vendredi 2 décembre 2016 - par ddacoudre

Cinq ans pour jeter l’éponge

En fait pour moi c'est un non événement. Le 27 novembre 2012 j'ai écrit ceci : le PS qui a fait le choix d'une politique "social-démocrate" semblable à celle de son prédécesseur dont il ne s'en distingue que par les choix de la mise en forme. Il faut donc s'attendre à un échec de sa politique économique, car il ne disposera pas de moyens financiers pour relancer quoi que ce soit, seulement l'usage des vases communicants, puisqu'il réduit l'endettement de l'état, le transférant sur les ménages...../ Si Fillon a suivi la ligne Sarkozy durant son mandat de premier ministre c'était essentiellement sur le plan économique et dans ses déclarations de poncifs sur d'autres ministères, il fallait traduire les distances qu'il mettait. Il y a un choix d'orientation plus que de lutte pour une présidentielle de 2017. Celui qui reviendra sur la ligne de la « droite républicaine » gagnera l'élection de 2017, car l'échec de Hollande est programmé par ses choix économiques.... /

J'aurais pu naturellement me tromper, mais c'était peu probable dans la mesure où la politique que mènent les gouvernements consiste justement à ne pas en faire, laissant le marché financier dicter les mesures à prendre pour lui assurer de meilleurs profits pour les actionnaires et tous les placements financiers de la population, que ce soit par la participation, l'actionnariat, l'épargne populaire.

Pour savoir ce qu'il adviendra demain ce n'est pas les hommes politiques qui nous gouvernent depuis 84 qu'il faut écouter, mais le patronat. Il a défini son orientation politique quand il a changé d'acronyme pour passer de CNPF à MEDEF, de la défense de ses intérêts particuliers à un mouvement des entreprises de France, qui propose le déroulement de l'existence des citoyens autour de l'entreprise. Le patronat n'a fait que s'aligner sur un mouvement de fond venu des USA et dont le leadership de l'exemplarité était IBM France.

Les patrons dans la campagne électorale. A quelques mois de la présidentielle et des législatives, le Mouvement des entreprises de France, le Medef, a décidé d'intervenir dans le débat politique. « En avant l'entreprise, en avant la France » - le nom des 7 forums nationaux organisés d'octobre 2001 à janvier 2002 - est avant tout destiné à diffuser les idées des chefs d'entreprise dans l'opinion......./ Antoine Seillière s'est prononcé pour « un vrai renouveau du dialogue social face à l'autoritarisme méprisant de l'Etat et des syndicats cantonnés dans leurs modes d'action et leur conservatisme traditionnel ». Au cours de ce forum, plusieurs patrons ont expliqué, tour à tour lors de tables rondes, leurs difficultés à diriger leurs entreprises en raison d'une « législation aberrante » ou de « carcans administratifs complexes ».

Les citoyens en bon français ont oublié pas eux. Ils ont même roulé Hollande en transférant toutes ses aides vers les dividendes, même Gattaz dans son entreprise avec les aides reçues, il n'a pas créé un seul emploi. Mais cela ce ne sont pas les journalistes qui vous en informeront. La politique se limite donc pour nos gouvernants depuis les années 90 à s'occuper des faits divers et d'entretenir un climat d'insécurité pour se faire élire au-delà de la réalité.

Hollande achèvera son mandat trahi par ceux qu'il a servi avec zèle. Ces derniers forts de ces portes ouvertes enfoncent le clou avec un Fillon qui leur est tout acquis et il a planté le décor. Dorénavant toute mesure sociale se fera dans l'entreprise avec une négociation fantoche, car peu d'entre elles ont des syndicats. Or ceux-ci assurent la formation des salariés qui occupent des mandats électifs du personnel ou du comité d'entreprise. (Chaque année sont signés par les organisations syndicales 30 000 accords, de plus en plus au niveau de l'entreprise. Ce qui est une volonté politique du patronat. Il a donc réclamé à Hollande et maintenant Fillon de remettre en cause les accords de branches qui entretiennent l'égalité régionale. Il y a en France 288 826 unités légales d'établissements pour 142 736 entreprises de diverses tailles)

L'avenir pour le patronat s'inscrit donc en rose, ôté de toutes ses épines socialisantes. Cela pour un seul objectif, créer des emplois, alors que le président des patrons Gattaz fait la démonstration que toutes les déréglementations qu'il désire n'ont pas pour finalité de créer des emplois, mais de distribuer toujours plus de dividendes. Pour créer des emplois il ne faut pas se fier au marché financier puisqu'il les détruits. Il faut donc faire ce que l'on appelle de la politique, c'est-à-dire avoir des projets, avoir un plan de développement. C'est ce que n'a pas su faire Hollande, Sarkozy avant lui et ce que ne veut pas faire Fillon s'il est élu. En l'état des pronostics à partir de 2017, nous retournerons vers le 19 siècle.

Il n'y a bien que Fillon pour croire qu'en faisant des économies sur les fonctionnaires et la chasse aux sorcières qui abusent du système social il va créer des emplois. Je l'écris souvent, les Entreprises n'ont pas pour finalité de créer des emplois. Elles n'embauchent que si elles peuvent s'enrichir du travail de ceux qu'elles emploient. Nous sommes dans une économie Capitaliste, le débat autour du libéralisme n'est fait que pour cacher cela. Ce n'est pas le libéralisme qui pose problème, même s'il est inégalitaire, le droit d'entreprendre n'emporte pas celui d'exploiter les autres. C'est l'organisation capitaliste du travail qui est notre problème et Hollande a oublié cela, croyant qu'en allégeant le coût du travail le patronat allait créer des emplois, au mieux il investissait dans la robotique, car les machines ne revendiquent pas. Il tire sa révérence, mais nous laisse un cadeau pourri, Fillon ou Macron qui a de bonnes idées, sauf celle de croire que ces réformes révolutionnaires vers un libéralisme originel de l'individu inverserait l'exploitation du capitalisme, il suffit d'affirmer qu'il veut réduire les charges pour comprendre qu'il est sur le même créneau comptable que les autres. Encore un qui croit que le libre arbitre existe. Parfois je me demande ce qu'on leur apprend dans ces grandes écoles qui sont censées nous fournir une élite au service des citoyens ou du peuple dans une destiné liée et indissoluble où l'individu seul n'est rien, puisqu'il définit son existence par rapport à l'existence des autres qui le nomment. Chacun peut noter que je ne dis pas de la France, car à quoi cela servirait de se flatter d'avoir le plus grand PIB s'il n'y a que 1% des citoyens qui le touchent. La France c'est d'abord son peuple sans discriminations et l'on n'a pas à y pendre un citoyen parce qu'il est employeur, mais l'on a le devoir d'avoir une politique sociale équitable et solidaire.

 



22 réactions


  • Ben Schott 2 décembre 2016 09:39

     
    Cinq ans pour jeter l’éponge.
     
    En lisant le titre j’ai cru qu’il s’agissait d’un article sur Borloo !...
     


    • Harry Stotte Harry Stotte 2 décembre 2016 10:41

      @Ben Schott


      « En lisant le titre j’ai cru qu’il s’agissait d’un article sur Borloo !... »


      En tant qu’éponge ou que jeteur d’éponge ?

    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 13:47

      @Harry Stotte

      je manque de subtilité donne moi la liaison
      cordialement.


    • Harry Stotte Harry Stotte 2 décembre 2016 17:06

      @ddacoudre



      « ...donne moi la liaison. »

      La question est de savoir si, dans l’esprit de Ben Schott, Borloo a jeté l’éponge après cinq ans, ou si c’est l’éponge* Borloo qui a été jetée après cinq ans.

      * synonyme de poivrot en langage populaire.

    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 19:20

      @Harry Stotte
      ok je n’avais pas fait le lien
      cd.


  • fred.foyn 2 décembre 2016 09:52

    Vous le savez sans doute..les éponges d’aujourd’hui sont de très mauvaise qualité !


    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 13:49

      @fred.foyn
      bonjour effectivement la plus part son en produit pétrolier quand l’on nettoie en fait l’on salit sans le savoir.  : smiley
      cordialement


  • Albert123 2 décembre 2016 10:27

    « Pour savoir ce qu’il adviendra demain ce n’est pas les hommes politiques qui nous gouvernent depuis 84 qu’il faut écouter, mais le patronat. »


    non c’est le diktat de la commission européenne et les grands plans d’orientation annuels qui vont avec (GOPE)

    que le « patronat » (terme bien flou pour ne représenter personne en particulier et en général justifier des normes qui tuent les PME au profit du « big corporate ») use du lobbying pour orienter nos élus ne change rien au fait que ce n’est pas le « patronat » qui valident « leurs » projets mais bien l’UE et sa non élue commission européenne.

    Nos « de pute » européens n’ont pour fonction chez les majoritaires que de fermer leur gueule et de toucher la timbale à chaque fin de mois, quand aux plus rebelles, ils ont beau jeu de faire semblant de nous protéger puisque ceux ci sont minoritaires et donc sont effets a part celui également de toucher la timbale à la fin du mois. 

    Mais sans aller jusqu’à Bruxelles, ceux qui se souviennent des gémissements des Lienemann et des autres gauchistes « à la gauche de la gauche » remarqueront qu’ils n’ont pas démissionné malgré leurs larmes de crocodile. La soupe est bonne que voulez vous et pouvoir s’achetez une vertu et une probité avec quelques larmes pourquoi ces hypocrite s’en priveraient, les veaux y croient en plus.

    les vrais responsables dans les lotissements inondables ne sont pas les promoteurs dont l’objectif est de faire du fric mais bien les élus locaux dont la fonction est de protéger la population pas de s’enrichir avec le contenu des enveloppes kraft

    Aussi laisser donc le (si vilain) patronat jouer sa carte, inquiétez vous plutôt de ceux qui ne remplissent pas leur rôle et s’enrichissent à ne pas le remplir alors qu’il sont sensés nous protéger.

    Avec 70 % de notre classe politique issue du fonctionnariat il serait peut être venu le temps également de poser la question de la responsabilité de ces irresponsables en tout.

    On peut aussi faire l’autruche, continuez de trouver des bouc émissaires et offrir une totale impunité à cette caste de traîtres.

    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 14:04

      @Albert123
      bonjour Albert ton analyse est biaisé par tes convictions et tu formule une vision générale erroné sur la base d’événements réels que tu généralises. sans fonction publique nous ne pourrions pas nous organiser, par contre nous pouvons parfaitement nous passer de gouvernement. nous ne pouvons pas nous passer de gens qui entreprennent mais eux seul n’iraient pas bien loin sans ceux qui les aident dans leur réalisation. l’union européenne est le résultat d’un choix entrepreneurial mis sur pied par les hommes politique avec les conseil des représentant du patronat. uj’ai le souvenir d’un des plus jeune ministre socialiste de l’industrie qui avait pour directeur de cabinet le patron d’IBM France. mais les citoyens au lieu d’essayé de comprendre pourquoi ;les choses arrivent se limitent le plus souvent à déverser leur bile, même si elle est justifié et croient qu’en faisant cela il font de la politique.
      cordialement.


    • Albert123 2 décembre 2016 16:50

      analyse biaisée ? sur la base d’un chiffre pourtant vrai 70 % de nos élus sont fonctionnaires d’état, et 100 % d’entre eux ne perdent pas leur statut quand ils se mettent à la politique


      ce qui pose un grave problème de représentativité dans un pays qui comprend 1 fonctionnaire pour 12 citoyens.

      (et explique pas mal de dérives par ailleurs)

      « nous ne pouvons pas nous passer de gens qui entreprennent mais eux seul n’iraient pas bien loin sans ceux qui les aident dans leur réalisation. »

      aider à la réalisation de quoi ? 

      avec des normes de plus en plus contraignantes qui ne nous protègent pas et qui en plus nous coûtent une fortune (au point de nous rendre non compétitifs) et qui ne sont là que pour (mal) compenser l’absence de protectionnisme (toujours au profit de la finance internationale).

      les gens qui font appliquer ces mises aux normes ne nous aident pas, ils collaborent à la destruction des indés et pour le seul intérêt du big corporate. D’ailleurs leur problématiques sont des problématiques de petits bourgeois et certainement pas celles de véritables travailleurs responsables et soumis à la réalité du marché.

      Et il faudrait dire merci aux pompiers pyromanes en plus ???







    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 19:55

      e@Albert123
      re dans la fonction publique un élu à son poste de préservé. cela est plus facile que pour le privé car leur activité est généralement perenne, ce qui n’est pas le cas pour toutes les entreprises privés. ensuite dans les grandes école de l’administration l’on forme des collaborateurs des élus il est bien évident qu’ils sont en prise avec la politique et plus tenté que le boulangé du coin de se lancer dans la politique. cela n’en fait pas des incapables bien au contraire.
      enfin ce sont les citoyens qui les élise et non nos voisins, de plus chacun de nous peut se porter candidat, or nous n’en voyons pas beaucoup, cela signifie qu’implicitement les citoyens reconnaissent que pour être élu il,faut disposer en plus de la volonté de l’être des compétences.c’est élu défendent une idéologie et c’est leur droit. ils soutiennent le capitalisme que je sache cela n’est pas interdit, et ce n’est pas parce qu’ils sont fonctionnaires qu’ils ne connaissent pas la réalité. pour connaitre la nocivité du chômage il n’est pas nécessaire de devenir chômeur pour celle du coiffeur de devenir coiffeur ainsi de suite. les citoyens à 92% veulent réformer le capitalisme, du moins c’est ce qu’ils disent quand ont les interroges. ce sont le NPA, le PC,Lutte ouvrière, FDG qui devraient se disputer le pouvoir p^, mais non ce sont ceux qui soutiennent l’économie capitaliste qui sont élus le LR, le PS, et comme ils ne sont pas content il vont vers le FN qui lui aussi soutient le capitalisme. c’est quoi c’est de la faute des fonctionnaires cela. environ 54% des ouvriers votent FN, environ 35% des jeunes votent FN ils espèrent quoi qu’en sortant de l’Europe le capitalisme disparaitra. c’est le droit de tout un chacun d’avoir des conviction politique et elles sont toutes respectables à partir du moment où elles ne sont pas frappé d’un interdit comme le nazisme. mais dénoncer le capitalisme et voter pour ceux qui le défendent il faut m’expliquer où c’est la faute des fonctionnaires.
      cordialement.


  • alain_àààé 2 décembre 2016 14:30

    excellent article aurais du étre mieux documanté mais on peut le reconnaitre c es excellent il n y as rien a ajouté


    • Gasty Gasty 2 décembre 2016 16:51

      @alain_àààé

      Article qui va à l’essentiel et c’est ce qui en fait justement un excellent article.
      Mais ddacoudre nous fait toujours de bons articles. smiley


  • JL JL 2 décembre 2016 14:55
    Bonjour DD, bon article, comme d’habitude.
     
     Vous dites : ’’ Parfois je me demande ce qu’on leur apprend dans ces grandes écoles ’’ 
     
    Mais vous avez vous-même fourni la réponse : on leur apprend à faire de l’argent, beaucoup d’argent avec de l’argent.

    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 20:21

      @JL
      bonjour il faut le croire car leur souci permanent est d’ajuster les comptes. il peuvent toujours se l’accrocher car l’existence repose sur la méconnaissance, et qu’elle est infini.
      mais pour l’instant ce sont eux qui ajustent le monde du travail à la finance.
      cordialement.


  • OMAR 2 décembre 2016 18:54

    Omar9

    Non ddacoudre !!!
    Il a seulement fallut à Hollande 5 ans pour finaliser ce que Mitterrand avait entamé : détruire l’idéologie socialiste française...

    Et si Mitterrand l’avait fait par conviction intime drapée de fourberie, Hollande, lui, a agit par idiotie et manipulation.
     Désigner ce ministre fasciste de Valls comme Chef de Gouvernement, puis ce bankster de Macron comme ministre de l’économie, ce sioniste avéré de L : Fabius comme M.A.E et virer des Taubira, et Montbourg en sont les meilleurs preuves de son ignoble acte destructeur du PS.


    • ddacoudre ddacoudre 2 décembre 2016 20:25

      @OMAR
      bonjour ton raccourci est acceptable il a effectivement détruit l’idéologie socialiste au point que Fillon à dit le modèle social français n’existe plus ou c’est fini, un truc d’approchant.
      cordialement.ddacoudre.over-blog.com


  • Sergio Sergio57 2 décembre 2016 21:36
    « Cinq ans pour jeter l’éponge »
    C’était une sacrée ardoise à effacer 

  • izarn izarn 3 décembre 2016 01:11

    Il faut voir que la volonté de baisser les impots des entreprises, n’est pas forcement pour augmenter les dividendes, mais souvent une nécéssité pour éviter la faillite. La vente et délocalisation.
    Que les profits viennent surtout du capital financier, de la spéculation. Les actifs matériels des entreprises rapportent assez peu, sauf en Chine.
    Que la finance est alimentée par la planche à billet et l’emprunt gratuit, taux d’intérets trés bas, voire négatifs !
    Ceci montre que l’économie est en posture très mauvaise. Dividendes fictifs ou pas.
    Que c’est assez comique le spectacle de ceux qui veulent créer de l’emploi, alors qu’on en a est au stade de la préservation de ce qui existe. Si le chomage augmente, ce n’est pas un problème de dividende, c’est un problème de réduction des commandes, des marchés. On dira une dépression économique masquée par des mensonges.
    Il n’y a pas que des mensonges sur l’Ukraine, la Russie et la Syrie...Il y a des mensonges financiers, des Madoff un peu partout, et des faillites Deusche Bank (Tiens, que devient-elle ?) un peu partout en UE.
    Or pour protéger l’économie, il faut arreter la globalisation capitaliste, la libre circulation des capitaux, avoir de nouveaux controles de douane....Bref considérer que le libéralisme économique s’il n’est pas controlé est trés mauvais, provoque des bulles, des crises, et in fine des guerres.


    • ddacoudre ddacoudre 3 décembre 2016 12:33

      @izarn

      bonjour nous sommes dans une société capitaliste fondé de plus sur la compétition et nous vivons dans un marché traditionnel saturé, quand une entreprise se trouve en difficulté, non d’une mauvaise gestion mais parce que sont concurrent la supplante pour par exemple avoir des salariés avec un niveau de vie inférieur au sien comme c’est souvent le cas dans les productions qui nous viennent d’Asie, la solution n’est pas de demander a son personnel de renoncer à leur niveau de vie, ce que nous faisons, mais d’avoir une politique d’incitation a ce que ces pays développent chez eux le bien être de leurs citoyens. sauf que ce n’est pas la philosophie du capitalisme.les entreprise s’installent la où la main d’œuvre ne coute rien. s’il n’y avait pas eu des citoyens éclairé pour lutter contre l’esclavage ce ne sont pas les entrepreneur qui l’auraient fait.pour être plus précis dans les années 80 j’ai proposé dans une commissions sociale sur l’emploi au patronat de créer une banque d’affaire pour venir en aide au entreprise en difficulté et de ce rendre indépendant des banques pour celles qui n’auraient pas un fond de roulement leur assurant une autonomie, le président de la chambre patronale m’a répondu, qu’eux ils attendaient que l’entreprise en difficulté fassent faillite pour la racheter pour un franc symbolique.en 1977 Raymond Barre alors premier ministre disait il faut arrêter de venir en aide aux canards boiteux. le chômage augmente non pas parce que il n’y a pas de marché, mais parce que nous gérons la rareté par la circulation et la création monétaire. si nous devions satisfaire les désirs humain il n’y aurait pas assez d’hommes sur terre pour produire et nous aurions , en l’état de nos production rasé la planète en une année.
      cordialement.http://ddacoudre.over-blog.com/pages/La-rarete-est-une-invention-geniale-7886790.html.


Réagir