vendredi 10 mars - par Christelle Néant

L’Ukraine donne à la Russie les armes juridiques pour siffler la fin de partie dans le Donbass grâce à sa plainte devant la CIJ

Chaque jour qui passe rapproche l'Ukraine du gouffre, et avec les amis qu'elle s'est choisis (les néo-conservateurs), cette dernière n'a même pas besoin d'ennemis pour accélérer sa chute.

Plusieurs articles, y compris en français ont déjà souligné l'inanité et la bêtise de la plainte que l'Ukraine a déposé contre la Russie auprès de la Cour Internationale de Justice (CIJ) de la Haye. Mais je tiens ici à aller plus loin dans l'analyse de cette nouvelle gabegie à venir « made in Ukraine ».

Pour ceux qui n'auraient pas suivi le dossier, je vais résumer ici en bref. L'Ukraine, qui menaçait la Russie depuis presque trois ans de poursuites judiciaires est enfin passée à l'acte et a porté plainte non pour agression militaire, non pour annexion de territoire, mais pour violation de la convention internationale pour la répression du financement du terrorisme (en arguant que la Russie finance et soutient les Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk, que Kiev considère comme des organisation terroristes, j'y reviendrai après) et de la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (en arguant du fait que les Tatars de Crimée seraient persécutés sur la péninsule, et que les Mejlis des Tatars de Crimée ont été interdits).

Le fait que l'Ukraine n'ait pas poursuivi la Russie pour ce dont elle l'accuse depuis presque trois ans, devrait déjà faire tiquer n'importe qui de sensé. Quand on accuse quelqu'un il faut des preuves, sinon cela s'appelle de la diffamation, ce qui est un délit. Et si on a des preuves, et bien on va porter plainte, ce qui permet de prouver par une décision de justice qu'on a eu raison d'accuser la personne ou l'état concerné. Or là en ne portant pas plainte pour annexion de territoire ou agression armée, l'Ukraine montre qu'elle n'a rien de sérieux à apporter en terme de preuves concernant ces deux accusations récurrentes. Mais j'y reviendrai après.

Regardons de plus près ce qu'est la CIJ : « Elle a pour principales fonctions de régler des conflits juridiques soumis par les États, et de donner un avis sur des questions juridiques présentées par des organes et agences internationaux agréés par l'Assemblée générale des Nations unies. »

La CIJ est le seul organe judiciaire de l'ONU, et tous les membres de l'organisation sont soumis à sa compétence. MAIS les états n'ayant pas voulu limiter leur souveraineté, la CIJ n'est compétente que lorsque les parties se soumettent à sa juridiction. Il existe trois options pour cela :

- les deux parties concluent un compromis, et soumettent leur différend à la Cour. Ce mode de saisine se rapproche assez du compromis d'arbitrage.

- certains traités ou conventions comportent des clauses compromissoires énonçant que les litiges concernant l'interprétation ou l'application du traité devront être soumis à la CIJ.

- un état peut souscrire à une déclaration facultative de juridiction obligatoire (c'est-à-dire reconnaître que les jugements de la CIJ le concernant sont contraignant). Fin 2015, seuls 72 États sur 185 ont souscrit à une telle déclaration.

 

Carte des états ayant signé une déclaration facultative de juridiction obligatoire

Carte des états ayant signé une déclaration facultative de juridiction obligatoire

Commençons par la troisième option, car elle est la plus rapide à exclure. Comme on peut le voir sur cette carte la Russie n'a pas souscrit de déclaration de juridiction obligatoire. En clair les jugements de la CIJ sont non contraignants pour la Russie s'ils ne relèvent pas des options 1 ou 2. Déjà de ce point de vue là ça part plutôt mal.

L'option 1 est aussi à exclure car il n'y a aucun compromis entre l'Ukraine et la Russie, donc aucun arbitrage demandé. L'option choisie par Kiev est donc l'option 2 : utiliser les clauses compromissoires de deux conventions internationales pour soumettre le litige à la CIJ.

Le problème, c'est que pour que la CIJ soit compétente, il faut que son arbitrage porte sur des faits concrets. Par ex il faut que l'Ukraine ait porté plainte contre un citoyen russe qui aurait financé ou aidé à financé la RPD et la RPL, et que la Russie l'ait déboutée d'une demande d'extradition de ce citoyen russe, et que l'Ukraine ne soit pas d'accord avec les arguments avancés pour refuser cette extradition.

Ou que l'Ukraine ait porté plainte contre un responsable politique concernant les discriminations contre les Tatars de Crimée, ou l'interdiction des Mejlis des Tatars de Crimée, et que là encore la Russie ait débouté l'Ukraine, et que celle-ci estime que cela viole la convention ad-hoc. En clair la CIJ ne peut statuer que comme une cour d'arbitrage concernant des différents juridiques sur l'interprétation des conventions internationales, elle n'a aucunement vocation à être une Cour Pénale Internationale.

Or là, en accusant la Russie de violer ces conventions internationales sans amener de cas concrets sur la table, l'Ukraine essaye de transformer la CIJ en CPI, ce qu'elle n'est pas et ne sera jamais. Résultat au mieux la CIJ se déclarera incompétente, au pire elle rendra un jugement qui sera non contraignant car ne rentrant pas dans le cadre où ses décisions sont juridiquement contraignantes.

Creusons un peu plus loin encore, et étudions les éléments apportés par l'Ukraine. Concernant l'accusation de soutien à une organisation terroriste, l'Ukraine amène sur la table que la RPD et la RPL sont des organisations terroristes, que la Russie les finance et leur fournit des armes, et qu'elle a participé au drame du Boeing MH-17 qui a été abattu dans le ciel du Donbass.

Premier problème, en dehors de l'Ukraine, personne, pas même l'ONU, ne reconnaît la RPD et la RPL comme étant des organisations terroristes, de plus, les deux républiques ne rentrent pas dans la définition de telles organisations qui commettent des actes destinés « à tuer ou blesser grièvement un civil, ou toute autre personne qui ne participe pas directement aux hostilités dans une situation de conflit armé, lorsque, par sa nature ou son contexte, cet acte vise à intimider une population ou à contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir ou à s'abstenir d'accomplir un acte quelconque ». La RPD et la RPL ne cherchent à intimider ou terroriser personne, et leurs armées ne visent jamais délibérément les civils (contrairement à l'armée ukrainienne).

Ensuite, les preuves amenées pour les livraisons d'armes et le reste sont des photos et vidéos trouvées sur les réseaux sociaux. En clair des éléments faciles à fabriquer, contrefaire, détourner ou interpréter à sa sauce comme on veut. Rien de plus solide que çà.

Si on regarde ensuite l'inclusion du drame du MH-17 dans cette soupe juridique, l'enquête est toujours en cours, et les rapports intermédiaires successifs du comité d'enquête sont contestables juridiquement à bien des égards, et contestés. En clair, aucun coupable n'a été désigné et les preuves avancées dans les rapports du comité d'enquête sont plus que boiteuses et ne tiendraient pas devant une cour de justice même la plus partiale.

Donc sur le plan du droit international, cette accusation délirante tombe à l'eau comme un parpaing d'une tonne lancé depuis un hélicoptère, et risque bien d'éclabousser le plaignant. Car la Russie, par contre, n'est pas venue les mains vides à la barre.

En plus de contester la compétence de la cour pour les raisons évoquées ci-dessus, les représentants de la fédération de Russie à la cour ont amené près de 600 pages de preuves, qui non seulement démontent les accusations ukrainiennes, mais en viennent en fait à accuser l'Ukraine elle-même.

Dans ce document, figure entre autre le discours de Porochenko à Odessa en novembre 2014 dans lequel il annonce fièrement que les enfants ukrainiens iront à l'école et au jardin d'enfants alors que ceux du Donbass seront obligés de se cacher dans les caves, et que c'est ainsi que l'Ukraine gagnerait la guerre (sic).

Y figurent aussi des photos d'écoles bombardées volontairement par l'armée ukrainienne, ainsi que les preuves de l'utilisation de bombes au phosphore par cette même armée, comme lors du bombardement de Semenivka le 12 juin 2014. Il me semble bien que cela entre pleinement dans la définition du terrorisme, et cela prouve bien que l'Ukraine est un état terroriste.

