samedi 17 décembre 2016 - par Alexis Toulet

Un résumé de la guerre civile en Syrie, ou le djihadisme au Conseil européen

La guerre civile en Syrie, à la fois très violente et très complexe, peut apparaître impossible à bien résumer. C'est pourtant ce que réussit le tableau synthétique de Nassim Taleb, confirmé par les évaluations officielles de la Défense française.

Où l'on constate que le soutien aux rebelles d'Alep, ayant passé depuis longtemps les bornes de la décence, dépasse maintenant celles de la folie. Pendant que le silence officiel est de règle sur le crime de masse commis par l'Arabie saoudite contre la population du Yémen

L'écrivain Nassim Nicholas Taleb, penseur rigoureux et original, analyste des probabilités et de la gestion des risques est à l'origine notamment du concept de "cygne noir" depuis largement popularisé pour désigner les événements dont la probabilité avait été si totalement négligée que leur possibilité même n'avait pas été aperçue.

Américain d'origine libanaise orthodoxe, c'est aussi quelqu'un qui connaît très bien le Proche-Orient. Le résumé qu'il propose du conflit syrien pourra certes surprendre, il est d'autant plus crédible que Taleb n'a vraiment aucune raison de porter le régime syrien dans son cœur, étant donné que sa famille a eu à en souffrir au moment de la guerre civile libanaise.

La guerre syrienne résumée, ou comment regarder le conflit de manière plus rigoureuse

Original en anglais - Nassim Nicholas Taleb, 15 décembre 2016

Traduction en français et notes - Alexis Toulet pour le Noeud Gordien, 16 décembre 2016 

Résumer le conflit syrien en juxtaposant les différentes factions

Pour analyser la situation en Syrie, ce sont les différentes factions qu'il faut comparer. Ne comparez pas le régime d'Assad aux gouvernements du Danemark ou de Norvège, mais à l'alternative. La question devient alors : y a t il quoi que ce soit dans la colonne de gauche qui soit pire que celle de droite ?

Note 1. Les sbires du père d'Assad ont fait sauter ma maison à Amioun quand mon grand-père, alors député, vota pour Bachir (1) Dans "Intérêt en Jeu" je décris mon comportement comme "agir contre son propre intérêt" (le contraire d'un conflit d'intérêt). En tant que scientifique et qu'humaniste j'ai donc mis ma rancune de côté, en prenant en considération le cancer beaucoup, beaucoup plus grave du Salafisme c'est-à-dire de l'Islamofascisme.

Note 2. Je rappelle que je suis statisticien. Quand je regarde les statistiques du conflit, la plupart ressemblent à des inventions gonflées par des réservoirs à pensées ("think tanks") fondés par le Qatar et leurs idiots utiles - par un mécanisme que les Indiens appellent "Salma l'a dit à Sabrina"(2). Par exemple, nous savons que les morts de Hama (3) n'étaient pas 30 à 40 000 comme cela a été rapporté et qu'en se limitant à ce qui est prouvé le total est plus proche de 2 000.

Note 3. On peut demander : est-ce que tous les "rebelles" sont des salafistes théocrates ? Non, mais les groupes le sont progressivement devenus par la règle de la minorité : mettez un seul salafiste dans un groupe de cinq, et tous les cinq se comporteront comme des salafistes. Ceci sans parler du financement par les wahhabites. (4)

Note 4. Les contre-insurrections - une armée contre des insurgés / des terroristes etc. - provoquent un taux bien plus élevé de victimes civiles, que l'armée soit celle d'une démocratie libérale ou d'une autocratie. (5)

Note 5. On peut demander : est-ce que tous les gens qui pleurent la défaite des rebelles à Alep si stupides, si crédules face aux sbires des réservoirs à pensées ? Ma réponse est oui, hélas. Et il faut une certaine indépendance à la fois financière et intellectuelle pour analyser les choses en dehors du récit principal, parce que les gens des réservoirs à pensées vous sautent dessus comme des mouches. (6)

En fin de compte, je n'avais jamais imaginé voir la "gauche" se mettre du côté de l'Al Qaeda des attentats du 11 septembre 2001, pleurer les combattants d'Alep, et à l'exception de journalistes indépendants comme Robert Fisk, répandre toutes sortes de mixtures.

Nassim Nicholas Taleb

Le facteur le plus grave est le Salafisme, c'est-à-dire l'Islamofascisme

Au Conseil européen, le délégué des djihadistes d'Alep reçu à l'instigation du président français

Jeudi 15 décembre, c'est à la demande de la France que le "maire" d'Alep-Est a été reçu par le Conseil européen, ceci afin d'"interpeller les dirigeants européens".

Les guillemets sont de rigueur. C'est que l'homme n'est pas maire d'Alep en réalité, ni d'Alep-est qui n'est que la partie de la ville encore sous domination des "rebelles modérés" et n'a pas de mairie en propre. Il s'agit de fait du représentant des intérêts de ces rebelles qui suivant les sources militaires françaises sont à 80% dominés par les salafistes. Ce représentant peut être ou non lui-même un djihadiste, il est en tout cas mandaté par eux.

Il y a de quoi en être proprement abasourdi.

Un représentant des intérêts djihadistes reçu au Conseil européen.

A la demande de la France.

Et le Conseil européen de se répandre en condamnations contre la Syrie et la Russie, en pleurs sur le sort des combattants... djihadistes. Les compagnons de combat des meurtriers de Charlie Hebdo, de la supérette cacher, du Bataclan, de Nice, de l'aéroport de Bruxelles et autres lieux.

Le Conseil européen est-il entré dans la Quatrième Dimension ?

François Hollande ne semble pas avoir pu convaincre l'ensemble des dirigeants européens de monter de nouvelles sanctions contre la Russie. Cependant, les Vingt-Huit ont approuvé "l'application immédiate de mesures d'urgence, que le président français a longuement détaillées devant ses pairs, à huis-clos". Suivant le président français, sur la question des sanctions, les Européens "auraient à se prononcer si les atrocités devaient se poursuivre".

Les larmes versées sur les civils d'Alep-est sont-elles sincères ? Non, sinon c'est du crime contre l'humanité au Yémen que l'on parlerait d'abord !

La reconquête d'Alep-est cause de tout évidence des victimes civiles, et il est hélas fort probable que ni Syriens ni Russes ne soient plus regardants ni ne fassent de plus grands efforts pour en limiter le nombre que ne l'avaient fait Américains à Falloujah en 2004, Russes à Grozny en 2000, ou que ne le font aujourd'hui les Irakiens et leurs soutiens à Mossoul.

Les dirigeants américains et européens dénoncent bruyamment ces victimes, comparant la situation à certains des pires crimes de masse, leur discours relayé et amplifié sans guère de mise en contexte par la plupart des médias. Cette indignation est-elle sincère ?

Le problème est le suivant : il existe un déséquilibre complet de l'indignation comme de sa couverture médiatique entre différentes atrocités, différentes victimes civiles.

Or, alors que tout innocent en vaut un autre, que toute mort de civil est aussi grave qu'une autre, les mêmes dirigeants qui se font lyriques quand il s'agit d'Alep-est sont beaucoup plus discrets quand il s'agit de Mossoul l'irakienne, qui est pourtant dans la même situation d'une force d'invasion cherchant à réduire un groupe de rebelles au milieu de nombreux civils, au prix de la mort de beaucoup d'entre eux.

Ils sont tout aussi discrets quand il s'agit de bien pirele blocus imposé par nos "amis" saoudiens au Yémen, où les organisations humanitaires sont de plus en plus stridentes à dénoncer les souffrances grandissantes de la majorité de la population du Yémen, où malnutrition et ses corollaires notamment maladies favorisées par la faiblesse ont de plus en plus d'impact, y compris voire surtout parmi les jeunes enfants.

Selon l'UNICEF, au dernier compte 460 000 enfants du Yémen souffraient de malnutrition sévère aiguë, et la moitié des enfants en-dessous de cinq ans souffrent de malnutrition chronique, pendant que la nourriture de millions de yéménites est précaire. Ce qui n'est pas sans rapport avec le blocus naval empêchant le commerce avec les principaux ports du pays, qui avant la guerre importait 90% de sa nourriture. Blocus imposé par l'Arabie saoudite afin d'écraser les rebelles houthis qui donnent du fil à retordre à ses forces d'occupation sur place. Aux dernières nouvelles, c'est le choléra qui s'est mis de la partie, les personnes mal nourries ayant une immunité faible qui favorise la propagation des épidémies. Le résultat étant selon l'UNICEF que "Au moins un enfant meurt toutes les dix minutes au Yémen" en raison notamment de diarrhées, de malnutrition et d'infections des voies respiratoires.

François Hollande après le Conseil européen du 15 décembre et son djihadiste invité

Pleurer les djihadistes d'Alep, non condamner la famine imposée aux Yémenites par l'Arabie saoudite

Autrement dit, déséquilibre complet du discours entre deux séries de victimes civiles, celles de la reconquête d'Alep-est, celles de la reconquête de Mossoul. Et surtout négligence criante d'un véritable crime contre l'humanité, car un blocus provoquant malnutrition, maladies et mort dans une population entière n'est au sens légal le plus strict pas autre chose qu'un crime contre l'humanité.

Une indignation totalement à géométrie variable, suivant que les adversaires sont des rebelles "bien" (salafistes djihadistes non Etat Islamique) ou des rebelles "pas bien" (salafistes djihadistes de l'Etat Islamique) et suivant que les criminels sont des gens "pas bien" (Syriens soutenus par Russes) ou des gens "bien" (Irakiens soutenus par Américains et leur coalition dont fait partie la France, ou encore Saoudiens soutenus par Américains et regardés en souriant par la France)

Le cynisme atteint un comble comme c'est contre des atrocités commises par Syriens et Russes, auxquelles ils ne peuvent strictement rien, que s'élèvent dirigeants américains et européens, sans rien dire contre celles commises par les forces qu'ils soutiennent, bref précisément celles auxquelles ils pourraient quelque chose, et qui sont d'ailleurs incomparablement pires s'agissant de la répression par la famine d'un peuple rétif par l'Arabie saoudite... qui se trouve par ailleurs aussi être l'un des principaux sponsors des djihadistes syriens affublés du nom de "rebelles modérés".

Légion d'Honneur pour le prince héritier saoudien en mars 2016

Le blocus alimentaire de la population civile du Yémen avait déjà commencé...

(1) Il s'agit de Bachir Gemayel, homme politique assassiné en 1982 lors de la guerre civile libanaise, où la Syrie joua un rôle plus que trouble

(2) On dit volontiers en France "l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours"

(3) Répression dans le sang d'un soulèvement islamiste en 1982 par Hafez El Assad, père du président actuel

(4) La domination des "rebelles modérés" par les salafistes djihadistes est connue et décrite tout à fait officiellement par exemple par la Direction du Renseignement Militaire française. Voir l'audition devant le Sénat du général Didier Castres, de l'Etat-major français, le 15 décembre 2015, décrivant la rébellion syrienne comme

une constellation de combattants très divers de l'ordre de 100 000 personnes, dont la France estime que 80 000 d'entre eux appartiennent soit à des groupes terroristes désignés comme tels par les Nations unies, soit à des groupes salafistes extrémistes

Il s'agit bien ici des rebelles syriens hors Etat islamique (Daech) et hors forces kurdes. Et oui, l'estimation tout à fait publique de la DRM est bien que ces prétendus "rebelles modérés" sont dominés à 80% par les salafistes djihadistes. C'est-à-dire des gens dont le projet de société est bien celui résumé par Nassim Taleb, et dont les méthodes sont connues des Français à travers la campagne d'attentats en cours contre notre pays.

Il est important de bien faire la différence entre les opposants et les combattants. Que la majorité des opposants au dictateur ne soient pas des djihadistes, voilà qui est tout à fait possible. Mais en temps de guerre civile, les bulletins de vote sont remplacées par les fusils. Ce ne sont pas les opposants qui comptent, mais seulement les combattants, ceux qui prennent les armes. Et parmi ceux-là, les djihadistes salafistes sont estimés à 80% du total.

(5) Rappelons que l'assaut donné par l'armée américaine en 2004 sur la ville de Falloujah en Irak, révoltée contre l'occupant, a causé selon les journalistes indépendants un total de 4 000 à 6 000 morts dans la population, dont une majorité de civils

(6) Le tableau comparatif de Nicolas Taleb peut appeler des réserves sur plusieurs points, notamment la proportion de sunnites dans l'armée syrienne, qui a pu diminuer depuis l'avant-guerre où elle était de 70%, restant cependant au moins de l'ordre de la moitié du total.

Egalement, "droits complets" pour les femmes dans la Syrie de Bachar El Assad est probablement une exagération, pensant notamment à l'application pratique du droit de la famille. Cependant, le contraste avec les projets salafistes et wahhabites est de toute façon maximal.

 



68 réactions


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 décembre 2016 08:30

    Quel scandale et quelle honte pour nous d’avoir un tel président ! Je ne peux pas dédouaner de leur responsabilité et de leur manque de réflexion ceux qui ont fait élire Hollande, car celui-ci n’a jamais caché ses préférences ni ses intentions.


    • JL JL 17 décembre 2016 08:46

      @Gilles Mérivac
       

       est-ce que vous pourriez nous démontrer que vous saviez, et que vous avez été lanceur d’alerte sur ce sujet pour le faire savoir à d’autres ?

    • doctorix doctorix 17 décembre 2016 10:50

      @Gilles Mérivac

      Le Hollande d’aujourd’hui n’est pas celui que nous avons élu.
      C’est devenu un pantin qui a choisi définitivement la facilité, le confort de sa courte vue, et l’obéissance à ses maîtres en tant que young leader.
      En deux mots, c’est un authentique traître, à nous citoyens, comme à la France, mais aussi à l’humanité toute entière.

    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 décembre 2016 11:30

      @JL
      Oui, il suffit de retrouver mes commentaires sur le blog d’Ivan Rioufol de l’époque (site du Figaro)


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 décembre 2016 11:42

      @doctorix
      Vous avez élu quelqu’un sur de vagues promesses de s’attaquer à la finance qui n’étaient que du vent, mais derrière il y avait tout le travail de sape sur la société qui ne se cachait pas, promesses d’ouverture des élections aux étrangers, mariage pour tous, justice en faveur des immigrants et des délinquants, ouverture des frontières, etc.

      Le résultat du scrutin fut accueilli par une nuée de drapeaux étrangers place de la Bastille, tout un symbole !


    • JL JL 17 décembre 2016 12:09

      @Gilles Mérivac
       

       il faut dire que sarkozy avait bien préparé le travail !
       
       Je crois que de mon coté, je l’avais signalé, en 2007.
       
       Quand je dis qu’il avait préparé le travail, je fais allusion à ce qu’est devenue la politique : les programmes ne sont pas rassembleurs, ils sont clivants ; les électeurs ne choisissent plus, ils éliminent. 
       
       Hollande n’a pas été élu sur le choix de son programme mais sur le rejet de Sarkozy.


    • doctorix doctorix 17 décembre 2016 12:42

      @Gilles Mérivac

      Rappelez-moi quel héros français il a battu, déjà ?

    • Osis Osis 18 décembre 2016 06:51

       

      @doctorix

      « Le Hollande d’aujourd’hui n’est pas celui que nous avons élu. »

      Désolé de vous contredire, mais, sauf erreur de ma part, il était déjà socialiste...
      Notre Histoire contemporaine nous ressasse ce que sont réellement ces gens.
      Juste des Girondins déguisés dont la réelle mission est uniquement de brider une vraie gauche contestataire...

      Pour la prochaine élection, il est plus que probable que ce soit, encore, l’un d’entre eux, sous un autre déguisement, issu du premier, qui l’emporte...

      Pourtant, ils sont faciles à reconnaitre, aucun ne veut quitter l’Europe.

      Ainsi nous resterons, assurément, dans cette Europe mortifère.
      Si nous voulons réellement sortie de ce piège, c’est au premier tour que cela ce jouera.

       L’urgence c’est le FREXIT et rien d’autre.

                        

                   


    • troletbuse troletbuse 18 décembre 2016 23:05

      l@doctorix
      Depuis l’extradition de Aurore Martin, on pouvait deviner aisément que Hollande serait un salopard de la pire espèce. Je l’avais écrit sur AV. Heureusement qu’il n’’ét-ait pas né au moment de l’occupation allemande. Mes convictions


  • fred.foyn 17 décembre 2016 08:36

    Hollande est un « CRIMINEL » de guerre qui devra être jugé par la justice (après le peuple..) pour collaboration avec l’ennemi...
    Pendant ce temps aux USA, Obama fait son « CACA » nerveux pour fêter son incompétence face à Poutine homme sensé en gouvernance de la Russie pour éviter une guerre nucléaire voulue par les décérébrés-occidentaux !


  • cétacose2 17 décembre 2016 08:58

    Et une fois encore, dans cet article il n’est fait mention du role capital d’Israel dans le conflit syrien .C’est tellement évident que ça en devient indécent et grotesque de l’ignorer .Personne n’a l’honnèteté de révéler qu’Israel fait tout ,en entrainant ses vassaux , pour attiser les haines des uns pour les autres, pour mieux en profiter .Inutile d’utiliser un tableau synthétique pour le démontrer,un simple regard lucide et objectif suffit..... 


    • Shopi 17 décembre 2016 13:37

      @cétacose2
      En fait, je me demande si je vous envie pas...
      Vous avez un super bouc émissaire pour tous vos problèmes : Israël... quel bonheur de ne pas avoir à réfléchir plus loin que ça smiley
      Non... je vous envie pas en fin de compte. Je préfère la réflexion à vos œillères, une connaissance approfondie du sujet à une analyse du style TF1 (qui vous laisse plein de place libre dans le cerveau smiley )


    • cétacose2 17 décembre 2016 18:35

      @Shopi
      Bonsoir ,vous avez peut ètre raison ,c’est sans doute mon imaginaire débridé qui a inventé la colonisation à outrance de territoires volés et devant la saturation de ces mèmes territoires , la nécessité d’ en voler de nouveaux chez les voisins .Et pour cela ,tous les expédients sont employés....avec bien sur la bénédiction de tous les complices serviles et laches que nous connaissons....


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 19 décembre 2016 09:33

      @cétacose2

      Vous avez raison de dire qu’Israël occupe des territoires arabes illégalement bien sûr. C’est ce que dit le droit international, cela dure depuis 1967, et c’est un problème difficile et douloureux pour les Palestiniens.

      Mais cela ne signifie pas que l’occupation de la Cisjordanie et le blocus de la bande de Gaza soient les seuls problèmes du monde, ni même du Moyen-Orient, ni même les plus graves. Ils ne le sont pas, et d’assez loin encore. Malheureusement.

      Surestimer les responsabilités et les capacités d’un acteur (Israël) parmi plusieurs non seulement risque la myopie sur tout le reste, mais je dirais que c’est aussi au fond insultant pour les autres. Pays arabes et Iran, Turquie et Etats-Unis, Pakistan, France, Russie etc. sont des acteurs tout à fait autonomes, parfaitement capables de prendre leurs décisions eux-mêmes.

      En l’occurrence, ils n’ont besoin d’aucun Israélien ni d’aucun Juif pour faire la guerre, commettre des crimes, voire un crime contre l’humanité comme la Saoudie. Ou encore appuyer les crimes des autres, comme le président français actuel.


    • manu manu 19 décembre 2016 14:45

      @Alexis Toulet

      Oui mais dire que des juifs sont plus responsable que tous les autres sa aide les chrétiens de droite et d’extrême droite pour les élections, non ? 


  • Shawford Shawford 17 décembre 2016 09:27

    Excellentissime article, tout autant le texte originel que le travail de traduction (z’espère qu’ils en prennent de la graine ou s’étranglent avec à la « Mosquée d’à côté smiley smiley ).

    Dans la perspective de cette théorie du cygne noir, l’imprévisibilité va devenir la règle à l’encontre des thinks thanks, barbouzes, et par delà des »techno-crytpo-agences« alimentées à coup de milliards pour déverser une propagande de masse phénoménale.

    En effet quand ces agences dépensent ou vont dépenser des sommes colossales en bots, data cleaning et une quantité infinitésimale d’autres techniques automatisées, le »camp« d’en face, une armée de »trolls désœuvrés sur Internet« n’ont quant à eux eux pour seul but et hobby que de produire et répandre une analyse qualitative de la situation, laquelle n’apparaît en rien dans le traitement des données informatisées.

    Ce qui déjouera en tous points tous les filtres et autres moyens automatisés de censure déguisés qui s(er)ont promus et validés par nos chères zélites.

    Par delà une proportion croissante des internautes en viennent ou viendront immanquablement à préférer la propagande de sputnik, des »conspirationnistes« et autres »méchants« (désignés comme tel par la camp du »bien") de tous poils et tous horizons sur lesquels ils ont au moins une prise, plutôt que de se confronter immanquablement à un mur d’IA indexé sur le taux du Nasdaq.

    Et au surplus de déjouer donc toutes les prédictions qui soient sur tout événement mineur ou majeur possible de l’actualité mondiale.

     


    • doctorix doctorix 17 décembre 2016 10:01

      @Shawford

       « une armée de »trolls désœuvrés sur Internet »
      On n’est pas une armée de trolls désoeuvrés.
      Ni trolls, ni désœuvrés : on fait ce travail de lutte contre la désinformation en plus de notre boulot.
      Non mais...
      En plus, nous sommes capables de changer le cours des choses, on l’a vu récemment, et donc nous sommes désormais plus forts que les media, et cela sans argent, juste avec nos petits bras.


    • Shawford Shawford 17 décembre 2016 10:11

      @doctorix

      C’est pas fô !!

      Reste donc à prendre ou pas tout au pied de la lettre, comme ici sur cette expression taquine « auto-dérisionnelle » que j’utilise à dessein et à le (re)contextualiser dans nos différents échanges « virils » réciproques des derniers temps sur AV smiley


    • doctorix doctorix 17 décembre 2016 10:46

      @Shawford

      J’avais bien compris le second degré.
      Mais j’en profitais pour lutter contre cette attaque récurrente qui nous est faite.
      Nous sommes des citoyens ordinaires qui faisons un travail extraordinaire, voilà ce que je voulais souligner.

    • Shawford Shawford 17 décembre 2016 10:55

      @doctorix

      We are superheroes
      , comme dit Pierre le Corf, d’abord encensé pour finir ces derniers jours traité comme un immondice par tous les prestitués (même par arrêtsurimage, c’est pour dire), mais qui fait inexorablement son chemin dans les cœurs et sur le web smiley smiley.


    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 10:24

      @Shawford
      "Par delà une proportion croissante des internautes en viennent ou viendront immanquablement à préférer la propagande de sputnik, des »conspirationnistes« et autres »méchants« ....« 
      Bien vu, le parti-pris des grands média, bizarrement unanimes sur la politique étrangère, est tellement manifeste, que cela instille le doute, et le discrédit profite alors à l’information »alternative", fut-elle la plus extravagante...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 décembre 2016 18:06

      @Eric F
      « Un guide pour remporter la guerre des médias »

      "(..) 2016 a été l’année où les médias alternatifs indépendants sont passés d’un rôle simplement influent à la possibilité d’affecter le résultat d’une élection présidentielle. Comme cela a été largement commenté, pratiquement tous les journaux de la nation ont soutenu Hillary Clinton pour la présidence. Le fait qu’elle a, malgré tout, perdu a été le plus grand bras d’honneur signifié aux médias – et au statu quo en général – par le public américain depuis au moins une génération.« (...)


      (...) »Quant à tous les autres, restez forts. Mes écrits seraient sans importance sans vous. Ce ne sont pas les écrivains des médias alternatifs qui infligeront le dernier coup aux médias traditionnels, ce sera vous, les lecteurs. Nous sommes ensemble et dépendants les uns des autres. Ensemble, nous allons gagner.

      En toute Liberté."


    • JBL1960 JBL1960 18 décembre 2016 18:40

      @Eric F Si vous le permettez, et j’ai pour ma part relayé la vidéo de Eva Bartlet de RT, quand on essaye de ré informer, on voit aussi la propagande de Sputniknews ou français.rt.com dans leur ligne éditoriale. C’est précisément ce que j’essaie de dire dans ce billet du jour sur la désinformation en général, et en Syrie en particulier = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/12/18/juste-une-mise-au-point/


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 décembre 2016 16:09

    Les conflits préfabriqués ces dernières années et qui avaient comme but principal LA DESTRUCTION TOTALE des pays et LE TERRORISME BARBARE des peuples paisibles AURONT DES CONSÉQUENCES INCALCULABLES DANS TOUTES LES RÉGIONS DU MONDE ! 


  • alinea alinea 17 décembre 2016 20:34

    Et à nous, il reste quoi ?
    La honte, la colère, l’impuissance ? est-ce une fatalité... ou bien, autre chose ?


  • wesson wesson 17 décembre 2016 20:47

    Avant même d’avoir totalement lu l’article, commencez par bien nommer les choses. 


    Ce qui se déroule en Syrie n’est en rien une « guerre civile », mais bel et bien une guerre conventionnelle, avec un belligérant clairement subventionné par des puissances extérieures. 



    • agent ananas agent ananas 18 décembre 2016 08:22

      @wesson
      Tout à fait ...
      D’ailleurs une quinzaine d’officiers de l’OTAN/Israelo-wahhabites ont été capturé à Alep ...
      Ce qui confirme bien que le conflit en Syrie est bien une guerre d’agression par proxies et non une guerre civile...


    • Shawford Shawford 18 décembre 2016 08:28

      @agent ananas

      Reste désormais que si la capture n’est pas officialisée (et si donc elle existe bien) par une des parties en présence, c’est que l’agression est de tous bords, Moscow included


    • agent ananas agent ananas 18 décembre 2016 08:52

      @Shawford
      Moscou est invité en Syrie par un gouvernement souverain ... La présence russe en Syrie est tout à fait légale et conforme aux lois internationales, ce qui n’est pas le cas pour ceux de la coalition américano-israélo-wahhabite.
      Ceci dit, les autorités syriennes ont un excellent coup de relations publiques à jouer en paradant les officiers de l’OTAN ainsi que les jihadistes étrangers capturés devant la presse internationale pour casser le mythe de la « guerre civile » pour démontrer que cela était bien une guerre d’agression.


    • Shawford Shawford 18 décembre 2016 08:58

      @agent ananas

      Tout à fait, mais c’est justement pour ça que je disais que si l’affaire en reste à l’état d’annonces ou effet d’annonces officieuses non étalées sur la place publique, ce sera sur le dos des syriens.


    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 10:33

      @wesson
      « un belligérant clairement subventionné par des puissances extérieures »
      En fait avec DES belligérants de part et d’autre subventionnés par DES puissances extérieures rivales. Grosso modo l’axe wahhabite soutenu par les occidentaux, et l’axe chiite-alaouite soutenu par les russes. Occidentaux comme russes ne sont pas motivés par des considérations idéologiques ou religieuses, mais exclusivement géopolitico-pétrolières.
      Donc c’est une guerre civile instrumentalisée par des puissances extérieures, cas très classique que nous avions connu à l’époque des guerres de religion en Europe.


    • roman_garev 18 décembre 2016 12:36

      @Eric F
      Simplisme étoudissant (ou malveillance évidente), cette tentative pitoyable de réduire la guerre imposée par l’Occident au niveau religieux. Et in Irak, vos explications svp du soutien par les USA de ces mêmes chiites contre ces mêmes sunnites ? Les USA et la Russie changeant de rôle dans ce prétendu conflit religieux selon le territoire concerné ? Débilité même pas à commenter...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 décembre 2016 18:26

      @roman_garev
      Comme le dit Wesson, il ne s’agit pas d’une guerre civile, mais d’une guerre d’ingérence coloniale.
      Comment ce conflit a commencé, en Mars 2011 ?? « Le jour d’avant Deraa ... »


      Et avant Deraa, le 2 novembre 2010, il y eu la signature des accords de Lancaster House entre le Gouvernement Sarkozy- Juppé- Fillon et Cameron, poussés par Killary, pour envahir la Libye et la Syrie. Ils ont détruit la Libye.

      Obama a levé le pied en 2013 sur les bombardements de l’ US Navy en Syrie, à cause des Russes et de leur armement défensif. « Syrie : Echec et Obamat ».

      Les USA ont contourné l’obstacle, grâce à la CIA et à l’opération « Timber Sycamore en Syrie »

    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 18:43

      @roman_garev
      Vous faites celui qui n’a pas compris, j’ai parlé d’instrumentalisation de conflits religieux par des puissances extérieures pour des motifs d’intérêt -l’occident n’est pas le seul intervenant, les pays du Golfe le sont bien davantage, la Turquie y a sa part, et la Russie n’y est pas absente-.

      Ceci dit effectivement l’équation n’est pas aussi binaire sur tous les fronts, il s’agit d’une tendance générale. Concernant l’Irak, ce régime quoique chiite est soutenu par la ligue arabe [ce qui n’est le cas ni de la Syrie ni de l’Iran] et par l’occident.

      Il semble y avoir quelque chose comme un objectif de stabiliser l’Irak [crainte de contagion de la part de l’Arabie voisine ?] et un objectif contradictoire de déstabiliser la Syrie [sans frontière avec l’Arabie mais jouxtant Israël].


    • JBL1960 JBL1960 18 décembre 2016 18:46

      @Shawford Mais c’est officialisé ! D’ailleurs, la liste des personnes capturées avec des noms a été donnée ► Les forces syriennes ont fait prisonniers des militaires de nationalités suivantes :
      22 Yankees, 16 Britanniques, 21 Français, 7 Israéliens et 62 Turcs

       Perso j’ai choisi de ne pas la diffuser stricto sensu, elle est en section commentaire de mon billet « Juste une mise au point » et c’est précisément pour cela que le Hollandouille a provoqué (c’est tout ce qu’il peut faire ce leader minimus) une réunion d’urgence au CS de l’ONU Vendredi 16/12 et aujourd’hui doit être discuté : Dimanche 18 décembre 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies examinera la proposition de résolution française demandant le déploiement d’observateurs de l’Organisation et de ses « partenaires » (sic) [§3 de la proposition] à Alep-Est pour superviser l’évacuation aussi bien des civils que des « combattants de l’opposition » (re-sic) [§1 de la proposition].


    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 19:26

      @JBL1960
      s’il est avéré qu’il y avait effectivement des militaires français conseillers ou actifs à Alep-Est tenue par une coalition rebelle incluant une ex-filiale d’Al Qaida, cela serait effectivement un coup de tonnerre.


    • njama njama 18 décembre 2016 20:52

      @wesson
      Ce qui se déroule en Syrie n’est en rien une « guerre civile », mais bel et bien une guerre conventionnelle, avec un belligérant clairement subventionné par des puissances extérieures.

      Oui c’est effectivement une erreur de l’auteur Alexis Toulet qui reprend la terminologie des médias, de l’opposition contrairement au titre de l’article de Nassim Nicholas Taleb, guerre syrienne

      The Syrian War Condensed : A more Rigorous Way to Look at the Conflict

      Ça plombe un peu l’article, dommage. Il serait préférable de dire « guerre en Syrie » tant il a d’effectifs mercenaires étrangers dans ces rebelles.

      Caroline Galactéros : « À Alep, sortons enfin des vues manichéennes »

      Parleriez-vous de guerre civile ?

      « Il n’y a pas de guerre civile à proprement parler en Syrie. Il y a une guerre contre tous les Syriens (toutes confessions et communautés confondues) qui est menée de l’extérieur contre ces populations. Les rebelles les retiennent sous leur coupe nous l’avons dit, les rançonnent, menacent les familles de ceux qui voudraient fuir, utilisent écoles et hôpitaux pour s’y retrancher, y disposer leurs snipers et provoquer l’opprobre occidental contre ceux qui n’hésitent pas à les en déloger. »

      http://arretsurinfo.ch/caroline-galacteros-a-alep-sortons-enfin-des-vues-manicheennes/


    • njama njama 18 décembre 2016 20:55

      @Fifi Brind_acier

      en 2011 : c’est Sarkozy + Fillon + Juppé, bien que je pense qu’en politique étrangère Fillon était mis à l’écart. Avec Sarko deux chefs ce n’est tout simplement pas possible, et la politique étrangère a toujours été traditionnellement la chasse gardée de l’Élysée.

      Ceci dit le 2 novembre 2010 les Accords de Lancaster House.
      C’est Sarkozy qui les signe avec Caméron comme on le voit sur la photo, et donc, c’est KOUCHNER qui est MAE ... + la responsabilité implicite de Fillon et de l’ensemble du gouvernement Fillon 2 (23 juin 2009 - 13 nov. 2010)

      Bernard Kouchner était ministre des affaires étrangères et européennes sous Nicolas Sarkozy du 18 juin 2007 au 13 nov. 2010 (gouvernements Fillon 1 et Fillon 2) , avant que Alain Juppé ne lui succède le 27 février 2011 après le très court intérim de Michèle Alliot-Marie

      donc l’affaire était emballée sous SARKOZY - KOUCHNER avant Juppé, l’idiot atlantiste de service qui arrive quelques mois plus tard


    • agent ananas agent ananas 19 décembre 2016 02:07

      @JBL1960
      Un lien sur les « terroristes » occidentaux fait prisonniers ? Merci.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2016 06:53

      @njama
      Fillon a été 1er Ministre de 2007 à 2012, c’est à dire toute la durée du mandat de Sarkozy.
      Il n’était pas au courant des accords signés par Sarkozy ??


      Wikipedia :
      Le 17 mai 2007, à la suite de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007, il est nommé Premier ministre, conduisant trois gouvernements et étant l’unique chef de gouvernement de la législature. Il quitte ses fonctions le 10 mai 2012, après la défaite de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Il est le deuxième Premier ministre, après Georges Pompidou, dans l’ordre de durée de présence en continu à Matignon.

    • Alexis Toulet Alexis Toulet 19 décembre 2016 09:44

      @wesson


      « Ce qui se déroule en Syrie n’est en rien une « guerre civile », mais bel et bien une guerre conventionnelle, avec un belligérant clairement subventionné par des puissances extérieures »

      La guerre en Syrie est bel et bien une guerre civile.

      Impossible de le nier, quand la majorité des combattants sont syriens, et ce dans chacun des camps, quand l’enjeu le plus direct de la guerre est de toute évidence qui gouvernera la Syrie et surtout comment.

      Mais une guerre civile n’est pas par définition une guerre où aucun étranger n’interviendrait ! Cela n’a pratiquement jamais été le cas, voir la décennie 1790 en France, la guerre civile russe après 1917, les guerres civiles françaises entre catholiques et protestants de la fin du XVIème siècle, etc. etc.

      En Syrie, chacun des camps fait appel à des troupes étrangères, chacun des camps est soutenu par plusieurs puissances étrangères agissant pour leurs propres intérêts. Cela va de soi... parce que c’est pratiquement toujours le cas lors d’une guerre civile.

      La guerre civile américaine dite « de sécession » est peut-être le seul contre-exemple vraiment convaincant.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 19 décembre 2016 09:48

      @Eric F

      « Avéré » est effectivement le mot-clé, vous avez entièrement raison.

      Le principe de base, c’est que les affirmations extraordinaires requièrent des preuves extraordinaires. Un entrefilet dans deux ou trois médias n’est en aucun cas une preuve.

      Si la chose est vraie, des photos et vidéos ne tarderont pas apparaître, en même temps que la dénonciation officielle par les gouvernements syrien, russe etc.

      J’en serais très surpris. smiley



    • JL JL 19 décembre 2016 10:25

      ’@JBL1960, à tous, 

       

      ’’Les forces syriennes ont fait prisonniers des militaires de nationalités suivantes :
      22 Yankees, 16 Britanniques, 21 Français, 7 Israéliens et 62 Turcs’’

       
       Quelle est en l’occurrence, la différence entre les militaires, qu’ils soient US, UK ou Français, et les djihadistes issus de ces mêmes pays ? 
       
       Qui est capable, vu d’ici, de faire la différence ? 

    • njama njama 19 décembre 2016 12:46

      @Alexis Toulet
      @Eric F
      présence avérée de militaires français depuis longtemps ... ne fût-ce que parce que l’État major français est en lien avec l’ASL depuis sa création.
      Une douzaine d’officiers français avaient été faits prisonniers à Homs en février 2012 (et non pas 120 comme l’avaient colporté qqs journaux)

      VIDEO 04/03/2012 (3’01)  Syrie : Silence des médias sur les militaires français arrêtés à Homs
      https://www.dailymotion.com/video/xp7p1l_syrie-silence-des-medias-sur-les-militaires-francais-arretes-a-homs_news
      05 mar 2012 Thirteen French officers ’captured by Syrian Army’
      http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/9122749/Thirteen -French-officers-captured-by-Syrian-Army.html

      Si la chose est vraie, des photos et vidéos ne tarderont pas apparaître, ...
      n’espérez pas de trop, photos et vidéos, les prisonniers de guerre sont protégés par la Convention (III) de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre, 12 août 1949.

      Images des prisonniers : indignation variable
      L’article 13 précise ainsi que « les prisonniers de guerre doivent en tout temps être protégés particulièrement contre les actes de violence ou d’intimidation et contre les insultes et la curiosité publique ». L’article 14 quant à lui insiste sur « le respect de la personne des prisonniers » et affirme qu’« ils ont droit en toutes circonstances aux respect de leur honneur ».

      En diffusant les images des prisonniers américains capturés près de Nassirya, l’Irak a très certainement violé les conventions de Genève comme l’ont fait auparavant les Etats-Unis en autorisant les journalistes à filmer puis transmettre des vidéos d’Irakiens capturés par leurs forces. Dans ce contexte, le CICR rappelle que le respect des conventions de Genève « est de la responsabilité des Etats ». Et si l’organisation recommande qu’aucun film ou photographie, qui pourrait donner une image dégradante du prisonnier ou qui permettrait de l’identifier, ne soit publié, elle souligne que les journalistes ne sont pas responsables si ce n’est devant les règles de leur éthique professionnelle.

      http://www1.rfi.fr/actufr/articles/039/article_20779.asp


    • njama njama 19 décembre 2016 12:51

      @JL

      La différence est que des mercenaires (d’une façon générale, djihadistes ou non) ne peuvent prétendre bénéficier comme les militaires d’armées régulières du statut de prisonniers de guerre et de la protection de la Convention (III) de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre, 12 août 1949.


    • njama njama 19 décembre 2016 13:14

      @Alexis Toulet

      En mars, avril 2011 l’épicentre de cette pseudo révolution syrienne * gravite essentiellement autour de Deraa petite ville du Sud près de la frontière jordanienne (76 419 hab. en 2009). Damas, 1,711 million (2009), Alep 2,302 millions (2005).
      Des manifestants armés, islamistes affichés pour certains, étaient présents dès les premières manifestations pacifistes pour obtenir quelques réformes.

      * je précise parce que les médias ne commenceront à parler de « guerre civile » en Syrie qu’au bout de 2 ans, bien que les factions armées islamistes étrangères étaient nombreuses en Syrie et très visibles depuis longtemps ; mais allez comprendre pourquoi les médias ne les voyaient pas ??? toujours est-il que le story telling d’une révolution syrienne n’était plus crédible du tout, et sera recyclé en « guerre civile » pour laisser une coloration politiquement correcte à cette « rébellion »déjà largement soutenue par la France et d’autres puissances étrangères.

