mardi 31 janvier - par Philippe Huysmans

Decodex - quand Le Monde se fait Inquisiteur

Le Monde, toujours à la pointe, franchit une étape supplémentaire en annonçant la sortie, le 1er févier, d'une boîte à outils de lutte contre les sites de « fausses informations »

Cet outil, qui se déclinera selon trois modalités, n'aura rien moins que la prétention de classer par ordre de fiabilité les sites eux-mêmes, et non des articles spécifiques. La bonne vieille tentation de la mise à l'index[1]. Ces modalités sont : un moteur de recherche, directement sur le site des décodeurs, un module d'extension pour les navigateurs Firefox et Chrome ; et enfin un bot (robot) sur la messagerie de Facebook (messenger).

« Nous avons recensés 600 sites, majoritairement français mais aussi anglais et américains et quelques allemands, avec 5 niveaux de fiabilité, repérés par cinq couleurs. (...) Nous distinguons en gris les sites collectifs, donc non classés, comme Wikipedia, en bleu les sites parodiques, comme Le Gorafi ou NordPresse, en rouge les sites pas du tout fiables, complotistes ou trompeurs, comme le portail IVG.net qui, sous couvert d'informations, veut manipuler les femmes pour les décourager d'avorter, en orange les sites peu fiables ou très orientés, type FdeSouche, ou les attrape-clics qui republient des informations non recoupées, et enfin en vert les sites très fiables. (...) C'est n'est pas un jugement sur leur opinion, mais sur leur démarche journalistique, a-t-il souligné ».

Cette description sommaire, par le patron des Décodeurs du Monde, Samuel Laurent, pose déjà en soi un certain nombre de problèmes, autant sur le fond que sur la forme.

Les décodeurs, seuls détenteurs de la Vérité Vraie ?

Vous l'aurez noté, il ne s'agit pas de faire du fact-checking sur base d'articles individuels, qui peuvent s'avérer vrais, faux, ou tout simplement indécidables, mais bien de marquer au fer rouge les sources mêmes réputées diffuser des « fausses nouvelles ». C'est une première dérive, et elle est de taille. Je l'avais déjà anticipée dans l'article que j'avais rédigé concernant la censure à venir sur Facebook.

Ensuite, si l'on commence à catégoriser les sites de médias parce qu'ils auraient publié une fausse nouvelle, cela voudrait-il dire que Le Monde se classerait lui-même le cas échéant dans cette catégorie lorsqu'il publie des fausses nouvelles ? 

Et accessoirement, le mode d'attribution de ces gommettes de couleur sera-t-il transparent, et indiquera-t-il clairement quel(s) article(s) a donné lieu à cette catégorisation, et sur base de quel « grief » ? Quelle seront donc les conditions pour rentrer dans telle ou telle catégorie, et, le cas échéant, pour en sortir ? Qui sera responsable de ce travail, sur base de quelles compétences, et un accès total sera-t-il garanti au dossier documentaire (sorte d'instruction) qui aura conduit à ce qu'il faut bien appeler un jugement ?

C'est un peu facile de dire que « C'est n'est pas un jugement sur leur opinion, mais sur leur démarche journalistique », quand le but avoué est bien d'inciter les lecteurs à ne pas s'informer sur les sites qu'eux-mêmes jugent « peu fiables ou très orientés ». Cet amalgame vaut à lui seul son pesant d'or. Donc, « très orienté » serait équivalent à « peu fiable » ? Et en pareil cas, le traitement serait-il identique quelle que soit cette orientation, justement ? 

Recours en droit

S'il est permis aux détenteurs autoproclamés de la Vérité Vraie que sont les décodeurs d'avoir leur opinion quant aux sites qu'ils abhorrent, ils ne peuvent s'affranchir de leur responsabilité civile au regard de la loi. Ce que je veux dire, c'est qu'ils entendent publier un outil à même de décider pour les internautes quel site est digne de confiance, et lequel ne l'est pas. Pour résumer, il s'agit bel et bien d'établir (ou de nuire à) la réputation de ces sites.

Or s'ils peuvent avoir un avis sur les sites qu'ils estiment d'une qualité journalistique irréprochable, l'inverse, qui consiste à nuire à la réputation des autres correspond en droit à un délit passible de correctionnelle. Il s'agit ni plus ni moins que de diffamation, sauf dans le cas (très précis) où il peut être établi, preuves à l'appui, que les accusations portées sont fondées. Inutile de préciser que cela n'en prend pas le chemin et ouvre la porte à des actions en justice qui pourraient prendre la forme d'un recours collectif[2] ou de procès individuels.

À cet égard, il ne serait pas inutile que les rédacteurs et propriétaires des médias d'information, de réinformation et de critique se concertent et envisagent d'intenter pareilles actions sur base collective, afin de limiter les frais de procédure en les répartissant ; les dommages-intérêts gagnés lors d'une procédure rentrant dans le financement du procès suivant, par exemple.

De telles procédures ont déjà eu lieu aux USA et ont donné quelques sueurs froides, voire stoppé net l'ardeur des inquisiteurs. On ne badine pas avec la diffamation : soit on a des preuves solides, soit on assume les conséquences désagréables d'une condamnation.

Quelques réflexions

Le phénomène des fausses nouvelles, des rumeurs infondées, comme on les appelait, ne date pas d'hier mais est probablement contemporain de l'invention de l'imprimerie. Ces rumeurs, ces pamphlets, ont toujours fait partie du paysage culturel. Des auteurs en ont fait leurs choux gras et des éditeurs ont consacré des collections entières à des sujets qu'ils savaient porteurs, mais plus ou moins fantaisistes. Pourquoi les « fausses nouvelles » poseraient plus de problèmes aujourd'hui qu'hier ?

  • Seraient-ce les fausses nouvelles qui ressembleraient trop à des vraies ou plutôt les vraies qui ressembleraient trop à des fausses ? 
  • Serait-ce que les médias dominants, à force de confondre le métier de journaliste et celui de relais de la propagande auraient perdu tout crédit auprès du public et n'auraient trouvé que ce moyen pour tenter de retarder leur inéluctable disparition ?

N'est-ce pas quelque peu paradoxal d'arriver dans une situation où la presse dominante se positionne en ennemi de la liberté d'expression et en faveur de la censure ?

Atteinte possible à la vie privée

Il faudra examiner attentivement le code de l'extension firefox/chrome qui sera publiée. En effet, le mode de fonctionnement le plus probable est le suivant : quand l'utilisateur ouvre un nouvel onglet ou navigue sur un site, l'extension contacte un serveur distant en lui transmettant l'URL ou le nom de domaine concerné. Ce qui implique, vous l'aurez compris que les historiques de navigation de chaque utilisateur seront transmis en direct aux serveurs d'application.

La bonne façon de procéder en pareil cas serait d'inclure les listes dans l'extension elle-même, ce qui ne nécessiterait la transmission d'aucune information sensible à des serveurs tiers, mais cela complique fortement la maintenance des listes pour le développeur. Il faudrait alors régulièrement procéder à la mise à jour de l'extension.

On pourrait classer un pareil add-on par degré croissant de menace qu'il ferait poser sur la vie privée ses utilisateurs :

Menace Fonctionnement
1

Inoffensif

Add-on ne transmettant aucune donnée à des serveurs tiers

2

Menace possible sur la vie privée des internautes

Transmission en clair ou en version encryptée (hashée) des URL complètes ou du nom de domaine

3

Intention de tracer les utilisateurs

Idem que 2 mais avec un identifiant unique déterminé lors de l'installation de l'extension, ce qui impliquerait que les serveurs tiers pourraient retracer l'historique complet de navigation pour un utilisateur donné, même après déconnexion ou changement de l'adresse IP

4

Malware

Idem que 3 mais avec, en plus, des éléments permettant d'identifier les utilisateurs (paramètres passés dans l'URL en mode GET, cookies, etc.)

À noter également que les extensions installées fonctionnent aussi en mode « navigation privée ».

J'examinerai donc à la loupe le contenu des données transmises par cet add-on aussitôt qu'il sera disponible, et publierai les résultats s'ils devaient poser problème.

Notes

  • [1]  L’Index librorum prohibitorum (Index des livres interdits), aussi appelé Index expurgatorius, Index librorum prohibitorum juxta exemplar romanum jussu sanctissimi domini nostri, est un catalogue instauré à l'issue du Concile de Trente (1545-1563). Il s'agit d'une liste d'ouvrages que les catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, des « livres pernicieux », accompagnée des règles de l'Église au sujet des livres. Le but de cette liste était d'empêcher la lecture de livres jugés immoraux ou contraires à la foi. Depuis la « Notification de la suppression de l'index des livres interdits », émise par le Vatican en 1966, cet index perd son caractère obligatoire et n'a plus valeur de censure, même s'il reste un guide moral. (Source : wikipedia)
  • [2] Recours collectif : Action en justice ou une procédure qui permet à un grand nombre de personnes, souvent des consommateurs, de poursuivre une personne, souvent une entreprise ou une institution publique, afin d'obtenir une indemnisation financière. (Source : wikipedia)


37 réactions


  • Pere Plexe Pere Plexe 31 janvier 18:24

    Ce serait rigolo que RT ou Les Crises soient signalés plus fiable que le Huffington Post ...


  • rogal 31 janvier 21:00

    Excellente analyse. Nous ne manquerons pas non plus de travailler la dimension ’’arroseur arrosé’’ de l’affaire. Car, devinez un peu qui connaîtra la gloire du vert ? N’y a-t-il pas lieu d’envisager dès maintenant des nuances comme : verdâtre, vert-de-gris, vert-de-rage, vert pisseux, vert Académie française, vert petits bonshommes, etc. ?


    • jambon31 1er février 10:05

      @rogal
      Je propose « Glauque », c’est avant tout une couleur verte, mais qui dans tous les sens va très bien au trio proprio du journal.


  • soi même 31 janvier 21:41

    Cela me fait pensé furieusement à cette théorie de Sarkozy qui demandait que l’on détermine le portrait psychologie des futurs criminels chez les enfants, cette application découle de cette même logique de tous contrôles et de canalisé les personnes dans des carcans de pensé diriger.


  • Pseudonyme Pseudonyme 31 janvier 22:46

    Principe boomerang. Vous dénoncez un fake-new pour vous apercevoir que la même jurisprudence peut vous frapper au sein de votre rédaction.

    selon la même règle Sarko aurait-été détecté à la naissance et ne serait jamais devenu président...


  • Attilax Attilax 31 janvier 23:53

    Ne vous en faites pas, il n’y a plus grand-monde pour lire ce journal, c’est d’ailleurs pour ça qu’il est (comme tous les autres) totalement subventionné : avec l’argent des ventes, ça fait longtemps qu’il aurait disparu. Ça fait des années que Le Monde n’est plus Le Monde, mais là ils touchent vraiment le fond. Ça en dit long sur leur incapacité à garder leur lecteurs. Tant qu’il leur reste Air France, ils peuvent continuer à planer... La chute sera dure.


    • agent ananas agent ananas 1er février 05:54

      @Attilax
      Ça fait des années que Le Monde n’est plus Le Monde
      Exact.
      De la référence à la révérence ...


    • Olivier 1er février 10:11

      @Attilax

      Prés de 12 millions par an, si je ne m’abuse (comme Libération ou Le figaro), sans compter comme vous dites les achats de complaisance (Air France, ministères, éducation nationale, etc.).
      Les français payent pour se faire cracher à la figure par une officine de propagande du mondialisme, et qui se pose en « journal de référence ». Celui-là même qui avait applaudit à l’entrée des Khmers rouges à Pnomh-Penh, et qui massacrèrent ensuite le tiers de la population du pays ! Mais bon c’était pour la bonne cause du progressisme...

    • agent ananas agent ananas 1er février 23:22

      @Olivier
      Je me souviens de la une du Monde ce jour là : « Phnom Penh Libérée »
      Il est vrai qu’aucun journaliste couvrant le sud-est asiatique n’a jamais égalé Lucien Bodard.


  • Garibaldi2 1er février 01:07

    Concernant la diffamation, vous écrivez n’importe quoi. Les décodeurs du monde ont aussi le droit de critiquer les autres, vous le faites bien à leur égard ! S’ils veulent créer un outil que les internautes pourront utiliser comme un ’’filtre à conneries’’, libre à eux, et libre aux internautes de l’utiliser ou pas. Ca ne changera rien aux habitudes des internautes et c’est un non événement.


    • Pseudonyme Pseudonyme 1er février 07:35

      On pourra se servir de leurs recommandations à l’envers.... Tu cliques dans le rouge et tu pars direct vers les sites conspis .... Vert, j’y vais jamais *


    • V_Parlier V_Parlier 1er février 09:46

      @Garibaldi2 Il me semble que vous n’avez pas lu tout l’article.


    • Alren Alren 1er février 11:57

      @Garibaldi2

      Ça ne changera rien aux habitudes des internautes et c’est un non événement.

      Bien entendu ! Mais moi cette info m’a fait plaisir car elle traduit le désespoir de l’oligarchie et de ses larbins à contrôler l’information et la désinformation par omission ou par mensonge pur et simple, depuis l’explosion internet.

      Leur désespoir, c’est notre espoir !


    • Doume65 1er février 13:57

      @Garibaldi2
      « Ca ne changera rien aux habitudes des internautes et c’est un non événement. »

      Ça pourrait le devenir (un vrai événement) !
      La logique actuelle des pouvoirs, économiques, politiques et journalistiques de l’occident, est de tenter de contenir tout ce qui contredit la pensée unique. Le jour ou un facho arrive au pouvoir, il aura à sa disposition toute une batterie de lois, de décrets et de « travaux journalistiques » lui permettant de contrôler l’information aussi facilement que la Stasi. Ces gens là ne tirent aucune leçon de l’histoire vieille de quelques jours ! Voilà que la presse, les politiques étasuniens et autres « pipoles » de ce pays pleurent sur les effarants pouvoirs qui sont dans les mains de Trump avec les services de renseignements ? Qui les a mis en place, tout en faisant croire qu’ils ne le faisaient pas ? Qui dans la presse z’unienne a soutenu « le traitre » Snowden ? Bientôt le Monde pleurera sur les effets dont il aura été la cause.


  • agent ananas agent ananas 1er février 05:50

    Et je parie que L’Immonde sera classé rouge ou orange ... smiley


    • Alice Alice 2 février 23:16

      @agent ananas
       

      Il s’est classé lui même en vert avec comme commentaire « site plutôt fiable » et il en a fait de même pour les médias qui lui plaise tels Libération, L’Humanité, Le Monde diplomatique...


  • Ruut Ruut 1er février 07:09

    Des informations partielles (politiquement orientées et volontairement incomplètes) sont elles fiables ou fausses ?

    Dans ce cas 100 % des médiats Français sont rouges.


  • ddacoudre ddacoudre 1er février 09:34

    bonjour P. Huysmans

    c’est fabuleux cette tentation permanente de vouloir contrôler la pensé. c’est un processus autodestructeur car notre existence a besoin de leurre et d’échec qui sont autant de moyens comparatifs pour permettre de faire des choix. j’explique souvent que le premier doit sa place au dernier, si on élimine celui-ci parce qu’il pose problème c’est l’avant dernier qu’il faudra ensuite éliminé et ainsi de suite jusqu’à ce que le premier se trouve tout seul et en meure. notre monde est fait de diversité y naviguer demande d’apprendre alors chacun est à même de pouvoir poser le sens critique qui est celui de son filtre. plus pertinent dans un monde ou le mensonge social en est l’huilage de notre sociabilité vouloir détenir une vérité est suicidaire.
    cordialement.ddacoudre.over-blog.com


    • L'enfoiré L’enfoiré 1er février 09:43

      @ddacoudre Bonjour,

       Contrôler la pensée est en effet, un jeu pervers.
       Pour ceux qui en joue, c’est de l’abus de faiblesse comme je l’écris dans mon billet.
       C’est pour cela qu’il faut que ceux que Hollande nommait les« sans dents » apprennent à analyser tout ce qu’ils lisent et entendent.
       C’est le rôle de l’école avant d’apprendre beaucoup d’autres choses ;
       C’est la fin des premiers de classe dans ce cas ; Place aux autodidactes.
       Nous avons des cours de citoyenneté qui sont en marche.
       Les leurres, les mensonges sont toujours présents.
       C’est une règle de la nature des êtres vivants qui pour survivre doivent « choser ».
       Les échecs sont naturels et font partie de l’apprentissage pour mieux rebondir.
       


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 1er février 10:55

      @ddacoudre

      En effet, je rejoins votre analyse et celle de @l’enfoiré.

      Nous avons besoin aujourd’hui que les lecteurs se réapproprient leur libre arbitre, affûtent leur esprit critique et apprennent à détricoter l’écheveau de propagande qui leur est donné à brouter.

      C’est à ce prix que les lecteurs redeviendront citoyens, conscients de leur pouvoir.

      C’est la raison pour laquelle j’ai commencé voilà un an à tenir mon propre blog, petit média qui fait de la critique d’info et de l’analyse, afin de susciter, qui sait, des vocations, et d’aider d’autres personnes à appréhender mieux l’environnement médiatique actuel, qui est composé à 98% de bruit.

      C’est peu de chose, mais c’est sans doute mieux que de ne rien faire. :)

      Merci pour vos commentaires constructifs !


    • soi même 1er février 12:23

      @ddacoudre ce que vous décrivez avec logique est très bien décrit dans le roman 1984 où tout les informations sont continuellement corriges.

      Il suffit de voir la liste du conseil de surveillance du journal le Monde pour comprendre à quel gratin nous avons affaire.


    • L'enfoiré L’enfoiré 1er février 16:48

      @soi même,

       Il parait qu’il y a rupture de stock de « 1984 » écrit par Orwell
       Le film vaut autant .
       Il ne faut pas bouder son plaisir.
       La différence essentielle avec 2017, c’est que nous sommes dans l’ère du numérique.
       Le numérique est une force qui décuple les moyens de réagir à ce que planifie Orwell.
       Les archives de la boule 1984-2014
       .


    • ddacoudre ddacoudre 1er février 21:47

      @Philippe Huysmans

      re si cela t’intéresse je te mets un lien Le CorteX est un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences. https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=12&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwivoqfR4e_RAhUGAcAKHd6OAWoQFghgMAs&url=https%3A%2F%2Fcortecs.org%2F&usg=AFQjCNFgEGRgiLJcbiZfVmQuyypxp5PeXw
      cordialement.


  • L'enfoiré L’enfoiré 1er février 09:36

    @Philippe,

     Un petit lexique de solutions « Au rythme d’Algo »
     smiley


  • Simple citoyenne Simple citoyenne 1er février 09:49

    Bonjour auteur juste pour information : « le petit monde » quand il croit que le grand, tourne exclusivement autour de lui. La blague.

    Le monde avait accouché du post.fr, fait pour les copains et qui diffusait lui-même de la m... en boîte, et de fausses informations, en veux-tu en voilà, à ne plus qu’en faire et à la limite de la égalité. ( Je me souviens d’un post qui avait choqué les lecteurs ). Ne sachant pas gérer leur site dit « citoyen », fait aussi pour les copains, ou invités, avec lequel « le monde » perdait de l’argent, le petit monde a revendu le post.fr à Huffington et fut rebaptiser Huffington post.

     


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 1er février 20:00

      Le Post a été condamné par la Cour d’appel de Versailles à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Flavie Flament pour avoir diffusé en 2009 un démenti sur sa mort16. À l’époque, un internaute lambda avait évoqué une folle rumeur concernant la mort supposée de Flavie Flament, la rédaction avait ainsi décidé d’alerter l’entourage de Flavie Flament et de démentir par la suite cette fausse information, tout en reprenant l’article initial. Le Post avait réussi en première instance à débouter Flavie Flament et à la condamner aux dépens des frais de justice. En seconde instance, la Cour d’appel a condamné la société Le Post à verser 12 000 euros à la plaignante.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Post

      Bonjour la nouvelle étique du monde qui veut nous apprendre à penser !


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 2 février 08:23

      Rect : Éthique.


  • ZenZoe ZenZoe 1er février 10:46

    Les Décodeurs du Monde ? Plus partial et politiquement correct tu meurs !
    Même les commentaires des fidèles tiquent un peu sur certains articles franchement tendancieux, c’est dire !
    Alors rien que l’idée d’un classement des bonnes et mauvaises informations, on sourit un peu...


  • beo111 beo111 1er février 13:56

    Mais il est où Decodex ?


  • Montdragon Montdragon 1er février 14:04

    Ô Monde ! Montre-nous la voie du Bien, du Bon, du Soleil de la Vérité !
    Au nom du Libéralisme, de l’accaparement, et de G. Soros.

    Amen.


  • Anatine 1er février 15:33

    Ce type d’approche denote une profonde ignorance de la culture du net et des techniques que l’on peut y developper...


  • joseW 1er février 17:50

    Sur le Decodex, Agoravox est qualifiée de source « peu fiable », diffusant régulièrement des articles conspirationnistes... Le Monde invite ses fidêles à s’orienter vers d’autres sources d’informations plus fiables !!


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 1er février 18:13

      @joseW

      Agoravox « Une plateforme participative qui n’est pas orientée idéologiquement, mais de nombreux contributeurs du site s’en servent notamment pour relayer des théories conspirationnistes. »
      signé DECODEX smiley


  • Debrief 5 février 13:55

    Ce « décodex » révèle l’incroyable suffisance de cette petite troupe d’assistés qui semblent convaincus d’avoir sur le monde un supériorité de vue les autorisant à en évaluer les voies et formes d’expression.

    Les « journalistes » du Monde drogués à l’idéologie ont oublié qu’ils sont eux-mêmes considérés par la grande majorité des lecteurs d’information comme non fiables dans le factuel et déviants dans l’analyse. Tellement décrédibilisés qu’ils ne sont quasiment même plus lus.


  • sls0 sls0 5 février 15:29

    Actuellement suspendu comme module jusqu’à qu’il prouve à Firefox qu’il a les fesses propres, il y a WOT qui est pas mal dans le genre.
    Il prend déjà en compte tout les alertes automatiques de malwares, tout ce qui est malveillant.
    On peut y donner son avis, ou défendre contre des avis qui ressemblent à un censure.
    L’extrême droite est assez forte pour essayer de décrédibiliser mais ça se repère facilement les censeurs idéologiques.
    Le propriétaire du site peut se justifier.

    Dans le cas du monde, il passeront aussi via le contrôle de Firefox, j’ai quelques doutes sur leur survie en tant que module supplémentaire.
    Si on veut jouer les censeurs on a intérêt à garder les fesses propres, dans le cas du monde ça leur sera difficile, à l’origine il n’ont déjà pas les fesses propres. Avec une vision binaire, les extrêmes c’est pas fameux, d’un coté il y a les complotistes pathologiques et de l’autre les suces bites pathologiques. Le monde fait partie maintenant d’un des extrêmes et a perdu de ce fait toutes crédibilités.

    Sur Agoravox il y a des articles très intéressants et d’autres avec un profil ’’complotiste’’, si Agoravox se prend une étiquette ’’site complotiste’’ par certains, ça peut de comprendre. Si on garde son esprit critique qui était un peu l’origine d’Agoravox ça ne pose pas de problème.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 février 16:01

      @sls0

      À la base, Le Monde se pose en arbitre/juge, alors qu’il est partie au procès. Il se retrouve dans la position curieuse (et lègèrement bancale) de devoir juger de la « qualité » de son propre média qu’il trouve « plutôt fiable ». Hum hum.

      À côté de ça, et même s’ils prétendent le contraire, débiner la concurrence en essayant de nuire à leur bonne réputation (bona fama), cela s’appelle diffamer, et c’est un délit passible de la Chambre Correctionnelle.

      Aux USA aussi, des petits comiques avaient fait des « listes », et se sont vus assaillis de mises en demeure d’avocats et d’assignations à comparaître. C’est une chose d’avoir son avis dans son salon, c’en est une autre de tenir publiquement des propos diffamatoires. Et sont réputés diffamatoires tous les pseudo jugements de valeur/qualitatifs tant qu’il ne peut pas être prouvé (en droit)... individuellement, un par un !

      Or c’est précisément ce que Le Monde ne saurait pas faire, du coup, si les moutons se rebellent, ce sont les loups qui vont devoir apprendre à courir vite !


Réagir