La Russie a aussi expliqué l'approvisionnement en armes des deux républiques populaires par les énormes caches d'armes datant de l'époque soviétique qui se trouvaient sur leur territoire, plusieurs se trouvaient d'ailleurs dans des mines. Or qui mieux que les mineurs locaux pouvaient savoir où se trouvaient ces armes. Le reste est venu des trophées gagnés à chaque fuite ou défaite de l'armée ukrainienne (rien qu'à Debaltsevo, les deux républiques populaires ont pu récupérer plus de 400 véhicules blindés, y compris des chars d'assaut).

Concernant le drame du MH-17, la Russie est venue à la cour avec les preuves de la présence de 17 systèmes BUK du 156e régiment de défense anti-aérienne des Forces Armées Ukrainiennes dans le Donbass pendant l'été 2014 (je rappelle que juste après le crash l'Ukraine avait prétendu ne plus avoir de systèmes BUK). Des BUK du même modèle que celui qui aurait frappé le MH-17 d'après les rapports du comité d'enquête.

En plus l'Ukraine dans cette partie de l'accusation ne parle que du fait que le système BUK aurait été fourni par la Russie, et non de l'intention derrière le fait d'abattre le MH-17. Or pour que l'accusation de terrorisme ou de complicité de terrorisme tienne la route, il faut prouver l'intention d'intimider/terroriser un peuple ou un état. Or, même le comité international d'enquête, qui est plus que complaisant envers l'Ukraine, n'a jamais conclu à un acte délibéré visant le MH-17. Le pire qui a été reproché a été que les rebelles auraient cherché à abattre un avion militaire ukrainien et qu'ils auraient touché le MH-17 par accident. Donc l'accusation de terrorisme tombe à l'eau.

Concernant les accusations de discrimination contre les Tatars de Crimée, la Russie n'aura aucun mal à prouver le caractère terroriste des Mejlis des Tatars de Crimée, qui ont participé au blocus économique et énergétique de la péninsule en vue d'intimider la population afin qu'elle renie son vote du référendum de 2014 (je rappelle qu'ils ont fait partie de ceux qui, dans l'oblast de Kherson, en décembre 2015, ont abattu les pylônes électriques qui approvisionnaient la Crimée). Et donc le caractère parfaitement légal de leur interdiction en Russie, justement afin de respecter les conventions internationales de lutte contre le terrorisme.

Je ne parlerai même pas des conditions de vie des Tatars de Crimée qui se sont grandement améliorées depuis la réintégration de la péninsule au sein de la fédération de Russie, qui montreront sans ambiguïté qu'il n'y a aucune discrimination envers cette population.

Au vu du vide intersidéral en terme de preuves des deux pauvres plaintes que les juristes de Kiev ont réussi à pondre, on comprend mieux pourquoi l'Ukraine n'a pas porté plainte pour ce dont elle accuse gratuitement la Russie depuis près de trois ans. À savoir agression armée et annexion de territoire. Parce qu'avec un tel manque flagrant de preuves solides étayant ses accusations, l'Ukraine serait assurée non seulement de se voir déboutée, mais de voir la Russie gagner devant une instance juridique de l'ONU, ce qui aurait affaibli encore plus l'Ukraine et renforcé d'autant la Russie sur le plan international.

Devant ce manque de preuves, les demandes de l'Ukraine pour que la Russie paye intégralement les compensations pour les victimes du MH-17 et celles des bombardements de la population civile du Donbass sont à vomir, puisque l'Ukraine exige ni plus ni moins que la Russie paye pour ses propres crimes (concernant le MH-17 je rappelle que l'avion était sous la responsabilité de l'état dans le ciel duquel il volait, à savoir l'Ukraine, qui est donc au mieux coupable de négligence grave, et responsable du crash, pour avoir laissé l'avion voler dans une zone de guerre où plusieurs avions militaires avaient été abattus les semaines précédentes). On croit rêver devant autant de cynisme.

Mais quand on jette un œil au cabinet de juristes qui représente l'Ukraine, on comprend mieux certaines choses. Le Saker a fait un article très complet là-dessus (en anglais pour l'instant), qui montre clairement l'implication d'éléments de l'ancienne administration Obama et de cette chère Hillary Clinton dans ce bloubiboulga juridique.

