mercredi 1er mars - par ddacoudre

Fillon pris à son propre piège

Ce matin le suspense était total au salon de l'agriculture. Fillon reportait sa venue et l'on n'en connait pas la raison. Situation idéale pour les médias qui se perdent en conjectures et suppositions. Bien joué, la presse s'est agglutinée devant le QG. Tout le monde était donc là pour sa déclaration, de huit minutes, fort bien construite. Ainsi, celui qui durant des années s'est présenté comme monsieur propre à l'instar du FN qui joue sur le même registre, parce que la population, soumise au matraquage de « tous pourris » depuis des années, offre un potentiel de voix qui grandit. Cela a permis l'élimination de Sarkozy et Juppé. Mais voilà il ne lavait pas son linge parlementaire avec du OMO et de fait il n'est pas tout à fait blanc. En position de leader ses opposants ont gratté de toute part, comme c'est la pratique dans ce milieu de crocodiles. Strauss Kahn en sait quelque chose, si son affaire s'était déroulée en France il serait en prison. Qui se souvient de son affaire, se souvient de la thèse « complotiste » pour éliminer un candidat gagnant à la présidentielle, dans laquelle Sarkozy aurait trempé. Fillon n'a pas de mémoire pour déclarer qu'il n'y a pas eu de précédent et de se plaindre d'un complot fomenté par la justice, qui dépend étroitement du garde des sceaux, comprendre du pouvoir.

D'autre part, sous le matraquage médiatique depuis que les faits divers ont remplacé à la Une la politique, environ autour des années 1990 (nous le vivons en direct cela dans cette campagne) par besoin et recherche de probité la présomption d'innocence a été jetée aux oubliettes. D'un autre côté la presse est devenue l'outil de la justice d'opinion fabriquée par ses faiseurs d'opinions qui commentent l'actualité, souvent sans souci du conditionnel ou de vérification que les citoyens de bouches à oreilles ou sur le net transforment en rumeurs assassines. C'est ainsi que la garde à vue est devenu monnaie courante, comme au temps du franquisme en Espagne, que la mise en examen est devenue synonyme de culpabilité. Ce dérapage qui fait de l'opinion publique une instance de condamnation est une porte ouverte vers des folies « meurtrière » à vouloir rechercher le chevalier blanc, quand nous savons et les citoyens le savent pour le faire que nous transgressons la loi tous les jours et nous voudrions que les hommes politiques soient blancs comme neige. Pour cela il faut aller vivre sur Mars, la réalité humaine est plus complexe. L'intolérance grandissante devient un danger pour la démocratie, mais surtout ce besoin de probité absolue qui ne tolère aucune analyse de situation, qu'elle présente comme du laxisme et conduira inévitablement ceux qui s'y adonnent à dresser des piloris dans la presse, les bruler sous des fagots de mots avant de les finir à la guillotine.

 

Développer la haine et l'exaspération des foules, comme le fait le FN et plus sournoisement d’autres hommes politiques en fouillant dans les poubelles de la vie pour en nourrir les débats, ne peut pas nous grandir, puisque c'est qui ira le plus bas. Fillon a joué à ce jeu, lui qui disait qu'un élu doit être blanc et que le moindre soupçon doit le porter à renoncer, encore plus s'il est mis en examen. Dans sa déclaration il se renie sur tout ce qu'il a dit. Il développe la thèse du complot et se pose en victime d'une situation qu'il a lui-même créée. Il a raison sur un point, une affaire de rien du tout, qui avant 1990 se serait réglée sans éclat. Du fait d'une intolérance crasse, bornée, ignorante, fascisante qui se précipite à la curée dès que quelqu'un chute un tant soit peu, cette affaire est devenue le Fillongate. Expression qui démontre ces excès de langage auquel l'on se livre pour frapper l'opinion, comme si cela pouvait être du même niveau que le Watergate. La conséquence en est comme je l'écrivais dans mon dernier article, de provoquer chez les citoyens des perceptions faussées..

