lundi 2 janvier - par Sayed Hasan

Réponse de Vladimir Poutine aux mesures de Barack Obama

Dans ces deux extraits, Vladimir Poutine répond à l'expulsion de 35 diplomates russes des Etats-Unis, aux nouvelles sanctions et à la campagne de dénonciation d'une supposée intervention du Kremlin dans les élections américaines. Le fait que le rapport des services de renseignements américains sur le piratage des e-mails du Parti Démocrate commence par une mise en garde selon laquelle « Ce rapport est fourni 'tel quel' uniquement à des fins d'information. Le Département de la Sécurité Intérieure n'apporte aucune garantie de quelque nature que ce soit quant aux informations contenues dans ce document  », et que les incriminations de la Russie y sont exclusivement attribuées au gouvernement américain, sans être endossées par ledit rapport, semble assez révélateur. Quoi qu'il en soit, cet incident donne un aperçu éloquent de la diplomatie américaine et de la diplomatie russe.

 

Déclaration du Président russe

Le 30 décembre 2016

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/53678

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Nous considérons les récentes mesures hostiles prises par l'administration américaine sortante comme provocatrices et visant à affaiblir davantage les relations entre la Russie et les États-Unis. Cela va à l'encontre des intérêts fondamentaux tant du peuple russe que du peuple américain. Compte tenu des responsabilités mondiales de la Russie et des États-Unis en matière de sécurité, cela nuit également aux relations internationales dans leur ensemble.

Conformément à la pratique internationale, la Russie a toutes les raisons de répondre par des mesures similaires. Bien que nous ayons le droit de répondre, nous ne recourrons pas à une diplomatie « de cuisine » irresponsable, mais planifierons nos démarches additionnelles visant à rétablir les relations entre la Russie et les États-Unis selon les politiques de l'administration Trump.

Les diplomates qui rentrent en Russie passeront les vacances du Nouvel An avec leurs familles et leurs amis. Nous ne créerons aucun problème pour les diplomates américains. Nous n'expulserons personne. Nous n'empêcherons pas leurs familles et leurs enfants de profiter de leurs sites de vacances traditionnels pendant les congés du Nouvel An. En outre, j'invite tous les enfants des diplomates américains accrédités en Russie à assister aux festivités du Nouvel An et des fêtes de Noël pour les enfants au Kremlin.

Il est regrettable que l'administration Obama mette fin à son mandat de cette manière. Néanmoins, je présente mes vœux de Nouvel An au Président Obama et à sa famille.


Je présente également mes vœux au Président élu Donald Trump et au peuple américain.

Je vous souhaite à tous bonheur et prospérité.

 

Vladimir Poutine : les Démocrates devraient savoir perdre avec dignité

Conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine

Le 23 décembre 2016

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/53573

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

 

Transcription :

 

[…] Yevgeny Primakov : Yevgeny Primakov, Mezhdunarodnoye Obozrenie [Revue internationale], Rossiya 24, VGTRK.

Monsieur le Président, le monde traverse actuellement une période de mutation fondamentale. Nous avons vu l'expression de la volonté populaire, lorsque les peuples votent contre les vieux concepts politiques et les anciennes élites. La Grande-Bretagne a voté pour quitter l'Union européenne, bien qu'il reste à voir comment le Brexit va se dérouler. Beaucoup disent que Trump a gagné parce que les gens ont voté, entre autres choses, contre l'ancien ordre établi, les gens qu’ils en ont plus qu’assez de voir au pouvoir.

Avez-vous discuté de ces changements avec vos collègues ? À quoi ressemblera le nouveau paysage mondial ? Vous souvenez-vous de ce que vous avez dit à l'Assemblée générale lorsque l'ONU a célébré son 70e anniversaire ? Vous avez dit : « Comprenez-vous ce que vous avez fait ? » Où vont les choses ? Nous sommes toujours bloqués dans une confrontation. Vous avez mentionné les échanges au sujet de qui a l'armée la plus forte. Lors de sa conférence de presse d'adieu, Barack Obama, qui est encore votre collègue, a déclaré que 37% des Républicains sympathisent avec vous et qu’à entendre cela, Ronald Reagan se serait retourné dans sa tombe.

