lundi 19 juin - par salem alketbi

Doha Finance le Terrorisme à des Niveaux élevés

Le Qatar a été décrit comme un financeur de haut niveau du terrorisme par le président américain Donald Trump le dixième de ce mois. Trump a également considéré que le Qatar est un important financeur du terrorisme, ce qui signifie l'existence d'informations sur le financement du terrorisme par le Qatar. Cette information pourrait ouvrir de nombreuses portes légales qui pourraient conduire l'Emir à la Cour pénale internationale pour crimes contre des civils concernant sa participation au financement, au soutien et à la fourniture d'armes à des organisations terroristes.

Les dirigeants qatariens ne prennent pas cette crise au sérieux. Le Qatar s'appuie fortement sur le double soutien de l'Iran et de la Turquie, qui sont incapables de protéger le Qatar si une coalition internationale plus large est construite pour l'empêcher de continuer à financer et à soutenir le terrorisme. La Turquie est coincée dans la crise syrienne et ne peut fournir un soutien militaire au Qatar compte tenu de ses craintes croissantes au sujet des aspirations des Kurdes, malgré la déclaration de l’envoi d'environ 5000 soldats turcs au Qatar. L'Iran, d'autre part, ne peut pas se battre contre les États-Unis pour protéger le trône de l'émirat qatarien.

Les intérêts commerciaux des deux pays les ont amenés à bénéficier de la crise, extorquant la plus grande quantité d'argent de Tamim afin de fournir des denrées alimentaires et de faire en sorte que le Qatar ne semble pas être affecté par le boycott imposé par le Golfe et les pays arabes – une image pour laquelle Tamim paierait quelques milliards de dollars aux Turcs et aux Iraniens. Le fait est que l'économie qatarie a été gravement ébranlée, l'économie turque s'affaiblit et les dizaines de milliards de dollars investis dans les installations de la Coupe du monde peuvent être perdus, sans oublier que l'organisation de la Coupe du Monde peut être retirée du Qatar.

Les politiciens disent que Sheikh Tamim a commis une erreur grave en pariant sur les gardes révolutionnaires et les forces turques pour protéger le Qatar. Il ne pensait pas rationnellement sur les moyens de résoudre la crise, mais plutôt sur la protection de son régime contre la colère des Qataris, qui se rendirent compte que leur pays soutient les organisations terroristes tout en prétendant parfois le soutien du peuple syrien et la cause palestinienne d’autres fois.

Une personne raisonnable ne peut pas placer un pays comme le Qatar dans un conflit féroce entre les pouvoirs régionaux et les grandes puissances, ni risquer la sécurité et la stabilité de son peuple et ouvrir la porte aux exclus et aux personnes expulsées de leur pays pour vivre dans les hôtels de Doha et recevoir les allocations les plus élevées de l'argent des Qatariens, mais l'émir a pensé qu'il pourrait parfois les utiliser comme carte de pression dans leur pays.

Le clonage des politiques des grands pays dans la possession de toutes les cartes et le jeu avec toutes les parties est un risque inexplicable. Le Qatar est un petit pays qui n'a pas la force générale de faire face à la colère régionale au cas où ses complots seraient révélés. C'est ce qui s'est déjà produit après que les pays du CCG ont été à bout de patience.

Le président américain a déclaré que le Qatar est un financeur du terrorisme et il le sait, mais on peut supposer que ce qui se situe entre les lignes est beaucoup plus grand et que les anciennes administrations américaines ont fermé les yeux sur les catastrophes du leadership qatarien pour certaines considérations. L'administration américaine actuelle a pris la responsabilité de faire face au terrorisme et de bloquer ses sources de financement très au sérieux.

Les déclarations de Trump confirment que la base aérienne Al Udeid n'a plus d'avenir au Qatar parce qu'il est déraisonnable que les États-Unis conserveront leur plus grande base militaire à l'extérieur du pays au sein d'un État parrain du terrorisme. Cette situation inconfortable explique les tentatives de la diplomatie américaine pour alléger la crise avec le Qatar et absorber la colère des pays du CCG pour gagner du temps pour décider du sort des forces et des équipements américains à la base aérienne d'Al Udeid et créer un autre quartier général pour se débarrasser de cette situation nuisible à la réputation de l'armée américaine.

La série d'événements n'a pas donné aux dirigeants qatariens l'occasion de structurer les détails de la scène entière et de développer une image intégrale du désastre stratégique qu’ils ont causé au pays en raison de leur vanité.

La réaction de Tamim et sa demande de protection urgente auprès de la turquie et de l’iran confirment également la validité des déclarations qui lui ont été attribuées concernant la dépendance à l'égard de la base aérienne Al Udeid pour protéger le Qatar des ambitions présumées des pays voisins. Il repose, dans sa vision stratégique inconsciente, sur l'idée de bases étrangères. Tous les médias et les outils de financement qu'il possède ne sont pas bénéfiques pour l'Etat ou les Qatariens de quelque façon que ce soit.

Les Qatariens bénéficient-ils d'envoyer des dizaines de millions à des organisations terroristes en Irak et en Syrie ? Existe-t-il un seul Qatarien qui peut accepter que son pays envoie des allocations financières aux dirigeants des Frères musulmans ? Les Qatariens s'accordent-ils à consacrer l'argent de leur pays à la publication de journaux et à la diffusion de spots télévisés de différents pays, dans le but d'insulter le régime au pouvoir en Egypte ?

La fin de l'impasse qatarie ne viendra pas à travers la Turquie ou l'Iran, mais par l'arrêt du financement du terrorisme et ensuite s’assoir à la table de négociation pour prouver de sérieuses intentions.



12 réactions


  • Leonard Leonard 19 juin 18:59

    Mais t’as pas fini de brailler comme le haut parleur d’un camp de concentration américain ?


  • covadonga*722 covadonga*722 19 juin 19:11

    du sang jusqu’au coude les chiens wahhabites montre leur voisin en hurlant a l’assassin.



    • onésime leufeross 19 juin 20:01

      @covadonga*722
      Et pour les financeurs wahhabites le dernier coup de camionnette à Londres un retour sur investissement


  • njama njama 19 juin 19:56

    Doha finance al-Qaeda (frères musulmans et Cie, Front al-Nosra classé terroriste mais relooké Arhar al-Cham pour se refaire un hymen ... ) et Ryad finance daech alias EI État islamique

    Doha, Ryad, chou vert et vert chou ... les deux sont sponsors du terrorisme qui s’attaque à la Syrie !


  • Christian Labrune Christian Labrune 19 juin 20:34

    Ce sont les mêmes qui nous expliquent à longueur de pages que l’Occident, par des voies plus ou moins détournées, aurait fabriqué le terrorisme en Irak et en Syrie, qui reprochent ici à Salem Alketbi d’être en quelque manière un soutien du terrorisme, comme s’il était à lui tout seul l’Arabie saoudite.

    La politique de l’Arabie saoudite depuis des années ne peut certes pas échapper à un grand nombre de critiques, mais je ne vois rien à redire aux dernières analyses que j’ai pu lire de notre auteur. La politique de l’Arabie saoudite est en train d’évoluer, le pays a compris que l’islamisme radical qu’il avait soutenu risque fort de se retourner contre lui. C’est peut-être par intérêt qu’il change de politique, mais ce changement ne peut être que profitable aussi à toute une région salement menacée par l’islamo-nazisme iranien. Quand les intérêts économiques sont le moteur de la politique et vont jusqu’à primer sur les exigences des religions, c’est bon signe, c’est que le fanatisme est en régression. Du côté de l’Iran, il se faut bien qu’on en soit là.

    Ce sont les mêmes qui se répandent ici en insultes, qui iront approuver complaisamment sur ce même site les diatribes haineuses et très salement antisémites de plumitifs vendus à ces Frères musulmans qui sont bien, eux, les meilleurs soutiens d’un terrorisme dont on a pu voir en France les tristes horreurs. Tout cela prouve surtout une totale incapacité à rien comprendre à ce qui est en train de se passer dans l’Orient compliqué.


    • mmbbb 20 juin 17:16

      @Christian Labrune oui peut etre qui est l origine du bordel en Irak comme du bordel en Lybie.
      Quant a la Syrie vous pouvez ecouter les rapports Public Senat d’ Alain Juillet 
      https://www.youtube.com/watch?v=9VQnZKfbE2c&nbsp ;&nbsp ; Bon l Arabie Saoudite a signe une commande ferme de 100 milliards de dollar donc Trump a classe ce pays dans le camp du bien .


    • Zolko Zolko 21 juin 14:01

      @Christian Labrune : « La politique de l’Arabie saoudite est en train d’évoluer »
       
      le grand sioniste, défenseur de l’état d’apartheid Israel, défend maintenant les intégristes wahabites de l’Arabie Saoudite depuis qu’elle s’est alliée à Israel, contre l’Iran. C’est tellement prévisible.


  • baleti baleti 20 juin 02:49

    alketbi, celui qui écrit, en arabe mal parler

    Is se sont pas fouler


    Si on va sur les image de alketbi, sur google, on s’aperçoit qu’a par sa photo ici présente, c’est la même pour tous ses compte sur les réseaux sociaux, et aucune autre.

    Un personnage qui écrit dans plusieurs journaux international, avec la même tronche ?????????

    Ce monsieur, n’existe pas, un troll qui balance des copier coller, d’article de propagande, un peu partout sur le net. la meilleur chose a faire est de lui renvoyer l’ascenseur, des copiera coller, de son imposture un peu partons ou il exerce .


    • OMAR 20 juin 17:58

      Omar9

      Salut @baleti

      Je vous jure que sur la simple lecture du titre, j’avais deviné que c’était notre Lawrence d’Arabie, pardon, d’Agora qui est à l’origine de ce torchon....
      Effronté, il a ce culot d’écrire des inepties, de continuer à écrire des insanités, et d’écrire encore des monstruosités.
      Que des logorrhées anti-iraniennes, anti-chiites et maintenant anti-Qatari, ses acolytes d’hier, pourtant.
      Ah cette propagande maléfique....


  • Oceane 20 juin 14:55

    Et l’Arabie Saoudite le finance à quel niveau ?


  • Decouz 20 juin 22:07

    Acte suivant :
    "Finalement, le chef de du Pentagone et le ministre qatari de la Défense, Khalid Al-Attiyah, ont conclu un accord pour la vente de F-15EQ d’un montant de 12 milliards de dollars. D’après l’agence Bloomberg, la commande passée par Doha porterait sur 36 appareils."


    http://www.opex360.com/2017/06/15/le-qatar-signe-une-commande-de-12-milliards-de-dollars-pour-une-trentaine-davions-f-15eq/

Réagir