Commentaire de Tom Personne
sur Humanitarisme contre humanisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Tom Personne Tom Personne 12 août 14:04
Ce témoignage, très personnel, est tout à fait légitime dans le cas qui oppose Cédric Herrou et la justice, mais le problème qui m’interpelle dans cet article est de nature politique.
De plus, je suis parti sur son cas, mais j’aurais pu élaborer plus sur le fait que je reproche ce type d’action à de nombreuses ONG, et pas juste à lui.

La France et l’Italie sont des Etats de droit, pas des dictatures, et aucune ONG n’a à se substituer à eux.
A noter que je ne voulais pas faire un article trop long, mais pour clarifier, j’oppose l’action humanitaire, nécessaire, à l’humanitarisme irréfléchi, et il me semble évident que Herrou n’est pas juste un humanitaire, mais aussi un militant.
Quant aux Etats, on peut leur reprocher d’appliquer des politiques trop confuses en matière d’immigration, mais certainement pas d’être d’extrême-droite, c’est tout simplement ridicule.

Enfin, le trafic d’êtres humains est une réalité atroce qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main.
Bien évidemment qu’on ne va pas rejeter au loin les migrants qui arrivent jusque sur les côtes, mais les ONG n’ont pas à forcer la main des Etats, dont je rappelle qu’ils sont censés être démocratiques.
En faisant ça, il est évident qu’elles entretiennent un situation malsaine qui profite à des maffias qui exploitent la misère humaine sans vergogne.

C’est pour cela que mon article tape autant sur Cédric Herrou : face à un sujet si grave, on ne peut pas se permettre le luxe narcissique de se laisser aller à l’émotion et d’évacuer toute réflexion comme si ça n’était qu’ accessoire.

Voir ce commentaire dans son contexte