Vladimir Poutine : En entendant quoi ?

Yevgeny Primakov : Que 37% des électeurs Républicains sympathisaient avec vous.

Vladimir Poutine : Vraiment ?

Yevgeny Primakov : Oui. Et que si Ronald Reagan savait une telle chose, il se retournerait dans sa tombe.

Soit dit en passant, en tant qu’électeurs, nous apprécions beaucoup votre pouvoir [supposé] et le fait de savoir que votre influence s’étend jusqu'à Ronald Reagan. Nos collègues occidentaux nous disent souvent que vous avez le pouvoir de manipuler le monde, de désigner des présidents et d'intervenir dans les élections ici et là. Qu’est-ce que cela fait d’être la personne la plus puissante sur Terre ? Je vous remercie.

Vladimir Poutine : J'ai évoqué cette question à plusieurs reprises. Si vous voulez m'entendre encore une fois, je peux le répéter. L'administration américaine actuelle et les dirigeants du Parti Démocrate essaient de faire porter la responsabilité de tous leurs échecs sur des facteurs extérieurs. J'ai quelques questions et réflexions à cet égard.

Nous savons que le Parti Démocrate a non seulement perdu l'élection présidentielle, mais aussi le Sénat, où les Républicains ont la majorité, et le Congrès, dont les Républicains ont également le contrôle. Serions-nous, ou suis-je également responsable de cela ? Nous avons peut-être célébré cela sur les « vestiges d'une chapelle du XVIIe siècle », mais est-ce nous qui avons détruit la chapelle, comme dit le proverbe ? En réalité, il en va tout autrement. Tout cela montre que l'administration actuelle est confrontée à des problèmes à l'échelle du système, comme je l'ai dit lors de la rencontre du Club Valdai.

Il me semble qu'il y a un fossé entre la vision de l'élite sur ce qui est bon et mauvais et celle de ce que nous aurions jadis appelé les grandes masses populaires. Je ne considère pas le soutien d’une grande partie des électeurs Républicains pour le Président russe comme un soutien personnel pour moi, mais dans ce cas, je le vois plutôt comme une indication qu'une partie substantielle du peuple américain partage notre point de vue sur l'organisation mondiale, sur ce que nous devrions faire, et sur les menaces et défis communs auxquels nous sommes confrontés. Il est bon qu'il y ait des gens qui sympathisent avec notre point de vue sur les valeurs traditionnelles parce qu’elles constituent un bon fondement pour construire des relations entre deux pays aussi puissants que la Russie et les États-Unis, pour les construire sur la base de la sympathie mutuelle entre nos peuples.

Il vaudrait mieux qu’ils ne citent pas le nom de leurs anciens hommes d'État à la légère, bien sûr. Je ne suis pas si sûr quant à qui pourrait se retourner dans sa tombe en ce moment. Il me semble que Reagan serait heureux de voir les gens de son parti gagner partout, et accueillerait positivement la victoire du nouveau Président élu si apte à comprendre l'humeur du public, et qui a pris précisément cette direction et est allé de l’avant jusqu’à la fin, même lorsque personne, sauf nous, ne croyait qu’il puisse gagner. (Applaudissements).

Les grands Démocrates de l'histoire américaine se retourneraient probablement dans leurs tombes. Roosevelt le ferait certainement parce qu'il était un homme d'État exceptionnel dans l'histoire américaine et mondiale, qui a su unifier la nation même pendant les années les plus sombres de la Grande Dépression, à la fin des années 1930 et pendant la Seconde Guerre mondiale. L'administration actuelle, quant à elle, divise très clairement la nation. L'appel aux grands électeurs de ne pas voter pour l'un ou l'autre des candidats, et dans ce cas, de ne pas voter pour le Président élu, était tout simplement un pas vers la division de la nation. Deux grands électeurs ont décidé de ne pas voter pour Trump, et quatre pour Clinton, et ici aussi ils ont perdu. Ils perdent sur tous les fronts et cherchent des boucs émissaires sur qui jeter le blâme. Je pense que c'est un affront à leur propre dignité. Il est important de savoir perdre gracieusement.

Mais mon véritable espoir est que nous puissions bâtir des relations professionnelles et constructives avec le nouveau Président et également avec les futurs dirigeants du Parti Démocrate, parce que c'est dans l’intérêt des deux pays et des deux peuples. […]



32 réactions


  • Rincevent Rincevent 2 janvier 17:27

    Le Département de la Sécurité Intérieure n’apporte aucune garantie de quelque nature que ce soit quant aux informations contenues dans ce document » Heu, oui, sinon ils sont payés pour quoi, habituellement ?

    Quand même, arriver à retourner un Erdogan et sa Turquie (2 ème armée de l’OTAN) après ce qui s’est passé (l’avion russe abattu) et virer les US des négociations, chapeau l’artiste...


    • Mania35 Mania35 2 janvier 18:45

      @Rincevent
      Lorsqu’il s’agit d’éliminer les Kurdes, Erdogan est prêt à s’allier même à son « ennemi ».

      Idem pour Poutine, lorsqu’il s’agit de défendre les intérets économiques (et les siens) et stratégiques de la Russie, il se moque bien du peuple Syrien ou de Bachar (et des gogos qui croient à son « humanisme » et aux fables diffusées par sa propagande).
      Ces 2 personnages n’ont rien à envier aux présidents américains question hypocrisie et propagande.


    • Rincevent Rincevent 2 janvier 19:30

      @Mania35

      Il est à craindre, effectivement, que les Kurdes fassent finalement les frais de ce rapprochement Poutine-Erdogan. Ce ne serait pas la première fois pour eux, depuis le traité de Sèvres (1920) mort-né.

      Concernant Poutine, qu’il défende les intérêts de la Russie, il parait qu’il a été un peu élu pour ça après l’épisode Yeltsin qui avait tant fait pour ce pays… La différence avec ses homologues américains tient, pour moi, à ce que lui ne se drape pas dans dans un droit de l’hommisme à géométrie variable et qu’il ne finance pas les adversaires qu’il déclare combattre.


    • Mania35 Mania35 2 janvier 20:16

      @Rincevent
      « Concernant Poutine, qu’il défende les intérêts de la Russie, il parait qu’il a été un peu élu pour ça »

      Je suis d’accord sur ce point sauf lorsque ces intérêts vont à l’encontre de ceux des populations locales (cela s’appelle de l’impérialisme qui n’est pas l’apanage des seuls Américains) et sauf sur les fables racontées par les adorateurs de Poutine qui veulent le faire passer pour un « humaniste » qui est intervenu en Syrie pour lutter contre l’EI et défendre les Syriens, chose qu’il n’a jamais faite et dont il se moque bien. Pourquoi n’est-il pas intervenu lorsque les seuls qui se battaient contre l’EI étaient les opposants à Bachar ?

    • leypanou 2 janvier 20:39

      @Mania35
      Pourquoi n’est-il pas intervenu lorsque les seuls qui se battaient contre l’EI étaient les opposants à Bachar ? : et pourquoi voulez-vous qu’il intervienne ? Et puis d’où est-ce que vous tenez cette information ? De Fabius  ? Et les Kurdes ne se battaient pas contre l’EI ?


    • izarn izarn 2 janvier 22:32

      @Rincevent
      Une tentative d’assassinat contre Erdogan organisée par Washington, est une bonne méthode pour le rapprocher de la Russie ! smiley


    • Rincevent Rincevent 2 janvier 23:13

      @Mania35

      Je ne vois pas Poutine comme un humaniste, c’est un chef d’État, point-barre. Si vous en trouvez un sur cette planète qui soit vraiment humaniste (pas vendeur d’humanisme à géométrie variable), n’hésitez pas à nous le signaler.

      S’il est intervenu en Syrie, c’est au nom d’accords d’état à état, comme cela se fait partout dans le monde. Quant aux opposants se battant seuls contre l’EI, c’est une curieuse vision de la chronologie de ce conflit…


    • roman_garev 3 janvier 09:06

      @Rincevent
      « Je ne vois pas Poutine comme un humaniste, c’est un chef d’État, point-barre. »


      Ah bon ? Car ce sont deux choses incompatibles, selon vous ? Je ne peux que vous plaindre, car, tout comme il y a des hommes (Hollande, Obama) et des hommes (De Gaulle, Poutine), il y a des États et des États.

    • Rincevent Rincevent 3 janvier 15:23

      @roman_garev

      Nous ne sommes pas dans le monde des Bisounours et ce sont effectivement deux choses qui cohabitent difficilement, surtout en période de crise, ce qui est le cas ici. N’étant ni poutinolâtre ni poutinophobe, je me contente de juger d’après les actes et leurs conséquences.

      Quant aux États, ils valent d’abord par les qualités de leurs dirigeants et la Russie en est un bon exemple. Quelles qualités avait-elle sous Eltsine ? Vous citez De Gaulle. Son « humanisme » ne l’a jamais empêché de renier ses promesses quand il l’a jugé nécessaire (le « je vous ai compris » aux Pieds Noirs qui ont pu apprécier cet humanisme ensuite…). Actuellement, certains prennent des décisions agressives, incohérentes et d’autres gardent leur sang-froid. De mon point de vue, ce n’est pas de l’humanisme mais de l’intelligence et du sens des responsabilités.

      Je ne pense pas être à plaindre en ayant une vision du monde basée sur les qualités ci-dessus. C’est peut être un peu « froid », mais ça vaut mieux que de patauger dans le sentimentalisme que nos médias nous vendent actuellement, avec des intentions pour le moins suspectes.


    • roman_garev 3 janvier 18:43

      @Rincevent
      Nous sommes dans les mondes très différents, vous et moi.

      Je ne veux plus parler ni de la France ni de De Gaulle, mais je crois que parmi les leaders du monde occidental durant le siècle dernier on peut trouver assez aisément ceux qui n’étaient pas tout à fait étrangers à l’humanisme, aux sentiments simplement humains. Libre à vous de penser le contraire, ce n’est pas moi qui vais vous faire changer d’avis.
      Mais si on parle de la Russie durant ce même siècle, voici la liste de ses dirigeants : Lénine, Staline, Khrouchtchev, Brejnev, Andropov, Tchernenko, Gorbatchov, Ietsine, Poutine, Medvedev, Poutine. Sauf ceux qui ont régné trop peu pour s’en faire une idée précise (Andropov, Tchernenko et Medvedev qui en surplus était évidemment secondé par Poutine le premier ministre) ont été des despotes sanglants de différents degrés, évidemment privés de quoi que ce fût humain (même Gorbatchov tant aimé par l’Occident vu sa servilité envers lui). Et voici enfin un Poutine, un homme NORMAL, qui témoigne donc d’un certain humanisme. Si vous ne voyez d’humanisme ni dans le sujet de l’article, ni dans le rattachement, sans une goutte du sang versée, de la Crimée avec ses plus de 80 % de popultaion votant pour la Russie et avec ses 20 000 de militaires ukrainiens, ni dans le soutien du Donbass (ce qui lui a coûté l’ostracisme occidental jamais vu), avec ses seulement 40 % de votants d’après le sondage secret en 2014 pour la Russie (ce qui n’y a pas permis le scénario criméen), ni dans son attitude et son aide réelle humanitaire à la population de la Syrie libérée des égorgeurs mercenaires et privée de tout, et je ne vais pas vous dresser la liste des actes (et pas des propos !) humanistes de Poutine dedans le pays envers des simples gens ; à noter quand même qu’il n’y a pas un seul déténu politique dans les prisons russes ni dans les asiles psychiatriques, et les ennemis mortels de Poutine, non seulement Khodorkovsky qui a été grâcié vu la maladie de sa mère, mais ceux, très nombreux, du pays, qui sont tout à fait libres à blâmer Poutine tant que vous ne pouvez même pas vous imaginer dans les médias d’opposition, y compris des chaînes TV, des stations radio, des journaux et des revues, de tel dégré de haine envers le président que vous ne pouvez même pas imaginer l’existence dans votre pays présumé démocratique.
      Bref, je ne suis guère poutinolâtre, mais tout simplement normalophile et despotophobe. Admettez qu’un homme normal ne peut pas être étranger à l’humanisme, même s’il occupe le poste du dirigeant du pays. Et cette théorie est dûment confirmée par la réalité russe de nos jours.
      Libre à vous de classer cela sur la propagande, ça m’est égal.

    • Rincevent Rincevent 3 janvier 20:26

      @roman_garev

      J’ai le sentiment que nous bataillons pour des détails plus que pour le fond. Je suis bien d’accord que Poutine est aujourd’hui LE dirigeant qui compte, par son intelligence politique et sa cohérence, mêmes des médias américains le reconnaissent, c’est dire. Je ne lui dénie pas toute humanité, je dis juste que la réalité et les contraintes du pouvoir ne favorisent pas son expression, c’est tout.

      Par ailleurs, je n’ai jamais parlé de propagande. Quant à vivre dans deux mondes, vous et moi, non, il n’y en a qu’un et nous devons faire avec, ce qui n’interdit pas d’avoir des sensibilités différentes tout en étant assez d’accord sur le fond, me semble t-il.


    • roman_garev 3 janvier 20:40

      @Rincevent
      D’accord smiley


  • roman_garev 2 janvier 17:40

    Merci l’auteur pour cet article.Je tiens à clarifier quelques propos du Président Poutine, vu qu’ils risquent rester confus.

    « Nous n’empêcherons pas leurs familles et leurs enfants de profiter de leurs sites de vacances traditionnels pendant les congés du Nouvel An. En outre, j’invite tous les enfants des diplomates américains accrédités en Russie à assister aux festivités du Nouvel An et des fêtes de Noël pour les enfants au Kremlin. »
    Pour mieux comprendre ces paroles, il faut savoir, que l’administration d’Obama a privé les diplomates russes et leurs familles (car il en reste encore beaucoup aux États-Unis même après l’expulsion de 35 d’eux) d’accès aux deux résidences utilisées pour loisir (que les diplomates russes appellent les « datcha ») qui sont en propriété de la Russie depuis 1954 et 1972, en les déclarant « utilisées pour les buts du renseignement ». Ceux qui étaient déjà venus là-bas avec leurs enfants pour les festivités du Nouvel An, on dû les quitter. Les entrées sont fermées et gardées par les agents de l’un des services étasuniens. À regarder la vidéo de la résidence russe en Maryland. Cette fermeture est sans précédent.

    • izarn izarn 2 janvier 22:44

      @roman_garev
      ...Et la chute des néocons est aussi sans précédent. De fait ça le prouve.
      Ils utilisent leurs dernières cartouches avant l’arrivée de Trump, au mépris meme de leur propre démocratie. Obama n’aurait pas du agir de cette façon, c’est aussi sans précédent ! Le pseudo prix Nobel vole en éclat et l’Académie Nobel ridiculisée historiquement. Sans précédent !
      Il reste 15 jours à la CIA pour trouver encore un coup fourré. L’ultime provoc anti russe, pour faire bouger Poutine....Provoquer le debut de la IIIieme guerre Mondiale !
      Ces gars la, ce sont vraiment de sales types. Si Poutine ne peut pas le dire, disons le à sa place ! smiley
      OBAMA EST ADOLPH !
      Reductio ad hitlerum justifiée.


    • baldis30 3 janvier 08:34

      @roman_garev
      meilleurs vœux !

      « a privé les diplomates russes et leurs familles ......... d’accès aux deux résidences utilisées pour loisir »

      Obama n’en est pas à une bassesse près et celle-là lui vaudra plus d’inimitié que bien des bombes sur des civils


    • roman_garev 3 janvier 08:59

      @baldis30


      Exact. Mais Obama n’en est pas qu’à une bassesse près, mais surtout à une nullité près, car il a frappé sur ce qu’il croit le plus important dans la vie, à savoir sur le loisir et les estomacs !
      Symboliquement, la fin de la dernière année Obama coïncide avec la fin de l’année de singe selon le calendrier oriental, à huit jours près !

    • roman_garev 3 janvier 10:06

      @izarn

      « OBAMA EST ADOLPH ! »
      Exact. Et qui serait dans ce cas Hollande, Benito ? Il renonce toujours de la fermer sur « l’agression de la Russie ».