Entre autre Harold Hongju Koh, qui fut conseiller juridique du département d'état américain sous la présidence Obama. Un homme qui a justifié juridiquement entre autres choses l'usage de la torture et les assassinats par drones de cette même présidence. Cela en dit long sur la conception que ce monsieur a du droit international. De plus le fait que ce soit un conseiller de l'administration américaine sortante qui représente l'Ukraine devant la cour, en dit long aussi sur le degré d'ingérence des USA dans les affaires ukrainiennes. L'Ukraine n'est plus qu'une colonie américaine.

La représentante ukrainienne n'est pas en reste puisque Elena Zerkal, a déclaré sur le plateau de France 24, que les gens du Donbass étaient des gens (voire des zombies) sous éduqués et stupides qui n'ont pas assez d'esprit critique pour comprendre que la « propagande russe » qui dit que l'armée ukrainienne tue des enfants est fausse (sic). Comme si les gens d'ici n'étaient pas au premières loges pour savoir qui les bombes ukrainiennes tuent, sans avoir besoin de le regarder à la télévision…

Mais cette opinion exprimée librement sur une chaîne française en dit long sur la conception que cette dame a des gens du Donbass : des sous-hommes débiles. Si cela vous rappelle ce qu'Hitler et d'autres idéologues Nazis pensait des Russes, ce n'est pas une coïncidence.

En poussant sa logique stupide jusqu'au bout, l'Ukraine a en réalité offert à la Russie une tribune internationale de premier choix pour que soient exposés ses propres crimes. Non seulement la CIJ a de bonnes chances de ne pas satisfaire les demandes de l'Ukraine faute de compétence et de preuves, mais en plus l'Ukraine voit ses propres accusations lui revenir publiquement dans la figure comme un boomerang. Et avec près de 600 pages de preuves, la Russie n'a pas fait çà à moitié.

Comme avec les sanctions ou le blocus du Donbass, la Russie poursuit dans sa tactique de retournement des attaques de l'adversaire contre lui. La Russie continue de préparer via cette affaire les bases juridiques qui lui permettront d'intervenir légalement dans le Donbass, puisque les crimes de Kiev y sont exposés publiquement et les preuves seront enregistrées par rien de moins que la cour de justice de l'ONU.

En clair, l'Ukraine vient de fournir à la Russie le moyen d'exposer publiquement devant la communauté internationale toutes les preuves des crimes de guerre de l'armée ukrainienne dans le Donbass, recueillis avec patience depuis presque trois ans. Les pièces se sont mises en place avec patience et précision sur l'échiquier, et l'heure de l'échec et mat a bientôt sonné.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi



38 réactions


  • roman_garev 10 mars 09:08

    Merci pour l’article.

    L’Ukraine... en arguant du fait que les Tatars de Crimée seraient persécutés sur la péninsule.

    Tellement persécutés, que leur langue est - enfin ! - redevenue l’une (des trois) langues officielles de la République de Crimée (avec le russe et l’ukrainien).
    Redevenue car elle était l’une de deux langues officielles (avec le russe, évidemment, car l’ukrainien n’était pour rien en Crimée) dans la République Autonome de Crimée au sein de l’URSS du 1921 au 1945. 

    Au sein de l’Ukraine la Crimée a perdu les deux langues de la majorité de sa population pour ne se contenter que d’une seule langue d’État, à savoir l’ukrainien (en fait la langue de minorité, on dirait langue d’occupants). L’ukrainisation violente était en marche, rompue en 2014...


  • Jacobin Jacobin 10 mars 09:15

    Vous dites que des Yankees sont à la manoeuvre. Je ne crois pas qu’ils soient totalement crétins. Ils doivent avoir des cartes dans leur manche. Je ne vois pas ces gens là aller stupidement à l’abattoir.
    Méfiance.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 15:49

      @Jacobin
      Mais les Yankees sont crétins comparés à Poutine, ils comptent justement sur le fait que jusqu’ici la communauté internationale leur mange dans la main, et que donc ils pouvaient se permettre de faire ce qu’ils veulent en dépit des règles. Mais l’orgueil est un péché qui finit par coûter cher.


    • Layly Victor Layly Victor 10 mars 19:18

      @Jacobin

      La bande Obama-Clinton, ils ne sont pas totalement crétins, mais ils sont totalement dans la main du lobby sioniste, que ce soit idéologiquement ou financièrement.
      Dans le comportement irrationnel des gens, il y a souvent une grande part d’arrogance : ils sont persuadés que les occidentaux sont très supérieurs aux pauvres Slaves et aux pauvres Chinois, et qu’ils ne peuvent donc qu’imposer leur loi. Erreur tragique. C’est la même erreur que commettent les sionistes bouffis d’orgueil.

    • Jacobin Jacobin 10 mars 19:48

      @Christelle Néant
      Vlad est effectivement balaise, surprenant au delà de toute expression et il a toute une nation(et quelle nation) avec lui.
      Mais je crois que vous vous payez de mots. Sur ce coup, ce n’est pas lui qui a l’initiative et évidemment il a les évidences pour lui, mais vous avez pu voir comment l’occident traite la vérité depuis quelques années...
      Je vous le redis, cette affaire n’est qu’un avatar de plus de la guerre de harcèlement juridico-médiatique des globalistes(et pas que Yankees) contre la Russie.
      Sinon, je ne suis pas d’accord avec vous, il ne s’agit pas de la « communauté internationale », tout juste les états clients des USA, mais il est vrai, je vous le concède, ils sont nombreux. Mais il y a bien au moins 80 états, qui représente plus des deux tiers de l"humanité qui ne marchent pas dans la combine, en Afrique, en Asie et en Amérique du sud.
      Cette histoire de procès n’a pour but que de permettre d’alimenter AP, Reuters, AFP et BBC en brèves assassines contre la Russie.
      Je persiste à penser qu’avec un tel dossier en papier mâché les conseillers juridiques savaient très bien qu’ils ne cherchaient pas à gagner ce procès. Leur intérêt est ailleurs.

      Pour mémoire, je vous rappelle que concernant le MH17 ; l’ONU a lamentablement refusé tous les éléments fournis par les Russes.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 20:15

      @Jacobin
      Je sais très bien comment l’occident traite la vérité, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai choisi de devenir journaliste ici.
      Quand je parle de la communauté internationale je parle en effet des états qui plient devant les USA, et ils sont non seulement nombreux, mais surtout puissants.
      La Russie n’a pas besoin d’être à l’initiative, mais de saisir les bonnes opportunités quand elles se présentent. Elle a juste attendu le bon moment pour placer les éléments de preuve qu’elle a accumulé. Et concernant l’ONU, cette fois ils sont obligés d’enregistrer les preuves (pas d’en tenir compte mais de les enregistrer). Et c’est ça que veut la Russie : obliger l’ONU à enregistrer les éléments de preuve. Pour gagner aux échecs il faut prévoir avec plusieurs coups d’avance, et c’est ce que fait Poutine. Il continue de préparer le terrain pour la suite. Que cela alimente l’AFP etc en saloperies c’est un épiphénomène. L’essentiel est ailleurs.


    • Laurent 47 14 mars 19:15

      @Jacobin
      Mais qu’est-ce qu’ils ont fait de si terrible, les nazis ukrainiens de Porochenko ?
      Si on ne peut plus massacrer les civils, comme au bon vieux temps du 3ème Reich, où va-t-on ?
      Il doit bien leur rester quelques chars Tigre de la panzer-division SS Galicien, qu’utilisaient les volontaires ukrainiens engagés dans la waffen SS !
      Alors, frottez-vous aux russes les kikis, qu’on rigole un bon coup !
      En Russie, on adorerait écraser comme des punaises ces restes de peste brune !


  • Jacobin Jacobin 10 mars 09:19

    Je pense qu’on va assister à un simulacre de justice parfaitement écœurant. Je pense que toutes les preuves russes seront réfutés par un tribunal acquis et partial et que toutes les assertions ukrainiennes seront écoutées avec attention. Les Russes pourront clamer à l’injustice autant qu’ils le veulent, les médias occidentaux titreront tous que « face aux preuves accablantes de ses forfaits en Ukraine, la Russie n’a plus eu comme ressource que de refuser de se plier à la justice internationale ».
    Et le brave boeuf US comme le bon mouton européen opineront que les Ukrainiens sont des braves gens persécutés par le méchant Poutine et heureusement et courageusement défendus par la les USA et leurs vaillants alliés
    On fait des paris ?