Dans sa déclaration Fillon n'y va pas avec le dos de la cuillère, en s'en prenant à lui il déclare que la justice s'en prend à la France et à son redressement. Contrairement à la chanson de M. Sardou « ne m'appelait plus jamais France » il va falloir appelait Fillon « Monsieur France » car il semble qu'il soit investi du pouvoir divin d'être le salvateur du pays. Allez, j'y vais d'une méchanceté, c'est normal il est catholique est naturellement fidèle au Christ salvateur. Une chance pour lui qu'il ne ressuscite pas, car c'est lui qu'il chasserait du temple.

Enfin, il termine son intervention en faisant le peuple seul juge et en prenant pour soutien son parti et les quatre millions de votants aux primaires, alors qu'il ressort de ces primaires que justement ils ont éliminé ceux qui n'étaient pas blancs.

Une note favorable bien que je pense que c'est bien fait pour lui de s'être fait pendre à la corde qu'il a préparée pour les autres. Il rebondit avec courage face à l'adversité.

Je ne sais pas si ce qui lui est reproché est fondé ou non, mais il s'en sert pour justifier ses reniements.

 



29 réactions


  • BA 1er mars 16:57

    Le suicide de la droite française.

    Les Républicains, ce sont les soldats japonais en août 1945.

    Les Républicains suivent les ordres de François Fillon, comme les soldats japonais en août 1945 suivaient les ordres de leur état-major.

    Aujourd’hui, Les Républicains courent se suicider en poussant ce cri : « Banzai  ! »

    « Banzai ! » :

    lors des combats au sol qui se déroulèrent sur les îles de l’océan Pacifique, de nombreux soldats alliés furent témoins de charges suicide d’infanterie lors desquelles les soldats japonais poussaient ce cri à l’unisson. Il était aussi crié par les soldats et officiers japonais lorsqu’ils se suicidaient (avec un pistolet automatique ou une grenade à main, la plupart du temps), préférant la mort à la honte de la reddition. Dans la culture populaire américaine, le mot est resté comme le symbole du fanatisme au combat.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Banzai_(exclamation)


  • BA 1er mars 17:27

    Qu’est devenu le parti Les Républicains ?

    Aujourd’hui, le parti Les Républicains, c’est le gouvernement japonais du premier ministre Kuniaki Koiso.

    Kuniaki Koiso a été premier ministre du Japon du 22 juillet 1944 au 7 avril 1945. Les unités kamikaze ont été créées pendant son mandat.

    De la même façon, François Fillon vient d’annoncer qu’il maintenait sa candidature à l’élection présidentielle.

    En clair :

    François Fillon vient de transformer les membres du parti Les Républicains en milliers de kamikazes.

    Une photo extraordinaire a été prise mercredi 1er mars 2017 vers midi 30 :

    on voit les dirigeants des Républicains se préparer à écouter le discours de François Fillon.

    Ils ont le visage des kamikazes qui se préparent à partir vers le suicide collectif.

    Ils savent qu’ils vont tous partir au casse-pipe.

    Regardez cette photo exceptionnelle :

    http://static.lexpress.fr/medias_11394/w_2048,h_1146,c_crop,x_0,y_137/w_200 0,h_1125,c_fill,g_north/v1488376452/conference-de-presse-soutiens-francois-fillon-baroin-pecresse-woerth-bertrand_5833839.jpg


    • ddacoudre ddacoudre 1er mars 19:13

      @BA
      bonjour. la photo en dit long. si dans cet article je mentionne l’intolérance crasse c’est qu’elle à conduit à transformer le rôle que l’on veut faire jouer à la justice où il faut que la justice soit rendu dans le cadre de l’instruction. le cadre de l’instruction est fait pour protéger les parties et leur garantir le droit a la défense en ayant accès au dossier. l’instruction n’est pas synonyme de condamnation mais des moyens mis en œuvre pour faire surgir la vérité en écoutant les parties.les juges sont indépendants, même s’ils ont des sensibilités, le parquet lui est aux ordres du gouvernement et est soumis à des règles de droits républicaines. Cela pour dire que Fillon qui clame son intégrité envers et contre la bienpensance qui a quasiment admise sa culpabilité, suivant le vieil adage il n’y a pas de fumer sans feu, par lequel l’on s’autorise à répandre des rumeurs. s’il à été honnête ce qu’il est tant qu’un bureau de jugement ne dit pas le contraire, il a raison de se battre. mais je pense qu’il en a trop fait en criant au complot et en se prenant pour la France.
      cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


  • Etbendidon 1er mars 19:25

    Et oui mon dédé Fifi a décidé de faire camerone
    il se battra jusqu’à la mort
    Pas comme hollandouille qui se débine comme un couard en pleine bataille (normal c’est un PS profitou socialou)
     smiley
    Bon ben la france file un mauvais coton ça rime avec fillon - macron - hamon - mélenchon
    Avec tous ces ons on en devient cons (on est un con)
     smiley


    • ddacoudre ddacoudre 1er mars 20:21

      @Etbendidon
      bonjour. s’il est honnête il a raison, mais à part cela durant son ministère il n’a été qu’un ministre de paille, hollande à au moins pour lui la lucidité de l’analyse et de ne pas entrainer le PS dans sa déroute.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  • Dzan 1er mars 21:26

    Quel c... ce Fillon
    S’il avait eu un tant soi peu d’intelligence, dès que le Canard a eu publié, il convoquait une conférence de presse, et montrait devant les caméras, les fiches de paie de son épouse, les impots qu’il a payés dessus.
    Plus, les contrats de travail.
    Mais, que nenni, « chui zinossant », méchants les vilains juges. Mes n’enfants z’étaient avocats ! MENTEUR !!!
    Pourquoi si vite, la justice ? A mon humble avis, pour barrer la route a ce mec, qui se veut mR propre, qui promet d’en faire chier un max, à ceux qui bossent
    C’est légal, hurle t’il. Certes, mais le montant de sommes choque, le citoyen lambda.


    • ddacoudre ddacoudre 1er mars 22:42

      @Dzan

      bonjour. tout à fait, ce problème c’est posé à un leader syndical, le même cas que Marine Le Pen, il a fait mea culpa, remboursé les sommes et l’affaire à été classée et il n’a pas entrainé le discrédit de sa centrale.
      il se peut qu’effectivement ses opposant aient profité de son autorité sur les juge debout soit le parquet, pour lui nuire c’est leur pratique a tous quand ils sont au pouvoir, je pense à julien Dray qui a même été condamné a trois ans avant d’être relaxé en appel ou en cassation je ne me souviens plus.
       cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  •  
     
     
     
    « Je ne me rendrai jamais ! »
     
    Farid Fillon* le braqueur
     

     

    *Farid Fillon et « Peine Salope ! » sont un couple mythique de la caste des braqueurs du Boobaland (colonie multiethniquée de l’Empire mondialiste gogocho, dépecée par la comtesse du Baron de Rothschild).
    Appelé aussi le gang des fictifs, ils sévirent pendant le gland remplacement avant le Califat de Soros 1er, le Gland Mufti bobo.
     

     


  • fred fred 2 mars 06:50

    Les Français sont des « Manchots »..plus de droite plus de gauche..reste que pour l’élection dans peu de temps, ils devront mettre dans les urnes le nom du futur esclavagiste qui pendant 5 ans leur pourrira la vie..mais n’ayez crainte..ils ont l’habitude depuis le départ de De Gaulle..ils votent pour des mafieux avec le sourire de leur connerie !


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 08:16

      @fred

      bonjour. il est certain que la notion de patriotisme a plutôt volé en éclat au bénéfice du porte feuille apatride, et ils s’apprêtent à élire celui qui en est issus.
      cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


  • Pseudonyme Pseudonyme 2 mars 08:34

    Le Fillon Bashing.

    .

    D’où je parle ? je vote FN et mon intérêt c’est de voir Macron au second tour.

    .

    73 % des Français seraient pour que la justice suive son chemin. Mais les français s’intéresse t-il à la justice, à son personnel plus précisément ? La justice française est la plus lente des pays ’ avancés ’. Or là il faut le dire, elle a fait fort la justice : 1 mois pour convoquer Fillon.

    .

    Dans ce pays grâce à Jospin on vote une fois tous les 5 ans. Maintenant une justice ’ indépendante ’, forcément indépendante comme aurait dit Marguerite, cette justice va benoitement et sous les vivats d’un public ’impartial ’ intervenir dans le processus électoral et éjecter le candidat qui était quasi assuré d’être le président. Tout ca très normal, circulez ...

    .

    Un premier coup d’état électoral a eu lieu en 2007 avec l’annulation par le parlement du referendum de 2005. Puis nous avons eu droit à l’invention des ’ primaires ’ machine à truquer les élections générales. Aujourd’hui comme au Brésil, nous avons droit à un coup d’Etat judiciaire. Sous les applaudissements de l’auteur, ddacoudre, un honnête homme et sans préjugé, ni apriori bassement idéologique. On l’envie.

    .

    La justice maintenant. Le mythe de son indépendance, de son impartialité, de sa justice justement. Une affaire entre preux chevaliers qui ne pratiquent ni l’endogamie, ni le carriérisme et qui sont comme l’auteur dénués d’idéologie. L’histoire de la justice française en est le garant.

    .

    Macron, son patrimoine et son financement. Circulez !

    .

    La justice aura donc en pleine indépendance choisit son président à la place du peuple français, sauf si accident au second tour.


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 10:54

      @Pseudonyme

      bonjour tu ne seras pas surpris que je ne partage pas ton analyse. la justice cela n’existe pas du moins celle que tu voudrais, ni celle dont rêve beaucoup d’hommes dans le monde où des hommes pourraient dire ce qu’est la vérité absolue sans ce tromper, pour cela il faut devenir un religieux et non un philosophe. partant de la toutes les analyses sont baisées. l’humain n’a qu’un cerveau et qu’il soit juge ou frontiste comme toi il réagi émotionnellement à tout ce qui l’entoure et tout ce qu’il entend. c’est une stupidité de penser qu’il y aurait une justice qui seraient au dessus du peuple, puisque c’est lui qui la créé, ce serait stupide de penser quelle serait juste en venant d’hommes qui forment un peuple qui se trompe et s’entre tuer constamment. le monde est aléatoire et seule l’incertitude est de mise, pour cela il faut être assuré et non rassuré qui comporte un absolu que l’on souhaiterait intangible. ce sont donc les hommes qui ont fait les loi et qui ont retiré le droit de vengeance au peuple en désignant certains d’entre eux pour solutionner les conflits humains au vu des lois que ces mêmes hommes ont fait ou accepté. les juge jugent donc en fonction des lois, ce sont les juges assis et s’il dépendent du ministère de la justice, quel que soit le gouvernement celui-ci n’est pas dans le bureau de jugement. pour autant il n’en reste pas moins un hommes faillibles qui doit faire son travail de juge consciencieusement sans appartenir à une caste irréprochable. ensuite il y a le parquet qui dépend du gouvernement, lui n’a pas à juger il a a se saisir des plaintes qu’on lui adresse et ) la traiter en fonction de leur particularité ce qui fait que cela reste étroitement lié à l’actualité et à l’encombrement d’un ministère en sous effectif. l’instruction n’est pas un bureau de jugement ce n’est pas parce que l’on est mis en garde à vu ou en examen que l’on est coupable. la mission du parquet est d’instruire une plainte ou de poursuivre au non du peuple et de faire diligence suivent les situations et donner aux parties l’accès au dossiers et le droits d’être entendu pour se défendre. comme nous savons que l’homme est faillible et influençable il y a les procédures d’appels. il est évident que cela demande du temps, dans une année il y a environ 3, 7 millions d’affaires nouvelles en crime et délits. l’on voit bien que tu n’y connait pas grand chose en droit, si le parquet avait voulu nuire à Fillon et Marine Le Pen ils les aurait directement envoyé en correctionnelle avec seulement le dossier de l’enquête à charge. ce qui n’est pas très juste, tandis que là il donne au deux les moyens de leur défenses, si le parquet était salaud, malgré l’immunité parlementaire il aurait envoyé la chercher manu militari pour quelle se rende à sa convocation. le fait d’être partisant ne dispense pas de savoir comment les choses fonctionne plutôt que de reprendre tous les ragots et rumeurs.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


    • Jean Pierre 2 mars 11:04

      @Pseudonyme
      La rapidité de la justice pour l’affaire Fillon vient de la création d’un pôle financier suite à l’affaire Cahusac. Il a fallu 17 ans pour juger et condamner définitivement Tibéry et ses listes d’électeurs fictifs (17 ans pendant lesquels il est resté maire d’arrondissement ou député avec les avantages matériels qui en résultent et qu’il n’a jamais remboursés malgré la condamnation finale).

      Fillon demandait lui-même que la justice aille vite. De quoi se plaint-il ?
      La justice n’intervient pas dans le processus électoral. Elle fait tout simplement son travail. Si ce travail compromet l’élection de Fillon, il ne le doit qu’a ses propres turpitudes. 
      En quoi le fait d’être un candidat devrait mettre à l’abri de la justice ? Vous défendez l’idée d’une « immunité préventive » qui devrait commencer dès l’annonce de candidature. Autant donner l’idée de faire de la politique (qui n’a déjà pas besoin de cela !) à tout les malfrats qui voudraient se mettre à l’abri.
      Je pense exactement, au contraire, que la justice doit (enfin !) être particulièrement intransigeante avec le personnel politique en raison des possibilités d’enrichissement permise par la fonction (détournement de fonds publics, emplois fictifs, favoritisme, conflit d’intérêt, trafic d’influence, pantouflage, trucage des marchés publics, etc).
      Dans quantité de pays et pour les mêmes faits Fillon aurait abandonné sa campagne dès le premier jour (publication de l’article du Canard). La France qui a trop longtemps toléré la corruption rejoint enfin les autres pays démocratiques. 
      Contrairement a ce que vous dites ce n’est pas la justice qui va choisir le président. C’est le peuple qui choisira parmi des candidats qui n’auront pas été écarté en raison de leur turpitudes. Si la droite est incapable de se choisir rapidement un candidat propre sur lui, c’est son problème. Elle fait aujourd’hui les frais de décennies de scandales politico-financiers. C’est en fait une excellente nouvelle. Si la justice écarte également de la course d’autres candidats véreux venus d’autres camps, c’est également une bonne nouvelle.

  • CN46400 CN46400 2 mars 09:25

    Fillon c’est fini, Son maintien ne servira plus qu’à fixer un électorat de la droite traditionnelle afin d’éviter un glissement massif vers LePen.
     La bourgeoisie, qui n’a plus qu’une solution viable, soutient désormais massivement Macron. Les chevaux légers, qui ont lancé la manoeuvre il y a six mois, sont désormais rejoints par la cavalerie lourde des arrivistes de droite comme de gauche.
     On va enfin revenir à la « grande coalition », qui vit ses derniers moments en Allemagne, et que De Gaulle avait éliminé en 58 en France. Alors plombée par la décolonisation (Indochine et Algérie), cette « combinazione » a, désormais, une autre objectif : améliorer le taux de profit du capital, et c’est, évidemment, les prolos qui vont être conduits vers le bassinet pour y cracher leurs petites économies et à allonger, pour ceux qui ont un emploi, le temps du « chagrin » de l’exploitation capitaliste.

     Au passage, le 17 mars, fermeture de la fenêtre des parrainages, la ligne de fracture interne au PS, entre « Hamonistes » (socialistes traditionnels) et « Macronistes » (vallso-hollandais) sera actée et les contacts Hamon-Mélenchon-Laurent reprendront...


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 11:00

      @CN46400

      bonjour. il y a longtemps que j’écris que l’ex UMP devenu LR et le PS devrait imploser pour que le champs politique s’éclaire.j’écris régulièrement que le PS n’est plus de gauche, mais la bienpensance et les faiseurs d’opinions l’y maintiennent. là l’on voit au moins vers qui vont les membres de l’appareil et du parlement PS. si Hamon était lucide il rejoindrait Mélenchon.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  • chantecler chantecler 2 mars 09:27

    Ben voilà : F.Fillon en remettant en cause la justice et en demandant au S.U de régler le problème qui le mettra à l’abri via l’ immunité du PR , se révèle un infâme populiste .
    A suivre .


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 11:04

      @chantecler

      bonjour cela fait longtemps que tu ne m’avais pas laissé un commentaire.
      on peut effectivement le présenter comme tu l’écris, ce qui est certainement sa stratégie.
      mais philosophiquement c’est le peuple qui est souverain et il peut voter la grâce de n’importe qui.
      faut pas trop qu’il compte là dessus je pense qu’il est plutôt carbonisé.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com


  • Claudec Claudec 2 mars 10:28

    "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?"

    Pas davantage le Général que François Fillon lorsqu’il s’est quelque peu naïvement engagé au retrait de sa candidature s’il devait se trouver dans cette situation, ne pouvaient penser que cette disposition de justice, pourrait être instrumentalisée au point où elle l’est.

    N’est-ce pas se moquer du monde que d’occulter qu’avant la mise en examen, il y a eu la communication à la presse, à un moment qui doit probablement peu au hasard, d’un dossier semblable à bien d’autres, concernant d’autres parlementaires (Au moin 1/3 reconnaît employer des membres de son entourage)  ; communication suivie de sa saisie par la justice avec une promptitude jamais observée dans une affaire de cette nature ? C’est en cela qu’il y a tentative d’assassinat politique par instrumentalisation de la justice ; et ce n’est pas injurier les juges que de le dire. Le plus médiatique d’entre eux nous explique que cet empressement n’a rien de surprenant ; mais il ne dit rien sur les conditions – qui elles, le sont – dans lesquelles la justice a été alertée. Cette justice n’a-t-elle pas à considérer ces conditions, dès lors qu’elles désignent un élu parmi des centaines qui se trouvent dans le même cas que lui, surtout s’il se trouve être le candidat le plus craint du pouvoir dont elle tient le sien  ? À défaut, ne se fait-elle pas complice de ceux qui ont manifestement voulu ainsi éliminer un candidat de la compétition ?

    Quant à ceux qui se félicitent de cette affaire, ils ne font qu’étaler leur propre conception de la justice et de l’usage qui peut en être fait par le pouvoir, suivi en cela par une presse qui lui est acquise à 80 % au nom de la pensée unique, et bien entendu par les autres candidats, ce qui dans ce cas est de bonne guerre.


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 11:20

      @Claudec

      bonjour je comprend ton point de vu. l’ennuie c’est qu’en ne distinguant pas les deux parties qui composent la justice tu entretiens une confusion que la justice ne serait pas « juste ».tu sais bien qu’il y a les juges assis, ceux qui composent les bureau de jugements et l’instruction et les juges debout ceux qui appartiennent au parquet. OR si les juges assis sont indépendants car il est difficile de les « fourvoyer » tous les trois, ou de devenir « marron »le parquet lui dépend du garde des sceaux donc du gouvernement qui donne des consignes et s’auto saisir au non du peuple, par les lois que celui-ci a accepté qui lui en donne le droit. et c’est lui qui juge de la priorité des procédures. tous les gouvernant ont fait de même, car tout le monde n’est pas sur le même pied d’égalité, entre le quidam qui se fait faire des travaux au noir chez lui et un monsieur qui ce présente à la présidentielle il n’y a pas photo. si le parquet avait laissé se présenter à la plus haute fonction un margoulin il aurait commis une faute.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


    • Claudec Claudec 2 mars 19:02

      @ddacoudre
      ... Assise ou debout, la magistrature a préféré en commettre une autre en partant, comme un pet sur une toile cirée, à la chasse au Fillon sans se donner la peine de vérifier, non seulement ses sources mais les motivations des dénonciateurs ? Curieux, non ? À moins bien sûr que le Canard soit un indic tellement vertueux, qu’il n’y ait qu’à le suivre en fermant les yeux.

