samedi 28 février 2009 - par Serge-André Guay

Lectures de dem@in au Salon du livre de Paris, un exemple à suivre au Québec

Le Salon du livre de Paris 2009 							ouvrira ses portes dans un peu moins de deux 							semaines. La programmation révélée la semaine 							dernière nous apprend que la direction du plus 							important salon du livre francophone dans le monde 							réserve à ses visiteurs pour une deuxième année un 							espace sous le thème « Lectures de dem@in ».

Il faut 							croire que cet espace a connu un vif succès l’année 							dernière puisqu’il occupera cette année plus du 							double de la superficie de l’année dernière, soit 							1,200 mètres2. La programmation propose 							un parcours en quatre étapes : 1. E-book et 							plateformes mobiles ; 2. Le savoir numérique : 							bibliothèques numériques, portails de revues, musées 							en ligne... ; 3. Chaîne de numérisation : 							numérisation et Print on Demand ; 4. Conférences. Au 							total, 28 conférences seront prononcées sur les 							différents thèmes liés aux lectures de demain. 							« Voici un exemple à suivre » selon la Fondation 							littéraire Fleur de Lys, pionnier québécois de 							l’édition en ligne avec impression à la demande. 							 							

							Si nous 							voulons qu’une nouvelle économie du livre émerge 							enfin au Québec, il est urgent d’informer la 							population par tous les moyens disponibles dans les 							plus brefs délais. Pour plusieurs, dont la Société 							de développement des entreprises culturelles du 							Québec (SODEC), le marché québécois est trop petit 							et son débit trop faible pour espérer le 							développement de cette nouvelle économie du livre en 							nos frontières. Il s’agit là d’une excuse beaucoup 							trop facile de la part de nos décideurs pour ne pas 							s’investir pleinement dans l’avenir du livre chez 							nous. La nouvelle économie du livre ne saurait se 							développer sans d’abord informer adéquatement la 							population. Partout ailleurs où l’avenir du livre se 							conjugue au présent, l’information de la population 							a joué et joue encore un rôle de premier plan. 							L’intérêt des politiciens a attiré l’attention des 							médias et ces derniers ont informé la population à 							qui revient le dernier mot quant à l’avenir du 							livre. Les Québécois doivent avoir le choix et, pour 							se faire, il est nécessaire de les informer.

							 							

							Or, lors 							de la dernière édition du Salon du livre de 							Montréal, une seule conférence sur l’avenir du livre 							était au programme et cette dernière n’était pas 							l’initiative de la direction mais d’un exposant, la 							Librairie Monet, et de son partenaire, le Consulat 							général de France à Montréal. Et selon ce que nous 							avons appris du porte-parole de la Librairie Monet, 							la direction du Salon du livre de Montréal n’était 							pas très chaude à l’idée qu’il consacre une partie 							de son kiosque au livre électronique. Notez que la 							direction n’a même pas inscrit cette conférence dans 							son programme officiel même s’il s’agissait d’une 							grande première pour ce salon, le deuxième en 							importance dans le monde francophone.

							La 							Fondation littéraire Fleur de Lys est d’avis que la 							direction du Salon du livre de Montréal n’en a que 							pour le monde traditionnel du livre et qu’elle ne 							dispose pas de l’espace nécessaire pour s’agrandir 							et s’ouvrir aux lectures de demain. Dans ce 							contexte, la Fondation littéraire Fleur de Lys 							souhaite qu’un autre salon du livre voie le jour à 							Montréal, un salon entièrement dédié aux lectures de 							demain. L’organisme songe même à une collaboration 							avec le Salon du livre de Paris.
 

							 							 							

							 							Informations complémentaires :


							 							http://manuscritdepot.com/internet-litteraire/actualite.232.htm

							 							 							 							



1 réactions


  • Doutagogo 1er mars 2009 07:24

    Bonjour,
    Article très intéressant. mais j’ai cherché longtemps un lien hypertexte avec la fondation Fleur de lys, donc au sein du texte lui même, ce qui aurait été plus incitant pour l’internaute. J’ai finalement trouvé tout en bas, après votre signature, l’adresse de votre site, mais sous l’intitulé "Informations complémentaires". ! Le sujet même de votre article, qui est votre Maison d’édition en ligne, n’est donc présenté que comme "Infos complémentaires", ce qui n’est pas précis, pas vraiment exact, et pas idéal pour vous faire connaître !

    Et puis vous parlez de votre fondation en l’appelant : "Fleur de lys", donc moi je cherchais un lien, une adresse qui contienne cette jolie appellation. Mais non, l’URL de votre site porte un tout autre nom. J’ai mis un moment à vous trouver...

    C’est juste le modeste avis d’une internaute mais je pense que ces broutilles accumulées peuvent nuire à votre visibilité, outre le fait que vous avez été, effectivement, desservi par vos partenaires !
    Amitiés, Agnès


Réagir