lundi 9 janvier - par Verdi

L’Islande envoie ses banquiers en prison et fait un bras d’honneur à la finance

Contrairement à l’incroyable servilité des peuples et des gouvernants d’Europe, face à la dictature de la finance, un pays a repris fermement son destin en main : l’Islande. Il a refusé de payer sa dette et renoncé à l’Europe. Aujourd’hui, les Islandais ne s’en portent que mieux. Quel pays, quel dirigeant, montrera la même volonté que les Viking ?

Alors que l’Europe corrompue continue de protéger ses banquiers véreux, un pays a pris son destin en main, et décider de s’attaquer aux racines du mal : la finance. Ce petit pays, qui s’est fait remarquer par l’enthousiasme de ses supporters vikings, pendant l’Euro de foot 2016, en France, et la bravoure de son équipe nationale, fait aujourd’hui figure de modèle, pour ne pas dire figure de proue, dans la lutte contre le mondialisme étouffant, imposé par les capitalistes ultra-libéraux, favorables à une loi de la jungle sans merci entre les êtres humains. Au passage, un modèle socio-économique, ardemment préconisé par Fillon, le candidat chrétien de droite extrême à la présidentielle de 2017.

Que s’est-il passé dans cette île septentrionale, perdue dans l’Atlantique Nord, entre la Norvège et le Groenland ? Qu’est-ce qui a fait se révolter ses 330 000 habitants, au point de faire vaciller les politiciens en place, et, fait rare et peut-être unique au sein du monde occidental, d’envoyer les neufs principaux banquiers du pays en prison ? La crise des subprimes de 2007 et le tsunami financier qui a suivi en 2008 ! Là où, partout ailleurs, en Europe et dans le monde, politiciens corrompus et banquiers se sont entendus pour faire payer les centaines de milliards de pertes aux citoyens des pays, comme ce fut le cas en France, avec Sarkozy, l’Islande, elle, a tout bonnement refusé de faire payer les victimes et, à l’inverse, a choisi de s’en prendre aux responsables indélicats : ses propres banquiers.

L’Islande relève la tête, la Grèce s’agenouille

En Europe, les banques ont été sauvées par les contribuables des Etats, grâce aux décisions désastreuses des gouvernements de les renflouer. Non contente d’asphyxier l’économie et les peuples, l'UE prend une directive qui autorise, de surcroît, les banques à se payer sur leurs clients en cas de difficultés ou de faillite. Qui était président de la Commission Européenne à l'époque ? Un certain Barroso, qui a rejoint depuis Goldman Sachs. Qui lui a succédé à ce poste ? Un certain Juncker, ancien Premier ministre de l’un des plus importants paradis fiscaux de la planète : le Luxembourg.

Une directive retranscrite, sans sourciller, dans le droit français, en 2015, par Valls, sous la présidence de Hollande. La même année, la Grèce -confrontée aux mêmes difficultés que l’Islande- cédait à la pression de la troïka, et capitulait en rase campagne, au moment où le monde attendait qu’elle prenne la tête de la résistance à l’oppression de la finance mondiale. Un cuisant revers, en dépit de l’arrivée au pouvoir de Syriza et Tsipras, qui promettaient de renverser le système !

Contrairement à la Grèce, de son côté, l’Islande décidait de s’affranchir de la tutelle des banques et renonçait à intégrer l’Union européenne, avec laquelle elle était en négociation depuis quelques années. Après la faillite des trois principales banques, Kaupthing, Landsbanki et Glitnir, le secteur bancaire a été nationalisé. Il a été décidé de ne pas payer la dette contractée par ces dernières auprès de banques de Grande-Bretagne et des Pays-Bas, dettes générées par leurs mauvaises politiques financières.

93% des Islandais refusent de payer la dette

Une assemblée populaire a été créée pour réécrire la Constitution. Une nouvelle constitution est élaborée par une assemblée constituante à partir de 2011, qui instaure, notamment, le recours direct au peuple souverain. Mais celle-ci ne verra finalement pas le jour.

En 2008, après la nationalisation de la principale banque du pays, la monnaie (couronne islandaise) s’est effondrée, la bourse a cessé son activité, le pays s’est trouvé en banqueroute.

En 2009, la protestation citoyenne a provoqué des élections anticipées. S’en est suivi la démission du Premier ministre et de son gouvernement. La situation économique désastreuse du pays a persisté à cause d’une loi qui contraignait les citoyens à rembourser mensuellement les 3500 millions d’euros de dette sur 15 ans, moyennant un intérêt de 5%.

En 2010, le peuple descend dans la rue et demande l’abrogation de cette loi par referendum. Le NON au paiement de la dette l’emporte avec 93% des voix. Ce qui pousse le gouvernement (social-démocrate et vert) à examiner les responsabilités juridiques à l’origine de la crise. S’appuyant sur une enquête d’Interpol, plusieurs banquiers et cadres supérieurs sont placés en détention.

Les banquiers envoyés en prison, le pays respire à nouveau

En octobre 2016, neufs grand banquiers écopent de 46 ans de prison cumulés, par la Cour suprême de Reykjavik. Même si tout n’est pas rose, l’activité économique, à travers le tourisme notamment, a repris de belles couleurs. Les Islandais ont vu leurs salaires progresser, ils ne sont plus surendettés et ils ne consomment plus à crédit.

Affranchie des puissances financières, l’Islande a montré la voie. Qui veut suivre son exemple, parmi les candidats à l'élection présidentielle de 2017 ?

 

Inquiétudes et euphorie dans l’Islande d’après-crise.

 

Verdi

9 janvier 2017

 



65 réactions


  • L’Islande n’est pas un « touche pas à mon melting-potes libéral libertaire » ...
    Tous cousins (que des blonds ! horreur !)
     
    La Baudruche verdie a eu la bénédiction du pape vert Hulot Kérozène et préfère
     
    la salade biobio vegan (et halal) quel guignol !
     
    la relation fondamentale entre fragmentation raciale et dépenses sociales en pourcentage de PIB, indiquant que plus un pays est fragmenté « racialement », moins les dépenses sociales sont élevées.
     
    MULTIETHNIQUAGE = SOUMISSION => LA BAUDRUCHE TRAÎTRE


    • « une communauté de caractère fondée sur une communauté de culture, issue d’une communauté de destin » Staline contre Otto Bauer
       
      « Qui dit Humanité, veut tromper. » Proudhon
       
      « La haine des nations est l’internationalisme des imbéciles » Lénine
       
      « La volonté collective ne peut réellement déployer son ampleur que dans le dévoilement d’une conscience collective sous-jacente, issue d’une société chargée d’Histoire, de traditions, de mémoire. Enlever cette mémoire, diviser les traditions, multiplier les histoires, et vous créerez le troupeau informe et impuissant des benêts multiethnqiués de La Baudruche. En fait, nous Seigneurs, ne craignons que la gouvernance des morts. » Seigneur Capitaliste anonyme


    • Habana Habana 10 janvier 12:30

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      2 cachets et au lit !


    • oncle archibald 9 janvier 19:45

      @oncle archibald : je confirme, la situation en Islande est très confuse et il n’y a personne qui souhaite diriger ce merdier ..... C’est un gouvernement provisoire qui est aux manettes pour expédier les affaires courantes et il y a eu beaucoup d’abstention aux dernières élections qui étaient censées consacrer le triomphe des « vikings » ..... arrivés seulement en troisième posotion.

      http://www.lequotidien.lu/international/le-parti-pirate-islandais-echoue-a-former-un-gouvernement/


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 11:24

      @oncle archibald
      Je ne sais pas exactement ce qu’il en est de la dette en Islande, sans doute de la dette privée comme vous l’expliquez ? Pour la France, il s’agit essentiellement de dette publique, et les Français qui épargnent sont concernés indirectement...


      Les banques utilisent l’argent épargné par les Français pour prêter à l’ Etat, elles achètent donc de la dette. En clair, l’épargne des Français, c’est de la dette publique. Il ne sera donc pas possible de passer cela par pertes et profits, et de s’en foutre, en disant, « la dette, on ne la rembourse pas ! »

      La différence avec la Grèce, c’est que la dette publique française est rédigée essentiellement en droit français. La dette grecque est en droit anglais.
      Voici ce qu’on peut faire de la dette en sortant de l’ UE & de l’euro.

    • gerard5567 10 janvier 15:57

      @oncle archibald
      J’ai lu, dans l’article que vous citez, l’expression « formidable bilan économique ».


    • oncle archibald 11 janvier 11:56

      @gerard5567 ; mais oui, vous avez bien lu, un formidable bilan économique pour une PME nommée Islande. Avec une monnaie dévaluée elle a attiré les touristes comme jamais et comme ces marins pécheurs sont tout le contraire d’une bande de fainéants ils se sont retroussés les manches et se sont organisés pour bosser à fond avec le tourisme. Ils ont enfin compris que faire du pognon à partir des banques était dangereux et sont revenus à une économie « vraie » avec le tourisme et la pêche qui ont toujours été leurs sources de revenus. Rien de comparable à la situation de la France avec une dette publique colossale et quatre millions de chômeurs. Le redressement ne se fera pas en quelques années et il n’y a pas de recette miracle.


  • oncle archibald 9 janvier 19:54

    Quand aux raisons des déboires de l’Islande avec ses banquiers ils n’ont rien à voir avec ceux des pays européens surendétés comme la Grèce. Ce sont les prêts aux particuliers qui ont foutu tout le système en l’air, comme aux USA.

    http://www.huffingtonpost.fr/pascal-ordonneau/qui-fallait-il-condamner-en-islande/


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 07:51

      @oncle archibald

      "Un rapport intitulé « Monetary reform : a better monetary system for Iceland » [1] sur une nationalisation et une centralisation de la création monétaire, commandé par le Premier ministre islandais, a fait grand bruit sur la toile [2]. 

