vendredi 27 janvier - par Theothea.com

« Le Cabaret Blanche » en première ligne sous les feux du Théâtre 14

En provenance quelque peu détournée des tranchées de 14-18, via la distanciation buissonnière et néanmoins créative du Music-Hall de l’époque, voici donc les acteurs d’un monde interlope, tenu éloigné du front des hostilités, en écho à une réalité où le spectacle pouvait se dresser en dernier rempart à la vilenie des hommes.

JPEG - 92.8 ko
LE CABARET BLANCHE
© LOT

Comme par un coup de baguette magique, Cristos Mitropoulos invente, sous nos yeux médusés, le Cabaret Blanche, prétexte notamment à revisiter cette fabuleuse période musicale où le répertoire des artistes évoluait au sein d’un imaginaire surréaliste entre expressionnisme allemand et cinéma muet.

Nous y retrouvons toute une galerie de personnages burlesques qui va accompagner l’objectif utopique de Pippo tentant de rejoindre les premières lignes de défense du patriotisme engagé en tant que tambour-major faute de n’avoir pu éviter d’être réformé pour cause de trop petite taille.

JPEG - 66.1 ko
LE CABARET BLANCHE
© LOT

Violette, rencontrée grâce aux hospices heureuses de la destinée, deviendra sa muse, son égérie et surtout sa protectrice vigilante de tous les mauvais coups du sort aveugle à la volonté existentielle d’exister à part entière… au risque de sacrifier sa vie.

Mais pour l’heure, sous le charme notamment des calembours de Sandrex, le jeune homme devra réussir les épreuves probatoires que Blanche, la Diva des lieux, dressera comme autant d’obstacles à son intégration dans leur communauté résistante au laisser-aller, au renoncement ou autre résignation de mauvais aloi.

JPEG - 75.8 ko
LE CABARET BLANCHE
© LOT

Mapiwa à la guitare, Marcel à la contrebasse et Djalil aux percussions complèteront ce joyeux tableau fantastique où tous, subjugués par la Drag-queen des années 1910, seront sur le point d’y accueillir ensemble le morceau de bravoure du spectacle, à savoir l’arrivée vintage du père de Pippo, boulanger de son état, complètement requinqué à la suite de son repos forcé dans les limbes… se sublimant en apothéose dans un formidable numéro de music-hall à faire pâlir tous ceux d’Hollywood !

Ainsi, après avoir mis en piste récemment « Ivo-Livi » ou le destin d’Yves Montand, la Team Rocket Cie s’avère décidément au top de sa forme musicale et de sa faculté onirique à ressusciter brillamment les valeurs sûres, témoins d’un siècle passé.

 

photos 1, 2 & 3 © LOT 

photo 4 © Theothea.com
  

LE CABARET BLANCHE - ***. Theothea.com - de Cristos Mitropoulos & Léo Guillaume - mise en scène Cristos Mitropoulos & Léo Guillaume - avec Camille Favre-Bulle, Sylvain Deguillame, Pierre Babolat, Benjamin Falletto, Patrick Gavard-Bondet, Stéphane Bouba Lopez, Cristos Mitropoulos & Djamel Taouacht - Théâtre 14

JPEG - 68.4 ko
LE CABARET BLANCHE
© Theothea.com



Réagir