  • roman_garev 2 janvier 17:46

    nous ne recourrons pas à une diplomatie « de cuisine » irresponsable...


    À noter que parmi les 35 expulsés il se trouvait justement le chef cuisinier de l’ambassade. Expulsé sans doute pour causer le plus possible de problèmes avec les repas de ceux qui restent...

  • roman_garev 2 janvier 17:59

    Nous avons peut-être célébré cela sur les « vestiges d’une chapelle du XVIIe siècle », mais est-ce nous qui avons détruit la chapelle, comme dit le proverbe ?


    Aucune proverbe ici, c’est de la pure invention du traducteur (qui traduisait d’ailleurs de l’anglais). Poutine répète la phrase célèbre largement connu par le peuple russe de la comédie soviétique de 1966 « La captive caucasienne, ou Les nouveaux aventures de Chourik » (voir la vidéo de cet épisode ici) en remplaçant « moi » par « nous » : « La chapelle, c’est aussi moi qui l’ai détruite ? » (demande le héros au milicien qui énumère ses « exploits » lors de son esclandre ivre).

  • roman_garev 2 janvier 18:30

    (Primakov :) Vous avez dit : « Comprenez-vous ce que vous avez fait ? »


    Cette phrase fameuse prononcée par Poutine en russe lors de L’AG de lONU fin septembre 2015, est toujours très médiocrement traduite dans les autres langues, y compris le français, de sorte qu’elle devient tout à fait banale et privée d’expression.
    En fait Poutine a posé la question rhétorique :

    "Et maintenant, vous rendez-vous au moins compte de tout ce que vous avez salopé ?"

    Saisissez la différence, dit-on en russe...

  • microf 3 janvier 00:09

    Bravo Président Poutine le Mozart de la politique.
    Comment voulez vous qu´ils comprennent ce qu´ils ont fait s´ils continuent á commettre les mêmes erreurs ?.
    Je sais que vous tiendrez bon président Poutine, ne vous laissez pas entrainer dans cette politique de la cuisine, que j´ajouterai mal faite.


  • placide21 3 janvier 09:27

    Vidéo jubilatoire, tous le monde jubile  : l’oncle sam est baisé .


  • goc goc 3 janvier 10:24

    Quand Trump explique à ses compatriotes que la décision de Poutine de n’expulser personne, a été « la réponse la plus intelligente », il humilie totalement Obama et sa réaction imbécile, et par la même occasion, il se venge de l’humiliation que le même Obama s’était permis de lui infliger en 2011 lors d’un diner célèbre en le faisant passer pour un crétin.


  • grangeoisi 3 janvier 12:09

    Le pauvre Poutine et sa Grande Russie, c’est fou comme les vieux réflexes polit-buro et agit-prop reviennent en surface de l’eau grasse de la magouille politicienne. Du moment que les journalistes craignent les indigestions de balles et que des opposants soient arrêtés dans toutes les manifestations et rondement menés dans des culs de basses fosses, tout va bien dans le meilleur des Kremlins.


    • roman_garev 3 janvier 14:23

      @grangeoisi

      Les pauvres, cherchez-les ailleurs, plus près de chez vous.

      Quant à vos présumés « opposants arrêtés dans toutes les manifestations », pouvez-vous en nommer un seul (sauf, en 2012, un gauchiste d’extrême de l’Avant-garde de la Jeunesse Rouge« - aimez-vous cela ? pareil aux »opposants« des »Brigades Rouges", entendu parler ?) et surtout évoquer des manifestations où on aurait arrêté quequ’un d’autre ?

      Changez votre disque, ici personne n’appréciéra vos efforts russophobes pitoyables.

  • roman_garev 3 janvier 14:39

    Une petite image animée qui illustre assez bien le combat Obama (culotte blanche)-Poutine.


  • aviso aviso 3 janvier 14:48

    Aucuns avions russes ne sauraient voler sans de avionique US.


  • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 16:00

    Tiens il y aurait un président avec une certaine dose d’intelligence dans ce monde ??


    • baldis30 3 janvier 19:12

      @zygzornifle
      au moins, comme le souligna un intervenant sur le forum, quelqu’un qui respecte les mots « honneur, serment »


Réagir