jeudi 9 mars - par Ar zen

23 avril, 7 mai, 11 juin, 18 juin 2017 Nous allons élire des marionnettes, des larbins, des femmes et des hommes de paille si ......

Les transferts massifs de souveraineté de la France vers l'Union européenne, rendus nécessaires lors de la ratification des traités européens, ont désarmé notre pays de ses prérogatives législatives qui ont été confiées à l'Union européenne. 

Les électrices et les électeurs français peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans le traité.

 Les orientations programmatiques de l'Union européenne, en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.

23 avril, 7 mai, 11 juin, 18 juin 2017

Nous allons élire des marionnettes, des larbins,

des femmes et des hommes de paille si ......

 

Les élections présidentielles du 23 avril et du 7 mai 2017 apporteront à la France un nouveau président de la République. Les élections législatives du 11 juin et 18 juin feront ressortir une majorité à l'assemblée nationale. Le président nouvellement élu formera un gouvernement en s'appuyant sur la majorité politique de cette assemblée. Il ne restera plus qu'au nouveau locataire de l'Elysée à mettre en œuvre son programme de gouvernement. Ceci est la présentation qui nous est faite par les médias dominants. Mais est-ce bien la réalité dans le cadre « supranational » des traités européens ? Avez vous déjà été informés, par l'un de ces médias, des compétences de l'Union européenne et de la marge de manœuvre de la France et de son gouvernement dans la gestion des affaires françaises ? Il semblerait que 80 à 85% de nos lois et règlements nationaux soient la retranscription dans le droit national d'abondantes normes européennes, de règlements européens, de directives européennes, de recommandations européennes et autres décisions de l'Union européennes. Examinons cette affaire d'un peu plus près.

 

Dans un article précédent, j'ai mis en exergue le fait que la constitution française avaient été modifiée, à de très nombreuses reprises, pour satisfaire à la réglementation européenne (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-incidence-de-la-ratification-des-189142).

 

Des transferts massifs de souveraineté ont été réalisés lors de modifications constitutionnelles successives rendues nécessaires lors de la ratification des traités européens. Il faut, par conséquent, se poser la question de savoir quelles prérogatives et quelle marge de manœuvre possèdent encore aujourd'hui le président de la République élu en France et l'ensemble des parlementaires, représentant le peuple.

 

Les traités européens comportent trois catégories de dispositions :

 

  • Des clauses institutionnelles qui définissent les institutions (Commission, conseil européen, conseil de l'Union européenne, Parlement, cour de justice, composition, organisation, fonctionnement, procédures décisionnelles, typologie des compétences et des actes législatifs, l'exercice des compétences internationales de l'Union).Titre II, III et IV duTUE. Partie I, II, V et VI du TFUE.

  • Des clauses générales et finales, qui organisent les modalités d'adhésion, de révision, de retrait, de sanction et à l'entrée en vigueur des traités. Titre VI du TUE. Partie VII TFUE.

  • Des clauses matérielles qui régissent la politique étrangère, de sécurité et de défense. Titre V du TFUE. Celles qui définissent le contenu des politiques et actions internes de l'Union. Partie III du TFUE (comprenant les « 4 » libertés de circulation : des marchandises, des personnes, des services et des capitaux).

 

La seule lecture de cette énumération suffit à comprendre que l'Union européenne n'est plus seulement un regroupement d'Etats exerçant simplement « certaines de leur compétences en commun », rapprochant certaines de leurs politiques et législation. Elle est davantage une organisation intégrée au service d'un véritable « projet » parfaitement « autonome », annoncé et lisible.

Ce « projet » n'est pas défini, modifié, adapté par les Etats au fil de leurs réunions, non ! Il est figé dans le marbre du traité lui-même ! Les traités confèrent ainsi à l'Union européenne tout à la fois son contenu et son contenant, les organes et procédures institutionnelles et la feuille de route qu'ils doivent mettre en œuvre. Ces orientations programmatiques de l'Union européenne, du fait qu'elles sont intégrées aux traités sont « gelées », bien moins révisables qu'une norme constitutionnelle de niveau national. Une constitution nationale peut toujours être révisée par les trois cinquièmes du Parlement en France, réuni en congrès. En revanche, le droit primaire ne peut être modifié que par la révision du traité par un autre traité lequel doit réunir l'accord des institutions européennes et de tous les Etats membres, à l'unanimité.

 

Le contenu des traités constitue un imposant volume d'orientations programmatiques tendant à la réalisation matérielle du projet d'intégration et pas seulement économique ! Il ne s'agit pas à proprement parler d'un programme de gouvernement tel qu'on l'envisage dans les démocraties nationales allant jusque dans le détail concret des principales propositions législatives et économiques qui seront soumises à la représentation nationale. Il s'agit, plus exactement, d'orientations économiques, politiques et sociales cherchant par le nivellement normatif à faire face aux conséquences de l'ouverture et de la mise en concurrence des législations nationales sans rapprochement préalable, fixant des objectifs précis dans tous les domaines, afin de rendre effective l'union sans cesse plus étroite entre les peuples européens et non entre les Etats, devenus secondaires, voire devant disparaître ! L'ensemble des dispositions prévues dans les traités s'oppose juridiquement à toute politique de « relance Keynésienne » via la consommation ou l'investissement du fait de l'interdiction du déficit budgétaire, de toute intervention monétaire, de toute protection douanière ou de toute aide sectorielle à l'économie.

 

Les traités européens ont ainsi opté pour une « intégration négative », c'est à dire l'intégration économique par la suppression de toutes les barrières et distinctions nationales, par opposition à l'intégration « positive », c'est à dire le développement de politiques de limitation, de palliation et de correction des distorsions du marché. L'intégration « négative » est institutionnalisée dans le droit primaire de manière directe à travers, notamment, la protection des 4 libertés de circulation fondamentale (biens, personnes, services et capitaux).

 

Le concept de traités-programmes reflète bien les trois dimensions du « projet » européen qui peut ainsi être lu dans toute sa cohérence : une administration supranationale produisant un droit supérieur et immédiat dans tous les domaines, une unification selon la logique du libre-échange intégral, un messianisme universaliste. Cette définition précise des politiques matérielles dans le droit primaire de l'U.E, c'est à dire au plus au niveau de protection juridique qui soit, et primant même sur les constitutions nationales, ruine toute alternative économique et politique et tout débat sur une telle alternative. Les choix élevés au niveau des traités deviennent non seulement juridiquement obligatoires, mais indiscutables au sein des institutions de l'Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre. Le Conseil européen, réunissant les Etats, ou le Parlement européen, peuvent bien se livrer à des heures de débats internes, ceux-ci ne peuvent porter, en définitive, que sur les modalités des objectifs précis définis par le traité, non sur leur éventuelle réorientation !

 

Peut-on, sans porter atteinte aux principes démocratiques, consacrer ainsi juridiquement des options politiques et économiques qui, contrairement aux droits et libertés reconnus comme universels dans la Constitution, sont toujours discutables, exigeant au minimum d'être réévaluées et adaptées périodiquement en fonction des circonstances et des crises ? Font-elles, à priori, parmi les peuples, l'objet d'un consensus absolu, général et définitif ?

 

Il existe une différence majeure entre un traité international « classique et les traités fondateurs de l'Union européenne. Les traités internationaux classiques créent des obligations pour les Etats dans un domaine concret délimité et n'entrainant pas leur intégration à part entière. Les traités européens créent une organisation « supranationale » entre des Etats parvenant à un degré d'intégration semblable à celui d'un Etat mais qui n'est pas un « super » Etat. Dans un traité international classique, la comptabilité des obligations juridiques qui en résultent, avec les choix électoraux du peuple souverain, est garantie par le droit de retrait. Si le peuple souverain décide qu'il ne veut plus être tenu par ses obligations internationales, le gouvernement, responsable devant ses représentants, peut exercer ce droit de retrait. S'agissant de l'Union européenne, le droit de « retrait » introduit à l'article 50 du TUE, ne peut fonctionner comme moyen de retrait ou de non-participation d'un Etat à telle ou telle politique ou telle législation concrète. Il est placé devant la fausse alternative du « tout ou rien » ! Contrairement à un traité international classique, l'ensemble de l'Etat est intégré à l'Union européenne qui en retour s'est intégrée, par le droit notamment, totalement à lui. L'intégration européenne de l'Etat est d'une telle intensité que l'existence d'un droit de sécession (très théorique) ne saurait garantir en rien la compatibilité des politiques matérielles figées dans le Traité avec les choix électoraux du peuple souverain. Les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans le traité. On peut même aller plus loin en se demandant, si une promesse électorale contrariant une disposition du Traité ne serait pas en elle même « illégale » ! S'il s'agit, à titre d'exemple, d'un engagement pris de protéger les entreprises françaises des importations à bas coût, le Président et la majorité fraichement élus n'auraient que l'alternative suivante : soit réussir à convaincre la Commission, le Parlement et leurs vingt six partenaire réunis en Conseil d'abandonner les dispositions des traités qui l'interdisent, soit faire sécession en quittant complètement l'Union européenne.

 

L'orientation des politiques européennes étant juridiquement fixée dans les traités, elle ne peuvent donc plus être discutées en tant que priorité communes. Ces politiques appartiennent désormais à la Charte constitutionnelle de l'Union européenne aussi sûrement que la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 est partie intégrante à la Constitution française depuis 1946. Il ne reste aux 27-28 Etats qu'à négocier chacun au mieux de ses intérêts propres, les modalités, conditions et calendrier d'application. Cette consécration par les traités des politiques européennes, résultent, sur ces orientations programmatiques, de la ratification par les Etats de ces traités en toute connaissance de cause. Il reste que ces orientations politiques sont une contrainte juridique pour les Etats, tant au stade de l'exécution des normes qu'à celui de la conception dans le cadre des négociations préalables devant le Comité des représentants permanents – COREPER-, en Conseil et au sein des centaines de comités d'experts qui préparent les travaux de la Commission. Elles encadrent aussi l'activité législative et de contrôle, des 751 députés au Parlement européen, réduisant d'autant leur espace de délibération politique. Elles réduisent également l'intérêt, pour ce parlement, d'obtenir l'initiative de la proposition législative qui caractérise tout parlement démocratique. Si dans le futur le droit d'initiative devait être partagé avec les eurodéputés, le Parlement devrait considérablement augmenter les effectifs de son service de la séance et recruter des juristes de haut niveau, rompus au droit constitutionnel européen, pour étudier la recevabilité, financière et législative, des propositions de loi émises individuellement par les eurodéputés afin de vérifier qu'elles n'empiètent ni ne contredisent les politiques fixées par les traités.

 

Ces orientations économiques et politiques étant devenues « constitutionnelles », elles sont, de fait, indiscutables au sein des enceintes en « principe » délibératives et législatives de l'Union que sont le Conseil européen et le Parlement. Le processus législatif et décisionnel européen se caractérise par une forme inédite de concentration des pouvoirs de décision et d'anéantissement du débat public conduisant à une quasi-irresponsabilité politique. Les démocraties nationales sont aujourd'hui, de leur propre volonté, condamnées à tourner à vide.

 

Il reste, par conséquent, trois alternatives, et trois seulement, pour que notre représentation nationale, notre gouvernement et notre Président puissent regagner leurs prérogatives.

 

  • Quitter l'Union européenne par l'article 50 du TUE

  • Renégocier les dispositions des traités suivant l'article 48 du TUE

  • Désobéir aux traités.

 

Dans une démocratie représentative comme la France, le pouvoir politique est le pouvoir qui a la légitimité nécessaire à produire le droit. Le pouvoir politique est donc nécessaire pour modifier le droit. Si le peuple n'est pas satisfait de son gouvernement et de son président, les élections viennent apporter la solution pour mettre en place d'autres personnalités politiques, porteuses d'un projet différent. Le nouveau pouvoir politique mis en place aura pour fonction de modifier les lois, de les abroger, d'en proposer de nouvelles. Un nouveau pouvoir politique, qui a la légitimé pour lui, ne viole pas les lois existantes, ne les transgressent pas davantage, mais a le « pouvoir » de les modifier, ou de les remplacer. Lorsque l'on parle de rapports de force, en politique, il s'agit de savoir qui possède la légitimité pour modifier les lois et les règlements. Ce que des politiques ont fait, d'autres politiques peuvent le défaire si le peuple, à travers son vote, leur en donne la légitimité.

 

Désobéir aux traités est donc une parfaite incongruité tant qu'il existe des moyens politiques de parvenir à ses fins. La « désobéissance » ne peut pas être au programme puisque les traités européens offrent à tous les pays membres la possibilité de sortir juridiquement de l'Union. Il s' agit de l'article 50 du TUE. Un décision politique est donc possible pour sortir de l'Union européenne. Il en va de même pour la « modification » des traités que d'aucuns nommeront « renégociations ». Les traités européens offrent la possibilité aux Etats membres de modifier les dispositions des traités à travers l'article 48 du TUE.

 

Alors, la menace de sortir, évidemment par l'article 50, peut-elle amener à la modification des dispositions des traités ? Là encore, il existe une solution politique qui demande à être purgée. Il s'agit de mettre en œuvre l'article 48 du TUE qui permet de modifier, tout ou partie, des traités. C'est un processus long, très long, très contraignant et qui demande, au bout des négociations, si elles aboutissent, une double unanimité. L'unanimité de tous les membres du conseil européen et l'unanimité de tous les parlements européens. En effet, un traité modifié est considéré comme un nouveau traité. L'exigence, pour modifier les traités, pour les renégocier, est donc triple : une négociation réussie, l'unanimité des membres du Conseil européen, l'unanimité de l'ensemble des parlements nationaux. C'est actuellement une difficulté insurmontable puisque tous les pays de l'U.E ont aujourd'hui des intérêts divergents. Ils ne pourront jamais se mettre d'accord sur de nouveaux traités. Nous abordons ici le domaine de l'utopie et du fantasme.

Je vous renvoie à l'un de mes précédents articles sur la renégociation des traités.

(http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-renegociation-des-traites-182990)

 

Sous forme de conclusion, je ferai un récapitulatif rapide de tout ce qui précède.

 

  • Les orientations programmatiques de l'Union européenne en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.

  • Ces orientations sont juridiquement obligatoires et indiscutables au sein des institutions de l'Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre.

  • Les électrices et les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans les traités.

 

Je mets à disposition du lecteur les grandes orientations de politique économique, GOPE, pour les années 2016-2017, fixées à la France par l'Union européenne. Quel que soit le président élu, quelque soit la couleur de la majorité qui se détachera à l'assemblée nationale, la politique économique et sociale de la France sera celle contenue dans ces GOPE.

 

Le 23 avril, le 7 mai, le 11 juin et le 18 juin, nous élirons des marionnettes, des larbins, des femmes et des hommes de paille si ….. nous restons dans l'Union européenne. C'est une certitude. 

 

http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2016/csr2016_france_fr.pdf

 

Pour cet article je me suis appuyé sur le travail de thèse de doctorat de Christophe Beaudouin qu'il a soutenu publiquement le 29 mai 2013 pour l'obtention du grade de docteur en droit de l'Université de Paris-Descartes.

Après délibération, le jury lui a attribué ce grade avec la mention « très honorable », décerné ses félicitations à l'unanimité et a recommandé la publication de la thèse.

 

J'invite le lecteur à découvrir son livre « la démocratie à l'épreuve de l'intégration européenne », seul ouvrage, à ma connaissance, traitant de ce sujet.

 

Christophe Beaudouin : https://www.lgdj.fr/la-democratie-a-l-epreuve-de-l-integration-europeenne-9782275043401.html

 

Mes remerciements à « Penseur sauvage » dont vous pouvez trouver la vidéo pédagogique ci-dessous et qui viendra compléter les notions de « légitimité politique » et de « rapports de force ».

 



100 réactions


  • Hecetuye howahkan howahkan 9 mars 18:12

    Salut merci

    il est dit : Le 23 avril, le 7 mai, le 11 juin et le 18 juin, nous élirons des marionnettes, des larbins, des femmes et des hommes de paille si ….. nous restons dans l’Union européenne. C’est une certitude.

    oui ceci est un fait...un tel complot qui n’en est plus un car il n’est plus secret on peut donc désormais parler d’un plan....., ne va pas s’arrêter de lui même après un tel investissement en violence, crimes, argent, terreurs, vol, mensonges, etc etc etc etc

    nous devons l’arrêter....
    De plus la finalité démoniaque du plan n’est pas claire...étant en présence de déments...

    Une unité sur l’essentiel doit voir le jours...

    Là c’est pas gagné, ni perdu d’ailleurs..

    la porte est ouverte...


    • julius 1ER 10 mars 11:23

      @howahkan


      n’ai pas peur Howa .... le NOM est la nouvelle usine à gaz de l’UPR !!!!
      on peut dire autant de choses contre que de choses pour .... 
      mais c’est oublier que depuis 70 ans on ne fait que chercher des synergies et des accords ... 

      on est passé de l’étalon or au dollar pour que les échanges soient plus facile le GATT avait parachevé cela puis le GATT est devenu l’OMC pour unifier et normer les échanges :
       un exemple :
      les containers que tu vois sur d’immenses transliners : est-ce que tu crois que c’est mal parceque ce ne sont pas les français qui l’ont inventé ???

      imagine le bordel que c’était avant quand d’ un port à un autre ce n’était pas le même standard pour charger et décharger un bateau avec des machines différentes .... 

      et là ce sont des bateaux ... imagine la monnaie , ..... quand tous ces crétins veulent revenir à des monnaies différentes pour chaque pays en disant que c’est à cause de la monnaie que tout va mal !!

      si tu pars de Paris en vélo pour aller à Moscou tu vas traverser au moins 6 /8 pays avec toutes des monnaies différentes et je ne te dis pas si tu fais le tour de l’Europe il va te falloir une remorque derrière ton vélo parcequ’en plus les banques ne reprennent pas les pièces de monnaies !!!!

      tout çà pour dire que ce n’est pas la monnaie qui fait l’économie moderne mais la confiance et les synergies 
      le retour au chacun pour soi n’amènera que des désillusions et que lorsque tu seras dans la merde 
      tu pourras toujours appeler Assholineau et ses simplismes et là tu méditeras la phrase d’Einstein :
      «  »ce ne sont jamais ceux qui te mettent dans la merde qui vont t’en sortir " 


    • non667 10 mars 17:50

      @howahkan

      Une unité sur l’essentiel doit voir le jours...

      Là c’est pas gagné, ni perdu d’ailleurs..

      surtout qu’ avec asselineau dont le but /( complot puique le but n’et pas connu de ar zen et d’autres ) est de diviser les souverainistes et grapiller quelques % au fn !

       il sera obligé de se démasquer au 2° tour marine /front ripoublicain !

      oui la porte est ouverte... pour virer le front ripoublicain et asselineau


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:11

      @julius 1ER
      Vous défendez la mondialisation qui a ruiné les pays européens, et mis des milliers d’ouvriers français au chômage et vous prétendez défendre le peuple ?

      Et vous défendez l’euro ! L’euro n’a bénéficié qu’à l’ Allemagne, sa valeur est bien trop élevé par rapport au dollar et plombe les exportations françaises ! Finalement vous dites la même chose que Macron ...


      La GB a dévalué sa monnaie de 10 %, les commandes affluent.

      Pendant ce temps, le commerce extérieur de la France, c’est la Bérézina :

    • julius 1ER 11 mars 10:54

      @Fifi Brind_acier


      c’est çà le monde merveilleux dont tu parles !!


      C’est ce qu’a annoncé lundi 6 mars une enquête, réalisée par le groupe de lobbying EEF et le cabinet de conseil BDO.
      c’est la méthode coué ... sponsorisée par Assholineau les liens que tu donnes sont des « fakes » que de l’agit-prop de l’UPR !!!

      par contre avec çà on est au coeur du réacteur....


      et quand tu parles de ruines, soit modéré... quand tu vois des bouchons de 30 klms sur la route des sports d’hiver !!!

      et la mondialisation est un fait ....c’est l’organisation économique qui n’est pas à la hauteur çà n’est pas la même chose !!!

      mais à vouloir tout mélanger « les causes et les effets » on ne peut pas adapter les bonnes thérapies !!!
       

  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 9 mars 18:26

    Ouais, au delà de l’aspect juridique ou philosophique, c’est juste une question de bon sens.

    Tsipras avait proposé un plan raisonnable, avec une marge de négociation raisonnable pour que tout le monde garde la face.
    Contre toute attente, contre toute logique, il a été ridiculisé, il n’a trouvé aucun soutient et a dû se plier à la rigueur. Alors que nous savons tous que traverser 150 ans de rigueur pour rembourser sa dette n’a aucun sens.

    Le parti pouvoir en Pologne essaie de débarquer Tusk de la présidence à Bruxelles, en proposant quelqu’un de l’opposition (cad du même parti que Tusk). L’UE freine des quatre fers.

    TAFTA, réaction belliqueuse contre la Russie, sauvetage des banques pourries au détriment des peuples...

    Je pourrai faire un dessin pour expliquer que ça sert à rien de négocier. Mais les mélanchoniens m’ont devancé avec leur logo : essaie de négocier rationnellement et raisonnablement, l’UE te la mettra bien profond


  • Alpo47 Alpo47 9 mars 18:41

    L’UE et son corrolaire, l’euro sont en bonne voie ... de désagrégation et disparition. Même leurs dirigeants en conviennent de plus en plus librement. D’ailleurs, c’est là et pour tous, la meilleure manière d’en sortir. Ouf, bon vent, même si l’avenir restera à définir et construire. Une europe des peuples et non plus des multinationales.

    Pour nous, le pire élu serait surement Macron. D’abord, parce que -et on l’a déjà dit ici 1000 fois- c’est l’homme de la finance et du système prédateur et parce qu’il essaierait surement un « gouvernement d’union ». Ce qui laminerait et limiterait toute opposition.
     Situation idéale pour les « élites ».


  • jjwaDal jjwaDal 9 mars 20:04

    Oui, le plan « A » de Mélenchon est voué à l’échec. Il n’y a rien à renégocier, une fois qu’on a décidé d’une politique impossible à mettre en oeuvre dans le cadre des traités européens tels qu’ils sont. Quand on est pas d’accord de façon irrémédiable avec son partenaire, on divorce. Donc plan « B » on sort. L’UPR veut sortir directement, mais on attend encore qu’il réunisse 3000 personnes dans une salle pour cette campagne comme l’a fait le leader de la France Insoumise à plus d’une reprise. J’ignore pourquoi Mélenchon s’accroche à son plan « A ». Mes suppositions tournent autour de l’idée que les français ne sont pas majoritairement pour le Frexit aujourd’hui et qu’il faut un temps de préparation. Est-ce un calcul électoral pour engranger des voix de timorés vis-à-vis du Frexit ? J’ignore. Il a vu ce que donne la négociation avec l’europe au travers de l’expérience grecque. Il doit savoir aussi que l’euro est un bloc de béton coulé à nos pieds et le Frexit est la voie royale pour s’en débarrasser.
    Mais encore une fois, l’UPR est un groupuscule avant le jour de l’élection et le sera un peu moins ensuite (on l’espère tous) sans avoir la moindre chance pour un podium. Ce parti a une longue montée en puissance à faire pour être visible. J’aimerai à titre personnel voir une refondation de la droite comme il y a celle de la gauche à travers Mélenchon. On a des aspirants chefs de succursales de la maison mère dans nos campagnes électorales présidentielles. Il faut en finir.


    • Ar zen Ar zen 9 mars 20:30

      @jjwaDal

      Merci pour votre commentaire qui enrichit le débat. 

      Est-ce que vous votez pour une idée, un projet pour la France, ou pour le candidat qui a des chances ? Enfin, qui a des chances si les médias dominants ont décidé d’assurer sa promotion. 

      Prenez le cas d’Emmanuel Macron ? Qu’est ce qui le distingue, objectivement, de François Asselineau ? Macron est énarque, Asselineau aussi. Asselineau est vice major de sa promotion, ce que n’est pas de Macron. Macron n’a pas fait HEC, Asselineau en est sorti major. Asselineau est plus gradé que lui au ministère des finances !

      Asselineau a été élu conseiller de la ville de Paris. Macron n’a jamais été élu. 

      Asselineau est dirigeant d’un parti qui a fait des résultats, même minimes, aux élections européennes et régionales. Macron n’est même pas encarté au PS !

      Pourquoi parlez vous de « groupuscule » concernant Asselineau ? 

      Vous voyez comme il est facile de se faire manipuler par les médias dominants. Macron c’est personne. Il a été « choisi » en provenance de la banque Rotschild. Mais personne ne se pose la question de sa « légitimité » dans le débat des présidentielles. Pourquoi n’est-il pas présenté comme un « petit » candidat ? Parce qu’il a du fric ?


    • jjwaDal jjwaDal 10 mars 06:33

      @Ar zen

      Je vote clairement pour le projet politique de la « France Insoumise », tout en sachant que l’essentiel de cette politique nécessite un Frexit. Comme Mélenchon considère le recours à une sortie de l’Union Européenne et qu’il peux faire 10 fois le score de l’UPR, je maximise nos chances de voir cette politique appliquée dans le pays dans un avenir proche.
      Le leader de la FI a déjà réunis des dizaines de milliers de personnes dans ses meetings (je vais le croiser à Rennes dans quelques semaines...), il a une page « youtube » très copieuse alimentée financièrement par les militants, tout cela s’est fait sans promotion des grands médias.
      C’est un mouvement de fond animés par des milliers de bénévoles et des centaines de débats entre militants et groupes associatifs, sensiblement différent de ce qui se passe du côté UPR.
      Et encore une fois, je souhaite le tout meilleur à l’UPR, mais en dehors d’un très bon score, pour cette présidentielle « no hope ».
      Macron est un ballon gonflé à l’hélium et aux liasses de billets de 500€. En parler est lui donner une publicité qu’il ne mérite nullement. Parler de néant concernant ses idées politiques serait faire injure au néant.
      L’UPR est (on pourra dire « était » peut-être l’été prochain) un groupuscule par sa notoriété, ses résultats électoraux passés. Je parle régulièrement de la FI et de l’UPR autour de moi pour signifier qu’il y a un renouveau de la vie politique et une alternative aux grands partis et à l’abstention.
      Je vais « taquiner » le groupe local de la FI ce soir justement sur ce plan « A » en voyant quelles justifications ils trouvent à cette tentative. On verra bien...


    • Ar zen Ar zen 10 mars 07:46

      @jjwaDal


      Malheureusement Mélenchon ne souhaite pas la sortie de l’UE. Il fait semblant. Il vous trompe. J’ai voté pour lui en 2012. Depuis j’ai compris que son programme est sans issue. 

      Une programme de « gauche » comme je viens de le démontrer dans mon article, n’est pas possible en restant dans l’UE. Alors, Mélenchon il le sait mais il ne propose pas le Frexit. Il n’est pas dans la dynamique puisqu’il y a trop d’incohérences et d’inexactitudes dans son programme. Il ne pourra jamais rassembler sur son nom. 

      Je suis certain que François Asselineau, le seul et l’unique candidat partisan du Frexit sans ambiguïté va faire un tabac dès qu’il sera connu des français. Mélenchon stagne. tout le monde le connait, mais il stagne. Il y a peut être 5% de la population qui connait François Asselineau. Mais tenez vous prêt. S’il y a un débat Asselineau - Mélenchon, ce dernier va souffrir énormément. Ses mensonges vont lui exploser à la figure. 

      Par exemple. Vous avez noté qu’il veut « désobéir » aux traités. D’un part c’est impossible, comme je l’ai démontré. Je ne sais pas pourquoi vous croyez à cette légende. Examinez le lien que je mets à votre disposition. Mélenchon s’offusque que la France ne respecte pas ses engagements. Le voilà pris dans un double discours : une fois je désobéis une fois je demande que l’on respecte ses engagements internationaux. Il se moque du monde.

      « Le refus français serait une trahison de la parole donnée », prévient-il, exhortant le chef de l’Etat à « honorer le contrat signé avec la Russie ».




    • Ar zen Ar zen 10 mars 07:59

      @Ar zen
       Examinez le tableau du lien qui suit. Qui de Mélenchon ou d’Asselineau est le plus connu des Françaises et des Français ? Pourtant l’écart des parieurs entre ces deux personnalités est très faible. les chances de Mélenchon sont nulles puisqu’il n’a aucune marge de progression possible. Il ne peut plus rassembler sur son nom.


      Voyez vous, en GB, François Asselineau est mieux côté que Mélenchon. Ceci vient totalement contredire ce que vous m’avez écrit. Et, j’insiste, Asselineau n’est pas du tout connu !


    • jjwaDal jjwaDal 10 mars 08:28

      @Ar zen
      En quoi les anglais connaîtraient-ils mieux les subtilités de la représentation et de la vie politique en France. Ce sont des paris fait par des gens qui parieraient de même sur des bourricots ou des joueurs de golf. Par ailleurs je n’ai rien à perdre si l’UPR connaît un sort favorable à ces élections.
      Je suis clairement pour le Frexit et j’ai donné mes arguments pour le soutien à la FI.


    • Ar zen Ar zen 10 mars 08:54

      @jjwaDal

      Ce n’est pas qu’ils connaissent mieux les subtilités. Pour le « Brexit » les journaux ont fait leur boulot. Ils ont donné la parole à chaque camp. Le Brexit l’a emporté. 

      En France, l’existence de François Asselineau et de l’UPR est cachée par les médias dominants. Malgré la présence de ce parti aux élections européennes de 2014 et aux élections régionales de 2015, aucun mot, jamais sur le programme de l’UPR. Aucune visibilité médiatique. 

      En Grande Bretagne, le nom d’Asselineau est intégré aux listes. Il apparait !

      Figurez vous que même hier, des sondages produits en France pour l’élection présidentielle ne font pas apparaître le nom de François Asselineau alors que mardi il a recueilli 480 parrainages ! Il y a bien une volonté délibérée de taire son existence aux votants. Et pourquoi cherche t-on à taire son nom ? Y a t-il une seule raison qui font que les médias dominants dissimulent son nom ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 09:48

      @jjwaDal
      Mélenchon veut sauver l’ Europe et l’idéal européen !
      L’idée que l’ Europe éclate le rend malade !

      « Je crois que, comme vous, mes chers camarades, je sais que des progressistes français et allemands ont une très grande responsabilité historique. Nous ne sommes pas ici seulement en train de confronter des scénarios académiques. Nous sommes dans un moment de grand danger. Et ma présence au côté de mes camarades de « Die Linke » veut manifester le sentiment de danger. L’Union européenne est entrée dans un processus de dislocation. Et, dans cette dislocation, le pire est en train de jaillir. Voilà la situation à laquelle nous sommes confrontés. Voilà ce à quoi il faut répondre. »


    • Doume65 10 mars 09:48

      @jjwaDal
      « Mais encore une fois, l’UPR est un groupuscule »
      A partir de combien d’adhérents un parti n’est-il plus un groupuscule ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 10:36

      @Doume65
      Si le 5e parti de France est un groupuscule, avec plus de 16 000 adhérents, alors que doivent dire les autres, les Verts , le PG, le NPA, Arthaud, etc Le PS annonce 20 000 adhérents à jour de leur cotisation, pourtant on voit le PS dans tous les médias ...


      L’UPR n’est connue que sur Internet, si Asselineau obtient les 20 parrainages qui lui manquent, il sera candidat et sera connu des Français, à moins que la censure ne continue !? L’UPR censurée a participé à plusieurs élections. Macron ne s’est jamais présenté à aucune élection, mais il est présent sur tous les médias !

    • Alren Alren 10 mars 13:11

      @Ar zen
      Mélenchon ne souhaite pas la sortie de l’UE. Il fait semblant

      Vous semblez ignorer que JLM est le candidat d’un immense mouvement exceptionnel par son ampleur et sa spontanéité. Et que la France Insoumise imposera la mise en œuvre de son programme qui n’est pas celui du seul Mélenchon bien que ce dernier ait fortement contribué à sa rédaction. La France Insoumise ne fait pas semblant, ses membres ne trompent pas leurs compatriotes.

      Le plan A est un piège diplomatique en direction de Mme Merkel et des européistes enragés : comme ils ne voudront pas modifier les traités, ils prendront la responsabilité du frexit et de l’éclatement de l’UE, eux et pas nous, les Français.

      Nous ne sommes pas si naïfs de croire que ces pro-capitalistes otanesques et vassalistes des USA accepteront des modifications qui réintroduiraient la souveraineté des nations en matière économique, diplomatique et militaire. Leur attitude révélera aux Français quel est leur objectif secret, à quel point ils sont leurs ennemis politiques. Et cela facilitera en effet le succès ultérieur d’un référendum sur le frexit.

      Asselineau et les membres de l’UPR ne semblent pas à la hauteur de ces astuces diplomatiques. C’est dommage pour des gens qui veulent le pouvoir suprême que donne au Président de la République la Constitution de la Ve république, constitution qu’ils ne veulent pas changer, apparemment  !

      Je voterai d’autant moins pour lui que j’attends toujours son programme pour améliorer la justice sociale, son point de vue sur la retraite par répartition, l’âge de départ à taux plein et le nombre d’annuités nécessaires, l’abrogation des lois El Khomri et Macron etc.

      Qu’est-ce qu’il propose en matière de préservation du cadre de vie, de création d’activités nouvelles source de nombreux emplois qualifiés  ?

      J’ai bien peur que ce ne soit rien. Et que dans l’ensemble son programme ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Mme Le Pen, la chasse aux immigrés en moins.


    • Ar zen Ar zen 10 mars 13:34

      @Alren

      Je ne partage pas du tout votre avis. Votre opinion n’a pas été confrontée aux faits

      - Si vous ne comprenez pas qu’il est impossible de modifier les traités pour des raisons d’unanimité
      - Si vous ne comprenez pas que le Président élu ne peut pas désobéir puisque la constitution le contraint à être le garant du respect des traités (article 5)
      - Alors vous ne pouvez pas comprendre que vous êtes en train de vous faire arnaquer.

      « L’inconnu » Asselineau en France est mieux reconnu en Grande Bretagne. Les bookmakers le donne mieux placé que Mélenchon.


      Mélenchon a un double discours. Il prétend vouloir désobéir et, dans le même temps, fustige François Hollande qui n’a pas livré les navires Mistral à la Russie. Négation de la parole donnée. Et prétendre désobéir aux traités, ce n’est pas revenir sur sa parole ?



    • jjwaDal jjwaDal 10 mars 16:36

      @Fifi Brind_acier
      L’une (la crainte que l’europe éclate) n’est pas exclusive de l’autre (Si on ne peux changer l’europe on la quitte). Je redis encore que c’est une extraordinaire naïveté de penser faire fléchir les autres pour pouvoir mettre en oeuvre la politique qu’il soutient. Dans le cadre économique imposé par l’europe et l’euro c’est impossible. Donc le plan A est du pipeau. Je lui laisse le bénéfice du doute et vous pas, c’est tout.


    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 10 mars 17:27

      @jjwaDal
      L’ambiguïté ( ou l’arnaque ) du programme de la FI repose sur l’emploi du terme ’’sortie’’. Comprenez bien c’est fondamental :
      Plan A = renégociation des traités
      Plan B = sortie. Mais ’’des traités’’ et non pas sortie de l’UE ! ça change tout. La sortie des traités c’est la désobéissance aux traités ! C’est se foutre dans la mouise jusqu’au cou. Pensez-vous que les armées de juristes de Bruxelles vont laisser faire ? Ils auront le droit pour eux !!! Le plan A est une perte de temps et le plan B une erreur monumentale !
      L’article 50 a été évoqué souvent par les contributeurs lors de la consultation citoyenne préalable à l’écriture du programme de la FI. Les rédacteurs du programme final l’ont délibérément écarté car leur but n’a jamais été de sortir de l’UE.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 mars 08:26

      @jjwaDal
      Analyse des propositions européennes de la France insoumise.
      Expliquez nous la fin, si les négociations échouent, où est-il indiqué que la FI se prononce officiellement pour la sortie de l’ UE par l’article 50 ?
      Merci d’avance.


    • Ar zen Ar zen 11 mars 08:43

      @jjwaDal

      En tous les cas, merci de votre franchise. Mélenchon est député européen et connait parfaitement bien les arcanes de l’UE. 

      En ce qui me concerne, je suis désespéré de voir quelqu’un comme Mélenchon, dont j’apprécie par ailleurs le discours en faveur des peuples, se vautrer lamentablement sur le sujet de l’UE. Mon article ne vient qu’appuyer le fait que toutes les politiques économiques et sociales à venir pour la France sont contenues dans les traités. Rester dans cette UE c’est se priver d’une politique de gauche. 

      Mélenchon se fourvoie. Je suis déçu et je le signale. Le seul et unique recours c’est François Asselineau avec son programme de rassemblement national, de retour à la démocratie, de retour à la souveraineté nationale, de retour aux grands services publics. 

    • jjwaDal jjwaDal 11 mars 13:06

      @Ar zen

      Oui... Je reconnais qu’à la loupe le leader de la « France Insoumise » ne semble pas envisager une sortie de l’Union Européenne, par ex via l’article 50. Quitter la communauté « à l’arrache » en récusant tous les traités européens d’un jet est possible mais il n’envisage pas explicitement l’hypothèse. Il semble s’accrocher à l’idée (pour parodier Généreux) qu’ « on tentera de nous retenir de toute façon ». Il a tort.
      Logiquement, s’il ne met pas en oeuvre les conditions sine qua non pour pouvoir appliquer son programme, ce dernier devient du pécul...
      Or la condition sine qua non, est le Frexit. Condition indispensable mais non suffisante. Mélenchon pas plus qu’ Asselineau ne semblent voir que le carcan néolibéral européen vient en surcouche de celui de l’OMC qui déjà interdit en pratique la mise en oeuvre d’une politique du type « FI » mais aussi celle de la France entre 1950 et 1980 par ex (durant le règne du précédent régime du capitalisme, plus enclin à rémunérer les salariés que les actionnaires, protégeant les frontières, plus socialisant, etc...).
      Le régime « néolibéral » du capitalisme (le soit-disant « TINA ») a mis en place des verrouillages si protéiformes que ce ne sont pas quelques velléités de retour au droit du peuple à disposer de lui-même qui suffiront à le faire basculer en tant qu’orthodoxie économique chez nous.
      Sur ce point je renvois ces deux candidats dos à dos.
      Ayons la lucidité de voir que la majorité se contentera d’un bourricot comme notre classe politique en génère à la chaîne et ni le leader de la FI ni celui de l’UPR n’ont la moindre chance.
      J’aime la sortie « bille en tête » de l’Union Européenne de l’UPR, mais je ne vois pas la mise en oeuvre d’un programme type « CNR » possible en étant assujettis aux règlements de l’OMC. J’aime le programme de la FI et la possibilité qu’avec un vote éclaté il soit au second tour, mais pour patauger dans un plan « A » relevant du conte de fée, sans réelle perspective de Frexit, ça reste un joli rêve.
      Un peu désespérant tout ça...


    • dobertou 11 mars 17:28

      @Fifi Brind_acier
      Dans ce cas les verts sont un groupuscule, ils ont de fois moins d’adhérents, mais c’est vrai qu’ils ont quand même quelques députés, je sais pas comment ils ont fait avec leurs attaques permanentes contre les automobilistes.


  • JBL1960 JBL1960 9 mars 20:48

    Nous allons élire ; Non... On peut aussi dire NON ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/08/barnum-2017-on-ne-vote-plus/

    Et expliquer pourquoi et rappeler deux ou trois trucs ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/09/barnum2017-petit-rappel-sur-la-revolution-francaise-par-les-amis-du-peuple/

    On veut que vous votiez, mais rien vous y oblige finalement !


    • Ar zen Ar zen 9 mars 20:53

      @JBL1960

      Mais il n’est pas nécessaire d’atteindre un certain quorum pour valider une élection.

      Même à 90% d’abstention c’est le candidat qui aura recueilli le plus de voix qui l’emportera. 

      Macron pourrait être élu par les voix combinées de sa femme et de sa grand mère si personne d’autre ne vote en France ! A deux voix contre zéro il est élu !

  • doctorix doctorix 9 mars 22:52

    L’Europe est devenue un énorme monstre obèse, gourmand et insatiable, dont aucun membre ne peut plus bouger le petit doigt.

    Elle doit cette disgrâce mortelle à son origine génétique douteuse, sous l’égide de deux agents américains, Schuman et Monnet.
    Comme le renard pris au piège, il faut couper la patte pour survivre.
    Quelques nouvelles du front de l’UPR, à deux doigts de la qualification (480) :
    Le nombre des adhérents augmente ce soir jusqu’à près de un par minute à certaines périodes.
    Il est actuellement de 16741.
    Demain, on ne pourra plus dire :
    « Mais qui c’est, Asselineau ? »

    • dobertou 11 mars 17:32

      @doctorix
      Bah, cela fera comme l’ex-URSS, elle finira par s’effondrer, il faut dire avec l’aide des USA qui provques depuis des décennies des guerres et révolutions partout, un bon moyen de vendre des armes pour faire marcher l’industrie américaine.


  • petit gibus 10 mars 09:27
    Le trio Ar zen Doctorix et Fifi
    s’imaginent être en train de marcher sur les eaux smiley

    C’est vraiment mimi la foi du charbonnier smiley




    • Ar zen Ar zen 10 mars 09:46

      @petit gibus

      Sinon, vous en tirez quoi du contenu de l’article. Vous connaissiez tout ça ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 09:54

      Petit Gibus ,
      Vous êtes sûr que le PCF va donner à Mélenchon les parrainages qui lui manquent ?


    • Ar zen Ar zen 10 mars 10:08

      @petit gibus
       Mais les Britanniques, qui aiment les débats, ne s’y trompent pas. Asselineau devance Mélenchon chez les bookmakers. et ce n’est que le début d’une grande épopée. Vous en pensez quoi ?



    • petit gibus 10 mars 11:03
      @Fifi Brind_acier

      qui vivra verra smiley

    • petit gibus 10 mars 11:32
      @Ar zen

      « ce n’est que le début d’une grande épopée. Vous en pensez quoi ? »

      Tu penses bien que sur YouTube j’ai visionné quelques « conférences » de votre gourou
      ah mais scuse parait qu’il se défend d’être un gourou smiley
      J’emploierai donc le qualificatif d’illuminé smiley

      Ce que j’en pense ?
      C’est un personnage qui se la joue prof
       très pétri de ses certitudes et de sa supériorité d’énarque juriste distingué

      Mais comme prof d’économie
      c’est ailleurs que je cherche à renseigner mon ignorance

      Libre à vous de l’adorer comme un sauveur ça me dérange absolument pas

      D’autres à l’heure actuelle se mettent bien à adorer Macron
      un beau parleur aux formules creuses mais surtout pas pour ses cops de la finance smiley



    • Ar zen Ar zen 10 mars 11:50

      @petit gibus

      Si vous vous en tenez aux personnes, à leur description, à leur cursus, il n’y a rien de constructif.

      Moi j’aimerais évoquer avec vous les idées et le programme. Est-ce que c’est possible ?

    • Sparker Sparker 10 mars 12:19

      @Ar zen
      Ha bon, vous voulez débattre du programme ?????
      Vous avez pas un lien sur une vidéo plutôt c’est plus explicite.


    • Ar zen Ar zen 10 mars 12:26

      @Sparker

      Avec plaisir, sachant que le programme 2017 sera dévoilé le 14 mars. Il reprendra les grandes lignes de celui de 2012. Il y aura un focus particulier sur la loi « NOTRe ».



    • petit gibus 10 mars 12:53
      Ar zen veut nous faire parloter sur
      un prog qui n’est toujours pas sortie
      même technique que Macron smiley

      A part son

      frexit ftrexit frexcit

      et son
      article 50 article 50 article 50

      Pour son chiffrage...
      un énarque ne s’abaisse pas à ces petits détails smiley

    • Ar zen Ar zen 10 mars 13:15

      @petit gibus

      C’est dommage ce manque d’objectivité. 

    • cettegrenouilleci 10 mars 13:34

      @petit gibus

      Rendez-vous au soir du scrutin du premier tour (puis du deuxième) pour savoir ce qu’en disent les électeurs, et qui les fait rire !


    • Sparker Sparker 10 mars 13:36

      @Fifi Brind_acier
      « Vous êtes sûr que le PCF va donner à Mélenchon les parrainages qui lui manquent ? »

      Normalement oui, mais comme la direction ne voulait rallier la FI, il font marner. De plus je pense qu’il tracte avec Hamon et ça doit hésiter à changer de camp. En même temps des pointures du PCF ont déjà donner leur parrainage. Chassaigne et Dartignole sont vent debout. Il parait selon certain (politis) que même sans le PCF ce serait bon, mais aujourd’hui c’est pas encore ça. C’est à se demander si ce n’est pas pour décourager la FI. Drôle de bazard quand même.


    • petit gibus 10 mars 14:18
      @Ar zen

      « ce manque d’objectivité » ! ! ! 

      C’est toi même qui le dit  :
      « 
      sachant que le programme 2017 sera dévoilé le 14 mars. »

      tout ce temps pour une copie de 2012
      la photo cop est elle en panne ? smiley

    • Ar zen Ar zen 10 mars 14:34

      @petit gibus

      vous n’avez pas compris la finalité de l’UPR. C’est un mouvement provisoire, hors clivage droite- gauche, qui veut redonner sa liberté à la France et au peuple des moyens d’action. Des tas de mesures seront prises en faveur du peuple de France pour qu’il retrouve son pouvoir. Suppression procédure du congrès, RIR, vote blanc révocatoire, etc.

      Mais ceci, petit gibus, ne faites pas semblant de ne pas le savoir. Depuis le temps que vous fréquentez Agoravox vous avez bien eu le temps de prendre connaissance de nombreux post évoquant ce programme. Mais ce programme ne décide pas de tout pour le peuple de France. Sur les grands sujets sociétaux le peuple sera appelé à s’exprimer par référendum. 

      Voilà petit gibus. Si vous êtes de bonne foi je discute et je développe le sujet avec vous. Sinon je passe mon chemin. Merci.

       

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:20

      @Sparker
      Oui, c’est l’embouteillage au Conseil Constitutionnel, à croire qu’il manque de personnel !
      Asselineau faisait remarquer aux journalistes que le CC aurait dû faire des catégories :
      - Parrainages reçus.
      - Parrainages validés
      - Parrainages en cours de traitement
      - Parrainages invalidés

      De manière à ce que chaque candidat sache où en était le traitement en cours...
      Mais il ne faut pas trop leur en demander ...
      Voici un article de Politis sur les parrainages de Mélenchon et le PCF...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:23

      @petit gibus
      La campagne électorale commence le 20 mars après la publication de l’ensemble des candidats et officiellement, commence le 9 avril, l’ UPR est donc dans les temps. De toute façon, le programme UPR 2012 est toujours valide, il sera simplement complété.


      La campagne électorale depuis un an, c’est celle des primaires de gauche et de droite qui leur a permis de squatter les médias et de saturer les Français !

    • dobertou 11 mars 17:22

      @Ar zen
      La droite et la gauche ont le même programme, ils veulent tous les deux nous taxer et nouve vendre aux multinationales, ou aux banques, au choix, et l’autre c’est aux assurance, c’est simple.


  • moussars 10 mars 09:49

    D’accord pour sortir de l’U.E., de l’OTAN, du TAFTA... Bref de toute ce qui ni nous a été imposé. Mais, sur le plan économique et social, Asselineau (ancien proche de Pasqua notamment) est très marqué à droite, même si vous, comme lui, vous gardez bien d’en parler. Si vous n’aimez pas plus être exploité par un patron et des financiers français que par leurs homologues amerloques ou allemands, alors c’est plutôt du côté de Mélenchon qu’il faut regarder.


    • Ar zen Ar zen 10 mars 09:59

      @moussars

      Le sujet n’était pas le programme de l’UPR. Mais je vais vous communiquer quelques grandes lignes en plus de la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN

      - Suppression de la procédure du congrès
      - Inscription dans la constitution du référendum d’initiative populaire.
      - Inscription dans la constitution de la reconnaissance du vote blanc révocatoire
      - Inscription dans la constitution d’un casier judiciaire vierge pour être éligible.
      - Inscription dans la constitution du non cumul des mandats.
      - Inscription dans la constitution d’un seul renouvellement d’un mandat électif, pour éviter toute professionnalisation de l’élu.
      - Inscription dans la constitution des sociétés « imprivatisables » par nature (EDG, GDF, La Poste, France Télecom, les autoroutes, etc)

      Pensez vous sérieusement que ce sont des mesures de « droite » ? Des mesures qui favorisent l’oligarchie et les puissances de l’argent ? J’aimerais avoir votre opinion la dessus. Merci.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 10:04

      @moussars
      Son programme prévoit des nationalisations, vous l’avez lu ? C’est une copie de programme du CNR. Vous connaissez beaucoup de Partis de Droite qui proposent des nationalisations ?


