jeudi 23 mars - par Philippe Huysmans

Fake News - Affaire des écoutes de Washington

Quelquefois ce n'est pas l'information elle-même qui est révélatrice de l'époque dans laquelle nous vivons, mais plutôt les réactions qu'elle suscite, et la manière dont elle nous est présentée. Ou occultée.

Vous vous souvenez sans doute du tollé qu'avait provoqué, en pleine campagne présidentielle américaine, la publication de plusieurs dizaines de milliers d'e-mails de John Podesta, l'un des directeurs de campagne de la candidate démocrate, Hillary Clinton.

Cette affaire, révélée par Wikileaks et son dirigeant charismatique, Julian Assange, avait fortement ébranlé le camp démocrate par le caractère compromettant de certaines révélations. Ainsi nous apprenions par Hillary Clinton elle-même qu'elle était parfaitement au courant du soutien des monarchies du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar) à l'État Islamique, en Syrie.

Le camp démocrate avait rapidement réagi en rejetant la responsabilité sur les Russes TM, et en insinuant une possible collusion entre le candidat des républicains, Donald Trump et les services secrets de Vladimir Poutine, le nouvel épouvantail de service. Vous aurez noté qu'à aucun moment les démocrates n'ont songé à nier les allégations de Wikileaks, ce qui aurait, en tout état de cause amené logiquement à démontrer que ces e-mails étaient authentiques.

Foin de tout cela, l'establishment américain, furieux de la victoire de Donald Trump et de la défaite de sa « pouliche » n'en démord pas : ce sont les Russes TM ! Même si entretemps Wikileaks a révélé un autre scandale plus inquiétant encore : Vault 7. Il s'agit d'un ensemble de 8.761 documents de la CIA en provenance d'un réseau hautement sécurisé au sein du Centre de Cyber-renseignement à Langley (Virginie). Ces documents comprennent des informations confidentielles relatives à la plupart des outils faisant partie de l'arsenal électronique de l'agence. Malwares, virus, chevaux de Troie, exploits de failles dites « zero day », utilitaires de prise de contrôle distant, ainsi que leur documentation. Cette collection extraordinaire, qui compte plusieurs centaines de millions de lignes de code conférerait à son propriétaire la même capacité de piratage que la CIA elle-même.

Parmi ces outils, certains portent la marque de hackers russes, ce qui rend possible, pour la CIA, de pirater un système tout en laissant des traces (fingerprints) laissant penser que la source du piratage était russe.

Les faits

Hier, au cours d'une conférence de presse, Devin Nunes, actuel président de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants a confirmé que des agences de renseignement américaines avaient collecté des informations concernant des citoyens américains participant au processus de transition de l'administration suite à l'élection de Donald Trump.

Il a précisé que ces collectes, très probablement légales, avaient été réalisées entre novembre 2016 et janvier de cette année et ne concernaient en aucune manière la Russie. Le problème, selon lui, est qu'un certain nombre de ces documents laissaient clairement deviner l'identité réelle des citoyens américains concernés, et que ces documents avaient largement circulé parmi des responsables (autorisés) de l'administration Obama :

« The real issue, Mr. Nunes told reporters, was that he could figure out the identities of Trump associates from reading reports about intercepted communications that were shared among Obama administration officials with top security clearances. He said some Trump associates were also identified by name in the reports. Normally, intelligence agencies mask the identities of American citizens who are incidentally present in intercepted communications. » Source : NYTimes

Il a ajouté que la Commission du renseignement allait procéder à une enquête approfondie concernant ces opérations de surveillance et la dissémination des informations (confidentielles, ndlr) qui en résultèrent.

Il s'est par ailleurs entretenu avec le président Trump pour lui faire part de ces découvertes, jugeant « important » que le président soit informé. Celui-ci s'est dit satisfait.

Pendant de temps, dans la presse des bisounours

C'est étrange, à l'époque où nous vivons, plus connectée que jamais, les nouvelles ont toujours du mal à franchir l'Atlantique, et quand elles le font, quelquefois, le contenu fait penser à ce qui reste d'un message après avoir été transmis par « téléphone arabe ».

Alors précisons tout de suite que cette news avait fait l'objet d'une dépêche AFP dont le contenu reste encore accessible aujourd'hui dans le cache de Google. Bon alors évidemment, c'est l'AFP, c'est l'aspect « téléphone arabe » de la chose. Soit ils sont sourds, soit ils sont moins-comprenants, soit [mettez ici ce que vous voulez].

Parce qu'en effet le contenu :

Donald Trump's communications may have been swept up in intelligence gathering on suspected foreign agents, according to explosive allegations made by the Republican head of the House intelligence committee.

Devin Nunes — who worked on Trump's transition team and is now leading an investigation into possible links between that campaign team and Russia — said Trump's communications may have been intercepted late last year.

Nunes however said there was no evidence that then-president Barack Obama ordered the surveillance — as Trump has claimed — or that the Republican billionaire was the target.

Rather, Nunes suggested, Trump's communications were picked up during court-approved targeting of suspected foreign intelligence operatives.

The communications were not linked to Russia, he said, adding that they appeared to have « little or no intelligence value. »

« The president himself and others in the Trump transition team were clearly put into intelligence reports, » Nunes told reporters in front of the White House after briefing the president on the situation.

The information collected — spanning the November-January period between Trump's election victory and his inauguration — was « widely disseminated » in US intelligence circles, he said.

US intelligence community rules dictate that information on Americans picked up incidentally in surveillance must be scrubbed or masked in intelligence reports.

Nunes suggested those involved in the surveillance had violated those rules.

As for Trump, he indicated he felt vindicated by the revelation.

« I somewhat do. I must tell you I somewhat do, » he said during a separate White House meeting. AFP/File / Nicholas Kamm

Ne semble pas refléter (c'est un euphémisme) les propos de l'intéressé, dont la vidéo est disponible un peu partout.

Et dans la presse française ça devient...

Apparemment, quelques idées se seraient encore perdues en cours de route, d'autres auraient été ajoutées, bref, c'est plus de l'intox, ça confine à l'art abstrait (France24) :

Le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants a affirmé mercredi que des communications de l'équipe Trump, voire de Donald Trump lui-même, avaient été interceptées pendant la période de transition.

Donald Trump, dans la tourmente pour avoir accusé sur Twitter, sans éléments de preuve, Barack Obama de l'avoir placé sur écoute, s'est dit, mercredi 22 mars, conforté par les déclarations d'un élu républicain sur de possibles opérations de surveillance qui n'avaient pas été révélées à ce jour.

Devin Nunes, président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, a affirmé, tout en restant avare en détails, que les agences de renseignement américaines avaient intercepté des communications des membres de l'équipe Trump, voire de Donald Trump lui-même, durant la période de transition.

« Il y a beaucoup d'informations dans les rapports que j'ai vus qui m'amènent à penser que l'administration précédente et nombre d'agences avaient une très bonne idée de ce que le président élu Trump faisait », a déclaré l'élu républicain, après avoir rencontré le chef de l’État à la Maison Blanche. « J'ai pensé qu'il était important que le président le sache », a-t-il ajouté.

Des écoutes récoltées de manière fortuite

Donald Trump, qui s'exprimait au même moment lors d'une table ronde avec des élus afro-américains, a fait part de sa satisfaction. « Êtes-vous conforté par ces déclarations ? », lui a demandé un journaliste. « Oui, d'une certaine manière. Je suis content qu'ils aient trouvé ce qu'ils ont trouvé », a-t-il répondu, sans autres précisions.

Soulignant que ces écoutes avaient probablement été récoltées de manière fortuite, c'est-à-dire que les personnes concernées n'étaient pas directement visées par la surveillance, Devin Nunes a jugé troublant que leurs identités aient été « dévoilées » et s'est interrogé sur les raisons de ce choix.

Mais le fait que l'élu républicain aille directement voir le locataire de la Maison Blanche sans informer au préalable les autres membres de la Commission du renseignement a provoqué le colère des démocrates qui ont dénoncé un coup politique.

Lors d'une audition parlementaire lundi, le directeur du FBI avait affirmé ne disposer d'aucune information permettant d'accréditer la thèse d'écoutes de la Trump Tower mise en avant par Donald Trump. Source France24 avec AFP

Exit donc le principal sujet de la conférence, à savoir que le nom des personnes sous écoutes étaient facilement reconnaissables (quand ils n'étaient pas en clair), et bonjour un tout nouveau grief, qui ne figure absolument pas dans la déclaration de l'intéressé : « voire de Donald Trump lui-même ». Or Devin Nunes a déclaré, au contraire, que ces écoutes concernaient des personnes liées à la transition présidentielles, et non le président lui-même ou des membres de l'équipe de campagne (cela se passe après l'élection, ndlr)[1].

Une accusation pareille serait gravissime, surtout venant du président de la Commission du Renseignement, et à ce titre, l'invention pure et simple d'un pareil argument devrait valoir au journal qui l'aurait publié un joli macaron DecodexTM rouge, et la qualification de « fake news » sans parler du joli petit article dans Crosscheck qui va bien avec.

Mais vous n'en verrez rien, il n'y aura pas d'erratum, et encore moins de macaron. Ceci n'est pas une fausse news. C'est de la réalité augmentée. D'ailleurs on ne peut pas coller un macaron rouge à un journal mainstream, il n'y a rien pour l'accrocher, du coup, ça ne tient pas.

Article original sur LeVilainPetitCanard.be

La page du VilainPetitCanard (petits likes bienvenus)

Note

[1] Representative Devin Nunes of California, the Republican chairman of the House Intelligence Committee, introduced the new claim into the deepening controversy over Russian meddling in the 2016 election. Yet Mr. Nunes also told reporters on Wednesday that he had no evidence to support Mr. Trump’s claim that he was directly or personally wiretapped. Source : NYTimes

 


11 réactions


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 23 mars 17:38

    - Ce sont les républicains qui ont mis en place les écoutes systématiques sous Bush, et maintenant ils se plaignent d’être écoutés, c’est amusant.

    - Les démocrates et associés (MSNBC...) sont en perdition. Ils ne peuvent toujours pas digérer la défaite du troll Trump et cherchent pas tous les moyens de ne pas faire leur introspection. Comment ont-ils pu perdre ces élections avec la candidate parfaite du système ? Répondre à la question c’est exposer le système de corruption légal et décapiter tous leurs élus qui ne sont en fait que des champions de la levée de fonds.

    - C’est un principe de communication de la CIA : Gros titres mensongers, suivis de petits erratum en fin de journal, la bêtise fait reste du boulot. (nos journaux français pratiquent très bien l’ordre d’importance des titres) Source Corbettreport que je retrouve pas

    - L’establishment, en grande partie, n’en revient pas des largesses de Trump. Il a réussi à supprimer les coûteux intermédiaires que sont les politiciens et les lobbyistes : il a directement placé les anciens marionnettistes aux poste clés.
    L’interdiction de l’informatique sur certains vols pratiquant le dumping en est le plus criant exemple.

    Amateurisme, mauvaise foi, business... comme d’habitude mais ils ne se gênent plus pour le faire au grand jour


  • rogal 23 mars 19:14

    Rappel :


    Dans Arrêt sur Info, des informations sur la conspiration de la CIA avec les médias états-uniens. Pour ce qui est des médias européens, revoir l’article de Pierre sur Udo Uflkotte à l’occasion du décès de ce dernier. Et penser à alerter l’Observatoire de la Conspiration (Conspiracy Watch, dans la langue de Langley)...



  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mars 21:17

    Il semble que Londres ait aussi espionné Trump ...

    "Le juge Andrew Napolitano a déclaré sur Fox News que ce ne sont ni la NSA, ni la CIA, ni le FBI états-unien, qui ont espionné le candidat, puis le président élu Donald Trump, mais le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique.

    Le GCHQ est membre de l’accord des « Cinq yeux » constitué le 5 mars 1946 dans le prolongement de la Charte de l’Atlantique et de la victoire alliée.

    Les liens entre le Royaume-Uni et l’administration Obama sont d’autant plus forts que Londres a financé le début de la campagne électorale présidentielle de Barack Obama. De nombreux membres de la première administration Obama avaient été choisis au sein de la Pilgrim’s Society, une très discrète association présidée par la reine Elisabeth II.

    Selon le juge Napolitano, le GCHQ transmettait au président Obama les transcriptions des écoutes téléphoniques de la Trump Tower.(...)


  • Doume65 23 mars 23:58

    « ce ne sont ni la NSA, ni la CIA, ni le FBI états-unien, qui ont espionné [...] Donald Trump, mais le GCHQ »

    Alors, ça c’est même pas vrai. Parce que ni France Inter, ni Le Monde, Ni Libé n’en ont parlé. smiley

    Non, sans dec, c’est une bombe ! Il y a-t-il quelqu’un qui saurait sous-titrer la vidéo ?
    Et au fait, il explique comment il le sait tout ça ?



  • maQiavel maQiavel 24 mars 20:01

    Merci pour l’article, je vais lire ça. 


Réagir