jeudi 6 avril - par Chroniqueshumaines

Des citoyens du monde et un type qui se demande si le monde est une république ?

Il est devenu assez à la mode de revendiquer son appartenance à l'humanité et de se déclarer avant tout : citoyen du monde ! Cet article un décryptage personnel de ce concept plaisant mais trompeur et il n'a pas d'autre objectif que de donner ma version de la "chose". Je me sens moi-même citoyen du monde mais le petit bémol c'est que j'ai aussi parfaitement conscience de ne pas vivre dans un monde de citoyens...

explication :

Ah la France et ses valeurs de liberté, son message de fraternité et ses aspirations égalitaires qui font de notre pays le fer de lance de l'émancipation populaire. Quelle belle idée...quelle belle utopie. Je comprends bien l'esprit de ceux qui me disent qu'ils veulent entraîner les autres nations dans notre course vers des lendemains meilleurs pour chacun mais il va falloir être un petit peu plus réaliste et mieux comprendre le monde qui nous entoure. L'humanité est loin d'être une fratrie de bisounours prêts à se câliner et à s'aimer les uns les autres loin s'en faut. Et qui sommes-nous pour imposer notre volonté et nos valeurs à tous les peuples et à toutes les cultures ? Je le dis au risque de déplaire : si être citoyen du monde c'est se croire supérieur et considérer le reste du monde comme moins évolué, alors cette philosophie pourtant si belle au préalable s'autodétruit pour n'être plus qu'une revendication prétentieuse de ceux qui pensent que leur mode de vie est le meilleur et qu'il doit s'imposer partout et pour tous. Cela transforme cette idéologie humaniste en vision suprématiste et c'est dangereux. Que les choses soient dites.

La différence fait la différence

C'est dangereux parce que tout le monde et sur toute la planète pense la même chose de lui-même et de sa culture, ou presque ! Ainsi chacun pourrait vouloir de la même façon imposer son idéal de gré ou de force et cela se transformerait en une lutte pour déterminer qui a raison et quel doit être le mode de vie pour l'humanité tout entière. Je ne sais pas vous mais personnellement cela me ramène à de sombres pages de l'histoire. Nous oublions vite que cette soi-disant soif de démocratie est à l'origine de nombreux conflits dans le monde, non pas parce que les peuples sur place cherchent à se libérer mais bien parce que c'est nous les Occidentaux qui tentons d'imposer notre "système" dans des pays où on ne nous a rien demandé ! Il va falloir penser à arrêter de se regarder le nombril. Il y a une différence entre proposer et imposer...que dis-je un gouffre.

Qui sommes-nous pour affirmer que notre philosophie est supérieure et que seul le mode de vie Occidental mérite de perdurer ? Allez dire à un Tibétain d'abandonner sa culture sous couvert d'idéal démocratique. Allez dire à un Anglais que la monarchie n'est plus de ce temps, les Écossais auraient pu s'en défaire mais ils ont voté le non et pas seulement pour des raisons économiques contrairement à ce qu'on nous dit et cela malgré toutes les rancœurs historiques. Allez dire aussi à un Pakistanais Musulman qu'il doit tolérer le blasphème sous couvert de la liberté d'expression. Allez dire à un Amish que la laïcité est plus importante que la religion. Vous oubliez un détail...un tout petit détail : ces gens-là (pas tous mais beaucoup plus que vous ne le pensez) AIMENT leur mode de vie. Ils aiment leurs religions et les sacrifices qu'elles leur demandent. Ils aiment aussi leurs traditions et beaucoup sont heureux de vivre ainsi. Qui sommes-nous pour aller dire à ces gens de tout arrêter pour vivre comme un Occidental ?

Nous ne sommes pas un peuple supérieur loin s'en faut. Notre idéal aussi est plein de travers et oui ; notre république favorise l'égoïsme, assassine l'humilité, développe l'esprit de compétition sauvage et creuse les inégalités. Ah ben oui dans l'autre sens ça fait mal mais il faut arrêter de se prendre pour ce que nous ne sommes pas et nous ne sommes pas meilleurs que les autres. nous construisons des centrales nucléaires, des usines qui explosent, des banlieues de parcage de la misère, des banques qui appauvrissent le monde entier, dites donc quel bel exemple nous faisons...

La tolérance c'est accepter les différences

Si je me défends contre l'islamisation de la France c'est justement parce que ce pays qui est le mien est un sanctuaire pour MON mode de vie, celui que j'aime et qui me rend heureux mais à aucun moment je ne me pose en donneur de leçons pour expliquer aux autres locataires de la terre qu'ils sont dans le faux, que leur mode de vie est en dessous de tout et qu'il ferait mieux de me ressembler. Je suis citoyen du monde est tolérant de toutes les cultures dans la mesure où elles ne viennent pas empiéter sur mes libertés. Un Catholique où un Musulman aura lui aussi les arguments pour expliquer que vous faites fausse route et que vous feriez mieux de lui ressembler.

Français ou citoyen du monde ?

Partant de ce principe je me sens donc français ET citoyens du monde. Cela n'a rien d'incompatible bien au contraire. Être citoyen du monde ne signifie pas forcément vouloir faire du monde entier une seule et unique nation d'autant que c'est impossible, du moins pour encore très longtemps. Pour moi être citoyen du monde c'est accepter de partager la planète avec toutes les philosophies qui l'habitent dans la mesure où celles-ci n'agressent pas les autres puisque c'est d'ailleurs le principe même de la citoyenneté que de respecter l'avis des autres et de le prendre en compte. D'autant que j'ai conscience que les dirigeants du monde Occidental sont bien les plus grands meurtriers de l'histoire et le sont toujours à l'heure actuelle. Oui nous avons subi des attentats atroces qu'il faut dénoncer mais n'oublions pas de quel malheur nous sommes responsables pour des peuples qui ne nous demandent rien et que nous sommes incontestablement les plus gros destructeurs de l'environnement ; très loin devant le Tibet qui n'a rien de démocratique pourtant. Comment ? Si, nous sommes responsables, nous achetons des vêtements fabriqués par des enfants que rien ne nous oblige à acheter, c'est nous qui utilisons au quotidien le pétrole qui permet à nos dirigeants de déclencher des massacres à travers le monde, c'est nous qui faisons fructifier les multinationales pour notre "confort"... nous sommes responsables n'en déplaise à qui de droit. Si nous sommes vraiment citoyens du monde alors redescendons de notre piédestal et regardons les autres peuples en face sans se prendre encore et toujours pour les guides universels d'une humanité dont nous n'avons pas la propriété intellectuelle.

"Être citoyen du monde c'est se sentir appartenir à la terre entière et je trouve cette idée magnifique mais elle doit inclure que cette planète abrite aussi d'autres valeurs, d'autres vertus qui ont tout autant que nous le droit d'exister." C.H.



12 réactions


  • cathy cathy 6 avril 10:51

    Ce n’est pas « seul le mode de vie occidental mérite de perdurer ». Le monde occidental se bat depuis plus d’un siècle contre la mondialisation. Deux guerres mondiales ont balayé l’ancien monde et maintenant on nous menace de métissage de gré ou de force ! 

    Alors non, ce n’est pas un monde occidental qui va régner mais celui de la terreur.

    • Hecetuye howahkan howahkan 6 avril 11:10

      @cathy

      Salut smiley

      tu dis :

      Alors non, ce n’est pas un monde occidental qui va régner mais celui de la terreur.

      précisément c’est la même chose..de même que si je souffre ce qui est le cas de tout le monde dans une non vie et bien il n’y a pas d’un coté une sorte de « moi » et de l’autre la souffrance...il n’y a que moi en souffrance..sauf que le monstre que NOUS avons créé va maintenant s’attaquer à lui même...

      or si l’on a appris par soi même que faire avec et donc vu, aperçu, vécu , , etc.. ce qui se cache derrière ce mot totalement inadapté de souffrance...le mot dukkha issu des enseignements de Siddhartha qui n’a jamais été bouddhiste convient bien mais des pages le décrivent, si on a donc appris cela par soi même en mode révélation donc sans utiliser la pensée , on peut savoir à la fois résoudre ses propres problèmes et ceux de la planète des humains ENSEMBLE et pas comme nous faisons les uns contre les autres...sur ce dernier point il faut bien sur une masse critique pour faite basculer le monde humains de la barbarie ou nous sommes à.......tout sauf çà ...

      Là nous sommes passés en mode suicide collectif...et personnel...
      bien sur vous savez, nous savons que le suicide est la tentative impossible de fuir sa douleur...au niveau de la planète c’est pareil en mode global X par 7 milliards bien sur..

      je te salue smiley


  • genrehumain 6 avril 11:26

    «  Nous sommes tous sur cette planète bleue et les différences nationalistes n’ont plus de sens. Nous appartenons à la grande famille humaine. »

    Le dalaÏ-lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains, (le 14 septembre 2016 à Paris)

    • «  LA TERRE N’EST QU’UN SEUL PAYS ET TOUS LES HOMMES EN SONT LES CITOYENS » Baha’u’llah (1817-1892)

     »L’unification de l’humanité tout entière est le signe du stade qu’approche à présent la société humaine. L’unité de la famille, celle de la tribu, de la cité, de la nation ont été successivement tentées et pleinement établies. L’unité du monde est maintenant le but que s’efforce d’atteindre une humanité harassée. L’édification des nations a pris fin. L’anarchie inhérente à la souveraineté de l’état va vers son point culminant. Un monde qui progresse vers sa maturité doit abandonner ce fétiche, il doit reconnaître l’unité et la totalité organique des relations humaines, et établir une fois pour toutes le mécanisme qui incarne le mieux ce principe fondamental de son existence.


    ( Appel aux Nations, Shoghi Effendi, 1936 )

    C’est à cette Unité dans la diversité que nous devons consacrer le court temps de nos vies aujourd’hui.

    • C’est nos préjugés et notre ’ignorance qui nous divisent, et seul l’éducation (elle même dénuée de préjugés) peut nous en délivrer .
    •  L’UNESCO qui en a pris conscience, commence enfin à mettre en place une « ’Éducation à la citoyenneté mondiale »
    • http://fr.unesco.org/ecm

    • Hecetuye howahkan howahkan 6 avril 11:48

      @genrehumain

      Salut sauf que cela n’est pas utilisé pour aller vers un pseudo éveil des humains mais vers la mise au pas de tout le monde de manière coercitive, violente, et plus si besoin est etc

      ce qui est encore de la faute des masses qui ne veulent pas coopérer en paix et partager VOLONTAIREMENT..équitablement...

      le concept d’unité des humains est un concept, pas une réalité, notre réalité est la masse ne veut pas coopérer..du tout..ceci est le seul point de départ....sans le voir..tout le reste est pur fiction..vous n’allez pas faire un avion de 5000 places avec une tondeuse a gazon

      refus de coopérer et de partager équitablement de la masse ce qu’elle va faire par force en y perdant un partage équitable..

      la masse est le problème de fond et a ce stade elle en a bien sur la clé...mais seulement pas en tant que masse mais au travers de chacun d’entre nous..mais comme nous sommes occupés à chercher partout les boucs émissaires qui vont nous éviter de voir que moi aussi je suis le problème..je vous laisse deviner la suite..

      la walkyrie du maître va continuer...jusqu’à un éveil potentiel à ce que chacun est en profondeur mais pour moi absolument pas certains du tout..car cela ne peut pas être certains..sinon L’Origine l’aurait déjà fait...

      etc


  • Albert123 6 avril 11:41

    « Etre citoyen du monde » pour l’individu qui a inventé l’expression c’était surtout la douleur d’avoir été exilé et dépossédé de sa nationalité et des droits qui s’y rattachent, 


    aussi l’expression « citoyen du monde » n’est pas un qualificatif enviable en soi. Le fait qu’une hyper classe internationaliste, apatride et négrière, possédant la majeur partie de la presse et des médias vous fourgue ce principe aussi moisie pour le transformer en « idéal » de société devrait normalement vous alertez de son caractère nocif.

    de même que chercher à faire en permanence « consensus » ou faire preuve de « consensualité » n’est pas non plus enviable puisque le consensus est initialement une pathologie et la formalisation concrète de la pensée unique.

    J’aie beaucoup de mal à voir le moindre progrès dans le fait d’adhérer à une non culture globalisée (le globish) propre au mondialisme quand celle ci met en valeur principalement des tares et des privations.

    Mais le mondialisme étant issue de la même matrice idéologique qui a pondue tout ce qu’il y a de malsain depuis 300 ans dans le monde je ne m’en étonne plus de mon coté.

    Bref si vous n’êtes pas capable d’avoir un autre projet que le mondialisme pour gérer la réalité de la mondialisation autant se pendre dès à présent

    le désenchantement de Weber et l’aliénation de la société marchande de Marx trouvent ici une incarnation parfaite dans le fait de voir des individus qui s’asservissent eux même, voir même adoptent des comportement d’esclave de maison en adhérant à des concepts et des idéologies contraires à ses propres intérêts.

    Si votre objectif est de rejoindre les rangs du lumpen prolétariat continuez, mais cette masse là finie toujours dans des charniers poussée par des bulldozers comme du bétail pourrissant.






    • UnLorrain 6 avril 13:10

      @Albert123

      Sacrement lucide,j adhere completement a votre commentaire.

      @ Fred

      Allez sur litteratureaudio,ecoutez Un homme sensible,la plus longue nouvelle de Mirbeau,la plus dure,vraie,impitoyable lecon de vie. Il y parle d un dechet ( rognure humaine,bossu ) il y parle de Darwin,de la puissance de la nature. Octave ne tuera pas a mon avis..il cree un personnage dans cette extraordinaire nouvelle,ou bien,invente le moment ou il fera disparaitre son dechet.


  • fred fred 6 avril 12:22
    un type qui se demande si le monde est une république ?...non..le monde sert de poubelle aux déchets de l’humanité !

  • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 6 avril 14:52

    Le monde est, a toujours été et sera tant qu’il existera une mosaïque extraordinaire de formes de vie, de conscience, d’intelligence. Celui qui s’acharne à croire à l’unification de tout est perméable au mécanisme de l’Univers. Depuis que le monde est monde rien n’a jamais eu de double exact. Les vrais jumeaux ont des différences, il n’y a jamais eu deux tournesols pareils, même les étoiles sont toutes différentes. Il n’y aura jamais de grand métissage, plus il y aura d’êtres humains et plus il y aura de différences. Il faut accepter de laisser à chacun l’espace pour vivre selon son mode de vie, c’est le seul chemin vers la paix. C.H.


    • Sparker Sparker 6 avril 15:15

      @Chroniqueshumaines

      « Il faut accepter de laisser à chacun l’espace pour vivre selon son mode de vie »

      Jusqu’au moment ou votre espace devient toujours trop petit, ou votre espace ne contient rien de ce que vous consommez comme énergie, par exemple, alors à ce moment l’espace des autres devient illégitime et vousle réclamez pour vous ou allez tenter de le déloger pour prendre sa place.


    • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 6 avril 16:59

      @Sparker 
      c’est toute l’histoire du règne animal ! alors soyons civilisés la terre est grande en fait et un jour peut-être nous pourrons coloniser des terres où l’on ne dérangera personne. Merci encore à vous smiley


  • atmos atmos 7 avril 02:24

    Il faut une cité pour avoir droit de cité. L’histoire prouve que cette cité peut s’étendre au vaste territoire d’un pays pour devenir une nation. La démentielle expérimentation mondialiste démontre que cette nation ne peut s’étendre à la Terre entière. Être citoyen du monde, c’est être citoyen d’une cité imaginaire qui n’existera jamais. Le « citoyen du monde » est et restera un oxymoron, une chimère. Pire : en détruisant notre nation, les mondialistes nous ont privés de toute possibilité d’être citoyens de quoi que ce soit. En fait de citoyens du monde, nous voilà apatrides, comme bannis sur notre propre sol, réduits à l’indignité de n’être plus que des producteurs-consommateurs.


Réagir