samedi 4 février - par salem alketbi

Entre les Médias et la Démocratie : Votes et Images

Le nouveau président américain Donald Trump a remporté l'élection présidentielle qui a eu lieu en novembre de l'année dernière. Par conséquent, il jouit de la plus grande popularité aux États-Unis indépendamment du calcul électoral complexe aux États-Unis.

Le président Trump a été perturbé par les images publiées par les médias américains pour la cérémonie d'investiture. Trump et ses aides ont fait une attaque forte sur les médias et décrit les images comme « trompeuses ». Les images ont montré un déclin dans le nombre de personnes présentes pour la cérémonie par rapport à la cérémonie d'investiture du président Barack Obama il y a plus de 8 ans. Le conseiller médiatique de Trump a déclaré : « C'était la plus grande foule qui a jamais assisté à la cérémonie d'investiture », bien que les chiffres indiquent que le nombre de participants n'a pas dépassé 750 mille. Il a ajouté que l'administration américaine demandera des comptes à rendre aux médias.

Il existe des organismes officiels qui gèrent les espaces publics et peuvent fournir des estimations semi-officielles, mais certains de ces organismes ont cessé de fournir des estimations du nombre en raison de menaces concernant des erreurs présumées.

Le président Trump dit que le nombre de participants à la cérémonie d'investiture a atteint environ un million et demi, mais cette estimation manque évidemment de preuves officielles. Ses aides ont dû essayer de soutenir ce qu'il a dit par plusieurs moyens, y compris dire que le nombre dans un seul parc a atteint 720 mille à l'ixtérieur en dehors des masses à l'extérieur, et que ceux qui ont pris le métro à Washington le jour d'investiture a dépassé les chiffres de ceux qui sont venus à l'investiture d'Obama pour son deuxième mandat en 2013, mais ces allégations ont évité de faire référence à l'investiture du premier mandat d'Obama, où les foules ont atteint un record historique à l'époque.

Cependant, l'équipe Trump est tombée dans le piège des comparaisons. L’organisme de transport à Washington a déclaré que le nombre de billets de métro qui ont été vendus lors de la deuxième investiture d'Obama a atteint 782 mille, comparativement à 571 pour Trump.

L'équipe de Trump se sent très sensible et sent la présence d'un type de harcèlement médiatique - et peut-être officiel -, comme l'équipe a exprimé son scepticisme sur les puces en plastique pour couvrir l'herbe dans les parcs pour la première fois afin de détecter les espaces vides, affirmant que « c’était la première fois que des « revêtements de sol » blancs servaient à protéger l'herbe dans le centre commercial national et que cela attirait l'attention sur tout espace vide. » Les clôtures, les détecteurs de métaux et les mesures de sécurité ont eu un effet sur la réduction du nombre, mais les responsables ont répondu qu’il s'agissait de mesures de sécurité courantes en de telles occasions.

Il est important que ce combat remarquable ait vu à plusieurs reprises le mépris de Trump envers les médias, qualifiant les journalistes et les employés d'être parmi les personnes qui « mentent le plus et trompent le monde » alors que les principaux médias américains nient totalement les accusations du président et de son équipe de conseillers journalistes. CNN a déclaré que les accusations portées contre elle sont dues au fait qu’elle a correctement rapporté ce qui s'est passé, décrivant les allégations du président Trump comme « fausses ».

La controverse a été étendue pour inclure les cérémonies d’investiture des anciens présidents. Les responsables de Washington DC ont confirmé que 1,8 million de personnes ont assisté à l'investiture de l'ancien président Obama lors de son premier mandat en 2009, et près d'un million de personnes ont assisté à son investiture 2013. À la cérémonie de George W. Bush en 2005, il y en a eu environ 400 mille, et pour son investiture en 2001, le nombre a atteint environ 300 mille personnes. Lors de l'investiture de Bill Clinton en 1993, 800 mille y ont participé alors que près de 250 mille sont venus à sa deuxième cérémonie d'investiture en 1997. 140 000 billets ont été vendus pour la cérémonie d’investiture de Ronald Reagan en 1985.

Néanmoins, qu’est ce qui est plus important pour les politiciens ; les images ou les votes ? Qu'est-ce qui donne la légitimité : les images, le soutien populaire, ou les deux ? Y at-il une différence entre la légitimité électorale et la légitimité populaire ? Existe-t-il une légitimité des médias ? Les médias sont-ils devenus une autorité indépendante, une partie de la légitimité politique des dirigeants et des présidents ?

Trump a des problèmes principalement avec les médias traditionnels, en particulier les principaux réseaux américains. Il se considère comme un produit purement des nouveaux médias. C’est une superstar sur Twitter et la controverse et les accusations entre Trump et les médias n'ont pas cessé depuis l'annonce de sa candidature aux présidentielles.

Les médias américains ont adopté une attitude hostile à l'égard de Trump, qui n'était soutenu que par peu de journaux lorsque les présidentielles ont commencé. Les médias ont parlé de l'impopularité de Trump par rapport à Hillary Clinton et comment sa perte est inévitable, et que le Parti républicain devrait abandonner avant d'être vaincu.

Avant les élections américaines, The Washington Times a publié les résultats d'un référendum mené par l'Université Quinnipiac qui a montré que 55% des électeurs potentiels aux élections présidentielles américaines croient que les médias sont biaisés contre Trump. Le sondage a été fait à la fin du mois d'octobre dernier, quelques jours avant les élections américaines. Les journaux ont changé leurs lignes historiques pour exprimer leur opposition à Trump. Dans un mouvement sans précédent dans son histoire de 148 ans, San Diego Union-Tribune a annoncé son soutien à Hillary Clinton. Pour la première fois en 143 ans, Detroit News a approuvé un candidat démocrate. Arizona Republic a soutenu un démocrate pour la première fois en 126 ans. Trump a bénéficié du soutien de seulement deux journaux répandus alors que Hillary Clinton a été soutenue par plus de 200 journaux. Ces faits contribuent à expliquer la guerre douce et l'hostilité croissante entre Trump et les médias, surtout après que l'homme a senti qu'il les a vaincus tous et a gagné la confiance du peuple américain.

Ces statistiques représentent en fait des changements historiques dans la relation et la lutte de pouvoir éternelle entre la politique et les médias.



2 réactions


  • Parrhesia Parrhesia 4 février 16:39
    Cela fait plaisir à lire même s’il faut vous attendre à entendre que c’est faux.
    Que Donald Trump soit un bon ou un mauvais, ce dont nous ne savons encore rien, et même s’il nous couvait un mondialisme alternatif, ce que rien n’indique pour le moment, il n’en a pas moins imposé un pallier au mouvement mondialiste existant et un « pan-sur-le bec » aux media de la pensée unique !
    Si ce mouvement pouvait seulement porter un coup significatif à notre actuelle contre-europe, ce serait du tout gagnant pour le monde occidental !!!
     

  • Le421 Le421 5 février 17:00

    Certaines images n’ont pu être cachées...
    Notamment, ce jour, la queue dehors sous la pluie pour le meeting JLM Lyon/Paris.
    Pour info.
    18.000 dans les deux sites, à l’intérieur et environ 3.000 dehors.

    Y’a pas que les fachos qui font recette...


Réagir