      Il faut savoir que l’Islande est un petit pays où le secteur financier était hypertrophié (passé d’une fois à dix fois le PIB islandais entre 2004 et 2007) et qui a connu plusieurs crises financières au cours de son histoire, dont celle de 2008 qui avait fait reculer le PIB de -5,1% en 2009. L’idée centrale de ce rapport est de reprendre totalement le contrôle de la création monétaire afin d’éviter que les excès passés se répètent."

      Ces propositions sont -elles applicables en France ?

      Analyse de ce rapport par l’ UPR et propositions pour la France.


  • oncle archibald 9 janvier 19:57

    Et n’oubliez pas de relativiser tout ça ... L’islande c’est 330 000 habitants ... Moins que la Ville de Toulouse, la moitié du Luxembourg ... Avec le tourisme et la pêche tout va bien et c’est le plein emploi ....


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 janvier 21:24

      @oncle archibald
      Il n’y a rien à relativiser, mais tout à comprendre.
      L’Islande n’est ni dans l’ UE, ni dans l’euro, c’est un pays souverain, sa monnaie est la couronne islandaise. Un pays souverain fait ce qu’il veut, ce qui n’est pas le cas de la Grèce, dont le Gouvernement Tsipras n’a jamais voulu que son pays sorte de l’ UE & de l’ euro . Et qui sombre jour après jour.


      Qu’un pays soit grand ou petit n’a rien à voir avec les moyens utilisés par l’ Islande. Ce sont des moyens utilisables par n’importe quel état souverain.
      Le résultat est étonnant : le chômage en Islande est à 1,9%

      - Elle a laissé ses banques faire faillite.
       C’est interdit par les Traités européens, les banques doivent être sauvées par le MES...

      - Elle a dévalué sa monnaie, c’est impossible avec l’ euro.
      A la place, les pays de l’ UE doivent détruire leur modèle social « pour devenir concurrentiels » , c’est la loi El Khomri qui a remplacé la dévaluation impossible de l’euro, pour faire baisser le prix du travail...

      - Elle a préservé les comptes bancaires des Islandais.
       L’UE a fait voter une loi qui autorise les banques en faillite à piocher dans les comptes des clients...

      - Elle a remis en place le contrôle des mouvements de capitaux, pour sauver ses industries. C’est interdit dans l’ UE par l’article 63 du TFUE, les capitaux doivent circuler librement.

      La Grèce dans l’ UE & l’euro, ne peut donc pas utiliser les techniques utilisées par l’ Islande.
      Mais si la France sort de l’UE & de l’ euro avec l’ UPR, elle pourra les utiliser.

    • oncle archibald 9 janvier 22:46

      @Fifi Brind_acier : chante chante rossignol .... 


      L’Islande est comme l’Andorre .... quatre mecs qui viennnent acheter du pastis détaxé et tout baigne. Vous et vos potes prenez vraiment les Français pour des billes .... et en plus vous avez peut être raison ..... cf Georges Freche... « moi je fais campagne pour les cons parce qu’il y a 90% de cons » ....

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 07:37

      @oncle archibald
      Comme vous voulez « sauver l’ Europe » avec Mélenchon, je comprends bien que tout ce qui concerne la souveraineté vous dérange...

      L’Argentine n’est pas un petit pays, elle a pourtant fait exactement comme l’ Islande !
      «  Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques ! »


      Dévaluer la monnaie, remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux, laisser les banques faire faillite sont des techniques tellement efficaces que les Traités européens les ont interdites. Vous ne vous demandez pas pourquoi ?

      Vous devriez éviter les insultes, je ne crois pas que les citoyens aient envie d’élire des gens qui, faute d’arguments, insultent ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.
      Et puis vous devriez vous former en économie, puisque vous ne comprenez pas de quoi il s’agit dans cet article ... .
      « UPR - La tragédie de l’euro »

    • oncle archibald 10 janvier 11:23

      À vous Fifi Brind_acier comme à l’auteur Verdi je fais le même reproche : vouloir délibérément induire en erreur des lecteurs crédules en faisant une comparaison entre ce qui s’est passé en Islande et en Grèce par exemple, pour en conclure qu’en France il serait possible de se comporter comme les Islandais pour éviter de subir le sort des Grecs.

      Or comme je le démontre en vous donnant les liens utiles pour se faire une opinion la situation de l’Islande n’a rien de comparable à celle de la France, ni dans les raisons de la faillite des banques Islandaises ni dans les remèdes à apporter pour assainir une situation financière désastreuse.

      Le lien proposé par l’auteur nous montre que c’est grâce au tourisme que l’Islande s’est relevée de sa mauvaise situation après le crack de ses banques en 2008 : " « On croise des Australiens, des Français, des Japonais, mais quasiment plus de locaux », s’étonne Kate Hoffman, avec une pointe de regret. Reykjavik s’est internationalisée, offrant le nouveau visage de l’Islande post-crise."

      Pourquoi un tel engouement pour aller faire du tourisme en Islande après la crise plus qu’avant la crise ?? Pour la même raison que nous allions tous passer des vacances en Espagne quand la peseta valait trois cacahouètes ! On achète 100 couronnes islandaises avec 0,75 Euro ! La couronne a perdu 60% de sa valeur par rapport à l’euro après la crise de 2008 !

      En outre vu la taille du pays moins peuplé que la Ville de Toulouse je le répète sortir de la crise garce au tourisme et avec une monnaie dévaluée était vraiment très facile. Rien à voir avec les solutions à trouver pour redonner du travail aux quatre millions de chômeurs Français !

      Baratiner avec des paroles lénifiantes c’est facile, regarder la vérité en face c’est plus douloureux mais cependant absolument nécessaire. Demandez à Alexis Tsipras ce qu’il en pense !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 11:33

      @oncle archibald
      Alexis Tsipras a enfumé les Grecs, il leur a fait croire qu’il allait « changer l’ Europe et renverser la table », alors qu’il avait donné toutes les garanties au monde de la finance ...

      (...) M. Tsipras a bien au contraire donné tous les gages nécessaires à l’oligarchie euro-atlantiste pour l’assurer du caractère totalement inoffensif de ses slogans :




      • ** il s’est rendu aux États-Unis en janvier 2013 pour y être reçu avec tous les honneurs, le 22 janvier, par la Brookings Institution, dont les principaux financiers sont les Fondations Ford, Mac Arthur et Bill Gates, Bank of America, ExxonMobil, ainsi que les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, du Japon, du Qatar. Devant le public ainsi réuni à Washington, le chef de Syriza a conclu sa présentation en lançant « J’espère vous avoir convaincu que je ne suis pas aussi dangereux que certains le pensent ». http://www.wsws.org/en/articles/2013/01/26/tsip-j26.html. Selon certaines sources, ce voyage aurait été entièrement pris en charge par le milliardaire George Soros (http://hellasfrappe.blogspot.fr/2013/02/busted-soros-funded-tsipras-trip-to-us.html )


      • **Il a profité de ce séjour outre-Atlantique pour aller subir les interrogatoires du FMI et du Département d’État américain, auxquels il a montré patte blanche.



    • oncle archibald 10 janvier 12:03

      @Fifi Brind_acier : Alexis Tsipras a enfumé les Grecs, il leur a fait croire qu’il allait « changer l’ Europe et renverser la table » alors qu’il s’est trouvé OBLIGÉ à devoir quémander aux banques européennes de lui accorder de quoi payer les salaires des fonctionnaires et les pensions des retraités, même réduits, parce qu’il n’avait aucun autre moyen de le faire tandis que la population faisait la queue devant les distributeurs de billets.

      La seule alternative de la Grèce était de quitter l’Europe mais pour aller se mettre sous la tutelle d’un autre « protecteur » au sens de proxénète. Elle a préféré rester du coté des pays démocratiques, ce qui est bien la moindre des choses pour le pays qui a donné le jour à la démocratie.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 19:01

      @oncle archibald
      Quel proxénète ? Poutine ?
      La Grèce se débrouillait très bien avant d’entrer dans l’ Union européenne !
      « C’était comment la Grèce avant l’ UE ? » 6,5% de croissance et 0 chômeur.


      La Grèce est riche ! Elle va devenir le1er producteur d’or d’Europe.

      Et elle est assise sur d’immenses réserves de gaz en mer !

  • baldis30 9 janvier 21:28

    Excellent article !

    mais ... car il y a un mais .....

    « un pays a pris son destin en main, et décider de s’attaquer aux racines du mal : la finance. »

    Nous aussi on a un président qui a dit que son ennemi c’était la finance ! Vous ne saviez pas ? Il faut lire et écouter les médias ...

    Chez nous la finance est vaincue et le vainqueur s’en va au mois de Mai , au joli mois de mai ( .......quand reviendras-tu ) . Dommage que vous ne suiviez pas l’actualité de ce combat sans merci qui a été livré à Bruxelles non loin de Waterloo.


    • JBL1960 JBL1960 10 janvier 00:22

      @baldis30 On n’en apprend encore sur ce sujet Macron de Rothschil :Mais c’est aussi son refus de recevoir l’onction du suffrage des citoyens qui trouble. « Député ne daigne, maire ne puis, Macron suis  » pourrait être sa devise. Pire plus loin, la même puce réitère : La vérité est, je pense, que l’ancien ministre de François Hollande est bien trop intelligent pour ne pas évaluer correctement ses chances. Macron ne joue pas ce coup-là mais celui d’après. Tenez, tout est là, y a beaucoup plus même, mais très patraque, vais devoir retourner me coucher...
      L’illustration, sourcée est de Guillaume de croisonsles, allez-y ça détend, grave...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 07:40

      @baldis30
      Pour s’attaquer à la finance, il faut être un pays souverain !
      Il faut faire cesser la dette en remettant en place la Banque de France, et ses prêts à taux 0% à l’ Etat et aux Collectivités locales.


    • baldis30 10 janvier 07:51

      @JBL1960

      Il compte sur les voix que feu Rocard récupérait dans des cercles dits « philosophiques » qui lui rendirent hommage dans les lieux mêmes où cette philosophie est instillée subrepticement ! ça fait quatre millions d’ouailles ( Ouh ! Aïe....) .


  • Raoul-Henri Raoul-Henri 10 janvier 03:41

    330 000 âmes ? C’est sans compter les Lutins, les Trolls (moins les quelques qui se sont échappés et qui apparaissent virtuellement ici), les Elfes, Licornes, etc. En tout çà fait environ dix milliards juste sur ce cailloux qui a enfanté Eric le raide mais aussi la belle Bjork et son immense talent.

    Sinon, comme partout, les islandais n’ont pas encore cassé leurs émetteurs télé et c’est pour çà que bien des choses perdurent comme avant.

    Vous avez oublié de mentionner que par deux fois les intérêts des emprunts immobiliers des particuliers ont été annulés. Et çà, çà fait un énorme paquet dans le fion du mortifère système. (j’sais pas pourquoi le mot fion devient très à la mode mais je me doute).


  • ENZOLIGARK 10 janvier 05:05

    Muchas gracias @ l ’ auteur ... , Ola ... , ... dommage que le pays ne dispose pas de « banques cooperatives » ( AhAhAhAhAh ... ) comme celles qu ’ a trouve le candidat au trone gOOOlois Melenkon chez les froncais . Leur nom reste d ’ ailleurs un secret pour tout les poves cons et sans dents ... ( lire l ’ article sur Corsematin . com ) ! . ... VIVA ISLANDIA * . ... A FRANCIA FORA .... E CORSICA LIBERTA SERA .... 


    • ENZOLIGARK 10 janvier 05:37

      @ENZOLIGARK ... , ... Pourquoi d ’ ailleurs , la Corse * et son peuple qui ont elu il y a plus d ’ un an leur nouvelle assenblee ne prenne pas le meme chemin que les islandais ! ? . ... Simeoni et Talamoni seraient ils sous des menaces venant de frOnce ? ! . ... Veulent ils faire payer a la frOnce et aux poves cons et sans dents le pleins tarifs jusqu ’ a la banqueroute du « pays ami » ( AhAhAhAhAh ... ) ? ! . ... $ouquez les gOOOlois .... ! $ouquez les gOOOlois ... ! $ouquez les gOOOois ! ... . SANS DOUTE !!! ... AhAhAhAhAhAhAhAhAh .... . ... АФФ ИСС . 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 08:01

      @ENZOLIGARK
      Il y a une Banque Centrale à Ajaccio ?
      Rassurez-vous, quand la France aura disparu grâce aux euro-régions, la Corse sera directement gérée par Bruxelles. Il suffit de voir dans quel état se trouve la Grèce, directement gérée par la troïka pour comprendre que vous foncez droit dans le mur...


    • ENZOLIGARK 10 janvier 08:15

      @Fifi Brind_acier ... , Bonghjornu ... , ... en Corse * comme en Russie * , pas de precipitations bordeliques comme chez les gOOOlois .... ; ... les russes concervent leur monnaie a juste titre , et les corses viennent juste de creer la leur : i soldi corsi  ! . ... Renseignez vous ... . ... Amicizia i PACE SALUTE e LIBERTA . ... АФФ ИСС ...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 10:58

      @ENZOLIGARK
      Vous vous servez de coquillages ou de châtaignes dans vos échanges ?


  • baldis30 10 janvier 07:53

    A tout hasard je signale qu’une pétition est en cours pour demander la démission de Juncker en raison de sa protection de la fraude ( sur change.org)


    • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:04

      @baldis30
       c’est pas la démission mais la prison pour Junker ainsi que celle des députés UE arrosés par les lobbys ....


    • baldis30 10 janvier 13:50

      @zygzornifle
      S’il avait du courage il proposerait de passer devant une cour d’honneur ... mais il y a un terme qui le gênerait beaucoup ... c’est celui d’honneur !


  • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:03

    Bravo....


    on va envoyer Cahuzac pour leur tenir compagnie .....

  • ZenZoe ZenZoe 10 janvier 09:12

    Pour l’Islande que je ne connais pas, je ne me prononce pas, mais en fait il n’y a plus d’état souverain en Europe. Les banques font ce qu’elles veulent avec la bénédiction des états.

    Par exemple, en France, quand un salarié comme Kerviel fraude, il est sauvagement attaqué au pénal par l’état et sommé de débourser 5 milliards de dédommagements alors que la SG engrange des profits monstres. En Allemagne, quand le patron de Volkswagen fraude causant des milliards de pertes et des procès en cascade à son entreprise, non seulement il n’est pas inquiété au pénal, mais il part avec une retraite chapeau de millionnaire.


    • ZenZoe ZenZoe 10 janvier 09:15

      @ZenZoe
      VW n’est pas une banque bien sûr, je voulais juste dire que plus on est gros et riche, plus on a de pouvoir et les états impuissants n’ont qu’à fermer leur bec.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 11:00

      @ZenZoe
      C’est normal, les Américains ont colonisé l’ Europe pour le plus grand bénéfice de la finance et des multinationales... Mais l’exemple de la minuscule Islande montre que rien n’est irréversible pour un pays souverain !


