mercredi 9 août - par Albert Ricchi

De Pompidou à Macron, le système Rothschild tire toujours profit de la dette publique...

 Depuis la loi de 1973, dite « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, Georges Pompidou, l’État est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron, issu lui aussi de la banque Rothschild, ne compte pas bien sûr remettre en cause cette loi, préférant faire des coupes sombres dans les budgets sociaux pour réduire le déficit de l’Etat… 

 


Depuis 1973, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. En clair, l’État est condamné à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la Banque de France.

Comment en est-on arrivé là ? En 1973, après de 30 années de création monétaire, l'économie française était remise à flot. Dans l’esprit de l’ancien président de la République, Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale. 

Il semblait donc plus aussi nécessaire de laisser persister des mécanismes qui s'étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels, d'autant plus que ces mécanismes de création monétaire avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l'Etat. 

Il s’agissait avant tout d'instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie en s'imposant une discipline budgétaire. Il apparut souhaitable à la fois d'encadrer les dérives potentielles de l'Etat et de sortir d'une ère d'économie administrée en établissant un autre système de financement.

Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter. De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d'un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu'ici.

Cette loi a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht (à compter du 1er novembre 1993, article 104) et Lisbonne (à compter du 1er décembre 2009, article 123) que la France appliquer à la lettre depuis cette date.

Les critiques de la loi de 1973

Contrairement à ce qu’escomptaient les initiateurs de la loi de 1973, l’endettement public non seulement s’est poursuivi mais a augmenté considérablement, l’État étant progressivement devenu l’otage d’un système financier privé. 

On le voit aujourd’hui en France mais aussi en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, ce ne sont plus les états qui gouvernent mais la « troïka » (Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne) qui resserre toujours davantage son emprise financière sur les pays, notamment du Sud de l’Europe.

La critique de cette loi a notamment été porté par Étienne Chouard qui a préfacé le livre de l'essayiste altermondialiste André-Jacques Holbecq « La dette publique, une affaire rentable », publié en 2008.

Le webdocumentaire « L'Argent Dette » (documentaire sur la création monétaire, 2008) de de Paul Grignon, fustige le fait que les États empruntent de l'argent et payent des intérêts, alors qu'ils pourraient créer l'argent. Diffusé en streaming sur le web et en DVD, il nous montre à l'aide d'animations et d'explications claires la façon dont est créé l'argent. Et contrairement à ce que l'on peut croire, la monnaie créée par l'État ne représente que 5% de l'argent en circulation contre 95% créée par quelqu'un signant une reconnaissance de dette à une banque. 

Gabriel Galand et Alain Grandjean, membres de l'association « Chômage et Monnaie », créée en 1992, ont dénoncé eux aussi cette loi dans un livre de 1996, " La monnaie dévoilée ", aux Editions L'Harmattan. 

Dans le documentaire franco-allemand d'Arte, « La dette, une spirale infernale ? », le pouvoir des banques de créer de l'argent à partir de rien, contre une promesse de remboursement y est critiqué également par le regretté Bernard Maris qui expliquait notamment : « L'argent, qui était devenu un bien public - c'est-à-dire que l'État gérait la création monétaire - est redevenu un bien privé, créé par les banques, de grandes puissances autonomes, dans les années 1970, et après ça n'a fait que s'amplifier ».

C'était aussi l'avis de Michel Rocard qui estimait que cette loi a « interdit à l’État de se financer sans intérêt auprès de la banque de France » et l'a obligé à « aller se financer sur le marché financier privé à 4 ou 5 % ».

Dans son livre « L'Arnaque du siècle » de 2012, Nicolas Dupont-Aignan écrit « Comment pouvons-nous accepter d'avoir transféré la création monétaire au secteur privé, c'est-à-dire aux banques privées ? […] Est-il normal, pour construire une autoroute, pour financer le haut débit, d'emprunter à 3 % à des banques ou par des obligations alors que la banque centrale publique prête à 1 % ? […] Alors même que l'on pourrait, comme la France l'a fait jusqu'en 73 […] financer à un taux abordable nos équipements publics ? ».

Des critiques, comme Emmanuel Todd, vont jusqu'à considérer que la dette est illégitime et ne doit pas être remboursée.

Des chiffres méprisés par Emmanuel Macron

Si les taux d’intérêt ont fortement diminué ces dernières années, s'établissant à moins de 1% en moyenne ou même négatifs à certaines périodes de l'année depuis 2012, ils ont été très élevés par le passé.

Dans les années 80, le taux d’intérêt moyen à 10 ans était de 11,9%, dans les années 90 de 6,3%, dans les années 2000 de 3,9%. En 2011, les taux d'intérêt à dix ans notamment sur les emprunts d'Etat de la Grèce ont atteint des niveaux record, jusqu'à 17,68 % ! La tension sur la Grèce a poussé à la hausse les taux des autres pays fragiles de la zone euro : les rendements à dix ans de l'Irlande ont atteint jusqu’à 11,31 % et ceux du Portugal 10,46 %.

En 1978, la dette publique de la France représentait 72,8 milliards € et 21,2% du PIB.

En 1988 : 302,8 milliards € et 33,3% du PIB.

En 1998 : 787,4 milliards € et 59,6% du PIB.

En 2005 : 1147,6 milliards € et 66,8% du PIB. La charge de la dette (paiement des intérêts seuls) se montait à 47,4 milliards d'euros, soit la presque totalité de l'impôt sur le revenu payé par les Français. Cette charge était le deuxième poste budgétaire de l'État français, après celui de l'Éducation nationale et avant celui de la Défense. 

En 2007 : 1211,6 milliards € et 64,2 % du PIB. La charge des intérêts se montait à plus de 50 milliards d'euros, soit l'équivalent du déficit public. 

Fin 2013 : 1 925,3 milliards d'euros, soit 93,5 % du PIB. 

A la fin du 1er semestre 2014, la dette a dépassé officiellement les 2 000 milliards €. 

Fin 2015, lorsque Emmanuel Macron était encore ministre de l’Economie, de l’industrie et du Numérique, la dette est montée à 2 098 milliards € !

Fin juillet 2017, la dette s’élevait à 2 226 milliards € (soir 35 441 € par habitant et 70 882 € par ménage)

Un calcul précis révèle en outre que de 1980 à 2008, la dette a augmenté de 1 088 milliards €, les intérêts payés se montant à 1306 milliards d’euros ! Sans les intérêts encaissés par les financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros au lieu de 1 327 milliards € ! 

Une situation dramatique qui s’est encore aggravée depuis la crise de 2008 où, en volant au secours des institutions financières, l’État est également devenu le fournisseur en premier ressort de ces mêmes institutions qui lui reprochent son endettement et lui appliquent en conséquence des taux usuraires. 

Aujourd’hui, Emmanuel Macron occulte systématiquement le problème du financement de la dette publique par des organismes bancaires privés à l’image des « éminents journalistes » que sont les Apathie, Barbier, Calvi, Demorand, Joffrin, Lechypre, Lenglet, Pernaut, Pujadas qui préfèrent parler de « l’insupportable fardeau de la dette », « la France en faillite », « les nécessaires sacrifices à faire », « la nécessité de ne pas vivre au-dessus de nos moyens » etc.

C’est ainsi que s’imposent dans l’opinion françaises et européenne des vérités apparentes qui confortent l'inéluctabilité de l’austérité et la remise en cause le système des créanciers privés pour financer l’endettement des états…

 

 

Photo Creative Commons

 

 

Lire toutes les infos du blog : 

 



44 réactions


  • Alren Alren 9 août 18:14

    Je ne savais pas que cette loi scélérate de 1973 voulue par Pompidou mais aussi par Giscard d’Estaing avait été critiquée par l’inénarrable Rocard. Que ne l’a-t-il combattue quand il était premier ministre !

    Cette loi n’avait pas pour but d’empêcher la création d’inflation par un excès de monnaie émise à la demande de l’État par la banque de France mais de pouvoir baisser l’impôt des très riches tout en continuant à assurer les prestations que l’État devait aux autres contribuables.

    Ces riches rentiers, ainsi épargnés par l’impôt, devenaient prêteurs de l’État, un débiteur sûr, et s’enrichissaient ainsi au détriment des autres Français devant payer d’une façon ou d’une autre des intérêts à ces parasites sociaux.


