samedi 20 mai - par taktak

Heureuse coïncidence : Macron, Edouard Philippe, Hollande, Juppé sont 4 Young Leaders

Heureuse coïncidence

Nous apprenions lundi 5 mai qu’un (presque) inconnu, Édouard Philippe, avait été nommé Premier ministre par le président intronisé la veille.

Le premier nous a été présenté comme le « poulain » d’un ancien premier ministre ultralibéral, condamné à 14 mois de prison avec sursis, actuel maire de Bordeaux, j’ai nommé Alain Juppé.

Le second, à qui les parrains ne manquent pas, a été secrétaire général adjoint du cabinet de François l’« ennemi de la finance » Hollande avant d’être son ministre de l’économie, des finances et de l’industrie.

Qu’y a-t-il de commun entre ses quatre personnes ?

Certainement énormément, mais un élément, oublié par nos médias, devrait attirer l’attention – en ces temps où l’ingérence de la Russie poutinienne dans nos élections n’a de cesse d’être dénoncée. Alain Juppé, François Hollande, Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont tous les quatre étaient sélectionnés comme Young Leaders de la French American Foundation, respectivement en 1982, 1996, 2012 et 2012.

Qu’est-ce qu’un Young Leaders ?

Consultons pour le savoir la page en français (oui, il y en a une ! une fois qu’on a cliqué sur le bon onglet) de la fondation :

« Créé en 1981, le programme Young Leaders est le programme phare de la French-American Foundation et continue de jouer un rôle clé dans l’approfondissement de la coopération entre la France et les États-Unis. Il rassemble aujourd’hui 400 dirigeants issus du monde de l’entreprise, de la haute fonction publique, de l’armée, des médias et de la recherche. Chaque année, vingt français et américains âgés de 30 à 40 ans et appelés à jouer un rôle important dans les relations franco-américaines, sont sélectionnés par un jury en France et aux États-Unis. Les candidats retenus participent à deux séminaires de cinq jours chacun, sur deux années consécutives – alternativement en France et aux États-Unis – afin d’échanger sur sujets d’intérêts communs aux deux pays et tisser des liens d’amitié durable. »

On va, je n’en doute pas, me reprocher de voir des complots partout, mais formulons le problème d’une façon qui devrait être « naturellement » parlante pour tout gagneur « en marche » vers un million supplémentaire sur son compte en banque : imaginons qu’un Young Leader soit en position dirigeante et qu’il doive prendre une décision politique ou économique favorable/défavorable au patronat/salariat, ou bien qu’il doive prendre une décision favorable/défavorable aux États-Unis ; vous pouvez miser une somme (ne soyons pas mesquins, disons un million) sur la décision à venir ; si cette dernière correspond à votre prédiction, vous doublez votre mise, sinon vous la perdez. Quelle sera votre prédiction ?

Pour finir, nous devons bien constater que la promotion 2012 des Youngs Leaders nous a fourni d’éminents « marcheurs », puisqu’en plus de E. Macron et d’E. Philippe, le mathématicien Cédric Villani, chantre comme par hasard du tout-anglais, en était…

Christophe P pour www.initiative-communiste.fr

http://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/heureuse-coincidence-macron-edouard-philippe-hollande-juppe-4-young-leaders/


La liste des Young Leaders :



12 réactions


  • Jeekes Jeekes 20 mai 17:50
    « Qu’y a-t-il de commun entre ses quatre personnes ? »

     

    Ben j’sais pas... Tous des enflures ?


    • Le421 Le421 21 mai 17:36

      @Jeekes
      Du moment que les français veautent pour eux, je ne vois pas où est le problème...

      M’enfin, ça a chauffé aux fesses quand même, ce coup-ci !!

      J’aurais aimé un débat Macron-Mélenchon pour le deuxième tour, histoire de voir...


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 mai 18:06

    Drôle de coïncidence : le premier ministre était invité par Bilderberg en 2016 et le président en 2014. 

    Autre coincidence, Henri de La Croix de Castries, dit Henri de Castries (prononcé [kastʀ]) Young Leader, en 1994,président du comité de direction du groupe Bilderberg en 2011, Président de l’Institut Montaigne de juin 2015 à janvier 2017, date à laquelle il se met en congés de sa fonction pour soutenir François Fillon en vue de l’élection présidentielle de 2017 après avoir participé à la rédaction de son programme, était prévu comme premier ministre en cas de victoire de Fillon.

    Comme ça, les coïncidences avaient tout bouclé !

    • Parrhesia Parrhesia 20 mai 18:59
      @Jeussey de Sourcesûre

      Autre « coïncidence » qui devrait quand même faire dresser l’oreille de tout électeur réputé français !
       Je viens d’entendre une partie du discours de m. Baroin, dans lequel il déclare, je le cite :
      « Je voudrais que M. Macron ait la majorité qu’il faut à la France ! Une majorité de droite et du centre !!! »
      Après avoir participé à la création de l’UMPS, ces avatars de l’UMP avouent ainsi l’arnaque électorale concoctée depuis des décennies.
      Non seulement ils l’avouent, mais ils l’assument et en assurent même officiellement la promotion électorale actualisée !!!
      Et dans le même temps, il tente de convaincre le corps électoral que la nouvelle majorité pour le nouveau président doit être une majorité LR et non « En marche » !!!
      Qu’ajouter à une telle duplicité !!!
      Et le pire est que le résultat qui va maintenant sortir des urnes françaises risque bien de lui donner raison sous une forme ou sous une autre !!!
      Pendant ce temps, le nouveau président de la France en tournée chez nos OPEX nous confirme de fait que le rôle international de la France est maintenant réduit à celui de « mercenaire non rétribué » aux ordres des mondialistes !!!
      Il n’existe plus d’opposition républicaine française constituée !

      Francia requiescat in pace !!!

    • Odin Odin 21 mai 15:23

      @Parrhesia

      En complément de votre commentaire :

      François Baroin se dit prêt à diriger le gouvernement d’Emmanuel Macron en conséquence de l’éventuelle victoire de son camp aux élections législatives.

      Baroin était avec Macron au bilderberg 2014 à Copenhague.

      Le père de François Baroin, Michel Baroin, était grand maître du Grand Orient de France (1977-1978) et c’est notre nouveau ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquier, qui publia le libre : Michel Baroin, les secrets d’une influence, Plon, Paris, 1992.


    • Samson Samson 21 mai 17:59

      @Parrhesia
      Et pour compléter, le même projet de recomposition du paysage politique couché noir sur blanc par le bivalve farceur : on imagine volontiers que le giton de Rothschild a grillé la politesse aux ambitions de Manu le Fourbe pour le mettre en œuvre et décrocher la floche. :-

      Salut à vous ! smiley


  • zygzornifle zygzornifle 21 mai 12:35

    Pour créer Ève Dieu a pris une cote a Adam , pour créer Macron Rothschild a pris un poil de son cul qu’il a frotté sur une liasse de billets de 500€, saupoudré au caviar de la rue Solférino puis Merkel est venu bénir le tout au champagne au nom du Veau d’Or Européen ....


  • zygzornifle zygzornifle 21 mai 12:39

    Juppé ? ha oui c’est notre migrant bien a nous qui s’était taillé au Canada se faire polir le crane au sirop d’érable suite a ses affaires d’emplois fictif et qui est revenu tel le chevalier Braillard pour bouté les pauvres et les sans dents illettrés de sa sainte ville de Bordeaux Chanel .....


  • Lengage Lengage 22 mai 21:44

    Oui c’est ce que j’avais dit dans ce billet.


  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 mai 02:20

    N’oubliez pas non plus que les objectifs à atteindre sont indiqués avec précision dans l’Alliance germano-américaine pour le 21ème siècle, signée par Bush Fils et Strauder vers la fin du mois de février 2004. A peine élue, Madame Merkel s’est empressée d’aller confirmer sa signature.
    Ce document dont l’authenticité est irréfutable peut être consulté, copié, enregistré dans les pages d’archives de la Maison Blanche. Il est en anglais, on peut également le trouver en allemand dans les archives de Der Spiegel. Bien entendu, qui dit « intérêts des Etats Unis » veut signifier surtout "intérêts des multinationales et de la finance internationale.


Réagir