mardi 10 janvier - par Christophe Bugeau

2017 : année de basculement pour la France

Cette année risque d’être une année de grands changements pour notre pays et son environnement proche. Le Brexit et l’élection de Donald Trump auraient dû permettre à notre classe politique de comprendre que les temps changent, mais il n’en est rien, les deux partis de gouvernement continuent sur leur lancée alors que les événements commencent à se précipiter et que l’élection présidentielle qui vient, la situation sociale qui se dégradent et les tensions religieuses qui s’aggravent se liguent pour nous mener à un conflit interne de haute intensité.

La présidentielle pour commencer : elle démarre pour de bon, avec de nombreuses inconnues. Le Président sortant (pourtant très content de lui dans ses vœux) ne se représente pas, une première sous la Véme République qui prouve bien que le système atteint ses limites. Il place ainsi son parti devant une situation inédite : un premier ministre qui démissionne 6 mois avant l’élection pour essayer de se refaire une virginité (hypocrisie quand tu nous tiens  !) et un bal des candidats à une primaire aussi pathétique que celle de Droite.

Et c’est là que se joue cette élection : les deux représentants du système seront fort peu représentatifs de ce que veulent les français. F. Fillon est le représentant d’une Droite non populaire, celui du PS sera celui de la gauche caviar, et dans les deux cas plus encore qu’auparavant : le communisme ne fonctionne pas, il faut plus de communisme disait Léonid Brejnev. Nous avons donc droit au libéralisme ne fonctionne pas, il faut plus de libéralisme !

Les outsider cette fois, ont donc plus de chances que précédemment, même s’il faut fortement se méfier des sondages : Marine Le Pen (25 % des intentions de vote) et Jean-Luc Mélanchon (15 %) qu’on les apprécie ou pas, ont l’approbation réelle de leurs camps respectifs et représentent la France Populaire au sens noble du terme. Emmanuel Macron (s’il a les 500 parrainages) sera le représentant réellement démagogue d’un « centrisme » de bon aloi qui offre aux français une fausse alternative alors qu’il est ultra-libéral !

Mais tous les trois ont en commun de représenter une alternative et sont en passe de bousculer sévèrement le système. Et si malgré tout, François Fillon ou le représentant du PS venait à être élu, qui peut dire qu’il aura suffisamment de députés à l’assemblée ? Dans ce cas, nous nous dirigerions vers une grande coalition à l’allemande et vers une politique encore plus libérale qui risque fort de mettre les français dans la rue.

Car, au-delà de la politique par les urnes ce qui risque d’apparaître cette année, c’est la politique dans la rue pour deux raisons : protestation sociale d’une part et attentats d’autre part qui ne manqueront pas de continuer et risquent d’entraîner des répliques dans les banlieues. Les français dans l’hypothèse d’un durcissement de la politique sociale risquent fort de prendre le mors aux dents et de faire connaître leur mécontentement aussi bien par des grèves que par des manifestations.

Enfin, tout le monde semble (alors que selon les sondages cela devient la principale préoccupation des français 78 % des sondés selon le sondage Harris de fin décembre) oublier que le terrorisme islamique risque fort de déboucher sur une insurrection généralisée dans les banlieues qui serait fort difficile à contenir. En effet, lorsque 1/3 des musulmans présents en France ne reconnaissent pas les lois de la République comme prépondérantes sur leur religion, lorsque nous atteignons 15 000 fichés S pour radicalisme islamique, lorsque les attentats et les provocations se multiplient, il serait plus que temps de s’inquiéter ! 

C’est aujourd’hui le risque majeur pour notre pays : une insurrection généralisée des cités HLM débouchant sur une guerre civile qu’il nous sera difficile de gagner au vu de l’impréparation de nos politiques et de nos dirigeants policiers et militaires. 



6 réactions


  • MagicBuster 10 janvier 16:34

    Une femme présidente — n’est ce pas la plus belle image de la France ?


  • Sparker Sparker 10 janvier 16:39

    Allons donc vers une reconstruction d’un tissus social et économique laïc et populaire pour faire baisser les tensions et redonner le goût républicain.
    L’avenir en commun.


    • V_Parlier V_Parlier 11 janvier 14:13

      @Sparker
      C’est déjà bien trop tard, même en supposant que cela eut suffi auparavant.
      (Quant au terme « laïc », il est tellement à sens multiples que je ne vais pas chipoter là dessus).


  • philippe baron-abrioux 10 janvier 16:52

    @l’auteur,

     Bonjour ,

     je suis étonné de lire au tout début de votre article, « les deux partis de gouvernement » .

     à première vue , j’en vois d’autres et comme à chaque fois que j’entends (ou que je lis ) ces quelques mots , la même question me vient à l’esprit : qu’entendent par ces mots ceux qui les utilisent ?

     les partis qui gouvernent en France (cela a t il existé un jour ici ?) ou plutôt ceux dont sont issus ou proches ceux qui nous gouvernent ?

     ou ont gouverné , ou pourraient un jour gouverner , ou ceux qui en seraient capables mais s’y refusent pour le moment ?

     vous évoquez ensuite , tout à la fin , « un risque fort de déboucher sur une insurrection généralisée dans les banlieues » lié au terrorisme islamique ce qui me semble être un rapprochement entre des lieux d’habitation géographiquement déterminés , les banlieues , et des actes de violence et de terreur dont ces lieux seraient des(ou les) berceaux idéologiques .

     serait ce un raccourci ( in)- volontaire ou une énorme« facilité » de langage ?

     j’espère que dans vos voeux pour 2017 , vous n’avez pas oublié ceux qui font référence à la Paix !

     bonne fin de journée !

     P.B.A


    • V_Parlier V_Parlier 11 janvier 14:18

      @philippe baron-abrioux
      "ce qui me semble être un rapprochement entre des lieux d’habitation géographiquement déterminés , les banlieues , et des actes de violence et de terreur dont ces lieux seraient des(ou les) berceaux idéologiques« 

      Bien évidemment que c’est ça. En douteriez vous encore ? Qu’y a-t-il de »facile« là-dedans ?
      Les criminels de droit commun multirécidivistes qui empoisonnent la vie de ces quartiers n’attendent que ça, que ce soit avec ou sans le prétexte islamiste, pour commencer le pillage et les exactions à grande échelle au nom de toute »cause" vite adoptée pour l’occasion.


    • philippe baron-abrioux 11 janvier 17:19

      @V_Parlier et à l’auteur (si possible) ,

       Bonjour ,

       juste une remarque : il me semble bien m’être adressé à l’auteur de l’article ,

       j’obtiens une réponse de votre part (qui n’êtes donc pas l’auteur ) ,soit !

       si je suis vos avis , le sien et le votre ,un lieu de résidence serait donc un facteur légitime de suspicion sur des habitants que vous qualifiez de « criminels récidivistes » .

       n’est ce pas aller un peu vite en besogne ?

       n’est ce pas une tentative non pas d’amalgame (par lieu de résidence ) mais de GRAND AMALGAME ?

       nouvelle forme d’apartheid ?

       et plus encore , je serais infiniment plus prudent et circonspect que vous qui, dans votre habitude du raccourci , semblez oublier qu’il existe pour ceux que (sans aucun procès (sauf d’intention ) vous qualifiez de « criminels récidivistes » bien d’autres lieux de résidence ou de séjour temporaire que les banlieues (nom dont vous savez certainement l’origine ) .

       l’auteur parle de 2017 comme d’une « année de basculement » , EXACT !

        et pour ce militant politique ( de Debout la République ) , je pense entrevoir de quel coté il va basculer (au nom de ce que vous appelez une « cause » ) sans jamais le dire mais tout en le disant , à pas feutrés .

       les « causes » patriotiques , confessionnelles, philosophiques et autres, dont certaines je vous le concède sont adoptées pour l’occasion (on vient de le voir , il me semble )se font jour petit à petit , derrière des écrans de fumée plus ou moins denses, exprimées à bas bruit par des femmes et des hommes qui se gardent bien dans leur propos de prononcer des paroles qui leur vaudraient des dépôts de plaintes multiples .

      l’ambigüité et la prudence de certaines paroles sont souvent bien plus nocives , toxiques et donc « condamnables » que les propos les plus calamiteux de ce qu’elles recouvrent en fait mais ne sont jamais exprimés clairement .

      2017 année du basculement ou celle du bousculement, en tous cas pas celle de la « France apaisée » , cette plaisanterie de très mauvais goût lancée il y a peu (et qui a disparu d’ailleurs ) .

       mais ,malgré l’épisode grippal du moment , il y a fort à parier que les bras resteront largement ouverts entre tous ces braves gens si prêts à défendre tant de bonnes « causes » au nom des pires arguments , les plus spécieux , les plus rances et finalement les plus dangereux pour cette République dans les couleurs de laquelle ils se drapent si facilement .

       BONNE FIN DE JOURNEE !

       P.B.A

       

       

       


Réagir