samedi 31 décembre 2016 - par Robert Bibeau

De la guerre monétaire, à la guerre boursière, vers la guerre nucléaire

C’est un lieu commun de constater que l’économie impérialiste est désormais mondialisée et globalisée si bien que la hausse des cotes de la bourse ; l’équilibre des balances commerciales ; les déficits budgétaires gouvernementaux ; les réserves monétaires et les taux de change ; les taux d’intérêt directeurs des banques centrales sont autant d’indicateurs interdépendants dont les effets s’entremêlent et se démultiplient.

Tous ces indices reflètent l’état de santé des forces productives et des moyens de production dans chaque économie nationale et dans l’économie impérialiste mondiale. Ainsi, suite à l’élection de Donald Trump, 45e Président des États-Unis, les cambistes ont constaté une tendance à la hausse des marchés boursiers et ils affirment que cela confirme une reprise de l’économie impérialiste mondiale (1). 

 

Surprise sur les marchés.

Les places financières ont réagi de manières dispersées au lendemain de l’annonce de la victoire de Donald Trump. Les Asiatiques ont reculé : plus de 5% de perte pour les indices Nikkei à Tokyo et Hang Seng à Hong Kong. Les Européennes ont boudé oscillant entre -0,4% à Madrid et +1,99% à Zurich, le BEL20 et le CAC40 s’appréciant de respectivement +1,42% et +1,49%. C’est contre toute attente la réaction des marchés américains qui a surpris. Alors qu’ils vivaient dans la crainte d’une stagflation, d’une guerre commerciale avec la Chine, et des prétentions isolationnistes de Donald Trump, l’homme d’affaires aura finalement donné tort à tous les analystes et à toutes leurs prévisions alarmistes, ce que nous avions anticipé, car au-delà des écrans de fumée médiatiques, Donald était l’homme de l’establishment financier américain tel que nous l’avions annoncé (2).

 « Non seulement Wall Street n’a pas enregistré les reculs prédits, mais a enchainé les hausses. Au lendemain de l’élection, l’indice total du marché américain Dow Jones Wilshire 5000 (noté W5000) clôturait en hausse de 1,41%, l’indice des 30 « blue chips » américaine Dow Jones Industrial Average (noté DJI) gagnait 1,40%, tandis que l’indice des valeurs technologiques Nasdaq (noté IXIC) se contentait d’un gain de 1,11%. Deux semaines après l’élection, les gains enregistrés depuis le 8 novembre s’établissent à respectivement +4,13%, +3,77% et +3,71% pour ces trois indices » (3).

 

L’or résiste et les industriels de l’armement recueillent le pactole.

Dans le même temps l’or résistait dans son rôle de valeur refuge et s’appréciait de plus de 5%, signe que tous les investisseurs ne partagent pas l’optimisme des boursicoteurs. Mais les secteurs de l’armement seraient les grands gagnants, car ces indices boursiers performent davantage que tous les autres. Ainsi, Le New York Stock Exchange Arca Defense Index, composé de 26 firmes parmi les plus puissantes de l’industrie aux États-Unis, dont les « Big Six  » (Lockheed Martin, Boeing, Raytheon, General Dynamics, Northrop Grumman et L-3 Communication). Établi avec valeur de référence de 500 points le 28 septembre 2001 – quelques jours après les attentats – il atteint 3 776,70 points le 22 novembre 2016, ce qui correspond à une appréciation de 655% depuis sa création il y a quinze ans. Le 9 novembre 2016, à la fermeture de Wall Street, l’effet Trump a propulsé l’indice de l’armement DFI à +6,49% en une séance. Et la hausse s’est poursuivie, fixant la plus-value à 15,05% en deux semaines (4).

Finalement, celui que les analystes présentaient comme un vecteur de paix, le comparant à Hillary Clinton la criminelle de guerre, serait en réalité le fauteur de guerre espéré par l’establishment et l’industrie de l’armement qui auraient habilement dissimulé leurs intérêts secrets ? Il n’en est rien cependant ! Nous l’avons largement expliqué dans des textes précédents, un chef d’État n’a pas la capacité de développer une politique différente de celle de ses prédécesseurs (sauf pour des détails mineurs) et quel que soit le vainqueur des mascarades électorales, la politique d’une nation est tracée par l’évolution des indicateurs économiques que nous évoquions plus tôt : Taux de change, dette souveraine, équilibre budgétaire, balances commerciale et des paiements, productivité du travail, endettement des ménages, taux d’intérêt, taux de profit moyen, etc. Donald Trump ou Hillary Clinton à la présidence, aucune de ces variables fondamentales n’aurait changé le 8 novembre dernier. Alors, comment expliquer la remontée des cours boursiers et de la valeur du dollar plombé ?

C’est que Donald Trump accède au pouvoir en déclarant qu’il fera des tas de dépenses en armement, en infrastructure (1,800 milliards USD), et qu’il réduira d’autant les impôts et les autres revenus de l’État aggravant le déficit budgétaire américain déjà effarant (ce qu’Hillary aurait fait si elle avait été élue). Il ajoute qu’il bloquera ou du moins tentera de nuire aux importations de produits chinois et mexicains sur le marché américain. De plus, comme nous l’avions annoncé, la Réserve Fédérale américaine accède à la demande du capital de hausser le taux directeur, renchérissant le loyer de l’argent, alors que les entreprises et les ménages sont grevés d’emprunts. 

« Les investisseurs s'attendent à ce que la Réserve fédérale américaine relève ses taux à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire des 13 et 14 décembre. Ils surveilleront attentivement toute indication sur la trajectoire à venir de la politique monétaire » (5). 

 

Quelles seront les conséquences de ces décisions catastrophiques ?

 Ces décisions feront augmentés les prix aux États-Unis, réduisant le pouvoir d’achat de la classe prolétarienne déjà surendettée et sous-payée, ce qui comprimera les marchés de consommation, ce qui signifie des perspectives de profits à court terme pour la classe capitaliste, les banquiers et les rentiers, et une baisse des ventes à terme pour la Chine qui exporte fortement aux États-Unis d’où une baisse de la valeur du Yuan que les marchés boursiers ont anticipée comme l’atteste ce cambiste :

« Nous sommes en ce moment à 6,90 yuans pour un dollar, même si le yuan devait baisser jusqu'à 7,25 contre le dollar, la dépréciation ne serait que de 4% par rapport à ses niveaux actuels quand le yen a cédé 16% contre la devise américaine au cours des cinq dernières semaines » (6).
Le capital chinois sait tout cela et comprend qu’il doit laisser dégringoler la valeur de sa devise, la rendant moins attractive pour les investisseurs, mais de toute façon le pays croule sous l’épargne des Chinois thésaurisateurs. Les capitalistes chinois opèrent de manière ordonnée et contrôlée d’où leur intervention modérée afin que la chute de leur devise soit progressive jusqu’à un seuil ou l’Amérique ne pourra pas les forcés à descendre plus bas sans mettre le dollar en péril sur le marché des changes internationaux. « Les autorités chinoises ont clairement dit qu'elles jugeaient une dépréciation de leur devise nécessaire tout en prévenant qu'elles veilleraient à ce que le processus ne soit pas désordonné » (7).

Incidemment, la hausse du dollar a l’effet d’une bascule et permet de réduire la chute du yuan. Ce que les banquiers et les boursicoteurs américains ne semblent pas réaliser c’est que cette hausse du dollar restreint les perspectives d’exportation pour les entreprises américaines dont les installations de production sont situées aux États-Unis. Cette hausse de la devise est par contre avantageuse pour les entreprises américaines dont les installations sont à l’extérieur du pays, qui peuvent ainsi rapatrier leurs profits libellés en yuan ou en yen qui se renchérissent une fois transformées en dollars. Cet avantage est maintenant réduit à néant avec l’euro qui s’échange au pair depuis quelque temps. Tout cela ne fera pas croitre l’emploi aux États-Unis et ne remettra pas « America First, Great Again ! » comme le promettait le multimilliardaire démagogue (8).

La hausse des cours boursiers aux États-Unis est spéculative puisqu’aucune augmentation de la production n’a été enregistrée aux É.-U. depuis le 8 novembre dernier, au contraire, et l’on peut anticiper que la hausse du loyer de l’argent entrainera la faillite de millions de foyers américains – semblable à ce que le pays a connu en 2008 – incapables de rencontrer leurs paiements, d’où une baisse des ventes, des surplus d’inventaires et des faillites d’entreprises incapables d’écouler leurs produits, et ultimement une baisse des profits généralisés, y compris pour les entreprises américaines établies en Chine.

Autre effet dévastateur résultant de l’augmentation de la valeur du dollar, la dette souveraine américaine gonflera d’autant puisque l’intérêt sur les obligations ne fera qu’augmenter (la Réserve fédérale achetant elle-même les obligations dont personne ne voudra, accroissant ainsi la quantité de dollars de pacotilles en circulation), le déficit budgétaire en hausse réclamant pourtant des emprunts croissants. Cette conjoncture catastrophique poussera dans le sens d’une dévaluation drastique du dollar après une remontée spectaculaire suite à une spéculation boursière frénétique comme avant chaque krach boursier. Enfin, comme nous l’annonçons depuis un an, suivra une dévaluation du dollar en pagaille, flouant ainsi tous les créanciers de l’Amérique sauf ceux qui auront su se débarrasser de leurs dollars plombés. 

« De plus, même si Japon a ravi à la Chine le rang de premier détenteur de bons du Trésor américains selon des données officielles publiées jeudi 15 décembre et détenait en octobre 1 131,9 milliards de dollars contre 1 115,7 milliards accumulés par la Chine continentale (hors Hong Kong), Pékin garde un levier de pression sur le financement de l’endettement américain » (9).

Il est possible que les Chinois aient terminé de se débarrasser de leurs dollars au moment de la grande dévaluation dans quelques années, prouvant que ce sont des investisseurs avisés, mais les Chinois seront quand même en difficulté puisque leur marché de prédilection se sera effondré d’où les capitalistes chinois se tournent déjà vers leur marché domestique... et les marchés africains et asiatiques. 

 

Conclusion.

En tant que prolétaires révolutionnaires nous n’avons aucun intérêt en jeux dans cette guerre monétaire et boursière, mais nous savons que dans ce conflit entre une vieille puissance impérialiste déclinante, alignant 100 millions de prolétaires en décroissance, et 310 millions de consommateurs surendettés, et une nouvelle puissance impérialiste émergente, alignant 500 millions de prolétaires en croissance et 1,3 milliard de consommateurs aux épargnes surabondantes, il est facile de prévoir qu’elle puissance gagnera cette guerre impérialiste.

 

L’ARTICLE EST DISPONIBLE SUR LE WEBMAG http://www.les7duquebec.com/7-au-front/aggravation-de-la-guerre-monetaire-preparant-la-guerre-nucleaire/

 

NOTES

(1) Par Luc Mampaey est le directeur du GRIP. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/trump-et-wall-street-anticipations-positives-pour-le-secteur-de-larmement/

(2) http://www.les7duquebec.com/7-au-front/trump-un-president-comme-les-autres-donald-sen-va-ten-guerre/ et aussi  http://www.les7duquebec.com/7-au-front/fute-le-proletariat-americain-comment-instrumentaliser-une-potiche/

(3) Par Luc Mampaey est le directeur du GRIP. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/trump-et-wall-street-anticipations-positives-pour-le-secteur-de-larmement/
(4) Par Luc Mampaey est le directeur du GRIP. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/trump-et-wall-street-anticipations-positives-pour-le-secteur-de-larmement/

(5) https://investir.lesechos.fr/traders/forex-infos/la-baisse-du-yuan-revient-hanter-les-marches-1620385.php#57emqAUS442pVoGs.99

(6) http://www.boursorama.com/actualites/enquete-le-yuan-a-la-baisse-avec-le-dollar-et-les-sorties-de-capitaux-e510052236dbdb909c05d3430fa99b5f 

(7) http://investir.lesechos.fr/traders/forex-infos/la-baisse-du-yuan-revient-hanter-les-marches-1620385.php
(8) http://www.les7duquebec.com/7-au-front/trump-un-president-comme-les-autres-donald-sen-va-ten-guerre/

(9) http://www.boursorama.com/actualites/enquete-le-yuan-a-la-baisse-avec-le-dollar-et-les-sorties-de-capitaux-e510052236dbdb909c05d3430fa99b5f



16 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 décembre 2016 17:00

    « 1,3 milliard de consommateurs aux épargnes surabondantes »


    les consommateurs dont vous parlez ne sont pas les détenteurs de cette épargne.

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 décembre 2016 20:02
      @Jeussey de Sourcesûre

      Pas tous vous avez raison mais parait que les chinois sont des économes et chacun tente d’avoir des économies - de détenir quelques épargnes car il n’y a pas la-bas de filet social comme en occident



    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 décembre 2016 20:53

      @Robert Bibeau


      j’aimerais vous croire
      les « députés » sont milliardaires et les paysans de Mandchourie sont logé dans des dortoits pour travailler à Shanghai, ils envoient leur salaire à leur famille au village et rentrent chez eux, toujours pauvres, à l’age de la retraite, comme les travailleurs immigrés chez nous, sauf que c’est le même pays

  • rogal 31 décembre 2016 17:10

    Un regard intéressant sur le monde, même s il’on ne suit pas l’auteur en tout.
    Lorsque vous parlez d’une variation de la valeur d’une monnaie, Robert Bibeau, quelle est la référence ? Par rapport à quoi ces variations du dollar notamment ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 décembre 2016 19:58
      @rogal

      C’est simple monsieur. Vous allez sur Internet et vous demandez VALEUR DE L’EURO
      et vous aurez les chiffres de l’euro par rapport au dollar et au yen et au yuan et au franc CFA

      Vous verrez que l’euro s’est beaucoup rapproché du dollar US depuis quelque temps ce qui est une conséquence que la banque européenne a enfin cesser de soutenir l’euro ce rend l’Europe moins attractive pour les investisseurs mais qui aident les entreprises européennes à exporter hors Europe (quoique ce ne soit pas leur principale activité)



  • Eric F Eric F 31 décembre 2016 18:33

    En tout cas une chose se confirme : le beauf démagogue dont un bon nombre de commentateurs saluaient l’élection comme une victoire « anti-système » se révèle bien ce qu’il était de toute évidence : un affairiste ultra-libéral, les milieux financiers ne s’y sont pas trompés. Le reste du monde paiera la planche à billets yankee, comme à l’accoutumée.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 décembre 2016 20:00
      @Eric F

      C’est tout le drame d’être sous le mode de production capitaliste mondialisé - ca s’appel l’impérialisme moderne

      En effet, comme vous le dites on paiera la planche à billet


  • Luniterre 31 décembre 2016 20:58

    Encore un de ces articles où « Maître Bibeau » tente de lire dans le marc de café, en y mêlant quelques constatations d’évidences et pas mal de contre-vérités tout aussi flagrantes, pour tenter de justifier à postériori ses thèses fumeuses sur « Le déclin de l’impérialisme »…

    Que l’impérialisme soit en crise chronique et nous mène à la guerre, c’est une évidence fondamentale ; qu’il soit en « déclin » suppose par contre une alternative en gestation, ce qui n’est pas encore le cas, malheureusement, vu l’état des forces politiques prolétariennes…

    Quant à savoir lequel des deux, Chine ou USA, ou éventuellement un autre, en sortira « dominant », comme impérialisme, c’est là que s’enlise, dans le marc de café, et surtout dans ses propres contorsions, la prose de Bibeau…

    En effet, affirmer, à propos du dollar :

    « Cette hausse de la devise est par contre avantageuse pour les entreprises américaines dont les installations sont à l’extérieur du pays, qui peuvent ainsi rapatrier leurs profits libellés en yuan ou en yen qui se renchérissent une fois transformées en dollars. « 

    C’est évidemment une absurdité qui va contre l’évidence, pour le coup…

    Si le Yuan se dévalue, avec la crise, c’est bien parce qu’il est surévalué, maintenu à un cours forcé, sous la pression des capitaux et des autorités US, depuis plusieurs décennies…

    Ce qui tend à la fois à limiter le volume des exportations de produits fabriqués en Chine, et à assurer la rentabilité des capitaux US investis dans leur production.

    Avec la crise,et la baisse des exportations, cette surévaluation du Yuan n’est plus tenable…

    C’est pourquoi les Chinois tentent de dévaluer « en douceur », pour soutenir à la fois leurs exportations et tenter de ralentir la fuite des capitaux, dont la rentabilité baisse, inexorablement…

    C’est évidemment pourquoi Trump avait fait de la « réévaluation » (sous-entendue, forcée…) du Yuan, un de ses thèmes de campagne…  !