    • roman_garev 10 mars 09:52

      @Jacobin
      On n’est pas au sabbat des faux prophètes, on observe et analyse ce qui est en train de se passer.


    • Jacobin Jacobin 10 mars 13:43

      @roman_garev
      Intervention profondément stupide et inutile. Le goût de la ramener même quand on n’a rien à dire. Elle fait quoi Melle Néant à part la « prophétie » de prédire qu’on va voir ce qu’on va voir, que les Russes vont bouter juridiquement les Ukrainiens hors de la CIJ défaits et honteux.
      Je me permets d’être moins enthousiaste.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 15:40

      @Jacobin
      Relisez-moi correctement SVP. J’ai dit que la CIJ pourrait rendre un jugement contre la Russie mais n’entrant pas dans le cadre de l’option 2 mentionnée, ce jugement sera non contraignant. Par contre les preuves russes seront forcément enregistrées. Qu’elles soient prises en compte ou non. C’est ça l’important dans le plan. Après nos médias continueront de faire des articles de merde, même si la Russie gagnait (comme après l’enquête européenne sur la guerre d’Ossétie du Sud de 2008 qui avait conclu que la Russie n’avait pas agressé la Géorgie mais que c’était cette dernière la fautive, nos médias ont continuer d’accuser la Russie d’avoir envahi la Géorgie) donc çà ça changera pas....


    • Layly Victor Layly Victor 10 mars 19:23

      @Christelle Néant

      Les média changeront quand il y aura en France une chaîne libre et indépendante, ce qui n’est pas près d’arriver puisque tous les médias sont dans les mains des financiers internationaux et que, de toute façon, le CSA l’interdira.
      Il faut s’habituer à vivre avec le mensonge.

    • Jacobin Jacobin 10 mars 19:50

      @Christelle Néant
      C’est très exactement ça. Mais vous n’étiez pas en cause, c’est Garev qui est gonflant à se prendre les pieds dans le tapis en voulant jouer l’arbitre des élégances.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 20:08

      @Jacobin
      Pourtant ce n’est pas de monsieur garev que vous parliez, mais bien de moi :
      "Elle fait quoi Melle Néant à part la « prophétie » de prédire qu’on va voir ce qu’on va voir, que les Russes vont bouter juridiquement les Ukrainiens hors de la CIJ défaits et honteux."


  • microf 10 mars 10:43

    Très bon article aux analyses claires.
    On dit que lorsque Dieu veut vous perdre, Il vous fait perdre aussi la raison, c´est ce qui arrive á l´Ukraine, et le MOZART de la politique á savoir le Président Poutine, va encore se servir de l´occasion pour écrire et jouer une bonne partition, bravo l´Ukraine, quelle stupidité.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 11:37

      @microf. En ce sens que le Zeus des grecs a été traduit par les romains en DIOS PITER, avec le a bref muté en i. Traduit en chrétien, le Zeus d’Homère devient « dieu le père ».


      Jupiter quos perdere vult prius dementat.

    • Jacobin Jacobin 10 mars 12:26

      @JC_Lavau
      Oui, mais encore avant, on trouve une version semblable dans notre bonne vieille Bible dés Exode puis dans pas mal de livres suivants où Dieu obscurcit à dessein l’entendement des ennemis d’Israel qu’il force ainsi à attaquer ou à nuire pour qu’il puisse montrer sa puissance en les détruisant.


    • Alren Alren 10 mars 16:30

      @microf

      Moi cela me fait penser aux guerres pichrocolines du « Gargantua » de Rabelais.

      Pichrocole attaque Grandgousier, le père de Gargantua pour des sornettes et est vaincu immédiatement dans le plus grand ridicule. Et il perd son royaume qu’il ne retrouvera, selon un mage, qu’avec le retour des « coquecigrues ». Il attend toujours en guettant les vols d’oiseaux ...

      Pichrocole est le gouvernement débile de Kiev et Grandgousier le gouvernement russe.

