Commentaire de Tom Personne
sur Humanitarisme contre humanisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Tom Personne Tom Personne 12 août 16:03
@donneurs de leçons : j’ai moi-même travaillé pendant plusieurs mois dans une association d’aide sociale, et j’ai eu l’occasion d’accompagner, non pas des migrants, mais des membres du sous-prolétariat qui font tourner les services de proximité des grandes villes.
Si j’avais encore du temps pour cela, je continuerai. En tous cas, je ne prends pas de leçons sur nos « frères de classe ».

Je ne renvoie personne dos à dos. Je dis que certaines associations outrepassent leur rôle légitime. C. Herrou n’est qu’un cas dont il se trouve qu’il est médiatisé du fait de sa condamnation.
Je persiste à penser qu’il est malhonnête de mélanger humanitaire et politique, et qu’on ne peut pas se réclamer de l’humanisme dans ce cas. On commence ainsi, et on finit par bombarder des pays au nom de la liberté et la démocratie.

Quant à l’immédiateté, on ne peut pas accueillir systématiquement tous les arrivants sans jamais chercher une solution pérenne au problème. Or, cette situation dure depuis des années maintenant.
Comment se fait-il que personne ne s’intéresse à la vision globale des flux et des acteurs ?
Mon avis personnel est que sur, ce sujet, l’absence de projecteur des médias permet d’éviter toute réflexion globale sur la politique internationale de la France, de l’Union Européenne, et des Etats d’où sont originaires les migrants.

L’humanitarisme fait le lit de la post-politique, ce qui assure que les rapports de force à l’origine de la misère des migrants ne sont pas près de changer.
Merci pour eux...

Voir ce commentaire dans son contexte