doctorix doctorix 20 mars 16:37

Il faut ajouter que cet argent qu« on » nous a prêté, « on » ne l’avait pas.

« On » a juste imprimé de la fausse monnaie sans contre-partie-Or, en nous faisant croire qu’on devait la-dessus des intérêts.
Et comme « on » ne détruit pas cette fausse monnaie au fur et à mesure des remboursements, la monnaie circulante perd de sa valeur. Et comme notre budget ne permet plus de rembourser le capital à cause de l’énormité des intérêts, le processus devient indéfini : nous ne pouvons plus nous en sortir, et la dette est éternelle.
Bien joué, Giscard.
Mais on peut reprendre tout le processus à la base et déclarer que cette dette est illégitime.
C’est très officiellement le cas pour 59% de celle-ci :
Ce n’est pas avec les cinq pitres de ce soir que ça arrivera.
Mais il n’est pas trop tard pour pendre Giscard...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe