vendredi 31 mars - par Alexis Toulet

Présidentielle - Le véritable rapport de force, ou Macron et Fillon au coude-à-coude

Lors du vote sur le Brexit comme lors de la présidentielle américaine, les sondages fort décriés permettaient pourtant bien de discerner l'incertitude du résultat. Ce n'est pas la méthode du sondage qui fut fautive, mais bien leur interprétation par des commentateurs trop inattentifs qui amena trop de médias à s'imaginer quasi-certains refus du Brexit comme élection de Hillary Clinton.

Cette fois-ci encore, il faut examiner les sondages de près pour qu'apparaisse le véritable rapport de force. Macron et Fillon sont en réalité au coude-à-coude, Le Pen domine largement chacun d'eux, et l'identité de son adversaire de second tour reste fort incertaine...

L'analyse des résultats des sondages par la plupart des commentateurs se base principalement voire seulement sur les résultats mis en avant dans la première page des enquêtes d'opinion, sans prendre en compte ni l'abstention, ni - crucialement - le niveau de certitude de leur choix exprimé par les sondés.

Cependant, si l'on veut avoir une chance d'éviter les écueils qui ont mené tant de médias à prétendre l'année dernière que les sondages annonçaient refus du Brexit et élection de Hillary Clinton ce qui n'était pas le cas, il est nécessaire de creuser davantage...

Nota : Dans la suite de ce billet, les données exploitées seront celles des cinq derniers sondages publiés par ElabeIfop FiducialBVAOpinionway et Harris Interactive entre le 22 et le 29 mars 2017, voir tableau complet en fin d'article (1)

Intentions de vote hors abstention et vote blanc

Au premier niveau, on en reste aux résultats mis en avant par les instituts de sondage.

Le premier niveau d'analyse... négligeant tant de facteurs !

La première impression est que Emmanuel Macron (25,5%) et Marine Le Pen (25%) se détachent nettement, François Fillon (18%) étant distancé de sept points qui apparaissent bien difficiles à rattraper d'ici le 23 avril, sachant qu'ils ne pourraient guère être récupérés que sur Macron, Dupont-Aignan et Le Pen, lesquels semblent tous bénéficier qui d'une dynamique qui d'une certaine solidité.

C'est à cette première impression que s'arrêtent la plupart des commentateurs. La conclusion étant un second tour Macron - Le Pen, et la très probable élection du chef d'En Marche.

Intentions de vote faisant apparaître l'abstention et le vote blanc

Pour enrichir l'analyse, il est assez naturel de faire apparaître aussi l'abstention et le vote blanc, mesuré en moyenne à 33% dans les dernières enquêtes.

 

Un rappel - Qui envisage de s'abstenir pourrait le faire... ou changer d'avis

Si les rapports de force entre les différents candidats n'en sont pas directement changés... les marges de progression apparaissent beaucoup plus nettement. Macron comme Le Pen émargent à 17%, Fillon à 12% distancé de cinq points, alors que 33% des Français n'expriment pas de choix ou d'intention de participer au vote. Cinq points à rattraper, voilà qui n'est certes pas fait mais semble déjà un peu plus accessible.

Intentions de vote certaines, prenant en compte abstention et vote blanc

Mais il ne suffit pas d'exprimer un choix, encore faut-il en être sûr ! C'est d'autant plus vrai dans une campagne présidentielle qui voit de nombreux Français exprimer incertitude voire trouble. Or les instituts de sondage mesurent aussi le degré de certitude des intentions de votes exprimées. Il est donc possible de croiser ces données avec les intentions de vote afin d'obtenir les intentions de vote certaines.

L'image la plus plus précise de la situation en cette fin mars - le jeu est en fait largement ouvert

La part des Français qui soit affirment ne pas envisager de voter le 23 avril, soit déclarent que leur choix est encore incertain, grimpe à plus de 55% ! De plus, l'équilibre électoral entre les trois candidats de tête est bouleversé, Marine Le Pen (13,7%) prenant un net avantage sur les deux suivants, séparés par bien peu de choses entre Macron (9,9%) et Fillon (8,7%)... plus précisément par guère plus qu'un seul point.

Il est naturellement fort probable que la participation dépassera de loin les 45%, une grande partie des indécis et des peu sûrs de leur premier choix se décidant au final pour l'un ou pour l'autre candidat. Mais l'important est justement que la plupart d'entre eux hésitent encore, et que le jeu est encore largement ouvert.

Ce qui donne une toute autre image du second tour : à côté du scénario Macron - Le Pen issu de la première impression, le scénario Fillon - Le Pen apparaît presque aussi probable.

Et le scénario plus surprenant d'un second tour Mélenchon - Le Pen, nettement plus difficile puisque le candidat de la France Insoumise ne rassemble que 5,5%, ne peut être totalement écarté.

Intentions de vote certaines - L'état des forces à trois semaines du premier tour

L'équilibre des forces en cette fin mars à trois semaines du premier tour peut être résumé ainsi - en faisant disparaître du graphe précédent les indécis et les abstentionnistes.

L'équilibre des forces aujourd'hui - Le Pen en tête, Macron et Fillon au coude-à-coude

Exprimé en pourcentage des intentions certaines de vote, l'équilibre électoral en cette fin mars est de plus de 30% pour Marine Le Pen, 22% pour Emmanuel Macron, presque 20% pour François Fillon, plus de 12% pour Jean-Luc Mélenchon et 8% pour Benoît Hamon.

Cet équilibre se déplacera presque certainement d'ici le jour du vote, d'une manière naturellement imprévisible, au fur et à mesure que davantage de Français encore indécis se décideront pour l'un ou pour l'autre, choisiront de voter ou de s'abstenir.

La seule chose qu'il soit possible d'affirmer à ce stade, c'est que l'affiche du second tour est tout sauf déjà décidée.

Second tour - à ce stade, la ligne Macron-Fillon tient, mais...

Les études d'opinion testent les deux scénarios Macron ou Fillon contre Le Pen. L'évolution de leurs résultats depuis fin janvier est résumée ci-après :

Macron contre Le Pen - légère érosion depuis janvier, clairement stabilisée

Fillon contre Le Pen - érosion absorbée, situation stabilisée

Emmanuel Macron comme François Fillon s'accordent à désigner Marine Le Pen comme leur "adversaire principale" suivant les mots du candidat Les Républicains lors du débat télévisé du 20 mars. A ce stade, l'un comme l'autre apparaissent devoir l'emporter contre elle le 7 mai.

Plusieurs réserves importantes doivent toutefois être ajoutées :

  • Tout d'abord, les études du second tour ne font pas apparaître le degré de certitude exprimé par les sondés. Il est donc impossible d'étudier la répartition des intentions de vote certaines, qui pourrait s'avérer différente, comme c'est le cas pour le premier tour
  • Les cinq semaines de campagne électorale d'ici le second tour pourraient naturellement faire évoluer les rapports de force
  • La campagne présidentielle a vu jusqu'ici une véritable farandole d'Importants, personnages politiques apparemment indéboulonnables, se faire remercier sans cérémonie : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande qui eut du moins l'intelligence de prendre les devants, Manuel Valls... Si l'état d'esprit "frondeur" des Français menait à continuer ce véritable jeu de massacre, il n'est pas certain qu'Emmanuel Macron ni François Fillon en soient automatiquement protégés
  • A noter qu'une affiche du second tour Macron ou Fillon contre Le Pen garantirait que le sujet central du second tour serait l'Union européenne. Or, la dernière fois qu'un vote a été centré sur l'UE, c'était le référendum de 2005 sur la Constitution européenne, qui a vu le Oui initialement à 65% dans les sondages être ramené à 45% le jour du vote, soit 20% des Français qui changèrent d'avis après avoir examiné de plus près la question. Un déplacement moitié aussi grand suffirait à mettre la victoire à portée de Marine Le Pen

Il est impossible de ne pas conclure - même si les arguments sont plus qualitatifs et historiques que les arguments quantitatifs concernant le premier tour - que le résultat du second tour reste aujourd'hui nettement plus ouvert qu'il n'y paraît.

L'élection de Marine Le Pen, qui serait un événement à proprement parler historique, ne peut absolument pas être écartée.

 

(1) - Les données exploitées pour cet article sont résumées ci-après :

 

Récapitulatif de la moyenne des sondages publiés entre le 22 et le 29 mars 2017

 



72 réactions


  • BA 31 mars 09:06

    En tout, il existe 197 nations reconnues par l’Organisation des Nations Unies.

     

    Sur ces 197 nations, 28 nations ont fait une expérience politique : l’Union Européenne.

     

    Partout ailleurs, sur tous les autres continents, les 169 autres nations gardent le contrôle de leurs lois nationales.

     

    Partout ailleurs, sur tous les autres continents, les 169 autres nations gardent le contrôle de leurs frontières nationales.

     

    Partout ailleurs, sur tous les autres continents, les 169 autres nations gardent le contrôle de leur monnaie nationale.

     

    Il n’y a que nous, en Europe, qui avons fait cette expérience de tarés.

     

    Et cette expérience a complètement foiré.

     

    Il faut sortir de l’Union Européenne.

     

    Il faut sortir de l’euro.

     

    Votez Asselineau.

     

    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-2017.pdf


    • Hecetuye howahkan howahkan 31 mars 09:20

      @BA

      Oui et il y a urgence...car je la sens venir, les français de France vont se faire entuber profond....encore plus que prévu....valls parle de se joindre à Fillon....Bayrou jubile...

      voila un moment que je suppute que le drame Fillon est une pièce, un scénario prévu d’avance..

      l’empire a 5 candidats....ceux de TF1...


    • Leonard Leonard 31 mars 10:01

      @howahkan

      En même temps les pièces de théâtres ne sont-elles pas monnaie courante au pays de Molière ?


    • Hecetuye howahkan howahkan 31 mars 10:29

      @BA

      Salut...j’ai relu deux livres sur le moyen age récemment....entre autre il y est mention que dans les villages, les villageois eux même organisaient spontanément des petites troupes de théâtres....pour quelques fêtes locales...et par plaisir...par amusement....ceci commence à se remettre en route.. smiley

      Arriva le siècle de Louis croix bâton V , et la disparation progressive des troupes de villages au profit d’une comédie centrale...Française.......au moyen age un critère était une décentralisation extrême pas spécialement recherchée....il fallait mettre cela à mal...et centraliser tout, y compris les arts.....la comédie inclus..car le plan commençait à se mettre en route..centralisation = totalitarisme..

      le mouvement de fond qui nous mène à aujourd’hui et à la tentative finale d’installation d’un pseudo NOM dont je le rappelle l’installation était prévue lors de la deuxième guerre mondiale commença environ à cette époque ....

      bon etc...là aussi y’ en a pour des heures et là aussi si on cherche avec attention et intérêt..« on » trouve....

      PS : les livres du moyen age sont de Régine Pernoud...normalement les trolls de l’empire devraient réagir à ce nom..

      l’acteur n’est rien de plus que l’équivalent du gladiateur de l’ancien temps


  • Leonard Leonard 31 mars 10:03

    Je soupçonne que cette article soit sponsorisé par TF1 !

    Jamais n’ai été mentionné le nom des « 5 candidats ».

    Belle preuve d’impartialité...


    • LE CHAT LE CHAT 31 mars 11:00

      @Leonard

      au moins ton dieu reste dans le flou , il peut revendiquer 90% des voix des 5 , ça serait moins flatteur une ligne tout seul ......


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 31 mars 11:38

      @Leonard

      Que cela plaise ou non, les cinq autres candidats, par ordre alphabétique Arthaud, Asselineau, Cheminade, Lassalle, Poutou totalisent aujourd’hui moins de 3% des intentions de vote. Cela n’empêche pas quiconque le souhaite de voter pour l’un de ces cinq, naturellement.


      La première version de mes graphiques incluait chacun des 11 candidats nommément. Le résultat... c’est qu’ils étaient illisibles ! Une toute petite part de gâteau, elle-même séparée en 5 lignes, cela produit en pratique un gribouillis infâme à l’écran.

      Le résumé avec « 5 candidats » est lisible, et apporte pratiquement autant d’informations.

    • Leonard Leonard 31 mars 13:24

      @Alexis Toulet

      Il totalise moins de 3% des intentions de vote...

      Donc vous admettrez que si le 23 avril 2017 ces 5 candidats font plus de 3% vous arrêterez vos théories de mathématique appliqués aux sondages politiques ?


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 31 mars 13:33

      @Leonard

      Je vous renvoie à la notion d’intervalle de confiance sur le résultat des sondages. Si ces 5 candidats totalisent 3,5% plutôt que 2,5 ou 3% le soir de l’élection - ou à l’inverse s’ils ne totalisent que 2% - il n’y aura rien de surprenant.

      S’ils devaient totaliser 6 ou 8%, sans que les sondages ne l’aient montré au préalable, alors oui il y aurait quelque chose d’anormal.


    • Leonard Leonard 31 mars 13:52

      @Alexis Toulet

      Je prends le pari des 6%.

      Meme s’il est probablement risqué.

    • Alren Alren 31 mars 18:01

      @Alexis Toulet

      la notion d’intervalle de confiance
      ou marge d’erreur

      Vous ne la donnez pas alors qu’elle est essentielle !

      D’autre part sont-ce les données brutes ou « redressées » ?
      N’oublions pas que les données brutes, incluant le pourcentage de personnes ayant refusé de répondre sont un « secret industriel ».

      Quelle garantie avaient les sondés que leur identité serait préservée ? Car les salariés peuvent craindre des représailles de leur employeur s’ils sont identifiés comme votant « mal ».
      Avec raison après que certaines interventions sur Facebook aient été utilisées par certains employeurs indélicats pour ficher leur personnel en conséquence.

      L’article s’efforce de nous convaincre que les sondages dans deux pays étrangers sur le brexit et sur Clinton donnaient les bons résultats mais avaient mal été interprétés par les commentateurs, or ne fait-il pas de même ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 31 mars 19:44

      @Leonard
      L’article traite des sondages et de la présentation qui en est faite.

      Pas des différents candidats...

    • posteriori 31 mars 20:18

      @Alren

      Il la donne dans son exemple. 3,5% à plus ou moins 3%, pas loin de 85% d’erreur, ce qui doit coïncider avec le coeff 1.85 appliqué au vote lepen qu’on considère encore comme en 2002 comme un vote caché et honteux, et le résultat réel de macron avec 85% d’électeurs fantômes.
      Les corrections oubliées :
       Le vote fillon devrait être considéré comme un vote honteux et majoré en tant que tel, tout du moins autant que faire se peut.
       Le vote asselineau est CLAIREMENT sous estimé d’au moins 85% !
      Si Macron rallie la famille tibéri, la prise en compte des électeurs fantômes peut se faire dans la mesure où ils ont une carte de vote valide.

    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:29

      @Alren

      J’ai mis dans le post auquel vous répondiez un lien vers un article qui la détaille justement. Le voici à nouveau.

      Concernant mon interprétation des données actuelles, les données utilisées sont en accès libre - voir les liens vers les 5 études donnés en début d’article - et le raisonnement est détaillé. Donc si vous souhaitez modifier ou améliorer cette interprétation, c’est tout à fait aisé. smiley



    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:33

      @posteriori

      Je donnais juste quelques exemples approximatifs. Le tableau statistique des marges d’erreur en fonction du résultat du sondage est disponible ici.

      Par exemple, pour un échantillon de 1000 sondés, et un résultat mesuré de 2% pour un candidat, l’intervalle de confiance est de + ou - 0,8%. C’est-à-dire qu’il y a 95% de chance que le véritable résultat soit dans l’intervalle 1,2% - 2,8%.



    • Crazy Rider Crazy Rider 1er avril 14:04

      @Alexis Toulet

      Vous croyez vraiment à ces instituts de sondages ? Voilà à qui appartiennent ces instituts :

      Que cela vous plaise ou pas, les voilà :

      https://pbs.twimg.com/media/C8BlwChXQAA4X3_.jpg

      et
      https://blogs.mediapart.fr/anne-marie-plissonneau/blog/220212/les-instituts-de-sondage


  • Tall Tall 31 mars 10:10

    J’ai arrêté ma lecture à l’entête > Cette fois-ci encore, il faut examiner les sondages de près

     
    Sauf que .... Hollande a terminé son mandat rejeté par 95% des français ... puis, un des ses plus fidèles lieutenants propose de continuer sa politique, et il serait un favori de la présidentielle .. smiley
     
    Plus c’est gros, mieux ça passe comme disait Chirac

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mars 10:22

      @Tall

      Vous rejetez les sondages...mais vous vous appuyez sur eux pour souligner que Hollande serait rejeté par 95% des Français !

      Comique

       smiley


    • devphil devphil 31 mars 10:30

      @Tall

      Totalement d’accord , les sondages , les résultats , les répercutions des votes et cela 3 semaines avant l’élection n’ont aucun intérêt sauf d’orienter les votes.

      On s’en fiche , chacun vote pour le candidat qu’il suppose le meilleur pour la France et pas que pour ses petits intérêts personnels.

      A quand un vrai comparatif des programmes de chacun sous la forme d’un tableau et ce pour chaque domaine , voila de l’information beaucoup plus concrète et intéressante.

      Maintenant qu’un candidat baisse de 0.5 % et qu’une autre augmente de 1.5 % , je m’en moque éperdument

      Philippe 


    • Tall Tall 31 mars 10:37

      @Olivier Perriet

       
      Vous n’avez pas idée à quel point je peux être comique ..
      Si vous me dites maintenant qu’il a refusé de se représenter par simple humilité ..
      et bien, je vous crois !
      Elle n’est pas drôle celle-là ? smiley


    • Leonard Leonard 31 mars 10:43

      @Tall

      Ils l’auraient privé de scooter s’il se représentait. T’es pas à la page toi ^^

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mars 10:53

      @Tall

      bah, vous bottez en touche ; vous êtes comme tout le monde, vous aimez les sondages...quand ils vous arrangent.

      Après, évidemment qu’ un Belge qui vit l’élection française par procuration c’est comique
       smiley


    • Tall Tall 31 mars 11:04

      Allez, expliquez-nous pourquoi Hollande n’a pas voulu se représenter, alors ...

      On n’est pas encore le 1er avril, mais ça ira quand même
       
      je vous propose quelques options :
      - j’ai mal au dos
      - le plombier peut arriver d’un moment à l’autre
      - je dois ranger le grenier
      - Julie Gayet me quitte si je continue
       ...

    • Alexis Toulet Alexis Toulet 31 mars 11:48

      @Tall

      Comme j’ai tenu à l’expliquer dès les premières lignes, ce que j’ai constaté à la fois avec les sondages avant le Brexit et ceux avant l’élection américaine, c’est que les sondages en eux-mêmes n’étaient pas en cause, mais leur interprétation par des commentateurs soit orientés, soit peu attentifs, soit portant des œillères car n’imaginant pas que tant de gens pourraient faire un choix qu’eux-mêmes jugeaient impensable et scandaleux.

      En pratique, la seule conclusion que je m’estimais fondé à tirer le 22 juin dernier, comme le 8 novembre, c’est que le vote pouvait facilement aller dans un sens ou dans l’autre.

      Il n’y a aucune raison de penser que les résultats des sondages, et j’insiste les données brutes, interprétées avec prudence et l’esprit ouvert, soient faux ni manipulés.

      J’ajoute que ce serait très difficile pratiquement, car les enquêteurs je veux dire les personnes concrètes qui réalisent les sondages sont nombreux, et divers. On peut toujours imaginer que tel ou tel individu soit corrompu ou orienté, mais pensez-vous qu’il soit si facile de faire collaborer des gens nombreux et divers à une tromperie... sans que quelques-uns voire beaucoup d’entre eux ne fuitent et ne lâchent le morceau ?

      En revanche, un mix de paresse intellectuelle, d’orientation idéologique, souvent tout bêtement de manque de temps, fait que bien des rédactions et des commentateurs vont trop vite aux conclusions qui de plus les arrangent. Cela arrive en France aujourd’hui, comme en Angleterre et aux Etats-Unis l’année dernière.


    • Leonard Leonard 31 mars 11:51

      @Tall

      « J’ai assez cumulé entre les diverses indemnités de mandat. De toute façon le bateau coule...

      Moi j’irais me la couler pépère avec + 15k par mois... » signé Fanfan !

      Politique ? A qui le tour ?

    • Tall Tall 31 mars 12:19

      @Alexis Toulet

       
      Désolé, mais le mensonge organisé est très facile ... c’est pyramidal ..
      Et à la tête de ces pyramides de salariés, il n’y a que de gros actionnaires tous européistes.
      Et il leur abattre Le Pen .. absolument !
       
      Exemple : le refus de TOUTES les banques françaises et européennes de prêter de l’argent au FN alors que Marine est certaine d’avoir les 5% de votes qui garantissent de pouvoir rembourser les emprunts.
       
      Elle a été obligée de se financer en Russie ... avec la dédicace de Poutine.


    • Tall Tall 31 mars 12:20

      il leur faut abattre Le Pen ..


    • Leonard Leonard 31 mars 13:25

      @Tall

      Ben ils ont qu’à appeler Lee Harvey Oswald, ça doit encore se faire ce genre de truc...


    • Tall Tall 31 mars 15:42

      @Leonard

       
      C’est ce qui s’est passé en Hollande avec Pim Fortuyn il y a 15 ans
      C’était un homme politique radicalement opposé à l’islam, et ils l’ont assassiné

      Résultat : aujourd’hui le parti de Geert Wilders qui veut interdire le coran et fermer les mosquées est devenu le 2e du pays, et Geert Wilders vit en permanence et depuis des années entouré d’un forte garde rapprochée.

    • Leonard Leonard 31 mars 16:18

      @Tall

      Des mentalités qui opposent et divisent ? Elles finissent toujours à terme éradiqué car elle tende à une certaine forme d’eugénisme et de préservation des cultures...

      Ce que les musulmans appelle Sheïtan, le diable en arabe, signifie celui qui divise. Le problème ce n’est pas le Coran, ni la Bible... C’est qu’on donne se livre à des analphabètes qui demande à leur voisin comment le lire... (enfin on va pas débattre sur la religion, c’est fatiguant ce bordel...)


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mars 17:17

      @Tall
      Allez, expliquez-nous pourquoi Hollande n’a pas voulu se représenter, alors ...

      Parce qu’il a été élu essentiellement sur le rejet de Sarkozy, donc forcément ça n’a plus de raison d’être maintenant que Sarko n’est plus là et que son bilan n’a pas déchaîné les foules.

      C’est l’effet essuie-glace : un coup à gauche et lorsque la gauche déçoit, on part à droite. Hollande en a joué, Fillon veut en jouer.

      Pour dire les choses plus clairement : Hollande a été élu sur un discours flou ; Macron a donc toutes ses chances


    • Tall Tall 31 mars 17:34

      @Olivier Perriet

       
      et que son bilan n’a pas déchaîné les foules.
       
      Ah là non, ne soyez pas trop modeste ... elles sont + déchaînées que jamais smiley

    • Pie 3,14 31 mars 17:47

      @Alexis Toulet

      Un bon article qui parle d’une manière intelligente des sondages, c’est rare.



    • Norbert 31 mars 17:58

      @Leonard

      Tu oses reprocher l’analphabétisme des Musulmans, en ne sachant pas toi-même écrire sans au moins une faute par ligne ?

      Tu es ce qu’on appelle un rigolo.


    • Leonard Leonard 31 mars 18:04

      @Norbert

      Non par analphabète j’entendais tout être humain qui n’est pas capable de comprendre ce qu’il lit, surtout dans un livre dit « saint ». Sans pour autant y stigmatiser les musulmans.

      Vous savez, je tape tellement et ne me relis pas, mais l’essentiel est que vous compreniez l’essence même de mes propos, même si à l’aune de votre prénom, vous semblez être un peu... vieux jeu...


    • Norbert 31 mars 18:59

      @Leonard

      D’accord je comprends mais vous savez ce qui est écrit dans les livres « saints » n’a en fait que peu de rapport avec les actions de religieux à un instant et à un endroit donné. Quelqu’un peut-il croire par exemple que le croyant Fillon est guidé par les préceptes de Jésus ? Et même son électorat catholique n’est-il pas composé de personnes plus sensibles aux actifs de leurs comptes bancaires ou aux bonnes actions de la bourse plutôt que des bonnes actions susceptibles d’en faire (enfer) des élus dans l’autre monde ? 


    • Tall Tall 1er avril 14:16

      @Crazy Rider

       
      Oui, j’ai vu vos autres coms .. c’est exactement ça ... j’ai plussé

  • Etbendidon 31 mars 10:56

    Macron ou Fillon les veaux euh non les français seront comme des .ONS


  • oncle archibald 31 mars 11:03

    Arrêtez de délirer, l’auteur ne dit qu’une seule chose, très pertinente : il y a tellement d’abstentionnistes et d’indécis qui peuvent encore changer d’avis d’ici le jour du vote qu’à trois semaines de ce jour là on ne peut faire aucune prédiction fiable. Point barre.


    • Pere Plexe Pere Plexe 31 mars 19:48

      @oncle archibald
      ...ce qui plus est et fort sain.

      Instiller que tel ou telle sera à coup sur au deuxième tour c’est influencer le vote par des réactions de peur ou de « vote utile ».

    • Zolko Zolko 1er avril 00:55

      @oncle archibald : vous avez raison, mais si j’en juge par les avis autour de moi, cela donne que pour ceux qui hésitent Fillon n’est pas une option. Les électeurs de Fillon sont des durs-à-cuirs, convaincus, et ceux qui hésitent réfléchissent entre Mélenchon, Macron, Hamon, ou Le Pen et Dupont-Aignan, mais pas Fillon. Les fillonistes sont les quelques % certains, je doute que parmi les indécis il y ait beaucoup de votants pour Fillon.
       
      Vu le soutient de Hamon, c’est plutôt Mélanchon qui pourrait créer la surprise, avec un 2ième tour Le Pen -vs- Mélenchon.


    • oncle archibald 2 avril 12:12

      @Zolko : croyez vous que la clientèle habituelle de la droite de gouvernement très déçue par la personne d’un Fillon qu’ils imaginaient autrement, va se résigner et s’abstenir ou voter Macron qui apparait de plus en plus pour ce qu’il est, le sous marin de Hollande ....

      La campagne est loin d’être achevée. Quand chacun aura bien exposé ses arguments, promis tout et le contraire, sans la moindre idée de comment financer tout ça, l’offre Fillon cohérente et proposant un redressement national reprendra peut être quelques couleurs et emportera la décision de ces fameux électeurs de droite déçus et restant indécis à ce jour.

      Par ailleurs je ne doute pas que dans la semaine précédent l’élection le canard enchainé et quelques autres publieront une nouvelle nouvelle sensationnelle, vraie ou fausse peu importe, pour les en dissuader .... L’effet produit sera t-il celui espéré ou au contraire contre-productif en venant conforter la « théorie du complot » ?

      Désolé mais je maintiens : il faudra attendre le 23 Avril 20 heures, voire 21 heures si les scores sont très serrés, pour savoir qui sera en finale. Fillon peut en être ou se retrouver 4 eme, c’est à ce jour impossible à prévoir.


  • zygzornifle zygzornifle 31 mars 11:08

    en fait c’est une élection Européenne , on sort ou on reste, pour le reste tant pis pour les électeurs , Macon-Fillon c’est plein la gueule aux sans dents et plein les poches des patrons des médias des banques et des lobbys , vive la finance a outrance et les paradis fiscaux et en plus on se fait flatter le croupion par Merkel ......


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:36

      @zygzornifle

      C’est en tout cas très probablement le sens que Marine Le Pen voudra donner au second tour, si elle est bien opposée soit à Macron soit à Fillon.

      Un référendum sur l’UE et sur la mondialisation.


  • PiXels PiXels 31 mars 11:08

    Je re poste ici le commentaire que j’ai déposé sur l’article de Fergus (un autre « amoureux » des sondages)

    Voici ce que j’écrivais au début du mois :

    @Attilax
    .
    Les officines vont continuer le plus longtemps possible à « faire le job »
    Ce pourquoi elles sont payées : enfumer les gogos !
    .
    Normalement, dans 3 semaines/1 mois des mouvements de « vases communiquant » vont s’opérer :
    certaines courbes vont dégringoler de façon vertigineuse
    d’autres au contraire vont s’envoler en flèche.

    .
    Les chiens de garde viendront nous rappeler que les sondages n’étant qu’une « photographie à un instant T », blablabla et ... nous expliquer doctement les raisons de ces bouleversements ;

    histoire de ne pas se ridiculiser un peu plus et ne pas perdre définitivement toute crédibilité auprès des neuneus qui continuent à gober cette supercherie. »

    Pour ceux qui ne l’auraient pas compris je pensais principalement aux « prédictions » concernant principalement trois candidats (c’est probablement sur deux d’entre eux que la manipulation se joue) :
    Hamon - Mélenchon - Macron

    Je reconnais avoir légèrement sous-évalué le délai.
    L’oligarchie ressent probablement la nécessité de retarder encore plus le retour à un peu de réalisme.

    Mais le mécanisme a bien été enclenché :

    début mars, selon les officines
    Mélenchon : entre 8% et 12%.... moyenne = 10,125%
    Hamon : entre 11% et 16%... moyenne = 13,875%

    fin mars
    Mélenchon : entre 10% et 12%.... moyenne = 13,875%
    Hamon : entre 14% et 15%... moyenne = 11,125%

    Soit un Δ modifié de 6,5% (et ce n’est qu’un début)

    Comme annoncé, les commentateurs autorisés nous expliquent les raisons prétendument logiques de ces bouleversements (le débat TF1, les meetings, blablabla...)

    Alors, étant intimement convaincu qu’il ne s’agit que d’un enfumage, je continue à « me mouiller » et je prédis pour les trois semaines à venir, non seulement la poursuite de ce mouvement de « vases communicants » mais également le départ d’un autre entre Mélenchon et le troisième larron.

    Entendez-vous la toute nouvelle petite musique totalement inhabituelle de leur part des chiens de garde qui de plus en plus fréquemment rappellent (mine de rien) que ces sondages dont ils nous rabattent les oreilles à longueur de temps, sont à prendre avec des pincettes, qu’ils se sont quasi systématiquement vautrés dans les derniers scrutins et que.... IL FAUT S’ATTENDRE à DES SURPRISES  ?!!!

    Pas folles, les guêpes ! Ils assurent leurs arrières !

    Ils oublieront qu’ils auront consacré 99% de leur temps à rabacher que la finale opposera Le Pen à Macron (et que donc, le sympathique banquier est quasi « déjà Président »)... et chanteront en coeur qu’ils avaient bien prévenu qu’une « surprise » était tout à fait probable.

    • foufouille foufouille 31 mars 11:16

      @PiXels
      mon avis est que les personnes sondés ne sont pas vraiment fiables vu les méthodes employés.
      je remarque d’ailleurs que les sondages des médias sont très souvent favorables à leur camp.


  • Ar zen Ar zen 31 mars 12:38

    Cet article repose sur le résultat de sondages. 


    A qui appartiennent les sociétés de sondage ? Toutes à des hommes d’affaires dont les principaux clients sont les multinationales et les groupes industriels. 

    Ces sondages sont bidonnés pour manipuler l’électeur. 

    Qui paie commande ! 


    • LE CHAT LE CHAT 31 mars 12:55

      @Ar zen

      Très instructif , ce lien ! Dommage qu’Asselineau n’ait pas le pognon de Goldschmidt ......

      Macron a lui le pognon de Bergé ....


  • dgf... 31 mars 13:16

    Etudions un peu Marcron, ce mec là a 4 millions de coté, puis plus rien, et il se présente à l’election présidentielle, bon, très bien, mais si ça se trouve les 4 millions il les à filer a un organisme genre mafia ou franc maçonnerie qui les lui réinjecte dans sa campagne sous forme de dons !!!, un beau moyen de contourner la loi sur le financement des partis politique.


    • dgf... 31 mars 13:27

      @dgf... que voulez vous sa dynamique, comme ses meeting ça sent le fabriqué, on peut, peut être par l’incitation et l’exemple lever des dynamiques, mais ce n’est pas forcément un gage de tenue à long terme, comme les bus macrons qui ont l’air en difficulté et dont les prix ont bien remonté,


  • Ar zen Ar zen 31 mars 13:38

    Les instituts de sondage font appel à des panels représentatifs de la population. 


    Il se trouve que des « panelistes » s’étonnent aujourd’hui. Certes, figurent bien les questions : allez vous voter ? Etes vous certain de votre choix ?

    Puis l’institut vous propose de voter pour un candidat. Surprise, François Asselineau ne figure pas dans la liste ! C’est seulement un peu plus loin dans le questionnaire qu’il est question du « parti » duquel on se sent le plus proche. L’UPR est bien présente. 

    Avec de pareilles méthodes, si fiables, François Asselineau est crédité de 0,00%. Etonnant non ?

  • soi même 31 mars 14:42

    Votre calcul serait un peut plus juste si vous tenez compte qu’il y a pas 5 mais bien 11 candidats, je vous pardonne, visiblement vos études vous a rendue très servile et peut ingénieux.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:38

      @soi même

      Il ne serait pas différent. Cinq candidats qui émargent au total à 2,4% des choix des sondés ne peuvent changer le raisonnement sur l’affiche du second tour.


  • Giordano Bruno 31 mars 15:15

    J’ai arrêté la lecture de l’article lorsque j’ai vu la catégorie « 5 candidats » ...


  • Ruut Ruut 31 mars 16:20

    un second tour asselineau fillon c’est qui qui gagne ?
    un second tour mélanchon asselineau ?
    Un second tour asselineau FN ?
    Un second tour asselineau macron ?
    allez au bout de votre article.
    etc...


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:15

      @Ruut

      « Aller au bout de mon article » ?


      Moi je veux bien... si vous me fournissez des données sur tous ces seconds tours potentiels.  smiley

      En réalité, c’est sauf erreur une obligation qui est faite aux instituts de sondage de ne tester que les seconds tours qui apparaissent plus ou moins possible au vu des résultats sur le premier.

      C’est pour cela que des affiches comme Macron - Fillon, ou encore Le Pen - Mélenchon, ne sont pas testées. 

      A plus forte raison des combinaisons Macron - Dupont Aignan, Asselineau - Arthaud, etc.

  • gus14 1er avril 00:18

    Article inutile fait de surcroit par un ingenieur et analyste... Il mettrait pas un rond sur son analyse.
    Le nerf de la guerre c’est l’argent alors allons voir ceux qui jouent leurs argents a savoir les bookmaker anglais : https://www.oddschecker.com/politics/european-politics/french-election/next-president. Bizarrement ils ne sont pas de l’avis de l’auteur. Premierement, hamon est deja hors jeu. Deuxiemement Asselineau talonne melenchon. Troisiemement dupont aignant est loin derriere. De plus, au vue de la « campagne » (mascarade) de merde, macron et fillon vont sautés en vol. L’un pour la fausseté, le vide, l’incompetence, la fumisterie qu’il incarne et l’autre pour l’incompetence, le cynisme et les affaires. Je pense que tout se jouera sur les 2 debats entre melenchon, lepen et Asselineau sur 2x 15 min.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er avril 00:41

      @gus14

      En réalité, sur le site de paris en question, Hamon et Asselineau sont au même niveau approximativement à 100 ou 150 contre 1, Mélenchon aux environs de 40 contre 1.

      Et évidemment les trois favoris sont très loin devant.

    • Eric F Eric F 1er avril 15:47

      @gus14
      les gens qui parient le font sur la foi des sondages et du buzz, exactement comme au turf, cela n’a strictement aucune valeur prédictive. Surtout si c’est le buzz outre manche sur la politique française, quand on a une reine qui porte des chapeaux vert pomme, on ne voit pas les choses de la même manière smiley


  • kako 1er avril 04:38

    C’est bien une preuve supplémentaire qu’on peut faire dire ce qu’on veut aux sondages !


    • Eric F Eric F 1er avril 09:49

      @kako
      On ne peut pas vraiment leur faire dire n’importe quoi, mais il faut prendre en compte plusieurs facteurs d’incertitude. Si on résume l’article, à l’instant t, aucune grille de lecture n’exclut MLP du duo final, et l’incertitude se joue entre les deux suivants.
      Mais Il y reste un facteur qui ne peut pas être pris en compte dans les sondages, ce sont les aléas de ce qui va se passer pendant ces 3 semaines : nouveau scandale, attentats, retrait d’un candidat, etc. pourrait changer la donne.


  • Alain Dussort Alain Dussort 1er avril 05:45

    La France est le pays des camenberts ...


  • Eric F Eric F 1er avril 09:38

    On parle beaucoup de la manipulation des sondages. Mais dans la mesure où il existe plusieurs instituts de sondage, publiés par des journaux ayant des orientations politiques différentes, la marge de trucage est faible -même si dans certains cas il y a probablement un petit coup de pouce-. La compétition entre les instituts, c’est de donner le résultat le plus proche du score final.
    La manipulation se fait surtout dans les commentaires, et le présent article nous montre plusieurs manières d’analyser les chiffres.

    Si l’on prend le cas « Macron », il y a eu initialement de la gonflette (Bayrou alors en convenait), mais ce sont surtout les commentaires « positifs » des média qui l’ont boosté peu à peu, présenté comme homme neuf, ouvert, rassembleur, etc. Fillon, même avant l’affaire, ne faisait pas l’objet d’une complaisance particulière, et les candidats de gauche sont de manière générale présentés avec condescendance par les média d’information privés. 


  • Crazy Rider Crazy Rider 1er avril 13:58

    Vous croyez vraiment à ces instituts de sondages ? Voilà à qui appartiennent ces instituts :
    https://pbs.twimg.com/media/C8BlwChXQAA4X3_.jpg

    et
    https://blogs.mediapart.fr/anne-marie-plissonneau/blog/220212/les-instituts-de-sondage


  • Pyrathome Pyrathome 2 avril 12:52

    Bonjour,
    Les polaroids sondagiers sont en plein bug, la vraie tendance du moment c’est un électeur comptant voter sur deux qui n’a pas choisi, et au moins 40 à 45 % d’abstentionnistes potentiels
    Dans ces conditions de grand instabilité, bien malin celui qui essaye de donner un pronostic....
    Ces élections ne ressemblent à aucune autres, et on estimerait un hypothétique résultat sur à peine un quart du corps électoral ? Les 75 % d’électeurs restants ne comptent donc pas ?
    Ce qui est le plus important, c’est la dynamique, et une bonne façon de mesurer celle-ci sont les « réseaux sociaux », les deux seules vraies dynamiques de l’instant sont Mélenchon et Asselineau....
    Il suffit juste d’aller vérifier pour s’en rendre compte....
    Je pense que la cristallisation va se faire dans la dernière semaine voire carrément dans l’isoloir au dernier moment, et ça préfigure de sacrées surprises....
     


  • agent ananas agent ananas 2 avril 17:05

    A tous ...

    Je reposte ce lien sur la Macronsphère que j’ai indiqué sur d’autres articles.
    Analyse à diffuser largement autour de vous.
    Bonne lecture ...


Réagir