      Le CNR rassemblait toutes les organisations politiques, syndicales et résistantes de France, du PCF à la Droite la plus conservatrice, sauf les collabos. Où est cette unité aujourd’hui pour libérer la France de l’ UE des banksters ?

      Pourquoi la Gauche n’a pas fait le travail qu’a fait Asselineau, de rassembler des Français de tous horizons pour sortir de l’ UE par l’article 50 ?


      Parce que la Gauche, y compris le PCF, a abandonné la Nation et le peuple, et s’est converti à l’européisme. Vous devriez remercier Asselineau, et poser des questions aux divers Partis de la Gauche. Et aussi à la Droite, qui n’est plus Gaulliste depuis Pompidou ... !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 10:39

      @Ar zen
      J’ai mis votre texte dans plusieurs commentaires sur le billet de Fergus sur le vote utile. Mais il est difficile à convaincre, il croit qu’un Président de la République a des pouvoirs de décisions et des marges de manoeuvre ...


    • cettegrenouilleci 10 mars 14:37

      @moussars

      Contrairement à ce que vous affirmez, François Asselineau parle de des collaborations avec Pasqua et avec d’autres,dans les interviews accordées aux journalistes qui daignent s’adresser à lui, que les internautes peuvent retrouver facilement , y compris sur Agora Vox.

      Lui n’a rien à dissimuler aux électeurs. Vous dites qu’Asselineau est marqué à droite tout en oubliant de mentionner le contenu du projet politique qu’il défend, un projet que nos aînés qui menaient la résistance à l’occupation du territoire national n’auraient pas considéré avec le dédain que vous affichez.

      C’est que, si vous évoquiez même sommairement le contenu des propositions avancées par François Asselineau et l’UPR, vous ne pourriez plus dire que F A est classé à droite , voire très à droite de l’échiquier politique français.

      Dans quelle catégorie classez-vous donc quelqu’un qui appelle à soutenir un traité qui prive la France de son droit à décider souverainement de sa politique, qui participe à un gouvernement qui privatise à tours de bras les entreprises nationales, qui sollicite les suffrages des électeurs pour mettre prétendument au premier rang de la politique gouvernementale qu’il défend « l’humain d’abord », et qui appelle ensuite les électeurs qui lui ont fait confiance à soutenir l’ami de la Finance, le pourfendeur des « sans-dents » et l’ennemi de la paix François Hollande. ?

      Quelqu’un qui appelle aujourd’hui les Français à ne pas sortir du piège de l’Union Européenne dans lequel il les à conviés à s ’engager deux décennies plus tôt, mais plutôt à jouer les insoumis à leurs risques et périls pour obliger les autres peuples enfermés dans ce même piège à renégocier les traités (TUE et TFUE) parce que la France le demande, un projet dont il sait qu’il est voué à l’échec ?

      Quelqu’un qui promet dans le même temps aux électeurs qu’il va redresser l’économie du pays et améliorer le sort des travailleurs alors c’est l’Union Européenne aux service des grandes sociétés capitalistes et à la botte des USA qui fixe désormais les grandes orientations économiques et sociales du gouvernement français réduit au rôle de commis de l’oligarchie euro-atlantique ?

      Un homme de « gauche », sans rire ?

      Je crois que les électeurs seront peu enclins à se laisser bercer par les flons-flons de la France Insoumise« que leur donne à entendre Jean Luc Mélenchon.

      Je crois qu’ils se réjouiront de voir que, parmi les candidats à la présidence de la République, il en est un, malheureusement un seul, qui leur propose de retrousser leurs manches pour rétablir la souveraineté de la France et pour reprendre en mains les affaires du pays, leurs affaires.

      Ce candidat , c’est François Asselineau qui explique et qui démontre aux Français qu’on peut et qu’on doit restaurer l’indépendance de la France pour retrouver »le chemin des jours heureux".


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:27

      @moussars
      Compte tenu de son programme, le Ministère de l’ Intérieur a classé l’UPR dans « Partis divers ».

      Les relations d’Asselineau avec Pasqua : pas de quoi casser 3 pattes à un canard !


  • kalachnikov lermontov 10 mars 10:12
    • Les orientations programmatiques de l’Union européenne en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.
    • Ces orientations sont juridiquement obligatoires et indiscutables au sein des institutions de l’Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre.

    • Les électrices et les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans les traités.

    Dit crûment, c’est ce qu’on peut appeler la dictature du marché qui n’est rien d’autre que le sinistre envers de la dictature du prolétariat et aboutit à une seule et même chose : la désespérance publique.

    S’il y avait eu un politique un peu inspiré, il aurait seriné ces simples mots : ’dictature du Marché’ Le Marché est supérieur à toute chose, il est supérieur aux individus, supérieurs aux nations, supérieur à tout ce qui a pu faire l’esprit humain. C’est cela la réalité : une idée a été érigée au rang de dieu et c’est devant cette sinistre idole qui n’est par essence jamais rassasiée que des millions d’individus s’inclinent sur le continent.


  • julius 1ER 10 mars 10:50

    l’UPR dans tous ses Etats ... .. tous les militants sont montés au créneau, çà va chauffer !!!

    • Sparker Sparker 10 mars 11:05

      @julius 1ER
      C’est pas retour vers le futur, mais en avant vers le passé, nationaliste identitaire ça va de soi.... smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 11:16

      @Sparker
      nationaliste identitaire, ça va de soi....

      Analyse du programme européen de Mélenchon.
      Mélenchon propose un referendum pour demander les Français leur avis :
      - sur le résultat des négociations ?
      - sur la sortie de l’ UE par l’article 50 en cas de rejet ?
      - ou sur les deux ?

      Je n’ai pas encore bien compris, tellement votre truc est compliqué !?


      Si c’est le premier cas, vous ne sortez pas de l’ UE.
      Pour les deux autres cas, il est possible que vous sortiez de l’ UE par l’article 50 ??
      Vous seriez alors « des vilains nationalistes identitaires », doux Jésus, quelle horreur ?
      Ou alors, vous n’envisagez jamais la sortie unilatérale de l’ UE ?

    • Ar zen Ar zen 10 mars 11:45

      @Sparker

      Cela va de soi...pour vous uniquement.

      C’est une sourire d’auto-satisfaction ? Vous vous êtes trouvé spirituel ? Vos « gloires » ne sont pas bien épaisses. 


    • Sparker Sparker 10 mars 11:57

      @Ar zen
      J’avais oublié « de gauche », pour rameuter les sans dents faut bien manger à tous les rateliers... smiley


    • Sparker Sparker 10 mars 12:03

      @Ar zen
      Rôîoôôô, si on peut pu rigoler, maintenant que vous avez doublé la FI et que vous serez président, euh enfin Godlineau, faut bien qu’on se venge un peu, c’est humain... re re smiley


    • Ar zen Ar zen 10 mars 12:08

      @Sparker

      Si vous êtes satisfait de vos saillies, tant mieux ! 

    • Ar zen Ar zen 10 mars 12:09

      @Ar zen

      J’ajoute : François Asselineau 520 parrainages. Il est candidat « officiel » et reconnu par le C.C !

    • Sparker Sparker 10 mars 12:12

      @Ar zen
      Ne vous souciez pas mon bon, mes gloires je ne les trouves pas ici, ici je viens plutôt pour me distraire sérieusement et des fois un peu moins. J’aime les disputes de comptoirs qu’on peut avoir avec les UPR, certains sont un peu tristes, d’autres casse burnes, un ravi de la crèche et une somme d’intellectuels de premier prix bonux, ça vaut le déplacement.
      Allez c’est ma tournée, re re re smiley


    • Sparker Sparker 10 mars 12:17

      @Ar zen
      Bon ben la présidence c’est juste une formalité, en marche alors, ha non c’est pas ça, Marty c’est quoi déjà qui faut dire ?
      Non sans dec et sincèrement je vous félicite, c’était pas gagné, bon c’est un peu sur la désespérance à mon goût mais bravo quand même.


    • Ar zen Ar zen 10 mars 12:22

      @Sparker

      Merci de vos encouragements. Le travail militant va pouvoir commencer sérieusement. 