  • JL JL 9 août 18:45

    Le principe de la dette c’est le principe de la pompe aspirante-refoulante : un coup on endette le pays, le coup d’après on le somme de rembourser ; la dette est au cœur de la politique de ruissellement par le fait qu’elle remplit les poches de ceux qui sont les plus riches. En l’absence de réels investissements, la dette n’a plus aujourd’hui de sens que dévoyée.

     
    Les gens bien placés s’empiffrent quand l’argent rentre ; et quand vient l’heure du remboursement, on fait payer les pauvres et les modestes. 
     
    Cerise sur le gâteau, entre temps les prêteurs perçoivent les intérêts, autrement dit les dividendes.
     
    A-t-on jamais vu les riches contribuer au remboursement de la dette ? Bien sûr que non ! ce serait antinomique.
     
     


  • karim 9 août 23:21

    De l’esclavage des personnes on est passé à l’esclavage des Etats. Mais puisque les citoyens vivent dans ces Etats et qu’ils sont soumis aux gouvernements de ces Etats, c’est comme si on est passé à une forme d’esclavage moderne des personnes.


  • Vraidrapo 9 août 23:26

    C’est ainsi que s’imposent dans l’opinion françaises et européenne des vérités apparentes...
    Tout est dit. Mais avec l’aide des Media du MEDEF, on peut faire avaler n’importe quelle couleuvre aux gens... en diabolisant tout ce qui est contraire aux intérêts des Rothschild.
    Il se trouve même des gens qui ne sont pas dupes mais, qui préfèrent que ça continue plutôt que de laisser passer une opposition démocratique constructive qui n’aurait pas leur... « sensibilité ».
    De sorte que ça peut durer encore longtemps des Sarko, des Hollande, des Macrons, les Rothschild en ont plein l’escarcelle


  • zygzornifle zygzornifle 10 août 08:54

    si Rothschild passe chez Hanouna-Nabila (qui revient bientôt avec une émission de télé réalité) ça va être l’émeute chez les supporters du Jus pi t’est rien Macron .....


  • Ar zen Ar zen 10 août 09:02

    Vous écrivez : 


    « Depuis 1973, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. En clair, l’État est condamné à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la Banque de France. »
     
    Ce n’est pas juste ! La légende veut que cette loi « Pompidou - Giscard » ait condamné l’Etat français à emprunter auprès des banques privées. Seulement ce n’est pas vrai. Ce n’est pas cette loi qui a introduit cette obligation. 

    Veuillez prendre connaissance de l’analyse en lien. Tout y est expliqué très clairement. Extrait : « 
     » La loi de 1973 n’institue qu’une seule interdiction, celle de l’escompte en faveur du Trésor public, qui existe depuis au moins 1936.

    Son article 19 vient confirmer la tradition des conventions pour encadrer les concours de la Banque à l’Etat. 

    Ainsi, non seulement elle ne change rien à la situation sur ce plan, mais elle simplifie le cadre et le fonctionnement de la Banque de France tout en clarifiant sa législation. Enfin, selon Valéry Giscard d’Estaing, cette réforme offre à la Banque la possibilité de « participation à des accords monétaires internationaux » (un an plus tôt, la France intégrait le Serpent Monétaire Européen). 

    La question qu’il faut donc se poser ne porte pas sur le sujet de la loi de 1973, mais sur la pertinence et la composition des Conventions passées entre le gouvernement et la Banque de France, approuvées par le Parlement. Ce débat, qui doit être mené, met en branle de nombreux concepts économiques comme la création monétaire, l’inflation, la gestion budgétaire et bien d’autres que nous ne saurions traiter au sein de cet article. Ce dernier visait simplement à répondre à la question : La loi du 3 janvier 1973 empêche-t-elle l’Etat d’emprunter à la Banque de France sans intérêts ? A cette question, selon nous, la réponse est non."


    En revanche, l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne pose bien cette interdiction ! Pour exister sans emprunter aux banques privées la France doit sortir impérativement de l’UE. 

    Quels étaient les candidats à l’élection présidentielle qui proposaient dans leur programme la possibilité à l’Etat d’emprunter gratuitement à la Banque de France ? 


  • Vraidrapo 10 août 09:25

    Quels étaient les candidats à l’élection présidentielle qui proposaient dans leur programme la possibilité à l’Etat d’emprunter gratuitement à la Banque de France ?
    Avec le Frexit, nous aurions eu cette opportunité. La question devrait être quels étaient les candidats qui proposaient le Frexit ?


  • BB1951 10 août 09:40

    Pourquoi il y a des gens qui pensent que cela peut changer, depuis la révolution française en 1789 fomenté par les bourgeois, c’est la suite. Bonjour chez vous !


  • Spartacus Spartacus 10 août 09:56

    Le poivrot accuse le viticulteur d’avoir changé en 1973 la forme de bouteille pour justifier de son alcoolisme....


    La loi de 73 est une chimère pour nier la vérité de l’irresponsabilité politique des élus qui ne visent que le court terme et se foutent du futur..

    Personne n’est obligé de prendre un crédit. Personne !. L’élu lui sait qu’il n’y a que le court terme qui compte.

    Le profiteur de la dette c’est le Français et principalement le fonctionnaire et les bouffeurs de la gamelle de l’état en premier lieu...

    La dette correspond a des dépenses non gérées. Point, le reste est une pantalonade.
    En 1973 le pétrole a augmenté...Il fallait dire aux Français que l’énergie pas chère était finie...
    Pas de courage politique....La dette a augmenté.

    Mitterand il a endetté vous avez eu la retraite à 60 ans non provisionnée. L’embauche massive de fonctionnaires non provisionné....La dette a augmenté....

    Chirac a fait de la relance par la dette pour créer des emploi à court terme pour se faire réélire non provisionné......La dette a augmenté.

    Sarkozy pour éviter une destruction créatrice a sauvé des banques canard boiteux par le dette non provisionnée....La dette a augmenté.

    Hollande a donné sans compter a tous les groupes de pression, Fonctionnaires, éducation nationale et inventé l’augmentation caché sous un concept sémentiqse de diminution de la progression et minimisé dépenses et sur-évalué les recettes « d’insincérité de budget ».....

    Cherchez pas. les pleurnichards de la dette sont les bouffeurs de gamelle de l’état qui ont bien compris qu’ls étaient à charge de l’état et que diminuer la dette, c’est diminuer leur gamelle.
    Et comme les politiciens, ils préfèrent le court terme que d’avouer qu’ils sont responsables de la dette indirectement, et que n’importe quelle excuse est bonne pour refiler la patate explosive de leur charge aux suivants.

    • bubu123 10 août 10:38

      @Spartacus

      de grandes phrases pleines de haine pour finalement nous démontrer que vous ne comprenez même pas le système de création monétaire, triste à votre age


    • Spartacus Spartacus 10 août 11:19

      @bubu123
      A part tes commentaires ad homminen, les miens portent sur les idées exprimées et pas les personnes....


      Je dis juste ce qui doit être dit. 
      Les fonctionnaires sont les premiers bénéficiaires de la dette et qu’elle sert principalement à cette catégorie sociale. C’est simplement la vérité et factuel. 
      Y’a aucune haine a expliquer que 60% des ressources de l’état sont faites pour pour payer les salaires et retraites des obligés de l’état.
      Et que les plus sensible a la dette sont ceux qui en vivent et qui ne veulent surtout pas qu’on les accusent d’être une charge, et que leur interet est de trouver des boucs émissaire comme cette loi de 73 qui n’a jamais rien changé.

      Quand a la « création monétaire » que le préteur soient des banques privée ou la banque de France ne change pas grand chose...
      Juste nous éviter l’inflation du Venezuela ou du Zimbabwé. 

      Quand a faire croire la plaisanterie que l’argent sorti de la banque de France serait plus vertueux et plein de roudoudoux, et celui sorti d’une banque privée couvert de sang. C’est ridicule.

      Bien au contraire, l’argent bancaire est contractuel. Celui de l’état est non-contractuel, soumis à changements politiques, clientéliste, irresponsable et l’état bousille tout ce qu’il touche en économie.

      Et le secteur privé est contrôlé par des commissaires aux comptes, l’état par des élus partisans et des corporations....

      Si les fonctionnaires calculent les taux comme ils calculent les projections des retraites, les budgets« incincères », la gestion de Areva, la gestion de la SNCF ou RATP, y’a rien a en attendre de mieux.

      Avant 1973 l’état empruntait déja aux banques privées et la loi de 1973 était juste une loi de normalisation de ce qui se faisait déjà...

    • bubu123 10 août 12:49

      @Spartacus

      n’importe qui de censé qui s’intéresse à la dette sait bien que vous délirez à accuser les fonctionnaires de tout les maux !!

      vous savez comment est créé la monnaie ? comment elle est prêté ? vous comprenez les mécanismes de la dette ? Visiblement non

      je vous invite à commencer par un petit livre : https://www.amazon.fr/dette-publique-une-affaire-rentable/dp/2913492568/ref=sr_1_8?ie=UTF8&qid=1502362086&sr=8-8&keywords=andre+jacques+holbecq

      assez simple, on verra la suite quand vous aurez enlevé vos oeilleres


    • Lucadeparis Lucadeparis 11 août 21:42

      « , @Spartacus
      Essayez de comprendre ce que vous indique Bubu123, c’est fondamental.

      Dans notre système de réserves fractionnaires, la monnaie est créée par les crédits des banques commerciales, et il faut toujours de nouveaux crédits afin d’éviter un effondrement, tout remboursement de crédit bancaire étant une destruction monétaire ; et il faut une croissance du PIB à cause des intérêts à ajouter au capital créé.

      C’est ce système, d’une grande instabilité, qui crée les crises financières, mais il perdure car il offre à certans l’immense privilège de la création monétaire.

      La solution, par exemple exposée suite à la crise de 1929 par Irving Fisher dans 100% monnaie, est d’instaurer un système de réserves intégrales, où la monnaie prééexistante, contrôlée par une commission monétaire ; serait prêtée, et son remboursement ne serait plus une destruction.

      Voir par exemple »10 raisons d’adopter la réforme monétaire 100%", http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/10-raisons-d-adopter-la-reforme-103813.


    • Allexandre 12 août 11:59

      @bubu123
      Ne vous formalisez pas..C’est Spartacus. Il ne connaît, très imparfaitement d’ailleurs, que le capitalisme absolu. C’est une fixette !!


    • Allexandre 12 août 12:01

      @Lucadeparis
      C’est peine perdue....


  • vesjem vesjem 10 août 10:38

    merci à tous ceux, qui, pollués par la propagande merdiatique, ont appelé à faire « barrage » au diable, et ainsi amené (laissé) au pouvoir la haute finance ;
    ne votez plus politique mais stratégique ; tâchez de ne plus subir la propagande merdiatique ;
    plus jamais de télé, ni de journaux mainstream ;
    lavez vous la tête !


  • Petit Lait 10 août 12:22

    Tout cela est fort intéressant, mais... je vois pas bien en quoi les banques sont responsables de l’endettement des états, états qui n’empruntent plus pour financer leurs investissements, mais leurs déficits... Déficits dus aux clientélisme politique de tous bords. 


    • bubu123 10 août 12:52

      @Petit Lait

      vous avez conscience que vu que les banques privés prêtent de l’argent créé à partir de rien contre de gros intérêts la dette est mécaniquement impossible à rembourser ?

      vous pouvez faire tte les économies que vous voulez, taper dans tout les budgets, jamais on remboursera. quand les gens auront compris ça, on aura fait du chemin


    • Petit Lait 10 août 13:06

      @bubu123


      Et donc bubu ? Il est préférable selon vous de ne pas rembourser la banque de France ? Je vois pas bien la différence, sauf que dans le cas de la banque de France, la création monétaire qu’elle réaliserait engendrerait une inflation monstre et donc appauvrirait la population... 

      Le problème n’est pas le prêteur, mais l’emprunteur. C’est trop facile d’inverser les responsabilités. Si vous faites un accident de voiture, c’est Monsieur Peugeot qui sera condamné pour avoir vendu un voiture qui dépasse les limitations de vitesse, ou vous parce que vous rouliez trop vite ? Dans le cas de la dette, c’est la même chose.

      Pourquoi la Suisse (confédération) n’a pas de dette ? Parce que son parlement, il y a plusieurs années, a voter une lois dite de « frein à l’endettement ». Pourquoi le canton de Vaud est parvenu, en quelques années à passer du canton le plus entêté à celui de canton modèle en matière endettement ? Parce que son exécutif a décidé de réduire ses dépenses, augmenter ses recettes (sans augmenter significativement les impôts, mais plutôt en favorisant l’arrivée de nouvelles entreprises) et rembourser sa dette. 