      Je ne partage pas le pessimisme de jacobin. Du fait de l’existence d’internet avec des internautes publiant le jugement de l’ONU, les merdias ne pourraient pas annoncer le contraire de l’arrêt du tribunal. Ils y perdraient encore des lecteurs.


    • Layly Victor Layly Victor 10 mars 19:33

      @Alren

      Ils s’en foutent complètement de perdre des lecteurs, puisque ce sont des organes de propagande déclarés du système, qu’ils ne s’en cachent pas, et qu’ils ne vivent que grâce aux subventions
      La justification de ces subventions est justifiée officiellement par le fait que « la démocratie a besoin de la presse ».
      Soit, mais qu’un nouveau gouvernement instaure des pénalités retirées à ces subventions pour propagation de fausses nouvelles, et on verrait les journalistes changer de ton illico.
      Même les patrons du journal l’Immonde et de l’Agence Française de Propagande demanderaient à leurs sbires d’être plus sérieux.

    • microf 10 mars 20:08

      @Alren
      Vous avez raison de citer Rabelais, c´est cette tragédie qui ce passe en Ukraine.

      Jugement du « machin » ou pas, le sort de l´Ukraine est déjá sellé, d´ici á ce que ces jugements soient publiés, ce pays va se diviser en plusieurs parties et le « machin » et les merdias ne pourront rien.


  • roman_garev 10 mars 12:46

    La Bible et les Romains, tout cela serait sans doute très intéressant si cela avait quelque trait à l’Ukraine...

    Demain le « Dr Goebbels » de la junte de Kiev essayera de lobotomiser les Français à la Sorbonne.

    • microf 10 mars 13:34

      @roman_garev
      Bien sûr roman_garev, tout ceci est intérèssant, l´Ukraine est entrain de ce perdre elle même d´oú cette citation venant de la Bible.
      Dieu a fait perdre la raison á d´autres ausi comme le souligne @jacobin.

      Quant á celui qui viendra lobotomiser les Francais, c´est le problème des Francais, s´ils seront assez bêtes pour non seulement l´écouter, mais aussi le laisser les lobotomiser, car aujourd´hui personne ne peut dire qu´il ne connait pas ce qui s´est passé et ce qui ce passe en Ukraine, l´information est disponible á profusion, et tout est clair aussi rien qu´á lire cet article qui explique en détails, on comprend tout.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 15:46

      @roman_garev
      On a fait aussi un article sur la venu de ce gugusse c’est une honte pour la France, alors que les médias français accusent tout le monde et n’importe qui d’être antisémite, celui-là est accueilli à bras ouverts


    • Jacobin Jacobin 10 mars 19:51

      @Christelle Néant
      Sur le site « les crises » , Olivier Berruyer propose un courrier « clef en main » de protestation à envoyer à quelques adresses qu’il propose. ça ne mange pas de pain de participer à cette action.


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 20:06

      @Jacobin
      Déjà envoyé smiley


  • roman_garev 10 mars 13:41

    - L’Ukraine n’abroge pas le Traité d’amitié, de collaboration et de partenariat entre la Russie et l’Ukraine (connu comme « Le Grand Traité ») ratifié par les deux pays en 1997.

    - L’Ukraine ne rompt pas les relations diplomatiques avec la Russie.
    - L’Ukraine n’abolit pas le régime transfrontier libre (sans visa) avec la Russie.
    - L’Ukraine ne déclare pas la guerre à la Russie, n’annoncé même pas la loi martiale dans le pays. (Elle ne fait que mener « l’opération antiterroriste » contre ses citoyens.)
    - Et maintenant l’Ukraine dépose une plainte contre la Russie.
    Étrange tout ça, n’est-ce pas ?


    • Jacobin Jacobin 10 mars 13:44

      @roman_garev
      Rien d’étrange.
      Simple entretien du harcèlement juridico-médiatique. De quoi alimenter les brèves russophobes des médias occidentaux. Ce n’est pas une prophétie, c’est un fait.