    • Sparker Sparker 10 mars 12:30

      @Ar zen
      A par ce que le foin et la vilénie c’était juste pour les signatures, et bhé ça nous promet encore de bonnes tranches de gras sur pain rassi...


    • glenco01 10 mars 14:21

      @Fifi Brind_acier Excellent !


    • Michel DROUET Michel DROUET 10 mars 17:18

      @Ar zen
      Le même Conseil Constitutionnel que les asseliniens accusaient de forfaiture il y a quelques jours sur ce fil est désormais paré de toutes les vertus ?


    • Ar zen Ar zen 10 mars 17:40

      @Michel DROUET

      Comme vous y allez ! Le parer de toutes les vertus ? qu’est ce qui vous permet d’écrire une chose pareille ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:31

      @Sparker
      Et bien non, vous voyez, aucune vengeance ne nous anime. Mélenchon ce soir, n’a pas encore les 500 parrainages, je ne mets à la place de tous ceux qui le soutienne, et cela ne me fais pas rigoler.
      On peut avoir des divergences politiques sans être ennemis.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:32

      @glenco01
      A propos de quel commentaire ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:34

      @Michel DROUET
      Pas du tout ! Le CC bloque les parrainages encore pour d’autres candidats, dont Mélenchon, c’est un peu le boxon !


    • Michel DROUET Michel DROUET 10 mars 22:22

      @Ar zen
      Le point d’exclamation !


  • Ar zen Ar zen 10 mars 12:19

    Je ne me « soucie » pas du tout. Vous avez une fausse opinion de ce que je pense. Vous êtes loin compte. 

    Mais si vous trouvez du bonheur à l’écriture de vos posts que vous émaillez de sourires, je suis content pour vous. 


    • Sparker Sparker 10 mars 12:27

      @Ar zen
      Mais mon coco, je me fout de ce que vous pensez vu que vous le gardez pour vous et ne faite que du prosélitisme de caniveaux pour deficients intellectuel comme moi, faut assumer mon gars.
      Vous présenterez vous à la députation ?


    • Ar zen Ar zen 10 mars 12:34

      @Sparker

      Vous avez écrit : « Ne vous souciez pas mon bon ». C’est dans un post juste au dessus. 

      Vous aviez oublié ? C’est en contradiction avec ce que vous écrivez maintenant !

      Pour le reste, ce n’est que du défoulement. Ne me donnez pas le pouvoir de vous faire monter les tours. Restez « zen ». 

    • Sparker Sparker 10 mars 12:38

      @Ar zen
      Le ’mon bon" est un peu péjoratif, votre aristocratie vaut bien des formules de politesse et caresses dans le sens du poil, je respecte les efficients cognitifs.
      Vous presenterez vous à la députation ? (re)


    • Sparker Sparker 10 mars 12:39

      @Sparker
      Et je suis passé de « mon bon » à « mon coco » c’st plus cool quand même... et je ne met plus de smiley qui sourit...


    • Ar zen Ar zen 10 mars 13:12

      @Sparker

      C’est dommage l’absence de smiley, cela égaillait un peu vos post. 

      Votre commentaire sur le pain rassis je ne l’ai pas compris. Je dois être moins poète que vous.

    • Sparker Sparker 10 mars 13:30

      @Ar zen
      la rassi, une expression qui vous va, mais j’avoue qu’a cette heure après la crème dessert ma poésie peut laisser à désirer.
      Tenez un smiley smiley vous avez raison c’est mieux mais j’ai cru que ça vous choquait. Le rire est la parole des crétins disait un sage efficient cognitif alors je voulais pas vous froisser.

      Bon alors vous presenterez vous à la dépuation ? re re re, vous avez le droit de dire non, qui ne dit non consent. smiley (encore un, c’est carnaval)


    • Ar zen Ar zen 10 mars 13:38

      @Sparker

      Mais non, je ne me présente pas à la députation. Je n’ai aucun attrait pour un rôle politique. Moi je cultive mon jardin.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:36

      @Sparker
      Je vais vous répondre, oui l’ UPR présentera des candidats dans toutes les circonscriptions.


  • petit gibus 10 mars 14:46
    @ Ar zen

    Ne prends tu pas beaucoup, beaucoup de gens pour des cons
    avec le titre de ton article


    23 avril, 7 mai, 11 juin, 18 juin 2017
    Nous allons élire des marionnettes, des larbins,
    des hommes et des femmes de paille si......

    sauf si .....évidemment ref au petit livre rouge de l’énarque smiley smiley smiley


  • GerFran 10 mars 15:02

    - Viviane Reding, commissaire européen : « Il n’y a plus de politiques intérieures nationales »



    François Asselineau : La France n’est plus dirigée par les gens que les Français élisent.



  • petit gibus 10 mars 15:29
    Mon sentiment que je ne prends pas
    pour parole d’évangile contrairement à certains...

    C’est que cette Europe est entrée en soin palliatif très avancé
    Mais je souhaite pour l’intérêt de tous
    quelle renaisse sur d’autres bases que celle de la compétitivité
    avec mes plus proches voisins
    Rien à voir avec ce que vous prônez

    Bref un enterrement sans fleurs ni couronnes
    sans finir ma vie comme un vieux garçon smiley



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 mars 08:38

      @petit gibus
      je souhaite pour l’intérêt de tous quelle ( L’UE) renaisse sur d’autres bases que celle de la compétitivité avec mes plus proches voisins.

      Ce n’est pas en faisant « un rapport de force », et « du chantage à la sortie de l’ UE », que vous allez obtenir de bonnes relations avec les pays voisins...


      Il y a dans cette volonté d’imposer aux 36 autres pays européens la politique qui vous convient, quelque chose de colonialiste... Ce que veut faire Mélenchon, c’est prendre la place de Merkel pour faire une Autre Europe. Il utilise les mêmes moyens de rapport de force que Merkel.
       
      La Charte des Nations Unies reconnaît explicitement le droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

  • Sparker Sparker 10 mars 16:59

    C’est quand même bien étrange ces parrainages, Asselineau passe de 17 en 2012 à 523, juste ce qu’il faut pas plus et Mélenchon qui à fait 4 millions de voix en 2012 n’en est qu’a 423.
    Je ne veux pas faire d’amalgame bidon et partisan mais c’est quand même bien étrange.
    Diviser pour mieux régner.
    Hamon qui colle au basque de Mélenchon et fait tout pareil, programme, meeting, télé, comme pour désamorcer. J’voudrais pas être dans le complot mais les PS me semble puissamment à la manoeuvre et Hamon est complice tout en donnant l’air d’être en rupture (légère).
    Laisser gagner Fillon pour être dans une opposition classique pendant cinq ans en sachant qu’il va en chier avec son programme de cul beni ultra libéral rétrograde, le PS ne peut rêver que de ça.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:47

      @Sparker
      C’est normal, en 2012, l’ UPR avait 600 adhérents, en 2017, on va passer la barre des 17 000.

      Depuis, plusieurs évènements :
      - Le référendum sur le Brexit, qui montre qu’on peut sortir pacifiquement de l’ UE.
      - La réforme territoriale, un vent de révolte gronde dans les petites communes.
      - La baisse des dotations budgétaires aux communes

      De nombreux Maires de petites communes rurales sont furieux, et souvent ne sont pas encartés. Ils sont nombreux à être « sans étiquette ». Ils ne subissent donc pas les oukases des Partis politiques qui ont donné des consignes. L’UPR n’est aidée par aucune formation politique, les Partis jusqu’ici, appliquaient un silence méprisant à l’endroit d’Asselineau.

      PS : aucun rapport entre Hamon, poisson pilote du PS contre Mélenchon, et l’ UPR qui a toujours la même politique depuis 2012.


  • phan 10 mars 17:04

    Puisque la monnaie est un instrument central de souveraineté et de justice sociale : si vous êtes contre l’Euro, vous êtes contre le Franc CFA ?


  • phan 10 mars 19:24

    Et le peuple qui ne vote plus ?
    Le peuple qui refuse de payer la vaseline aux politiciens qui le sodomisent à longue ?
    Le peuple qui veut la démocratie par le sort que l’aristocratie par le choix ?
    Ces élections présidentielles et législatives sont tout sauf un moment de démocratie !


Réagir