mercredi 21 septembre 2016 - par CNAFAL

Dégressivité des aides personnelles au logement : Une fausse bonne solution

Pour le CNAFAL, ce n’est pas ainsi que l’on doit aborder ce réel problème, qui revient une fois de plus à pénaliser des locataires qui, dans les zones où il y a pénurie de logements, sont totalement « captifs » des prix pratiqués par les propriétaires !

Oui, il y a eu des abus, ces quinze dernières années ! Mais pour le CNAFAL, la régulation de ce marché doit se faire par une politique orientée vers l’aide à la pierre, de mise sur le marché de logements sociaux et d’immeubles pour les classes moyennes dans les zones tendues, prioritairement !

C’est la seule voie raisonnable, légitime, équitable pour tous !

Il faut dire aussi, que le logement est devenu un placement sûr et rentable et donc objet de spéculation, qui contribue à faire monter les prix, que ce soit à l’accession ou à la location. L’Etat, sous les différents gouvernements a encouragé lui-même cela : de l’emprunt De Robien à l’emprunt Pinel, avec de fortes défiscalisations, qui n’ont rien résolu du tout.

Au lieu de concentrer les aides à la pierre massivement sur les régions qui gèrent des flux tendus, on a continué à saupoudrer dans toutes les régions, par clientélisme, ces fameuses aides !

Il faut dire aussi que depuis le Gouvernement Jospin, le budget du Ministère du Logement a été la grande variable d’ajustement du déficit budgétaire !

JPEG Qui paie cette politique ? : les ménages les plus modestes, que la cherté du logement contribue à paupériser, voire même à surendetter… les jeunes étudiants ou salariés, les jeunes ménages, les classes moyennes inférieures dans les zones les plus tendues ! Et, cerise sur le gâteau, on va baisser les APL en fonction du patrimoine non imposable (Livret A, LEP, etc.). La paupérisation des classes populaires va s’accroître délibérément et « l’épargne de précaution » des français va être indirectement taxée, alors que déjà, elle ne rapporte presque plus rien. Scandaleux !

Le CNAFAL dénonce une politique de gribouille, au sens littéral du terme, où le remède est pire que le mal !

Le CNAFAL veut une véritable politique d’encadrement des loyers moins timide, mais restrictive territorialement.

Le CNAFAL considère que la dégressivité imposée, ne peut être qu’une mesure temporaire, à manier avec précaution et en aucun cas une mesure pérenne.

En revanche, le CNAFAL se félicite que les aides personnelles au logement soient maintenues, en cas de loyers impayés pour les locataires jugés de bonne foi. C’est une mesure salutaire qui évite aux personnes précaires de « s’enfoncer » un peu plus ! C’est un élément que le CNAFAL réclamait depuis quinze ans



13 réactions


  • foufouille foufouille 21 septembre 2016 10:58

    vu le montant ma du loyer, ce n’est pas rendre service au locataire qui un loyer beaucoup trop élevé car sa situation a changé. il finira rapidement par ne plus pouvoir payer.
    la CAF fait aussi ce qu’elle veut, textes de lois ou pas.
    ceux qui sont au RSA ont un rendement obligatoire de 3% qui est déduit du RSA. peu importe que le livret rapporte moins.


  • Spartacus Spartacus 21 septembre 2016 11:36

    L’aide à la pierre vaste fumisterie qui rempli la gamelle des armées de gauchistes pseudo-sociaux qui vit dans ces entrailles...


    Mais quand ces cocos vont ils apprendre un minimum des bases de l’économie ? Sur le principe de l’offre et la demande....
    C’est dramatique et basique inculture économique gauchiste de la théorie de l’information et des comportements.

    Système soviéticide absurde, 1000 fois essayé,1000 fois des échecs qui entraînent la pénurie partout dans le monde...

    L’aide à la pierre consiste a aider prioritairement les organismes HLM pour de pseudo raison faussement humanistes......C’est le summum du social anti-social.

    Les effets débiles et pervers de l’aide à la pierre.
    L’aide à la pierre établit une discrimination en faveur des HLM qui fausse le marché libre et entraîne la pénurie. L’échec de toutes les planifications communistes entraînent toujours les pénuries...
      
    1-Décourage la construction de logements par le secteur privé. 
    2-Crée une pénurie d’offre de logements.
    3-Crée une pénurie de diversité de logements. 
    4-Cree des monopoles de l’offre. Les organismes HLM.
    5-Crée des rentes de situation d’indélogeables, qui préfèrent rester favorisé que de prendre le risque de construire pour soi-même.
    6-Crée une hausse générale de tous les loyers par la raréfaction de l’offre engendrée.
    7-Fabrique des rentes débiles d’organismes HLM. Le bilan des organismes HLM sort des bénéfices proche de 10%. Quelle entreprise privée capitaliste sort de tels bénéfices ? 
    8-Les organismes HLM s’enrichissent sur le dos des plus défavorisés.
    9-Les HLM crée une inflation de demande, car ils sont devenus monopoles de l’offre

    Moralité le marché est faussé par une offre HLM aidée....
    L’offre correspond à la demande politique, mais pas à la demande des gens. 
    Les habitants des HLM votent à gôôôôche.....La gôôôôche est donc le principal promoteur de cet incongrité.

    En Allemagne, les HLM ne sont pas avantagés On y trouve plus facilement des logements....

    • foufouille foufouille 21 septembre 2016 12:28

      @Spartacus
      Le démantèlement des éléments historiques constitutifs du logement social allemand est donc à l’œuvre. Après le statut d’utilité publique, la privatisation du logement social communal, c’est au tour du logement privé à utilisation sociale temporaire de se voir remis en cause. Alors qu’il fournit au logement social allemand l’une de ses caractéristiques et originalités, en ce qu’il est majoritairement neuf.
      Depuis 2001, et l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur la construction de logements neufs, les conditions pour obtenir le soutient de l’Etat sont beaucoup moins contraignantes. De plus, ce système incite les constructeurs à augmenter les prix de l’immobilier, les pouvoirs publics prenant les coûts à leur charge. Depuis 2003 et au-delà de 15 ans de contrat, l’Etat se désengage totalement du financement de ces logements sociaux. Les loyers auraient dû exploser afin que les propriétaires bénéficient d’un retour sur investissement mais le marché locatif allemand étant moins tendu qu’ailleurs, les prix n’ont subi aucune inflation.
      Par ailleurs, l’obligation de louer les logements construits à des revenus faibles n’a plus cour. « Cette nouvelle logique contractuelle risque de limiter très largement le renouvellement de l’offre de logements sociaux en utilisation temporaire. » Les logements encore sous le coup de ce système vont intégrer le marché privé sous peu. On peut donc craindre que ces logements, passés aux locatifs privés, ne seront pas remplacés par des logements neufs d’ « utilité sociale temporaire ».
      toujours aussi nul crassus.


    • foufouille foufouille 21 septembre 2016 12:32

      @Spartacus

      Face au manque d’offre et à la hausse des loyers, le gouvernement fédéral a immédiatement réagi : il a instauré un encadrement de la hausse des loyers à la relocation qui s’applique pour l’instant à Berlin et à Hambourg. « Il faut savoir que, même si les loyers restent faibles, certains Berlinois qui louent depuis vingt ans ont vu leur loyer bondir ces cinq à huit dernières années. Cela a été compliqué à vivre pour eux », explique Marcus Cieleback, directeur de la recherche à Patrizia AG, une société allemande spécialisée dans l’investissement immobilier.

      Concrètement, les loyers à la relocation ne pourront excéder 10 % d’un loyer « miroir » de référence déterminé en fonction du bien et du quartier. Ne seront pas assujettis à cette loi qui s’appliquera durant 5 ans seulement, «  les propriétaires qui louent leur bien pour la première fois après octobre 2014 et ceux qui ont réalisé des travaux substantiels  », explique Michael Schlatterer, responsable de l’immobilier résidentiel à Berlin et en Allemagne chez CBRE. Les loyers supérieurs de 10 % au loyer miroir seront pour leur part bloqués à la relocation
      pitoyable crassus !


    • Spartacus Spartacus 21 septembre 2016 13:00

      @foufouille


      Va donc voir a Berlin le prix d’un loyer, au lieu de faire du copié collé de la prose a gauchiste...

      Un Aller Retour en bus Paris-Berlin c’est 80€....www.flixbus.com Va voir !

      Cherche une location d’appartements, et compare à celui de Paris...
      Ca te donnera une approximation des coûts foncier locatifs a confort et taile comparable bien entendu.

      Curieusement, la réalité ne rejoint pas la prose a gauchiste.

    • foufouille foufouille 21 septembre 2016 13:45

      @Spartacus
      tu sait pas lire ou calculer ?
      ton site donne des prix par nuit !!!


    • Albert123 21 septembre 2016 13:59

      @Spartacus

      « la réalité ne rejoint pas la prose a gauchiste. »


      forcément les gauchistes ont pour mantra l’idéalisme coupé de toute réalité, 

      ils veulent en permanence transformer mère nature pour que celle ci se conforme à leur vision idéalisé d’un monde qui n’a jamais existé et n’existera jamais.

      et quand on connait en plus la nature des têtes « pensantes » de la gauche (un ramassis de pervers narcissiques et de sociopathes) on comprend également que derrière cette volonté de dresser la nature à sa guise se cache surtout les pires projets les plus abominables.

    • Jean Pierre 21 septembre 2016 20:40

      @Spartacus
      Vous avancez vos idées en les prétendant fondées sur une science économique comme « la théorie de l’information et des comportements ». Ce genre de théorie n’a aucune base scientifique avérée. Il s’agit principalement d’hypothèses de travail pour des économistes. 

      Si l’économie était une science il serait possible de prévoir les crashs financiers par exemple de la même façon que les astronomes prévoient par le calcul le passage des comètes. Aucun économiste n’a prévu la crise de 2008 qui par contre avait été assez bien anticipée par des journalistes ou des essayistes. De quoi rendre modeste les économistes de tout poil.
      Ce qui est certain par contre c’est que certaines théories économiques peuvent être très médiatisées et présentées comme « scientifique » (donc indiscutable) pour servir de justification prétendument neutre et objective à des choix économiques qui ne le sont pas du tout. 


    • Spartacus Spartacus 22 septembre 2016 08:57

      @Jean Pierre


      Aucun économiste n’avait prévu 2008 ? 
      Vous connaissez Ran Paul (père de rand Paul), théoricien des bulles économiques ?

      Je vous conseille la vidéo de monsieur Ran Paul datant du 10 septembre 2003 qui prévoit la crise des subprimes quasi dans le détail...

      Il explique point par point pourquoi en forçant Fanny Mae et Freddy Mac a prêter sans compter au marché immobilier il s’ensuivra une explosion....

      C’est pas beau de se moquer de la science économique.....


    • Clocel Clocel 22 septembre 2016 09:14

      @Jean Pierre

      « anticipée par des journalistes ou des essayistes »

      Exact ; « L’horreur économique » de Vivianne Forrester en 1997 (de mémoire) suivi d’ « Une étrange dictature » avait inscrit notre avenir au néon...

      Elle était alors traitée « d’universitaire exaltée » par les chiens de garde...

      Susan George également, entre autres.


    • Clocel Clocel 22 septembre 2016 09:18

      @Clocel

      « écrit notre avenir »


    • Jean Pierre 22 septembre 2016 22:43

      @Spartacus

      Ce qui est merveilleux avec les néo-libéraux ou les libertariens c’est que c’est l’Etat et uniquement lui qui est responsable de tout... 
      Pourtant la désindustrialisation des Etats-unis, le déficit commercial et le chômage résultent de la libre initiative d’investisseurs privés qui ont choisi les délocalisations. Une réponse de l’Etat fut le crédit facile dans l’’immobilier (Sarkozy a proposé la même chose en France avec le crédit hypothécaire). L’idée étant compenser la perte d’activité économique industrielle en soutenant d’autres secteurs (bâtiment, banques). Sur ces facilités de crédit se sont greffé des activités toutes privées : prêts immobiliers à des personnes insolvables (y compris à partir de dossiers frauduleux), pratiques de taux variables, titrisation de cette dette pour en faire des produits financiers opaques, notation très favorable de ces titres par des agences de notations aussi privées qu’incompétentes, exportation sur toute la planète de ces titres pourris, etc, jusqu’à l’explosion de la bulle.
      Cette crise, c’est l’absence de régulation financière qui a laissé la finance faire n’importe quoi (désindustrialisation, titrisation, notation, etc). Dans ce long enchaînement de faits, l’Etat Américain a principalement brillé par son absence . 
      Mais rien n’y fait : aussi longtemps que les Etats existeront qu’il leur restera un peu de pouvoir, les néo-libéraux leur attribueront tout les problèmes économiques et les rendrons même responsables de toutes les turpitudes de l’initiative privée.
      Ce n’est pas très brillant de faire des analyses économiques aussi grossièrement partiales et orientées.



  • DELAMAISON (---.---.68.192) 23 octobre 2016 15:25

    C’est un grand constat d’échec pour le PS, en plus aujourd’hui avec la réforme des APL en 3 actes de 2016, la gauche s’est tirée une nouvelle fois une balle dans le pied, c’est la fin du PS pour de nombreuses années, les adhérents en sont bien conscients, bien joué Mr VALLS pour cette politique de gauche ultra libérale (sous tutelle de Bruxelles) mais c’est une politique qui ne convient pas à une VRAIE GAUCHE SOCIALISTE (la vôtre divise au lieu de rassembler, le passage en force n’est jamais une solution acquise dans le temps, l’histoire l’a déjà démontré à de nombreuses reprises par le passé), Mr HOLLANDE, notre Président aurait du annoncer la couleur dès le départ, au lieu de berner le peuple et son électorat comme il l’a fait (de belles journées en perspective l’attendent en Scooter ...), Mr JUPPE, quant à lui, ne m’enchante guère mais il sera le grand gagnant des prochaines élections présidentielles (il en faut un)... Un jour peut-être, une VRAIE GAUCHE SOCIALISTE reviendra au pouvoir mais ce jour-là n’est pas pour demain, malheureusement !!!.

    ’’Un Ex-Citoyen de Gauche’’.


Réagir