Aristide 15 juillet 12:59

@wesson


Encore une fois deux bétises.

La première : vous présentez UN expert qui s’auto proclame comme le plus mieux du monde, et cela ne vous met pas un minimum de doute sur sa compétence ? Maintenant je vous laisse vos experts de pacotille, je préfère même si elles sont imparfaites, les autorités légales, les académies d’experts, ... Si votre insoumission consiste seulement à suivre les premiers charlatans qui passent au seul prétexte qu’ils seraient indépendants, ce qui reste à démontrer, je ne suis pas étonné du flot de connerie que vous alignez, tel l’histoire des dizaines de centrales nucléaires à construire pour une automobile devenu électrique, alors que FI prétend à une Electricité 100 % renouvelable à un terme de 2050. 

La seconde est sur le « gourou » : vous vous trompez si vous croyez un instant que je puisse prêter la moindre crédibilité à Macron, un second couteau qui a bénéficié de la faiblesse de partis politiques incapables de s’entendre pour y faire obstacle.

Je ne suis pas « tout sauf Mélechon », je suis un de ceux qui souhaitaient une alliance à gauche, chacun mettant ses désirs, ses aspirations personnelles dans la poche ; En place on a eu droit à un Mélenchon arque-bouté sur la certitude de passer le premier tour et de gagner face au FN, un Hamon dont la suffisance faisait peine à voir, incapble de lucidité, des écolos à la ramasse et prêts à sauter sur tout poste qui passe, une extrême gauche irrécupérable avec des discours du ni-ni affligeant. 

Les législatives ? Voilà que l’on aurait pu s’attendre à une prise en compte de l’urgence à faire front commun, en place une envolée de moineaux, aucun discours de rassemblement, aucun compromis pour s’opposer aux sbires et autre autoproclamée « société civile » ... enfin ... une débandade même pas sauvée par le tout petit sursaut de deuxième tour qui a évité le naufrage complet.

Pour Mélenchon, je ne comprends plus son attitude depuis longtemps, sa rupture avec le PS a été une erreur stratégique, il est secondé par des charlots du type Corbière, Garido,Autain et feu la coprésidente du PG. Il navigue à vue, un coup PG, un coup FDG, un coup FI, ...Deux échecs à la présidentielle, Il croit que la réunion de « contre » suffit à faire un parti. Il avait la solution de pousser à gauche le PS, participer à son rang à son recadrage, ... il n’était pas le seul et aurait pu influencer plus surement. Sa réussite ? Avoir marginalisé pour un temps la gauche réformiste dont il est, quoique qu’en pense ses admirateurs. 

Pour finir, j’ai souvenir de Méluche, pas péjoratif pour moi, au Sénat quand il était PS, se battant bec et ongles lors d’une réforme sur le droit du travail à l’époque de Chirac.Un vrai battant, une vraie position politique crédible, ... qu’est’il devenu ? Pas intimement je suis sur qu’il est le même, mais en obligation de faire des coups médiatiques, des cravates, des rester-assis ou des visites de Trump ... Et surtout il est obligé d’avaler toutes les « conneries » écolo-bio-extreme gauche pour satisfaire une clientèle, oui une clientèle, d’insoumis qui se croient en dehors du système après avoir seulement mis un bulletin FI dans l’urne.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe