vendredi 15 juillet 2016 - par Desmaretz Gérard

14 Juillet tragique à Nice

Jeudi 14 juillet vers 22 h 45 un camion frigorifique de 18 tonnes loué et conduit par un Tunisien âgé de 31 ans force les barrières destinées à interdire la circulation sur la « Prom » et fauche près de deux cents personnes, la plupart venues en famille assister au feu d'artifice. L'individu aura le temps de parcourir sa course assassine sur deux kilomètres avant d'être abattu par les policiers. Le bilan à 14 heures faisait état de : 84 morts - 18 blessés en état d'urgence absolue et une cinquantaine de blessés légers. L'homme connu défavorablement des services de police pour des violences aurait été astreint au mois de mars à un contrôle judiciaire. Cet acte dément est-il celui d'un fondamentaliste, d'un malade mental, ou est-on en présence d'un assassinat par ressentiment ?

La criminologie dont on doit le terme au médecin anthropologue Français Topinard est une branche des sciences humaines qui est à ne pas confondre avec la criminalistique ou police scientifique. La criminologie tente de répondre à la question, pourquoi à un moment donné de sa vie, un individu commet-il un acte criminel ? Une personne ne commet pas un crime ou un délit parce qu’elle a des facteurs prédisposants. L'idée du criminel né a été abandonnée, il faut que l'individu se trouve dans une situation criminogène ou pré-criminelle. Cette situation dépend dans une large mesure des circonstances extérieures et intérieures de sa personnalité. Si l'on en croit de Greef : « nous sommes tous des délinquants virtuels, seul le passage à lacte permet de différencier le délinquant du non délinquant. »

La situation pré-criminelle répond à un type de situation déterminée. On distingue trois éléments essentiels : l'événement qui a résulté du projet, sa préparation, et l'exécution du délit ou crime. Pour qu'un délit quelconque soit possible, il faut la réunion de trois points : les capacités à son exécution - les moyens matériels - et la volonté à le perpétrer. Si un seul de ces points est absent le délit a de fortes chances d'échouer. Les motivations de passage à l’acte découlent bien souvent de sentiments liés à : l’orgueil, l’oisiveté, l’envie, l’agressivité, le sexe, la luxure, la paresse, la colère, le sadisme. Selon le criminologue Wolfgang Saleski, il est impossible de quantifier les constantes psychologiques : l’égocentrisme (tendance à tout ramener à soi), la labilité (absence de solidité mentale, versatilité, actes irréfléchis), l'agressivité (réaction primaire et spontanée), l'indifférence affective (incapacité d’éprouver la moindre sympathie envers autrui), propres à caractériser la personnalité criminelle. Dès lors n’importe qui peut devenir un criminel, ce n’est qu’une question de caractère et de développement de l’individu.

Le criminologue distingue quatre types de situations.

- Une situation particulière : l'occasion de commettre le délit existe mais les circonstances vont influencer son mode d'exécution : maison inhabitée, personne faible, anonymat de la foule, lieu désert, alcool, drogue, excitation et sensation de puissance ou d'impunité, jeux et activité incertaine.

- Situation amorphe : l’individu va rechercher l’occasion de commettre son délit en employant une procédure définie.

- Situation instantanée : l’infraction est commise sans qu’il y ait eu préparation. Un élément extérieur peut servir de déclencheur : misère, infidélité, trahison, misère sexuelle, passion, arrestation à chaud, etc.

- Situation permanente : l’individu glisse progressivement vers l’accomplissement du délit en réfléchissant sur son exécution, voire l'après délit.

Le passage à l’acte peut également résulter de circonstances fortuites fournissant « l'occasion" du passage à l'acte criminel, la présence par exemple d’un couteau, la possession d’une arme, un endroit isolé, l’absence de témoins, l'attitude de la victime, etc., circonstances susceptibles de constituer des facteurs aggravants et des responsabilités pénales. D'autres facteurs peuvent intervenir : appartenance sociale, politique, religieuse, raciale, etc. Un événement relais, comme l’incitation d’un proche, de la victime ou d’un film qui plonge l’individu dans une situation assez proche de la sienne et à laquelle il s’identifie. Il est aussi à noter le délit ou crime par imitation qui peut apparaître plusieurs semaines après ! Le rôle de l'événement relais ou multiplicateur peut concourir au délit de différentes façons. Il peut : jouer un rôle décisif :exemple l'infidélité - jouer un rôle futile comme une addiction (alcoolisme, drogue, jeu, sexe) - ne jouer aucun rôle (délinquant professionnel).

Le passage à l’acte est l’aboutissement d’une démarche qui se développe dans le temps au travers de la survenance et le développement d’une dévalorisation de sa victime (pour commettre son crime, l’individu doit au préalable détruire tous les aspects qu’il pourrait trouver de sympathique chez sa victime, cas courant chez les terroristes), suivie de l'adhésion consciente et volontaire du criminel. Ce cheminement repose généralement sur quatre phases : celle de l’assentiment inefficace : le criminel accepte mentalement l’idée de la finalité désirée, mais ne s'y projette pas personnellement. La volition va passer par plusieurs étapes. Le sujet commence à se projeter dans l’approche criminelle et suppute ses chances de réussite. L’individu cherche à légitimer son acte. La phase de dénouement liée à la perpétration de son crime va entraîner chez lui une répercussion psychologique qu'il n’avait pas envisagée : soulagement, regrets, joie, tristesse, indifférence.

Le crime isolé reste l'œuvre d’une seule personne, comme le criminel est limité par ses ressources matérielles, intellectuelles et la volonté, son activité s'en trouve-elle aussi limitée. Le nombre de participants va modifier et influer sur l'exécution du délit ou du crime. L’audace et la maîtrise suscitent parfois l’admiration du grand public (le casse du siècle avec Spaggiari qui a emprunté lui et ses complices les égouts de Nice pour dévaliser une banque). Ce type de comportement repose sur l’unité d’un groupe qui possède sa morale, ses traditions, un esprit de corps, une hiérarchie qui va donner naissance à des délits (pègre). Le délit est donc recherché, et comme il y a plus d’idées dans plusieurs têtes qu’une seule, l’on peut se trouver devant un projet criminel très élaboré avec préparatifs très minutieux avec : reconnaissance des lieux, surveillance des occupations quotidiennes, emploi du temps, préparatifs, acquisition de matériel, etc. Ce genre d’association requièrt également l’existence de complices, coauteurs, receleur, instigateur, provocateur et débouche sur une criminalité plus rusée et plus dangereuse. Elle relève souvent de la compétence d'un office de la police judiciaire de la sous direction criminelle, comme par exemple la DNAT.

La criminologie se voudrait empreinte d'une rigueur scientifique, mais l’étude des causes criminelles reste une notion fragile car il y a différents facteurs qui s'interpénètrent les uns avec les autres et qui s’opposent à la découverte de la réalité apparente. Le passage à l'acte peut provenir d'une perception subjective, de mauvaises lectures ou mal assimilées, l’humeur du moment qui déforme la perception. La discipline peut cependant se révéler une aide capable d'apercevoir un risque particulier à travers la typologie criminelle : le crime occasionnel - d’honneur - la vengeance - l'homicide économique - le crime par ressentiment (ou crime cérébral) - l'homicide sexuel - homicide lié à la pègre (criminalité professionnelle) - le crime organisé - crime incompréhensible ou « gratuit » - crime politique - crime sociologique - crime pseudo justicier - prophylactique (l’auteur est conscient de l’illégalité du geste mais il est convaincu qu’il s’agit d’un moindre mal) - symbolique - excentrique (une personne qui commandite elle même son crime, à l’exemple de Periandre de Corinthe. Situation qui servit à faire un film avec JP Belmondo. Le désir de mourir peut être rattaché à un désir de suicide pour lequel le courage manque ou à l'euthanasie quand les moyens viennent à manquer) - revendicatif (l’auteur s’érige en défenseur d‘une cause dans laquelle il n’est pas obligatoirement impliqué) - auto punitif (acte dirigé contre soi même par l'intermédiaire de l'atteinte d'autrui) - fanatique (êtres psychologiquement fragiles ou malléables qui aspirent à un rôle de martyr persuadé que leur action va changer la face des choses. Avantages et non des moindres à manipuler et à utiliser ces individus, faire passer le geste pour celui d’un fou ce qui permet aux marionnettistes, véritables commanditaires, de rester dans l’ombre).

Pour le sociologue David Matza, l’action criminelle est le résultat d’un libre choix au terme d’un glissement plus ou moins long. Selon cet auteur, certaines idéologies iraient à fournir les arguments dont le délinquant a besoin pour commettre son délit. Cela ne signifie cependant pas qu’il commettra un délit, mais cela le rend possible. Pour ce chercheur, créer une sous culture avec son système radicalement séparé du système courant engendre inévitablement une conduite asociale. « Quand les hommes considèrent une situation comme réelle, elle est réelle dans ses conséquences  ». C’est la signification que l'individu lui accorde qui va déclencher son passage à l'acte.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 



35 réactions


  • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 15 juillet 2016 17:07

    Alors « loup solitaire » pris d’un coup de folie meurtrière, ou « agent dormant » de la 5e colonne salafiste, « réactivé » par des « services de l’ombre », pour un meurtre de masse ?


    Comme par hasard, il ne s’est rien passé pendant l’Euro de Foot, véritable usine à cash, et alors qu’on nous promettait la fin de « l’état d’urgence » pour le 26 juillet, ce dont beaucoup doutaient, et voilà qu’ un nouvel attentat nous ramène à la case départ...

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 15 juillet 2016 17:23

      @Herlock Sholmes

      « Comme par hasard, il ne s’est rien passé pendant l’Euro de Foot, véritable usine à cash »...  et dérivatif assez puissant au 49.3 pour que des députés choisissent de regarder le match plutôt que de voter une motion de censure...

  • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 17:22

    Si l’on en croit de Greef : « nous sommes tous des délinquants virtuels, seul le passage à lacte permet de différencier le délinquant du non délinquant. »
    .
    entièrement d’accord
    En période de guerre huit jours suffisent à transformer un père
    de famille aimant en une brute sanguinaire qui n’ont rien
    à envier aux psychopathes endurcis.
    Les bases de l’homme : baiser,tuer.(vraiment les bases)


    • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 19:16

      La terreur de demain
      ’un des plus grands problèmes, et un danger constant auquel
      l’humanité doit faire face est le suivant : les quadrants droits sont
      tous matériels, et une fois qu’une entité matérielle a été produite,
      elle peut être utilisée par des individus à n’importe quel niveau de
      développement intérieur. Par exemple, la bombe atomique est le
      produit d’une pensée formelle réflexive (orange). Mais une fois
      qu’elle existe, elle peut être utilisée par des individus à des niveaux
      de développement antérieurs, bien qu’ils n’auraient jamais été
      capables de produire cette bombe par eux-mêmes. Personne, à un
      niveau monde-centrique de conscience morale, ne souhaite voir
      exploser une bombe atomique ; mais quelqu’un dont le centre de
      gravité est préconventionnel et égocentrique (mème rouge) n’aura
      aucune hésitation à atomiser la première personne qui se met en
      travers de son chemin.
      Autrement dit, l’un des cauchemars constants de l’humanité
      est que la croissance technologique des quadrants droits a toujours
      devancé le développement intérieur (car une fois que des objets
      matériels ont été produits, ils peuvent être utilisés par n’importe
      quel niveau intérieur ; ainsi, un génie opérant à un haut niveau
      cognitif (tel que, par exemple, James Watt) peut concevoir et
      produire une technologie (la machine à vapeur) qui peut ensuite
      être utilisée par des individus à n’importe quel niveau de développement
      (dont la plupart seraient incapable d’inventer une telle
      technologie).
      Jusqu’à l’époque moderne, ce problème était limité car les
      technologies enjeu étaient elles-mêmes relativement limitées. Les
      dégâts écologiques et humains qu’un arc et des flèches peuvent
      occasionner restent assez circonscrits ... Mais avec l’émergence de
      la modernité et d’un même orange aux immenses capacités scientifiques,
      l’humanité commença à produire des technologies orange
      alors que la majeure partie de l’humanité était encore à des niveaux
      de conscience morale bleus ou rouges. Le développement extérieur,
      désormais incroyablement puissant, n’étant pas contrebalancé par
      un développement intérieur équivalent, et l’écart entre la technologie
      des quadrants droits et la sagesse des quadrants gauches
      se creusant toujours plus, des catastrophes planétaires devinrent
      pour la première fois de l’histoire, non seulement possibles, mais
      inévitables. De l’holocauste atomique au suicide écologique, l’humanité
      se trouva confrontée à son problème fondamental : son
      manque de développement intégral.
      Aujourd’hui, avec l’apparition des puissantes technologies de
      second-palier (production d’énergie au niveau quantique, intelligence
      artificielle et robotique, génie génétique, nanotechnologie
      appliquée à grande échelle) l’humanité est à nouveau confrontée
      à son cauchemar fondamental : une croissance exponentielle des
      technologies des quadrants droits sans croissance équivalente de
      la conscience intérieure et de la sagesse. Mais cette fois, l’absence
      de croissance intégrale pourrait mener à la fin de l’humanité elle même
      Bill Joy, co-fondateur de Sun Microsystems, dans son article
      « Pourquoi le futur n’a pas besoin de nous ? )) ( « Wh y the Future
      Doesn’t Need Us ? )), Avril2000), publié dans le magazine Wired,
      fit sensation en annonçant qu’il estimait que d’ici cinquante ans,
      les avancées technologiques en génétique, robotique et nanotechnologies
      menaceront de faire de l’humanité une espèce en danger :
      la génétique, car nous risquerons de déclencher, accidentellement
      ou intentionnellement, une« mort blanche)) ou catastrophe épidémique ;
      la robotique, car nous serons capables de « télécharger ))
      la conscience humaine dans des machines, mettant ainsi fin à
      l’humanité telle que nous la connaissons21 ; la nanotechnologie,
      avec son risque de « gelée grise )) (une épidémie constituée de
      nanomachines) menaçant de réduire la biosphère en poussière en
      quelques jours. Les scientifiques qu’il cite dans son article estiment
      entre 30 et 50 % les probabilités d’anéantissement de l’humanité
      avant la fin du siècle.


    • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 19:17

      SUITE
      s’agit là clairement d’un sujet extrêmement complexe, mais
      nous pouvons néanmoins avancer plusieurs choses. Premièrement,
      il n’existe fondamentalement que deux façons de « contrôler ))
      ces technologies : une régulation légale extérieure (par exemple,
      l’interdiction de mener certains types de recherche), ou une régulation
      morale intérieure (par exemple, une croissance intérieure
      de la sagesse collective, stimulant une recherche et une mise en
      oeuvre responsables dans le domaine de la technologie). Je crois
      qu’il sera nécessaire de combiner ces deux approches, mais il est
      clair que nous ne pouvons pas commencer à explorer la croissance
      intérieure de la sagesse et de la conscience en ignorant plus longtemps
      le rôle des réalités intérieures. Il nous faut considérer des
      solutions intégrales à ces cauchemars planétaires, sans quoi il est
      probable que nous périssions.
      Bill Joy recommande un mélange de contrôle intérieur et extérieur.
      Il est favorable à l’idée d’interdire ou d’abandonner certaines
      formes de recherche ; mais il reconnaît également que même si
      cela était possible (ce qui est tout à fait incertain, étant donné que
      la connaissance passe facilement les frontières), cela ne résoudrait
      pas le problème fondamental, qui est la nécessité d’une croissance
      collective en termes de maturité morale et de sagesse. Il pose donc
      la question : « Où trouverons-nous le nouveau fondement éthique
      capable de définir cette voie nouvelle ? » Et d’ajouter : « J’ai trouvé
      très utiles les idées du livre Éthique pour le nouveau millénaire, du
      Dalaï-Lama. Comme tout le monde le sait peut-être, sans trop en
      tenir compte, le Dalaï-Lama affirme que la chose la plus importante
      est que nous conduisions nos vies avec amour et compassion, et que
      nos sociétés doivent développer une éthique plus forte, fondée sur
      la responsabilité universelle et l’interdépendance. >> La plupart des
      leaders spirituels, qu’ils soient issus du Christianisme, du Judaïsme
      ou de l’Hindouisme, affirment la même chose.
      Mais précisons immédiatement la chose suivante : nous ne
      pouvons pas simplement prôner l’amour et la compassion perse, car
      ces vertus se déploient à travers les stades égocentrique, ethnocentrique
      et monde-centrique, et nous ne voulons pas, par exemple,
      exhorter l’amour ethnocentrique ! N’est-ce pas là précisément la
      cause de nombreux dangers ? Les nazis aimaient leur famille, leur
      race, leur tribu élargie. C’est sur ces fondements que la plupart
      des religions, centrées sur le mème bleu, ont déclenché (et non
      empêché) des guerres. Non seulement les religions ont causé plus
      de guerres que n’importe quelle autre force dans l’histoire, mais
      elles les ont menées au nom d’un amour exalté de leur Dieu et de
      leur nation. Leur amour, un amour ethnocentrique, est dispensé
      librement aux fidèles et au peuple élu, mais condamne tous les
      autres au nom de cet amour et de cette compassion.
      Lorsque le Dalaï-Lama parle d’amour et de compassion, il
      invoque bien entendu des qualités d’amour et de compassion
      universelles, postconventionnelles et monde-centrique. Mais
      c’est là un niveau de développement atteint par moins de 30 %
      de la population mondiale, alors que potentiellement lOO% de la
      population mondiale aura bientôt accès à des technologies capables
      de détruire la planète ...
      Il est temps de mettre à niveau le développement intérieur. Quel
      intérêt avons-nous à continuer à nous polariser sur les merveilles
      technologiques extérieures -l’extension indéfinie de l’espérance
      de vie, l’interconnectivité esprit/numérique, l’énergie illimitée du
      point zéro, les voyages intergalactiques à travers l’espace-temps
      ( « trous de vers ») - si tout ce que nous sommes capables de
      manifester est une conscience égocentrique ou ethnocentrique ?
      Voulons-nous vraiment que le mème rouge- véhicule du nazisme
      et du Ku Klu Klan- colonise l’espace ? Souhaitons-nous réellement
      qu’un Jack l’éventreur vive 400 ans, en fonçant au volant
      de son hypercar, ou en déclenchant des épidémies de nanorobots
      misogynes ? Les développements extérieurs sont certainement
      préoccupants ; mais que dire du développement intérieur (ou
      plutôt de son absence ... ).
      Edwin Firmage, qui fait autorité en loi constitutionnelle et
      internationale et qui a travaillé plusieurs décennies sur le contrôle
      des armes nucléaires, a écrit que « la loi [régulation légale extérieure]
      peut aider, mais ne saurait être, à elle seule, une réponse
      suffisante. Même si la loi pouvait, par décret, éliminer toutes les
      armes nucléaires de la planète, on ne peut pas lobotomiser une
      génération entière de physiciens. Il serait possible de recommencer
      tout le processus de la course à l’armement. Comment transformet-
      on l’âme humaine ? Il faut aller là où la loi ne peut aller. .. >> •22
      Il faut explorer, autrement dit, les quadrants intérieurs et la croissance
      de l’âme, l’épanouissement de la sagesse, le développement
      de la conscience, un développement intérieur dans les quadrants
      gauches capable de contrebalancer l’essor des technologies des
      quadrants droits.23 Peu importe que la tâche soit incroyablement
      difficile, et peut-être même impossible ; l’alternative est à la fois
      trop évidente et trop douloureuse pour l’ignorer plus longtemps.
      Quelles que soient les solutions à ces problèmes, la discussion
      doit absolument se déplacer sur une tribune intégrale, car toute
      perspective moins exigeante et moins globale que cela laisse de
      côté des dimensions fondamentales de la crise, qui auront tôt
      fait de s’emballer hors de contrôle, vers une joyeuse catastrophe
      annoncée.


    • franc tireur 16 juillet 2016 15:39

      @Ratatouille

      « un pere de famille aimant »
      waf, un homme décrit comme de plus en plus colérique, secret et qui battait sa femme !

      chez l’arabo musulman ce passage a l’acte se produit beaucoup plus facilement a cause de leur education . c est la culture de l’enfant roi . chez eux le jeune male est mis des la naissance sur un piedestal pendant que la soeur est cloitré a faire le menage . ca fait des adultes colériques ,vite frustrés et ayant plus de mal que les autres a distinguer le bien du mal .


  • exocet exocet 15 juillet 2016 18:17

    L’homme, 31 ans, de nationalité Tunisienne avait un permis de séjour.

    .

    Avons-nous vraiment affaire à un attentat islamiste ?

    Pas encore revendiqué....presque 24 heures après..

    .

    D’après France Info il y a quelques minutes :Ses voisins décrivent l’auteur de l’attentat de Nice comme « un homme seul et en rupture »

    par Rédaction de France Info v mis à jour le vendredi 15 juillet 2016 à 17h35

    .

    Le conducteur du camion n’était pas fiché pour radicalisme © Sasha Goldsmith/AP/SIPA

    .

    ... du nom de Mohamed Lahouji Bouhlel, « inconnu des services de renseignement ».

    Le conducteur du camion qui a foncé sur la foule niçoise ce jeudi soir était connu des services de police mais essentiellement pour des faits de droit commun. Il s’agit d’affaires assez mineures de violences, notamment conjugales. L’homme n’est pas fiché S pour radicalisme et n’est pas connu pour des faits en lien avec le terrorisme.

    Selon le procureur de la République de Paris, François Mollins, l’homme était connu des services de police et justice, pour des faits de menaces, violences, vols et dégradations commis entre 2010 et 2016. Il avait été condamné le 24 mars 2016 par le tribunal correctionnel de Nice à une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis pour des faits de violences volontaires avec arme commis en janvier 2016.

    .

    …..Un "homme peu religieux, ne priant pas, n’allant pas à la mosquée, aimant la salsa et les jolies filles".

    .

    Selon un de ses voisins rencontrés par France Info et qui le connaissait bien pour être originaire du même village en Tunisie, le conducteur présumé était "un homme assez ordinaire, arrivé de Tunisie il y a quelques années de la région de Sousse« .  »Il était chauffeur livreur et venait d’obtenir depuis moins d’un an son permis poids lourd".

    .

    Les autres voisins de cet homme ont eux dit à la journaliste de France Info sur place que "c’était un homme peu religieux, ne priant pas, n’allant pas à la mosquée, aimant la salsa et les gonzesses« et que »le mois dernier il avait commencé le ramadan mais ne l’avait pas terminé".

    .

    "Il joue de la salsa, fait de la musculation et fréquente des gonzesses… Pour moi, il a pété les plombs" raconte ce voisin de l’auteur présumé de l’attentat de Nice .

    Ils ont décrit aussi "un homme seul et en rupture avec ses proches, notamment fâché avec sa famille en Tunisie où il n’était pas retourné depuis des années". Les personnes rencontrées par France Info ont aussi indiqué qu’il était « récemment divorcé ou en instance de divorce » et "avait pris un appartement distinct de celui de sa compagne et de ses trois enfants"........

    .

    Dans toute cette affaire, je crois que ce qui m’irrite le plus, c’est qu’on donne un permis de séjour à un Tunisien pour venir passer son permis poids lourd et faire le chauffeur-livreur en france.

    Et avec ça, le remerciement qu’on en a....

    Il faudra combien de millions de chômeurs supplémentaires dans notre Pays pour qu’on se décide à donner du travail en priorité aux Français ?


  • Robert GIL Robert GIL 15 juillet 2016 19:13

    Les declarations des politiques ne sont que de ... la politique.
    On a destabilisé l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, le Mali, la Syrie, l’Ukraine ... et ce n’est surement pas fin, mais on coopere avec l’Arabie Saoudite, le Quatar et la Turquie, on bombarde les islamistes au Mali, on les soutient en Syrie... bizeness is bizeness !
    Je pense que l’on ne va rien changer, on va continuer a semer le bordel au moyen orient, en afrique et ailleurs. Si a la place de gaver les riches et protéger les multinationales on utilisait nos moyens pour ameliorer le sort de nos population afin que tout le monde vivent confortablement et trouvait une place dans notre société, tout le monde s’en porterait mieux. mais tant que l’on continuera a faire une politique economique pour satisfaire une poignée de privilégié il ne faudra pas s’etonner des resultats. Pleurer les morts et ne vouloir rien changer c’est de l’hypocrisie ... le systeme capitaliste prospere sur les guerres, la misere et les larmes, tout ceux qui le defendent sont les complices des attentats !


    • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 19:29

      @Robert GIL
      Un peu simple comme analyse
      en gros c’est de la faute au capitalisme....
      Pour moi ,sur ce coup là, je vous voit hors sujet.-
      la piste « conspirationniste » je l’écarte dans un premier temps
      l’avenir nous le dira (ou pas) .
      -
      Je privilégie la piste psychiatrique,psychologique
      et l’article me convient .
      --------------------------------------------------------------------
      de toute façon tout le monde se fout de ce que les autres racontent
      je maitrise un peu mieux le clavier c’est toujours ça de pris.
       smiley


    • berry 15 juillet 2016 23:12

      @Robert GIL
      Vous aimez bien exciter la jalousie de vos lecteurs avec les « riches qui se gavent », hein ? C’est votre fonds de commerce habituel dans vos articles et dans ce commentaire que vous avez répété 10 fois sur tous les articles de la journée.

      Mais quel rapport avec l’attaque de Nice ? Aucun.

      Ce tunisien avait un emploi fixe et des revenus réguliers, il était en France depuis 2005 et n’était pas le plus à plaindre dans ce pays, loin de là.

      Au niveau de ses motivations, je remarque déjà que son père est connu comme un islamiste violent, membre du parti Ennhada et surveillé de près à l’époque du régime Ben Ali. il né et a baigné dans un milieu familial favorable à la violence et au radicalisme. Il en est de même de sa belle famille. 

      Son comportement personnel est plus parlant encore : un type renfrogné, violent avec sa femme et avec autrui pour des peccadilles, connu de la police pour violences avec armes, violences conjugales, menaces et vol.

      Une racaille, à moitié déséquilibré et à moitié islamiste, comme il y en a des millions en Europe.

      Ils sont là parce que des gens comme vous les soutiennent et les font venir...


    • microf 16 juillet 2016 15:13

      @Robert GIL
      Bien dit, « pleurer les morts et ne vouloir rien changer c´est de l´hypocrisie » et c´est vrai.
      Votre commentaire a résumé en quelques lignes les maux donc souffre la société aujourd´hui.
      Je suis de religion catholique et chez les catholiques, la conversion vient après la reconnaissance de ses fautes.
      Le système capitaliste est responsable des maux donc souffre la société, et ceux qui mènent ce système ne veulent pas le reconnaitre car cela les amènera á changer. Ils ne veulent pas changer parceque cela les profite, et « ceux qui les défendent sont des complices » c´est vrai.


    • microf 16 juillet 2016 15:53

      @Ratatouille
      Autant j´ai lu avec plaisir vos deux commentaires oú vous décrivez avec brio le système qui nous accable aujourd´hui, autant je n´ai pas compris votre réponse au commentaire de « Robert GIL » oú vous dites qu´il est hors sujet, dans ce cas, vous êtes aussi sujet car il a dit en quelques lignes la même chose que vous décrivez dans vos deux commentaires, je ne prendrais que quelques lignes.
      Vous dites « une croissance exponentielle des technologies des quadrants droits sans croissance équivalente de la conscience intérieure et de la sagesse. »
       N´est ce pas le système capitaliste qui est responsable ? n´est ce pas ce système capitaliste qui prone une croissance exponantielle, des technologies des quadrants droits sans croissance équivalente de la conscience intérieure et de la sagesse ?.
      Est ce que ce système capistaliste a une conscience intérieure et une sagesse ?.
      Vous parlez « De l’holocauste atomique au suicide écologique », qui est responsable ? n´est ce pas ce système capitaliste ?.
      Je suis de religion catholique et dans notre religion, la conversion passe par la reconnaissance de ses fautes, ce système capitaliste doit reconnaitre ses fautes et se convertir, vous le dites même d´une certaine manière dans l´un de votre commentaire lorsque vous écrivez « de conscience morale et de développement intérieur », n´est pas cela á la conversion que vous même vous appelez ?.
      Je ne vois pas alors en quoi Robert GIL est hors sujet car il a décrit les causes alors beaucoup ne veulent voir que les effets, toutefois, nous sommes tous dans la même barque, sois nous changeons, sois nous coulerons tous, car comme le mentionne la fin d´un de vos commentaire « Les scientifiques qu’il cite dans son article estiment
      entre 30 et 50 % les probabilités d’anéantissement de l’humanité
      avant la fin du siècle. »
      cela est vrai, mais la faute á qui ? n´est pas á ce sytème capitaliste de toujours plus comme l´a écris un Francais ?. Il ya un proverbe qui dit « Lorsqu´un cours d´eau sort de son lit, c´est qu´il n´y avait personne d´intelligent dans les environs pour le canaliser » . Le monde est entrain de sortir de son lit, est ce qu´il n´ya pas de personnes intelligentes pour le remettre á sa place ? peut être pouvez vous répondre á cette question.


  • Zip_N Zip_N 15 juillet 2016 20:11

    Peut-être est-ce un kamikaze comme celui du copilote déséquilibré de la germanwings .Il est aussi possible que des catastrophes passée réveillent les suivantes. Le fait qu’il aie une arme et d’autres factices peut aussi évoquer une imitation préparée comme celui des barbares djihadistes ou fondamentalistes. Si il y avait eu une herse au sol collaborant avec une mesure de sécurité d’urgence, pour protéger cette grande avenue devenue piétonne principale pour le 14 juillet, le camion seul ni plusieurs véhicules ne seraient pas passé aussi facilement. 


    • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 20:45

      @Zip_N 
      .
      plutôt d’accord avec votre analyse qu’il faudrait approfondir
      l’escalade dans le toujours plus,un miroir de la télé,cela reste
      inquiétant,je me souvient d’une époque ou le simple vol
      d’un auto radio était une chose importante pour le village
      rendue obsolète,par le vol d’un vélo,puis d’une auto brûlée,
      puis les tournantes,les agressions de policier,et maintenant
      le meurtre de masse.
      Je me sens mal ;je tire dans le tas,tu couches avec ma
      petite amie je te poignarde à mort,je tabasse la caissière,
      les prof,les parents,un môme tue sa mère ,elle à débranchée
      le jeu vidéo. 

      et Si j’avais une bombe atomique ?


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 juillet 2016 21:22

      @Ratatouille

      et Si j’avais une bombe atomique ?

      Encore faut-il savoir s’en servir, c’est compliqué ces choses-là...
      Autrement, le sujet a déjà été traité dans la fiction, le plus connu étant
      le Général Jack D. Ripper.

      Trêve de plaisanteries, nous sommes entrés dans l’ère du « no limit »,
      puisque notre société est si permissive...
      Comme m’a dit un fraudeur, « tant qu’on ne me dit rien je continue ».
      Et il ne faut pas traumatiser les petits en les giflant ou leur donner la fessée.
      Plus de limites, plus de bornes, ils le font parce que c’est possible.

      L’Humanité est une monstrueuse erreur.


    • Ratatouille Ratatouille 16 juillet 2016 12:47

      @ben_voyons_ !

      Encore faut-il savoir s’en servir, c’est compliqué ces choses-là...
      oui pour l’instant c’est vrai.
      .
      Une bombe A dans un sac à dos
      http://www.dissident-media.org/infonucleaire/bombe_a_sac.html
      .
      j’ai vu aussi une arme portable de l’armée mininuk nucléaire (rayon dégat 2km) un genre lance roquette mais plus gros
      mais je retrouve pas le lien


  • Ratatouille Ratatouille 15 juillet 2016 21:00
    zip
    un peu dans ce genre, mais plus « moderne »
    Amok (ethnologie)

    L’amok est un comportement meurtrier, toujours individuel, observé
    en de nombreux endroits du monde par l’ethnographie, puis théorisé à partir
    de sa forme institutionnalisée en Malaisie.

    L’amok est le fait d’une personne agissant seule. C’est un accès subit de
     violence meurtrière qui prend fin par la mise à mort de l’individu après
    que ce dernier a lui-même atteint un nombre plus ou moins considérable de personnes.


    • JC_Lavau JC_Lavau 15 juillet 2016 22:55

      @Ratatouille. L’amok a sensiblement régressé, quand les anglais ont pendu sans circonstances atténuantes, les meurtres « culturellement excusés » par l’amok.
      Tout chtarbé négocie ses symptômes avec l’entourage, avec le psychiatre inclusivement s’il y a lieu.

      Selon la secte ou la meute, certains symptômes seront encouragés, voire récompensés. Les féminazies en toge noire et jabot blanc portent en triomphe les meurtrières féminines, par solidarité sexiste. Ainsi elles développent la criminalité féminine dont les victimes sont les mâles (ou les enfants). Par construction, l’islam est optimisé pour encourager, télécommander et exploiter la psychopathie meurtrière, en promettant de riches butins - surtout pour après la mort, du reste.


    • JC_Lavau JC_Lavau 15 juillet 2016 22:59

      @JC_Lavau. ... pendu les auteurs de meurtres ...
      Mot manquant.


    • Ratatouille Ratatouille 16 juillet 2016 12:54

      @JC_Lavau
      salut
      amok
      il y a aussi des cas (sans structure de soutient culturel) dans d’autres pays
      -------------------------------------------------------------------------------------
       idées en vrac ;le soutient virtuel de DASH ,le visuel répétitif d’attentat (pourquoi pas moi) imitation .
      -
      le non dit:c’est comme cela qu’il faut faire
      .
      merci pour les éclaircissements


  • Zip_N Zip_N 15 juillet 2016 22:54

    Dans le cas de violence routière extrême c’est nouveau, mais si c’est celui de fondamentaliste, non. Si vous regardez l’ Algérie française que certain voyaient comme fondamentaliste avec pourtant tout ce qu’il y a eu comme améliorations pour le pays, routes, ponts, ports, écoles, hôpitaux, langue, culture, commerces et j’en passe, les nouveaux fondamentalistes conquérant eux construisent jamais rien, c’est pas nouveau.


  • Jo.Di Jo.Di 15 juillet 2016 23:22

    Il a divorcé, la société souchienne est raciste elle interdit la polygamie aux colons, en fait
     
    CE MOHAMED EST UNE PÔÔÔVRE VICTIME DES FEMMES !

     
    Pas d’amalgame !
     
     smiley


  • Le p’tit Charles 16 juillet 2016 07:48

    heu....Le « Franco-Tunisien » de Nice est en fait un malade mental que tous les politiques (ou presque) veulent voir en terroriste....ça arrange bien des choses d’en faire un affilié a l’islamisme radical pour nos incompétents qui se pressent sur les merdias...Qu’ont ils à faire de 84 morts et de plus de 200 blessés...RIEN, sinon se servir de ce sinistre tremplin pour parler politique...Une aubaine pour eux pendant les vacances ou en principe rien ne se passe d’important...leurs « MENSONGES » s’empilent les uns sur les autres pour le plus grand plaisir des merdias qui par presses et télés inondent la rue des Français...déjà ce matin, les grands titres sont pour la Turquie, ou un coup « des-tas » est déjoué par le dictateur de ce pays...Zooland reparti de Nice retrouvé sa pimprenelle la fièvre va retombé très vite, restera des familles cassées par la folie d’un franco-tunisien malade mental... !


    • BlackListed BlackListed 16 juillet 2016 07:54

      @Le p’tit Charles

      Tous les islamistes sont des malade mentaux !

      il ne sert à rien d’être dans le déni. 
      Au contraire, cela vous fait de vous un complice passif !

      Il n’y a pas de génération spontanée. Le terrorisme vient bien d’une idéologie largement diffusée et partagée qui s’appel l’Islam !


    • Le p’tit Charles 16 juillet 2016 08:40

      @BlackListed....Si cela peut vous faire plaisir, mais il y a plusieurs degrés de folie, et celle de ce maniaque était à son apogée...Pour les islamistes en général, je suis dans l’impossibilité de vous répondre, n’ayant pas eu le dossier médical de ces gens entre les mains...mais je remarque que vous faîtes l’amalgame de tous les islamistes et plus loin parler d’idéologie..Un non sens il me semble qui n’engage que vous..de mêler la folie et les croyances.. ?
      C’est dire qu’une poêle à frire est un rouleau de PQ c’est la même chose...Bizarre...


    • bibera49 (---.---.203.209) 16 juillet 2016 12:47

      @Le p’tit Charles
      100% d’accord


    • Ratatouille Ratatouille 16 juillet 2016 13:05

      @Le p’tit Charles
      salut
      je rejoint l’idée de récupération de l’événement ,tel que tu le défini.
      .
      j’ai plus que des doutes ,à vu du profil de (la chose immonde) l’assassin.
      Les polices feront leurs travail tout du moins j’espère.
      Les politicien, eux peuvent tourner dans n’importe quel direction
      nous avons le cas avec la Syrie,un coup méchant et après gentil.
      Les médias obéirons à la version final quelle qu’elle soit.
      .

      Et puis si je me trompe ce n’ai pas grave l’erreur est le propre de
      l’homme.
      .
      j’ai vécu 10 années à Nice rue léon Bertrand prés
      de la prom ,il est peut probable que d’anciens amis
      soit parmi les victimes ,mais je suis touché dans mon cœur
       par ce drame.


  • Claire29 Claire29 16 juillet 2016 16:52
    Est- ce qu’on est face à l’attentat d’un terroriste islamiste comme tous les politiques à commencer par Valls et tous les commentateurs l’affirment en boucle sur toutes les chaînes d’info continue ou face à l’acte d’un déséquilibré ? 
    Il y a de quoi se poser la question quand on voit l’ordonnance psychiatrique que le père montre devant les caméras !
    Nous ne savons pas si cet individu « s’est radicalisé rapidement » mais nous savons qu’il a pris ses « traitements » prescrits par un psychiatre comme Andreas Lubitz qui a entraîné dans la mort 149 personnes,comme L’auteur du drame de Newton, qui coûta la vie à des enfants qui était sous Fanapt, un antipsychotique dont les effets secondaires catastrophiques sont pourtant bien connus,comme la plupart, pour ne pas dire tous les auteurs de ces tueries !
    La psychiatrie ne soigne pas ,ne guérit pas,c’est une imposture qui fait de nombreuses victimes !
    Je ne peux m’empêcher de penser que pour les politiques et les commentateurs,il est plus facile de dire qu’il s’agit d’un attentat terroriste que de désigner la psychiatrie responsable de ce nouveau drame ! 

    • JC_Lavau JC_Lavau 16 juillet 2016 20:11

      @Claire29
      Tiens ? Une scientologue...


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 juillet 2016 20:29

      @Claire29
      Vous n’avez pas tort, contrairement aux réponses parfois rapides à l’emporte-pièce, pour être gentil ^^
      On devrait analyser les caractéristiques de TOUS les perturbateurs endocriniens, qui agissent à différents niveaux, et qui ne sont pas seulement une liste définie ou reconnue, mais qui englobent aussi la psyché et les outils qui permettent de la manipuler ou de l’influencer (la pub, par exemple). Et ce, d’’une petite pilule à tout l’atiraille technique sur-développé


    • Djouair (---.---.179.120) 17 juillet 2016 20:01

      @Claire29
      Contente de savoir que je ne suis pas la seule a le penser !
      Je sais pour l ’avoir vécu dans mon entourage proche que les drogues psychiatriques ont transformé une personne atteinte de troubles anxieux en véritable fou furieux !!!
      Et l ’arret brutal de ces traitement abominables sont encore plus dangereux car ils provoquent un effet rebond qui rend la personne incontrôlable et Andréas Lubitz qui était schizophrène « jouant » beaucoup avec son traitement nous en a fait la triste démonstration !!
      Je trouve donc beaucoup de similitudes entre le pilote fou et le tueur au camion....
      Alors la piste de la radicalisation soudaine ne me semble vraiment pas crédible !


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 2016 13:20

      @Claire29.
      La scientologue néglige que l’ordonnance date de 2001 ou 2004 ; même après agrandissement, on ne peut pas décider sur le dernier chiffre du tampon est un 1 ou un 4.
      Il y a donc quinze ou douze ans de cela.
      Je ne peux déchiffrer les deux autres médicaments, mais le premier est le Haldol. Un antipsychotique, pas un antidépresseur.

      Comme d’hab, la scientologie fraude.


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 2016 14:15

      @JC_Lavau. Dans un cas, le jeune Bouhlel avait seize ans, dans l’autre cas il en avait dix-neuf.
      La schizophrénie du jeune adulte, qui ne veut pas faire face aux complications de la vie d’un vrai jeune adulte, est un classique.


Réagir