mardi 21 février - par rosemar

Emmanuel Macron ou la stratégie électoraliste...

Après ses propos sur la colonisation algérienne qu'il a qualifiée de "crime contre l'humanité", voilà qu' Emmanuel Macron évoque les opposants au mariage pour tous et prétend qu'ils ont été "humiliés", lors du quinquennat de François Hollande.

"Une des erreurs fondamentales de ce quinquennat a été d’ignorer une partie du pays qui a de bonnes raisons de vivre dans le ressentiment et les passions tristes. C’est ce qui s’est passé avec le mariage pour tous, où on a humilié cette France-là..", a-t-il déclaré...

Les termes utilisés relèvent chaque fois de l'hyperbole, d'un excès dans l'expression qui surprend : une volonté de frapper l'opinion, de susciter la polémique, sans doute...

Le résultat est là : Emmanuel Macron a réussi à faire parler de lui. Tout le monde commente ses propos... une stratégie sans doute...

Une stratégie très "people" : il s'agit de faire la Une des journaux.

Mais, en période électorale, il s'agit surtout d'attirer différents électeurs dans ses filets.

D'abord, quelques électeurs de gauche, ceux qui, dans les banlieues, se considèrent encore comme les victimes de la colonisation...

Puis, quelques électeurs d'extrême droite, qui, adeptes de la Manif pour tous, auraient été selon Emmanuel Macron, "humiliés".

Un mot qui surprend quand on se souvient de ces manifs pour tous où les homosexuels étaient cloués au pilori.

Humilié ? Qui a été humilié ? Qui a fait preuve d'homophobie ? 

Ainsi, Emmanuel Macron ratisse des électeurs au plus large : de la gauche à l'extrême-droite.

Ce faisant, il perd une une grande partie de sa crédibilité : il se veut rassembleur, mais on le voit, ses propos divisent par leur excès, leur démesure, leur inexactitude même, leur partialité.

Avec sa déclaration sur le colonialisme, il flatte les dirigeants algériens, alors que ceux-ci sont prêts à invoquer le colonialisme pour justifier leur incurie. Est-ce bien subtil ?

Quand il évoque l'humiliation des participants à la Manif pour tous, il veut flatter aussi cette frange extrémiste de la population française prête à descendre dans la rue pour s'opposer aux droits des homosexuels.

Emmanuel Macron est dans une stratégie électoraliste : il jongle avec les électeurs de droite, de gauche.

A ce jeu, il se brûle les ailes et perd un peu plus encore de sa crédibilité....

 

 

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-beaulieu/cher-emmanuel-macron-qui-humilie-qui/

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/02/emmanuel-macron-ou-la-strategie-electoraliste.html

 



27 réactions


  • Tall Tall 21 février 09:14

    Oui, le petit Macron doit encore apprendre la politique ... et ça tombe bien, car Bayrou devrait bientôt s’amener pour lui apprendre quelques ficelles du métier.

     
    Notamment celle qui consiste à se prétendre anti-Fillon ( mais pas trop ) pour piquer des électeurs au centre, et ensuite les refiler au même Fillon, en suggérant de voter contre le FN au 2e tour.
     

  • Clocel Clocel 21 février 09:18

    Marrant comme Spinoza revient à la mode dans le discours...

    Si Macron s’appuie sur « L’éthique », tous les espoirs sont permis...

    Lordon va devoir se replier sur Nietzsche !


    • rosemar rosemar 22 février 22:05

      @Clocel

      L’éthique en politique ? Est-ce possible ??

  • Alpo47 Alpo47 21 février 09:52

    Comme cela a déjà été dit et démontré sur ce forum, Macron est un pur produit des stratégies de marketing. A peu près tout est fabriqué, faux, chez lui.
    Il a pour lui, le fait que les élections sont dans peu de temps. S’il parvient à suffisamment s’agiter pour continuer de faire illusion, il pourrait passer devant les deux autres, menteur-vénal ou médiocre-transparent. Il a donc un large espace devant lui, bien servi par les médias du « système ».
    Le Pen/ Macron au second tour et comme d’habitude, le choix sera : qui est le moins pire pour le pays ?
    Un WE à la campagne.


  • straine straine 21 février 09:56

    Le programme de macron comme celui de fillon -> Recommandation de la (COMMISSION EUROPÉENNE)  smiley


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 février 10:28

    Macron ?


    C’est comme si United Fruit finançait l’armée américaine pour bombarder tous les exploitants agricoles français et imposait à la grande distribution ses propres produits en tirant ses dernières cartouches sur les desperados qui tentent de vendre leurs carottes sur un marché parallèle. 

  • Taverne Taverne 21 février 12:40

    On peut répondre par une chanson : « Les Passions tristes ».


  • Elliot Elliot 21 février 13:58

    Je ne sais si Macron, en donnant à une chaîne de télévision algérienne, son sentiment sur la colonisation cherchait à faire parler de lui : il a dit ce qu’il pensait de cette phase de l’histoire et je ne vois pas en quoi on pourrait le lui reprocher sauf à considérer que les conquêtes militaires et leurs dégâts qui n’étaient pas collatéraux mais inhérents au processus étaient la marque d’un humanisme de bon aloi comme on tenta de le faire croire en ces temps où s’écrivait un roman national destiné à souder la nation.

    Son erreur a été pour moi de faire plus ou moins marche arrière devant les récriminations bruyantes d’une escouade de fascistes en édulcorant son propos : les nostalgiques de l’Algérie française qui ont manifesté ont plutôt démontré toutes les raisons qu’avaient les Algériens de s’émanciper de ces reîtres.

    Quant à son électoralisme, il n’est pas différent de celui de tous ceux qui veulent figurer honorablement dans cette joute, il fait partie de la règle du jeu : essayer de convaincre le plus grand nombre. 

    Et la pureté des sentiments ne s’accorde pas toujours avec la volonté de gagner.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 février 14:29

      @Elliot

      Il n’a pas dit ce qu’il pensait, mais ce qu’il croyait pouvoir lui rapporter des voix, et il a fait la même chose quand il est revenu sur ses propos. On peut supposer qu’en fin de course, il fait le bilan de ce qu’il perd et gagne à chaque fois.
      Il a fait la même chose avec le le « mariage pour tous » : une fois d’un côté, une fois de l’autre. 
      Hollande avait fait la même chose avec la finance qu’il était son ennemie au Bourget et son amie le lendemain à Londres !
      Ces gens-là ne disent pas ce qu’ils pensent mais ce qu’ils pensent que le public a envie d’entendre en considérant que chaque auditoire est plus ou moins étanche.

    • francesca2 francesca2 21 février 18:13

      @Elliot


      «  »« et je ne vois pas en quoi on pourrait le lui reprocher sauf à considérer que les conquêtes militaires et leurs dégâts qui n’étaient pas collatéraux mais inhérents au processus étaient la marque d’un humanisme de bon aloi comme on tenta de le faire croire en ces temps où s’écrivait un roman national destiné à souder la nation.

      Son erreur a été pour moi de faire plus ou moins marche arrière devant les récriminations bruyantes d’une escouade de fascistes en édulcorant son propos »«  »" 


      « En un siècle, à force de bras, les colons ont d’un marécage infernal, ‘ la Plaine de la Mitidja’, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi…Quarante ans est un temps honnête ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants. » 

      Boualèm Sansal.

      « La scolarisation française en Algérie a fait faire aux arabes un bond de mille ans » 
      Belkacem Ibazizen.

    • rosemar rosemar 21 février 18:26

      @Jeussey de Sourcesûre

      Eh oui, dire une chose et son contraire : c’est là une façon de satisfaire tout le monde, mais au final, on repère le stratagème et l’illusion...

    • rosemar rosemar 21 février 21:30

      @Elliot

      L’électoralisme de Macron le conduit tout de même à faire de grands écarts pour glaner des voix de tous côtés....
      Quant à la formule de Macron sur la colonisation, elle fait référence à la seconde guerre mondiale, et à l’holocauste, aux camps de concentration, était-elle adaptée en la circonstance ? Une façon de flatter le pouvoir algérien, alors que celui-ci ne le mérite guère...

    • Elliot Elliot 22 février 00:40

      @rosemar

      Le problème n’est pas que les autorités algériennes méritent ou ne méritent pas votre sollicitude ou celle de Macron ou la mienne, bref que le contexte n’était peut-être pas le bon, on laissera cela à l’appréciation de chacun, mais il a jugé l’acte colonial, quels que soient d’ailleurs les différentes formes dont il s’est affublé ou les masques qu’il a pris pour justifier l’entreprise de sujétion.

      Les colonies sont le résultat de conquêtes qui furent sanglantes pour les populations asservies, c’est un crime dont la France n’est évidemment pas la seule à s’être rendue coupable. 

      Cela doit être reconnu comme tel au-delà de tout juridisme assez dérisoire qui établit des hiérarchies victimaires.

      Pour moi, il a eu raison sur ce point – que ce soit sincère ou bêtement opportuniste ne change rien à la pertinence du diagnostic - et ceux qui ne rechignent à l’admettre le font trop souvent pour de mauvaises raisons : l’esprit de revanche et l’impossibilité de reconnaître les erreurs dont ils ont bénéficié ou qu’ils ont cautionnées.

      Qu’on appelle cela électoralisme, si l’on veut mais le « péché » est fort communément partagé dans toutes les directions, y compris celles qui s’offusquent à peu de frais ou que la vérité continue de déranger.

       


    • atmos atmos 22 février 03:02

      @Elliot

      Un particulier peut dire tout le mal qu’il pense de la colonisation française, ça n’a guère d’importance. Mais un candidat au poste de président de la république a de plus hautes responsabilités. Si Macron est élu (je frémis en l’évoquant), il se retrouvera chef d’une nation qu’il aura lui-même abaissée, qu’il aura lui-même condamnée à une repentance perpétuelle. C’est une faute politique impardonnable, et qui le disqualifie définitivement.


    • rosemar rosemar 22 février 08:39

      @Elliot

      Macron est dans la posture et dans l’opportunisme : il a fait cette déclaration dans un lieu, à un moment, où il veut flatter certains électeurs... Il en avait fait une toute autre, dans d’autres circonstances, évoquant, alors, la fonction civilisatrice de la colonisation.

    • Elliot Elliot 22 février 12:00

      @atmos

      Reconnaître une faute grandit plus qu’elle ne disqualifie celui ou celle qui a le courage de le faire.
      Macron est davantage disqualifié par le courant libéral vaguement social dont il est issu et qu’il représente que par ses déclarations en Algérie.

      L’Allemagne a assumé son histoire : plus personne ne lui demande de faire repentance et c’est même plutôt elle qui donne le tempo au sein de la Communauté européenne, elle ne demande pas d’être aimée mais suivie voire « obéie » dirons certains.

      Avant de vouloir donner des leçons au monde entier, il faudrait peut-être que la France assume également les pages noires de son histoire. 

      Qu’elle admette que si Napoléon est peut-être un grand homme chez elle qui bénéficie d’un prestigieux tombeau aux Invalides, il n’en est pas de même ailleurs dans tous ces pays, comme par exemple l’Espagne ou la Russie, où il a porté le fer et fait couler le sang. 

      Il n’est pas rédhibitoire pour moi que des Français – même postulant aux plus hautes charges - puissent avoir un regard critique sur son histoire.

      Ce sont plutôt ceux qui, dans l’état où elle est tombée, se gargarisent de sa grandeur passée qui se mettent au ban de l’histoire même si apparemment ils flattent on ne sait trop quels instincts grégaires venus du fond des âges...


    • Elliot Elliot 22 février 12:28

      @francesca2

      Ce sont les fameux effets bénéfiques de la colonisation, personne ne les nie comme personne ne devrait oublier que la motivation de départ de tous ces aménagements n’était pas le bien-être des populations locales mais d’assurer aux colons des conditions de vie prospères.

      Et tout cela ne peut faire oublier les conditions sanglantes de la conquête, massacres, « enfumades » expropriations…

      Le Maréchal de Saint Arnaud ( 1798-1854) qui fit toute sa carrière militaire en Algérie au service de la colonisation en donne ingénument d’édifiants comptes rendus dans sa correspondance.

      Quant aux écrivains que vous citez, je vous retournerais facilement le procédé avec tous ces talentueux intellectuels, écrivains, metteurs en scène français qui ne trouvèrent jamais de mots assez élogieux pour glorifier le système politique de l’Allemagne nazie et la chasse aux Juifs sous Vichy.

      Le temps a fait litière de tout cela.


    • atmos atmos 23 février 04:46

      @Elliot

      « L’Allemagne a assumé son histoire : plus personne ne lui demande de faire repentance »

      Oui, mais :

      - Le colonialisme français n’est pas de même nature que le nazisme.

      - L’Allemagne n’est pas peuplée de millions de Français, de Polonais, de Tchèques, de Russes… alors que la France est peuplée de X millions de personnes originaires de ses anciennes colonies. La déclaration de Macron revient à leur dire : « La France a commis un crime imprescriptible contre vos pays d’origine ». Bien sûr, ils comprendront : « Vous êtes les victimes perpétuelles des Français, criminels perpétuels ». On peut compter sur ces « victimes perpétuelles » pour demander aux Français de faire repentance, perpétuellement. Pas de quoi améliorer les relations entre communautés, puisque communautés il y a.


  • Christian Labrune Christian Labrune 21 février 23:56

    Du côté de Beaubourg, on voit quelquefois des chômeurs qui, pour gagner quelques petites pièces, munis d’un seau et d’une ficelle tendue entre deux bâtons, font s’envoler d’énormes bulles de savon. Je photographie quelquefois ces charmantes performances qui font le bonheur du vieil enfant que je suis resté.

    Avec un appareil réglé au 500ème, c’est très vite fait et ça ne mérite pas, de toute façon, qu’on interrompe plus longuement sa promenade. Aussi m’étonnai-je de tant d’articles écrits sur ce site à propos de Macron qui, même bâclés, ont dû occuper leurs auteurs, pour le moins, quelques dizaines de minutes.

    Macron ressemble à ces monstrueuses bulles de savon. Je ne sais quelle savante mixture chimique dont on ne disposait pas quand j’avais l’âge de ces amusements leur permet aujourd’hui de durer aussi longtemps : plusieurs dizaines de secondes, quelquefois. Mais à la fin, elles finissent quand même toutes par éclater, et cela est sans exception.
     


    • rosemar rosemar 22 février 08:35

      @Christian Labrune

      Macron, une bulle de savon : voilà une image appropriée, une bulle qui s’enfle d’importance...

      Bonne journée

  • Crab2 22 février 10:20

    Laïcité

    Lire Charlie hebdo, c’est sympa- aucun voile ne vous brouillera l’esprit ni ne couvrira votre têteCRAB

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/laicite-2017.html


Réagir