mercredi 11 janvier - par Desmaretz Gérard

Franchissement clandestin de la frontière

Dans la nuit du 23 décembre, Anis Amri, l'assassin de masse présumé du carnage berlinois sur un marché de Noël est abattu dans un échange de tirs contre deux policiers à Sesto San Giovanni après une cavale qui a duré 4 jours. L'arme dont il était porteur est celle utilisée pour abattre le conducteur du poids-lourd polonais. Cette banlieue de Milan d'où le PL était parti avant de rejoindre Berlin..., compte une importante communauté musulmane et une plate-forme de cars à destination de : l'Espagne - du Maroc - d'Albanie - l'Italie du sud. L'homme qui tentait de se faire passer pour un «  Calabrais  » a-t-il bénéficié de complicités pour accomplir son périple d'un millier de kilomètres, comment a-t-il opéré, quel itinéraire direct ou indirect a-t-il emprunté, etc. ?

En 2014, trois Norvégiens ont battu le record du monde du nombre de pays traversés en un jour après avoir parcouru plus de 2 000 kilomètres et traversé 17 pays en 23 heures et 33 minutes ; de la Grèce à l'Italie en passant par la Bosnie, la République tchèque, l'Allemagne ou encore la France ! S'infiltrer en France ou en partir ? un jeu d'enfant. La France métropolitaine compte plus de 6 500 kilomètres de ligne frontière : 3 500 kilomètres de côtes maritimes et 3 000 de frontières terrestres, limitrophes avec 8 pays : Espagne - Belgique - Suisse - Italie - Allemagne - Luxembourg - Andorre - Monaco (et le tunnel sous la Manche). Certaines frontières sont communes à trois pays ! comme par exemple la France, Belgique et Luxembourg. Au mois d'octobre 2008, deux cents équipes sont parties de différentes capitales européennes pour rejoindre Paris sans argent, disposant uniquement de cannettes d'une boisson comme monnaie d'échange !

Nos campagnes présentent plusieurs centaines de points de passages pédestres parmi lesquels certains serpentent derrière des buttes ou à travers des dépressions de terrain qu'un marcheur peut mettre à profit pour dissimuler son passage, de préférence nocturne ; des centaines de passages praticables pour des véhicules à moteur. Le lac Léman par exemple, zone III des douanes suisses limitrophe avec la France qui englobe les cantons : de Genève - Vaud - Valais - Neuchâtel, représente 604 kilomètres. Avant l'ouverture de la frontière franco-suisse, les clandestins de tout acabit pouvaient tenter leur chance en passant par la gare des Eaux-Vives, sauter du train à la sortie du tunnel (proche de la rue Franck Thomas), rejoindre la partie du grillage déchirée derrière la buvette, emprunter le premier TGV à la gare de Cornavin qui partait avant l'arrivée des douaniers français qui eux arrivaient par le premier train en provenance de Belle-garde..., s'envoler en deltaplane à partir du Salève, prendre une navette lacustre qui assure le passage des transfrontaliers, etc.

Les stratagèmes utilisés par les clandestins sont multiples et variés. Un jeune homme a fait un trajet de 2 800 km entre Athènes et Nowa Deba (Pologne) attaché avec une ceinture sous le châssis d'un car pendant 30 heures. Un autre a été découvert sous l'Eurostar en gare de Waterloo à Londres, en provenance de Paris gare du Nord. Le corps d'un clandestin « tombé du ciel » a été retrouvé dans le jardin d'un pavillon de banlieue. Le corps aurait chuté au moment où le pilote aurait sorti le train d'atterrissage de l'appareil pour se poser sur l'aéroport de Roissy. Les douaniers ont découvert un homme caché à l'intérieur d'un siège de camionnette entièrement revêtu de sa housse plastique, respirant par une « déchirure » au niveau du siège ! Un autre utilisait un appareil respiratoire pour éviter le rejet de gaz carbonique détectable par les sondes utilisées par les agents de l'immigration. Les contrôles sont faillibles. Un homme d'affaire britannique a voyagé sur un vol Londres-Amsterdam en présentant le passeport de sa fille âgée de 2 ans ! Il ne s'est aperçu de sa bévue qu'après être parvenu à destination.

Le facteur de rapidité est toujours moins important que la discrétion qui reste la priorité N°1. Le choix de la méthode d'infiltration reste fonction de plusieurs facteurs : des papiers d'identité possédés, de l'herméticité des frontières, de la situation géographique, la nature du terrain, des conditions météo, hydrographiques, astronomiques (coucher du soleil, lunaison), de la distance à parcourir, du matériel transporté, des relations avec les pays limitrophes, et aussi de la condition physique. Si une frontière ne peut être franchie en un endroit, elle peut toujours être contournée. Le franchissement peut avoir lieu par voie : terrestre - aérienne - maritime - fluviale - lacustre. Une infiltration réussie repose sur : la connaissance des mesures en place, des failles, des opportunités (moment) de l'horaire, des points de passage obligés, zones aveugles, couverture radars, matériel de vision nocturne ou thermique en dotation, etc. Le clandestin peut passer par un poste secondaire ou bien emprunter un itinéraire indirect qui lui évitera tout poste-frontière. Hormis le risque d'une rencontre avec la douane « volante », il court peu de risques d'être découvert. Une méthode éprouvée, utiliser les cars, paquebots de croisière, embarquer à bord d'un yacht, les réseaux de transports frontaliers qui assurent la navette, le covoiturage, location d'un taxi local, etc.

Les États membres ont renforcé leurs frontières extérieures en instituant des exigences et des procédures communes en matière de formation et dans la dotation du matériel en service. L'obtention d'un visa est requise pour les citoyens de plus de 100 pays désirant entrer dans l'espace Schengen, principalement : le Proche-Orient, Asie du Sud, Asie de l'Est, Afrique, Amérique latine, et l'ancienne Union soviétique. Le visa Schengen permet aux voyageurs de franchir plusieurs États membres sans autre visa supplémentaire. Le visa à entrées multiples permet un séjour de 90 jours sur une période de six mois à des fins touristiques ou d'affaires. Le voyageur sollicite le visa d'entrée auprès du consulat du premier pays d'arrivée. Le système d'information des visas contribue à l'amélioration des échanges entre les États membres des données nécessaires à la délivrance des visas, mais cela ne représente un risque que pour les seules personnes détentrices d'un visa : Algérie, Égypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Israël, Jordanie, Liban et Syrie, Afghanistan, Bahreïn, Iran, Irak, Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes-Unis, et le Yémen, liste non exhaustive appelée à s'étendre à l'ensemble des pays non membres de l'UEE. Les pays comme la Géorgie, l'Ouzbékistan, le Pakistan, la Russie, pour ne citer que ces États, prennent la précaution de faire valider les demandes de visa par leurs services de renseignement !

En théorie, tant qu'un ressortissant non membre de la CEE reste dans les zones dites « internationales » d'un aéroport de l'Espace Schengen, il n'a pas besoin d'un visa de transit (affaire Edward Snowden). Si le voyageur change juste d'avion à Madrid sans quitter la zone internationale, le visa de transit n'est pas exigé, mais des pays comme le Portugal, la Lituanie, l'Italie et la France, demandent à certains ressortissants étrangers de détenir un visa de transit, même s'ils restent en zone internationale. Par contre, certains aéroports ne sont pas surveillés par une tour de contrôle ! chaque appareil est tenu de s'annoncer sur une fréquence radio... Un exemple édifiant. Un Britannique qui avait acheté un Tobago dans un aéro-club italien a disparu alors qu'il se trouvait à 37 nautiques du cap Camarat (proche de Saint-Tropez) sans que sa balise se déclenche. Trois hypothèses sont retenues : le pilote n'a pas respecté son plan de vol - l'avion se serait abîmé en mer - le pilote aurait manigancé sa disparition. Un pilote suisse qui avait acheté un appareil immatriculé aux États-Unis a traversé l'Atlantique pour atterrir en Suisse sans s'annoncer..., et le pilote a volé durant cinq mois avant d'être contrôlé !

Que dire de la frontière orientale des vingt-sept pays membres de la Communauté Européenne qui n'ont pas les mêmes exigences en matière de visa que les pays membres ! Pour s'infiltrer en Europe (ou s'en exfiltrer), le candidat peut selon son dernier point de départ, arriver en Turquie légalement sans visa, d'où il lui est simple de rejoindre la Grèce en traversant l'Evros, un fleuve qui prend sa source en Bulgarie et d'aller se jeter dans la mer Egée. Au niveau de la ville d'Edirne, le fleuve forme un coude qui pénètre en Turquie. Une fois le cours d'eau franchi, on se retrouve en Grèce ! La frontière, représentée sur la carte, par une ligne de pointillés, serpente à travers des champs de tournesols et de maïs ! Aucune frontière surveillée n'est totalement hermétique.

Détecter un terroriste parmi la cohorte des migrants n'est pas chose aisée. C'est chercher une aiguille dans une meule de foin, en pire, car il a suffi de deux jours à un seul homme pour découvrir une aiguille dissimulée dans une meule de foin ! Comment des étrangers en situation irrégulière parviennent-ils à s'installer illégalement sur le territoire français ? Passage clandestin des frontières - mariages blancs - usurpation d'identité - accouchement - visa d'étudiant - asile politique injustifié - homosexualité - rapprochement familial - visa pour voyage sportif ou artistique - éviter l'excision à sa fille, etc. Certains pays d'Europe orientale ont postulé pour leur adhésion à l'Union Européenne, mais l'obtention d'une carte de séjour ou de la nationalité y est parfois facile à obtenir. La nationalité obtenue, plus rien ne s'oppose lors de l'adhésion définitive de ce pays à l'Union Européenne, à s'en aller s'installer dans un autre pays membre...

Si les politiques d'immigration des pays de l'Espace Schengen sont devenues restrictives, de nombreux pays d'Europe centrale demeurent très ouverts. La Moldavie ou la Biélorussie sont susceptibles de constituer une porte d'entrée vers l'Europe en raison d'une frontière étendue avec l'Espace Schengen. La Macédoine, l'Albanie, le Monténégro et la Serbie viennent ensuite. L'individu parvenu en Europe orientale, la pénétration en Europe occidentale est facilitée. Certains pays sont arriérés. La Moldavie est moins connectée à Internet que le Sénégal ! FRONTEX réunit les pays de l'UE dont la frontière jouxte un pays tiers et opère avec : Europol, le Collège européen de police, la douane et les organismes chargés de l'application des lois liées à la sécurité intérieure de l'espace Schengen. FRONTEX facilite la coopération avec les États non membres de l'UE identifiés comme sources ou itinéraires de transit des clandestins. Les données relatives aux étrangers appréhendés alors qu'ils tentaient de franchir illégalement une frontière extérieure sont conservées pendant deux ans à compter de la date à laquelle les empreintes ont été prises, sauf si l'étranger reçoit un permis de séjour, devient un citoyen d'un État membre, ou s'il a quitté le territoire de l'État membre, dans ce cas, les données sont effacées...

Je me suis limité à la frontière terrestre en excluant l'aspect maritime, lacustre, fluvial et en omettant le problème que posent les départements et territoires d'outre-mer. Plusieurs milliers de personnes sont interpellées chaque année pour avoir tenté de pénétrer illégalement via un port sur le sol Français. Ce chiffre ne représenterait que le dixième des clandestins qui parviennent à s'introduire illégalement en France. Chaque bateau en provenance de Grèce (port de Patras) compterait une vingtaine de clandestins. À Bordeaux ou au Havre, une cinquantaine de clandestins sont débarqués chaque année et leur retour coûte aux compagnies 750 000 euros !

 



5 réactions


  • Tall Tall 11 janvier 08:54

    L’UE n’est plus qu’une grande passoire. L’islamiste qui a tué 12 personnes à Berlin le mois dernier a pu quitter l’Allemagne pour passer par la Hollande, puis la Belgique et la France avant d’arriver en Italie.


    • manu manu 11 janvier 13:44

      @Tall

      J’aime bien le petit dessin avec Hollande et Bachar (vers le milieu de la page). 

      Sauf que c’est pas hollande qui les envoies, il fait juste parti de l’équipe, sans connaitre tout les matches qu’elle a jouer et qu’elle jouera.


    • manu manu 11 janvier 14:24

      @manu

      Il ne connait pas non plus tous les joueurs de l’équipe, à mon avis.

      Il devait savoir combien se que sa lui rapporterait par contre.


  • izarn izarn 11 janvier 22:48

    Le nombre de terroristes parmis les migrants est extremement faible. Il en est de meme parmis les individus qui s’infiltrent en UE illégalement.
    Tout le monde ne possède pas un brevet de pilote pour entrer en France ou en Suisse ; c’est du n’importe quoi d’indiquer ce genre de méthodes, issues d’un bouquin de James Bond...Meme si c’est faisable pas des services spéciaux ou par de petits marioles friqués pour se faire du buzz...
    Il est plus intelligent de chercher les filières, les motivations, et de protéger les « marchés de Noel » de manière efficace contre les camions, ce qui est facile ; ce que l’on faisait en France à l’époque des attentats de l’OAS...
    On ne peut que cibler la criante incompéténce des services de police en Allemagne, et en France !
    Je ne parle pas des policiers, comme dit l’autre, mais très au dessus...Voyez ?


  • ENZOLIGARK 12 janvier 14:10

    Les yankees construisent un mur avec le Mexique * ... , ... l’ Europe construira t elle un mur en Mediterranee finance par les sponsors juifs de Clin thon ? . ... АФФ ИСС ... 


Réagir