mardi 18 juillet - par Christelle Néant

Trois ans après la tragédie, des restes du MH17 sont toujours sur le site du crash, et beaucoup de questions sont toujours sans réponse

À la veille du troisième anniversaire de la tragédie du crash du MH17, nous sommes revenus à Grabovo (dans l'Est de la République Populaire de Donetsk) avec des collègues de News Front et Patrick Lancaster, pour interviewer des témoins et vérifier si tous les restes de l'avion et des victimes ont été ramenés aux Pays-bas par le JIT.

L'un des témoins direct de la tragédie est un adolescent, qui nous a décrit ce qu'il a vu ce jour-là :

« J'étais à la rivière quand j'ai entendu une explosion et un claquement lourd. J'ai regardé le ciel et le Boeing est apparu là environ 10 secondes après. Il tournait dans le ciel, puis il est tombé en trois morceaux là-bas, je ne sais pas la distance exacte jusqu'à ce site. »

Cette première partie du témoignage est déjà intéressante. Car il mentionne deux bruits importants qu'il a identifiés comme étant une explosion et un claquement lourd. D'autres témoins interrogés par des journalistes comme Graham Phillips ou Patrick Lancaster, ont parlé de deux gros bruits AVANT que l'avion ne tombe et ne se brise. La description du premier bruit, me semble plus correspondre à celui d'un bang supersonique qu'à celui du lancement d'un BUK, dont le profil audio est très différent. Le deuxième, le claquement lourd, marquerait la détonation de ce qui a détruit l'avion.

Interrogé sur la présence d'un autre avion près du MH17, ce témoin n'en a pas vu à ce moment là, mais de nombreux autres témoins interrogés dans l'année qui a suivi le crash ont décrit la présence d'un autre avion, qui serait monté vers le MH17 avant qu'il ne soit détruit.

Par contre notre témoin a confirmé que durant la période où le crash a eu lieu, les avions de chasse ukrainiens sillonnaient cette partie du ciel presque tous les jours. De quoi mettre en doute les déclarations des autorités ukrainiennes affirmant que leurs avions de chasse n'avaient pas survolé cette zone ce jour-là. S'ils ne l'ont pas survolé, pourquoi le SBU semble-t-il avoir été déterminé à cacher leur présence dans le ciel ce jour-là, quitte à faire disparaître les témoins gênants ?

D'ailleurs le jeune homme ne nous donnera pas son nom, par sécurité. Une grand-mère qui passait par là peu après notre interview a refusé de témoigner face à la caméra, par peur. D'après ses dires, des personnes qui avaient accepté de témoigner en vidéo de la présence d'un autre avion ont disparu après avoir été côté ukrainien pour voir des proches. La vieille dame ne veut pas subir le même sort.

Cette question de la présence d'un autre avion dans le ciel n'est pas la seul restée en suspens concernant cette enquête. La présence de restes du MH17 dans le champ où il s'est écrasé et dans l'entrepôt situé juste à côté, trois ans après, est assez choquant, et on se demande ce qui retient le JIT de tout nettoyer correctement, et ramener le tout aux Pays-Bas.

Encore pire, dans l'entrepôt nous avons trouvé un petit os, qui devrait subit une analyse pour déterminer s'il s'agit un os humain. Nous l'avons trouvé sept mois après et dans le même entrepôt, où des journalistes néerlandais avaient trouvé un os appartenant à l'une des victimes. À l'époque il avait été demandé au JIT de finir de ramener tous les restes qui sont encore sur site.

Mais comme on peut le voir, les reste du MH17 et des victimes, tout comme la vérité, ne semblent pas être une priorité pour le comité d'enquête international.

Christelle Néant



100 réactions


  • Pascal L 18 juillet 09:21

    Au fait, le BUK est largement supersonique...


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:08

      @Pascal L
      Oui, mais dans ce cas trois sons ce seraient fait entendre : celui du lancement (car ca fait un boucan d’enfer quand il est lancé, et dans ce coin on entend même une voiture à des kilomètres), quand il franchit le mur du son, puis à l’impact. Or là on en a que deux.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 juillet 17:37

      @Pascal L


      On devrait se souvenir que cet appareil a été abattu le JOUR MEME DE L’INVASION de la bande de Gaza par Israel.... et que durant trois jours les médias n’ont pratiquement pas parlé de ce nouveau massacre de Palestiniens. On n’en avait que pour cet avion abattu que ni Russes ni Ukrainiens ne semblaient avoir interet a abattre, bien au contraire. ... Une coincidence.

      PJCA 

    • Pascal L 19 juillet 09:50

      @Christelle Néant
      Sur les carte fournie dans le rapport le lancement (zone de Snezhnoye) est à plus de 25 km du point d’impact. Le lancement fait du bruit, mais à 25 km, c’est peu probable. Entendre deux sons est compatible avec le scénario de l’enquête.


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:43

      @Pascal L
      Eh bien cette carte est fausse. Allez sur Yandex Maps, trouvez Grabovo qui est le point où l’avion s’est crashé, puis cliquez sur la petite règle en bas à gauche, cliquez sur Grabovo, puis sur Snejnoye, mesure : 16,5 km à vol d’oiseau, 18 km pour Pervomaiskoye qui est au sud de Snejnoe. Quand on est même pas capable de vérifier une info aussi facile à trouver et qu’on se prétend un expert... No comment.


    • Dzan 20 juillet 23:13

      @Pierre JC Allard

      Meuh non.
      Ce sont les meuchants zukrainiens qui font bobos aux gentils Russes du gentil démocarate Poutine


    • gorguetto gorguetto 23 juillet 20:39

      @Christelle Néant
      Il faut chercher ailleurs maintenant, le mystère se corse et s’épaissit : Dans le MH17 il ’y avait que des macchabées, peut-être les passagers du MH370 !
      On est loin d’imaginer les possibilités de réalisations des psychopathes.
      Allez donc fouiner dans ces deux liens :
      http://reseauinternational.net/le-mh17-etait-en-realite-le-mh370/#jGc6ODfX9Ef6SseI.99
      https://fr.sott.net/article/20323-Etrange-Coincidence-La-replique-de-l-avion-de-Malaysia-Airlines-stationne-a-l-aeroport-Ben-Gourion


    • Christelle Néant Christelle Néant 23 juillet 22:30

      @gorguetto
      Bonjour, merci pour ces liens. J’ai vu la vidéo et cela pose question effectivement.


  • Pascal L 18 juillet 09:25

    ... et la portée est telle que ceux qui entendent le départ n’entendent pas l’arrivée.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:10

      @Pascal L
      Faux. Puisque le JIT a déclaré qu’il aurait été tiré depuis la zone de Pervomaskoie qui est à peine à 18 kilomètres de Grabovo à vol d’oiseau. Et comme dit plus haut, depuis Grabovo on entend parfaitement à des kilomètres, même une simple voiture ou une mobylette. Alors un tir de BUK ....


    • Pascal L 18 juillet 18:21

      @Christelle Néant
      Mes sources sur la zone de tir sont dans l’enquête officielle, on est plutôt à 30 km du point d’impact qu’à 18 et cette distance est plus compatible avec une trajectoire balistique du missile. Je ne crois pas possible d’entendre un départ de missile à 30km. Cela fait du bruit, mais cela ne rend pas sourd.

      J’ai observé un tir de missile plus puissant que le BUK à 20 km et je n’ai rien entendu, la trajectoire était par contre bien visible au début avec le booster à poudre. Cette trajectoire disparaît sur un tir balistique qui se termine sans carburant (d’où le principe de tirer par au-dessus pour garder une réserve d’énergie).

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:54

      @Pascal L
      Le rapport du JIT indique une zone autour de Pervomaiskoye dont le maximum va jusqu’à Stepanovka, qui est à 27 km de Grabovo, mais le minimum est bien plus proche de Grabovo. Donc comme je l’ai dit vous partez de votre idée préconçue et ne prenez que ce qui vous arrange (et si ca se trouve vous êtes sourd comme un pot).
      Comme le fait que vous oblitérez totalement que personne n’a filmé ou photographié la trainée du BUK. Un machin pareil sur 30 km ca aurait du laisser un paquet de témoins photographiques et vidéo... Or bizarrement rien. L’exemple type qui montre que cela aurait du être filmé c’est la météorite de Cheliabinsk qui a fait un tabac sur Youtube


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:01

      @Christelle Néant
      De plus, le 17 juillet des combats avaient encore lieu dans la zone de Stepanovka et Saour Moguila http://ic.pics.livejournal.com/kot_ivanov/71733898/730/730_900.jpg
      Donc un BUk qui se serait trimballé dans ce coin l’armée ukrainienne l’aurait vu


    • Pascal L 19 juillet 10:00

      @Christelle Néant
      Désolé, mais les lieux que vous citez n’apparaissent pas sur les cartes du rapport. On trouve des lieux de même nom en Serbie et en Russie. Le rapport parle de Snezhnoye. 

      Mes idées préconçues proviennent du rapport de l’accident que vous devriez lire.
      Comme je l’ai dit précédemment, en limite de portée avec une trajectoire balistique, la fin de la trajectoire se fait sans carburant, donc sans trainée. J’ai assisté à des départs de missile, mais je ne me souviens pas en avoir vu des vidéos. Le problème est qu’il faut être super rapide pour sortir un appareil de photo avant que la trace disparaisse. L’exemple que vous donnez a duré beaucoup plus longtemps.

    • Pascal L 19 juillet 10:01

      @Christelle Néant
      C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe des photos du camion avec un missile en moins. Ceci dit, ce camion n’était pas à portée des Ukrainiens tout de même.


    • Pascal L 19 juillet 12:29

      @Pascal L
      Ah j’oubliais.

      Les photos satellites de la météo montre un ciel couvert (cf P. 35 du rapport officiel). Les nuages se situent entre 3000 et 5000 pieds avec quelques orages qui montent plus haut. On ne voit donc rien au dessus de 1000m à partir du sol. Le missile et la trace de combustion disparait dans les nuages en quelques secondes seulement. Si le témoin a vu quelque chose, il était effectivement près du point de chute et il était trop loin pour entendre le départ du missile. 

    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:46

      @Pascal L
      La carte mentionne Stepanovka. Le reste allez regarder sur Google ou Yandex Map avant de nous sortir des lieux en Serbie et en Russie. L’orthographe ukrainienne souvent utilisée étant un chouia différente de l’orthographe russe. La trainée d’un BUK se voit pendant facilement 10 bonnes minutes. Donc largement le temps de la photographier. Il y a une vidéo de départ de BUK dans celle que je vais traduire dès que vous arrêterez de me faire perdre mon temps. Vous allez voir le barnum que c’est....


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:47

      @Pascal L
      Sauf que ces photos faut prouver quand elles ont été prises, où etc. Et les conneries de Bellingcat ont été démontées depuis longtemps comme de la falsification.


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:49

      @Pascal L
      Merci de prouver que vous n’avez même pas écouté ou regardé la vidéo .....


  • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 09:47

    Ambigüité à la traduction, et je n’ai pas identifié au son le verbe utilisé : « il tournait dans le ciel ». Un avion, ça a trois axes de rotation : de roulis, de tangage, et de lacet. Il y avait aussi trois axes de rotation dans le repère du sol.

    Probable que les pilotes étaient déjà tués.
    Plus facile après coup que sur le moment : je trouve que l’enquêtrice aurait dû demander au jeune homme de mimer avec ses mains ce qu’il a vu l’avion faire. On ne peut pas faire confiance aux habitudes de langage du grand public pour décrire précisément les faits de l’aviation : ces habitudes et ressources sont nécessairement obsolètes et insuffisantes. On a besoin des mains en complément.

    • Pascal L 18 juillet 10:14

      @JC_Lavau
      A ce niveau de l’enquête, cela n’a plus d’importance. Les conclusions de l’enquêtes ont été publiées et ce genre d’effort ne peut guère tenir face aux évidences. Je sais depuis la publication des photos qu’il s’agit d’un missile sol-air de moyenne portée. Les enquêteurs ont retrouvé les restes d’un missile BUK dans les débris et ont pu identifier le type de charge. Le missile a explosé au-dessus du cockpit et les pilotes n’avaient aucune chance. Avec le type de missile et le type de charge, nous pouvons pratiquement donner le nom de l’opérateur du système de missile.

      Dans un pays en guerre, la publication de ce genre d’information est de nature stratégique, on peut se faire fusiller pour moins que ça, même s’il ne s’agit que d’une erreur tragique de l’opérateur. La conception même du missile fait que la confusion entre 2 aéronefs est possible, ce que l’opérateur ne pouvait ignorer.
      Cet article n’est qu’une pathétique tentative de désinformation. Pathétique, car elle ne résiste pas à un rapide examen.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:12

      @JC_Lavau
      Ce n’était pas une enquêtrice mais ma collègue de News Front. Elle est journaliste, pas enquêtrice, donc excusez de l’approximation. Je note par contre pour les prochains témoins que je compte interroger l’idée de mimer avec les mains smiley


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:14

      @Pascal L
      C’est votre tentative de réhabiliter le rapport foireux du JIT qui est pathétique. Y a plus de trous dans ce rapport que dans un emmental. Sans parler des approximations, du fait que l’Ukraine fasse partie des enquêteurs alors qu’elle fait partie des suspects, et les conclusions foireuses. Mais ne vous inquiétez pas je vais tout réfuter en détail, point par point, ca va venir, me faut juste un peu de temps. Je rassemble les pièces du puzzle. Et il va faire mal à l’enquête officielle.


    • Pascal L 18 juillet 16:39

      @Christelle Néant
      Vous savez, j’ai travaillé dans ma jeunesse à la conception et au développement de missiles sol/air moyenne portée français et je connais par cœur le comportement de ces missiles. Si je dis que la solution était évidente dès les premières photos publiées, c’est qu’il y a des éléments objectifs qui ne peuvent pas être contredits. Ces missiles ne sont plus utilisés en occident depuis longtemps, les inconvénients dépassant les avantages.

      Je vous souhaite bien du plaisirs à rassembler des preuves si nous n’avez aucune connaissances sur le sujet.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 16:43

      @Pascal L
      Vous connaissez ceux sur lesquels vous bossiez. Point. Je doute que vous connaissez aussi par coeur le fonctionnement de tous les missiles air-air d’époque soviétique et après conçus en Ukraine. Et oui je parle bien de missiles air-air.
      Ne vous inquiétez pas pour moi j’ai un bagage scientifique suffisant (un BAC +5) pour être capable d’analyser un rapport d’enquête qui se veut scientifique et qui est en réalité totalement biaisé du début jusqu’à la fin.


    • Pascal L 18 juillet 17:31

      @Christelle Néant
      Tous les missiles air-air se tirent avec une trajectoire directe. La faible taille de ces missiles (contrainte de poids) imposent à la charge d’exploser dans la cible et non à côté. Les débris indiquent clairement un explosion extérieure à l’avion et de plus au dessus du cockpit, ce qui implique une trajectoire de type balistique qui ne peut être que le fait d’un missile sol/air tiré en limite de portée. Je vous souhaite bien du plaisir à me démontrer le contraire. Seuls les missiles moyenne et longue portée ont un mode de trajectoire balistique qui implique de monter bien au dessus de la cible. L’explosion au-dessus du cockpit implique un tir venant de la zone avant, ce qu’un missile air/air ne fera jamais car il ne peut exploser à proximité de la cible et en venant de face, il est quasi impossible de faire un coup au but.


    • njama njama 18 juillet 17:40

      @Pascal L

      The assertion was supported by a space photo made presumably by a US or UK spy satellite at the moment of attack at 1:19:47 PM UTC on July 17, 2014.

      The satellite image evidencing that Malaysian Boeing MH17 (top of picture) was shot down by a Ukrainian warplane (bottom left).

      source :

      Scandal : last seconds of MH17 flight were snapshot by a US or UK spy satellite

      Fri, Nov 14, 2014
      By ORIENTAL REVIEW

      https://orientalreview.org/2014/11/14/scandal-last-seconds-of-mh17-flight-were-snapshot-by-a-us-or-uk-spy-satellite/


    • Pascal L 18 juillet 17:50

      @njama
      Les satellites qui prennent des photos sont héliosynchrones, ce qui veut dire qu’ils passent une fois par jour sur chaque point de la planète à une heure d’éclairage optimum. La probabilité d’avoir ce genre d’événement sur la pellicule tient uniquement de la propagande.

      En plus, la jolie photo que vous me proposez est un fake évident. Les échelles des deux avions ne sont pas compatibles et le tir est impossible dans cette configuration.

      Bien évidement, les photos des satellites militaires US ne se retrouvent jamais dans la presse, la définition de ces photos est une information « secret défense ».

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:17

      @Pascal L
      Vous partez du principe que le missile aurait été tiré d’en dessous. Or certains avions de chasse peuvent monter plus haut que l’altitude où se trouvait le MH17. Et certains missiles air-air ont une charge explosive qui est de plus de 50% celle du BUK, donc pas si petit que çà. Sans parler du fait qu’un avion de chasse peut se positionner en face d’un avion civil pour lui tirer dessus. Y a rien qui l’empêche donc. Sauf votre idée préconçue.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:19

      @Pascal L
      Et pourtant la Russie a publié les siennes de photos satellites montrant les BUK ukrainiens qui étaient dans la zone de passage du MH17, et au moment du crash du MH17 c’était un satellite US qui était au dessus. Quand on prétend avoir des preuves on les montre, sinon ca accrédite la thèse que la personne raconte des cracks.


    • Pascal L 18 juillet 18:55

      @Christelle Néant
      « certains avions de chasse peuvent monter plus haut que l’altitude où se trouvait le MH17 »

       Certains avions de chasse, mais pas le Mig 25 avec des munitions, qui de plus n’est pas supersonique s’il n’est pas en piqué. De toutes façon, quelque soit la position du chasseur le missile va approcher sa cible par l’arrière pour trouver les sources thermiques. Ces missiles sont trop petits pour embarquer un radar. Une explosion au-dessus de l’avant en impensable. Et personne n’a avancé la présence d’avions aptes à l’interception sur le secteur.

      « certains missiles air-air ont une charge explosive qui est de plus de 50% celle du BUK »
      Citez vos sources. Les têtes des missiles air/air ne font pas 10% de la taille d’une tête de BUK. Les analyses de l’enquête officielle sont suffisamment précises pour ne plus laisser aucune place à ce genre de spéculations. Lisez-là et on en reparle.

