Christian Labrune Christian Labrune 20 mars 16:56

à l’auteur,

Votre article est très plaisant à lire, mais je ne comprends pas très bien que vous insistiez si longuement sur la Réforme. Sans doute, les thèses de Luther font très bien apparaître que l’Eglise aura toujours su concilier, au mépris de la plus élémentaire morale et même de son propre enseignement, les « intérêts du Ciel » ( pour parler comme M.Tartuffe), et ses intérêts temporels. Mais le personnage que vous évoquez est un catholique d’aujourd’hui. Le Concile de Trente est passé par là, juste après la reconnaissance par le pape d’une Compagnie de Jésus dont les membres étaient habiles dans l’art de réaliser les plus audacieuses synthèses.

Le cas que vous évoquez me ferait donc penser plutôt aux « Provinciales » où Pascal, en présentant les choses d’une manière un peu caricaturale mais tout à fait propre à servir ses objectifs bassement polémiques, présente la "direction d’intention" des casuistes de la Compagnie. On connaît tous ce texte dont je recopie quand même un fragment, pour rafraîchir les mémoires :

« Sachez donc que ce principe merveilleux est notre grande méthode de diriger l’intention, dont l’importance est telle dans notre morale, que j’oserais quasi la comparer à la doctrine de la probabilité. Vous en avez vu quelques traits en passant dans de certaines maximes que je vous ai dites. Car lorsque je vous ai fait entendre comment les valets peuvent faire en conscience certains messages fâcheux, n’avez-vous pas pris garde que c’était seulement en détournant leur intention du mal dont ils sont les entremetteurs, pour la porter au gain qui leur en revient ? Voilà ce que c’est que diriger l’intention »

L’intention de M, Fillon n’est donc probablement pas d’accumuler pour lui les biens de ce monde. Les richesses sont autant de vanités qui risquent -le chrétien ne l’ignore pas !- de nous entraîner vers le fond après le Jugement dernier. Il dirige son intention vers l’Etat qu’il veut servir, vers la France éternelle, et comme rien ne se fait dans ce monde sans la finance, il ne peut quand même pas se présenter en haillons devant les caméras, ni vivre dans un deux-pièces avec vue sur cour ! Il faut ce qu’il faut, et quand on n’est pas M. Trump, il faut bien tâcher de le devenir un peu, quoi qu’il en coûte à une conscience dès lors atrocement déchirée. Il le faut si on veut pouvoir faire bonne figure et avoir quelque chance, un jour, de rendre à son pays les plus grands services. Au fond, c’est d’une démarche sacrificielle, oblative, que nous sommes les témoins, et c’est là qu’il faudrait voir quelque chose qui ressemblât à cette Imitation de Jésus-Christ qui fut la grande obsession de la pensée dévote à l’époque classique.

J’espère quand même pour le pauvre homme que le bon Dieu lui épargnera les souffrances et l’indignité d’un nouveau Golgotha !

Amen.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe