lundi 18 juillet 2016 - par Daniel MARTIN

D’un terrible et dramatique attentat de plus… à un autre ?...

On ne peut que se recueillir, avoir une pensée pour les victimes et leur exprimer notre solidarité en partageant la douleur de leurs familles et de leurs proches.

 Au-delà des informations, notamment télévisuelles exclusivement occupées par le nouvel tragique et dramatique attentat de Nice, dont il semblerait que ce soit l’ouvre d’une personne fragile sur le plan psychologique, récemment « radicalisé » selon le Ministre de l’intérieur et répondant à l’appel de Daech de tuer un maximum de Français avec les moyens dont ils disposent, notamment un véhicule. Daech en a d’ailleurs exprimé la revendication… 

 En attendant les résultats de l’enquête, il ne faut pas oublier que les Djihadistes Islamiques Européens, ce sont surtout des gens en quête d’aventures, parfois des psychopathes, souvent issus des populations défavorisées d’Europe, mais c’est vrai pour ceux d’autres régions du globe. Ils sont issus du monde moderne, avec des préoccupations sociales politiques et économiques de leur temps, mais convertis à des dogmes religieux de l’Islam que DECH, Al Qaïda ou d’autres vont appliquer avec rigueur. La religion que prêchent les plus fervents partisans de DAECH et toutes les organisations Djihadistes est issue d’interprétations cohérentes et même instruites de l’islam. Pourtant, beaucoup de ses actions paraissent insensées si on ne les envisage pas à la lumière d’une détermination sincère à faire revenir la civilisation à un régime juridique Islamique du VIIe siècle et la soumettre par la force et la violence extrême.

Le conditionnement des personnes qui vont commettre d’effroyables massacres (qu’ils agissent seuls ou en groupe)  repose sur une doctrine religieuse qu’est l’Islam et son livre le coran. Pour tout Musulman, le coran est la parole de Dieu, le pire des crimes est de remettre en cause la parole divine. Ainsi en conjuguant interprétation et application stricte des versets du coran, on arrive à instiller un poison religieux particulièrement violent chez des individus qui vont progressivement se replier et se radicaliser dans une croyance mortifère. Pour eux, plus rien sur terre n’a de valeurs ou d’autorité que la loi divine divulguée par le messager d’ALLAH, son prophète Muhammad et quiconque ne s’y plie pas doit mourir, y compris en y laissant eux même leur vie, car tel est le désir d’ALLAH qui en compensation leur accordera une vie de bonheur éternel d’en l’au-delà…

Daech et son nouveau mode opératoire en Occident

Sur le plan stratégique les responsables politico religieux Islamistes d’Al Qaïda, de Daech et d’autres, pendant des années, estimaient que le vrai combat et les authentiques guerriers d’ALLAH étaient au Moyen Orient sans attacher d’importance à ceux qui se réclamaient d’eux en Europe, tout au plus leur accordaient-ils une sorte de parrainage moral… Or voila que les coups portés notamment par la Russie de POUTINE en Syrie, ainsi que les forces de la coalition et les milices Chiites remontant du sud de l’Irak tandis que les Kurdes redescendent du nord vers le sud les prennent en tenaille, commencent à les mettre en mauvaise position. Dès lors, ils décident d’une nouvelle stratégie de frappe tous azimuts que nos gouvernants et nos services de sécurité n’ont à l’évidence pas perçu immédiatement et qui s’est matérialisée en France avec les attentats de Charlie, ceux du 13 novembre et aujourd’hui de Nice (au total, près de 220 morts). La volonté de l’État islamique est de desserrer l’étreinte en semant partout la mort, dès lors qu’il perd ses bastions au cœur du monde arabe. C’est ainsi que pas un pays dans le monde n’est à l’abri du terrorisme Islamiste, y compris les monarchies Arabo pétrolière. L’Arabie Saoudite a d’ailleurs fait l’objet de trois attentats début Juillet, selon le mode opératoire de Daech…

Voitures piégées, attaques au bulldozer sont déjà des méthodes largement utilisées au Moyen-Orient. Par ailleurs, l’usage de véhicules dans l’intention de provoquer la mort ne date pas d’hier. En 1983, Douglas CRABBE lança son 20 tonnes dans un bar très fréquenté du nord de l’Australie, tuant 5 personnes et en blessant sérieusement 16 autres. L’attaque au camion menée par Timothy Mc VEIGH en avril 1995 fit ainsi 168 victimes à Oklaoma- City au Etats-Unis et j’en oublie certainement. Il y a juste quelques semaines de cela, un véhicule bourré d’explosifs a tué plus de 200 personnes en Irak et en blessa des centaines d’autres. Il ne sert à rien de gloser sur l’affaiblissement local de l’organisation terroriste dans la région moyen-orientale, si l’action individuelle et indépendante de quelques individus suffit à déstabiliser un pays tout entier.

Aujourd’hui la violence commise par Daesh sur le vieux continent est en train de prendre une autre dimension. L'organisation terroriste n'a plus besoin de commanditer des attentats par des groupes organisés plus facilement détectables par les services de renseignement. Des électrons libres isolés très difficilement détectables réalisent ses objectifs. Il ne suffit plus d’agir en groupe organisé muni d’explosifs et d’armes lourdes pour semer la terreur et la mort, désormais un individu, même faible d’esprit et conditionné par un Islam politique et violent, répondant à l’appel de Daech, avec un simple camion peut semer la terreur et commettre un véritable massacre. Si des hommes sont désormais capables dans leur folie de passer à de tels actes sans complexe, Les États, les armées conventionnelles, les services de renseignement ne sont plus à même de répondre à de telles menaces face à de tels individualismes criminels. L’attentat de Nice intervient dans notre société où nous ne pouvons, par ailleurs, que constater une montée de la violence civile qui a fait involontairement diversion face au risque Islamique. Il suffit simplement de se référer aux événements actuels liés aux manifestations contre la loi « El KHOMRI » avec les « casseurs » et parfois les réactions violentes non justifiées de la police, ou encore l’Euro de foot.

Mais comment a-t-on pu en arriver à cette situation ?

Il ne faut pas s’y tromper, on ne rappela jamais assez que le scénario est écrit depuis longtemps, si on se réfère à un membre influent des proches de BUSH en 2002 : … « D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l’Arabie saoudite …Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite. Nous voulons que les choses changent. La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire.  » (The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur), Sept 2002, de Michael LEDEEN, membre du groupe des néo conservateurs de Georges Bush.) La Lybie n’étant pas considérée comme l’un des « trois grands » on l’a laissé à la Serpillière Française des USA présidée par SARKOZY, dont on peut aujourd’hui mesurer l’étendue du désatre.

 Avec « La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire » c’est ainsi que pour déstabiliser les pays de cette région, les USA ont instrumentalisé les groupes Islamistes qu’ils avaient déjà aidé lors de l’intervention Soviétique en Afghanistan, à l’instar d'un certain Ben LADEN…Lequel, tel le monstre de Frankenstein se retourna contre ses créateurs.  On peut toutefois s’interroger pour quelles raisons, avant leur arrivée à Palmyre, Lorsque les Djihadistes égorgeurs de DAECH se trouvaient dans le désert Syrien en provenance d’Irak, alors qu’ils étaient vulnérables, on ne les ait pas les éliminer par une intervention militaire aérienne et, ou avec des drones…

Quand on sait qu’au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Sadam HUSSEIN réunit son conseil des Ministres Irakien et déclare, « désormais l’Amérique n’est plus notre ennemi, car nous avons désormais le même adversaire Al Qaïda »… Avec BUSH et Tony BLAIR on a vu la suite et le résultat avec le mensonge des armes de destruction massives, ainsi que l’instrumentalisation des Islamistes, y compris en Syrie où HOLLANDE a financé et armé AL Qaïda, via sa branche locale le Front Al Nuzra, au prétexte « qu’ils sont efficaces contre Bachard AL ASSAD » selon FABIUS dans une déclaration au Maroc et en réponse au Député du Rhône MEUNIER lors d’une question au gouvernement, ou précédemment à la presse et à la télévision quand il déclarait  : « Le régime syrien doit être abattu et rapidement.. Bachar Al-ASSAD ne mériterait pas d'être sur la Terre ». « Conscient », précise-t-il, de « la force de ses propos ». (http://www.leparisien.fr/international/fabius-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre-17-08-2012-2128221.php) Incroyable ! Le Ministre des affaires étrangère de la France qui appelle à assassiner un chef d’Etat étranger, qui de plus est l’un des ultimes remparts contre Daech au moyen orient… 

Il faut également se souvenir et rappeler que le plan israélien de remodelage du Proche Orient, dit : plan Oded YINON, (nom de l’analyste du ministère israélien des Affaires étrangères) préconisait, en 1982, le démantèlement pur et simple des Etats arabes. Le plan passe en revue dix-neuf Etats arabes en répertoriant leurs principaux facteurs centrifuges, annonciateurs de désintégration. Après une ultime recommandation qui invite Israël à « agir directement ou indirectement pour reprendre le Sinaï en tant que réserve stratégique, économique et énergétique », YINON concluait : « La décomposition du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule arabe. Au Liban, c’est déjà un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël sur son front Est. A court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces Etats. Avec la chute du régime de EL ASSAD et sous la pression Américaine, La Syrie va inévitablement se diviser en plusieurs Etats, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un Etat alaouite chiite ; la région d’Alep, un Etat sunnite ; à Damas, un autre Etat sunnite hostile à son voisin du nord verra le jour ; les Druzes constitueront leur propre Etat, qui s’étendra sur notre Golan, dans le Hourane et en Jordanie du Nord  ». 

Les motifs majeurs de la volonté de contrôle par les USA et Israël de cette région peuvent être découplés ainsi :

Pour les USA, conquête impériale de type « classique », agrandissement de la zone d’influence et pour Israël avec des voisins Arabo- Musulmans totalement atomisés en califats, c’est assurer sa sécurité de manière à poursuivre sans être inquiété l’occupation des territoires Palestiniens…

- Avec une ceinture d’Etats Islamiques radicaux plus ou moins atomisés qui ne menacent pas les intérêts Américains au Sud de la Méditerranée, c’est affaiblir la concurrence Européenne au bénéfice des USA qui aujourd’hui souffrent d’une concurrence économique de la part de l’Union Européenne (l’accord du TAFTA qui les privilégie étant incertain), de la Chine et de la Russie. Grâce à l’OTAN et à l’Ukraine, pour laquelle l’UE et la France en particulier ont pris des sanctions économiques à l’égard de la Russie, tombant ainsi volontairement dans le piège Américain, dont l’objectif est de se servir du maillon faible qu’est l’UE pour affaiblir la Russie. Pendant ce temps les USA peuvent mieux aider Israël et exercer des pressions sur les monarchies Arabes pétrolières en faisant baisser les cours du pétrole afin d'entraver l’économie Russe et celle de ses alliés Vénézuéliens, dont on peut aujourd’hui mesurer l’étendue du désastre dans ce pays.

Craindre le pire, cela n’a jamais empêché qu’il ne survienne…

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ». Benjamin FRANKLIN

Il n’y a qu’à voir l’accumulation des lois anti terrorisme, quasiment une par an depuis 20 ans… Toutes plus liberticides les unes que les autres, sans aucune influence réelle sur le risque attentat. Celui de Nice en est un triste exemple révélateur. D’autant qu’avec le nouveau mode opératoire qu’encourage Daech pour l’utilisation de terroristes isolés qui sont et seront de plus en plus difficile à détecter, ce n’est pas parce que l’on va renforcer l’état d’urgence que ce sera pour autant efficace. Il est évident, contrairement à ce qu’ont pu affirmer certains responsables politiques (opposition), que l’auteur de l’attentat de Nice ne pouvait être décelé, pas plus que d’autres agissant de la sorte ne pourront l’être. Dans le cas de Nice seule l’enquête fera la clarté sur certaines zones d’ombre liées à la facilité avec laquelle un camion a pu pénétrer tranquillement sur une voie en partie fermée à la circulation…Alors que la zone piétonne ne débutait qu'a moins de 500 mètres de l'hôtel Westminster devant lequel le camion a terminé sa course, celui-ci serait entré sur la promenade des Anglais en y effectuant les trois-quarts de son parcours de deux kilomètres, certes une partie n’était pas totalement interdite à la circulation. Mais quand on est « en état d’urgence » et qu’il y avait une forte concentration de population, on peut s’interroger comment ce camion a pu entrer sans être toutefois inquiété ?…

Vu le nouveau mode opératoire de Daech en direction de futur terroristes Islamistes, que pourrait-on faire de mieux ?

Ce n’est pas en renforçant l’état d’urgence par des lois ou des mesures de plus en plus astreignantes pour les libertés que l’on préviendra les risques d’attentat, mais à mon humble avis, pour s’opposer et lutter avec force contre le terrorisme islamique, c'est en jouant sur trois leviers : les prisons et les services de renseignements, les autorités religieuses Musulmanes, la politique des relations internationales.

Les prisons et les services de renseignements

Il faut repenser la détention pour éviter que les jeunes délinquants de confession Musulmane ne soient la proie des recruteurs Djihadistes, lesquels doivent, dans le respect du droit, faire l’objet d’une mise à l’écart et cesser les fameuses mise en résidence surveillée des Islamistes par un internement adapté. Toutes les possibilités de surveillance et blocage éventuels doivent être mise à l’œuvre concernant internet, idem pour la téléphonie mobile. Les hébergeurs étrangers doivent également tombés sous le coup de ces dispositions.

Outre une politique carcérale spécifique qui sépare les suspects de Djiadhisme, il faut renforcer les moyens, techniques, scientifiques à la pointe de la recherche pour l’investigation et en effectifs les services spéciaux de renseignements de la République. Une obligation de résultats dans ce domaine, ne peut que s’accompagner d’une obligation de moyens… Toutefois, comme le fait observer Xavier RAUFER, spécialiste du crime et du terrorisme : « rien ne pourra fonctionner vraiment tant que l’on verra à la table de réunion de l’UCLAT (Unité de Coordination de la Lutte Antiterroriste) au ministère de l’Intérieur, pas moins de 22 services différents, tels que la DGSI, la DGSE, la PJ, ou TRACFIN pour le financement du terrorisme, etc. ». Je pense quand même que chacun de ses services est indispensable avec une fonction précise et un champ d’application bien délimité. Selon Xavier RAUFFER :  « Il faut simplifier les appareils antiterroristes tant français qu’européens et les mettre en ordre de bataille : qu’on sache clairement qui commande quoi et qui obéit. On a besoin de services antiterroristes, flexibles, efficaces, rapides »… Si la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), qui n’est plus placée sous la tutelle de la direction générale de la police, mais celle du ministre de l'Intérieur, avec plus d'autonomie va dans le bon sens, ne faudrait-il pas éviter de disperser son champ d’application tel, par exemple, la protection du patrimoine économique et le concentrer essentiellement à la lutte contre le terrorisme, et à la prévention des extrémismes violents ?... 

Les autorités religieuses Musulmanes 

Il est urgent que les autorités Religieuses Musulmanes revoient intégralement l’enseignement du Coran et refondent la théologie musulmane. Si nous voulons réellement empêcher que les jeunes Musulmans ne soient plus respectueux de ces versets guerriers et belliqueux, on doit leur imposer d’expurger le coran des versets qui ordonnent de tromper, mentir ou tuer les non Musulmans et l’orienter vers la doctrine de Mahmoud Mohamed TAHA, Comme le suggère Sami ALDEEB dans une lettre ouverte au Dr. BOUBAKEUR, recteur de la Mosquée de Paris (http://www.europe-israel.org/2015/01/sami-aldeeb-lettre-a-dalil-boubakeur/). En cas de refus elles s’exposeraient à des sanctions, conformément à la loi qui punit la diffusion ou la propagation de texte appelant à la violence sur autrui et à l’assassinat.

Outre l’interdiction de tout financement étranger de Mosquée, il est urgent d’imposer, y compris de façon autoritaire, auprès des responsables religieux musulmans l’obligation de lever les interdits « du Coran, du prophète et de l’islam » et permettre leur critique comme on le fait avec le judaïsme et le christianisme. L’islam doit se soumettre aux lois de la république et non la république aux lois de l’Islam. Tous les imams des mosquées de France doivent reconnaître la liberté d’expression prévue par la loi française et demander aux musulmans de s’y soumettre, faute de quoi ils pourraient être contraints à des sanctions, voire de quitter le territoire.

La politique des relations internationales.

Il faut revoir sérieusement la coopération avec les pétromonarchies, Qatar, Arabie Saoudite et renouer le plus rapidement possible les relations avec Bachard AL-ASSAD, auquel il faut apporter toute l’aide dont il a besoin dans la lutte contre Daech. Soyons sérieux, la coalition prétendument démocratique anti Bachard Al-ASSAD n’est en réalité que celle d’un Djihadisme transnational de nouvelle génération. Il est évident que plusieurs pays de la région, d'Israël à l'Arabie Saoudite et au Qatar, ainsi que les USA ont de puissants intérêts économiques gazo-pétroliers et stratégiques qui passent par la Syrie, c'est la raison pour laquelle les dirigeants occidentaux ont fourni l’argent, les armes et l’orchestration médiatique d’une compassion à sens unique, oubliant que les seules victimes sont celles de l’armée et de la population syrienne. Les pétromonarchies ont fourni et fournissent encore (plus discrètement) beaucoup d’argent, des combattants et une orchestration idéologique dont la teneur se résume à la haine recuite des chiites, des alaouites et des baasistes (socialistes pan arabique laïcs). Le rapport démographique étant défavorable aux Chiites, bien que ce fut des musulmans souvent très radicaux, ils ne représentant que 10 % de la population, excepté l’Iran où ils représentent 90 % et l’Irak plus de 60%. Il convient donc de les considérer comme nos alliés contre les Sunnites de Daech qui sont également leurs pires ennemis. A noter que l’Iran est au coté de la coalition, ainsi que les milices du Hezbola (Chiites) sont au coté du régime Syrien pour combattre Daech.



3 réactions


  • Jo.Di Jo.Di 18 juillet 2016 11:07

    Bobo le soumis, pour montrer sa détermination,doit :
     
    - tortiller du cul devant les caméras
    - « vous n’aurez pas ma haine, je suis bisounours »
    - allumer des petites bougies Darty
    - organiser un concert Rap « Nique la France »
    - organiser un concert avec Noah le migrant fiscal
    - « pas d’amalgame » évidement
     
    Et apprendre à ses rejetons à marcher dans le caniveau en baissant les yeux quand on croise une djellaba barbu
     
    Car c’est l"héritage que laisse bobo à ses rejetons, la soumission, le grand remplacement, l’oligarchie, pas de pays, pas de peuple, pas de fierté, plus d’Histoire, plus de contrat social, le multiethniquage multi-akulti mais des bobo Iped18 et du mariage pédéraste avec achat de bébé gpa aux utérus du 1/3 monde (pour les riches gooochistes évidement)
     
    Julien Rochedy prend la parole après l’attentat de Nice - Egalite et Réconciliation

     


  • Milla (---.---.1.10) 19 juillet 2016 01:24

    Nice, terreur, instinct primordial et manipulation Mitakuye Oyasin « Ce n’est plus d’être heureux que je souhaite maintenant, mais seulement d’être conscient. »  Albert Camus 

    « Ne faites jamais rien contre votre conscience, même si l’État vous le demande. »  Albert Einstein 

    « Afin de rassembler les gens derrière leurs idées, les gouvernements ont besoin d’ennemis. Ils veulent que nous ayons peur, que nous haïssions, ainsi nous nous rassemblons derrière eux. S’ils n’ont pas de véritable ennemi, ils en créent un afin de nous mobiliser. »  Thich Nhat Hanh, moine vietnamien, activiste et écrivain  Resistance 71 Une fois n’est pas coutume, le gouvernement français ne se précipite pas sur les conclusions de cette horrible affaire de Nice. Une chose est sûre, le “loup terroriste solitaire” est mort et ne parlera donc plus. Le narratif des autorités prévaudra… pour un temps, est-ce pour cela qu’elles ne se pressent pas ? Ils marchent sur des œufs dorénavant, la capacité d’exposition d’une supercherie / false flag se fait maintenant en temps réel avec les médias alternatifs citoyens…

    Déjà bien des questions se posent, la plupart ont déjà été posées par les riverains de la scène du massacre. Une des plus importantes est celle-ci :

