et la France, donc trois de « cinq grands ». Le noir qui devient blanc en Occident.

    Une conte de Noël privée de sens... Seule une opposition entre pôles différents pourrait garder la paix.

    • Trelawney Trelawney 6 décembre 2016 10:34

      @roman_garev
      Les USA sont présents dans les conflits contre Daesh (coté irakiens), Yemen, Somalie contre ceux qui reste d’Al qaida, Pakistan Afghanistan. Il sont aussi présents en Ukraine

      Les français sont présents au Mali, Centre Afrique, Niger conte ce qui reste d’Alqaida
      Les chinois sont présents en mer de Chine à annexer des iles et des territoires
      Les russes sont présents en Syrie contre Daesh coté syrien et aussi en Ukraine (comment ça le Dombass ce n’est pas l’Ukraine ?)
      Les anglais sont présents nul part et pour cause, ils n’ont plus d’armée

      Donc les 4 pays belligérants sont USA, Russie, Chine, France. Il faut cependant observer quelque chose d’intéressent. C’est quatre pays ne sont pas en conflit aux même endroits . Parce que les loups ne se mangent pas entre eux

    • roman_garev 6 décembre 2016 11:02

      @Trelawney
      « comment ça le Dombass ce n’est pas l’Ukraine ? »


      Mais puisque c’est comme ça smiley
      Cette région est russe, habités toujours par les Russes.
      Comme l’Ukraine est en train de la « décommunisation », c’est qu’elle, sans le vouloir, reconnait sa nullité, sa non-existence en tant qu’État, vu que cette république n’existait historiquement que dans le sein de l’URSS. Aux régions agricoles russes appelées « malorusses » plusieurs régions industrielles russes appelées « novorusses » ont été rattachées par Lénine pour former cette république « ukrainienne » (ce qui signifie « extrémité », évidemment de la Russie) avec sa propre industruie à elle. Après la WW2 Staline a eu tort de rattacher à cette Ukraine léninienne des régions qui n’étaient jamais russes (Galicie, etc.). Ce sont justement ces Galiciens, éternels cerfs des Polonais, qui ont imposé leur nationalisme (devenu nazisme ouvert) à ce territoire malheureux qui est en train de se mourir. Mais sans Donbass qui, lui, persistera.

    • roman_garev 6 décembre 2016 11:03

      @roman_garev
      Correction : pas « Après la WW2 », mais « juste avant la WW2 ».


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 6 décembre 2016 11:13

      @roman_garev

      À Kiev, un chien attaque une petite fille.
       Un passant intervient et tue le chien. 
      Un journaliste de la télé interviewe en direct le passant :
      - Ce Kievien héroïque vient de sauver une petite fille d’un chien enragé !
      Le passant corrige :
      - Je ne suis pas Kievien !
      Le journaliste :
      - Cet étranger a sauv" une petite fille…
      Le passant :
      - Mais je ne suis pas un étranger ! Je viens de Donetsk !
      Le journaliste :
      - Ce terroriste vient de tuer un petit chien innocent qui jouait avec une petite fille !

    • Alexis Toulet Alexis Toulet 6 décembre 2016 11:58

      @roman_garev

      Lind est tout le contraire d’un doux rêveur, il se rattache à l’école de la Realpolitik.

      Mais cette école, comme son nom l’indique, s’attache à baser toute politique sur la réalité des intérêts des différents acteurs. Or, la réalité est que les grandes puissances, que ce soit la première d’entre elles les Etats-Unis, ou les autres à commencer par la Chine, la Russie et les diverses puissances européennes, n’ont aucun intérêt à s’opposer militairement. Seule la politique américaine visant depuis une bonne vingtaine d’années à établir la « monarchie universelle », c’est-à-dire l’hégémonie mondiale, les a éloignés, et cette politique qui rencontre de plus en plus de difficultés, Lind propose de l’abandonner consciemment, ce qui à l’évidence tente aussi Trump.

      Si le nouveau président prend effectivement cette direction – les premiers signes sont positifs, reste à vérifier l’aptitude de Trump à vraiment imposer sa marque, à rebours d’une grande partie de la « machine » politico-militaire américaine – alors les grandes puissances pourront effectivement se rapprocher… et lutter en commun contre ce qui les menace toutes.

      Lind élargit le cadre par rapport à ce qu’il est convenu d’appeler le « terrorisme », ou pour les moins pusillanimes le djihadisme islamiste. Le problème est en réalité beaucoup plus large et plus profond, et surtout l’anarchie armée, que Lind appelle guerre de quatrième génération, que le théoricien du djihadisme Abou Bakr Naji appelle la gestion de la sauvagerie, est en train de progresser en tendance longue, ceci à des degrés divers dans à peu de chose près le monde entier, et pas seulement à cause du djihadisme.

      Une nouvelle guerre froide serait souhaitable ? C’est oublier qu’on a souvent vu la guerre entre deux puissances être gagnée… par une troisième, celle qui avait su rester en dehors. Une nouvelle guerre froide entre Etats-Unis et Chine, ou Etats-Unis et alliance sino-russe, ou qui vous voudrez, ne serait gagnée par aucune des parties, mais très probablement par l’anarchie armée.

      Subversion, migrations anarchiques en masse, terrorisme, zones criminalisées échappant à la loi commune… nous ne connaissons de tout cela que les prémices. Dans des endroits comme la Syrie, la Libye, le Mexique, le Nigéria, la Somalie, certaines régions de Colombie ou des Philippines, on vit des versions beaucoup plus extrêmes de ces tendances.

      Vous en voulez encore ? Vraiment ? smiley


    • leypanou 6 décembre 2016 14:22

      @Trelawney
      Donc les 4 pays belligérants sont USA, Russie, Chine, France. : moi qui aimait bien vos commentaires, vous êtes devenu un rigolo.
      La Russie un pays belligérant à cause de ce qui se passe en Syrie et en Ukraine ? Même la Chine d’ailleurs, je ne vois pas pourquoi elle devient un pays belligérant sous prétexte qu’elle veut mettre la main sur des îles à côté de chez elle.
      Et vous oubliez de mentionnez dans votre liste les laquais de l’empire : l’Australie entre autres qui a des avions au Moyen Orient.
      Et puis écrire : Les anglais sont présents nul part et pour cause, ils font rien au Moyen Orient ?


    • roman_garev 6 décembre 2016 15:51

      @Alexis Toulet
      Je ne veux rien de pareil, d’où l’avez-vous pris ?

      Il ne s’agit pas des voeux de qui que se soit, mais d’une réalité. 
      Trump est pratiquement solitaire dans l’establishment.
      Donc tout à quoi on peut espérer, c’est un très léger réchauffement des relations USA-Russie qui sont à présent au zéro absolu proche à une WW3. De là à parler d’une réelle collaboration en quoi que ce soit, c’est de la pure fantaisie.
      D’autre côté, ce réchauffement éventuel à peine visible envers la Russie sera sans doute compensé (Trump y est clair) par le refroidissement plus marqué envers la Chine. 
      De sorte que le niveau de tension mondiale restera au mieux intact.
      Et certains politicards européens (tels M. Vals) parlent déjà d’une indépendance de toutes les puissances (y compris étrangement l’Iran).
      Bref, les souhaits de M. Lind, ce n’est pas pour les décennies à venir.

    • Alren Alren 6 décembre 2016 16:41

      @roman_garev

      D’un autre côté, ce réchauffement éventuel à peine visible envers la Russie sera sans doute compensé (Trump y est clair) par le refroidissement plus marqué envers la Chine.

      S’il y a eu un refroidissement des relations USA-Russie, c’est du fait des USA et de cette folle de Clinton.

      Mais si les dirigeants chinois se fâchent parce que Trump veut avoir des relations diplomatiques normales avec Taïwan, ils sont responsables de la tension et coupables autant que l’ont été les USA dans le passé de vouloir contrôler les relations d’autres pays entre eux.

      L’impérialisme US a coûté très cher à l’humanité et à la planète. Il ne faudrait pas que l’impérialisme chinois lui succède.

      Et contre cela l’union des autres grandes puissances militaires ayant renoncé elles-mêmes à l’impérialisme comme semble le promettre Trump pour son pays serait nécessaire.

      Mais il faut pour cela que tous soient sincères et honnêtes et le manifestent concrètement ...


    • roman_garev 6 décembre 2016 20:18

      @Alren
      « Mais il faut pour cela que tous soient sincères et honnêtes et le manifestent concrètement ... »


      Voilà. Avez-vous vu ou entendu à l’Occident un seul dirigeant sincère et honnête depuis un quart de siècle ? Alors comment voulez-vous qu’ils le deviennent tous ?

    • roman_garev 6 décembre 2016 20:29

      @Alren
      « Mais si les dirigeants chinois se fâchent parce que Trump veut avoir des relations diplomatiques normales avec Taïwan, ils sont responsables de la tension et coupables... »


      Tout d’abord, durant toute l’année Trump parlait de confrontation à la Chine qui devrait accroître, et cela sans aucune liaison à Taiwan. Il s’en fout de la politique, des relations diplomatique, etc., il pense économie. Taïwan n’est apparu sur l’horizon que l’un de ces derniers jours : on a téléphoné à Trump pour le féliciter, Trump a répondu. Un point c’est tout.

      Et ensuite, en quoi la Chine serait « responsable de la tension » ? C’est connu depuis 70 ans, la Chine ne reconnaît pas le Taïwan, et vous n’avez aucun droit de les traiter « coupables »

    • Trelawney Trelawney 7 décembre 2016 07:14

      @leypanou
      Ce n’est pas un jugement de valeur. Il est vrai que dans le monde 4 pays USA, Russie, Chine et France utilisent leurs armées dans un but de conquête.

      Ils peuvent enrober cela avec des excuses foireuses, genres « défense des libertés », « reconquête de territoires historiques » etc. leur but est bien de poser leurs pattes sur un territoire.
      Prenez l’exemple de la Syrie avec une connerie de départ made in USA, Europe. On veut chasser un dictateur et on aide une rébellion, sauf que cette rébellion est composée en majorité de terroristes. La Russie vient en aide à la Syrie qui est son allié et maintenant Bachar ne peut plus rien faire sans le soutien de Poutine. Et tout ça pour faire passer des oléoducs.
      Pour ce qui est de la Chine, allez voir ce qui se passe au Vietnam, Philippines et Japon et vous verrez que les Chinois sont tout sauf des pacifiques.
      Les anglais n’ont plus d’armée et ne sont plus présents (sauf avec quelques troufions et quelques avions) dans les conflits

  • Harry Stotte Harry Stotte 6 décembre 2016 10:26

    Il ne sera pas facile de convaincre les pays mal développés que ce n’est pas l’ultime en date des arnaques des Blancs, renforcés désormais par les Chinois, pour maintenir leur domination sur la planète.


  • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2016 11:17

    l’ennemi commun pour eux c’est la liberté, leur allié c’est la dictature .....


  • Neymare Neymare 6 décembre 2016 15:08

    La guerre est un business, et il ne fait aucun doute qu’on va aller jusqu’au terme de cette logique


  • ddacoudre ddacoudre 6 décembre 2016 19:51

    bonjour A.Toullet
    j’avoue que j’en suis resté bouche bé, non que la lutte pour la paix dans le monde ne soit pas une bonne chose étant donné que personnellement je soutiens que nous devrions déclarer la guerre crime contre l’humanité. mais par quel miracle de la politique nous devrions statuer que les états en l’état dureront à vitam æternam. les guerres ont toujours eu des raisons économiques et dans un monde capitaliste dont le lied motif est la compétition pour tondre l’autre, peut-être que pour éviter les guerres il faudrait changer cela. il y a un petit paradoxe de vouloir stabiliser les pouvoirs politiques des états contre toute tentative d’opposition politique, il me semble qu’une telle analyse relève de la dictature. que les démocraties commencent alors par représenter dans leurs instances tous les courants d’opinions que leur population développe. je m’imagine entendre la Corée du nord se plaindre qu’un groupuscule d’agitateur réclame la liberté d’expression et abolition de la peine de mort, qu’est-ce que l’on fait ?
    cordialement.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 6 décembre 2016 23:30

      @ddacoudre

      Bonjour,

      - Il y a une différence énorme entre d’une part une opposition politique, par exemple l’opposition de LR ou du FN au gouvernement français actuel, d’autre part une insurrection qu’elle soit djihadiste, ethnique ou criminelle ! Cette différence est la violence, tout simplement.

      - S’agissant des dictatures, elles peuvent tomber suite à réforme décidée par le pouvoir central, comme l’Union soviétique, ou les dictatures en Espagne et au Portugal, ou encore le système de l’apartheid abandonné par décision du gouvernement sud-africain lui-même. Ou du moins s’adoucir suite à la mort ou l’élimination des plus sanguinaires, comme la Chine après la mort de Mao et le procès de la Bande des Quatre.

      Une insurrection qui lutte contre une dictature en revanche est en général pire que le mal. Voir la Syrie aujourd’hui pour un exemple évident.

      - Sinon, sur le cas précis de la Corée du Nord dont vous parlez, si un groupe d’opposants réclame la liberté d’expression et est opprimé, « qu’est-ce que l’on fait ? » - eh bien rien du tout évidemment. Que voulez-vous faire ? La guerre ? Des sanctions économiques ? Une dictature rassemble le peuple en lui représentant un monde extérieur hostile qui menace constamment le pays. Instaurer des « sanctions économiques », ou pire encore la guerre, ce n’est pas seulement inefficace, c’est contre-productif !

      En revanche, la fin de l’opposition des Etats-Unis à la Corée du Nord, que Lind justement propose, avec traité de paix en bonne et due forme (alors que l’état de guerre est officiellement maintenu depuis 1953) et retrait des troupes américaines de Corée du Sud, aurait pour effet de retirer au régime nord-coréen la principale de ses armes de propagande à destination de sa propre population. L’effet ne serait pas immédiat, mais à long terme il renforcerait de beaucoup les chances de libéralisation du régime.


  • Pseudo 6 décembre 2016 23:30
    Parmi les plus grands empires il ne faut surtout pas oublier l’empire Britannique ou plus exactement Anglais qui a sans doute été plus grand que le soviétique et même que l’Américain !
    Depuis l’arrivée de poutine les risques de guerres ne cessent d’augmenter à cause de lui !

Réagir