    Si les chinois bazardent donc massivement des dollars en hausse, ce n’est pas parce qu’ils « anticipent », en « investisseurs avisés », selon les visions de Bibeau, mais tout simplement parce qu’ils n’ont pas le choix…

    Sauf à déclencher une crise violente, en laissant s’effondrer le Yuan, et tout leur capital financier, au passage, fondé en grande partie sur « l’épargne » des classes moyennes chinoises, investie dans le boursicotage obligé sur les bourses chinoises, où elle constitue la base de la bulle spéculative, également chronique, et qui s’effondrerait, automatiquement, par contre, avec l’effondrement du Yuan.

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/

    A noter, mais Bibeau semble pourtant le savoir, pour bien comprendre, que le fait même que les chinois soient obligés d’ »épargner » est lié à la médiocrité de leurs garanties sociales, notamment en matière de retraites, et constitue donc un obstacle majeur au décollage réel du marché intérieur « populaire », qui ne s’est toujours pas produit, et, avec la crise, ne semble pas prochain non plus, en dépit des « visions » de Bibeau, qui fait siens, en l’occurrence, les vœux pieux des autorités chinoises, et cela depuis des années, sur ce point.

    Pour illustrer ce « correctif » concernant l’évidence des âneries de Bibeau, il se trouve que nous venons juste de republier, sur TML, un court et très récent article du « Monde », ( paru exactement le même jour que

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/12/19/1972-2017-usa-chine-russie-survol-au-dessus-dun-nid-de-vautours/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/12/21/chine-baisse-du-yuan-et-fuite-de-capitaux/ )

    Quelques extraits :

      » La banque centrale chinoise ne cesse de vendre ses bons du Trésor américain pour soutenir le yuan. A en croire les chiffres du Trésor américain, publiés jeudi 15 décembre, la Chine n’est plus le premier créditeur des Etats-Unis. Le Japon a regagné cette place qu’il avait perdue en 2008. Depuis deux ans, la baisse quasi continue du yuan a en effet poussé la banque centrale chinoise à vendre ses bons du Trésor américain pour soutenir sa propre monnaie. » (…)

    « Fuite des capitaux :

    Depuis l’élection de Donald Trump, le dollar s’est envolé face à la plupart des monnaies. La fuite des capitaux, malgré un contrôle étroit, est un sujet d’inquiétude pour Pékin. En octobre, les réserves de monnaies étrangères de l’ex-empire du Milieu ont baissé de 45,7 milliards de dollars, et s’élèvent à un peu plus de 3 000 milliards, soit 1 000 milliards de moins qu’en 2014. Au troisième trimestre, l’Institut de la finance internationale estime que la fonte des réserves de change chinoises a atteint 207 milliards de dollars, pas loin du record de 226 milliards établi au troisième trimestre 2015. »

    Cet article sur TML :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/12/21/chine-baisse-du-yuan-et-fuite-de-capitaux/

    Le problème, avec Bibeau, c’est que non seulement il prétend donner des leçons, mais en plus qu’il se présente comme un « ex enseignant en économie »…

    http://www.agoravox.fr/auteur/robert-bibeau

    « Ex… », gageons au moins que ce devait être il y a très longtemps…

    Luniterre



    • Alren Alren 1er janvier 16:49

      @Luniterre

      La valeur attribuées aux monnaies est presque complètement indépendante de l’économie réelle, comme il en est de même de la valeur de l’or et des actions boursières.

      La raison en est simple. Si le prix des biens et services de l’économie réelle sont globalement déterminés par la loi de l’offre et de la demande, celle-ci s’appuyant sur un besoin réel de l’acheteur, il n’est en pas de même ni pour l’achat d’or ni de devises, ni d’actions boursières. Ce n’est pas un besoin fondamental de l’acheteur, sinon celui pour le rentier de faire fructifier son capital en parasitant le travail.

      En conséquence leur valeur, monnaies, or, produits financiers, dépend uniquement d’anticipations spéculatives. Bien sûr dans ce domaine l’appât du gain conduit à des comportements irrationnels.

      C’est le cas pour la hausse du dollar avec l’élection de Trump et l’augmentation des dépenses publiques.

      Cependant il est clair pour toute personne objective et c’est le cas pour les analystes économiques chinois que la prédominance des USA, fondée sur un déficit en croissance continuelle, vit ses dernières années et qu’elle a été maintenue artificiellement par une surévaluation du dollar dans les marchés internationaux. Il s’est créé avec cette monnaie comme une gigantesque bulle qui ne peut qu’éclater un jour comme toutes les bulles avant elle.

      Il est clair que ce jour que les pro-capitalistes du monde entier retardent cet éclatement autant qu’ils le peuvent car c’est le garant du maintien d’un système qui les avantage et qui risquerait de s’effondrer sans dollar puissant. Ce soutien contraire aux lois proclamées du capitalisme a commencé dès 1973, quand Nixon a annoncer la déconnexion du dollar avec l’or, qu’il a reconnu l’incapacité des USA de tenir désormais l’engagement de Bretton Woods d’échanger à la demande des autres états leurs dollars contre de l’or.

      Les Chinois se débarrassent, progressivement pour ne pas affoler et faire baisser leur cotes leurs Bons du Trésor US qu’ils avaient massivement souscrits pour maintenir l’économie US et lui exporter ses produits. Car leur valeur ne deviendra quasiment nulle le jour de l’éclatement de la bulle dollar et tant pis pour les dindons qui en détiendront encore ou qui en achètent encore !

      Peut-être les Chinois contribueront-ils à cet éclatement quand ils auront liquidé tous leurs bons. Car du coup, ils n’auront plus d’adversaire suffisamment puissant pour limiter leurs ambitions dans le Pacifique.

      Ils ont nécessairement anticipé l’arrêt des importations de leur produits par les USA. Il faudra trouver d’autres sources d’absorption. La meilleure est la demande intérieure qui peut être stimulée artificiellement comme l’ont fait les USA pendant des décennies : donner du pouvoir d’achat en faisant tourner la planche à billets. Ceci qui permettra également d’offrir des retraites aux travailleurs sur le budget de l’État. Si les riches chinois font fuir leurs capitaux à l’étranger mais qu’ils continuent de résider en Chine où ils devront rapatrier leurs bénéfices pour en jouir et où ils seront imposés, ces placements feront office d’exportations. C’est ainsi que depuis longtemps le Royaume-Uni équilibre sa balance des paiements. Ce qui n’a sûrement pas échappé aux Chinois.

      Les Fils du ciel peuvent vivre quasiment en autarcie dans leur grand pays et se satisfaire de 20 à 30% de produits exportés pour importer de la nourriture (là, ce sera crucial à l’avenir), des matières premières, de l’énergie (?) et quelques produits de luxe.

      Bibeau a intitulé son article De la guerre monétaire, à la guerre boursière, vers la guerre nucléaire en appuyant sur le fait que Trump va augmenter les dépenses d’armement. Sauf que l’armement en question est conventionnel.

      Cet armement est destiné massivement à ne pas servir car les adversaires potentiels, les Russes, viennent de démontrer aux stratèges US comme au monde entier qu’ils gagneraient une guerre conventionnelle aux frontières de leur territoire.

      D’autre part, il ne fait aucun doute, en cas de guerre atomique, que les missiles partis des sous-marins nucléaires russes seraient suffisamment nombreux à atteindre le territoire US pour réduire celui-ci en cendre.

      La guerre nucléaire entre pays disposant de nombreuses bombes à envoyer à l’ennemi n’aura pas lieu. Sinon elle aurait éclaté depuis longtemps entre l’Inde et le Pakistan.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 1er janvier 17:12
      @Alren

      D’abord merci pour votre intervention très claire - explicite - compréhensible. Je suis d’accord avec votre paraphrase de l’article - vous mettez bien les points sur les I relativement à l’impérialisme chinois « émergent »  confronté à l’impérialisme américain en déclin.

      Vous vous trompez cependant quand vous écrivez ceci : « Bibeau a intitulé son article De la guerre monétaire, à la guerre boursière, vers la guerre nucléaire en appuyant sur le fait que Trump va augmenter les dépenses d’armement. Sauf que l’armement en question est conventionnel. »

      J’ai intitulé mon article de cet façon parce que je considère que le mode de production capitaliste - surtout à sa phase impérialiste - forme un tout cohérent. Ce mode de production par sa logique de fonctionnement entraine à la guerre commerciale, puis monétaire, puis boursière toutes ces variables économiques étant intimement liées et inexorablement quand il appert qu’une ancienne puissance hégémonique périclite - est sur son déclin - elle est amenée à sortir son arsenal militaire afin de résoudre par la force des armes ce qu’elle n’a pu résoudre par la force financière - industrielle - commerciale.

      Soit au début la guerre débute dans une région - l’Ukraine disons ou la Mer de Chine - et de façon conventionnelle - avec des armes conventionnelles comme avec le Japon par exemple PUIS quand la marche de la guerre tourne mal (et il est clair que les USA ne peuvent gagner une guerre conventionnelle contre la Chine (1,3 milliard d’habitants) - pas plus qu’il n’ont gagner la guerre en Afghanistan (35 millions d’habitants) ils seront alors tenté par l’arme nucléaire comme ils l’ont fait avec le Japon - comme l’Allemagne l’aurait fait avec Londres si elle avait eu l’arme atomique

      N’en douter pas malheureusement



    • Luniterre 1er janvier 18:25

      @Alren

      Le lien entre valeur monétaire et puissance économique n’est pas un lien directe, mais il n’en est pas moins réel...

      Aucune puissance économiquement défaillante et financièrement impotente ne possède une monnaie forte, et encore moins une monnaie de « réserve ».
      Cela n’exclut pas des variations aléatoire dues à la spéculation, mais cela reste limité et peu significatif.

      Dans le cas des grandes nations impérialistes, anciennes ou nouvelles, USA ou Chine, il faut étudier tous les aspects de ces liens, économiques et financiers, et ne pas se contenter d’assertions et de généralités sommaires.

      La puissance financière US reste de loin la première, et la Chine est désormais bon second, sur ce plan, mais à distance, aussi bien vis à vis des USA que des autres impérialismes relégués au troisième plan et suivants...

      La monnaie américaine reste de très loin la monnaie de « réserve » la plus utilisée au monde, et le Yuan n’a aucune chance de la rattraper rapidement, dans ce domaine.

       C’est bien ce que montre les mouvements récents dans ce domaine, et Bibeau, sur ce plan, comme vous même, semble-t-il, va contre l’évidence, pour se « faire plaisir » avec le prétendu « déclin » de l’impérialisme, qui est une absurdité, même en ce qui concerne les seuls USA...

      Ils ont déjà connu de sérieux problèmes au moment de la liquidation de Bretton Woods, et trouvé des solutions qui les ont remis assez rapidement en position de force, qu’ils occupent toujours...


      La situation actuelle est très différente, mais ils cherchent à réagir en fonction, et le « brain trust » de Trump semble avoir compris la solution à court terme, en jouant le jeu de la Russie, qu’ils sont tout à fait en mesure d’« acheter » comme Nixon a acheté la Chine de Mao au tournant des années 70.

      De plus vous parlez d’une « bulle » du dollar, mais tant que le dollar reste la monnaie de réserve, il circule donc évidemment toujours à son cours réel sur le marché des changes, et cela qu’il soit en hausse ou en baisse, « spéculative » ou non... Dans ce domaine, c’est l’argent lui-même qui devient la marchandise, et donc, il est moins important que sa valeur soit connectée directement à l’économie réelle. La finance influe et conditionne l’économie réelle autant que l’inverse, ce qui est précisément la caractéristique de l’impérialisme.

      Luniterre

      PS : Par contre, vous parlez de « bulle » du dollar, qui, dans ce sens, est une fiction, alors que la bulle chinoise, tant monétaire que sur le marché boursier chinois, est bien une réalité, et une réalité chronique, enracinée à la base de son développement actuel, ce que vous semblez carrément ignorer...


    • Luniterre 3 janvier 12:36

      Correctif : évidemment il faut lire  « ...ce que montrent les mouvements récents... »

      Luniterre


  • Le421 Le421 1er janvier 18:33

    Une bonne nouvelle en tout cas, le site du Bilderberg piraté par des hackers.

    Lesquels pourraient s’attaquer à des objectifs militaires, surtout en France.
    Vu le niveau de nos systèmes de protections privés.
    Juste bons à surveiller ceux qui téléchargent le dernier Camping3...  smiley


    • leperenoelestuneordure leperenoelestuneordure 1er janvier 22:03

      @Le421

      Welcome to 2017 without assholes



       smiley

    • Le421 Le421 2 janvier 10:13

      @leperenoelestuneordure
      Je détecte, en tant que modérateur, cette catégorie de personnage au nombre de commentaires par rapport au nombre d’articles écrits...


  • leperenoelestuneordure leperenoelestuneordure 2 janvier 11:17
    salut le421 tu veux venir avec moi on va se faire une partie de jambe en l’air ?



     smiley

Réagir