Decouz 17 juillet 10:27

"- Vichy a donc été complice de la rafle, et non son initiateur. Mais cette complicité a paradoxalement limité les dégâts en limitant le nombre d’arrestations. Bien sûr, cette conséquence n’avait pas été volontaire et Vichy n’avait sans doute pas plus réfléchi à cela que les nazis eux-mêmes. Son but était, d’abord et avant tout, de protéger les Juifs français, y compris ceux de zone occupée. Comme l’écrivait déjà le grand historien américain Raoul Hilberg dans son ouvrage central sur la Shoah : « Quand la pression allemande s’intensifia en 1942, le gouvernement de Vichy se retrancha derrière une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l’on s’efforça de protéger les Juifs nationaux. Dans une certaine mesure, cette stratégie réussit. En renonçant à épargner une fraction, on sauva une grande partie de la totalité ». (La destruction des Juifs d’Europe, Gallimard, Folio histoire 2006, p. 1122-1123)."

Finalement, le seul mystère qui reste non résolu est celui d’expliquer pourquoi, de Serge Klarsfeld à Henry Rousso, l’historiographie française s’entête dans un récit extrême noircissant Vichy en contradiction avec les faits historiques ?

https://www.herodote.net/Le_role_de_Vichy_dans_la_rafle_du_Vel_d_Hiv-article-1356.php


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe