lundi 1er mai - par VICTOR Ayoli

Elections : Le temps des basses manoeuvres

On met à toutes les sauces la statue du Commandeur… De Gaulle doit faire le ventilateur dans sa tombe ! Le fin du fin, maintenant, pour ceux qui se prétendent encore gaullistes, c’est de se rallier aux mânes des pétainistes ! Garaud (Marie-France… non, on peut barrer France), Boutin sortant de son bénitier et maintenant Dupont-Aignan…

Ces ralliements au parti de la rdoite la plus extrême salissent l’image de celui dont ils se prévalent. Dupont-Aignan avait pourtant su se donner une image, certes un peu ringarde, mais d’honnêteté intellectuelle : souveraineté nationale mais approche sociale gaullienne. En fait, il se révèle n'être qu’un arriviste, un collabo qui lèche les bottes cloutées de ceux qui ont toujours combattu De Gaulle. Il se comporte comme un petit boutiquier – il compte sur Le Pen pour renflouer les caisses de son mini-parti – doublé d’un m’as-tu-vu ridicule : premier ministre fictif. Il devrait rebaptiser sa boutique : « À plat ventre, la France ». C’est surtout un imbécile qui marque là son suicide politique. Parce que sa patronne ne sera pas élue et donc lui sera cocu mais marqué à jamais du sceau de l’infamie. Bon débarras.

De l'autre bord, Mélenchon tangente la déprime et joue les « gazelles pudiques »… À quoi il joue lui aussi ? La bande à Le Pen profite du flou artistique dans lequel il s’enferme pour venir draguer sans vergogne parmi ses sept millions d’électeurs ! Désolant…

Il faut comprendre sa grande désillusion. Il se voyait réellement au second tour. Et ce n’était pas illusoire, il s’en est fallu de 600 000 voix. C’est beaucoup, mais moins du dixième des électeurs qu’il a su mobiliser. Une semaine de campagne de plus et le siphonnage des voix de Hamon pouvait permettre cette qualification. Mais probablement pas la victoire finale car pour cela il lui aurait fallu se trouver face à Le Pen et donc éliminer Macron. Pas évident du tout. Alors pas de regret ami Jean-Luc ! Tu as fait une campagne formidable, tu as réveillé un peuple de gauche qu’on croyait disparu, tu as suscité l’enthousiasme de centaines de milliers de militants, ce qui n’était plus arrivé depuis longtemps, tu as rendu lumineux un avenir jusque-là désespérant. Pas de quoi faire la gueule, non ?

Réunir 20 % des électeurs sur un programme novateur, réellement de gauche, portant une transformation non seulement politique mais aussi écologique et économique, c’est un résultat formidable. C'est le levain d’une vraie et puissante force populaire apte à donner une dimension politique aux luttes sociales et écologiques. Une force qui, traduite dans les urnes aux législatives, peut être une force d’opposition efficace, capable de calmer les ardeurs ultralibérales supposées de Macron.

Une opposition qui sinon, avec la débandade tant du PS que du LR, sera laissée au F.Haine, hélas. Raison de plus pour que Mélenchon oublie sa déconvenue, se requinque et reparte, avec son enthousiasme communicatif dans une campagne législative triomphante.

Pour cela il lui faut reconquérir les voix des ouvriers que la décomposition du Parti Communiste a laissés partir chez Le Pen. Et là, on peut en vouloir au Parti Socialiste qui non seulement a précipité la chute du PC mais, par sa conversion « blairiste » à l’ultralibéralisme, a abandonné les classes laborieuses qui, par dépit plus que par choix, se sont laissées séduire par les sirènes douteuses du parti d'extrême droite…

Le succès de la France Insoumise propose enfin une alternative politique au Front national. L’espoir, il est là ! Et il n’est pas mince. Merci pour tout ça, ci-devant camarade Mélenchon ! Et remonte en selle : la France a encore besoin de ton enthousiasme, de ta fougue, de ta détermination, de tes idées.

 

Illustration : merci à Fluide glacial

 



12 réactions


  • biquet biquet 1er mai 10:27

    J’ai déjà écrit 2 articles dans AV qui ont été refusés tous les 2. Je viens d’en écrire un troisième qui va subir le même sort. Pourtant la référence historique de Delanoë a été relayée par tous les médias.
    Le titre de l’article est : Delanoë, grand manipulateur de la vérité historique

    Pierre Delanoë a déclaré que si Hitler était arrivé au pouvoir c’était parce l’extrême gauche allemande (traduire « le parti communiste ») avait refusé de s’opposer à Hitler en ne participant pas à un front commun, avec le SPD (sociaux-démocrates), anti-Hitler. La réalité est exactement inverse.

    Aux élections présidentielles de mars 1932, le parti social démocrate allemand (SPD) a soutenu Hindenburg pour faire barrage aux nazis, alors que le DKP (parti communiste) a présenté son candidat. Hindenburg a obtenu 49,53 %, ne passant pas dès le premier tour pour quelques milliers de voix. En janvier 1933, c’est le même Hindenburg qui nomme Hitler chancelier. Le parti nazi était alors en totale déconfiture, aux élections municipales de décembre 1932 en Thuringe, le parti nazi perd 40 % de son électorat par rapport aux législatives de juillet. De nouvelles élections législaves ont lieu en novembre 1932 et le parti nazi perd 34 députés par rapport à celles de juillet. C’est donc Hindenburg, soutenu par les sociaux-démocrates et les bourgeois conservateurs, qui a installé Hitler au pouvoir en janvier 33. Hitler n’ayant pas de majorité, il décide de nouvelles élections législatives le 5 mars 1933. En fait les dernières élections libres en Allemagne vont être les élections législatives de novembre 1932, où le parti nazi était en net recul. Dans la nuit du 27 au 28 février, les nazis dirigés par Göring, manipulent un communiste d’origine hollandaise pour incendier le Reichtag. Le parti communiste est mis hors la loi et ne peut participer aux élections alors qu’il était le seul parti en réelle progression. C’est la fin de la démocratie en Allemagne jusqu’en 1945.

    Dans la réalité les sociaux démocrates allemands sont indirectement responsables de l’accession au pouvoir d’Hitler en ayant refusé le Front populaire avec les communistes et en ayant soutenu Hindenburg aux présidentielles. Certes le SPD a bien soutenu Hindenburg pour faire barrage à Hitler et Delanoë a raison à ce moment de l’Histoire, mais bien sûr il oublie de dire que c’est la personne qu’ils ont soutenue, qui par la suite a ammené Hitler au pouvoir.

    Heureusement Macron n’est pas Hitler, même si dans son discours d’Arras il lui empreinte la gestuelle et surtout l’hysthérie vocale. Le meilleur vote anti-fn c’est le vote blanc : c’est la seule façon de montrer qu’on ne se laissera pas faire avec Macron, qu’il ne sera pas le marche-pied de Marine Le Pen pour permettre son élection en 2022. De toute façon Macron sera élu, grâce aux électeurs manipulables qui respectent les consignes de vote ; mais si le vote blanc est important, cela montrera à Macron que la bataille des législatives est loin d’être gagnée.

    Pour voter blanc il suffit de ne rien mettre dans l’enveloppe ou de prendre une feuille blanche format A4 et prendre le quart de sa surface (dimension du bulletin de vote).







  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er mai 11:53

    Encore un doux rêveur de la FI ! Mélenchon n’a pas fait toute cette campagne pour « sauver la Gauche », mais pour « sauver le rêve européen » commun à tous les socialistes  ! Il n’y a jamais eu de rêve européen, c’est de la propagande.


    L’Europe est née d’un accord entre les banquiers et les cartels du charbon et de l’acier, de la France et la Ruhr. Sous la houlette de Mitterrand et des anglo saxons. Pas de quoi faire rêver qui que ce soit à Gauche !
    « Aux origines du carcan européen » par Annie Lacroix Riz.

    Analyse du Marché Commun par la CGT, dans les années 50/60 :

    "- La libre circulation des marchandises, donc le déchaînement de la concurrence fondée sur l’infériorité des salaires et de la législation sociale, l’harmonisation par le bas des conditions sociales dans les différents pays, l’opposition renforcée à toutes les revendications des travailleurs. (...)

    - La libre circulation des capitaux, le danger d’évasion des capitaux, de dévaluation et même de remplacer la monnaie nationale par une monnaie commune. (...)"

    L’enjeu est énorme : le Marché commun conduit infailliblement, à plus ou moins brève échéance, à la disparition des souverainetés nationales, à la création d’un super-État européen, réduisant à sa plus simple expression tout ce qui pourrait subsister d’individuel, de politiquement et économiquement indépendant chez les membres de la Communauté.

    Ce super-État sera dominé par le pôle d’activité économique le plus puissant : la Ruhr ; par la puissance la plus énergique et la plus dynamique : l’Allemagne de l’Ouest. [...] Pour la France, la réalisation du Marché commun c’est l’acceptation de l’hégémonie allemande. Son industrie ne pouvant lutter contre la concurrence d’outre-Rhin tombera sous la coupe des konzerns de la Ruhr.(...) "


    • titi 1er mai 16:40

      @Fifi Brind_acier

      Fifi a réexhumé Annie Lacroix Ritz.
      Celle qui en bonne stalinienne réécrit l’histoire pour servir sa propagande.

      Jusque là je vous prenais pour un monomaniaque, mais là vous êtes définitivement décrédébilisé.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er mai 19:08

      @titi
      Annie Lacroix Riz est une vraie historienne, qui travaille sur les archives, et ne passe pas son temps à compiler les livres des autres !

      Critiquer le messager en pensant enlever la crédibilité du message, est une vieille ficelle de tous les manipulateurs. Sur « le rêve européen bidon », vous avez un avis ?? Ou vous préférez bottez en touche ?


    • Pie 3,14 1er mai 19:25

      @Fifi Brind_acier

      Lacroix-Riz est une historienne de métier communiste orthodoxe, anti-capitaliste, anti-UE, pro-soviétique . Elle est très critiquée par ses pairs qui lui reprochent une approche avant tout militante et partiale. Elle est aussi très isolée au sein de l’Université.
      Ses travaux circulent surtout dans les cercles anti-UE, anti-US ou nostalgiques de l’ex-URSS. Paradoxalement celle qui se définie comme une communiste fait aussi le miel de nombreux sites d’extrême-droite.
      La citer comme vous le faites à longueur de temps comme une source inattaquable est tout à fait injustifié car vous oubliez que l’immense majorité de ses collègues sont en désaccord avec ses écrits.

    • titi 1er mai 21:43

      @Fifi Brind_acier

      Annie Lacroix Ritz est ouvertement marxiste et partisane.
      Sa thèse elle l’a obtenu par un directeur de thèse ouvertement marxiste et partisan.

      Elle fait partie du pire de ce qu’à pu produire l’université lorsque celle-ci est instrumentalisée.
      Dans le monde de Lacroix Ritz, le 23 aout 1939 n’a jamais existé.

      Après on s’étonne que notre système éducatif s’enfonce dans les tréfonds des classements internationaux.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 mai 08:01

      @Pie 3,14
      Bien sûr, ses confrères sont allergiques à la poussière des archives et se contentent de compiler les livres des autres ! Ou bien ils sont euro atlantistes et font l’impasse sur ce qui les dérange.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 mai 08:05

      @titi
      Sauf qu’elle travaille sur les archives !
      Lisez « Les élites françaises entre 1940 et 1944 » toutes les archives et les documents déclassifiés sont cités.


    • titi 2 mai 10:24

      @Fifi Brind_acier

      Le problème de Mme Lacroix et de ses pairs, c’est qu’ils oublient systématiquement d’inclure un élément dans leurs travaux.

      Pour eux le pacte Germano Soviétique n’a jamais existé.

      Oups !


  • bonalors 1er mai 16:52

    alors votre cador Melenchon au idees larges et front haut, farouche comme une pucelle EH EH EH
    Une pucelle qui vous la met in profundis in the culo

    Demandez lui pourquoi il n a pas demande aux insoumises de services avec leur balai dans le cul, et la balayette en berne, s’il devait démissionner de son mandat Europeen
    Vous êtes définitivement trop con, mais heureusement seul la mort pourra vous délivrer, finalement c est la seule bonne idée que Dieu aurait pu avoir (aujourd hui je dois etre dans un mauvais jour)


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er mai 19:11

    Les masques tombent et les insultes des uns et des autres n’y changeront rien ! 

    - Dupont Aignan, qui disait pis que pendre du FN, vient de le rallier.

    - Le FN a fait un rétropédalage d’anthologie !

    - Et Mélenchon espère une majorité de Députés pour gouverner avec Macaron !


    Elle est pas belle, la vie avec les « souverainistes » ! ??


    • bonalors 1er mai 20:01

      @Fifi Brind_acier
      Bonjour
      oui vous avez raison rien ne sert de s enerver, le pb c est l OTAN combien d Ukrainiens, Syriens et Lybiens devront nous encore massacrer pour preserver notre petite retraite et pourvoir d achat ? vous avez une idee vous ?

      cdlt


Réagir