PiXels PiXels 21 avril 10:30

@arthes
.

.
Le lieu est mal adapté à ce genre de conversation (qui par ailleurs me passionne).

Pour faire simple je vais devoir écarter tout ce qui pourrait s’apparenter à de la fausse modestie.

Commercial puis « formateur » (de commerciaux) durant une quinzaine d’années, j’ai appris à « travailler » (et à faire « travailler ») une empathie « concrète et sincère ».
Cette « qualité », avec « l’écoute active » est à mon sens la clé de la réussite dans ce métier.

Mais elle se révèle peut-être encore plus précieuse dans la « communication au quotidien ».

Je vais tenter de vous faire comprendre le sens de mon premier commentaire par une métaphore (toujours pour simplifier mon propos).
Malgré cette expérience que je revendique, il me sera toujours pour le moins compliqué de « comprendre » les émotions ou/et les sentiments « ressentis » par un alpiniste au sommet de l’Everest, un pilote de la Patrouille de France, un astronaute en apesanteur, etc.

Je suis par contre beaucoup plus pessimiste que vous concernant l’évolution de la nature humaine qui tendrait à un éveil progressif dans ce domaine.
Je pense au contraire qu’à moins d’un changement radical de paradigme, l’ultra « libéralisme » débridé ne puisse déboucher que sur toujours plus d’individualisme et d’égocentrisme.

Le dé-tricotage méthodique des valeurs morales par une petite caste qui oeuvre à jeter « tous contre chacun » (diviser pour régner), la vertu remplacée par la compétition permanente et dans tous les domaines contaminent chaque jour un peu plus notre société.

En résumé (et en guise de conclusion).
Je ne jette pas le bébé avec l’eau du bain et n’affirme donc pas que « TOUT était mieux avant »
Mais je pense que nos anciens, puis que c’était LE sujet, étaient globalement capables de beaucoup (énormément) plus d’empathie que les générations actuelles.
Et pour l’instant, je ne vois guère de signaux permettant d’espérer une inversion de cette tendance lourde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe