Surya Surya 17 février 13:42

« Vous voyagez depuis près de soixante ans mais vous n’avez vieilli que d’une dizaine d’années » 

Par rapport à qui ?? 
Ca fait penser au paradoxe des jumeaux, mais pourtant rien, dans votre récit, ne semble indiquer que ces voyageurs ont eu pour point de départ de leur voyage la Terre elle-même, qu’ils se souviennent de gens qu’ils ont laissé sur place, auquels ils pourraient se comparer à leur retour.


« Nous avons observé des habitants qui utilisent des quadrupèdes pour se déplacer. »
Ici la différence est faite entre les humains, qui sont les « habitants », et les animaux, qui ne sont là que parce qu’ils ont été créés mais qui ne sont pas considérés comme propriétaire de la planète, de leur espace de vie. 

Or, considérer que l’humain, par rapport à l’animal, est le réel propriétaire de la planète Terre est quelque chose qui est propre à notre schéma de pensée. 

Il me semble que lorsqu’on débarque sur une nouvelle planète, toute vie qu’on y trouve est spontanément nommée « habitant » de cette planète, sans distinction aucune. Cela est dû au fait qu’on n’est pas familier du schéma de pensée des êtres vivants sur cette planète. 
On peut même pousser plus loin : si un être venu d’ailleurs débarque un jour sur Terre, et s’il a un schéma de pensée totalement différent du nôtre, rien n’interdira alors qu’il puisse nommer un arbre ou une pierre un « habitant » de notre planète.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe