lundi 8 mai - par Emile Mourey

À M. le huitième président de la Vème République au sujet d’Alésia, de Bibracte et de Gergovie

Monsieur le Président, le débat pour l'élection présidentielle qui vient de se terminer a montré qu'il y avait lieu de s'interroger sur notre histoire, dans ses excès comme dans sa grandeur. 

Or, force est de constater que les précédents gouvernements ont trébuché sur la question de notre identité nationale, en particulier sur l'histoire de son origine. Si la retenue actuelle peut, en partie, s'expliquer par le souci de ne pas intervenir dans le débat public, la conséquence en est un appauvrissement du débat intellectuel argumenté au profit de la presse bobo. J'en veux pour preuve l'article du journal auvergnat La Montagne du 8 avril qui se plaît à dénigrer le personnage de Vercingétorix (1). Vous-même, n'avez-vous pas déclaré le mercredi 16 mars 2016 au micro d'Europe 1 : La rumeur d’Alésia, je la connais, elle est récurrente, elle fait partie des classiques de l’histoire, mais il faut la laisser vivre (…) (2)

Certes, ce n'est pas à l'État de dicter à la presse ce qu'elle doit écrire mais n'est-il pas de sa responsabilité de dire ce qu'il en est vraiment ? N'est-il pas dans son rôle d'apprendre à la jeunesse l'histoire de la nation comme cela se fait dans d'autres pays, pour la mémoire de ceux qui nous ont précédés sur le sol de la patrie, dans le souci de la vérité historique et pour le maintien de l'esprit civique ? Ceci étant dit, concernant la bataille d'Alésia, est-il normal que le doute perdure encore aujourd'hui dans la population comme votre déclaration le laisse entendre et alors que les fouilles archéologiques confrontées aux textes ont amplement prouvé sa localisation à Alise-Sainte-Reine ? Le fait que Mme Azoulay, ministre de la Culture, ne soit venue en Bourgogne que pour parler de cinéma ou d'arts de la rue sans se rendre au musée récemment construit pose question.

De même pour le musée archéologique européen du mont Beuvray. Sa non-venue surprend et étonne. Le seul ministre de la Culture venu sur le site depuis la disparition du président François Mitterrand est celui du Burkina Faso. Curieusement, le seul journal qui relate avec emphase les événements qui concernent le musée archéologique qui s'y trouve est le journal du Centre alors que celui de Saône-et-Loire se fait beaucoup plus discret. Il faut dire qu'ici, le doute s'est installé depuis que Mme Aurélie Filippetti a fait, au Journal Officiel, aprés d'autres, une superbe réponse langue de bois à notre député, Christophe Siruge, qui l'interrogeait sur le bien-fondé de la localisation de Bibracte au mont Beuvray. En effet, les textes, notamment celui de Strabon, sont clairs et sans ambiguïté : Bibracte ne peut être que l'ancienne ville murée de Mont-Saint-Vincent en Bourgogne du sud ; le mont Beuvray n'est que le site secondaire de Gorgobina. (3)

De même, il est absurde de situer Gergovie dans la ville en bois imaginée par l'archéologue Matthieu Poux. Seul, le site fortifié du Crest correspond à la description que César en donne dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules. (4) 

Monsieur le Président de la République, de tels errements sont un scandale. L'affaire est d'importance. Il faut tout revoir.

C'est une autre interprétation qu'il faut faire des vestiges archéologiques qui se trouvent sur ces sites-capitales précités, vestiges enfouis ou toujours debout, anciens temples gaulois aux pierres usées par le temps transformés en églises, murailles écroulées mais toujours là. C'est une autre idée qu'il faut se faire des origines de notre histoire. Les habitants de la Gaule s'appellaient les Gaulois. Les Gaulois divinisaient la nature. Cela signifie qu'ils vivaient en étroite harmonie avec elle, contrairement aux modernes que nous sommes. Leurs villages, ce sont ceux que nos guides touristiques présentent comme les plus beaux villages de France dans leurs écrins de verdure. Les Celtes venaient du Proche-Orient comme je l'ai expliqué dans mes articles. Ils ont apporté aux Gaulois une croyance judaïque de type essénien. En évoluant, cette croyance a donné le christianisme. Comme l'a expliqué le philosophe Marcel Gauchet, ce christianisme a enfanté notre démocratie. (5)

Cette épopée est inscrite dans la pierre de nos vieux monuments toujours existants, des plus importants aux plus modestes.

Ainsi comprise, notre histoire retrouve tout son sens. Il serait absurde de la renier, aussi absurde pour un enfant que de renier son père et sa mère. L'éducation et la formation de notre jeunesse en dépend et, par conséquence, l'unité de la nation.

En 1986, M.Philippe de Villiers, secrétaire d'Etat au ministère de la Culture pour le Patrimoine déclarait ceci : La Culture, c'est l'emploi de demain. La France est le pays du monde qui a les ressources les plus extraordinaires par son histoire, ses monuments et ses savoir-faire. Ces ressources sont largement sous-utilisées. (6)

M. le Président de la République, nos vieilles églises, nos anciennes basiliques et cathédrales, ne datent pas du Moyen âge pour la plupart, mais de l'Antiquité, y compris tardive. Il s'agit d'un gigantesque patrimoine ignoré ou mal compris qui ne demande qu'à être mieux interprété et mieux mis en valeur. Il s'agit d'un véritable trésor. Il s'agit d'un fabuleux gisement d'emplois.

Emile Mourey, lt-colonel en retraite, légion d'honneur, mérite national, valeur militaire, deux citations, wwww.bibracte.com, auteur de sept ouvrages publiés sur la véritable Bibracte que je situe à Mont-Saint-Vincent, sur la véritable Gergovie que je situe au Crest, sur la véritable histoire d'un Christ que les Anciens ont imaginé dans le ciel, auteur d'un manuscrit sur le Prophète au visage voilé, refusé systématiquement par les maisons d'édition.

Renvois

1. http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/vercingetorix-et-la-presse-191689

2. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-rumeur-d-alesia-je-la-connais-178976

3. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cette-plaisanterie-de-bibracte-au-189584

4. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/alesia-gergovie-les-bafouillages-65179

5. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/8000-juifs-esseniens-immigrent-en-187396

6. Promouvoir le patrimoine français pour l'an 2 000, éditions de la Caisse Nationale des monuments historiques et des sites, 1987, page XII).



18 réactions


  • Antenor Antenor 8 mai 17:53

    @ Emile

    « Les Celtes venaient du Proche-Orient comme je l’ai expliqué dans mes articles. Ils ont apporté aux Gaulois une croyance judaïque de type essénien. »

    Attention quand même aux trop grands raccourcis qui alimentent les caricatures simplistes de vos détracteurs. Il y a d’abord eu une colonisation celte sans doute via Chypre/Alasia (Port de Kition => Kéto des Grecs/Kittim des Juifs => expansion des Keltoi) à une époque très reculée et bien plus tard s’est produite la judaïsation des rives de la Méditerranée. Les Galates du Proche-Orient ont pu s’allier avec des Esséniens mais les sources écrites demeurent lacunaires. En tout cas, l’armée égyptienne où se mêlaient soldats celtes et juifs, semble le creuset idéal.


    • Ouallonsnous ? 8 mai 18:23

      @Antenor

      Désolé, mais le judaïsme n’existait pas au temps des celtes, c’est une invention du sionisme pour donnez une antériorité à ceux qu’ils instrumentalisent pour leur propagande !


    • Emile Mourey Emile Mourey 8 mai 18:46

      @Antenor


      Oui, je suis bien d’accord. L’arrivée massive et déterminante des immigrés « armés » juifs esséniens ne se situe qu’en - 88. La cathédrale de Chalon-sur-Saône témoigne, au IIIème siècle, qu’ils ont imposé leur religion, un judaïsme essénien en attente d’un messie christ. 

      Le temple de Mont-Saint-Vincent, IXème ou X ème siècle avant JC peut-être, témoigne, apparemment, sur des croyances cananéennes. La question qu’il faut se poser est : qui sont les explorateurs/premiers colons qui ont fondé, en Gaule, les stations « Alisiia » des voies de l’étain ? Je pense qu’il s’agit des Phéniciens lesquels auraient installé un comptoir/étape dans l’île de Chypre. Phéniciens venus du port de Tyr, d’où Phéniciens = Héraklès = Cananéens = Chaldéens = Keltoï = Celtes ????????

      Quant aux Galates arrivés en Asie Mineure en 279 avant J.C., le grand autel de Pergame de vers - 197, en évoquant la salamandre de Gergovie et le lion de Bibracte, témoigne sur les symboles nationaux druidiques, en Gaule, de cette époque, dans une évolution cananéenne ?????

    • Antenor Antenor 9 mai 20:51

      @ Emile

      Si on en croit les récits grecs, il y a eu au moins trois phases de fortes influences orientales en Gaule à l’âge du bronze. D’abord les Gorgones qui y ont pris racine ; ensuite Persée qui a décapité Méduse et est reparti comme il est venu et enfin Héraklès. Celui-ci a vaincu Géryon descendant de Méduse et s’est uni à une princesse locale mais les autochtones ont repris le pouvoir peu après. La plus ancienne colonisation, celle des Gorgones, semble donc la plus importante et probablement à l’origine des Celtes et des Alésia.

      Les Gorgones sont contemporaines des dieux de l’Olympe (Zeus, Poséidon etc...), leur arrivée en Gaule remonte à une époque très lointaine. Peut-être vers -2300, au début de l’âge du bronze, au moment où les ports du Levant montent en puissance. Persée est à situer vers -1600 au début de l’époque mycénienne et Héraklès vers -1300, un peu avant la guerre de Troie.

      L’effondrement de Mycènes et Hattousha vers -1200 a dû permettre aux Phéniciens du Levant de reprendre la main en Occident un peu avant le règne de Salomon puis c’est la fondation de Carthage vers -800 et le retour des Grecs en Italie.


    • Emile Mourey Emile Mourey 9 mai 21:36

      @Antenor


      Oui, cela donne le vertige. Raisonnement logique. Le problème, c’est qu’il faut le prouver par l’archéologie, et comme, actuellement, le dogme, c’est que tout a commencé au mont Beuvray, on n’est pas sorti de l’auberge. Tout dépend de la personnalité et de l’honnêteté intellectuelle de la prochaine ministre de la Culture.

    • Emile Mourey Emile Mourey 11 mai 17:21

      @Antenor

      Récapitulatif : vers - 517 avant JC ; le gros bourg de Taisey, Alésia de Diodore de Sicile, est dit par Hécatée, Nuerax ville des Celtes - première mention connue écrite des Celtes avant leur expansion.
      Vers - 420, Hérodote confirme leur existence, et en - 130 Polybe.
      En - 197, en Galatie, les sculptures de Pergame évoquent ces Gaulois, parlant comme ceux de Trèves, avec leurs symboles de la Salamandre (Gergovie) et du lion (Bibracte). Il en était donc ainsi lors de leur arrivée et donc aussi à Gergovie et Bibracte, en -279, mais aussi au IXème/Xème siècle (?) Et ce sont bien ces symboles que l’on retrouve dans les temples arverne du Crest et éduen de Bibracte/Mt-St-Vinvent.
      Le mot celte vient de Chaldéen. Les sculptures de Mt-St-Vincent aux lions, IXème/Xèmesiècle représentent le symbole de la cité, donc symboles chaldéens = cananéens = phéniciens = Héraklés. Et nous sommes, d’après les textes, dans le druidisme.
      Je crois me rappeler que c’est Eusèbe de Césarée qui dit qu’il y avait beaucoup de resemblance entre le druidisme et la religion des Juifs, ce qui nuance l’influence grecque de Pythagore.

      Jusque-là, je pense que nous sommes d’accord. Nos avis divergent, semble-t-il, à partir de Jésus http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/plaidoyer-pour-une-meilleure-187509



    • Antenor Antenor 11 mai 21:53

      @ Emile

      Les toponymes qui s’approchent d’Alésia comme Alise-Sainte-Reine, la Ferté-Alais ou Alleuze désignant des citadelles, je penche plutôt pour le Mont-Saint-Vincent. Pour Nuerax, tout dépend de l’état de développement de Chalon à cette époque.

      Je reste très sceptique sur l’identification celtes/chaldéens. Les Chaldéens n’apparaissent que très tardivement dans l’histoire du Proche-Orient et habitaient la Basse-Mésopotamie. S’il faut trouver une origine orientale à ce nom, je pense là encore que c’est plutôt du côté de Chypre/Alasia et du port de Kition où Melkart était vénéré.


    • Emile Mourey Emile Mourey 12 mai 01:39

      @Antenor

      Diodore de Sicile dit expressément que les Chaldéens appartenaient aux plus anciens habitants de la Babylonie.
      Les Celtes - première mention connue écrite - du Nuerax d’Hécatée de Millet que j’identifie à Taisey, cela fait VI ème siècle av JC. Je ne vois pas de contradiction.
       
      Au Vème siècle av.JC., Hérodote semble écrire ceci (les traductions divergent en raison de l’obscurité du passage) : Au-delà des colonnes d’Hercule (donc, en abordant la Gaule par la côte atlantique après avoir franchi le détroit de Gibraltar), on trouve les Kinèsioi, qui sont, à l’Occident, le dernier peuple d’Europe (Gergovie ?). Tout de suite après eux (donc à l’est) se trouvent les Keltoî (à Taisey(?)... Le Danube prend sa source au pays des Keltoï, près du Jura, puis traverse toute l’Europe qu’il coupe en deux.
      Les Kinnesioï de Gergovie seraient donc des Cananéens de Kinneret (Kinneret, capitale canaéenne sur la rive du lac de Galilée) et les Keltoï de Nuerax/Taisey .. des Kaldaï/Chaldéens.

      Mais avant cela, les textes plus anciens nous montrent des Gorgones en pays arverne (Gergovie/Gorgona ?) opposés aux Atlantes (de l’Espagne à Nuerax/Taisey ?).

      Contrairement à vous, je verrais dans « Atlantes » le mot utilisé par les Grecs pour désigner les premiers habitants, de l’Espagne à la Gaule (l’Atlantide de Platon). Je verrais dans les « Gorgones » une immigration venue des bords de la mer Égée qui s’est opposée aux Atlantes.

      Contrairement à vous et à ce que j’ai écrit au début, c’est bien à Taisey/Chalon qu’il faut situer l’Alésia de Diodore et non à Bibracte/Mt-St-Vincent, car c’est bien à Chalon que la population a pu affluer après sa fondation, comme le dit Diodore, et non à un Mt-St-Vincent en région montagneuse, situé en outre sur un itinéraire secondaire.


    • Antenor Antenor 13 mai 12:24

      @ Emile

      Pour moi, Kinnesioi = Atlantes = Tartessiens du Cuneus Ager. Archéologiquement, il faut sans doute les identifier à la culture campaniforme qui précède l’âge du Bronze en Occident à partir -2700 et qui semble originaire de Tartessos. Je ne sais pas s’il s’agit d’un développement autochtone ou s’il y a eu un coup de pouce oriental à son expansion.

      Et Celtes = Gorgones = Galates d’Alésia. La mythologie grecque place les Gorgones vers -2000 donc bien avant l’émergence des Chaldéens en Orient. Les Chaldéens paraissaient anciens aux auteurs de la Grèce classique mais à l’échelle du vieux Proche-Orient, ils étaient un phénomène relativement récent.

      Concernant Chalon, le problème est que nous ne savons pas quand la ville a commencé à devenir vraiment importante.


    • Emile Mourey Emile Mourey 13 mai 14:05

      @Antenor


      Vous dites : Atlantes = Tartessiens du Cuneus Ager. 

      Tout à fait d’accord. Comme je l’ai dit précédemment, les Grecs qui, pour la première fois, découvraient le continent « Occident », de l’autre côté de la barrière Atlas, ont appelé la mer extérieure qui le bordait « Atlantique » et ses habitants « Atlantes », en commençant par ceux de Tartessos ; l’appellation « Atlantes » s’étendant ensuite à t’Espagne entière et à la Gaule. Tartessos a très bien pu avoir une naissance autochtone.

      Quant à l’arrivée des Celtes/Chaldéens, tout ce que je peux dire, c’est que le nom est attesté au VI ème siècle, par Hécatée de Millet et au Vème siècle par Hérodote pour désigner les habitants de Nuerax/Taisey, bourg actuel de Chalon.

      En revanche, au Vème siècle, Hérodote voit en Gergovie une ville apparemment cananéenne : les Kinnesioï de Gergovie seraient donc des Cananéens venus de Kinneret (Kinneret, capitale cananéenne sur la rive du lac de Galilée).

      Mais ce double témoignage n’est valable que pour cette époque. En revanche, les textes plus anciens, tels que ceux évoqués par Diodore de Sicile http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-epopee-des-atlantes-capitale-125152, n’évoquent que des populations d’origine autochtone : Amazones en Afrique, Atlantes en Gaule et en Espagne avec un débordement de l’autre côté du détroit (à condition d’interpréter le texte comme je l’explique dans mon lien ci-dessus). La mention de « Gorgones » apparaît bien dans ces textes anciens, mais comme des gens venus d’ailleurs, qui attaquent les Atlantes. Ce qui permet de penser qu’il s’agit d’une immigration phénicienne venue des bords de la mer Égée. Et là, nous rejoignons le mythe de Platon de l’Atlantide et du dieu Poséidon s’unissant à Clito pour engendrer une population coloniale.

      Enfin, concernant la ville même de Chalon, j’ai suffisamment écrit d’articles où j’explique que la ville actuelle n’a été véritablement fondée, entourée de ses murailles, qu’au III ème siècle après J.C.. 
      Il faut raisonner sur le site de Taisey et il faut y faire des fouilles archéologiques comme je l’ai demandé.

  • Ouallonsnous ? 8 mai 18:20

    Emile Mourey, vous vous adresser au « gauleiter » pour la France de l’UE/OTAN/USA, ne l’affublez pas de ce titre de président qu’il réfute lui même !


  • mmbbb 8 mai 21:57

    .« Ils ont apporté aux Gaulois une croyance judaïque de type essénien. En évoluant, cette croyance a donné le christianisme. » je suis surpris les esseniens sont issu d une secte juive et je croyais naivement que la religion chretienne s ’etait installee apres la chute de l empire de Rome . Le christianisme n ’existait pas du temps des esseniens puisque le nouveau testament n avait pas ete ecrit J habite pres de Lyon dans cette ville ST Irene est un des peres de l eglise . Quoi qu il en soit Macron n’en a rien a cirer et le reste de la classe politique aussi puisqu ils veulent la dissolution de l etat nation donc votre argumentation est hors de propos Par ailleurs vous etes le seul a soutenir cette these « audacieuse » Que les celtes aient des influences certes puisque le bassin mediterraneen etait un lieu d ’echange depuis fort ( l age de bronze puisque les mines d etain etait en asie mineure ) longtemps et les gaulois avaient deja de longues traditions commerciales mais votre these me surprend.Les gaulois mangeaient du chien et leurs rites etaient paiens J’avais lu un dossier de Science et Avenir complet sur les gaulois et il n ’est pas fait mention de votre these


    • Emile Mourey Emile Mourey 9 mai 00:00

      @mmbbb


      Merci pour votre commentaire. Pas facile de vous expliquer dans une simple réponse. Il faudrait que vous lisiez mes ouvrages pour retrouver le fil de l’histoire. Mais vous pouvez lire ou relire mes articles publiés pour avoir une idée de mes remises en question.

      Exemple :

      En 391 après J.C., l’empereur Théodose fait du christianisme la religion officielle de l’Empire romain. 

      Mais aux Ier et II ème siècle, la situation était la suivante : Il y a des Juifs et des gentils etc... qui croient dans un Jésus venu sur terre suivant leur interprétation des évangiles et il y a des Juifs etc.. qui le refusent, espérant toujours dans la venue d’un Jésus christ qui rétablira le grand israël etc... cf le texte de l’Apocalypse où un dénommé Jean lit l’avenir dans le ciel et termine sa prophétie en disant : « Viens, Seigneur Jésus », ce qui signifie que lui et d’autres espéraient, en 70, dans un Jésus à venir et non dans le Jésus venu des évangiles. Et il en était ainsi dans toute la diaspora juive, judaïsés, etc...y compris en Gaule... jusqu’en 391 et encore.

      Venez maintenant dans la cathédrale de Chalon-sur-Saône, indiquée dans la carte antique de Peutinger par un dessin/vignette, laquelle cathédrale ne peut être que le plus beau temple de l’univers dont parle de rhéteur Eumène, début IVème siècle (Chalon-sur-Saône, la cité des Éduens, cf Strabon). Chapiteau à gauche de l’autel : Il s’agit de l’annonce prophétique essénienne de la venue du messie d’Israël. Je cite : C’est au point du jour que le Messie d’Israël recevra les rayons du soleil. A ce moment précis, on le verra faire le signe essénien de reconnaissance, signe d’alliance entre Dieu et les hommes. Il étendra sa main gauche sur le pain de vie, et de sa main droite aux deux doigts dressés, il bénira toute la congrégation de la communauté qui, dans la nef, attend dans le recueillement le plus total.  (cf texte essénien, rouleau de la Règle, II, 18 à 22.)



  • pierrot pierrot 10 mai 09:06

    Bonjour,
    bien évidemment ce n’est pas au président ni au gouvernement de donner leur version de l’histoire mais aux historiens et aux citoyens compétents.
    Vercingétorix comme Jeanne d’Arc, Clovis est pour une large part une création du XIX ième siècle pour exhaler l’unité nationale après la défaite de Sedan et le désire de revanche contre les Allemands.
    L’idée d’unité nationale française est essentiellement due à la révolution française de 1789, avant la France n’était pour l’essentiel considéré comme un patrimoine monarchique et fructifier, échanger au gré des guerres et mariages.

    Les Celtes ont prospéré un temps en Autriche et leur expansion semble générée par le progrès dans la métallurgie qui a permis l’utilisation de charrue à soc métallique au lieu de bois d’où des labours pus profonds et une récolte plus abondante puis un impact démographique.


    • Antenor Antenor 10 mai 21:00

      @pierrot

      Même réponse qu’à Epicure concernant la supposée origine centre-européenne des Celtes. Quant aux grandes figures historiques, ce n’est pas la IIIème République qui les a inventées même si elles ont pu être idéalisées pour différents motifs. La Révolution a eu le mérite de mettre sur un plan égalitaire l’appartenance des citoyens à la Nation. Auparavant, on était français parce qu’on était le sujet du roi de France mais c’était déjà un peu le même système de vassalité qui avait cours chez les Gaulois. La République est l’aboutissement d’une évolution politique qui remonte à la nuit des temps.


    • Emile Mourey Emile Mourey 11 mai 03:56

      @Antenor @ epicure @ pierrot


      J’approuve les réponses que vous avez faites à epicure et à pierrot. Ces deux commentateurs sont encore dans le vieux système de la pensée scolastique. Place aujourd’hui à une pensée nouvelle libérée ! Contrairement à ce qui a été dit, les populations qui émigrent amènent avec elles leur langue si elles sont en nombre. Exemple : les Galates en Asie mineure d’après un témoignage d’époque qui dit qu’on y parlait le gaulois de Trèves. Mais ces populations immigrées peuvent tout aussi bien adopter la langue en place.

      En ce qui concerne le fait que j’adresse ma lettre au Président de la République, je ne suis pas le premier à agir ainsi. Agoravox me sert d’archive pour montrer et démontrer l’aveuglement des responsables culturels et politiques d’hier, et peut-être d’aujourd’hui et de demain, mais aussi la mauvaise foi de la technostructure archéologique. Il serait étonnant que dans l’entourage proche ou éloigné du nouveau président, il n’y en ait pas un qui la lise. Benjamin Griveaux, porte pariole, ancien député de la Nièvre, ne peut ignorer notre contestation de Bibracte.


  • epicure 10 mai 19:04

    celtes  : d’orient et juifs esséniens ?
    ce n’est plus de l’histoire c’est de la fiction à ce niveau.

    Il ne faut pas confondre les influences culturelles et les populations déjà.
    Par exemple la diffusion des langues indo-européennes ne correspond pas à une expansion démographique qui aurait dominé tout un pan de l’Europe, et un bout de l’Asie mineure
    Tout comme les techniques agricoles, se sont répandues au delà des mouvements de populations.

    Les celtes sont connus pour leur religion polythéistes et druidique.....
    Quand les romains décrivent les peuples celtes, ce n’est pas la description de gens du moyen orient qu’il font.

    Surtout tous les archéologues reconnaissent les celtes comme étant originaire de l’Europe centrale. Ce qui décrédibilise beaucoup ton affirmation.

    Comment être prit au sérieux avec des affirmations de ce genre ?
    Ecrire au président de la république avec une hypothèse comme celle ci, c’est pas sérieux, surtout que ce n’est pas du tout son domaine de préoccupation. C’est plus du ressort du ministère de la culture. Mais j’ai comme idée que ta lettre n’irait pas loin, ils n’ont pas de temps à perdre avec tous les gens qui font leur petite hypothèse originale, et non scientifique, contre le reste du monde.


    • Antenor Antenor 10 mai 20:53

      @epicure

      Cela fait belle lurette que les thèses voyant venir les Celtes d’Europe Centrale ont été relativisées par les archéologues eux-mêmes. Aujourd’hui, n’importe lequel vous dira qu’il n’y a aucune certitude dans ce domaine.


Réagir