  • Pere Plexe Pere Plexe 10 mars 20:28

    « 

    L’Ukraine donne à la Russie les armes juridiques pour siffler la fin de partie »
    Il ne faudrait pas oublier que les armes juridiques valent ce que vaut l’indépendance des tribunaux internationaux.
    C’est à dire bien peu.
    Que l’Otan et ces membres ce soient assis sur le droit international n’a jamais pesé.
    Qu’Israël ait régulièrement ignoré les résolutions de l’ONU non plus.

    • Christelle Néant Christelle Néant 11 mars 06:22

      @Pere Plexe
      Le fait que les tribunaux internationaux ne soient pas forcément indépendants n’a pas empêché la Russie d’intervenir en Syrie de manière légale grâce à ce genre de manoeuvres. Poutine sait ce qu’il fait et quelles forces en présence sont en face.


    • Jacobin Jacobin 11 mars 09:31

      @Christelle Néant
      Justement, la grande force des Russes est qu’ils agissent toujours au moment et de la manière les plus inattendus.
      Le rapport global de force brute entre la Russie et l’OTAN est de l’ordre de 1 contre 10(ce qui devrait rendre d’autant plus stupidement dérisoire la fable de la « menace Russe » si les citoyens occidentaux n’étaient pas si crétins, bovins et moutonniers) et il faut avouer que la Russie joue ses relativement faibles cartes avec un réel génie dans la conception et une incroyable determination dans l’application.
      Vous avez finalement, peut-être raison, dans le cas de cette procédure à la CIJ, Vlad et ses potes ont peut-être prévu une contre-attaque qui sera complètement inattendue.


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 mars 13:22

      @Christelle Néant
      Je ne conteste pas les arguments.

      Simplement je doute , et c’est peu dire, que si les USA ont laissé Poutine faire en Syrie ce soit le fait de considérations juridiques !
      Soyons clair le respect du droit international et les tribunaux internationaux c’est pour les petits pays et leurs dirigeants indisciplinés pas pour les grandes puissances et leurs représentants.

      L’auto détermination des peuples c’est bien au Kosovo (et à Mayotte).
      C’est mal en Crimée.

    • Christelle Néant Christelle Néant 11 mars 15:29

      @Pere Plexe
      Je pense que Poutine sait comment amener ses arguments lors de la négociation pour que justement l’adversaire soit obligé de se plier aux règles de temps en temps. Il l’a réussi en Syrie, il réussira ici aussi.


  • anna anna 11 mars 05:58

    Dans le pays de la démocratie victorieuse grâce a un coup d’état de Maidan, les valeurs européennes tiennent chaud au cœur a la nouvelle génération des ukrainiens, que veulent vivre libre !

    Ainsi a Kiev, dans la maison des « anciens combattants », a la réunion consacrée au bilan annuel , faite par les vétérans, est arrivé un « nouveau » genre de combattant, qui a servi sur le front du Donbass, Dmitri Resnitchenko...
    Admirons sa photo :

    Je vous épargne de son discourt anti-Poutine, qui est mémorisé sur cette vidéo :
    A partir de 2’45, un homme agé (voir vieux) s’approche de lui, pour le raisonner un peu, et il reçoit un « coup de boule » en plein nez...
    Un ancien vétéran de 70 ans reçoit un cout de tête en plaine tronche de la part de ce jeune nazi !

    Rappelons, que selon les médias français, les nazis, ça n’existent pas en Ukraine
    Rappelons, que selon les médias français, l’ Ukraine est une magnifique démocratie 
    Rappelons, que bientôt ce genre de jeunesse ukrainienne n’aura plus besoin de visas, pour débarquer en UE

    • Pere Plexe Pere Plexe 11 mars 09:52

      @anna
      les (néo) nazis c’est un peu comme les islamistes :

      il y a ceux qui sont du coté obscur et ceux qui font « du bon boulot ».

    • sarcastelle 11 mars 12:17

      @anna

      .
      « ancien combattant », oui.
      « ancien vétéran », excusez-moi, l’amour de ma langue me force à souligner l’impropriété. 

    • anna anna 11 mars 17:08

      @sarcastelle
      Ben ça alors ? 

      « un pléonasme » on utilise plus en français ? 

  • anna anna 11 mars 10:01

    ALERTE INFO !


    C’est de mieux en mieux :
    Kiev a bloqué la fourniture en eau de la République Populaire de Lougansk !


Réagir