      « Y a rien qui l’empêche » Certes, mais la différence de vitesse est alors proche de deux fois la vitesse du son. L’intervalle de temps pendant lequel il peut tirer son missile est alors infinitésimal et le missile devra faire des efforts considérable pour corriger sa trajectoire, ce qui rends l’interception impossible et si le missile fait le tour pour prendre l’arrière, le tireur est également dans la ligne de mire. Bonne chance au pilote de l’avion de chasse. Tous les chasseurs font une interception par l’arrière où il peuvent maintenir un écart de vitesse réduit avec la cible.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:06

      @Pascal L
      Le Mig29 est supersonique, peut monter bien plus haut que 10 km, et est chargé de missiles R-27 dotés de 39kg de charge explosive. Ces missiles existent en version à fragmentation d’après certaines sources dont Wikipedia. D’après les experts russes qui ont analysé cette histoire le missile a explosé à 1,5 m seulement du cockpit avec une charge explosive proche de la moitié de celle d’un BUK.
      Comme je l’ai dit je vais tout refaire sous forme de synthèse, mais plus je perds de temps à vous répondre, moins ca avance.


    • njama njama 18 juillet 19:10

      @Pascal L

      Les échelles des deux avions ne sont pas compatibles et le tir est impossible dans cette configuration

      le vol du Sukhoï paraît clairement ascensionnel sur la photo ... le missile pourrait avoir été tiré d’une altitude plus basse ... portée moyenne de tir d’un missile air-air 4000m ce qui explique l’écart d’échelle

      SU-25 : envergure 15,05 m longueur 14,50 m poids avec armement 14 400 kg

      BOEING 777-200ER envergure 60,93 m longueur 63,73 m poids maximum au décollage, 294,835 kg, c’est à dire une masse 20 fois supérieure
      capacité fuel 135.880 kg (135 tonnes je vous laisse calculer le volume) + le volume pour les passagers


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 19:16

      @njama. Non, ce n’est pas un SU25 sur la photo satellitaire connue. Ailes nettement plus en flèche.


    • njama njama 18 juillet 19:52

      @JC_Lavau

      ça peut être un SU-27

      mais peu importe dézinguer un vol commercial avec un chasseur, même un SU-25 aux performances plus modestes c’est possible et c’est du tir au pigeon c’est tirer sur un éléphant ...
      les missiles sont guidés ...

      R-60 « ... doté d’un guidage à infrarouges, sous la forme d’une tête chercheuse Komar (moustique) non réfrigérée, et son contrôle en vol s’effectuait par les gouvernes situées à l’avant, les plans arrière étant des stabilisateurs fixes. Les empennages canard distinctifs sur le nez sont appelés des « déstabilisateurs », permettant d’améliorer l’efficacité des gouvernes lors de manœuvres sous fortes incidences. »
      « Jusqu’à récemment, il était considéré comme le missile air-air le plus agile du monde, capable d’engager sous un facteur de charge de 9 G des appareils manœuvrant à 8 G. Un autre avantage en sa faveur était la valeur de sa distance minimale d’engagement : à peine 300 m »

      https://fr.wikipedia.org/wiki/R-60


    • njama njama 18 juillet 20:04

      @Pascal L

      le fait d’avoir retrouvé un passager avec un masque à oxygène ne plaide pas en faveur de la thèse du missile BUK qui a des charges explosives bien plus importantes qu’un missile air-air qui a provoqué un impact limité et une forte dépressurisation ...

      http://www.air-journal.fr/2014-10-11-crash-du-vol-mh17-un-passager-decouvert-avec-un-masque-a-oxygene-5117431.html

      Le 7 octobre, Frans Timmermans, ministre des Affaires étrangères néerlandais au moment des faits et actuel 1er vice-président de la Commission européenne, pressé de questions par le journaliste Jeroen Pauw sur les informations lui ayant permis d’intervenir devant le Conseil de sécurité des Nations unies, répondit que le corps de l’un des passagers avait été retrouvé portant un masque à oxygène. Une information qui ne figure pas dans le rapport rendu public par son pays et rend impossible la thèse du tir d’un missile sol-air.

      en néerlandais > https://www.youtube.com/watch?v=GGRjHRVSDdM

      source  : http://www.voltairenet.org/article185668.html


    • Pascal L 19 juillet 10:09

      @Christelle Néant
      Personne ne parle de Mig29. D’où sort-il celui-là ?

      Quand à la charge explosive, même les Russes reconnaissent une charge 9M314 (c.f. appendice W du rapport officiel, il ne pouvait pas dire autre chose), ce qui ne laisse pas beaucoup de possibilités pour le missile. Désolé que les Russes cassent eux-même votre théorie.

    • Pascal L 19 juillet 13:30

      @njama
      Cela ne prouve rien. Un B777 est très long et tous les passagers, en particulier à l’arrière, n’ont pas forcément été tués par la déflagration. De toutes façons, l’identification de la charge ne pose plus de questions aux enquêteurs.


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:53

      @Pascal L
      Eh si iil y en a qui parlent du Mig-29, même si le focus sur le Su-25 a été bien pratique pour discréditer la thèse de l’avion. Ce que Almaz-Anteï a dit c’est que si c’est bien l’hypothèse d’un BUK qui est confirmée, ce ne peut être que cette charge là. Point. Mais des experts du ministère russe de la défense sont venus à d’autres conclusions.


    • Satanas 24 juillet 05:15

      @Pascal L
      Bonjour, sur quelle enquête vous basez-vous ? parce que la seule diffusée par les médias n’est pas sérieuse, c’est le moins qu’on puisse dire.


    • Satanas 24 juillet 05:21

      @Pascal L
      Mais vous parlez de quels enquêteurs ? les ukrainiens ont tiré tous les jours sur le site et vos enquêteurs n’ont pas pu enquêter !!! l’enquête est de toute façon biaisée dès le départ parce que l’Ukraine, qui était dans la liste des suspect y a participé, de ce fait, on ne peut en e=aucune manière cautionner cette « enquête » ; le plus risible, c’est qu’à ppeine quelques heures après le crash, la Russie était déjà désignée comme coupable ou les séparatistes et cela sans enquête. Vous parlez d’un buk qui n’était plus sur un camion mais rien n’est jamais venu apporter la moindre preuve que ce camion était là, bien au contraire, on voit sur un photo un panneau avec le nom d’un village qui n’a rien à voir avec le lieu, le trajet ou quoique ce soit qui viendrait soutenir cet odieux mensonges. Pascal, allez donc commenter sur le monde, c’est plus dans vos cordes, là-bas le mensonge est institutionnalisé.


    • Pierrot 31 juillet 16:48

      @Christelle Néant
      De toute façon Christelle Néant est une journaliste doctorante en missile trop forte qui connait tout mieux que tout le monde et si elle vous dit que c’est un avion ukrainien qui a détruit le Boeing elle a raison. POINT BARRE. 

      Sans déconner Pascal stop, vous parlez avec une tête de pioche, elle se mangerait un arbre dans la tête qu’elle dirait que c’est de la faute de ukrainiens qui l’ont planté là pour qu’elle se le mange (photos satellites à l’appui)

    • Christelle Néant Christelle Néant 31 juillet 21:31

      @Pierrot
      Ah tiens un troll doctorant en commentaires totalement dénués d’intérêt.
      Vous je sais pas qui a planté l’arbre que vous vous êtes mangé, mais faudrait lui faire un procès, parce que vu les atteintes neurologiques sévères que le choc a engendré ça mérite des dommages et intérêts salés.


  • roman_garev 18 juillet 10:16

    « on se demande ce qui retient le JIT de tout nettoyer correctement, et ramener le tout aux Pays-Bas »


    Mais justement ce simple fait que le JIT n’a guère pour but de trouver le vrai coupable, mais confirmer le coupable désigné le jour même du crash. Pour cela, moins de preuves on a, tant mieux il est.

  • Alex Alex 18 juillet 11:01

    La vitesse de croisière d’un avion de ligne est inférieur à la vitesse du son. Mais ce n’est qu’un détail. Il convient de lire cet article - et d’écouter les déclarations de la partie russe de l’affaire - en ne perdant pas à l’esprit que c’est elle qui a fait le coup. Alors ces remarques courroucées qu’il reste encore des débris sur place ça laisse pantois. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:15

      @Alex
      Oui un avion de ligne est en dessous de la vitesse du son. Mais pas un avion de chasse. Merci d’avoir prouvé que vous ne savez pas faire 1 + 1 = 2...


    • roman_garev 18 juillet 12:53

      @Alex
      « en ne perdant pas à l’esprit que c’est elle qui a fait le coup »


      Comme cette certitude est déjà enracinée et incrustée dans votre pauvre esprit linéaire, il vous est absolument inutile de lire quoi que ce soit, argumenter, discuter... À quoi bon, lorsque vous savez déjà, et d’une science certaine, qui a fait le coup ? Je me permettrai de supposer que vous le saviez déjà avant que ce coup a été porté smiley Le coupable de tous vos maux est désigné depuis longtemps...

    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 13:29

      @Christelle Néant. Si c’était un SU25, ce char d’assaut est irrémédiablement subsonique, voire plus lent que le BOEING visé. Un SU27 aurait pu mener l’interception seul, il a le radar pour, mais aucune évidence de vol de SU27 sorti ce jour là, n’est sortie.

      Un SU25 doit être guidé du sol ou d’un AWACS américain pour avoir une chance de réussir l’interception.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 14:28

      @JC_Lavau
      Il y a des évidences de vol d’un SU27 et d’un Mig29 ce jour là dans les leaks du SBU publiés récemment par le journal russe Top Secret dont j’avais parlé dans un article précédent.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 14:28

      @JC_Lavau
      Oublié le lien https://flb.ru/info/63242.html


    • Pascal L 18 juillet 16:55

      @Christelle Néant
      « Mais pas un avion de chasse » ni un missile sol/air. Ce témoignage est tout à fait compatible avec les conclusions publiées de l’enquête et n’apporte rien de nouveau.

      Et encore, pour les avions de chasse, ça dépend du modèle et de la mission.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 16:57

      @Pascal L
      Allez relire mon autre commentaire, si missile sol-air supersonique on aurait entendu trois sons et non deux.


    • Pascal L 18 juillet 17:12

      @Christelle Néant
      Le nombre de bang dépend uniquement de la trajectoire relative. Le double bang est lié au fait que les premiers avions supersoniques prenaient de la vitesse en piqué et redressait ensuite. L’auditeur passait ainsi deux fois dans le cône de compression de l’onde sonore. Ici, il ne peut y avoir deux traversées du cône et il n’y a qu’un seul bang supersonique.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 17:22

      @Pascal L
      Décidément pour un soi-disant concepteur de missiles vous êtes pas foutu de faire 1 +1 = 2, de quoi douter de vos affirmations.
      Lancement du BUK = premier bang (allez regarder en ligne le rafut que fait ce truc au décollage), une fois qu’il franchit le mur du son = deuxième bang, quand il explose face au Boeing = troisième bang. Ca y est vous comprenez ou c’est encore trop compliqué pour vous ?


    • Pascal L 18 juillet 17:34

      @Christelle Néant
      Je connais le raffut du décollage, j’ai assisté à des tirs d’essai. Mais en moyenne portée, le bruit du décollage est indécelable d’un témoin de l’explosion, c’est beaucoup trop loin. C’est totalement inaudible à 20km et plus.

      Votre arrogance est insupportable.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:22

      @Pascal L
      Sauf que Grabovo est à 18 km du site de tir donné par le JIT. Et pour être allée sur place plusieurs fois, on entend une voiture à des kilomètres. Alors un tir de BUK... C’est la votre d’arrogance qui est insupportable. Allez sur place avant de prétendre savoir ce qu’on peut entendre ou pas.


    • njama njama 18 juillet 18:36

      @JC_Lavau
      Si c’était un SU25, ...

      Le SU-25 V max 950 km/h ce qui est assez performant pour intercepter un avion de ligne du type très long courrier - Boeing 777-200ER (« ER » pour Extended Range, autonomie prolongée) - qui a une vitesse de croisière équivalente

      et le Sukhoï 25 peut atteindre facilement l’altitude de vol du MH-17 de 33 000 pieds (10.000 m)

      Could SU-25 fighter jet down a Boeing ? Former pilots speak out on MH17 claims
      ’SU-25 capable of high altitude flights, can carry powerful missiles’
      ...
       Commenting on the jet’s ability to maneuver at higher altitudes, the former commander of an aviation division, Major General Sergey Borysyuk, noted that the jet would have had the capability to “maneuver comfortably,” even at such a high altitude.

      “I personally flew, and not once, at an altitude of 12,000 meters...,” he said. “My colleagues have risen to an altitude of 14,000 meters. The altitude of 10,500 was officially authorized during operations in Afghanistan. Therefore the plane, even at an altitude of 12,000 meters, has the capability to maneuver comfortably, its aerodynamic characteristics enable it to do so.”

      Borysyuk explained that the R-60 missiles on the SU-25 have an infrared homing and a rod warhead. Citing the nature of the plane’s debris and the “precisely sliced fuselage,” he said that R-60 missiles were possibly used.

