jeudi 20 juillet - par C’est Nabum

Colère sans ordonnance

Citoyen de seconde zone

Billet à cœur ouvert

Je vous avais narré la perte de mon médecin référent, parti sans crier gare vers une activité plus lucrative, sans se soucier des patients abandonnés à leur triste sort ni même sans proposer de remplaçant. Triste en effet dans une ville devenue un désert médical à l’instar de bien d’autres communes de par ce pays bien malade. Malgré mon premier billet et de vains appels pour trouver un médecin, je décidai de prendre mon mal en patience.

Voilà que la canicule, de manière fort retorse, me poussa dans les bras d’une redoutable bronchite. Après une semaine de toux, de nez qui coule, d’étouffements divers, je décidai de prendre le taureau par les cornes et de me rendre à la maison médicale la plus proche de chez moi. La Maison de Santé Pluridisciplinaire Liliane-Coupez me tendait les bras.

C’est donc le cœur rempli de l’espoir de retrouver enfin un médecin référent que je me rendis au 69 Boulevard Marie Stuart à Orléans, dans le quartier très populaire de l’Argonne. Je n’imaginais pas que j’allais être reçu comme un chien dans un jeu de quilles. La standardiste finit par poser son téléphone pour répondre à ma requête de soins mais quand elle apprit que je n’avais plus de médecin référent, la porte s’est refermée soudainement : « Désolé, nous ne prenons plus de nouveaux patients »

Je lui expliquai encore calmement que je voulais me soigner, que je n’en pouvais plus de tousser ainsi depuis huit jours. Rien n’y fit, on ne peut plus être soigné dans ce pays si moderne. Refus catégorique de la gardienne du temple et colère de votre narrateur. Je me suis emporté, réclamant un certificat écrit de refus de soins. Naturellement au royaume des carabins, le courage n’est pas la qualité première, nulle trace écrite ne me fut accordée par la malheureuse subalterne chargée de faire la sale besogne au nom de ses patrons bien à l’abri de mon courroux. Je promis donc de faire billet vengeur pour démontrer la forfaiture de cette maison payée avec mes impôts.

La seule réponse de la pauvrette, nullement décideuse de cette lamentable situation était de saisir le Conseil de l’Ordre. J’avoue que cette remarque ne manque pas d’humour tant cette institution bassement corporatiste est largement responsable de l’impasse actuelle. Je fis vainement appel à des témoins parmi les quelques patients déjà présents dans la salle d’attente sans que je sois compris ou bien entendu. Quand on a un médecin, il convient de ne pas le perdre en se le mettant à dos

C’est donc sans être reçu que je repartis de cette formidable maison de Santé. Que faire maintenant ? Surcharger le service des urgences parce que j’ai tout simplement les bronches et le nez encombrés ? Je pense qu’il ne faut pas exagérer et valider ainsi un comportement qui se généralise par la faute d’une situation devenue intenable.

Je prends acte : je ne suis plus un citoyen ayant accès au système de soins. Toutes les portes se referment, les généralistes sont débordés. Sans le Sésame du Référent, je n’ai plus accès aux soins en dehors de l’hôpital public. Je réclame donc un statut spécifique accompagné naturellement d’une réduction de mes prélèvements sociaux. Ce ne serait que justice, je ne dois pas être ponctionné pour des prestations qui me sont désormais refusées.

Si par miracle je trouvais un médecin, sans doute sous les sabots d’un cheval, la première mesure de santé qu’il devrait prendre est de me vacciner contre la rage. J’ai en effet la haine de ce système honteux qui, à force de se prendre pour une pompe à fric, a oublié les fondements de ce noble métier. Le conseil du désordre recevra naturellement copie de ma colère qui devient dans la foulée une lettre à la plaie ouverte.

Il ne se passera rien, les Carabins sont en vacances. Ne cherchez pas à vous soigner l’été, c’est peine perdue. L’hiver ils partent aux sports d’hiver, il convient là encore de ne pas prendre froid. Je profite néanmoins de cette tribune d’humeur pour lancer un appel : un généraliste du Loiret accepterait-il de me recevoir dans sa patientèle ? On ne sait jamais, des miracles sont toujours possibles.

Bronchitement leur.



46 réactions


  • Decouz 20 juillet 12:54

    La situation est grave, obligation d’avoir un médecin référent pour avoir des remboursements normaux, et impossibilité de fait de trouver ce référent dans certaines localités.
    Tout le monde paye les impôts qui sont consacrés au système de santé, mais tout le monde n’en profite pas de la même manière puisque certaines localités sont incapables de répondre aux besoins de la population.


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 13:07

      @Decouz

      La colère s’impose mais elle n’est pas suffisante
      Des mesures de rétorsion seront bientôt légitimes

      Grève des impôts par exemple
      La santé c’est primordial et ça ne doit pas être réservée à une élite


  • Spartacus Spartacus 20 juillet 13:01

    C’est la conséquence systémique d’un marché collectiviste ou socialiste (prix fixés par autorité)....La pénurie.


    Comme les prix de la consultation ne sont pas fixé à leur valeur réelle, mais par des fonctionnaires zélés. Comme tous les marchés dirigistes il intervient la pénurie.

    Pourquoi un médecin se ferait chier a la campagne si les coûts de sa consultation sont identiques a un centre ville, centre urbain ou il n’a pas à se faire chier et gagner en rentabilité et peut se permettre de refuser des clients pour pouvoir prendre le temps d’aller au Tennis ou la pétanque ?

    C’est bien des gens comme vous qui critiquiez hier le marché libre ?

    Vous savez ce vil système qui fixe les prix en fonction du comportement de millions d’individus, personnes toutes avec une volonté propre. 
    Qui attire dans les lieux les plus retirés, les talents qui recherchent à gagner plus attiré par l’envie d’être payé à la vraie valeur de leurs actes ?....

    Allez pleurez pas. Sniffez un peu. Vous en avez bien profité. 
    Comme agent de l’état vous étiez à la meilleure place du socialo-collectivisme du système de santé ! 
    Toute votre vie, vous avez comme fonctionnaire été chercher chez le médecin votre arrêt de travail, et été payé dès le premier jour, lui quand il est malade, c’est au bout de 30 jours qu’il reçoit une indemnité, et les clients du secteur privé qui attendaient à l’époque avec vous dans la salle d’attente eux avaient 3 jours de carence....

    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 13:08

      @Spartacus

      Je mérite donc la mort

      Merci pour votre franchise


    • nofutur 20 juillet 14:28

      @Spartacus
      Comme disait Chirac : vous êtes aussi con qu’une valise sans poignée.


    • baldis30 20 juillet 14:35

      @Spartacus
      ah vous êtes revenu ... attention nous ne sommes pas partis ...


    • Doume65 20 juillet 19:27

      @Spartacus
      « C’est la conséquence systémique d’un marché collectiviste ou socialiste »

      Et c’est la faute à l’URSS si la Clinton a perdu face à Trump.

      Non, sérieux, autrefois, avant le néolibéralisme, on pouvait se soigner en France. Si on manque de généralistes, c’est uniquement parce qu’on en produit pas, à cause de ce putain de numerus closus hyper étriqué (8700 en 1976 et 3750 en 92) qu’on subit depuis quarante cinq ans, et ce sous toutes sortes de gouvernements, y compris les moins communistes tels ceux de Sarkozy.


    • Le421 Le421 21 juillet 08:41

      @Spartacus
       ???

      Vous vous êtes relu ?

      C’est le marché « libre » qui a justement propulsé les spécialistes de tout poil vers les centres ayant le plus d’intérêt financier.
      C’est le marché libre qui chasse le facteur des campagnes parce que pas « rentable ».
      C’est le marché libre qui supprime les trains des petites lignes et colle des hypermarchés à l’entrée des villes pour tuer les commerces de proximité.

      Oui, on le critique votre putain de marché libre, c’est sûr !!

      Surtout, ne sortez pas de chez vous si vous êtes bien situé, sinon, y’a risque !!


    • Spartacus Spartacus 21 juillet 10:02

      @Le421


      Incroyable cette ignorance de l’économie de marché et son efficience....

      Assez rigolo cette démonstration par le contre-exemple de marché dirigistes qui voudrait faire croire que l’économie de marche est moins bonne..

      C’est le « prix identique » et le monopole qui fait qu’a la campagne l’acte n’est pas rentable....
      Le train pas rentable, c’est encore le prix fixé par autorité de l’état et le monopole qui fait que les petites lignes ne sont pas rentables.
      Quand au commerce de proximité, ce sont les municipalités qui ont créé les parcomètres et les autorisations d’implantation. On est très loin d’un marché libre.

      C’est comme cela dans tous les marchés ou la concurrence est faussée par l’interventionnisme de l’état.

      Vous savez, l’état, cette grande fiction qui permet par son intermédiare d’en retirer plus d’avantages sur le compte des autres, principalement si on fait partie de ses obligés...

    • Plus robert que Redford 21 juillet 10:24

      @Spartacus
      T’es vraiment con mon pauv’ Spartak...

      Ton super Marché Libre, il est surtout libre de s’installer là où ça va Marcher !

      Résul’att :

      dans les coins paumés, pas « rentables »

      Ben, y’a pas d’Marché !

      Tu crèves...


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 10:27

      @Spartacus
      ...c’est tellement vrai que les toubibs non conventionnés se bousculent dans nos campagnes.

      Quand regarderez vous la réalité en face ?
      Quand cesserez vous de déformer les faits pour les faire coller à vos croyances ?
      ...tout en reprochant aux autres, comble de l’ironie et du cynisme, leur ignorance.

    • Spartacus Spartacus 21 juillet 14:25

      @Pere Plexe

      Pourquoi voudriez vous qu’un marché du non conventionné se développe alors que le prix de marché est administré....
      Quand admettrez vous que nous ne sommes pas dans l’économie de marché.

      C’est le même principe de la même cause de pénurie de logement de l’immobilier....
      Avec d’un coté les HLM subventionnés d’un coté la fabrication de logement privé pour la location est dissuadée même si elle est possible.


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 17:05

      @Spartacus
      Les toubibs non conventionnés ne viennent pas à cause des toubibs conventionnés ...qu’on ne trouve plus dans nos campagnes

      c’est bien ça votre explication ?

    • Spartacus Spartacus 22 juillet 10:44

      @Pere Plexe


      Non, la raison, c’est parce que le monopole collectiviste dissuade de le faire. 

      Parce que ce n’est pas un marché naturel libre, que les "non-conventionnés ne sont pas déployés partout.

      Pour aller voir un spécialiste, avec le monopole soviétoïque, il faut qu’un généraliste vous envoie. 
      Ne pas être agréé CAS sur Ameli vous coupe tout une partie de population.
      Le plafonnement des mutuelles imposé par les gauchistes oblige les patients a mettre de leur poche....
      Et moult contraintes bureaucratiques des idéologues du monopole imposent à ceux qui choisissent la liberté...

    • Claude Simon Claude Simon 22 juillet 20:24

      Dans le marché libre pour les faux-monayeurs et des faussaires de santé de Spartacus, la concentration médicale va se retrouver corrélée à la formation des montagnes russes boursières, elles-même dépendantes des activités brutales de faux-monnayage.


      Quand il nous expliquera ce qu’est la vraie valeur d’un acte (6 vaccins au lieu de trois, le tout avec un adjuvant d’aluminium testé lors d’un terrible lapinoucide sur deux specimens, pendant 28 jours, en 1997 -ben oui, défendons les zanimos-), au mépris du serment d’Hypocrate, et par ailleurs de l’égalité d’accès à un service d’utilité publique...

      A mon avis, son médecin devrait idéalement aller réjoindre les banquiers de la City qui quittent Londres pour Francfort, là où se trouve la vraie valeur.

    • Spartacus Spartacus 23 juillet 13:53

      @Claude Simon

      C’est l’état qui impose les vaccinations obligatoires. Pas le médecin.

      On appelle votre réaction lasymétrie d’information.
      C’est un point de vue qui est décrite alors que vous n’avez pas tous les éléments d’information.

      Vous pouvez répondre à la question « combien payez » vous et votre employeur pour vous par mois ?

      C’est vrai qu’en Suisse vous êtes mal soigné.....Le Smic est a 2000€ et la mutuelle secu est obligatoire a 300€/mois...
      Quel monde horrible....
      C’est le pays d’europe ou l’espérance de vie est la plus importante...

    • Doume65 24 juillet 22:42

      @Spartacus
      « C’est le « prix identique » et le monopole qui fait qu’a la campagne l’acte n’est pas rentable.... »
      Elle est bonne ! Le prix identique fait perdre de la rentabilité à ceux des villes, pour lesquels les prix des loyers ou de l’immobilier, des taxes locales,et de la vie en général est bien plus élevé qu’en campagne. Surtout que les paysans offrent souvent de la bonne chère à leur médecin s’ils en sont contents. Les déserts médicaux ne sont pas dû à une quelconque notion de rentabilité mais d’attrait pour la région. C’est ainsi que des villes et campagnes sont avantagées par rapport à d’autres villes et campagnes moins attractives en terme de plaisir d’y vivre.
      Sparta, en ne voyant le monde qu’à travers le prisme du néolibéralisme, tu passes vraiment à côté de la vraie vie. Et je doute que ça puisse te rendre réellement heureux.


  • Aristide 20 juillet 14:12

    Vous allez croire que je vous en veux, mais allons, vous méritez vraiment. Là c’est une perle de ... j’ose dire. 


    Il est un peu patraque, le quidam qui réfléchit appelle son médecin traitant, pas de chance il est absent, bon, il appelle son remplaçant, pas de chance il l’est aussi. Il essaie alors la Maison de Santé du coin, le téléphone étant un appareil moderne assez efficace pour prendre RDV, il appelle donc et essaie d’en avoir un. Que nenni, pas de chances pas une minute disponible ou de médecin qui puisse ordonner un traitement. Le quidam normal appelle donc quelques médecins du lieu, pas de chance non plus. Bon, allez SOS médecin, c’est pas fait pour les chiens, mais ... il y a des médecins de garde, une petite requête sur Google et le voilà servi de nombreux contacts du lieu, bon comme il est vraiment poisseux, aucun ne daigne lui répondre. Il appelle SOS médecin, là aussi pas de chance, reste donc la visite à l’hôpital qui ne manquera de le recevoir après quelques heures d’attente. Voilà donc le parcours du quidam normal mais très malchanceux.

    Déduction du quidam qui ne réfléchit pas et n’a pas de chance, je veux payer moins d’impôts ... en voilà de la bonne logique.

    Petit remarque : il me semble que la moindre des choses consiste à prendre RDV quand il n’y a pas de caractère d’urgence. Ensuite en France, à Orléans qui est loin d’être un désert médical, il y a de multiples organisations des soins, laisser croire que l’on ne peut être soigné est une escroquerie. Il existe un parcours de soin connu et assez efficace. 

    Il manquerait juste que vous vous soyez garé sur trottoir et pris un manche pour que le tableau soit complet et que vous pleurnichiez ici sur ces salauds qui piquent vos sous ...





    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 14:18

      @Aristide

      Vous me conseillez donc l’euthanasie

      Merci


    • Aristide 20 juillet 14:26

      @C’est Nabum


      La mesure, c’est Nabum, la mesure ... Non, simplement de vous servir de votre cerveau et d’éviter de raconter des histoires à dormir debout. Il faut être un débile profond pour ne pas obtenir un RDV à Orléans avec un médecin généraliste.

      Ou alors, une vieille rancune envers tous ces élus dont vous affichez la trombine,une rancune au simple fait qu’il ne reconnaisse pas votre immense talent. Je n’ose penser que vous avez joué cette scène dans ce seul but.

      PS : Vos réponses sibyllines sont affligeantes.Impossible d’aller au fond des sujets que vous traitez. Incapacité à communiquer autrement qu’en simple donneur de leçons ? 


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 16:51

      @Aristide

      Pourtant cela s’est passé ainsi


    • foufouille foufouille 20 juillet 17:13

      @Aristide
      tu es une grosse tache vu que c’était pareil dans l’yonne ou perpignan.
      SOS médecin te répondra qu’il ne peut se déplacer car tu es jeune, les urgence t’enverront chier.


    • Le421 Le421 21 juillet 08:46

      @Aristide
      Sarlat, département de la Dordogne.
      Un rendez-vous chez un ophtalmo.
      14 mois d’attente.
      On peut aussi dire que c’est une fable...
      Et rien à faire, pas d’appli pour avoir un rendez-vous plus tôt !!
      Un tour chez le « spécialiste » des jambes ? Deux mois d’attente, 17 minutes de consultation et... 126 euros net !!
      Une bonne mutuelle... Réservé aux friqués.


    • Spartacus Spartacus 21 juillet 10:16

      @Le421

      Vous en avez pas un peu marre de jouer les assistés et croire que tout est gratuit et vous est dû ?


    • Plus robert que Redford 21 juillet 10:40

      @Spartacus
      Encore plus con qu’avant !

      C’est pas gratuit du tout, parce que tu paies tes cotisations URSSAF !

      T’as même payé AVANT d’être malade !!

      Alors, oui, en quelque sorte, c’est dû !

      En ce qui me concerne, je suis affilié au RSI : je paie donc mes prestations de santé de façon totalement indépendante.

      Ben, cerise sur le gâteau, je cotise aussi de façon obligatoire à l’URSSAF (et pas qu’un peu !) dont je sais qu’elle ne me versera JAMAIS un sou, ni ne prendra en charge AUCUNE de mes dépenses de santé

      Cherchez l’erreur ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 10:44

      @Aristide
      Prendre un Rdv...évidemment.

      Quelle Évidente et simplissime solution.
      Je vous invite à essayer dans ma petite ville de 30000 habitants .
      C’est tout simplement impossible 
      J’ai récemment essayé 
      Et je ne vous parle pas de spécialistes ou d’examens
      Irm 45 jours de délai
      Ophtalmo 6 mois
      Cardio 4 mois
      Et je ne vous parle pas de là medicine du travail qui n’existe même plus sur la ville.

    • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 11:00

      @Pere Plexe


       faut etre Syrien et passer pas une assoce ou une assistante sociale et la miracle tout s’accélère .....

    • Aristide 21 juillet 13:42
      Pour obtenir un RDV chez les spécialistes, non urgent, c’est vrai que les délais sont longs. Mais dés qu’il y a urgence, on arrive à avoir des RDV dans des délais raisonnables si ce n’est immédiat.

      Ma mère âgée vient de se fracturer le col de fémur, prise en charge par les pompiers, amenée à l’hôpital de la ville voisine, examens préparatoires le même jour et opération le soir à 8H00, pose d’un clou. Levée le lendemain matin et retour à la maison de convalescence ce vendredi. 

      Voilà, un simple exemple qui a pour seule vocation a mettre un peu de bon sens dans toutes ces pleurnicheries assez injustes sur notre système de santé.




    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 17:21

      @Aristide
      le bon sens c’est de pas généraliser à partir d’un exemple

      les disparités du territoire sont connues depuis longtemps et ne font que s’aggraver
      Accident de la route, avc, problème cardiaque réaction allergique : vos chance de survie sont proches de zéro sur une grande partie du territoire.
      Et votre maman ne change rien à l’affaire

    • foufouille foufouille 21 juillet 18:37

      @Aristide
      c’est ce que l’on te dit, il faut pisser le sang pour les urgences et c’est une vieille personne.


    • Aristide 21 juillet 21:46

      @Pere Plexe


      Chance de survie proche de zéro !!! Allons ....

    • Aristide 21 juillet 21:47

      @foufouille


      En français, cela donne quoi ?

    • foufouille foufouille 22 juillet 07:27

      @Aristide
      je ne connais pas ton langage PN.


  • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 10:58

    parti sans crier gare vers une activité plus lucrative, sans se soucier des patients abandonnés à leur triste sort ...............


    Ha le salaud, il se comporte comme un politique .....

  • stef 21 juillet 12:25

    La consultation valait 17 € en 2002 25 € en 2017 soit quasiment 50% d’augmentation alors que les retraités et les salariés ont eu 10 %


    Cette mesure va coûter 1,3 milliards d’€ chaque année soit l’équivalent de 130 années du coût des anciens présidents de la république ( 10 millions d’€ /an ) à comparer aussi avec les 850 millions d’€ rabotées sur le budget des armées.

     Cette augmentation représente en moyenne 1 500 € SUPPLEMENTAIRES PAR MOIS par médecin ou 3 000 € pour un couple de médecins alors que l’on refuse 10 € d’augmentation aux retraités et tout cela vient de Hollande le Président qui, parait-il , « n’aimait pas les riches »  

    • TSS 21 juillet 13:47

      @stef

      Maintenant il touche 30€ si il vous dirige vers un spécialiste et

       comme il ne fait plus que cela ,il touchera le pactole... !!


    • Aristide 21 juillet 13:49

      @stef

      Appelez un plombier ou un antenniste, vous verrez les prix !!!

    • stef 21 juillet 18:25

      @Aristide


      Comparons ce qui est comparable : un plombier SE DEPLACE , facture la TVA et dans la facture il y aussi les pièces donc il faut comparer avec un médecin qui se déplace( 35 € ) + les médocs ! ! !
       
      Marre de ces comparaisons débiles  

      De plus si le plombier a mal fait son boulot ce qui nécessite une deuxième intervention , celle ci sera gratuite 

      les médecins , c’est comme les pièces de théâtre : toujours en plusieurs actes 

    • Aristide 21 juillet 21:43

      @stef

      J’adore votre démonstration ...

    • capobianco 22 juillet 10:20

      @stef
      Sans oublier le temps passé. Mon référent prend environ 4 patients, heu ... clients par heure et se contente la plus part du temps de nous adresser à des spécialistes tout aussi rapides. Et comme le nb de médecins est limité et leur installation libre, le résultat, mi juin, j’ai obtenu un rdv pour le 31 juillet. Et encore j’ai anticipé en lui demandant de me prescrire à l’avance les analyses ( je connais les scénarios) afin de n’avoir pas à reprendre un autre rendez-vous pour les résultats au 15 septembre prochain.

      Je connais mes problèmes, hors domaine de mon référent, mais ne peux aller directement me faire soigner. Mon angoisse, quand le chirurgien me recevra-t-il ?

      Mais comme dirait l’ado qui est censé agir pour le bien de son peuple, « je ne suis rien n’ayant pas réussi » (pas de rolex !!!!) donc peu d’espoir pour notre santé publique et beaucoup pour le privé.


  • damocles damocles 21 juillet 13:13
    Au lieu de rejeter la responsabilité sur le corps medical , reflichissez à la politique de santé menée par les gouvernements d’enarchiens depuis des années quelques que soient leurs etiquettes politiques et dont la doctrine de base est : LA RESTRICTION DES SOINS POUR DIMINUER LE COUP DE LA SANTE
    ON FERME LE ROBINET : MOINS DE SOINS ,MOINS DE DEPENSES

    Sur ce principe de base , se sont greffés le NUMERUS CLAUSUS ridicule , d’où penurie de médecins
    aussi bien ruraux que citadins ou hospitaliers, le corollaire etant le recrutement de médecins etrangers ne parlant même pas français (aux urgences en plus) et dont le niveau de formation est inconnu

    Autre consequence disparition de nombreuses pharmacies (2 par semaine selon certaines etudes) dues aux baisses drastiques des marges combinées aux baisses des prescription et achat sur internet

    Pour les spécialistes ,c’est encore pire : vous avez le temps de mourir 10 fois avant le rendez-vous fixé

    Dans ma ville , depuis l’installation d’un parent proche comme pediatre en 1988 , alors que la population à augmentée de 10 000 habitants au moins , un seul s’est installé il y a 4 ans !

    Moralité : MALTHUSIANISME MEDICAL EGALE PENURIE DE SOINS

    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 17:10

      @damocles
      Vous avez raison 

      Mais vous oubliez que les toubibs,leurs syndicats, leur ordre ont longtemps applaudis et soutenus cette politique de raréfaction synonyme de non concurrence lucrative.

    • stef 21 juillet 18:28

      @damocles
      Il y a deux fois plus de médecins aujourd’hui qu’en 1980 mais ils sont mal répartis : très nombreux sur la côte d’Azur mais rares dans le Nord


      Si demain vous élargissez le numerus clausus tout en gardant la liberté d’installation , vous ne résoudrez pas le problème pour autant 

    • C'est Nabum C’est Nabum 22 juillet 08:07

      @damocles

      Mon corps n’est pas soigné

      Je fais de mon mieux pour rester lucide


  • Claude Simon Claude Simon 23 juillet 07:51

    @L’auteur,


    Pour partager mon expérience vis-à-vis de la santé, cela fait longtemps que j’ai abandonné les circuits standards, pour des raisons d’inefficience manifeste, concernant moi ou mes proches.

    Non pas du médecin traitant lorsqu’il pose son diagnostic (quoique,d’ailleurs, merci à Ariane Walter de m’avoir mis la puce à l’oreille pour aider quelqu’un dans une pathologie vieille de 25 ans), mais de sa prescription.

    Et, de ce fait, m’a amené à avoir le raisonnement suivant : la sécurité sociale est la caution financière d’une industrie pharmaceutique qui cache sa connaissance des plantes afin de vendre des produits sans intérêt. Il est vrai que l’on s’adonne alors à un process d’apprenti-sorcier amateur, mais c’est suffisamment canalisé et rebattue pour ne pas s’exposer à plus d’effets secondaires que la dernière molécule promue.

    J’ai donc opté pour ce genre de médecins : :http://livingtraditionally.com/
    http://www.astucesnaturelles.net/

    Et l’on est dès lors désabusé de payer des cotisations sociales qui ne servent plus à rien. Si, pour éviter certains risques, comme la chirurgie, là où la plante n’a plus rien à dire. Quoique, telle pommade de calendula faite maison qui régénère la peau en une nuit, ou ferme une plaie profonde en trois jours...
    Et le spectre d’action de la pharmacopée des multinationales est plus large que les plantes, ne sait-on jamais.


    Si je suis votre raisonnement, à part me faire dédommager mon abonnement internet par la secu, je ne vois pas trop...

Réagir