    Que faisait un camion de cette taille (19t) en centre ville de Nice au moment d’un évènement public de l’importance du feu d’artifice de la fête nationale ? Comment ce camion a t’il pu passer et arriver sur la promenade des Anglais tranquillement sans que personne ne demande rien ? Nous ne parlons même pas de mesure de sécurité extrême qu’impliquerait un “état d’urgence” temporaire mais permanent, non, non, mais de la simple sécurité policière de base d’interdire une zone et les périmètres adjacents non seulement à toute circulation, les zones festives étant piétonnes, mais à plus forte raison au gros trafic que représente les poids-lourds. Tout le monde sait cela, chaque fête de village boucle son secteur et y interdit la circulation… à plus forte raison celle des poids-lourds.

    Alors, ce camion venait de où ? Etait-il déjà dans la place ? Si non, comment a t’il pu passer ? On ne parle pas ici de mesure de sécurité extrème, mais d’une simple interdiction à la circulation routière, qui, sous les effets de notre état d’urgence national, aurait simplement dû être renforcée aux point vitaux d’accès… simple question de sécurité de base. Nous sommes ici en présence au mieux d’une négligence incroyable des autorités, au pire d’une complicité, l’avenir nous le dira… peut-être.

    L’enquête repondra t’elle à cette question et autres ? Nous verrons bien. Mais sachant que ceux qui mènent ou font mener l’enquête sont les mêmes que ceux qui seraient coupables de négligence criminelles, on peut déjà augurer de l’issue de cette enquête : “Circulez, y a plus rien à voir !…”

    Quoi qu’il en soit, il convient une fois de plus de ne pas céder à l’émotionnel, c’est là que l’oligarchie veut nous amener comme d’habitude, souvent avec succès, mais aussi avec de plus en plus de grogne. Tout horrifique que soit cet évènement et la perte de vies innocentes, de gens qui ne demandaient rien à personne, tout comme ceux vaquant à leurs occupations quotidiennes tant bien que mal au Moyen-Orient dévasté par l’occident colonial et ailleurs et dont les vies innocentes sont fauchés par le terrorisme d’état, le terrorisme qui leur a été exporté par un occident veule et criminel malade de son délire de puissance et de contrôle absolus sur le monde, nous, en tant que citoyens responsables ne devons en aucun cas céder à ce que le gouvernement (quel qu’il soit de droite ou de “gauche”, c’est du kif, nous parlons ici de l’État, le plus froid des monstres froids…) veut que nous cédions : la réaction épidermique provoquée par le déclenchement d’une réaction instinctive primordiale, en l’occurence la peur, la terreur littérale d’être frappé par ce terrorisme aveugle, dans la plupart des cas, sponsorisé ou entretenu par les états eux-mêmes.

    La veille de Nice, Hollande déclare que l’état d’urgence ne peut pas s’éterniser ou nous ne serions plus en république et qu’en conséquence il ne sera pas renouvelé au 26 juillet, date de son échéance… Le lendemain, Nice : on resigne pour trois mois, alors serait-ce si fou que de prédire un nouvel attentat pour fin Octobre afin de légitimer un état d’urgence permanent ?…

    Le fond réel de l’affaire est le suivant :

    “L’état d’urgence” et son cortège de suppression des libertés, suspension de la constitution (pour ce qu’elle vaut hein ? mais jouons le jeu quelque peu pour les besoins de l’argumentation…), l’armée dans les rues, le renforcement des mesures policières, l’état policier en marche, n’a ABSOLUMENT rien à voir avec le terrorisme et la sécurité du citoyen. Si Nice a prouvé quelque chose, c’est bien ceci : l’État ne peut rien pour nous protéger du barjot solitaire, de l’individu dérangé ou de l’extrémiste religieux passant à l’acte et décidant de faire un carton dans la rue. Il n’y pourra à plus forte raison rien s’il en est le complice et le commanditaire à quelque niveau que ce soit.

    Le but de tout cela est de manipuler notre peur, de nous mettre psychologiquement à genoux et nous forcer sans en avoir l’air, à accepter la restriction pas à pas de toutes nos libertés individuelles et collectives, de l’ingérence continue et de plus en plus insidieuse dans nos vies privées, qui pour raisons d’état, n’ont plus aucune raisons d’être privées. La manipulation de notre peur, de notre terreur (des témoignages font déjà surface de gens disant être terrorisée d’être dans une foule…) est une méthode classique de la manipulation psychologique des foules. Ceci répond à la sempiternelle dialectique hégélienne dont l’élite totalitaire auto-proclamée est si friande, celle du : PROBLEME REACTION SOLUTION

    On crée, induit un problème qui génère une réaction épidermique des sujets (ici la peur, la terreur des citoyens devant un terrorisme en apparence sans but frappant à l’aveugle dans le but de terroriser ni plus ni moins, de conditioner une réaction psychologique extrême…) et le système fournit une solution déjà bien empaquetée au problème induit, ou au problème se produisant de manière inopinée (cela arrive encore), mais qu’on ne laisse pas perdre et qu’on exploite en canalisant la chose selon le même schéma appliqué par tout bon tyran qui se respecte : celui de ne “jamais laisser une bonne crise se perdre”…

    La solution à tout ceci ne réside pas dans le système qui désire s’imposer comme le “sauveur” et écraser au passage nos libertés et tout sens progressiste à la société, mais en dehors du système, parce qu’il est évident qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais… Queue dalle, zilch, nada !

    Nous devons en sortir, nous devons créer notre propre société des sociétés organique où nous, les gens du peuple décidrons ensemble par associations libres confédérées de notre destinée, de notre progression vers un vivre satisfait, heureux et libre, sans intermédiaires parasites, auquel chaque individu vivant sur cette planète à un droit naturel inhérent que les institutions nous refusent depuis des siècles en nous maintenant dans le carcan étatique géré par l’alliance tripartite du prêtre, du général et du juge.

    L’État, les institutions, la société politiquement divisée dont la division est maintenant scientifiquement entretenue pour maintenir le statu quo du consensus oligarchique, sont anti-naturels, sont des excroissances parasitiques, des anomalies, des cancers à la société humaine dont la véritable nature profonde réside dans la coopération, l’entraide, la compassion, l’égalité et l’union politique au sein d’un consensus décisionnaire collectif commençant par la reconnaissance de l’individu et de ses libertés et droits naturels.

    Il est trop tôt pour en dire davantage sur l’évènement de Nice, mais une chose est déjà certaine : la grande gagnante est comme d’habitude la grande méduse étatique à la botte de la haute finance transnationale, ici et ailleurs.

    Le pire maintenant que nous puissions faire est, par peur, de céder et d’acquiescer à toujours plus de perte et de rognure de nos libertés au nom d’une sécurité inexistante, puisque l’État français, comme tous les états à des degrés divers, est un sponsor et un créateur du problème terroriste, premier tenant de la dialectique appliquée : la création d’un problème synthétique dont le but est de déclencher une réaction de notre centre nerveux régissant la peur afin de manipuler nos émotions et nous amener là où les contrôleurs le désirent, c’est à dire à nous passer nous-mêmes les chaînes de notre mise en esclavage.

    Ne l’oublions jamais !

    Cessons d’avoir peur !

    Pensons ! La pensée critique est l’ennemie intime de la dicture car elle ne cède pas à la manipulation psychologique au moyen de peur primordiale.

    Unifions nous, car notre union au-delà des différences, elle, terrorise l’oligarchie. Nous devons renverser l’équation, nous devons terroriser les terroristes (d’état et leurs hommes de paille de terrain) par notre Union !

    Basta !


  • Le p’tit Charles 19 juillet 2016 08:31

    « Nous sommes en guerre »...répète le gouvernement, mais chose étrange va la faire en Syrie avec des bombardements pour plaire aux USA.. ?

    Pourquoi ne veulent ils pas nettoyer notre pays de ces verrues venues d’Afrique.. ?
    Le malade mental de Nice avait un vieil homme comme compagnon..Assassin et gay c’est l’islam bien connu des experts en la matière, mais caché pour ne pas déplaire aux arabes en général et aux pays du golfes en particulier..ceux qui donnent argent et armes aux terroristes...
    C’est un monde d’hommes (l’explication des pédés terroristes de l’islam se trouve là) ou les femmes sont des paillassons cachées sous des couvertures...Nos « Politichiens » bien sur sont à genoux devant l’argent sale des pays du golfe....What else... !

Réagir