  • Hector Hector 10 janvier 09:22

    On nous parle de « charges » salariales, de coût du travail, de compétitivité(?), de manque de formation et maintenant le bouquet avec la loi El Khomri qui gomme les conventions collectives.
    La France est devenu le pays de la démerde et de la féodalité.
    Tant que nous n’aurons pas récupéré notre souveraineté monétaire et autres avec un état fort, rien ne changera.
     


  • Jean nemare Jean nemare 10 janvier 11:21

    Il y’en a un, et un seul qui veut suivre l’exemple de l’Islande : c’est François Asselineau, de L’UPR.

    Et pour cela, sa priorité, sera de nous faire sortir de l’Union Européenne et de l’OTAN. Ensuite, tot devient possible, y compris foutre les banquiers véreux en cabane comme en Islande.

    • Habana Habana 10 janvier 12:39

      @Jean nemare
      Raccourci !! Pas d’accord avec vous !

      Le front national veut une Europe des nations, ce qui est d’autant plus intelligent qu’une pure et simple rupture mais ce qui revient tout de même à briser cette actuelle Europe mafieuse en passant des accords là où c’est arrangeant sans avoir à payer les dettes des autres nations qui se cassent la gueule.
      Quelle idée débile, déjà à la base !!!
      Vive les NATIONS, vive la France, à bas Schengen !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 19:13

      @Habana
      Pour atteindre cet objectif, il faut que 100% des pays soient d’accord avec ce que propose le FN.
      En plus, il faut que ce soit ratifié par referendum dans chaque pays ou par le Parlement de chaque pays. Si 1 seul pays n’est pas d’accord, rien ne change.

      "Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives."


      Or, les pays européens sont de plus en plus divisés :
      - Sur les frontières, sur les migrants et sur Schengen.
      - Sur les travailleurs déplacés.
      - Sur les sanctions envers la Russie.
      - Sur l’OTAN
      - Sur les euro-bonds
      - Sur les paradis fiscaux
      - Sur la politique de la BCE
      - Sur l’ Ukraine
      - Sur TAFTA etc...

      Où allez-vous trouver l’unanimité ? C’est une utopie.
      Si l’ UPR propose le Frexit, c’est que l’ Europe n’est pas réformable.

    • lloreen 15 janvier 13:41

      @Jean nemare
      « Il y’en a un, et un seul qui veut suivre l’exemple de l’Islande : c’est François Asselineau, de L’UPR. »

      C’est inexact. C’est un collectif de citoyens qui ont fondé le conseil national de transition de France le 18 juin 2015 qui ont exactement ce projet ainsi que celui de faire arrêter messieurs Sarkozy, Valls et Hollande pour haute trahison.
      Tous les renseignements figurent sur le site du CNTF
      De plus, le CNTF est candidat à la « présidence » par l’intermédiaire de son porte-parole, monsieur Fiorile et le CNTF organisera un referendum national le 2 avril 2017.

      http://www.conseilnational.fr/


    • baldis30 15 janvier 20:36

      @Fifi Brind_acier
      bonsoir,

      « Or, les pays européens sont de plus en plus divisés :
      - Sur les frontières, sur les migrants et sur Schengen.
      - Sur les travailleurs déplacés.
      - Sur les sanctions envers la Russie.
      - Sur l’OTAN
      - Sur les euro-bonds
      - Sur les paradis fiscaux
      - Sur la politique de la BCE
      - Sur l’ Ukraine
      - Sur TAFTA etc..
      . »

       C’est plus de la division c’est de la pulvérisation !

      Quoique nous soyons d’accord qu’il n’y a pas d’accord possible !


  • Raoul-Henri Raoul-Henri 10 janvier 17:20

    @Verdi
    « Il a refusé de payer sa dette et renoncer à l’Europe. »

    Non M. Verdi ; ce pays a refusé de payer une partie de « sa » dette et n’a pas renoncé à l’Europe.
    Cette île d’origine volcanique est toujours solidement attachée à la Terre là où elle se trouve ; c’est à dire sur la plaque continentale européenne.

    Quand la grammaire n’y est pas : le reste suit dans le même mouvement nébuleux.

    Merci tout de même de votre ’article’ qui m’a permis d’apprendre par les commentaires que les citoyens de Corse venaient de mettre en place une monnaie nationale (corse donc).


    • Verdi Verdi 10 janvier 18:26

      @Raoul-Henri

      Je vous suis infiniment reconnaissant d’avoir corrigé cette faute de grammaire inadmissible. Merci pour votre immense indulgence... Je suis moi-même attentif à la syntaxe, en un mot, à la forme. Mais nul n’est parfait ! 
      Cela dit, cette « coquille » ne retire rien à mon propos central, qui semble vous avoir échappé : il est possible de reprendre les rênes d’un pays souverain, en reprenant l’entier contrôle des banques et de la finance. Un exemple à suivre, non ? 

    • Verdi Verdi 10 janvier 18:50

      @Raoul-Henri

      « Ailleurs c’est pareil : une mafia de grand banditisme qui ne s’en prennent qu’aux pauvres. »

      De qui est cette phrase, à la grammaire contestable, monsieur le correcteur infaillible ?

      Avant de donner des leçons, balayez devant votre propre grammaire ! Attachez vous au fond, car vous trouverez toujours des « coquilles », dans tous les articles, qui sont la conséquence d’une saisie de texte parfois trop rapide... 

       smiley

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 19:18

      @Raoul-Henri
      L’Islande a bel et bien renoncé à son admission à l’entrée de l’ UE... depuis février 2014. Pas fous, les Islandais, ils voient bien le boxon et ne tiennent pas à finir comme les Grecs !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 19:22

      @Verdi
      Oui, un exemple à suivre, sous réserve de sortir de l’ UE et d’abandonner l’UE comme horizon pour la remplacer par des accords de coopération en Europe et dans le monde entier. 

      On ne peut pas courir deux lièvres à la fois, vouloir rester dans l’ UE pour la sauver.
      Et vouloir la souveraineté. Il faut choisir. Sinon, on finit schizophrène ...


    • Raoul-Henri Raoul-Henri 10 janvier 20:13

      @Verdi
      Hé, hé. De moi pardi. Je l’avais remarquée après avoir cliqué et m’étais même interrogé sur le pourquoi de cette faute. Peut-être, m’étais-je dit, que c’est le rapport sémantique à la nébuleuse du mot « mafia » qui m’avait fait glisser vers ce pluriel. Et, comme vous le savez, la correction n’est pas possible sur Agoravox. Concernant les commentaires ceci n’est pas bien grave ; pour les articles c’est plus problématique mais incite à une plus grande rigueur quant aux publications. Le post-scriptum dans les commentaires peut palier à cet inconvénient.

      Et non ; il n’y a pas de fautes « dans tous les articles ».

      Cela dit ; ma faute, en laissant une prise pour le combat, vous a fait enfin réagir ; et non sur le fond mais apparemment par la blessure d’égo ; ce qui n’étais pas mon intention puisque je n’ai fait que vous suggérer la vôtre par une mise en gras.
      Je vous fais remarquer que je ne corrige pas les fautes des commentaires (il y en a beaucoup trop) mais quelquefois celles des articles qui m’intéressent. Les articles se devraient d’être des pilotes, des exemples de concision utiles à la conjugaison ; donc à la conjugalité ; donc à la refondation d’un socle.

      La clarté conceptuelle du fond détermine la forme ;
      et la forme utilisée indique la précision du fond.

      Votre « propos central » ne m’a pas échappé M. Verdi :

      http://forum.langage.free.fr/viewforum.php?f=36

      et

      Le coût des tas


    • Verdi Verdi 10 janvier 20:33

      @Raoul-Henri

      Il n’y a aucune blessure d’ego, juste deux réactions à votre deuxième commentaire (j’avais lu avec intérêt le premier) : 
      - un reproche que je m’adresse toujours en pareil cas, car cette faute ne m’a pas échappé... immédiatement après publication, malheureusement, on ne peut corriger en cours de parution sur AV. 
      - un reproche que je vous adresse, qui a déclenché mon agacement et ma réplique, celui de sembler accorder plus d’importance à une coquille qu’au fond de l’article. 
      Je suis, contrairement à vous, devenu plus indulgent, lorsque je constate une coquille chez un auteur dont je connais la maîtrise de la langue.
      « Le style c’est l’homme », disait Buffon. Je vous rejoins sur ce point, mais la perfection, elle, n’est pas de ce monde. 






    • Hector Hector 11 janvier 10:58

      @Verdi
      Cool Raoul...
      Nous sommes tous pareils.
      Nous écrivons, nous corrigeons, nous rajoutons et nous oublions parfois les pluriels et les singuliers, les accords et même les concordances des temps.
      Nous tapons trop vite, c’est tout mais, moi aussi je suis souvent vexè d’avoir envoyé un texte trop vite avec ce genre de faute, d’autant que l’on ne peut le rappeler et le corriger.
      Ne vous formalisez pas pour ces gens, le fond vaut toujours mieux que la forme. 
      Amitiés.


    • Verdi Verdi 11 janvier 11:12

      @Hector

      Vous avez raison, restons zen ! 

      Merci pour votre message !   smiley

  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 11 janvier 11:40

    Bravo à l’Islande...
    Par le passé, ils avaient adopté une réaction de défiance, de condamnation vis à vis du système financier.

    Par contre les banques britanniques ont pris un carton financier gigantesque apparemment elles ont glissé l’affaire sous le tapis, en silence.
    (Je ne suis pas convaincu que les banquiers britanniques et les politiques ont informé le peuple qui actuellement éponge la colossale dette.)

    Ce même silence financier est imposé au peuple allemand par une chancelière ( à moustache, le bras levé).
     
         


    • lloreen 11 janvier 22:36

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

      (Je ne suis pas convaincu que les banquiers britanniques et les politiques ont informé le peuple qui actuellement éponge la colossale dette.)

      Ce même silence financier est imposé au peuple allemand par une chancelière ( à moustache, le bras levé).

      C’est bien ce qui constitue l’essence de cette escroquerie planétaire puisque cette pseudo dette est épongée par tous les citoyens de génération en génération...sous couvert de « croissance » c’est à dire en endettant de plus en plus les gens. La plupart des emprunts des communes étant même des emprunts toxiques, ce qui est évidemment totalement occulté aux habitants des communes concernées et soigneusement dissimulé par les banques.

      http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/5500-collectivites-locales-plombees-par-les-emprunts-toxiques_1405909.html


  • lloreen 11 janvier 22:12

    Des citoyens français se sont rassemblés en conseil national de transition pour se réunir en constituante et organiser un referendum populaire le 2 avril 2017 s’alignant sur le modèle islandais.Le France est le pays qui a été à l’origine de la Déclaration universelle (supra légale !) des droits de l’ homme et du citoyen repris dans le préambule de la constitution de 1958 et dans celui des Nations Unies. Donc chaque citoyen de France est légitime dans le cadre de cette déclaration des droits et du citoyen lorsqu’ un gouvernement bafoue les droits INALIENABLES de l’homme.
    A ma connaissance, c’est la seule initiative légitime souhaitant faire mettre les mafieux et les escrocs du gouvernement en état d’arrestation pour haute trahison (supprimée par Sarkozy...)

    Mandat d’arrêt délivré par le conseil national de transition contre Hollande, Sarkozy et Valls pour haute trahison.
    http://www.conseilnational.fr/haute-trahison-et-atteinte-a-la-surete-de-letat/
     
    Referendum national du 2 avril 2017 :chaque citoyen peut et doit agir à son niveau pour sa mise en place.
    http://www.conseilnational.fr/

    Les français peuvent voter sur site pour choisir les hommes et les femmes qu’ils souhaiteraient voir jouer un rôle dans l’élaboration d’une future transition.


  • lloreen 11 janvier 22:28

    Une partie de la dette hypothécaire des ménages islandais a été annulée par deux fois.
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131202trib000798843/l-islande-va-effacer-une-partie-de-la-dette-des-menages.html
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131202trib000798843/l-islande-va-effacer-une-partie-de-la-dette-des-menages.html

    Une autre information d’envergure totalement occultée par les grands médias aux ordres a été celle de l’annulation de la loi Rothschild de 1973 par le Canada pour inconstitutionnalité le 26 janvier 2015.
    http://rustyjames.canalblog.com/archives/2015/03/04/31645098.html

    Une preuve supplémentaire-s’il en fallait encore une...- de la mainmise totale des Rothschild sur les 3/4 des banques centrales mondiales par l’intermédiaire de la City de Londres (Couronne).
    Les quelques pays échappant encore à leurs griffes étant l’Iran, le Yémen, la Corée du Nord, Cuba et la Syrie d’où le massacre des habitants par les mercenaires de ce syndicat international du crime organisé (haute finance internationale) se dissimulant sous toutes les étiquettes.

    L’avocat constitutionnaliste Rocco Galati a défendu le collectif qui a introduit une action en justice contre la banque centrale du Canada.
    http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/la-loi-rothschild-a-ete-annulee-au-canada-le-26-janvier-2015-a-quand-la-france-video-357/


  • michel-angelo michel-angelo 15 janvier 12:28

    L’Islande, un modèle pour l’avenir de l’Europe et de la France. Constitution citoyenne (pas tout a fait réussie à cause des magouilles politiciennes) finance mise au pas.

    La France Insoumise s’en inspire.


    • lloreen 15 janvier 13:48

      @michel-angelo
      Il ne faut pas perdre de vue un point crucial qui a fait de la France un pays admiré partout dans le monde : sa Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen qui a aussi inspiré les Nations-Unies.
      Par cette déclaration, chaque peuple du monde est souverain mais pour ce faire encore faut-il que les individus composant les nations prennent leurs responsabilités.


    • baldis30 15 janvier 18:59

      @lloreen
      chaque peuple est souverain ... mais le peuple français moins que les autres par un traité imposée par des élus contrairement à la VOLONTE des français !

      Ou sont les droits de l’homme ? Et qu’on ne viennent pas y opposer des arguties juridiques modèle article 50 .... Il est nul ..... par le vote précédent !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 19:02

      @michel-angelo
      Mélenchon veut désobéir aux Traités, mais rester dans l’ Union européenne, pourquoi ?


    • michel-angelo michel-angelo 15 janvier 21:04

      @Fifi Brind_acier
      Parce que !


    • lloreen 16 janvier 13:36

      @baldis30
      Pour l’instant il est clairement établi que le peuple français ne s’est pas encore constitué non pas à cause d’un traité commercial (pseudo « traité » de Lisbonne) mais parce que contrairement aux islandais, les français ne se sont pas massivement rassemblés et postés devant l’Elysée pour exiger le départ des imposteurs.
      les islandais avaient organisé la « révolution des casseroles » jusqu’ au départ de leur gouvernement.


  • bonalors 15 janvier 19:46

    toute la classe politique hauts fonctionnaires, et banquiers a envoye en prison et confisquer tous les biens - aux armes citoyens
    sinon votez Marine


Réagir