      En tant que particulier, vous contracter des crédits pour payer votre facture de téléphone ou payer vos vacances et autres loisirs ? Si tel est le cas, vous êtes inconscient. La dette doit servir à l’investissement, dans le cas du particulier, pour payer son logement, éventuellement sa voiture. Pour l’état, pour la construction d’infrastructure. 

      Tout le reste ne sont que des excuses !


    • baleti baleti 10 août 17:47

      @bubu123

      Se qu’il faut expliquer au gens, c’est que les emprunt sont contracter pour créer de l’intérêt, du bénéfice pour ..........
      La privatisation par l’état d’entreprise très rentable, comme les autoroutes, a seulement été fait pour couper l’état de revenue, pour êtres obliger d’ emprunter pour survire.

      Se qu’il faut surtout expliquer au gens, c’est que ses énorme bénéfice profite en grande partie, qu’a un seul peuple. Sa les aiderais a comprendre la géopolitique mondial.

      La liste des politique et administrateur de l’état, avec des poste stratégique, qui appartienne a ce peuple, c’est pour plus tard


    • bubu123 11 août 00:33

      @Petit Lait

      ce que vous ne comprenez pas c’est que l’ont a mis la creation monétaire dans de mauvaises mains !

      vous n’arrivez pas à comprendre que le principe de prêt d’argent comme il existe rend impossible de rembourser la dette, on ne rembourse que les intérêts... mais c’est l’objectif, se faire payer des intérêts de dettes illégitimes, ils savent très bien que les dettes sont mécaniquement impossible à rembourser.

      et vous comparez sérieusement la gestion d’un état à celle d’un particulier ?


    • Yaurrick Yaurrick 15 août 16:38

      @bubu123
      En quoi la gestion d’un état et d’un particulier devrait être différente ? Quand on dépense plus que l’on gagne simplement pour le fonctionnement, il faut revoir sa gestion, point barre.


    • bubu123 15 août 18:57

      @Yaurrick


      Si vous ne voyez pas la différence entre un état et votre voisine je ne peux pas grand chose pour vous

    • Yaurrick Yaurrick 16 août 13:15

      @bubu123
      Si vous ne comprenez pas que la gestion des comptes de la voisine se doit d’être rigoureuse, tandis que l’état ne l’est pas et infantilise la voisine .. Vous faites le jeu des étatistes, qui prétendent que les citoyens ne sont pas capables de choisir et de savoir ce qui est bon pour eux.


    • bubu123 16 août 15:36

      @Yaurrick


      Votre voisine ne doit pas investir pour construire des routes, des logements, pour l’éducation, la santé etc etc. Bref tout ça pour dire que c’est comme comparer des choux et des carottes. Je suis sur que l’ont pourrait débattre de façon tres intéressante du rôle de l’état, de son fonctionnent (ou disfonctionnement)et que vous avez plein de choses à dire mais restons sérieux, un état ne se gère pas comme notre porte monnaie personnel

  • baleti baleti 10 août 17:31

    les états son mis a la Mende, par l’intermédiaire des politique et des grosse fortune.

    Ton banquier t’aide a dissimuler l’argent des ,pot de vin, et des magouille fiscal, tous sa va dans des paradis fiscaux.Après si tu veux pas aller en prison, tu fait le canard
    Rothschild et leur cousins, emploie cette méthode depuis des siècles 

    Je parle pas de la vie sexuel extra-conjugale,de nos politique


  • Olivier 11 août 11:37

    Complicité des politiciens


    Il est vrai que rien n’obligeait les états à s’endetter, mais c’est prendre le problème à l’envers. Il est évident que les lois type 1973 ont été votées justement pour rendre cet endettement profitable aux institutions financières. La meilleure preuve en est la dette des états a aussitôt flambé, et c’était ce qui était prévu. Les politiciens corrompus font de la dette dont les citoyens payent les intérêts. 

    Actuellement en France c’est pratiquement l’équivalent du total de l’impôt sur le revenu qui sert à payer ces intérêts ; autrement dit vos impôts vont directement dans la caisse de la finance.

    Mais les français n’ont qu’à s’en prendre à vous-mêmes. Ca fait 40 ans qu’on vote pour des clowns corrompus, voire des employés de la banque Rothschild, comme Pompidou ou Macron !

    Quand on est con on paye.

  • Alainet Alainet 11 août 14:32

     - J’ai trouvé 4 vidéos assez révélatrices sur cette loi scélérate de 1973 et ses conséquences, et leurs auteurs... Tout est dit là !
    https://www.youtube.com/watch?v=58EmAZLLhcQ&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; Olivier Delamarche*******
    https://www.youtube.com/watch?v=FTUdz1j6zLw&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; A.Soral ***
    https://www.youtube.com/watch?v=bTq6XyP1n_g&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; Michel.Jovanovic & P Y Rougeyron*****
    https://www.youtube.com/watch?v=Gqfmm3XCqEs&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; Etienne Chouard***
    ..on peut toujours dire que ça fait 40 ans qu’on vote pour des clowns... mais nos médias sont achetés et les campagnes électorales dévoyées par nos médias à la botte de l’oligarchie qui déforment ou mentent par omission.. et qui + est ; les tv-addicts intoxiqués ne s’en rendent compte qu’ultérieurement .
    https://www.contrepoints.org/2017/08/11/296618-fake-news-sil-pleuvait
    *mais pourtant en Suisse ; tout se passe différemment ...
    https://www.upr.fr/actualite/non-soumise-aux-contraintes-de-lue-de-leuro-suisse-autorise-creation-smic-plus-eleve-monde
    * ce matin ; j’ouvre OF et les voilà contre le Brexit ...les Anglais regrettent déserteraient la GB..déjà 3 successeurs possibles avant le Mayxit... C’est radio-paris-ment , rpm est allemand !
    Faudrait arrêter 1 peu de jouer à çà ! Cela ressemble à 1 jet de petits suisses pendant 1 cantine scolaire chahutée. Charles Gaves leur répond...
    https://www.youtube.com/watch?v=zXw419Q6FX8&t=112s


  • Andromède62 Andromède62 11 août 14:56

    Bonjour,

    Je viens cherchez quelques conseils concrets, car là, je suis entrain de me faire des nœuds aux boyaux de la tête !

    Je suis à la Banque Postale depuis trèèès longtemps, et ça fait un moment que je gratte ma tête d’ignare en matière de subtilités bancaires !

    Je suis bien consciente de la situation dans laquelle nous sommes, et je me doute que les réjouissances sont loin d’être finies ! C’est pour cela que je voudrais être à peu près « armée » avant d’aller au rendez-vous avec mon conseiller jeudi (je viens de prendre rv) afin d’essayer de sauver mes économies...

    J’ai un compte-courant, un livret A sur lequel je n’ai laissé que quelques miettes, vu que ça rapporte peanuts (je ne sais pas si on peut le supprimer), un CEL, ainsi qu’une assurance vie.

    Ca fait un très long moment que je cogite à propos d’un éventuel runbank, surtout depuis qu’ils ont parler de geler les comptes...

    Comment pourrais-je procéder selon vous ?

    D’avance merci pour vos réponses car je suis complètement à l’ouest !


  • jef88 jef88 11 août 15:23

    PETITE REMARQUE !
    Et quand se sont terminées les 30 glorieuses ?
    Entre 1973 et 1975
    bizarre ?


  • Andromède62 Andromède62 11 août 16:14

    Désolée, navrée pour la gêne occasionnée....je me suis trompée de débat !


  • GerFran 11 août 17:12
    Depuis quand la France paie-t-elle dDepuis quand la France paie-t-elle des intérêts quand elle emprunte ?



    • pipiou 12 août 00:02

      @GerFran

      Interessant : cette vidéo montre que dans les années 1900 la France était endettée à plus de 100%, donc les belles fables sur la loi de 1973 ne tiennent pas la route. Mais ça rassure ceux qui ont besoin d’explications simples et refusent de reconnaître que c’est la génération précédente qui a vidé les caisses en vivant à crédit. Cette même génération qui a siphonne les caisses de retraite , et là ce n’est pas la faute à Pompidou.


    • bubu123 12 août 17:38

      @pipiou

      Merci de lire ce qui a été expliqué plus haut avant de raconter des âneries

    • pipiou 13 août 19:24

      @bubu123

      Merci de lire la vidéo donnée par Gerfran et de t’acheter un cerveau.


    • bubu123 14 août 21:10

      @pipiou


      La France avait déjà des dettes sous Louis 14 Einstein. Ça n’explique en rien pourquoi sur 1800 milliards de dette il ya 1100 milliards d’intérêts. Pour comprendre il faut s’intéresser à la création monétaire et son fonctionnement actuel ! Comme dit plus haut...

    • pipiou 16 août 02:59

      @bubu123
      Et sous Louis14 les intérêts n’existaient pas ?
      Il n’y a pas besoin de comprendre la création monétaire, il suffit de comprendre ce qu’est un prêt avec intérêt.

      Dans les années 70 on était en déficit permanent au vu et au su de tous les contribuables qui souhaitaient qu’on continue ainsi pour raser gratis.

      Les prêts contractés par la France le sont en toute transparence, tout le monde était tout-à-fait au courant que l’on payait des intérêts sur ces déficits, et personne ne se plaignait jusqu’à il y a quelques années. Rien de plus à comprendre.


    • bubu123 16 août 15:31

      @pipiou
      Vous croyez que Louis 14 remboursait des dettes ? Vous êtes vraiment bouché mon pauvre vieux. On vous explique que les lois ont changé et qu’on a mis la création monétaire entre de mauvaises mains mais non vous êtes tjr à raconter que les gens ont vécus au dessus de leur moyen. 


  • fcpgismo fcpgismo 11 août 18:42

    Sous Philippe Le Bel on avait trouvé un bon moyen pour se débarrasser de la dette et renflouer les caisses de l’Etat : le bucher...


  • Allexandre 12 août 11:56

    @ l’auteur,


    Le sujet est délicat, surtout pour Spartacus, qui a vraiment mal choisi son pseudo. Il va vous tomber dessus, si ce n’est déjà fait !

  • HELIOS HELIOS 15 août 18:38

    ... les banques profitent de la bêtise de leurs clients et de la « corruption » généralisée de ceux qui ont le devoir de diriger le pays.



    Une seule mesure, durant seulement quelques mois, appliquée par une majorité de français... un une fraction de français significative... 5 a 6 millions de foyers par exemple sur les 18 millions (selon l’INSEE)... cela en represente 1/3.....  en guise d’avertissement, aussi bien aux gouvernements -president, ministres et autres hauts fonctionnaires, parlementaires etc -... vous savez, les « zélites »...

    pensez -y... ne participez pas si vous avez des dettes,, des crédits, des difficultés pour ne rien rajouter a vos problemes, peu importe... mais vous, les autres, faites un effort, une fois....

    *** DECIDEZ, jusqu’a Noël, par exemple, retirez TOUT le solde de votre compte (pour ne pas etre a découvert) de votre banque ***


    juste pour démontrer qu’un peuple ne peut accepter d’être traité comme nous le sommes actuellement, par des « institutions financières aux décisions délirantes, des représentants hors sol, des français soumis consentants, etc »...

    Un certain Eric Cantona vous l’a conseillé, regarder comment sa proposition a été accueilli et comment il a été traité.... LA TROUILLE des « zautorités »... françaises et europeennes.... c’est un vote généralisé avec votre poche, absolument pas contre Macron ou qui que ce soit, mais pour récupérer votre dignité de citoyen, essayez....

    Apres tout, il s’agit de votre argent, celui que vous avez gagné difficilement, celui qui vous reste apres avoir respecté votre devoir de contribuable... il est a vous et il permet a ceux qui abusent au quotidien de leur pouvoir de nuisance... vous avez le droit de choisir comment vous voulez le conserver, le mettre a l’abri et vous en servir... on parle encore, apres Chypre, de puiser directement dans votre porte monnaie pour « sauver » ceux qui vous escroquent - lisez les articles sur les taux de credit, ici sur Avox-... 

    et ne vous trompez pas, il n’y a rien d’illegal la-dedans, ce message est une simple publicité de consommateur... libre de choisir son prestataires de service -ou pas- alors que les banques considerent votre argent comme une marchandise, vous font payer son parking (gestion des comptes), vous infligent des amendes (agios et autres commisssions) alors que les taux sont toujours calculés sur vos dettes et jamais sur vos avoirs !!!

    Allez, zou, profitez, manifestez vous, c’est une elementaire question de LIBERTE (notre choix), de FRATERNITE, (car il n’y a aucun intermediaire pour payer nos services avec des billets emis par la banque de France), d’EGALITE (puisque tout le monde a acces a la monnaie sans passer par d’autres services payants directement ou indirectement tel que cheque, carte...) !

Réagir