      “The firing range of the missile is 7.5km. And in those conditions, the probability of hitting the target increases,” he added.

      READ MORE : 10 more questions Russian military pose to Ukraine, US over MH17 crash

      The former chief commander of Russia’s Air Force, Vladimir Mikhailov, also said he flew the SU-25, reaching an altitude of 12,000 meters and even 14,000 meters. He also stated that the plane “comfortably maneuvers” at such heights.

      “If the plane was downed by Buk [missile defense system], it would have almost immediately fallen to pieces in the air and we could not have witnessed such large debris on the ground,” he said.

      Along with Russia’s Ministry of Defense, he also questioned why the MH17 flight stayed within the flying corridor until it reached Donetsk, but then deviated from the route to the north.

      In July 2014, Russia’s Ministry of Defense presented military monitoring data which showed Kiev military jets tracking MH17 shortly before the crash and posed a set of questions to Ukraine over the circumstances of the tragedy, which have still not been answered.
      ...


    • Aristide 18 juillet 18:38

      @Pascal L


      Pourtant c’est elle qui a une belle casquette militaire et une tenue kaki. Pfff... La compétence de cette chaire Christelle sur les missiles et bombinettes, les navions et autres joujous russes est de première bourre. alors vos sarcasmes .... On vous dit que 1 + 1 = 2, vous comprenez vraiment rien ...

    • Pascal L 18 juillet 18:59

      @Christelle Néant
      Les 18 km c’est entre le point de tir et le point d’impact avec le sol. Ce n’est pas la distance d’interception qui est proche de 30 km. L’avion a continué sur sa lancée après l’explosion et sur 10 km de descente verticale, cela représente une belle distance horizontale. Le témoin est proche du lieu d’interception, pas du point d’impact avec le sol.


    • Pascal L 18 juillet 19:04

      @Aristide
      La casquette me pose le problème de l’objectivité...

      S’il y a la guerre sur cette zone, c’est qu’il y a des personnes qui y ont interêt et ce ne sont certainement pas les civils de la zone qui sont pris en otage et n’aspirent qu’à la paix. Lorsqu’un problème ne peut pas trouver de solution, et c’est le cas dans ce conflit, c’est que le problème est plus intéressant que la solution pour les personnes qui gouvernent et ce, des deux côtés. Il est toujours possible de trouver des solutions pacifiques et la violence ne résout jamais les problèmes de violence. Cette guerre ne se terminera que lorsque les partis en présence trouveront leur intérêt dans la paix.

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:07

      @Pascal L
      Le témoin était au point d’impact avec le sol. Merci de vous être discrédité....


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:09

      @Pascal L
      Non monsieur il suffit qu’un seul des partis en présence ait intérêt à la guerre. Et ce parti c’est l’Ukraine. Les gens d’ici ne demandent que la paix. Mais pas au prix de l’extermination de masse.


    • Pascal L 18 juillet 19:18

      @njama
      Le Su-25 ne peut atteindre cette altitude que dans une configuration lisse, donc sans missiles. 

      Au moment de cet accident, les caractéristiques de cet avion se sont mis à changer tous les jours sur Wikipedia, ce qui laisse supposer une guerre de l’information. Il reste que le SU-25 est un avion d’interception sol, comme pouvait l’être le Jaguar en France. Le Jaguar était un très mauvais intercepteur. La navigation près du sol demande une grande stabilité et donc limite la manœuvrabilité. Aujourd’hui, l’informatique a changé les choses. Il est devenu possible de manœuvrer facilement un avion instable par conception, mais ce n’était pas le cas à l’époque du SU-25. Il est certes théoriquement possible d’intercepter un B777 en trajectoire droite en l’attaquant par au-dessous, mais de toutes façons, les shrapnels retrouvés ne sont pas compatibles.

       “If the plane was downed by Buk [missile defense system], it would have almost immediately fallen to pieces in the air and we could not have witnessed such large debris on the ground,” 
      bien tenté, mais la désintégration complète du B777 est peu probable vu la taille de l’engin. Il s’est toutefois désintégré en plusieurs morceaux très rapidement après l’explosion. Franchement, il ne pouvait pas être sérieux quand il disait cela, vu la taille des débris. Qu’attendait-il ? de la poussière ?

      Quand aux affirmations du ministre de la défense russe, il les a démenties depuis... Faut dire qu’il n’avait pas grand chose à montrer.

    • Pascal L 18 juillet 19:19

      @Christelle Néant
      S’il était au point d’impact avec le sol, alors c’est un faux témoin. Il ne pouvait voir l’interception à cette distance.


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 19:34

      @Pascal L. A condition toutefois que le Boeing ait volé en ligne droite après avoir reçu le missile, ce qui est une hypothèse à prouver.


    • njama njama 18 juillet 23:32

      @Pascal L
      @njama
      Le Su-25 ne peut atteindre cette altitude que dans une configuration lisse, donc sans missiles.

      oui mais à vide il peut atteindre 14.000 m d’altitude ! il a un excellent rapport poids/poussée ... et il est toujours en service preuve qu’il est encore loin d’être dépassé ...

      Qui vous prétend que le Su-25 était à la charge maximale des moyens de défense qu’il peut théoriquement supporter ?
      un missile R-60 c’est moins de 50 kgs ...


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 00:28

      @Pascal L
      Allez réécouter ce qu’il raconte ce témoin avant de raconter n’importe quoi.


    • Pascal L 19 juillet 10:16

      @njama
      Pour le missile R60, il ne porte pas la charge 9M314 et les Russes reconnaissent eux-même la charge.

      Si le SU 25 est encore en service, c’est que les armées qui l’utilisent n’ont pas les moyens de le remplacer par quelque chose de plus polyvalent. 
      Le plafond nu du SU25 est de 23000 pieds et le B777 était à 33000 pieds. La vitesse du SU25 est inférieure à celle du B777. L’interception est donc impossible et de toutes façon il ne peut emporter une charge 9M314... Il y a eu beaucoup de désinformations sur les caractéristiques du SU 25 et Wikipedia a fini par se fâcher...