      Il n’empêche que l’instruction ne pourra pas, pour être crédible, s’exonérer d’une comparaison avec ce qu’il en est pour tous ceux qui sont dans la même situation que le pianiste, situation qui plus est connue de tous et publiquement (autant qu’hypocritement) dénoncée depuis longtemps.
      Cordialement

    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 19:59

      @Claudec

      bonjour. je ne suis pas le canard et je pense que le canard enchaîné n’est pas plus partial que les autres, tout comme le parquet n’est pas indépendant. mais le canard est un journal qui généralement vérifie ses sources et c’est rarement qu’il a été condamné pour diffamation. le canard n’est pas responsable du choix du gouvernement d’instruire l’affaire en s’auto saisissant, ce qu’est n’est pas une preuve de culpabilité et je n’y peut rien si comme je l’ai écris dans mon article, la présomption d’innocence à été mise à la poubelle par les citoyens eux même qui par la rumeur ou la réminiscence politique ou jalouse ont transformé avec l’appuie des médias une simple instruction en condamnation. et ce n’est pas finit, avec la loi sur la protection de l’enfance l’on va avoir des Fillons à la pelle.
      cordialement.


    • Claudec Claudec 3 mars 13:43

      @ddacoudre
      Renseignez-vous ! Vous semblez ignorer la mesure dans laquelle la presse est favorable à la gauche (certains vont jusqu’à parler de 80%), les raisons de cet attachement, à l’opposé de ce qui a donné naissance à un sarkozisme virulent devenu chronique, remplacé depuis peu, pour les mêmes raisons, par la Fillonphobie. Le tout dans une ambiance qui donne des vapeurs à la démocratie.


      Mais revenons à Fillon. Pour qui se souvient des conditions dans lesquelles Sarkozy a été élu en 2007, le dégonflage généralisé auquel nous assistons dans les rangs de son ex Premier a décidément quelque chose de trouble. Quoi qu’il en soit et d’où que viennent les coups, si 7 Français sur 10 et à peu près le même pourcentage de la seule droite considèrent que Fillon à tort de se maintenir, cela fait tout de même 30% qui le soutiennent, ouvertement ou implicitement. Peut-être parce qu’il se révèle comme un trublion inattendu, qui fait peur à l’establishment politico-médiatique, de droite comme de gauche.
      Il doit donc persévérer. De plus en plus nombreux sont ceux qui en ayant mare du système, comprennent le sens révolutionnaire de son combat – pour lequel il est cloué au pilori – et le rejoindront, remettant au moment opportun l’éclaircissement de sa situation face à la justice ; situation au demeurant d’une banalité précisément due au système actuel.

  • chantecler chantecler 2 mars 11:48

    Ici c’est que la justice a hérité d’ un dossier quasi complet .
    Juste des vérifications à faire .
    C’est du technique mais à mon avis les juges ont des munitions (que nous ne connaissons pas forcément) pour avancer .
    C’est pas comme si elle avait du partir de quasi rien avec des soupçons à étayer , puis à enquêter .
    Là ça aurait été un peu plus coton , on peut imaginer les pressions ...
    Il y a un article intéressant dans « le journal d’un avocat », cf M.Eolas .


    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 11:55

      @chantecler
      bonjour ok je connais maitre Eolas, je vais aller voir.
      cordialement.


  • Jao Aliber 2 mars 16:20

    Tous les affaires que l’on reprochent à ces candidats se sont produits depuis longtemps et c’est maintenant que l’on ressort tout ça justement pour contrer les résultats issu des élections.Les médias sont braqués sur tout sauf sur le fond des problèmes du peuple(chômage,etc.).


    Ils croient qu’ils peuvent battre le FN, la droite comme cela ? Ils se trompent lourdement.

    C’est seulement sur la confrontation des programmes que le FN, la droite peuvent être dépassé.Certainement pas par la gauche(et extrême) actuelle mais un nouveau mouvement dont l’objectif est non pas la diminution du chômage mais sa suppression par le dépassement révolutionnaire du spécialisme du travail.



  • Claudec Claudec 2 mars 17:22

    Est-ce bien Fillon qui est pris à son propre piège ? L’avenir le dira.


    En attendant, son allocution ayant fait suite à l’annulation en fanfare de sa visite matinale au salon de l’agriculture n’a-t-elle pas été une magistrale opération de communication ?

    De quoi faire des jaloux.

    • ddacoudre ddacoudre 2 mars 20:08

      @Claudec

      bonjour c’est lui qui a demandé que la justice fasse vite et c’est lui qui a dit qu’en cas de mise en examen il démissionnerait. je ne pense pas qu’on lui pardonne ces reniements surtout quand l’on prêtant être président.
      cordialement.


Réagir