      Les événements en Syrie depuis le 15 mars
      Publié le 24 mars 2011 à 16h44
      Voici un rappel des événements en Syrie, en proie depuis le 15 mars à un mouvement de contestation sans précédent contre le régime du président Bachar al-Assad, au pouvoir depuis 2000.

      Chronologie de la révolte syrienne
      http://rattrapages-actu.fr/fiches-actu/chronologie-de-la-revolte-syrienne


    • njama njama 19 décembre 2016 13:35

      @Fifi Brind_acier
      Il n’était pas au courant des accords signés par Sarkozy ??

      Si forcément, Fillon l’était. La politique étrangère se décide surtout entre l’Élysée et le Quai d’Orsay. Je voulais souligner que si Juppé n’aura pas d’état d’âme particulier pour enfoncer bien le clou dès sa prise de fonction comme MAE, les presque 3 ans et 1/2 de KOUCHNER ministre des affaires étrangères, atlantiste et sioniste avéré, ont certainement profondément influé sur la politique étrangère de la France.

      Je crois que ce n’est pas pour rien qu’il déclarait publiquement

      "Bernard Kouchner lui-même, prend la parole : de ce ton grave et « inspiré » – un peu le registre Dominique de Villepin – qu’on lui connaît, l’ex-ministre-potiche des Affaires étrangères de Sarkozy crache carrément le morceau : il faut, en renversant Bachar, briser l’axe Hamas-Hezbollah-Damas-Téhéran, trop peu « american & israelian friendly » en quelque sorte".

      source : Le 4 juillet 2011, BHL, Fabius, Kouchner, lançaient la campagne « Assad doit partir ».

      Juillet 2011 – Aux origines de la guerre en Syrie – Encore une guerre au service d’Israël ?

      Après toutes les guerres – Libye, Irak, Afghanistan, Darfour, Bosnie – devant conduire à démembrer et détruire ces pays, qui retrouve-t-on s’apprêtant à sauver la Syrie ? BHL, Kouchner, Glucksmann, Encel, Fabius…
      Il convient donc de se rappeler que ce sont ces tristes individus, qui, en collusion avec le président Sarkozy, lançaient la campagne anti-Assad qui devait détruire la Syrie et jeter des millions de Syriens sur la route. [ASI]

      Escroquerie : Infosyrie était au meeting « pro-syrien » de BHL
      Par Louis Denghien, le 5 juillet 2011

      http://arretsurinfo.ch/le-4-juillet-2011-bhl-fabius-kouchner-lancaient-la-campagne-assad-doit-partir/

      pour preuve que le sort du peuple syrien, ce n’était pas son problème, mais qu’il agissait pour le compte d’Israël, sa préoccupation étant de briser l’axe Hamas-Hezbollah-Damas-Téhéran

      et depuis plus de 5 ans le peuple syrien paie au prix fort, au prix du sang et des larmes, cette politique sioniste.



    • JL JL 19 décembre 2016 13:53

      @njama
       

       je ne parlais pas de cet ordre de différence, mais sur le fait que les uns comme les autres sont dans le même camp, ce qui pose la question : quid de notre inquiétude, quant au retour en France des djihadistes ? 

       Cela me fait penser au sketch des inconnus : un bon chasseur il entend un bruit, il tire ; un mauvais chasseur il entend un bruit, il tire ! c’est pas pareil.

    • njama njama 19 décembre 2016 17:51

      @ Alexis Toulet

      Je m’aperçois que j’avais oublié le lien

      Les événements en Syrie depuis le 15 mars
      Publié le 24 mars 2011 à 16h44

      http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/les-revolutions-arabes/20110324.OBS0219/les-evenements-en-syrie-depuis-le-15-mars.html


  • roman_garev 17 décembre 2016 20:56

    Le résumé de la guerre civile en Syrie ne se fera ni au Conseil européen, ni ailleurs sous l’égide de l’Occident.

    Poutine (lors de la conférence de presse à Tokyo) : « Nous nous sommes mis d’accord avec le Président Erdogan de proposer aux partis du conflit syrien - nous au gouvernement syrien, et le Président de la Turquie aux représentants de l’opposition armée - de continuer les négociations de paix à un site paisible. La capitale du Kazakhstan, Astana, pourrair servir de tel site. » (lien RT en russe, pas trouvé en français)
    Cela veut dire : plus d’étasuniens et d’autres occidentaux. On en a marre, on se débrouillera entre intéressés.
    En fin diplomate Poutine a ajouté qu’Astana ne ferait pas concurrence à Genève, mais en ferait la paire. (Cette phrase, à mon avis, paie tribut à la politesse.)
    Les militaires russes sont moins diplomatiques sur le même sujet :
    Konachenkov (attaché de presse du Ministère russe de la défense) : « Toutes ces tentatives de remplacer le travail difficile des pourparlers avec l’opposition armée sur le terrain par quelques conférences dans les capitales occidentales confortables avec les représentants des »comités supérieurs de communication« ou par l’envoi des »observateurs« en Alep, c’est la voie sans issue et inutile. » (lien RT en russe, pas trouvé en français)




    • roman_garev 18 décembre 2016 12:31

      @roman_garev
      Le Président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev vient d’annoncer son accord sur Astana en tant que site de pourparlers Russie-Syrie-Turquie-opposition syrienne.

      Finie, Genève avec ses « représentants de comités supérieurs » qui se remplacent vertigineusement et dont personne ne sait qui au juste ils « représentent ». Et surtout avec leurs curateurs occidentaux. Bienvenue à Astana (ceux qui seront invités smiley )

    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 19:08

      @roman_garev
      Je suis d’accord sur un point : le processus de Genève a capoté. Vous évoquez cette conférence d’Astana, sur laquelle se posent des questions : notamment :
      -quel est l’avis de la ligue arabe ?
      -quelle est l’« opposition syrienne » habilitée ? Ce ne peut être ni Daesh, ni les succursales d’Al Qaida qui tenaient Alep Est, donc est-ce le « Conseil Démocratique de Syrie » ?
      -quid des Kurdes, qu’Ankara aimerait phagocyter ?


  • Eric F Eric F 18 décembre 2016 10:51

    Il faut noter que si les grand médias relaient effectivement la position occidentale dans ce conflit (pro-rebelles en Syrie, anti-rebelles en Irak), il existe une information alternative abondante sur les réseaux sociaux, le problème étant que la provenance peut parfois être une contre-propagande manipulée, comme on l’a vu par exemple dans l’affaire des email d’Hillary).

    L’auteur du présent article Nassim Nicholas Taleb étant d’origine chrétien-libanais, cette communauté est désormais pro-Assad (le tout nouveau président libanais Aoud s’était réconcilié avec la Syrie dès 2008), gage du pluralisme religieux dans son pays, face aux exclusivistes salafistes. Le point de vue n’est donc pas tout à fait dénué de préférence partisane.


    • roman_garev 18 décembre 2016 12:20

      @Eric F
      Information alternative, les Occidentaux la cherchent de plus en plus sur RT. 

      Vote curieuse en Twitter par Mike Cernovich, journaliste :
      « Si RT et CNN donnaient les rapports contraires, à laquelle de deux sources auriez-vous cru davantage ? »
      Résultats de 22317 votes :
      RT - 88 %
      CNN - 12 % 

    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 18:20

      @roman_garev
      Inévitablement, si on veut une information alternative, c’est forcément « en face » qu’on va la chercher, car CNN donne le même son de cloche que nos médias (ce n’était pas le cas lors de la guerre d’Irak, notons-le). Ceci étant, Russia Today ou Sputnik ne sont évidemment pas moins « partisans » que CNN, mais c’est l’« autre » point de vue ; le citoyen doit donc faire lui-même la synthèse, sinon voulant échapper au pipeau, il se laisse envouter par la trompette smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 décembre 2016 18:33

      @Eric F
      Quels mails manipulés sur Killary ? Wikileaks vient d’intervenir :
      « Si Obama a vraiment des renseignements sur Poutine, il n’a qu’à les lui faire parvenir ! »

      « [Barack] Obama devrait nous soumettre ses renseignements qui selon lui mettent en cause [Vladimir] Poutine. S’il veut que ces documents soient crédibles, il faudrait qu’ils soient examinés par nos experts pour authentification », a annoncé WikiLeaks dans un tweet le 16 décembre.
      Moscou a également déclaré que Washington devait fournir des preuves de ses accusations et, qu’à défaut d’en avoir, il était préférable que les Etats-Unis cessent de parler de ce sujet. "


    • Eric F Eric F 18 décembre 2016 18:54

      @Fifi Brind_acier
      Le problème de Wikileak est, qu’étant opposé à l’état US et en particulier aux Clinbton, il est devenu *proche* du pouvoir russe.
      http://www.arretsurimages.net/articles/2016-08-15/Wikileaks-outil-de-la-russie-Mediapart-liste-les-elements-a-charge-id8993
      http://www.humanite.fr/la-russie-promet-limmunite-aux-hackers-qui-sen-prennent-hillary-clinton-613394


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2016 07:28

      @Eric F
      Vous connaissez des pays de l’ OTAN qui protègent les lanceurs d’alerte ?
      La France devrait accueillir et décorer Snowden et Assange, mais vous pouvez toujours attendre !
      Chez nous les lanceurs d’alerte sont blacklistés ou condamnés par les Tribunaux...


    • Eric F Eric F 19 décembre 2016 11:25

      @Fifi Brind_acier
      Vous connaissez des pays du reste du monde qui protègent leurs propres dissidents ? Il s’en trouvent qui se font « traiter » au polonium.

      Assange et Wikileak peuvent avoir sur certains points une véritable utilité, mais il peuvent aussi devenir des outils au profit d’autres puissances.


    • roman_garev 18 décembre 2016 13:14

      @roman_garev
      On vient de découvrir (lien en arabe) dans l’un des quartiers libérés d’Alep Est le stock d’aliments qui aurait suffi pour plusieurs années. Tandis que les vieillards et autres civils d’Alep Est souffraient de faim...


  • atmos atmos 18 décembre 2016 14:28

    Un décapiteur modéré, soi-disant maire d’Alep, reçu en chef d’état par nos « dirigeants » ! Ces crapules osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. Comment espérer que ces traîtres nous protègent du terrorisme islamiste, alors qu’ils s’en font ouvertement les complices ?


  • njama njama 18 décembre 2016 21:07

    @ Alexis Toulet

    Pour compléter  la note en bas d’article relative au massacre de Hama (3) Répression dans le sang d’un soulèvement islamiste en 1982 par Hafez El Assad, père du président actuel :

    Le rapport officiel de la Defense Intelligence Agency (DIA) américaine, déclassifié en 2012, peu suspect de complaisance, estime le nombre total de victimes à environ 2 000 morts ce qui doit correspondre aux combattants islamistes ... et autant du côté des forces du gouvernement

    voir Conclusion page 7 >> « The total casualties for the Hama incident probably number about 2000. »
    page précedente 6 : « On the same date, Muslim Brotherhood sources in Vienna claimed 2000 governement forces had been killed and another 3 000 wounded ... »


  • njama njama 18 décembre 2016 21:15

    Les médias ont souvent tendance à oublier les morts côté forces de police, de sécurité ou militaires.

    Comment le discours médiatique a mis à mort le peuple syrien

    Le 23 mars 2011, au tout début de ce qu’on appelle désormais le « conflit syrien », deux jeunes hommes – Sa’er Yahya Merhej et Habeel Anis Dayoub – ont été abattus dans la ville de Deraa, au sud de la Syrie. Merhej et Dayoub n’étaient, ni des civils, ni des opposants au gouvernement du président syrien Bachar el-Assad. C’étaient des soldats de l’armée régulière, l’Armée Arabe Syrienne (AAS).

    Abattus par des tireurs inconnus, Merhej et Dayoub furent les premiers des quatre-vingt-huit soldats tués dans toute la Syrie pendant le premier mois du conflit – à Deraa, Lattaquié, Douma, Banias, Homs, Mouadamiya, Idlib, Harasta, Soueïda, Tell Kalakh et dans la banlieue de Damas.

    Selon la commission d’enquête indépendante de l’Onu chargée d’enquêter en Syrie, en mars 2012, le total des membres de l’AAS tués au cours de la première année du conflit s’élevait à 2569. A la même époque, selon l’ONU, le nombre total de tous les décès dus à la violence politique en Syrie s’élevait à 5000.

    Ces chiffres brossent un tableau complètement différent des événements de Syrie. Ceux-ci n’ont rien à voir avec le conflit que nous décrivent les gros titres des journaux – ne serait-ce qu’au vu de la relative égalité du nombre de morts des deux côtés, qui suggère que le gouvernement n’a pas employé une force démesurée pour désamorcer la violence.
    [..........]

    Par Sharmine Narwani est une commentatrice et analyste politique sur le Moyen-Orient. Elle est membre associée du St. Antony’s College à l’Université d’Oxford. Elle a obtenu un master de journalisme et d’études moyen-orientales en Affaires internationales de l’Université Columbia.
    Sources : Russia Today ; Traduit par Tlaxcala
    http://reseauinternational.net/comment-le-discours-mediatique-a-mis-a-mort-le-peuple-syrien/

    Syrie : qui massacre qui ?
    Par Sharmine Narwani 22/05/2014
    https://www.silviacattori.net/spip.php?article5666


Réagir