joelim joelim 20 mars 21:01

Filteris utilise la perception qu’ont les internautes de tel ou tel candidat (1), sans qu’il soit nécessaire de répondre à un questionnaire, dont la plus grande faille est d’orienter, subtilement certes, mais systématiquement, les réponses. 


Ah ah quelle ineptie ! D’abord les sondages classiques utilisent un « panel » soi-disant représentatif qui consiste en un petit groupe d’internautes qui perdent leur temps dans les enquêtes marketings parfois même rétribués (symboliquement) pour cela. Aucune représentativité donc et c’est bien plus grave que les questions orientées ou même la cuisine des quotas.

Je suppose qu’avec la réinformation des citoyens sur internet il devient difficile d’obtenir des résultats satisfaisants (je rappelle que les sondages ont pour but de prescrire) donc on décide de se passer des sondés devenus trop peu malléables. Et on monte une opération marketing comme quoi LA MACHINE serait plus fiable parce qu’elle aurait prévu ça et ça (pas de preuve bien sûr). Si elle prenait honnêtement en compte les commentaires de tous les journaux Asselineau serait en tête je pense. smiley Mais comme elle fait remonter le candidat favori de l’auteur cela fait fonctionner son circuit de dopamine (voir ici et ici). CQFD. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe