mercredi 3 mai - par VICTOR Ayoli

Écoutons la grande voix d’Alain : « les moutons »

Par cette parabole, le philosophe Alain donne à méditer sur la manipulation des esprits et la servitude volontaire des soumis. À méditer en cette période électorale.

"Le mouton est mal placé pour juger ; aussi voit-on que le berger de moutons marche devant, et que les moutons se pressent derrière lui ; et l’on voit bien qu’ils croiraient tout perdu s’ils n’entendaient plus le berger, qui est comme leur dieu. Et j’ai entendu conter que les moutons que l’on mène à la capitale pour y être égorgés meurent de chagrin dans le voyage, s’ils ne sont pas accompagnés par leur berger ordinaire. Les choses sont ainsi par la nature ; car il est vrai que le berger pense beaucoup aux moutons et au bien des moutons ; les choses ne se gâtent qu’à l’égorgement ; mais c’est chose prompte, séparée, et qui ne change point les sentiments.

Les mères brebis expliquent cela aux agneaux, enseignant la discipline moutonnière, et les effrayant du loup. Et encore plus les effrayant du mouton noir, s’il s’en trouve, qui voudrait expliquer que le plus grand ennemi du mouton, c’est justement le berger. « Qui donc a soin de vous ? Qui vous abrite du soleil et de la pluie ? Qui règle son pas sur le vôtre afin que vous puissiez brouter à votre gré ? Qui va chercher à grande fatigue la brebis perdue ? Qui la rapporte dans ses bras ? Pour un mouton mort de maladie, j’ai vu pleurer cet homme dur. Oui je l’ai vu pleurer. Le jour qu’un agneau fut mangé par le loup, ce fut une belle colère ; et le maître des bergers, providence supérieure et invisible, lui-même s’en mêla. Il fit serment que l’agneau serait vengé ; il y eut une guerre contre les loups, et cinq têtes de loup clouées aux portes de l’étable, pour un seul agneau. Pourquoi chercher d’autres preuves ? Nous sommes ses membres et sa chair. Il est notre force et notre bien. Sa pensée est notre pensée ; sa volonté est notre volonté. C’est pourquoi, mon fils agneau, tu te dois à toi-même de surmonter la difficulté d’obéir, ainsi que l’a dit un savant mouton. Réfléchis donc, et juge-toi. Par quelles belles raisons voudrais-tu désobéir ? Une touffe fleurie ? Ou bien le plaisir d’une gambade ? Autant dire que tu te laisserais gouverner par ta langue ou par tes jambes indociles. Mais non. Tu comprends bien que, dans un agneau bien gouverné, et qui a ambition d’être un vrai mouton, les jambes ne font rien contre le corps tout entier. Suis donc cette idée ; parmi les idées moutonnières, il n’y en a peut-être pas une qui marque mieux le génie propre au vrai mouton. Sois donc au troupeau comme ta jambe est à toi. »

L’agneau suivait donc ces idées sublimes, afin de se raffermir sur ses pattes ; car il était environné d’une odeur de sang, et il ne pouvait faire autrement qu’entendre des gémissements bientôt interrompus ; et il pressentait quelque chose d’horrible. Mais que craindre sous un bon maître, et quand on n’a rien fait que par ses ordres ? Que craindre lorsque l’on voit le berger avec son visage ordinaire et tranquille ainsi qu’au pâturage ? À quoi se fier, si l’on ne se fie à cette longue suite d’actions qui sont toutes des bienfaits ? Quand le bienfaiteur, quand le défenseur reste en paix, que pourrait-on craindre ? Et même si l’agneau se trouve couché sur une table sanglante, il cherche encore des yeux le bienfaiteur, et le voyant tout près de lui, attentif à lui, il trouve dans son cœur d’agneau tout le courage possible. Alors passe le couteau ; alors est effacée la solution, et en même temps le problème."

Alain 13 avril 1923

Extrait du livre « Propos sur les pouvoirs » d’Émile Chartier, dit Alain, philosophe, écrivain, journaliste

 

Merci au regretté Charb, victime de la bêtise humaine et du fanatisme

 



9 réactions


  • Jeekes Jeekes 3 mai 15:49

    L’agneau vote pour micron.
    L’agneau est con comme un balai, c’est un fait bien connu.

    L’agneau passe son temps à s’envoyer du pastis et à faire de la philosophie au bistrot de la toile avec ses potes fergougousse et gronichou.

    L’agneau est versatile, il suit celui qui bêle le plus fort.

    L’agneau votera pour son boucher.

    Mais jamais l’agneau ne pourra croire que son avis serait capable d’influencer le reste du troupeau.
    Nan, il se contentera de suivre le « couloir de la mort. »

    Allez, l’aïl-au-lit, retourne cou-couche !


    • Lugsama 3 mai 17:01

      @Jeekes

      Les pastis c’est plutôt les électeur du FN, suffit d’allez dans un bistrot pour le savoir.

    • Satournenkare 3 mai 17:31

      @Lugsama
      je pensais que c était les électeurs du fn qui étaient racistes et adeptes des simplifications abusives ! Je constate que c’est également réparti entre les deux camps ;)


  • BA 3 mai 15:59

    Le 5 mai 2002 (très beau poème).

    Le 5 mai 2002, à la présidentielle :

    Chirac contre Le Pen ! Odeur pestilentielle.

    Tout le monde disait : « Votez tous pour Chirac ! »

    Les médias, le show-biz, les syndicats, le CAC.

    J’ai donc voté Chirac : j’ai fait comme on m’a dit ...

    … Et cela m’a coûté cinq ans de sodomie.

    2002 - 2007, nous eûmes la Géhenne :

    Le chômage, la constitution européenne,

    La Bourse qui s’envole, les riches qui s’enrichissent,

    Les banquiers qui se goinfrent, les pauvres qui s’appauvrissent,

    La régression sociale, Jean-Pierre Raffarin,

    Dominique François Galouzeau de Villepin.

    Je détestais Chirac, mais j’ai voté pour lui.

    Quelle erreur. Mon anus saigne encore aujourd’hui.

    Quinze ans plus tard, tintin ! Ils n’auront plus mon fion.

    7 mai 2017 : ni Le Pen, ni Macron.


    • Jeekes Jeekes 3 mai 16:09

      @BA
       
      Vous avez oublié :

      En 2007 on vous a dit : votez contre la cinglée du Poitou

      En 2012 on vous a dit : votez contre l’agité du bocal

      En 2017 on vous dit : votez contre les z’heures les plus sombres, etc.

      Après ça vos hémorroïdes sont pas prêtes de vous fiche la paix !

       


  • Laulau Laulau 3 mai 16:22

    La manipulation des esprits ? Curieux sujet pour un auteur qui reprochait, il y a peu, à JLM de ne pas donner de consigne de vote. Qui manipule qui ? Mélenchon ? Si c’est le cas, chapeau ! Manipuler l’opinion avec 99,9 % des media contre vous, c’est une sacré performance. Allez, va boire un coup, Victor.


  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 16:40

    Si il n’y a pas de berger, le vrai mouton ne va sûrement pas aller se choisir un autre maître....il va vivre en groupe sa vie de mouton.....

    c’est le maître qui a besoin du mouton...

    C’est Mr Rothschild qui a besoin de nous, nous n’avons pas besoin de lui ni de ses semblables

    ceci perçu en profondeur par assez d’humain sera le seul point de basculement radical qui se produira...avec l’éveil alors à notre nature profonde instinctive qui est en fait coopérative et partageuse de tout ce qui est vital , en paix donc etc

    ce qui nous arrive est que un programme a pris le contrôle total du cerveau,il s’agit de la pensée analytique qui est une calculatrice, un radar pour que le corps se meuve, un moyen, un outil etc et n’aurait jamais du être décisionnaire fondamental dans nos vies....

    ceci est abordé de manière allégorie hermétique dans ce qui nous reste de l’allégorie entre autre d’Adam et de Eve...

    une autre allégorie évoque aussi cela mais elle est plus profonde encore, celle de l’enfer, du purgatoire et du paradis qui évoque en fait 3 états du cerveau humain...
    l’enfer est celui de la pensée, le purgatoire est celui du début de l’éveil à la vie donc le début de l’éveil de nos autres capacités , et le paradis est l’ouverture de toutes nos capacités donc la majeure partie sont en panne...

    c’est très simple...en soi....

    ne cherchez pas a comprendre avec la pensée, elle n’a pas accès à cela...cela ne marchera pas..

    A ce niveau on sait de suite ou on ne sait pas...je n’y ajoute aucune valeur + ou -...c’est juste du domaine des faits donc de la vérité...

    schuss smiley


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 mai 20:52

    C’est à mourir de rire smiley
    Les gens qui votent au 1er tour, et qui ensuite ne continuent pas leur sale besogne, même pire, ont l’audace de dire de méditer sur la manipulation des esprits et la servitude volontaire des soumis ^^


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 4 mai 21:35

    Alain, philosophe et ... linguiste ! Il nomme bien les « choses » !


Réagir