lundi 24 avril - par christophecroshouplon

Chirac me manque !

A toutes et à tous en France je souhaite un bon vote et/ou une bonne abstention.
 
Il ne vous aura pas échappé que j’ai quitté mon pays depuis presque six mois. Peu avant de partir, certain de ne pas y reposer un pied pour les années à venir (sauf à visiter un membre de ma famille en cas de maladie grave ou de besoin pressant), j’ai, moi qui suis né dans la politique et que celle-ci passionne et qui ai toujours fait mon « devoir d’électeur », déchiré ma carte.
 
Il n’aura pas échappé à certains d’entre vous qu’outre avoir une formation initiale en philosophie je suis un passionné d’histoire et de géostratégie. Disciplines qui, vous en conviendrez aisément, sont quelque peu supérieures à la petite cuisine politique actuelle, et placent la barre à une hauteur quelque peu au-dessus.
 
L’étude de l’histoire nous enseigne la théorie des cycles et la géostratégie permet de placer une époque et un pays dans un vaste plan d’ensemble incluant le monde entier, donc toutes les puissances, tous les points de vue, toutes les forces en présence. S’intéresser de près à l’actualité sous ce double prisme en allant chercher des témoignages, des points de vue d’expert aux quatre coins du monde de la pensée et du savoir font que je ne puis, face à cette « actualité » telle qu’on nous la présente en France, avoir la même fenêtre de vision. Il ne s’agit aucunement pour moi d’affirmer une quelconque supériorité intellectuelle, simplement d’acter que le champ d’observation n’est pas le même.
 
Quel que soit le nom des deux qui sortiront du chapeau ce soir, et quinze jours plus tard celui qui emportera le pompon, je suis sur la foi de mes analyses absolument convaincu que rien ne changera véritablement sur le fond même des choses. Le « cycle » dans lequel la France s’est précipitée à compter du 6 mai 2007, qu’elle a poursuivi en 2012 et qu’elle va à mon sens continuer quel que soit le vainqueur le mois prochain demeurera celui du déclin d’une grande puissance aux abois, hier fer de lance et toujours symbole d’une forme de résistance révolutionnaire aux oppressions de toute nature, mais hélas, cent fois hélas embourbée dans un reniement de toutes les plus belles valeurs qui l’ont animé. Et dont le modèle est en passe de venir un contre modèle anachronique assiégé par des tartuffes ayant patiemment entamé la destruction pure et simple de cette magnifique création née du Conseil National de la Résistance.
 
Liberté, Egalite, Fraternité : telle est la devise. Que donne-t-elle en ce moment historique ou son cœur électoral se partage grosso modo en quatre quarts radicalises tous quatre, ou aucun d’entre eux ne peut admettre converser avec les trois autres sans sortir le couteau et ruer dans les brancards ?
 
Liberté ? Celle-ci régresse à toute allure, au profit de certains contre la multitude, avec des lignes de fracture telles qu’on en vient à accepter l’inacceptable, à savoir renoncer à des pans entiers de celles-ci sans moufter au nom d’une sécurité jugée supérieure, mais qui en définitive ne protège guère que le haut du panier.
 
Egalité ? Vaste blague : celle-ci est piétinée, bafouée, niée chaque jour, les inégalités explosent, les égoïsmes et intérêts catégoriels tout autant, chacun défend ses acquis avec hargne contre tous les autres, du haut en bas de l’échelle. Les banlieues crèvent, les migrants crèvent, on insulte les femmes d’origine maghrébine pudiques sur les plages en les traitant de rétrogrades soumises sans jamais leur avoir tendu un micro tout en encensant des pétasses de 13 ans à poil sur les mêmes plages (le colonialisme est toujours là, il a simplement changé de visage, et nous avons une responsabilité écrasante dans la montée des intégrismes tant notre lecture intégriste de la laïcité est arrivée a un point Goldwin d’indécence !), les prisonniers s’entassent dans des cellules le nez dans la merde, et on manifeste pour conserver quelques points de retraite tandis que les profits des actionnaires explosent.
 
Fraternité ? Avez-vous vu l’état de violence de la population française, de violenceS au pluriel même, cette capacité a polémiquer, a gueuler, a étouffer tout avis contradictoire, à couper la parole, à imposer sa bienpensance avec des mines de clerc ou sa petite radicalité boutiquière. Fraternité vous dites ? Les rues de Paris sont devenus des champs de bataille et une pub vivante pour BFM.
 
Sans compter l’abaissement stupéfiant de la liberté d’expression et du savoir. Moins ca sait et plus ca vocifère. Trente ans d’abêtissement via la télévision et les journaux ont fait d’un peuple hautement éduqué une nation de moutons prêts à gober tous les mensonges les plus grossiers, et à prendre un petit marquis de la haute finance pour un gentil garçon pétri de bons sentiments.
 
Celui-là, fossoyeur plus que tous les autres de l’intelligence et véritable faux nez de l’oligarchie destructrice, combien je souhaite son élimination pure et simple dès ce soir du paysage politique français. Sa campagne honteuse, véritable mascarade et holdup up de l’intelligence politique, aura été la pire forfaiture à laquelle j’aurai jamais assisté.
 
De même, si par la même occasion on pouvait renvoyer ce tartuffe soutenu par la branche extrême d’une belle religion dans la Sarthe, et avec lui tous ces commissaires aux comptes du MEDEF et ces petits vieux réactionnaires j’en serais ravi. Cela aurait pour conséquence la défaite dela « raison », celle-là qui aura échoué depuis 30 ans, et avec le sens des réalités aura jeté le peuple par la fenêtre tout en l’insultant quotidiennement par éditorialistes et pseudo experts interposés. 

Ce « choc des populismes » tant décrié aurait au moins de la gueule et ferait à mes yeux sens, même s’il mène aussi dans le mur quelle que soit l’option choisie, pour des motifs o combien différents.
 
Deux ennemis rodent en notre sein, et ce depuis fort longtemps. Deux ennemis qui veulent notre perte collective, et qui sont sur le point de réussir leur holdup up. Deux ennemis dont on aura peu parlé pendant cette campagne qui n’aura dans l’ensemble été qu’une comédie des masques.
 
L’oligarchie destructrice de la planète, de la faune, du monde animal, de la qualité de l’air et des océans, de la famille et des humains, celle-là qui par Macron interposée compte remporter la victoire une nouvelle fois et que vous, français, pétris de bons sentiments, laissez faire sur fond rose et bleu. 
 
Et puis sa création de 1980 sur le théâtre afghan (afin de ruiner l’ex URSS, ce qui fut réussi), cette saloperie de fondamentalisme islamique que vos impôts sans que vous en sachiez rien paient via les actions que nos derniers piteux présidents ont effectué en Libye puis en Syrie. Tout ceci a été dénoncé par de grandes somités internationales, des anciens du Pentagone et de la CIA, des exclus des services de renseignement US ou british, des anciens ministres des affaires étrangères européens, des diplomates russes, chinois, américains, français etc… Tous complotistes : ben tiens !
 
Ces deux-là, complices depuis le début, et vous n’en savez rien, les premiers finançant les seconds et les armant via la CIA et l’Arabie Saoudite. L’ignorance dans lequel on vous endort est le pire des fléaux, elle permet aux marionnettistes de poursuivre leur œuvre en attirant votre attention là où elle veut. 
 
Hier, une étude très sérieuse est sortie à l’ONU, indiquant que jamais le monde n’avait été aussi proche d’un embrasement nucléaire généralisé (au passage : l’Amérique du Sud est hors-jeu). Daesch a prévenu de son côté que l’Europe et certains pays arabes et du MO allaient voir s’accélérer les attentats, et appelle ses soldats a la mobilisation. En France, les services de protection de la population ont démantelé il y a une semaine un petit réseau à Marseille sur le point de fabriquer des armes chimiques. Deux jours plus tard, un important stock de produits chimiques servant à leur fabrication a été dérobé dans la nuit du 20 avril à l’Ecole vétérinaire de Maisons Alfort. Hier, un expert de la CIA américain a sorti une note expliquant qu’au Pakistan les fondamentalistes avaient compte tenu du peu de sécurisation des sites en question, les moyens, par une attaque conjuguée, de mettre la main sur l’arme atomique.
 
Ces informations ne font que quelques entrefilets. On en est en France a ergoter s’il faut oui ou non foutre dehors sans procès des mecs étrangers fichés S et soupçonnés d’être affiliés a l’EI « au nom du respect du droit ». Je me demande combien de bombes il va falloir à toutes ces bonnes âmes pour enfin ouvrir les yeux et prendre les décisions fermes seules susceptibles de protéger en état de guerre la population.
 
On se retrouvera demain avec les noms de deux finalistes. Les trois quarts d’entre vous chieront pendant cinq ans sur le vainqueur. 

Cinq ans de guerre civile assurée, sur fond d’ignorances, d’intolérances et de guerres civiles et extérieures. Ah que Chirac me manque, lui qui portait haut la parole de la France en défendant les nations émergentes et les cultures ancestrales et luttait contre l'occidentalo-centrisme : la chance celui-là qu’il a d’être devenu sourd.


6 réactions


  • scorpion scorpion 24 avril 11:46

    Quand on en arrive à regretter Chirac, c’est vraiment qu’on est tombé très très bas avec les suivants. Sarko, Hollande et maintenant Macron, merci encore au 24% de cons ! 


  • Osis Osis 24 avril 12:03


    Sarko, Hollande et maintenant Macron, merci encore au 24% de cons !

    c’est vrai que l’on peut comprendre tous les votes par rejet total de ces scélérats de socialistes....

    Mais voter macron, c’est exactement prendre les mêmes fourbes et recommencer.
     
    C’est tout de même une démarche intellectuelle très curieuse.
    Une sorte d’autoflagellation...


  • UnLorrain 24 avril 13:37

    Plutot que Chirac,sourd ( je savais pas cela a propos ) je vous propose un inconnu que Bloy va cotoyer,il semble qu ils fassent pelerinage,l inconnu faisant expiation il semble bien,ce bonhomme dira a Leon Bloy : J avoue que je souhaitais etre totalement imbecile pour pouvoir echapper aux sophismes de l orgueil.

    @ Osis

    Tout a fait d accord avec votre commentaire. Nous plongeons dans ce qui pourrait etre la phase ultime du socialisme...monstrueux ( monstruosite etant le qualificatif qu emploie un certain Flaubert,ciseleur de phrases selon Wikipedia,a propos de la rhetorique malsaine qu est le socialisme )


  • alanhorus alanhorus 24 avril 13:44

    Chirac ? sa faute, c’est la repentance pour un coup monté.
    Il faut dire qu’ils lui avaient mis la femme d’hernu dans les pattes pour le faire chanter peut être ?


  • Marignan Marignan 24 avril 13:57

    Jamais ma génération n’aurait imaginé voir Chirac arriver au pouvoir. Depuis, il y a eu Sarkozy, puis vînt Hollande. En 2017, après avoir touché le fond il y a bien longtemps maintenant, les Français creusent encore plus profondément leur tombe ; jusqu’où iront-ils ou bien qu’est-ce qui les arrêtera ? quand après avoir creusé tellement ils ne verront plus du tout la lumière du jour ? 


  • chantecler chantecler 25 avril 09:52

    Bof,
    Le souci c’est le carriérisme et l’opportunisme de nos politiciens , qui sont en outre plus ou moins corrompues .
    Alors ils entrent dans un parti et c’est cuit .
    Le J Chirac s’est amélioré avec le temps .
    Quand il était secrétaire de l’UJP il avait des discours très droitiers , style Madelin .
    Cela dit il s’est assagi , a joué ensuite une carte « gaulliste » , s’est farci Bernadette dans le cadre de son château de Bitty , et ça c’est un exploit .


Réagir