  • roman_garev 18 juillet 11:33

    Le chef de la RPD Zakhartchenko vient d’annoncer la décision de deux républiques du Donbass de former la Malorossie unie, en tant que seule partie actuellement légitime de l’ex-Ukraine (sans compter la Crimée). Les autres régions de l’ex-Ukraine sont invités à rejoindre le nouveau pays qui vise à rejoindre à son tour l’État uni Russie-Biélorussie. Le nom « Ukraine » est à rejeter vu qu’il a été complètement discrédité. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:16

      @roman_garev
      J’ai vu. Ce serait pour une période transitoire allant jusqu’à trois ans.


    • roman_garev 18 juillet 12:57

      @Christelle Néant
      Trois ans, ou deux, ou cinq, personne ne peut le savoir. L’essentiel, c’est que ça marque un nouveau tournant de l’histoire ukrainienne...


    • Alex Alex 18 juillet 14:34

      @roman_garev

      Moi je suis pour ce nouveau tournant si c’est Oleg Liashko le nouveau président de cet état.

    • Alex Alex 18 juillet 14:55

      @roman_garev

      Il y a mieux que Malorossia : la « République populaire de Russie subalterne » !

    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 16:45

      @Alex
      Oleg Liachko président ? Mais oui bien sûr, pourquoi pas le clone d’Hitler aussi tant qu’on y est !!
      « Le 6 août, Amnesty International publie un rapport dénonçant le fait qu’Oleg Liachko filme et diffuse sur son site internet (http://www.liashko.ua/ [archive]) des vidéos dans lesquelles on le voit, accompagné de groupes paramilitaires, comme le bataillon Azov, pénétrer dans des lieux publics ou privés pour y enlever des personnes, les humilier et les contraindre par la force à exécuter ses ordres:dans l’une d’elles, il oblige le maire de Slaviansk à écrire une lettre de démission « volontaire ». Oleg Liachko est censé être un législateur. Il a toutefois décidé de faire régner sa propre loi. La formule « Gloire à l’Ukraine, mort aux occupants » lui sert de cri de ralliement. Il n’a pas le droit de procéder à des arrestations. Pourtant, il se livre à des enlèvements et n’hésite pas à maltraiter ses victimes, aussi bien verbalement que physiquement, devant sa propre caméra. Son site, comme d’autres, propose de nombreuses vidéos montrant des enlèvements et des atteintes aux droits à un procès équitable, à la liberté et à la sécurité, ainsi qu’au droit de ne pas être soumis à la torture ou à toute autre forme de mauvais traitement ».
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Oleh_Liachko
      Quand on voit qui vous soutenez on a pas besoin d’en dire plus sur qui vous êtes et quelles sont vos opinions politiques. CQFD.


    • anna anna 18 juillet 17:03

      @roman_garev

      Oхренеть bis ! 

      La Douma Russe (le parlement russe) soutien l’idée de Malorossia et dit que c’est inévitable :


    • Alex Alex 18 juillet 22:51

      @anna


      Pas Malorossia mais République subrussienne de Donetsk !

    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 23:01

      @Alex. Oh, on peut faire encore plus bête ! C’est toi qui t’y colles ?


    • Alex Alex 19 juillet 00:28

      @JC_Lavau

      La Républqiue populaire vatnike 

  • baldis30 18 juillet 12:31

    Bonjour,

    tout de même curieux, voire bizarre, qu’on laisse des débris dans un lieu après avoir mis les autres dans un autre ... habituellement pour les crashes on essaye de reconstituer l’avion , avec le maximum de pièces récupérées ...


    • roman_garev 18 juillet 13:01

      @baldis30
      Mais comme personne ne vise à restituer la vraie cause du crash, cela devient inutile. Pour ces soi-disant enquêteurs il suffit de prendre la version de Bellingcat avec, entre autres, le numéro du Buk dessiné en Photoshop sur son bord (tandis qu’il ne se reflète pas, chose étrange, dans la flaque voisine).


    • Pascal L 18 juillet 17:01

      @baldis30
      Les enquêteurs ont pris ce qui les intéressait. Ils ont les débris du missile et les morceaux du cockpit. Le reste du nettoyage est du ressort des autorités, encore faut-il qu’elles existent. La reconstitution complète de l’avion n’est pas forcément nécessaire.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 17:03

      @Pascal L
      « Les enquêteurs ont pris ce qui les intéressait. » Merci vous avez tout dit. Quand on mène une enquête sérieuse on prend tout afin d’être sûr de ne pas louper un morceau important. Quand on prend que ce qui nous intéresse c’est qu’on a déjà une idée en tête et donc que l’enquête est biaisée. Quant aux débris du missile soi-disant excusez du peu mais ils ne sont pas concluants. Mais ca aussi je vais revenir dessus. Il me faut juste le temps de tout mettre par écrit comme il faut pour que même vous puissiez comprendre.


    • Pascal L 18 juillet 17:38

      @Christelle Néant
      Mettez tout par écrit si vous le voulez, mais les photos déjà publiées ne laissent aucun doute. On voit très bien le type de shrapnels utilisé et les restes d’un aileron du missile avec les inscriptions du constructeur. Les shrapnels sont bien trop gros pour un missile air/air.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:25

      @Pascal L
      Sauf que le ratio des shrapnels qui soit disant permettent d’identifier le BUK collent pas par rapport au nombre de shrapnels trouvés dans les corps. Et les morceaux du missile il n’y a aucune information sur qui l’a ramassé et comment ni où... Et vu que l’Ukraine fait partie des enquêteurs, ben .... Ca c’est invalide devant une cour de justice.


    • njama njama 18 juillet 18:50

      @Christelle Néant

      les missiles R-60 (ou R-60 K) sont aussi à fragmentation

      « Il était doté d’une petite charge militaire, constituée de 3 kg de charge hautement explosive (HE) à fragmentation annulaire (avec une vingtaine d’ogives rondes) ainsi que d’un câble en tungstène enroulé en spirale autour de la charge explosive principale. En explosant, le câble se détend en forme de cercle et cisaille ce qui se trouve dans les parages. »

      https://fr.wikipedia.org/wiki/R-60

      « Borysyuk explained that the R-60 missiles on the SU-25 have an infrared homing and a rod warhead. Citing the nature of the plane’s debris and the “precisely sliced fuselage,” he said that R-60 missiles were possibly used. »

      *former commander of an aviation division, Major General Sergey Borysyuk" source : https://www.rt.com/news/239881-mh17-ukraine-fighter-jet/


    • sophie 18 juillet 18:53

      @Pascal L, oui sauf que près de chez moi ( trop prés....) un A10 s’est planté, la zone a été investie presque immédiatement et ils ont récupéré le moindre boulon ( vers rambervillers)


    • baldis30 18 juillet 20:27

      @sophie
      bonsoir,

      exactement, absolument !

      et quel que soit le risque auquel on a eu à faire on cherche, on cherche et on cherche encore !

      Et sur cette nécessité on ne se contente pas d’un vague survol. Sur le sujet « analyse de risques » je pense pouvoir parler en connaissance de cause ....


    • Pascal L 19 juillet 10:24

      @sophie
      Il est normal de faire un nettoyage total du sol après un accident. Maintenant, il n’est pas sûr que tout ce qui a été trouvé est utile à l’enquête. Dans le cas du MH17 le nettoyage est de la responsabilité des autorités locales qui ont certainement autre chose à penser dans un conflit armé.

      Si vous voulez avoir une idée de ce qui a été récupéré sur le MH17, allez voir les photos et les reconstitutions qui sont dans le rapport officiel. Il me semble qu’il y a pas mal de matériel et en tout cas, toutes les grosses pièces. Les photos montrent très bien les impacts de shrapnels, ce qui permet d’identifier leur type. Je ne vois pas en quoi un ramassage plus complet aurait pu apporter à l’enquête.
      Dan ce fil, il s’agit uniquement de jeter un doute, mais il s’agit d’un effet de manche, une affirmation d’autorité sans preuve qui n’apporte rien.

    • Pascal L 19 juillet 13:38

      @Christelle Néant
      L’Ukraine fait partie de l’enquête parce que l’accident a eu lieu sur son sol (au moins le sol reconnu par les instances internationales) et selon la réglementation en vigueur, elle doit faire partie de l’enquête. De toutes façons, ils ne dirigent pas l’enquête et leur travail est surveillé par les autres parties prenantes. Je ne vois aucune cour de justice invalider le travail des Ukrainiens sur le seul fait qu’ils font partie de l’enquête.


      Pour le ratio de shrapnel, citez vos sources, le rapport officiel est rempli de précisions sur le sujet.

    • baldis30 19 juillet 13:41

      @Pascal L
      bonjour,

      mille regrets ...

      mais lorsqu’on enquête sur un accident on va aussi profond que l’on puisse ! On a eu quelques exemples précis sur le sujet, en France sur le sang contaminé... où des esprits chagrins pourraient dire mais c’est politique... et deux exemples turinois, l’’amiante et la fonderie Thyssen .

      prenez par exemple le rapport Martin sur des inondations dans le Midi et lisez le bien, et pour continuer lisez aussi celui relatif à Eloy-Giromagny dirigé par la même personne ...publiés (DONC PUBLICS) par la D.F., et réfléchissez sur les responsabilités CLAIREMENT POSEES. Après le pouvoir, les zélés zélus en cause peuvent entraver la marche ... mais le public sait où furent les incompétences.


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 22:00

      @Pascal L
      Que l’Ukraine participe en tant que « témoins assisté » c’est une chose. En tant qu’enquêteur ca en est une autre. Désolée mais un policier suspecté de meurtre qui enquêterait sur le dit meurtre même surveillé de près par sa hiérarchie ca serait invalide juridiquement parlant. Vous pouvez tourner votre affirmation dans tous les sens c’est n’importe quoi.
      Pour le ratio de shrapnels, commençons déjà par le nombre total, à peine 4, sur les 7 600 que contient la tête d’un BUK.... Sans parler du ratio des shrapnels qui pourraient coller avec des morceaux de BUK sur le nombre total de shrapnels retirés des corps.... Y a rien qui vous choque déjà ? Ensuite pour le ratio, je vous renvoie aux sources officielles sur la composition des BUK. J’ai autre chose à faire à presque 23 h après une journée sur le terrain à refouiller dans mes raccourcis. Pour un soi-disant expert y a rien qui vous choque dans la méthodologie de ce rapport. C’est carrément inquiétant concernant vos compétences.


    • Satanas 24 juillet 05:29

      @Pascal L
      ahahaha, vous persistez ? alors que Bellingcat n’a aucune reconnaissance, c’est juste un type qui fait des analyses bidons !!! rien que ça vous discrédite complètement. Allez, portez vous bien.


  • QAmonBra QAmonBra 18 juillet 12:57

    Merci @ Christelle pour le partage.


    Quant on cherche des réponses à la question « cui bono est » du fameux L Cassius, aucune raison probante du coté russe, mais plusieurs chez les occidentaux et leur sous fifres ukrainiens qui, par ailleurs et en nazis qu’ils sont, sont justement coutumiers de ce genre de saloperies. . . 

  • antiireac 18 juillet 16:27

    Comme d’habitude l’auteur se contente de divulguer des fausses informations assaisonnées à la sauce propagandiste pour mieux avaler le mensonge.


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 16:47

      @antiireac
      Comme d’habitude antiireac se contente de publier un commentaire bourré de diffamation et d’affirmations gratuites assaisonnées à la sauce propagandiste pour mieux avaler le mensonge.


    • baldis30 18 juillet 20:29

      @Christelle Néant

      bonsoir,
      malheureusement il y en a beaucoup comme cela et pas seulement sur Avx ! j’en atteste !


  • anna anna 18 juillet 16:57

    Chers amis et chers ennemis


    Je reste sur l’hypothèse que le crash du MH17, au départ, devait être un attentat contre vous savez qui... celui qui a récemment fait un détour de plusieurs heures, pour éviter de survoler l’espace aérien de tous les pays de l’OTAN, en allant au G20 a Hambourg.
    Avec cette hypothèse toutes les questions « incompréhensibles » trouvent leurs réponses, et les faits s’emboitent alors parfaitement bien...

    • Pascal L 18 juillet 17:08

      @anna
      Non, ça ne tient pas. Il ne peut survoler un pays sans déclarer son plan de vol et s’il le fait il peut être abattu sans sommation par tout pays indépendant. En France, on envoie la chasse contre ces avions là et on les oblige à atterrir. Les avions qui sont envoyés sont des intercepteurs et non des avions d’attaque sol comme celui qui a été soupçonné d’être intervenu. Aucun pays ne peut prendre le risque de faire survoler un pays ennemi par son président, en plus sans rien dire.


    • anna anna 18 juillet 17:18

      @Pascal L
      Mais si ça tient

      Poutine a fait un grand détour... et c’est Reuters qui le dit :


      Vous faites confiance a Reuters, j’éspère ?

Réagir